Archive pour le Tag '(Wauquiez)'

Sondage Droite : Juppé et Sarkozy nettement devant Wauquiez

Sondage Droite : Juppé et Sarkozy nettement devant Wauquiez

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont les deux personnalités incarnant le mieux la droite pour près de six Français sur dix, loin devant Laurent Wauquiez, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche, publié dimanche 9 septembre. L’ancien chef de l’Etat et le maire de Bordeaux, tous deux en retrait de la scène politique nationale, incarnent la droite pour 58% des sondés. Les sympathisants de droite placent Nicolas Sarkozy (83%) largement en tête, toujours devant Alain Juppé (68%). Bien que chef de file du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez n’incarne la droite que pour 41% des personnes interrogées et 57% des sympathisants de droite. Laurent Wauquiez est devancé par Xavier Bertrand (52% des Français), Valérie Pécresse (46%), Edouard Philippe (46%) et Marine Le Pen (42%). Il est à égalité avec Nicolas Dupont-Aignan (41%).

 

Sondage réalisé les 6 et 7 septembre en ligne auprès d’un échantillon de 1 005 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Wauquiez-Calmels : deux loups prêts à s’entre-dévorer

Wauquiez-Calmels : deux loups prêts à  s’entre-dévorer

Virginie Calmels après avoir monté sur les épaules de Juppé l’a lâché en plein campagne électorale, cela pour rejoindre Vauquiez ou plutôt pour tenter de prendre sa place. Pas étonnant dans ces condition qu’elle ait choisit la première occasion de descendre son leader avec le tract bleu-blanc-rouge sur le mode FN. Vauquiez ne fait pas non plus dans la dentelle, il a pratiquement viré toute opposition au sein de son parti, les libéraux, les européens et même les sarkosistes. Ne reste qu’un clan de fanatiques comme Ciotti. Virginie Calmes voulait réussir un coup contre Vauquiez, c’est raté car l’entourage du président LR est complètement blindé. Nul doute que Calmels rebondira, là ou ailleurs ;  peut être même à LREM car elle adopte les mêmes méthodes start-up pour assurer sa promotion. En gros, on marche sur le ventre du voisin sans trop se soucier du programme. C’est le nouveau monde de  la politique où on se découvre subitement uen vocation de militant avec pour seul objectif le pouvoir. . Le président de LR a donc publiquement rappelé à l’ordre sa n°2 ce week-end, après que celle-ci eut jugé « anxiogène » le tract intitulé « Pour que la France reste la France », distribué au sein des fédérations LR ce week-end lors d’une opération de mobilisation. Virginie Calmels avait également indiqué ne pas avoir « validé » ce tract et évoqué un « dysfonctionnement » de méthode. . Lors de cette réunion de direction au siège du parti, la première adjointe d’Alain Juppé a réitéré ses arguments mais était « très isolée », selon ces mêmes sources. Virginie Calmels a notamment dit qu’il fallait que le parti se « remette en cause », notamment eu égard au « nombre de fédérations qui n’ont pas tracté » ce document. Le député Eric Ciotti lui a notamment déclaré que Laurent Wauquiez avait été élu « sur une ligne claire », tandis qu’elle avait été « nommée », et a évalué à « 0,1% » sa part dans le succès du président du parti lors de l’élection interne (74,64%). Outre Eric Ciotti, plusieurs dirigeants ont pris la parole, notamment le président du Conseil national de LR Jean Leonetti, la secrétaire générale Annie Genevard, le troisième vice-président Damien Abad, les députés Virginie Duby-Muller, Fabien Di Filippo et Eric Ciotti. Bref la garde rapprochée de Vauquiez, très rapprochée du FN aussi.

Wauquiez condamné en justice pour insuffisance démocratique

Wauquiez condamné en justice pour insuffisance démocratique

Vauquiez condamné pour insuffisance démocratique lors du budget 2016 de la région Auvergne-Rhône-Alpes.  Le tribunal administratif de Lyon a annulé mardi la délibération approuvant le budget de la collectivité pour l’année 2016 de la région dirigée par le président des Républicains, Laurent Wauquiez. Le tribunal justifie sa décision par le fait que “l’information délivrée aux membres du conseil régional pour le vote du budget, notamment en ce qui concerne la répartition de l’enveloppe de 4,7 millions d’euros pour le projet de Center Parcs à Roybon (Isère), n’a pas été suffisante pour leur permettre d’exercer leurs attributions”.  Le premier vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Etienne Blanc a réagi mardi soir en précisant qu’à l’époque, “l’exécutif n’avait pas pu répondre aux questions du groupe écologiste sur les détails de l’affectation de ce budget car il s’agissait d’une autorisation de programme et que le dossier n’était pas finalisé”. Le groupe d’opposition socialiste et Démocrates souligne de son côté que cette annulation constitue “une première en France”. “Une nouvelle fois l’image de la deuxième région de France pâtit du comportement de son président” commente Jean-François Debat, président du groupe. Il estime que “c’est une sanction lourde à l’encontre du “corsetage” de la vie démocratique pratiquée par Laurent Wauquiez : déni de démocratie, mépris de l’opposition, et donc des électeurs, limitation du droit d’amendement, et absence totale de transparence dans le vote puis dans la répartition du budget régional”.  Myriam Laïdouni Denis, membre du groupe “Citoyens, écologistes et solidaires” qui avait porté le recours devant le tribunal estime que “Laurent Wauquiez doit faire voter à nouveau la délibération sur le budget et devra changer ses pratiques”.

Sondage popularité : Wauquiez s’écroule

 Sondage  popularité : Wauquiez  s’écroule

Dans le tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio,  le président des Républicains chute de 9 points (32%) et efface d’un seul coup sa progression de 7 points en février .Il se retrouve à peu près au niveau de Copé ou de Valls.  Les dégâts sont lourds pour le chef de la droite. Il recule fortement auprès des sympathisants LR (67%, –16) et se voit doublé par Valérie Pécresse. La patronne de l’Ile-de-France fait un bond de 8 points (50%). Elle grimpe notamment de 11 points chez LR. L’amorce à l’évidence d’un match à l’intérieur de la droite entre l’élu d’Auvergne-Rhône-Alpes et l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Dans un duel testé par l’Ifop, Laurent Wauquiez est nettement devancé par Alain Juppé (70%/25%), y compris parmi les sympathisants LR (61%/38%). Alain Juppé, deuxième, derrière Hulot,  avec 59%, Le ministre de la Transition écologique recule certes de 2 points mais n’est pas affecté par la polémique sur les accusations de viol. «Il n’y a pas eu de rupture d’opinion», relève Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Après son action majoritairement désapprouvée par les Français (enquête Ifop-Match de la semaine dernière), le chef de l’Etat voit sa popularité se dégrader (–4). Il perd 10 points auprès des sympathisants de gauche mais reste stable à droite (51 %).

Sondage popularité : Wauquiez s’écroule

Sondage popularité : Wauquiez s’écroule

L’opinion sanctionne lourdement Wauquiez pour sa brutalité et sa vulgarité et après sa prestation télé pour son insincérité. En fait le discours de Vauquiez ne sonne pas juste. Il veut jouer au radical, à l’homme de terrain voire au paysan alors qu’il est un peur produit de l’élitisme Français, entré en politique comme nombre d’oligarque par la porte dérobée des privilèges. Grace au ministre Barrot, il est devenu le plus européen  et le plus démocrate.  Parvenu à la tête des Républicains il devient souverainiste, populiste et facho. . Son discours ne colle pas avec son personnage. Sil continue,  Il pourraiat suivre l’exemple de Fillon et tirer encore plus bas un parti républicain déjà en pleine crise.  Selon deux sondages successifs Vauquiez perd 16 points, à 32 % de bonnes opinions auprès des sympathisants Les Républicains interrogés par Kantar Sofres-Onepoint pour Le Figaro Magazine (conduit du 22 au 26 février auprès de 1 000 personnes). Pour l’ensemble de Français il reveuille seulement  14% dans le sondage Elabe pour les Echos. Chez ceux de  la droite, il recule de 13 points (36 %) voire de 20 points chez les seuls fidèles LR (35 %) dans l’étude de l’Observatoire politique mensuel Elabe publié dans Les Échos et Radio Classique. En début de semaine, il a aussi fait son entrée dans le « flop » 5 du palmarès YouGov pour Le HuffPost  et CNews des personnalités politiques.  Autre mauvaise nouvelle pour Laurent Wauquiez : la présidente LR de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, prend ses distances sans quitter le parti. Et cette stratégie semble lui réussir. Dans le baromètre Elabe (réalisée en ligne les 27 et 28 février auprès de 999 personnes), sa popularité grimpe à 48 % (+ 6 points) chez les sympathisants de la droite. Chez les LR, elle bondit de 14 points en un mois. À la question « Souhaitez-vous voir Valérie Pécresse jouer un rôle important à l’avenir ? », 38 % des proches de LR répondent par l’affirmative, dans le sondage Kantar Sofres-Onepoint.

 

« Le bavardage populiste de Wauquiez » (Raffarin)

« Le bavardage populiste de Wauquiez » (Raffarin)

Jean-Pierre Raffarin s‘est dit choqué, sur RTL, par un “bavardage populiste”, “un amalgame entre des mots grossiers, des idées simplistes et puis des attaques personnelles.” “J‘appelle Laurent Wauquiez à plus de sagesse, de calme”, a-t-il poursuivi. “C‘est une faute de comportement, une faute d‘attitude. J‘espère que ce n‘est pas une dérive de brutalité”. “Je reste aux Républicains, a-t-il expliqué, parce que le vrai débat politique, nous allons l‘avoir sur la ligne européenne.” “Il est clair que c‘est la réforme démocratique de l‘Europe telle que l‘a envisagée Emmanuel Macron qui me paraît être aujourd‘hui la ligne de réforme à partir d‘une inspiration franco-allemande”, a dit Jean-Pierre Raffarin. “Si naturellement les Républicains s‘engageaient dans une voie souverainiste, populiste, qui tourne le dos à l‘Europe, il est clair que nous serons dans cette affaire – tous ceux qui ont un esprit un plus central – avec ceux qui défendent” l‘Europe, a-t-il précisé, ajoutant qu‘il trancherait “à la fin de l‘année”.

« Wauquiez, lamentable, vulgaire, et absurde » (Juppé)

 « Wauquiez, lamentable, vulgaire, et absurde » (Juppé)

Avec cette contra attaque de Juppé , Vauquiez risque de laisser des plumes, il en a déjà perdu avec une baisse dans  le sondage ODOXA de février  qui le place à 14% de soutien. Juppé a en effet répondu sèchement aux critiques de Vauquiez sur la gestion de Bordeaux. Il a indiqué au passage que la ville du Puy en Velay n’avait pas été spécialement bien  gérée par Vauquiez.  “Tout ceci est tout à fait lamentable, cela repose sur de fausses informations”, a tonné Alain Juppé lors d‘une conférence de presse à Bordeaux, en vilipendant au passage les “ignorants”, les “incompétents” et les “imprudents” à qui il a “très envie de claquer le bec”. “Les propos sont d‘une vulgarité extrême”, a-t-il ajouté. “Quant aux effets sur LR et sur la droite en général, ils sont tout à fait dévastateurs.” Le président de LR a par la suite dit “assumer” ces propos, qui lui ont valu une pluie de critiques venant de toutes parts, y compris de son camp, tout en dénonçant les pratiques de “Quotidien” – des “méthodes de voyous”, selon lui. Laurent Wauquiez avait également fait savoir qu‘il déposerait plainte. “Le système de défense est absurde. Depuis quand fait-on des cours devant des étudiants en leur réclamant la confidentialité sur ce qu‘on leur dit ?”, lui a répondu Alain Juppé lundi. L‘ex-Premier ministre a également tenu à “rétablir la vérité” sur les finances de sa ville, chiffres à l‘appui. “La vérité est que la capacité de désendettement de la ville de Bordeaux est bonne. Le seuil à ne pas dépasser, c’est douze ans. Nous somme cette année à 4,6. D’ici la fin de la mandature nous resterons en dessous de 7”, a-t-il dit, avant de faire le parallèle avec la commune de Haute-Loire dirigée par Laurent Wauquiez entre 2008 et janvier 2016. “Le Puy-en-Velay était à 7,8 en 2016. Deux fois moins bien que Bordeaux. Je n‘ai pas de leçon à recevoir”, a-t-il dit.

Wauquiez sérieusement sermonné par Sarkozy.

Wauquiez sérieusement sermonné par Sarkozy.

Avec Sarkozy la conversation a été vive convient Wauquiez qui en fait a été très sérieusement sermonné par Sarkozy qui lui reproche surtout de diviser au lieu de rassembler. Une conversation très trash car dans ce domaine Sarkozy ne craint personne.  Selon le Canard enchaîné, l’ex-patron des Républicains aurait même «pulvérisé» Laurent Wauquiez. Selon l’hebdomadaire, Nicolas Sarkozy aurait déclaré: «Beaucoup de monde me disait que tu n’étais qu’une grosse merde. Aujourd’hui je n’ai d’autre choix que de penser comme eux». «Le Canard n’est pas le canal officiel d’expression de Nicolas Sarkozy», a aussitôt réagi son entourage même si les sarkozystes reconnaissent que «la plaie pourrait laisser quelques traces». Laurent Wauquiez lui-même admet que la conversation n’a pas été très facile au téléphone avec l’ancien président. «Il était mécontent et je le comprends», confie le président des Républicains au Figaro. «Mais ceux qui connaissent Nicolas Sarkozy savent bien que ce n’est pas sa façon de s’exprimer». Une drôle d’excuse en vérité car sur l’affaire des téléphones des ministres que Sarkozy était accusé d’écouter il a indique sur BFM : «C’était une rumeur. Je n’ai jamais sérieusement pensé que des ministres étaient écoutés. Ce passage, c’est le seul que je regrette vraiment. J’ai présenté mes excuses à Nicolas Sarkozy. Je ne l’ai pas fait seulement sur le plan politique mais au-delà, car j’ai une profonde estime pour la personne. Cela montre aussi que quand je fais des erreurs, je suis capable de les reconnaître», a répondu le président des Républicains à Ruth Elkrief. Une bien piètre explication !  Il fallait au moins ça après la conversation très vive au téléphone entre les deux hommes. «Nicolas Sarkozy a été vraiment blessé», raconte un sarkozyste. «La conversation a été très vive». L’ex-chef de l’État s’est montré déçu des accusations de Laurent Wauquiez, qu’il avait soutenu dans la course à la présidence du parti. «Ce n’était pas comme ça qu’il fallait faire», a-t-il regretté, rappelant la nécessité de rassembler.

 

 

Sondage Wauquiez : malhonnête, brutal et diviseur

Sondage Wauquiez : malhonnête, brutal et diviseur

Dominique Bussereau, qui a annoncé sa démission  résume bien la situation : « Vauquiez à obtenu des applaudissements de ses partisans les plus radicaux mais a perdu des électeurs ». Les propos polémiques tenus par Laurent Wauquiez devant des étudiants lyonnais sont “choquants” pour 57% des Français, selon un sondage Elabe pour BFM TV publié mercredi. 24  personnes interrogées seulement le trouvent e honnête et 20% qu’il est rassembleur. Une  enquête evidemmenet à relativiser car  80% des sondés déclarent en avoir entendu parler, sans toujours savoir de quoi il s‘agit précisément. Selon cette même enquête, 62% des Français jugent Laurent Wauquiez autoritaire, un chiffre en augmentation de six points par rapport à novembre 2017, 56% le trouvent inquiétant (+4), 50% dynamique (-3), mais seule une minorité voit en lui un homme honnête (24%) et capable de rassembler les Français (20%). Les déclarations à huis clos de l‘ex-ministre lors d‘un cours donné à l’école de management de Lyon (EM Lyon) ont suscité des remous dans le monde politique, y compris à LR, à tel point que plusieurs élus ont annoncé leur départ. Le sondage a été réalisé mardi et mercredi par internet auprès d‘un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Wauquiez : tous pourris sauf moi !

Wauquiez : tous pourris sauf moi !

L’introspection et la contrition ne sont pas les disciplines préférées de Vauquiez qui sur BFM a confirmé, peu près toutes ses critiques vis-à-vis de la politique en général, des instututions,  de Macron en particulier et de son propre camp. Pour résumer de façon aussi brutale que lui : « ils sont tous pourris sauf moi ! » ! Un bel exercice de démolition populiste pour montrer que lui n’a pas peur de parler. Le problème c’est parler de quoi. Car une fois qu’il a affirmé qu’li était le seul homme politique droit dans ses bottes qui ose dire les choses, qui dénonce, Vauquiez se limites à des propos de bistrots. Rien sur le fond. Le vide absolu. Son programme se résume à cette phrase : moi, moi, moi ! Il n’y a qu’à-propos de Sarkozy qu’il s’est lamentablement couché. Pas étonnant l’intéressé l’aurait sérieusement sermonné d’après le Canard. Le président du parti Les Républicains a dit qunad m^me regretter uniquement ses déclarations concernant Nicolas Sarkozy accusé d’avoir mis se ministres sur écoute.  Et pendant toute l’émission sur BFM, Vauquiez à délibérément assumé une  posture du coq un peu surfaite et surtout dérisoire.  “Je viens sur ce plateau ici pour vous montrer que je suis parfaitement capable d‘assumer la totalité des propos” diffusés par l’émission “Quotidien”, a-t-il déclaré lors d‘un exercice d‘explication de texte sur BFM TV. L’émission de TMC a mis à l‘antenne vendredi puis lundi des extraits de cours donnés à l‘EM Lyon, durant lesquels l‘ex-ministre s‘en est pris pêle-mêle à Nicolas Sarkozy, Valérie Pécresse, Angela Merkel, Alain Juppé ou les députés de la République en marche (LaRem), parfois en des termes crus. Ces différents passages ont provoqué des remous dans le monde politique, y compris dans son parti qu‘il tente pourtant de ressouder après une année électorale douloureuse et riche en départs fracassants. “Je ne peux qu’être songeur quand je vois le cirque médiatique auquel on a assisté ces quatre derniers jours”, s‘est indigné Laurent Wauquiez.  “Ça ne m‘impressionne pas, ça ne fera pas reculer ma détermination”, a encore dit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Se présentant comme une “cible”, il a refusé de se livrer à un exercice de contrition, concédant seulement une personnalité “sans doute un peu trop directe” ainsi que l’“erreur” de ne pas avoir “mesuré le degré de manipulation et de violence” dont ont fait preuve, selon lui, les journalistes de “Quotidien”. Sur le fond, il regrette “vraiment” ses déclarations concernant Nicolas Sarkozy, qu‘il a accusé d‘espionner ses ministres lorsque ce dernier était président, mais rien de plus. La sortie sur Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et rivale au sein de LR, qui se ferait une spécialité de faire des “conneries”, relève par ailleurs du simple “trait d‘humour”, a argué Laurent Wauquiez. Pour le reste, il a maintenu ses propos au nom de sa “liberté de parole”, y compris sur Alain Juppé qui a selon lui “cramé la caisse” en augmentant les impôts à Bordeaux. Privilégiant l‘attaque à la défense, l‘ancien député a annoncé qu‘il portait plainte pour dénoncer ce qu‘il qualifie de “méthodes de voyous” de la part des journalistes de “Quotidien” et qu‘il allait saisir le Conseil supérieur de l‘audiovisuel.

 

L’introspection et la contrition ne sont pas les disciplines préférées de Vauquiez qui sur BFM a confirmé, peu près toutes ses critiques vis-à-vis de la politique en général, des instututions,  de Macron en particulier et de son propre camp. Pour résumer de façon aussi brutale que lui : « ils sont tous pourris sauf moi ! » ! Un bel exercice de démolition populiste pour montrer que lui n’a pas peur de parler. Le problème c’est parler de quoi. Car une fois qu’il a affirmé qu’li était le seul homme politique droit dans ses bottes qui ose dire les choses, qui dénonce, Vauquiez se limites à des propos de bistrots. Rien sur le fond. Le vide absolu. Son programme se résume à cette phrase : moi, moi, moi ! Il n’y a qu’à-propos de Sarkozy qu’il s’est lamentablement couché. Pas étonnant l’intéressé l’aurait sérieusement sermonné d’après le Canard. Le président du parti Les Républicains a dit qunad m^me regretter uniquement ses déclarations concernant Nicolas Sarkozy accusé d’avoir mis se ministres sur écoute.  Et pendant toute l’émission sur BFM, Vauquiez à délibérément assumé une  posture du coq un peu surfaite et surtout dérisoire.  “Je viens sur ce plateau ici pour vous montrer que je suis parfaitement capable d‘assumer la totalité des propos” diffusés par l’émission “Quotidien”, a-t-il déclaré lors d‘un exercice d‘explication de texte sur BFM TV. L’émission de TMC a mis à l‘antenne vendredi puis lundi des extraits de cours donnés à l‘EM Lyon, durant lesquels l‘ex-ministre s‘en est pris pêle-mêle à Nicolas Sarkozy, Valérie Pécresse, Angela Merkel, Alain Juppé ou les députés de la République en marche (LaRem), parfois en des termes crus. Ces différents passages ont provoqué des remous dans le monde politique, y compris dans son parti qu‘il tente pourtant de ressouder après une année électorale douloureuse et riche en départs fracassants. “Je ne peux qu’être songeur quand je vois le cirque médiatique auquel on a assisté ces quatre derniers jours”, s‘est indigné Laurent Wauquiez.  “Ça ne m‘impressionne pas, ça ne fera pas reculer ma détermination”, a encore dit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Se présentant comme une “cible”, il a refusé de se livrer à un exercice de contrition, concédant seulement une personnalité “sans doute un peu trop directe” ainsi que l’“erreur” de ne pas avoir “mesuré le degré de manipulation et de violence” dont ont fait preuve, selon lui, les journalistes de “Quotidien”. Sur le fond, il regrette “vraiment” ses déclarations concernant Nicolas Sarkozy, qu‘il a accusé d‘espionner ses ministres lorsque ce dernier était président, mais rien de plus. La sortie sur Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et rivale au sein de LR, qui se ferait une spécialité de faire des “conneries”, relève par ailleurs du simple “trait d‘humour”, a argué Laurent Wauquiez. Pour le reste, il a maintenu ses propos au nom de sa “liberté de parole”, y compris sur Alain Juppé qui a selon lui “cramé la caisse” en augmentant les impôts à Bordeaux. Privilégiant l‘attaque à la défense, l‘ancien député a annoncé qu‘il portait plainte pour dénoncer ce qu‘il qualifie de “méthodes de voyous” de la part des journalistes de “Quotidien” et qu‘il allait saisir le Conseil supérieur de l‘audiovisuel.

Wauquiez un crane d’œuf dur

Wauquiez un crane d’œuf dur

 

L’archétype de l’élite que produit souvent la France. L’intéressé a fini premier au concours de l’ENA, en tête des autres formations supérieures suivies. Un cursus particulièrement brillant mais qui ne se caractérise pas par une grande intelligence, une grande déontologie et un grand sens de la nuance et même de  l’humour. En fait des sortes des individus dotées d’une grande mémoire apte à réciter le Bottin mais à la structure mentale relativement primaire. Primaire,  comme les propos tenus devant les étudiants de l’école de commerce de Lyon. Des propos de bistrot très simplificateur et qui montre l’absence de structure idéologique et déontologique de l’intéressé. Bref effectivement Wauquiez fait du Trump mais en moins bien. Trump  a au moins le mérite, si l’on peut dire, d’assumer la totalité de ses propos tandis que Wauquiez pour sa défense met  en cause que la forme à savoir l’illégalité de l’enregistrement de sa discussion avec les étudiants.une illégalité qui reste à prouver car il n’y a rien de privé dans l’objet des attaques de Wauquiez. Des attaques très populistes, limite fachos, qui tranchent avec les propos qu’il tenait quand son mentor Jacques barrot lui a mis le pied à l’étrier de la politique. À l’époque il reprenait sans état d’âme le discours très centriste, libéral et européen de Jacques Barrot. Aujourd’hui il rejoint le camp des souverainistes et sur le plan sociétal des ultras droitiers. Cela avec un discours, comme Marine Le Pen truffé de mensonges, de simplification et d’accusations délirantes.  On peut s’interroger sérieusement sur le fait que les écoles les plus prestigieuses de France abritent de tels crânes d’œufs sans doute davantage pour leur qualité de mémoire que sur la qualité intellectuelle. Pour preuve, il est bien difficile dans les discours officiels de Wauquiez de déceler la moindre parcelle d’ouverture d’esprit aux problématiques complexes des champs économiques, technologiques, environnementaux, sociaux ou sociétaux. Pour preuve le programme politique de Wauquiez complètement indigent consacré  pour l’essentiel à l’invective non seulement contre ses adversaires politiques mais aussi contre les membres de son propre parti. Sur le plan de la personnalité Wauquiez confirme son profil psychorigide, obtus et même haineux. Pas vraiment le profil d’un homme d’État.

 

Wauquiez «pire que du Trump» (Xavier Bertrand)

Wauquiez «pire que du Trump» (Xavier Bertrand)

 

Vauquiez «C’est du Trump, c’est pire que Trump. »  a déclaré Xavier Bertrand à propos de Vauquiez. Xavier Bertrand qui ajoute que ces mots pourraient être ceux des Le Pen.  La guerre pour représenter la droite en 2022 est évidemment lancée (avec en plus Pécresse, un peu le cul entre deux chaises actuellement).  Vauquiez.  «Vous prenez les mots qui ont été dits là, [si] vous ne savez pas que c’est Laurent Wauquiez qui parle, ça pourrait être un des membres de la famille Le Pen». Quand il s’agit de Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand a pour habitude de ne pas mâcher ses mots. Invité de BFM Politique ce dimanche, le président du conseil régional des Hauts-de-France a réagi aux propos polémiques tenus par son homologued’Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre d’un cours dispensé à l’École de Management de Lyon. D’après l’ancien ministre du Travail, ils recèlent «la même tonalité, la même violence» que ceux des leaders du Front national.  «Vous avez là (…) l’une des raisons pour lesquelles j’ai quitté Les Républicains», a déclaré Xavier Bertrand en rappelant son départ du parti en décembre 2017. Au-delà des positions ambiguës de certains cadres LR lors du duel Macron-Le Pen au second tour de la présidentielle, l’ex-sarkozyste évoque la «violence» et le «cynisme politique» dont il estime Laurent Wauquiez porteur. «D’aboyer en permanence, de sauter à la gorge, de démolir l’autre, c’est une stratégie électorale, [il ne] faut pas s’y tromper», a tancé Xavier Bertrand avant d’ajouter: «C’est du Trump, c’est pire que Trump. Certains veulent ‘trumpiser’ la vie politique française.» Dans l’enregistrement diffusé par «Quotidien» où l’on entend Laurent Wauquiez critiquer ses adversaires, il y a parmi eux Gérald Darmanin, qui fut un temps le bras droit de Xavier Bertrand. D’où son regret que certains hommes politiques préfèrent «abattre» leurs adversaires, «les mettre à terre, plutôt que de faire le combat d’idées». «C’est plus difficile de faire un projet pour la France et pour les Français. C’est plus facile de démolir matin, midi et soir», estime l’ancien maire de Saint-Quentin.

 

Wauquiez va finir de tuer les Républicains

Wauquiez va finir de tuer les Républicains

 

Injures, fausses accusations contre ses concurrents politiques (et même dans son propre camp), vulgarité, provocations, Wauquiez voudrait de liquider les Républicains qu’il ne s’y prendrait pas autrement. La brutalité et la manipulation caractérisent  un personnage bien peu recommandable.   . En plus Vauquiez veut maintenant  poursuivre en justice l’étudiant qui a enregistré ses propos trash.  Samedi, l‘ancien député a menacé d‘engager des poursuites. Les propos “ont été enregistrés de façon illégale, avec des méthodes peu déontologiques qui ouvrent la voie à des suites judiciaires”, peut-on lire sur son compte Twitter. On peut se demander ce que faisait Wauquiez dans une école de commerce pour parler des enjeux contemporains. Dune façon générale les politiques n’ont d’ailleurs rein à faire dans les écoles surtout pour traiter de la cuisine politicienne France.   Dans l‘enregistrement, le chef des Républicains déclare que Nicolas Sarkozy, quand il était à l‘Elysée, “mettait sur écoutes” et “contrôlait les téléphones portables de ceux qui rentraient en conseil des ministres”.  Laurent Wauquiez “s‘est excusé” samedi auprès de l‘ex-chef de l‘Etat, qui en “a pris note”, a rapporté à Reuters l‘entourage de Nicolas Sarkozy, qui “dément formellement et bien évidemment cette grotesque histoire d’écoutes.” La diffusion des propos du leader de la droite républicaine a suscité moult réactions, entre indignation et ironie.

Alliance électorale : L’UDI lâche Wauquiez

Alliance électorale : L’UDI lâche Wauquiez

Lors des élections partielles dont le premier tour s’est déroulé dimanche dernier, l’UDI a encore soutenu les candidats des républicains. Mais c’est la dernière fois et Jean-Christophe Lagarde, le président du parti de centre-droit, l’avait dit: si Laurent Wauquiez prenait la direction des Républicains, Les Républicains ne pourraient plus compter sur l’appui de l’UDI lors des échéances électorales. Selon des informations recueillies par BFMTV, l’UDI passe des mots aux actes. En effet, pour les législatives partielles, prévues en Guyane et en Haute-Garonne, et dont les premiers tours se tiendront respectivement les 4 et 11 mars prochains, l’UDI appuiera les candidatures estampillées La République en marche. En Guyane, c’est donc Lenaïck Adam qui sera le bénéficiaire de ce soutien, et en Haute-Garonne, Michel Montsarra.

Wauquiez, comme Marine Le Pen fuit les européennes !

Wauquiez, comme Marine Le Pen fuit les européennes !  

 

On a noté évidemment des similitudes de pensées et programmatiques entre Marine Le Pen et Laurent Wauquiez. D’une certaine façon, ils ont aussi la même manière d’affronter les échéances politiques trop difficiles : en fuyant. Le Front National comme les Républicains ne pourront guère retrouver leur meilleur score au européenne du fait de leur affaiblissement respectif. Il est clair qu’une défaite aux européennes hypothèquerait  les chances de se présenter aux présidentielles de 2022. L’un comme l’autre ont choisi de ne pas prendre la tête de liste des européennes pour ne pas porter la responsabilité d’un éventuel recul. Dans les deux cas encore les chefs de partis vont donc choisir un bouc émissaire comme tête de liste. Pour se justifier, Laurent Wauquiez a réaffirmé jeudi sur France 2 qu’il ne mènerait pas la liste de son parti aux élections européennes de 2019. « Je suis président de région. Je n’ai pas l’habitude de trahir la confiance de mes électeurs. Ils ont voté pour moi pour une durée de mandat, je ne fais pas partie de ces politiques qui surfent d’un mandat à un autre », a déclaré le président d’Auvergne-Rhône-Alpes lors de L’Émission politique sur France 2.lequel dans le passé n’avait pas hésité à surfer entre son mandat de lutter et celui de ministre. Autre époque, autre temps y compris concernant son changement de position relatif au noyau dur qu’il prévoit aujourd’hui à 12 états au lieu de six précédemment. « Si on veut sauver l’Europe, il faut la changer », a-t-il martelé, prônant un noyau dur de douze états, contre six dans un essai publié en 2014. Car « j’ai entendu les critiques qui m’ont été faites. Tout le monde m’a dit: six, c’est pas assez ». « Je ne suis pas borné, je suis capable d’écouter ».

Sondage Laurent Wauquiez : ni compétent, ni honnête, ni sympathique

Sondage Laurent Wauquiez : ni compétent, ni honnête, ni sympathique

L’image de Laurent Wauquiez qui n’était déjà pas fameuse se dégrade, révèle jeudi 25 janvier un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro. Seuls 41% des sondés trouvent compétent le nouveau président du parti Les Républicains, contre 57% qui le jugent incompétent. Laurent Wauquiez n’apparaît sympathique que pour 37% des Français, contre 61% qui ne lui prêtent pas cette qualité. C’est une perte de quatre points à chaque fois, par rapport au dernier sondage réalisé le 7 décembre dernier. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes n’est jugé honnête que par 34% des sondés, contre 64%, soit un peu plus de six personnes sur dix qui le trouvent malhonnête. Laurent Wauquiez perd là deux points d’opinion positive par rapport au mois de décembre 2017. Une personne sur deux estime que le président du parti Les Républicains imite le Front national : 51% des sondés le pensent contre 47%, soit une augmentation de trois points, si l’on se réfère au sondage précédent du 7 décembre.

*L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet, les 24 et 25 janvier 2018. Il s’agit d’un échantillon de 980 personnes représentatif de la population française âgée de18 ans et plus, parmi lesquelles 202 sympathisants de gauche, 150 sympathisants LREM, 105 sympathisants LR, et 156 sympathisants du FN. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas.

Wauquiez inaudible

Wauquiez inaudible

Avec son interview au journal du dimanche ce devait être une rentrée fracassante pour le nouveau responsable des Républicains. C’est en tout cas qu’il avait annoncé. Force cependant et de constater que cette grande déclaration est passée sous la table de la plupart des grands médias. Il faut dire que Wauquiez n’y va pas avec le dos de la cuillère, l’opposition est totale, frontale, proche de celle de Mélenchon ou de Marine Le Pen tous les sujets. L’excès ne rend pas très crédible la critique surtout celle concernat  l’approche de Macon qu’il considère comme typiquement technocratique et parisienne. Une critique qui peut nourrir des interrogations quand on sait que lui-même est énarque et qu’il a été en son temps parachuté dans la circonscription du centriste de  Jacques barrot. Si les médias n’ont pas retenu grand chose de la première attaque de Vauquiez contre le gouvernement par contre ils ont noté les départs de Dominique Bussereau et de l’ancien ministre Alain Juppé, l’un comme l’autre pas trop rassurés par les intentions droitières de Laurent Wauquiez qui dans son interview au JDD  dénonce pêle-mêle un « acharnement du gouvernement contre les classes moyennes« , un « mépris du président pour la France des territoires » ou une « une approche typiquement technocratique » en matière de sécurité routière. « Cette rentrée s’ouvre (…) sur une augmentation de la dépense publique et une hausse massive de la CSG », déclare-t-il. « La hausse de la CSG, c’est 23  milliards d’euros d’impôts en plus ! C’est cela, le cadeau de début d’année de Macron « La dépense publique continue à augmenter. La violence contre les policiers ? Aucune décision n’a été prise. La lutte contre le travail détaché ? Une fois passés les effets d’annonce, on s’aperçoit que rien n’a changé », poursuit-il.  On cherche à raconter aux Français un monde virtuel bien éloigné de leur vie quotidienne », déclare encore Laurent Wauquiez. Tout l’enjeu pour le nouveau chef de file de LR est de trouver le ton juste, à même de lui donner ses galons de premier opposant à Emmanuel Macron, tout en évitant un exode des cadres les plus hostiles à sa stratégie droitière. Dans cette perspective, il a annoncé au JDD son souhait de confier la présidence du Conseil national du parti – le parlement interne – à l’ancien député Jean Leonetti, une figure plutôt consensuelle à droite. La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, avait auparavant refusé ce même poste par souci de conserver son indépendance vis-à-vis de Laurent Wauquiez, dont elle critique les orientations. L’élection de ce quadragénaire ambitieux, avec le soutien de près de 75% des adhérents au premier tour, n’a pour l’heure entraîné que des départs au compte-gouttes, comme celui du président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand. Dimanche, l’ancien ministre Dominique Bussereau, fidèle d’Alain Juppé et proche de Jean-Pierre Raffarin, a fait savoir qu’il se mettait « en congé » de LR, au moins jusqu’aux élections européennes de 2019. Lundi c’était au tour d’Alain Juppé d’annoncer lui aussi sa mise en congé

 

Wauquiez : des vœux plus « constructifs »

Wauquiez : des vœux plus « constructifs »

 

 

En prise à une hémorragie de démissions dans son parti, le nouveau président des républicains a finalement formulé des vœux constructifs. Certes il a réaffirmé les valeurs de la droite mais tout en se disant disposé à soutenir les mesures de Macron qui iraient dans le bon sens. Pour l’immédiat, il  ne semble pas trouver prioritaire d’utiliser les arguments de l’ultra droite dans la mesure où le FN  est actuellement à peu près inaudible et lui aussi très affaibli. Du coup la priorité est d’éviter les départs massifs chez les républicains en rééquilibrant  en le discours entre aspects libéraux et nationalistes Laurent Wauquiez a défendu son “combat pour une nouvelle droite” dans ses vœux pour 2018, année au cours de laquelle il entend représenter une opposition “ouverte” et sans sectarisme. “Pour que la France rayonne, elle doit se remettre la tête à l‘endroit, réassumer et défendre ses valeurs”, déclare Laurent Wauquiez, élu le 10 décembre à la présidence des Républicains (LR), dans une vidéo mise en ligne dimanche. “Je veux reconstruire la parole de la droite. Nous avons perdu et nous avons beaucoup déçu. Nous avons même parfois écœuré les Français”, concède-t-il, après la débâcle de l’élection présidentielle et des législatives et face à des divergences au sein de son propre camp, divisé sur la ligne droitière qu‘il impose. Le chef de file des Républicains veut “faire en sorte que face à Emmanuel Macron il y ait une opposition, une opposition qui ne soit pas sectaire, une opposition qui soit ouverte à soutenir tout ce qui ira dans la bonne direction”. Le président du conseil régional d‘Auvergne-Rhône-Alpes entend notamment concentrer son action sur la défense des retraités et des classes moyennes face à l‘augmentation de la CSG, qui entrera en vigueur en janvier. Laurent Wauquiez promet de s‘attacher aux questions de sécurité, d‘œuvrer à faire baisser les charges qui “assomment” selon lui l’économie française, et à la “défense de nos valeurs, de notre identité face au communautarisme et face aux attaques du terrorisme”. Dénonçant une reculade du gouvernement sur les questions d‘immigration, il se prononce pour une politique plus stricte. “Avec les difficultés économiques qui sont les nôtres , ce serait une folie d‘accueillir trop de personnes auxquelles nous ne pouvons pas offrir un vrai avenir”, estime-t-il.

Wauquiez : « une ligne de fermeture » (Valérie Pécresse)

Wauquiez : « une ligne de fermeture » (Valérie Pécresse)

Valérie Pécresse qui n’a pas voulu se faire piéger et a refusé le poste de présidente du Conseil national des Républicains considère que les orientations de Wauquiez constituent une ligne politique de fermeture dans une interview au JDD.

 

 

Que pensez-vous de la nouvelle direction de LR, dévoilée mercredi?
Le bon point, c’est qu’elle est paritaire. Le mauvais point, c’est sa fermeture : à une exception près, tous ont soutenu Laurent ­Wauquiez dans l’élection interne. Ce n’est donc pas dans l’exécutif que sera représentée la diversité du mouvement. Le rassemblement des sensibilités, ce sont des actes : nous en jugerons avec la composition du futur bureau politique et de la commission d’investiture dès la semaine prochaine.

 

Allez-vous structurer davantage Libres, votre mouvement?
J’ai proposé à Laurent Wauquiez que Libres devienne un mouvement associé au sein des Républicains. Nous voulons ainsi nous ancrer dans notre famille politique, tout en ayant la possibilité d’avoir des adhérents qui ne soient pas forcément membres de LR. Avec son élection, nous assistons au départ de militants et d’élus, et je leur dis : « Restez. Restez avec nous dans Libres. » Le défi qui est devant nous, c’est de rénover le logiciel politique de la droite. Le débat sur notre ligne politique n’a pas eu lieu lors de la campagne interne. Nous devons le mener. Ma ligne n’est pas la sienne.

Qu’est-ce qui vous différencie?
J’ai choisi au deuxième tour de la présidentielle de voter Macron et pas Le Pen, quand Laurent Wauquiez n’a pas appelé à voter Macron. La non-porosité avec le FN et ses affidés est pour moi un marqueur fort de l’identité de la droite et une ligne rouge à ne pas franchir. De ce point de vue, il y a encore des ambiguïtés qui méritent d’être levées. Et si la ligne que défend Libres! est forte sur le régalien, elle n’est pas populiste. Ma droite dénonce toutes les provocations contre la République, comme les prières de rue à Clichy, mais elle veut un concordat avec l’islam. Pour moi, c’est simple : la loi de la République doit primer sur la loi religieuse.

 

Et votre droite ne veut pas non plus installer une crèche dans l’hôtel de Région, comme a tenté de le faire Wauquiez?
Non. Dans ma Région, je n’ai pas mis de crèche, mais j’ai fait une charte de la laïcité contraignante qui s’impose à toute association sollicitant des subventions régionales. Nous sommes précurseurs dans la prévention de la radicalisation dans les clubs sportifs : nous formons des animateurs sportifs comme lanceurs d’alerte, car il y a eu des tentatives d’infiltration de l’islamisme radical. Une centaine de personnes fichées S radicalisées dans l’entourage immédiat de clubs sportifs ont été signalées.

 

Que pensez-vous de l’interdiction par le Conseil d’État d’une croix construite sur le domaine public en Bretagne?
Il faut trouver un moyen de rendre conforme à la loi cette construction à laquelle les Bretons sont attachés.

 

Qu’est-ce qui vous sépare de Laurent Wauquiez sur l’Europe?
Je suis eurolucide, mais je ne suis pas eurosceptique. Je ne suis pas d’accord pour un grand chamboule-tout européen qui casserait la source de notre prospérité et notre meilleure protection, même si, évidemment, il faut que ­l’Europe fonctionne mieux.

 

Que pensez-vous de la « clause Molière », que Wauquiez a voulu instituer, en vain, dans sa Région?
Nous avons voté une « clause ­Molière » en Île-de-France. La nôtre a été validée par le préfet, malgré un recours de l’opposition, et, aujourd’hui, elle s’applique. C’est une mesure de sécurité pour les ouvriers, pas une mesure de ­discrimination envers telle ou telle ­nationalité. Ne pas avoir de traducteur sur des chantiers où les ouvriers ne comprennent pas le français, c’est les mettre en danger. Évidemment, la présence d’interprètes renchérit le coût des travailleurs détachés, et cela incitera les entreprises qui veulent décrocher des marchés publics à recourir à des ouvriers vivant en France.

 

Laurent Wauquiez se présente comme le tenant d’une « droite sociale »…
Mon engagement politique date de 1995 : j’ai suivi le Chirac de la « fracture sociale ». Je pense donc profondément que la droite doit être sociale. Et cela ne se résume pas à dénoncer le « cancer de l’assistanat ». Si la droite doit, bien sûr, s’adresser aux classes moyennes, elle doit aussi parler aux plus fragiles. Ma droite, c’est une droite d’ordre mais aussi d’espoir : comment faire fonctionner l’ascenseur social? Comment parler à ceux qui n’ont plus de raison de se lever le matin? La réponse aux problèmes de la France ne peut pas se limiter à la question de notre identité. Il faudra apporter une réponse économique et sociale, qui passe évidemment par la création d’emplois et la libre entreprise. De ce point de vue, je suis un peu inquiète du discours économique du vice-président de LR Guillaume Peltier, dont les intonations se rapprochent de celui de Jean-Luc Mélenchon.

Êtes-vous favorable à l’élargissement de la PMA à toutes les femmes?
Sur les sujets de société aussi, les Républicains doivent faire leur mue. La droite doit accepter qu’on ne reviendra pas sur la loi Taubira. Je défends le droit à l’indifférence quant à la vie privée des Français dès lors qu’elle s’inscrit dans les lois de la République. C’est cela, l’ADN de ma droite. Ma droite à moi, elle reconnaît la liberté de chacun de choisir sa vie : les femmes doivent avoir la liberté de choix, garder leur enfant ou avoir recours à l’IVG, et elles doivent être accompagnées dans les deux cas. Chacun doit pouvoir aimer qui il veut, s’habiller comme il veut, du moment qu’il respecte la loi. Concernant la PMA pour toutes les femmes, elle soulève de vrais problèmes éthiques qui ne peuvent pas être balayés d’un revers de main, mais doivent être débattus de manière sereine. Quand j’entends dire que les enfants de la PMA devraient ne pas exister, cette phrase me glace.

Est-ce que…
[Elle interrompt] J’ai une autre différence : j’ai décidé de porter une parole radicalement féministe en politique. Le mouvement #balancetonporc est révélateur d’une réalité : l’émancipation des femmes régresse. D’ailleurs, nous lancerons en mars une grande campagne contre le harcèlement des femmes dans les transports en commun.

Elle défend des primaires « inéluctables »

Votre famille politique a-t-elle pris la mesure de ce sujet?
La stratégie des partis politiques sur ces sujets, c’est un grand vide… Or, l’égalité femmes-hommes conditionne l’évolution de la société tout entière. Il faut prendre ce sujet à bras-le-corps. Et non, je ne crois pas que ma famille politique soit exemplaire. Les autres non plus, d’ailleurs.

Vous défendez le principe des primaires…
[Elle interrompt encore] Il ne s’agit pas de défendre un principe : les primaires sont inéluctables. Compte tenu de la fragmentation de la droite et du centre, il n’est pas envisageable d’avoir un candidat unique en 2022 s’il n’y a pas une sélection organisée d’une manière ou d’une autre. Sinon, il y aura plusieurs candidats… et nous ne serons pas au second tour.

Serez-vous candidate à ces primaires?
Je me consacre à 100 % à ma Région et au travail sur les idées. C’est ce à quoi je m’attellerai dans les quatre prochaines années.

Excluez-vous d’être candidate, alors?
[Elle rit] C’est indécent d’en parler aujourd’hui. Avez-vous vu l’état de la droite ?

Que dites-vous à Alain Juppé, qu’on dit tenté de quitter LR?
Que je ne renonce pas à peser et à convaincre. Je ne veux pas quitter ma famille politique, et j’espère qu’on ne m’y acculera pas un jour en franchissant des lignes rouges. Je souhaite qu’un maximum de grandes figures de la droite et du centre restent dans LR, parce que je crois encore au pacte fondateur de l’UMP, à ce grand parti qui saurait inclure toutes les sensibilités de la droite et du centre.

 

Les Républicains : Valérie Pécresse refuse Wauquiez

Les Républicains : Valérie Pécresse refuse  Wauquiez

 

Ce n’est pas un vrai refus à l’égard de la personne de Wauquiez mais ça y ressemble. En effet Valérie Pécresse ne veut pas du strapontin que lui proposait  Wauquiez comme présidente du conseil national des républicains. Ce conseil national est en quelque sorte le parlement du parti. Un parlement qui dans comme dans tous les autres partis ne sert pas à grand-chose car les décisions sont prises en amont. D’une certaine manière,  Valérie Pécresse aurait été prise au piège de ce poste au demeurant symbolique. Un nouvel échec dans Wauquiez qui accumule chaque jour les déceptions, les prises de distance et les démissions. Valérie Pécresse a donc   »refusé » vendredi sur RTL la proposition de Laurent Wauquiez de lui donner la présidence du conseil national des Républicains, le parlement du parti.  »Présider ce conseil national, c’était finalement donner un blanc-seing à Laurent Wauquiez et adhérer à une ligne politique qui n’est pas la mienne », explique la présidente LR d’Ile-de-France, qui se pose déjà comme l’une des adversaires du nouveau patron de la droite en vue de la présidentielle.   »Je fais le choix de la liberté dans ma famille politique. Je fais le choix – avec tous ceux qui partagent ma sensibilité politique – d’être dedans mais d’être différents », a ainsi justifié Valérie Pécresse, qui a lancé son propre mouvement en septembre, « Libres! ». « Moi aujourd’hui, moi je ne veux pas me lier les mains, je ne veux pas me bâillonner », explique-t-elle encore, assurant que son objectif est de « peser sur la ligne politique qui sera celle de la droite » et regrettant que le « débat d’idées n’ait pas eu lieu » lors de cette campagne pour la présidence du parti. Valérie Pécresse avait elle-même refusé à se présenter, ce qui lui avait valu plusieurs remarques de Laurent Wauquiez, sans la citer directement. Dimanche soir, juste après sa victoire, il avait notamment félicité ses deux concurrents, Maël de Calan et Florence Portelli, qui « ont eu le courage de se présenter », et appelé  »personnalités qui n’ont pas voulu s’engager dans cette campagne » à mettre leur « talent au service de la famille ».

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol