Archive pour le Tag 'Yellen)'

Le bitcoin « extrêmement inefficace » (Yellen)

Le bitcoin « extrêmement inefficace » (Yellen)

 

Une nouvelle fois la secrétaire américaine trésor  a mis en garde contre le caractère aléatoire et même dangereux de la hausse du bitcoin. Cette progression assez exceptionnelle de la crypto monnaie ne repose en effet sur aucun élément objectif autre que les déclarations de certains spéculateurs et notamment du milliardaire Elon Musk patron de Tesla qui a déclaré avoir investi 1,5 milliards dans cette monnaie virtuelle. Une semaine après avoir franchi le cap des 50.000 dollars, le cours de la doyenne des crytomonnaie recule à la suite de critiques de la part de la secrétaire américaine au Trésor, et même à un message pessimiste de son principal défenseur, le milliardaire Elon Musk. Néanmoins, le bitcoin reste à un niveau deux fois plus élevé qu’il y a deux mois.

Face à la montée en puissance du bitcoin, Janet Yellen réitère ses critiques sur la cryptomonnaie. La secrétaire américaine au Trésor a en effet déclaré le 22 février que la plus importante des monnaies numériques, basée sur la blockchain, était  « extrêmement inefficace » pour mener des transactions, et souvent utilisée  « pour la finance illicite ».

Selon elle, le bitcoin « est un actif hautement spéculatif », a-t-elle estimé.

 « Je m’inquiète des pertes potentielles que les investisseurs pourraient subir », a-t-elle ajouté.

Cryptomonnaies : Yellen veut une régulation pour réduire les risques

Cryptomonnaies : Yellen  veut une régulation pour réduire les risques

La secrétaire au Trésor américaine Janet Yellen ne condamne pas en tant que tel les cryptomonnaies mais met en garde sur les risques de spéculation qui pourraient exploser. Elle souhaite une régulation des nouvelles technologies financières qu’elle considère cependant comme pouvant être utiles pour lutter contre la criminalité.

Elle a déclaré que l’adoption de la loi anti-blanchiment en décembre permettrait au département du Trésor de retravailler un cadre de lutte contre le financement illicite qui n’a pratiquement pas changé depuis les années 1970.

«La mise à jour n’aurait pas pu arriver à un meilleur moment», a déclaré Yellen aux décideurs politiques, aux régulateurs et aux experts du secteur privé. «Nous vivons dans une explosion de risques liés à la fraude, au blanchiment d’argent, au financement du terrorisme et à la confidentialité des données.»

La pandémie COVID-19 a déclenché de plus en plus de cyberattaques – et plus sophistiquées – visant les hôpitaux, les écoles, les banques et le gouvernement lui-même, a-t-elle déclaré.

Les cryptomonnaies et les actifs virtuels étaient prometteurs, mais ils avaient également été utilisés pour blanchir les profits des trafiquants de drogue en ligne et pour financer le terrorisme.

Il faudra sans doute que la responsable du Trésor s’engage un peu plus pour préciser ce qu’elle entend par régulation car des phénomènes de spéculation pourraient non seulement me bousculer encore les cryptes menées mais aussi le système financier tout entier

GAFA: Le Maire et Yellen: OK pour une mini taxe

Le Maire et Yellen:  OK pour une mini taxe

 

 

Pour ne pas paraître marginalisé  par les principaux décideurs que son notamment les États-Unis et l’Allemagne, Bruno Lemaire le ministre français de l’économie essaye de faire bonne figure en annonçant un entretien avec Janet Yellen,  la responsable du trésor  américain à propos de la taxe Gafa. Bruno Lemaire indique que la discussion va reprendre au sein de l’OCDE. On se souvient que plusieurs Etats ont pris des décisions dans ce domaine cependant l’Europe elle-même a été incapable de se mettre d’accord sur l’objectif.

Du coup la discussion a été renvoyée au sein de l’OCDE mais Trump a rompu la négociation. De toute manière, le renvoi au sein de l’OCDE était l’assurance qu’on ne pourrait déboucher que sur une éventuelle mini taxe GAFA. Les États-Unis sont bien d’accord pour taxer les grands du numérique depuis la nomination de Biden mais pour les taxer aux États-Unis et pas seulement à l’extérieur des frontières.

Conclusion va sûrement adopter le principe d’une mini taxe GAFA. Du coup la taxe française suspendue risque de l’être  définitivement.

Le Parlement français avait  adopté en juillet 2019 une taxe de 3% sur le chiffre d’affaires des géants du numérique. La mesure a fait de la France un pays pionnier en matière d’imposition des « Gafa » (acronyme désignant Google, Amazon, Facebook et Apple) et autres multinationales accusées d’évasion fiscale.

PUBLICITÉ

Elle a rapporté 350 millions d’euros en 2019 . Washington, qui juge cette taxe discriminatoire envers les entreprises américaines, avait riposté en menaçant d’appliquer des droits de douane de 100 % sur certains produits français, notamment les fromages, les produits de beauté et les sacs à main.

Mais en janvier, les deux alliés avaient conclu une trêve pour laisser leur chance aux négociations menées sous l’égide de l’OCDE en vue de créer un impôt mondial sur les multinationales : Paris gelait le prélèvement de sa taxe et Washington s’abstenait de sanctions.

Ces négociations ont cependant échoué en octobre, rendant la trêve caduque.

« Nous avions suspendu la perception de la taxe le temps que la négociation de l’OCDE aboutisse. Cette négociation a échoué, nous percevrons donc une taxe sur les géants du digital en décembre prochain », avait menacé le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire.

Bruno Le Maire, le ministre français de l’Economie, et Janet Yellen, la nouvelle secrétaire américaine au Trésor, sont convenus jeudi lors d’un entretien téléphonique de la nécessité de trouver des solutions multilatérales en matière de taxation des entreprises multinationales, rapporte Bercy.

La taxe française est déjà ridicule puisqu’elle devait rapporter autour de 300 millions pour une évaluation très approximative de 10 milliards de chiffre  d’affaires. Un chiffre évidemment très sous-estimé puisqu’on est difficilement capable d’évaluer l’activité des grands du numérique facturée dans d’autres pays. Sans parler des transferts de charges entre les filiales de ces grandes entreprises pour externaliser les profits dans les pays à faible fiscalité et internaliser à l’inverse les coûts dans les pays à forte fiscalité

“Le ministre a accueilli très positivement l’engagement de la secrétaire d’Etat en faveur d’une participation active des équipes américaines aux discussions sur la fiscalité au sein de l’OCDE, en vue d’un accord international d’ici la fin du semestre”, déclare le ministère de l’Economie dans un communiqué.

Notons que le ministre de l’économie prend le train en marche puisque l’Allemagne sitôt la nomination de Janet yellen  a adressé des félicitations dithyrambiques à l’intéressée histoire de l’amadouer sur les futures taxes qui pourraient peser sur l’union européenne pour le cas où les taxes CAF a seraient trop élevées. Des taxes douanières américaines qui pèseraient à leur sur les exportations allemandes

Janet Yellen, futur secrétaire d’État au Trésor veut une politique encore plus accommodante

Janet Yellen, futur secrétaire d’État au Trésor veut une politique encore plus accommodante

 

Janet Yellen, la candidate au trésor américain, veut encore i davantage de liquidités pour les États-Unis non seulement pour lutter contre la pandémie mais aussi pour soutenir l’économie et la transition écologique. Elle a aussi évoqué la lutte contre la concurrence déloyale de la Chine. Janet Yellen a donc exhorté les législateurs mardi à «agir gros» sur les dépenses de secours contre les coronavirus, arguant que les avantages économiques l’emportent de loin sur les risques d’un endettement plus lourd.

Les impôts sur les entreprises et les riches devront éventuellement augmenter pour aider à financer les plans ambitieux de Biden d’investissement dans les infrastructures, la recherche et le développement et pour la formation des travailleurs afin d’améliorer la compétitivité de l’économie américaine, a-t-elle déclaré aux membres du Comité sénatorial des finances.

Mais cela ne viendrait qu’après avoir freiné la pandémie de coronavirus, qui a tué plus de 400000 personnes aux États-Unis, et la dévastation économique qu’elle a provoquée.

Yellen, qui a parlé par liaison vidéo, a déclaré que sa tâche en tant que chef du Trésor sera d’aider les Américains à endurer les derniers mois de la pandémie alors que la population est vaccinée, et de reconstruire l’économie pour la rendre plus compétitive et créer plus de prospérité et plus d’emplois.

«Sans autre action, nous risquons une récession plus longue et plus douloureuse maintenant et des cicatrices à long terme de l’économie plus tard», a-t-elle déclaré.

Yellen a déclaré que l’allégement de la pandémie aurait la priorité sur les augmentations d’impôts, mais les entreprises et les riches, qui ont tous deux bénéficié des réductions d’impôts républicaines de 2017, «doivent payer leur juste part».

Doutes sur la croissance américaine(Yellen)

Doutes  sur la croissance américaine(Yellen)

 

 

La présidente de la Fed doute  très grand dynamisme de la croissance américaine. Elle se fonde pour cela sur les récents résultats économiques. En effet  La croissance économique américaine est restée modeste voire modérée entre le début du mois d’avril et la fin du mois de mai, tandis que les pressions inflationnistes restent toujours aussi faibles, selon un document publié mercredi par la Réserve fédérale. « En tout et pour tout, les pressions sur les prix n’ont guère changé par rapport à la précédente livraison de ce document », précise la banque centrale dans son « Livre Beige ». Après avoir maintenu ses taux pendant des années à un niveau proche de zéro dans la foulée de la crise économique de 2007-2009, la Fed s’est engagée dans un cycle de hausse des taux, prenant acte d’une amélioration de la conjoncture et d’un taux de chômage – à 4,4% – au plus bas depuis près de 10 ans.  Comme les salaires croissent à un rythme modeste, il n’y a pas à ce stade de répercussion de cette hausse dans les données de l’inflation.  Interrogée devant une commission du Sénat sur la possibilité de faire grimper la croissance à 3% dans les deux ans, au lieu des 2% en moyenne atteints annuellement depuis la reprise, Mme Yellen a répondu: « je crois que cela serait très difficile ». Elle a estimé qu’il faudrait une croissance de la productivité de 2% pour atteindre une expansion du Produit intérieur brut (PIB) de 3% alors que les progrès de productivité sont tombés à un demi-pourcent ces cinq dernières années.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol