Archive pour le Tag 'Yannick'

La «star» Yannick Jadot : encore un écolo politique qui dérape

La «star» Yannick Jadot : encore un écolo politique qui dérape

Jadot, comme nombre de ses prédécesseurs écolos et politiques est tombé dans le piège de la personnalisation et même de la starisation. Il ne manque pas d’écolo qui, sous Hollande, se sont pris les pieds dans le tapis du star système politique. La plupart ont d’ailleurs disparu du paysage pour se reconvertir notamment dans le business. Ils ont souvent échangé leurs convictions écolos contre un portefeuille ministériel ou une place d’élus. Cohn-Bendit lui-même, leader historique des écolos est passé avec l’âge chez Macron. La vieillesse est vraiment un naufrage quand on voit cet autre leader gauchiste de 68, Romain Goupil, adhérer   aussi à l’ultra libéralisme de Macron).  . (La vieillesse est vraimenet un naufrage quand o voit cet autre leader gauchiste Romain Goupil a adhéré au macronisme)).  Jadot lui aussi veut sa part de reconnaissance médiatique. Son premier geste d’ailleurs après score honorable des élections européennes a été de se faire prendre en photo avec son épouse pour figurer sur la couverture de Paris-Match ! «Je suis devenu une star parce que j’ai fait ce score-là….. », s’est-il félicité. Les réactions n’ont pas tardé, notamment sur Twitter où de nombreux internautes ont moqué le manque de modestie de l’élu. Mais Jadot vise maintenant les élections présidentielles, moins peut -être pour les gagner que pour un éventuel poste (notons qu’il n’a pas affirmé très clairement être de gauche et que les combinaisons sont possibles ! Ce qu’il dit d’ailleurs à propos des municipales. ). Les dérapages de Jadot ont déjà été sanctionnés car les écolos de base n’aiment pas la starisation. D’après le baromètre mensuel Elabe pour Les Échos et Radio Classique, Yannick Jadot perd dix places au classement des personnalités politiques en juillet, et rassemble davantage d’opinions négatives (36%, contre 21% de sondés ayant de lui une image positive). Chez les sympathisants de gauche, sa popularité dégringole également de huit points.

Nicolas Hulot : un vernis gouvernemental (Yannick Jadot)

Nicolas Hulot : un vernis gouvernemental (Yannick Jadot)

Yannick Jadot d’Europe écologie les Verts n’a sans doute pas tort  quand il estime que Nicolas Hulot « a servi de caution à un vernis environnemental». De fait, il faut se souvenir que  Macon s’est montré très discret sur la problématique environnementale lors de sa campagne électorale. Au dernier moment pour combler ce vide il a appelé Nicolas Hulot au gouvernement. Malheureusement,  le ministre de l’environnement, comme ses prédécesseurs, a dû avaler de nombreuses couleurs. C’est une sorte de tradition dans ce ministère qui ne dispose ni de pouvoir, ni d’administration ni de moyens. C’est en quelque sorte le ministère de la parole mais tout se décide ailleurs Nicolas Hulot le rôle de la pythie mais ses  sobres présages ne sont guère écoutés sur le climat, sur les émissions polluantes, ou encore sur la politique énergétique. D’une certaine manière contraire Nicolas Hulot sert de caution pour faire passer la politique du nucléaire en agitant les marionnettes inutiles et coûteuses des éoliennes. Jadot distingue clairement ce qui relève de « l’écologie de l’affichage », pratiquée par le gouvernement, et de « l’écologie du courage », incarnée selon lui par son parti.

« L’affichage c’est de faire un tweet disant ‘le glyphosate on en sortira dans 3 ans’. Le courage c’est de l’inscrire dans la loi, c’est les écologistes qui l’ont eu au parlement européen quand on a gagné en votant la sortie du glyphosate. Emmanuel Macron n’a pas de courage. »

Yannick Jadot conclut en laissant tout de même une chance à Nicolas Hulot de se rattraper si ce dernier obtenait « l’arrêt du projet Montagne d’Or », projet d’exploitation minière polémique en Guyane, ou « la fermeture de centrales nucléaires » avant la fin du quinquennat. En fait,  il s’agit plutôt d’un piège concernant le nucléaire car la programmation de l’énergie va démontrer qu’on ne pourra pas fermer une seule centrale d’ici la fin du quinquennat compte tenu des reports répétés de la mise en service de l’EPR de Flamanville qui conditionne la seule fermeture envisagée à savoir celle de Fessenheim.

 

Sommet sur le climat : assez de promesses, de l’action ! (Yannick Jadot)

Sommet sur le climat : assez de promesses, de l’action !  (Yannick Jadot)

« Les discours de repentance climatique, j’en ai un peu assez ». Invité sur franceinfo pour évoquer le sommet pour le climat qui s’est tenu mardi 12 décembre, à Paris, Yannick Jadot a déploré que l’on fasse  »des sommets d’autoaccusation pour masquer l’inaction. » Le député européen Europe Ecologie – Les Verts a affirmé qu’il n’y avait pas eu  »d’annonces sérieuses » à l’occasion de cette journée organisée presque deux ans jour pour jour après l’accord de Paris, conclu à l’issue de la COP21. « Moi je veux que la France soit gardienne de l’accord de Paris, leader du climat. Mais pour cela, il faut que l’on agisse. Il faut arrêter de dire : nous n’en faisons pas assez. »« Les Etats ne sont pas dans le bon tempo de l’action climatique », a encore martelé Yannick Jadot, donnant ainsi raison à Emmanuel Macron quand il affirme que l’on est « en train de perdre la bataille »« Qu’Emmanuel Macron prenne un leadership mondial sur le climat, tant mieux. Qu’à ce sommet, tout le monde ait mis un taquet à Donald Trump, cela nous fait tous plaisir. Moi, les discours de repentance climatique j’en ai un peu assez. Moi, je veux de l’action. » Yannick Jadot a également salué les engagements pris par les entreprises. « Tant mieux si elles le font. C’est une responsabilité morale. Mais la responsabilité des Etats, c’est de ne plus donner un euro aux énergies fossiles, sinon on n’est pas cohérent. » Le député a ainsi rappelé que les pays européens doivent encore augmenter leurs objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour limiter à au moins deux degrés le réchauffement climatique  à l’échelle mondiale d’ici 2100.  Et d’inviter le président Emmanuel Macron à engager l’action « à l’échelle française et européenne pour que l’on puisse assumer ce leadership par l’exemple. Mais c’est le seul président français qui utilise les enceintes des Nations Unies ou ce type de sommet pour vanter le nucléaire. Ce qui totalement aberrant.’

Yannick Jadot candidat écolo pour quoi faire ?

Yannick Jadot candidat écolo pour quoi faire ?

 

Yannick Jadot a remporté la primaire d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) avec 54,25% des voix, devant Michèle Rivasi (40,75%) mais pour quoi faire ? pas pour être élu comme Président ;  alors si les écolos veulent encore exister ils devront se rallier au PS notamment avant les législatives. Certes Jadot offre une image autrement positive des écolos par rapport à la gauchiste  Cécile Duflot mais il peut espérer au mieux 2 à 3% en 2017. Le choix est clair se rallier ou disparaitre. Yannick Jadot a évoqué après sa victoire une « nouvelle page de l’écologie dans le pays » en promettant de « construire une campagne collective ». « Je suis déterminé à ce que cette campagne soit celle de toutes les familles de l’écologie », a-t-il dit à la presse. Européen convaincu et proche de Daniel Cohn-Bendit, Yannick Jadot avait adhéré aux Verts en 2009 et a réussi à s’imposer progressivement au sein de sa famille politique par un discours ouvert et tolérant. En 2012, porte-parole de campagne d’Eva Joly, il avait jeté l’éponge en reprochant à la magistrate d’avoir trop tiré contre le Parti socialiste. Il exclut cependant aujourd’hui toute alliance avec le PS « à ce stade » ! .A moins que les écolos aient rapidement besoin de cette alliance pour ne pas disparaître.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol