Archive pour le Tag 'vraiment'

Les objets connectés sont -ils vraiment tous utiles ?

Les objets connectés sont -ils vraiment tous utiles ?

Les objets connectés ont rapidement envahi notre quotidien ces dernières années. Assistants vocaux, réfrigérateurs intelligents, système d’éclairage connecté, balances de santé, enceintes connectées, montres intelligentes, verrous connectés… la liste semble extensible à l’infini. Selon les prévisions de Statista et de Fortune Business Insights, le nombre d’objets connectés dans le monde devrait dépasser les 29 milliards d’ici 2030 et le marché mondial de l’Internet des objets devrait passer d’environ 662 milliards de dollars en 2023 à 3 353 milliards de dollars en 2030. Cet essor rapide des objets connectés a créé une abondance de choix pour les consommateurs. Cependant, la profusion d’objets connectés peut paradoxalement engendrer un sentiment de confusion. En effet, il devient difficile de s’y retrouver parmi de plus en plus d’options disponibles sur le marché. Nous nous sentons parfois comme un enfant dans un magasin de jouets géant, submergé par la multitude de choix qui nous sont offerts.


par
Zeling Zhong
Enseignante-Chercheuse en Innovation Digitale & Marketing, EDC Paris Business School dans The Conversation

Quel objet connecté choisir parmi cette multitude de possibilités ? Lequel correspond réellement à nos besoins et à nos valeurs ? Lequel apporte une véritable valeur ajoutée et lequel relève du « gadget » ? Face à cette surabondance de l’offre, le phénomène de désengagement du consommateur se fait sentir, comme nous le relevons dans un travail de recherche récent.

Notre étude propose ainsi une taxonomie pour catégoriser les objets connectés en fonction de l’amélioration de l’expérience utilisateur et de leur pertinence pour des usages effectifs. Cette taxonomie peut guider les consommateurs vers des choix appropriés et à aider les entreprises à naviguer dans ce paysage en constante évolution.

Trois catégories distinctes des objets connectés grand public émergent de nos analyses :

1. « Objets connectés tels que conçus »

Dans cette catégorie, les objets connectés sont utilisés conformément à leur conception initiale. Bien que ces objets offrent des fonctionnalités technologiques plus ou moins avancées, leur potentiel d’appropriation par les consommateurs reste néanmoins limité. Ces derniers tendent à reproduire les usages qu’ils maîtrisent déjà sur leurs autres appareils mobiles et à personnaliser ces objets selon les intentions des concepteurs.

Les thermostats intelligents constituent des exemples pertinents de cette catégorie. Ils sont conçus pour réguler automatiquement la température d’une maison en fonction des habitudes de vie de l’utilisateur. Bien que ces thermostats connectés offrent des fonctionnalités avancées d’optimisation énergétique, la plupart des utilisateurs les utilisent pour régler simplement la température. Autre exemple : les ampoules intelligentes qui permettent de régler l’éclairage en fonction de l’ambiance recherchée mais dont les fonctionnalités ne sont pas toujours exploitées par les usagers.

Un thermostat intelligent
Les thermostats intelligents, un exemple d’objet connecté « tel que conçu ». Pxhere
Pour cette catégorie d’objets connectés, il est recommandé aux professionnels de laisser une marge de manœuvre permettant aux clients potentiels de disposer de davantage d’options pour intégrer l’objet connecté à leur quotidien. Proposer des objets connectés ajoutant de nouvelles fonctionnalités à des objets familiers facilite en effet une utilisation pérenne.

2. « Objets connectés tels que co-créés »

Dans cette catégorie, les usages résultent d’une cocréation entre concepteurs et utilisateurs. Leur fonctionnalité offre une gamme de solutions technologiques permettant une participation active des utilisateurs à la création d’expériences. Le potentiel d’appropriation par les consommateurs est élevé, grâce à des expériences enrichies par la haute technologie et habilitées par des fonctionnalités sophistiquées.

Les solutions de domotique modulaires constituent des exemples emblématiques de cette catégorie. Elles permettent aux utilisateurs de configurer et d’automatiser leur environnement domestique en fonction de leurs préférences et besoins individuels. Les objets connectés basés sur des plates-formes de développement d’Internet des objets comme Arduino ou ESP32 offrent par exemple une grande flexibilité aux utilisateurs en offrant une expérience utilisateur hautement personnalisée et technologiquement avancée.

Cette catégorie est cruciale pour les professionnels du marché des objets connectés destinés au grand public. Ils doivent considérer ces objets comme des composants informatiques ouverts nécessitant des mises à jour régulières pour optimiser les services. Avec l’ajout d’une connexion réseau, ces objets du quotidien deviennent des mini-ordinateurs, transformant les stratégies de développement de produits sur la base des usages les plus répandus chez les clients. Les fabricants doivent ainsi travailler sur un cycle d’évolution court et élargir régulièrement les possibilités de leurs produits pour favoriser la création de valeur grâce à la participation active des utilisateurs dans la co-création d’expériences.

3. « Objets connectés créés par soi-même »

Dans cette catégorie, les objets connectés sont utilisés tels que créés par les utilisateurs. Leur potentiel d’appropriation est élevé, bien que les expériences soient assistées par des capacités technologiques moins avancées. Cette catégorie inclut les objets connectés les plus simples fournissant des informations de base.

Par exemple, les kits de capteurs de l’air ambiant offrent la possibilité de mesurer des paramètres tels que la qualité de l’air, la température ou l’humidité. Les utilisateurs peuvent ensuite exploiter ces données pour surveiller leur environnement domestique ou professionnel de manière personnalisée.

Les managers des points de vente sont ici encouragés à présenter des vidéos ou des messages publicitaires illustrant les diverses applications de ces objets dans différents contextes d’usage. Cela permet aux clients potentiels de créer des usages personnalisés dans leur quotidien.

En cette ère des objets connectés, il faut dépasser la surabondance d’options en adoptant une approche réfléchie et responsable de l’innovation, d’autant plus que leur fabrication et leur usage génèrent un impact environnemental important. La création des objets connectés centrés sur l’utilisateur, respectueux de l’environnement et sécurisés repose sur la collaboration entre les parties prenantes dans les secteurs concernés et la transparence avec les consommateurs.

Les entreprises doivent donc jouer un rôle proactif en proposant des produits connectés durables et en s’assurant que leurs objets connectés respectent la vie privée des utilisateurs et minimisent leur empreinte environnementale en utilisant des matériaux recyclables, en favorisant la réparation plutôt que le remplacement.

En adoptant une approche centrée sur l’utilisateur et intégrant les principes d’éthique et de durabilité dans leurs stratégies d’innovation, les entreprises peuvent s’assurer que leurs produits connectés répondent aux besoins réels des consommateurs, ce qui favorise leur appropriation et leur utilisation à long terme en créant un écosystème durable.

Fiscalité–Révision en baisse de l’impôt sur le revenu, vraiment ?

Fiscalité–Révision en baisse de l’impôt sur le revenu, vraiment ?

Les impôts seront déflatés, c’est-à-dire qu’ils tiendront compte de l’inflation. Le problème est que cette inflation sera autour de 5 % en 2023 officiellement mais que l’inflation réelle, elle, sera plus proche de 10 %.De plus, il n’est même pas certain que le gouvernement retienne la hausse officielle de 5 %. Du coup mécaniquement, il y aura davantage de ménages imposables. Pourtant l’inflation pèse d’autant plus que les revenus sont moins élevés compte tenu de la structure de consommation des ménages. Conséquence, en réalité les impôts vont augmenter et surtout si l’on intègre la fiscalité autre que sur les revenus comme par exemple l’impôt foncier.

Finalement Bruno Lemaire emploie les grosses ficelles habituelles : augmentation discrète de l’impôt, mais pas d’incitation à la hausse des salaires ni au freinage des prix.

Selon les informations des Échos , confirmées au Figaro, Bercy, en pleine préparation du projet de loi de finances 2024, a décidé d’indexer le barème de l’impôt sur le revenu sur l’évolution de la hausse des prix. En d’autres termes, les tranches seront revalorisées pour prendre en compte l’inflation.

Le problème c’est qu’avec l’inflation nombre de ménages qui n’étaient pas imposables sur le revenu le seront désormais de façon mécanique.

Pour l’exécutif, l’indexation permettra en théorie à bon nombre de Français, non-contribuables, de ne pas devenir imposables. Et empêchera les actuels assujettis fiscaux de voir leurs impôts augmenter.

Barème de l’impôt revu en baisse, vraiment ?

Barème de l’impôt revu en baisse, vraiment ?

Les impôts seront déflatés, c’est-à-dire qu’ils tiendront compte de l’inflation. Le problème est que cette inflation sera autour de 5 % en 2023 officiellement mais que l’inflation réelle, elle, sera plus proche de 10 %.De plus, il n’est même pas certain que le gouvernement retienne la hausse officielle de 5 %. Du coup mécaniquement, il y aura davantage de ménages imposables. Pourtant l’inflation pèse d’autant plus que les revenus sont moins élevés compte tenu de la structure de consommation des ménages. Conséquence, en réalité les impôts vont c augmenter.

Finalement Bruno Lemaire emploie les grosses ficelles habituelles : augmentation discrète de l’impôt, mais pas d’incitation à la hausse des salaires ni au freinage des prix.

Selon les informations des Échos , confirmées au Figaro, Bercy, en pleine préparation du projet de loi de finances 2024, a décidé d’indexer le barème de l’impôt sur le revenu sur l’évolution de la hausse des prix. En d’autres termes, les tranches seront revalorisées pour prendre en compte l’inflation.

Le problème c’est qu’avec l’inflation nombre de ménages qui n’étaient pas imposables sur le revenu le seront désormais de façon mécanique.

Pour l’exécutif, l’indexation permettra en théorie à bon nombre de Français, non-contribuables, de ne pas devenir imposables. Et empêchera les actuels assujettis fiscaux de voir leurs impôts augmenter.

Inflation – Barème de l’impôt déflaté , vraiment ?

Inflation – Barème de l’impôt déflaté , vraiment ?

Les impôts seront déflatés, c’est-à-dire qu’ils tiendront compte de l’inflation. Le problème est que cette inflation sera autour de 5 % en 2023 officiellement mais que l’inflation réelle, elle, sera plus proche de 10 %.De plus Il n’est même pas certain que le gouvernement retienne la hausse officielle de 5 %. Du coup mécaniquement, il y aura davantage de ménages imposables. Pourtant l’inflation pèse d’autant plus que les revenus sont moins élevés compte tenu de la structure de consommation des ménages. Conséquence en réalité les impôts vont c augmenter.

Finalement Bruno Lemaire emploie les grosses ficelles habituelles : augmentation discrète de l’impôt, mais pas d’incitation à la hausse des salaires ni au freinage des prix.

Selon les informations des Échos , confirmées au Figaro, Bercy, en pleine préparation du projet de loi de finances 2024, a décidé d’indexer le barème de l’impôt sur le revenu sur l’évolution de la hausse des prix. En d’autres termes, les tranches seront revalorisées pour prendre en compte l’inflation.

Le problème c’est qu’avec l’inflation nombre de ménages qui n’étaient pas imposables sur le revenu le seront désormais de façon mécanique.

Pour l’exécutif, l’indexation permettra en théorie à bon nombre de Français, non-contribuables, de ne pas devenir imposables. Et empêchera les actuels assujettis fiscaux de voir leurs impôts augmenter.

Conjoncture Entreprises: moral vraiment en hausse ?

Conjoncture Entreprises: moral vraiment en hausse ?


selon la 83ème vague du baromètre CCI France, La Tribune et LCI. Une vaste majorité d’entreprises (77%) seraient confiantes sur leur trésorerie pour la fin de l’année. Une évolution contredite par une enquête de l’INSEE !

Les entreprises auraient retrouvé le moral cet été. Selon la Grande consultation des entrepreneurs réalisée par OpinionWay pour CCIFrance, La Tribune et LCI, l’indice qui mesure l’optimisme des patrons est à 84 contre 85 en juin. L’optimisme des entreprises se stabilise à un niveau inédit depuis l’éclatement de la guerre en Ukraine en février 2022. « La confiance dans les perspectives de leur entreprise s’améliore encore (72%, +3 pts depuis juin) et atteint le niveau affiché avant le début de la guerre en Ukraine », souligne l’institut de sondages.

Une analyse surprenante qui contredit complètement une récente enquête de l’INSEE sur le climat des affaires.

D’après l’INSEE , le climat des affaires se dégrade en août, atteignant un plus bas depuis avril 2021, en raison d’une détérioration de la situation conjoncturelle dans l’industrie manufacturière et les services, a annoncé jeudi l’Insee. Cet indicateur, qui synthétise l’opinion des chefs d’entreprise des principaux secteurs, s’est établi à 99, passant ainsi sous sa moyenne de longue période (100).

L’enquête de l’INSEE confirme l’indice PMI concernant la dépression économique au cours de l’été. L’indice Flash composite, qui mesure l’activité du secteur privé, s’est établi à 46,6 en août, au même niveau qu’en juillet. Il marque ainsi une nouvelle contraction de l’activité économique en France, tant dans les services que dans le secteur manufacturier

Dans l’enquête de l’INSEE, le climat «se dégrade nettement» dans l’industrie, où l’indicateur perd cinq points en un mois à 96, entraîné par une dégradation de l’opinion des chefs d’entreprises «sur les carnets de commandes et la production passée», observe l’Insee.

Dans les services, l’indicateur perd deux points et rejoint sa moyenne de longue période (100). Dans le commerce de détail, il reste quasi stable à 105 (contre 106).

Contrairement aux prévisions de la banque de France et de l’INSEE, la France est touchée par une dépression économique au cours de l’été. L’indice PMIn Flash composite, qui mesure l’activité du secteur privé, s’est établi à 46,6 en août, au même niveau qu’en juillet. Il marque ainsi une nouvelle contraction de l’activité économique en France, tant dans les services que dans le secteur manufacturier.

L’activité dans le secteur des services, secteur dominant de l’économie française, a diminué pour le troisième mois consécutif. Elle atteint même un plus bas depuis trente mois à 46,7 (contre 47,1 en juillet). La baisse de la production manufacturière, qui avait commencé l’été dernier, s’est poursuivie, avec un indice PMI provisoire à 45,8. Dans ce secteur cependant, la contraction est moindre qu’en juillet (44, révisé en légère hausse), et il s’agit d’un plus haut depuis cinq mois.

Contre toute attente, et malgré les espoirs d’amélioration de la conjoncture, les derniers résultats de l’enquête suggèrent ainsi une possible contraction du PIB au troisième trimestre », selon lui. La confiance des entreprises quant à une progression de leur activité au cours des douze prochains mois a également faibli en août, tout en se maintenant au-dessus du plus bas de 32 mois enregistré en juin.

Une analyse de l’INSEE qui contredit donc cet enquête d’opinion Way qui sans doute fait un peu trop dans le volontarisme économique.

Entreprises: moral vraiment en hausse ?

Entreprises: moral vraiment en hausse ?


selon la 83ème vague du baromètre CCI France, La Tribune et LCI. Une vaste majorité d’entreprises (77%) seraient confiantes sur leur trésorerie pour la fin de l’année. Une évolution contredite par une enquête de l’INSEE !

Les entreprises auraient retrouvé le moral cet été. Selon la Grande consultation des entrepreneurs réalisée par OpinionWay pour CCIFrance, La Tribune et LCI, l’indice qui mesure l’optimisme des patrons est à 84 contre 85 en juin. L’optimisme des entreprises se stabilise à un niveau inédit depuis l’éclatement de la guerre en Ukraine en février 2022. « La confiance dans les perspectives de leur entreprise s’améliore encore (72%, +3 pts depuis juin) et atteint le niveau affiché avant le début de la guerre en Ukraine », souligne l’institut de sondages.

Une analyse surprenante qui contredit complètement une récente enquête de l’INSEE sur le climat des affaires.

D’après l’INSEE , le climat des affaires se dégrade en août, atteignant un plus bas depuis avril 2021, en raison d’une détérioration de la situation conjoncturelle dans l’industrie manufacturière et les services, a annoncé jeudi l’Insee. Cet indicateur, qui synthétise l’opinion des chefs d’entreprise des principaux secteurs, s’est établi à 99, passant ainsi sous sa moyenne de longue période (100).

L’enquête de l’INSEE confirme l’indice PMI concernant la dépression économique au cours de l’été. L’indice Flash composite, qui mesure l’activité du secteur privé, s’est établi à 46,6 en août, au même niveau qu’en juillet. Il marque ainsi une nouvelle contraction de l’activité économique en France, tant dans les services que dans le secteur manufacturier

Dans l’enquête de l’INSEE, le climat «se dégrade nettement» dans l’industrie, où l’indicateur perd cinq points en un mois à 96, entraîné par une dégradation de l’opinion des chefs d’entreprises «sur les carnets de commandes et la production passée», observe l’Insee.

Dans les services, l’indicateur perd deux points et rejoint sa moyenne de longue période (100). Dans le commerce de détail, il reste quasi stable à 105 (contre 106).

Contrairement aux prévisions de la banque de France et de l’INSEE, la France est touchée par une dépression économique au cours de l’été. L’indice PMIn Flash composite, qui mesure l’activité du secteur privé, s’est établi à 46,6 en août, au même niveau qu’en juillet. Il marque ainsi une nouvelle contraction de l’activité économique en France, tant dans les services que dans le secteur manufacturier.

L’activité dans le secteur des services, secteur dominant de l’économie française, a diminué pour le troisième mois consécutif. Elle atteint même un plus bas depuis trente mois à 46,7 (contre 47,1 en juillet). La baisse de la production manufacturière, qui avait commencé l’été dernier, s’est poursuivie, avec un indice PMI provisoire à 45,8. Dans ce secteur cependant, la contraction est moindre qu’en juillet (44, révisé en légère hausse), et il s’agit d’un plus haut depuis cinq mois.

Contre toute attente, et malgré les espoirs d’amélioration de la conjoncture, les derniers résultats de l’enquête suggèrent ainsi une possible contraction du PIB au troisième trimestre », selon lui. La confiance des entreprises quant à une progression de leur activité au cours des douze prochains mois a également faibli en août, tout en se maintenant au-dessus du plus bas de 32 mois enregistré en juin.

Une analyse de l’INSEE qui contredit donc cet enquête d’opinion Way qui sans doute fait un peu trop dans le volontarisme économique.

Pour un statut vraiment indépendant de la presse

Pour un statut vraiment indépendant de la presse

Avec la loi Pacte de 2019, on peut envisager que toute entreprise de presse soit nécessairement une « société à mission », dont les missions comportent impérativement, par exemple, le respect des décisions éditoriales qui doivent recevoir l’agrément de la société des journalistes explique, dans sa chronique au « Monde » le professeur en sciences de gestion Armand Hatchuel.

Entreprises. La longue grève des journalistes du Journal du dimanche n’a pas fait plier la direction de l’entreprise. Pourtant, de nombreux observateurs et acteurs publics avaient soutenu leur lutte contre la nomination d’un directeur de la rédaction dont ils rejettent les valeurs. Cette décision heurtait aussi la conception du journaliste comme un professionnel attaché à la liberté d’investigation et au traitement rigoureux de l’information, qualités dont l’absence dans les réseaux sociaux est si dénoncée.

Reste que du point de vue du droit – et au-delà des couleurs politiques des protagonistes –, rien n’empêche une telle décision ! D’où le retour d’un projet ancien : celui d’une entreprise de presse plus respectueuse de ses journalistes. Sauf qu’aujourd’hui la réforme du droit de l’entreprise lui offre de nouvelles pistes.

Le droit de la presse a été avant tout fondé sur la liberté. Liberté de l’entrepreneur qui peut créer une société de presse à sa guise. Liberté pour chacun d’exercer une activité de journaliste comme pigiste ou salarié de ces sociétés. Les législations qui ont suivi n’ont pas dérogé à ce principe. Elles ont voulu protéger le public en garantissant la transparence des actionnaires et des responsables de la publication ; en limitant l’emprise d’un seul financier ou celle des étrangers.

Le métier de journaliste n’exige ni diplôme ni carte de presse. Et malgré son utilité (accréditations, protections…), celle-ci n’est détenue que par une minorité de journalistes. Certes, une instance nationale valide le statut d’entreprise de presse ou celui de journaliste professionnel et des chartes déontologiques internationales encadrent les droits et les devoirs de la presse. Mais le code du travail ne modifie que marginalement le statut salarial du journaliste et ne lui donne aucun droit de regard sur la direction de l’entreprise de presse (Journalistes, des salariés comme les autres ? Représenter, participer, mobiliser, de Camille Dupuy, Presses universitaires de Rennes, 2016).

Cette situation a suscité la multiplication des sociétés de journalistes qui portent la voix de la rédaction, mais sans légitimité institutionnelle. Ou le recours à des montages juridiques, à l’instar des quotidiens Libération et Le Monde, où les journalistes détiennent une part de la société détentrice du média. Le droit a aussi instauré une « société solidaire de presse d’information », qui ne peut être détenue que par ses collaborateurs.

Russie-mort de Prigojine : pas vraiment une surprise et avertissement

Russie-mort de Prigojine : pas vraiment une surprise et avertissement

Comme souvent en Russie, les problèmes sont résolus avec des solutions criminelles. C’est sans doute le cas avec la mort de celui qui avait été à la tête d’une tentative de putsch contre Poutine. C’est ce que pense en tout cas le président Biden. Le président américain a réagi ce mercredi au crash d’un avion en Russie dans lequel le patron de Wagner pourrait avoir trouvé la mort. Prigojine se trouvait sur la liste des passagers. Joe Biden s’est dit «pas surpris» de sa possible mort.

«Je ne sais pas encore tout à fait ce qu’il s’est passé, mais je ne suis pas surpris», a-t-il déclaré à des journalistes. «Peu de choses ne se passent en Russie sans que Poutine n’y soit pour quelque chose», a ajouté le président américain

En même temps cet accident mortel constitue un nouvelle avertissement à toutes les élites russes qui contestent Poutine
Le crash mortel d’un avion en Russie, avec le patron de Wagner Evgueni Prigojine figurant sur la liste des passagers, est un «signal» envoyé par Vladimir Poutine aux élites russes, a déclaré en effet mercredi un conseiller de la présidence ukrainienne.

«L’élimination spectaculaire de Prigojine et du commandement de Wagner deux mois après (leur) tentative de coup d’État est un signal de Poutine aux élites russes avant les élections de 2024», a affirmé sur X Mykhaïlo Podoliak, estimant que «Poutine ne pardonne à personne».

santé- Covid: vraiment la fin de l’épidémie ?

santé- Covid: vraiment la fin de l’épidémie?

Dans une tribune adressée au « Monde », des médecins spécialistes de santé publique rappellent que, si l’état d’urgence sanitaire est passé, le Covid-19 continue d’ôter la vie aux personnes les plus fragiles. Ils plaident pour renforcer notre système de soins et poursuivre les investissements dans l’innovation. Le Covid-19 aura montré combien notre monde reste vulnérable et fragile. Pour éviter une catastrophe sanitaire et économique mondiale, liée à l’irruption d’un agent infectieux, des négociations portant sur de nouveaux instruments juridiques internationaux ont pris place, fin mai, au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à Genève, en marge de l’Assemblée mondiale de la santé.

Le SARS-CoV-2 a émergé en Chine, fin 2019, et aura infecté en quelques mois presque toute la population de la planète, parfois à plusieurs reprises, et causé directement ou indirectement plus de 20 millions de décès en trois ans. Le monde a été à l’arrêt pendant plusieurs semaines au printemps 2020, mais, en moins d’un an, une douzaine de vaccins développés par la Russie, la Chine, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont permis de changer le visage de la pandémie.

Ces vaccins se sont montrés d’une très grande efficacité pour réduire les formes graves de la maladie, la mortalité, tout en évitant de nouvelles saturations des systèmes de santé. Et pourtant, ces vaccins n’ont pas arrêté la circulation du virus qui ne cesse de se modifier, contournant l’immunité conférée par le vaccin et les infections antérieures, à l’origine de nouvelles vagues de réinfection. Durant la seule année 2022, l’Europe a enregistré plus de 450 000 décès, dont près de 40 000 rapportés en France, qui totalisait, fin mai 2023, plus de 160 000 décès associés au Covid-19 depuis le début de la pandémie.

La phase d’urgence étant passée, plus aucun pays au monde ne connaît de confinements, de quarantaines ou de passe sanitaires, et les derniers pays lèvent désormais leurs contrôles aux frontières. Aujourd’hui, ce sont essentiellement les personnes très âgées et les personnes immunodéprimées qui développent des complications en lien avec le Covid-19, et l’on ignore encore le rythme nécessaire des injections de rappel dans la population pour qu’elle reste protégée contre ses formes graves. Par ailleurs, le SARS-CoV-2, qui a la particularité de circuler tout au long de l’année, peut également entraîner, dans environ 10 % des cas, des Covid longs, ces formes prolongées parfois handicapantes et contre lesquelles la médecine reste très démunie.

Covid: vraiment la fin de l’épidémie?

Covid: vraiment la fin de l’épidémie?


Dans une tribune adressée au « Monde », des médecins spécialistes de santé publique rappellent que, si l’état d’urgence sanitaire est passé, le Covid-19 continue d’ôter la vie aux personnes les plus fragiles. Ils plaident pour renforcer notre système de soins et poursuivre les investissements dans l’innovation. Le Covid-19 aura montré combien notre monde reste vulnérable et fragile. Pour éviter une catastrophe sanitaire et économique mondiale, liée à l’irruption d’un agent infectieux, des négociations portant sur de nouveaux instruments juridiques internationaux ont pris place, fin mai, au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à Genève, en marge de l’Assemblée mondiale de la santé.

Le SARS-CoV-2 a émergé en Chine, fin 2019, et aura infecté en quelques mois presque toute la population de la planète, parfois à plusieurs reprises, et causé directement ou indirectement plus de 20 millions de décès en trois ans. Le monde a été à l’arrêt pendant plusieurs semaines au printemps 2020, mais, en moins d’un an, une douzaine de vaccins développés par la Russie, la Chine, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont permis de changer le visage de la pandémie.

Ces vaccins se sont montrés d’une très grande efficacité pour réduire les formes graves de la maladie, la mortalité, tout en évitant de nouvelles saturations des systèmes de santé. Et pourtant, ces vaccins n’ont pas arrêté la circulation du virus qui ne cesse de se modifier, contournant l’immunité conférée par le vaccin et les infections antérieures, à l’origine de nouvelles vagues de réinfection. Durant la seule année 2022, l’Europe a enregistré plus de 450 000 décès, dont près de 40 000 rapportés en France, qui totalisait, fin mai 2023, plus de 160 000 décès associés au Covid-19 depuis le début de la pandémie.

La phase d’urgence étant passée, plus aucun pays au monde ne connaît de confinements, de quarantaines ou de passe sanitaires, et les derniers pays lèvent désormais leurs contrôles aux frontières. Aujourd’hui, ce sont essentiellement les personnes très âgées et les personnes immunodéprimées qui développent des complications en lien avec le Covid-19, et l’on ignore encore le rythme nécessaire des injections de rappel dans la population pour qu’elle reste protégée contre ses formes graves. Par ailleurs, le SARS-CoV-2, qui a la particularité de circuler tout au long de l’année, peut également entraîner, dans environ 10 % des cas, des Covid longs, ces formes prolongées parfois handicapantes et contre lesquelles la médecine reste très démunie.

Nouvelles techs :L’intelligence artificielle est-elle vraiment créative ?

Nouvelles techs :L’intelligence artificielle est-elle vraiment créative ?

Par
Chloe Preece
Associate Professor in Marketing, ESCP Business School

Hafize Çelik
PhD candidate in management, University of Bath dans The Conversation

Les ordinateurs peuvent-ils être créatifs ? Alors que les outils d’intelligence artificielle (IA) générative tels que ChatGPT, Midjourney, Dall-E, pour ne citer qu’eux, font depuis peu beaucoup parler d’eux, de nouvelles questions se posent : la créativité est-elle l’apanage de l’être humain ?

C’est la question que soulèvent quelques avancées récentes et remarquables dans le domaine de l’IA générative : par exemple, une œuvre d’art créée par une IA, Le portrait d’Edmond de Belamy, a été vendue aux enchères par la maison de vente Christie’s en 2018 pour la somme de 432 500 dollars, soit presque 45 fois son estimation la plus élevée. Cette œuvre d’art a été créée par un réseau antagoniste génératif alimenté par un ensemble de données de quelque 15 000 portraits couvrant six siècles.

De même, plusieurs producteurs de musique, à l’instar d’Alex Da Kid, nommé aux Grammy Awards, ont utilisé l’IA (en l’occurrence Watson d’IBM, dès 2016) pour produire des « hits » et alimenter leur processus créatif. Wayne McGregor, chorégraphe et metteur en scène primé, utilise quant à lui l’IA pour faire naître de nouveaux mouvements dans ses créations.

Dans les cas cités ci-dessus, il y a toujours un être humain à la barre, chargé de la curation, c’est-à-dire de la sélection des résultats de l’IA en fonction de sa propre vision, qui conserve ainsi la paternité de l’œuvre. Pourtant, le générateur d’images Dall-E, par exemple, est capable de produire des images inédites sur n’importe quel thème en seulement quelques secondes.

Grâce au modèle de diffusion, qui consiste à rassembler d’énormes ensembles de données pour entraîner l’IA, celle-ci est désormais capable de transposer du texte en images inédites ou d’improviser une mélodie dans le style de n’importe quel compositeur, créant ainsi un nouveau contenu qui ressemble aux données d’entraînement, tout en étant différent.

Dans ce cas, la question de la paternité peut s’avérer plus complexe. À qui l’œuvre est-elle attribuable ? À l’algorithme ? Aux milliers d’artistes dont les œuvres ont été récupérées pour produire l’image ? Au prompteur qui a réussi à décrire le style, la référence, le sujet, l’éclairage, le point de vue et même l’émotion suscitée ?

Pour répondre à ces questions, il faut revenir sur une éternelle question : qu’est-ce que la créativité ?

Selon Margaret Boden, professeure de recherche en sciences cognitives à l’Université du Sussex, il existe trois types de créativité : la créativité combinatoire, exploratoire et transformationnelle. La créativité combinatoire associe des idées familières. La créativité exploratoire génère de nouvelles idées en explorant des « espaces conceptuels structurés », c’est-à-dire que l’on modifie légèrement un mode de pensée reconnu en explorant son contenu, ses limites et son potentiel. Ces deux types de créativité ne sont pas très éloignés de la production d’œuvres d’art par des algorithmes d’IA générative : on crée de nouvelles œuvres dans le même style que des millions d’autres à partir de données d’apprentissage, on parle alors de « créativité synthétique ».

La créativité transformationnelle, en revanche, consiste à générer des idées qui dépassent les structures et les styles existants pour en créer de nouveaux, tout à fait inédits. Elle est au cœur des débats actuels sur l’IA en ce qui concerne l’utilisation équitable et les droits d’auteur. Il s’agit d’un domaine juridique encore très peu exploré. Il faudra donc attendre la décision des tribunaux pour en savoir plus.

Les processus créatifs de l’IA se caractérisent avant tout par leur dimension systématique. Ils ne sont pas spontanés, contrairement aux processus créatifs de l’homme. L’IA est programmée pour traiter les informations d’une manière bien définie dans le but d’obtenir des résultats particuliers de manière prévisible, même s’ils sont souvent inattendus.

Voilà peut-être la différence fondamentale entre les artistes et l’IA : alors que les artistes sont tournés vers eux-mêmes et vers le produit, l’IA est très axée sur le consommateur et orientée par le marché – l’art que l’on obtient, c’est celui que l’on a demandé mais pas forcément celui dont on a besoin.

Pour l’instant, il semblerait que l’IA générative fonctionne mieux lorsque l’humain intervient dans le processus. La créativité synthétique de l’IA pourrait alors servir de catalyseur pour stimuler la créativité humaine, en la nourrissant plutôt qu’en la supplantant.

Comme souvent, tout le battage médiatique sur le potentiel disruptif de ces outils dépasse la réalité. De fait, l’histoire de l’art nous montre que la technologie a rarement écarté radicalement l’homme des œuvres qu’il souhaitait réaliser.

Prenons l’exemple de l’appareil photo. À l’époque, on craignait qu’il n’entraîne la disparition des peintres portraitistes. Dès lors, quelles sont les implications commerciales du recours à la créativité synthétique de l’IA ?

La créativité synthétique à la demande, telle qu’elle est actuellement générée par l’IA, constitue sans conteste une aubaine pour les entreprises et le marketing. Voici quelques exemples récents :

Publicité et IA : le groupe de communication Ogilvy Paris a utilisé Dall-E pour créer une version IA du tableau La laitière de Vermeer pour les yaourts Nestlé ;

La Laitière de Nestlé (2022).
Design de mobilier et IA : les designers Kartell, Philippe Starck et Autodesk ont recouru à l’IA pour créer la première chaise conçue à l’aide de l’IA pour une fabrication plus durable ;

Stylisme et IA : le service de stylisme Stitch Fix a utilisé l’IA pour réaliser des visuels personnalisés de vêtements en fonction des préférences des clients, telles que la couleur, le tissu et le style.

Il existe une infinité de possibilités d’utilisation, et celles-ci requièrent une autre forme de créativité : la curation. Il existe ce qu’on appelle dans le jargon des « hallucinations de l’IA », c’est-à-dire des inepties créées par l’IA. C’est là que l’humain intervient : il doit donner du sens, c’est-à-dire exprimer des concepts, des idées et des vérités, et non se contenter de satisfaire les sens. Le travail de curation est donc indispensable car il consiste à opérer des choix et à élaborer une vision unifiée et attrayante. À l’heure actuelle, l’IA n’est pas encore capable de rivaliser avec l’humain sur cette dimension.

Projet de loi industrie : vraiment vert ?

Projet de loi industrie : vraiment vert ?

Dans le cadre du projet de « loi industrie verte , un certain nombre de points mériteront d’être éclaircis et assez largement approfondis au cours des débats sur le texte de loi. Par Anaïs Voy-Gillis, chercheuse associée au CEREGE et directrice associée de June Partners dans la « Tribune »


Le document partagé est riche, néanmoins à sa lecture on sent un besoin palpable de clarifier la vision de société et les ambitions portées à travers ces vingt-neuf mesures. Celles-ci ont été construites sur la base d’une large consultation, mais leur lecture rappelle étrangement l’adage « qui trop embrasse mal étreint ». Le manque de liant perceptible entre les propositions questionne : dans quel projet de société s’inscrira cette loi ? En effet, l’enjeu est bien de mettre l’industrie au service d’un projet de société, pas de réindustrialiser pour réindustrialiser.

Autre point de questionnement : la définition même de ce que l’on entend par « industrie verte ». Derrière ce terme, certes séduisant, se cachent un coût financier concret pour les entreprises et un coût social non-négligeable de certaines transitions industrielles (ex. passage du véhicule thermique au véhicule électrique). Pour limiter l’impact de ceux-ci, il convient d’anticiper immédiatement les conséquences concrètes de l’orientation choisie. Par ailleurs, il ne faudrait pas que sous couvert de l’industrie « verte » se voient ostracisées les industries lourdes, alors que celles-ci sont un véritable pilier de notre souveraineté.

Nous pouvons également nous questionner sur les ambitions environnementales que nous défendons à travers cette loi. La France commence à peine à donner une place centrale à la décarbonation qui, si elle demeure absolument nécessaire, est loin d’être suffisante pour limiter le réchauffement climatique.

Raréfaction des ressources en eau, effondrement de la biodiversité, pollution en raison des microplastiques sont des sujets vitaux pour notre avenir. La loi se limite à une timide mesure sur l’industrie circulaire, tandis que le terme « recyclage » n’est employé que deux fois sur 43 pages de propositions.

Dans un monde du jetable, nous devons repenser intégralement la manière de concevoir pour aller vers des produits nativement réparables, recyclables, donc durables. Faire évoluer la façon de produire pour réduire l’emprise au sol des sites de production et leurs impacts environnementaux, changer nos habitudes de consommation pour s’éloigner de l’ère des produits abondants, de courte durée et à faibles prix, sont deux piliers presqu’absents du projet de loi.

Nous devons aller vers davantage de sobriété et de frugalité, et tout ne viendra pas des consommateurs contrairement aux idées préconçues. Si le mot sobriété apparaît une fois dans le document, celui de frugalité n’y est pas mentionné. Notre logiciel doit donc encore évoluer en profondeur pour construire des politiques publiques intégrant les limites du monde dans lequel nous évoluons.

Les propositions sous-estiment la nécessité de penser les usines dans un écosystème. Il n’y aura pas de réindustrialisation pérenne sans capacité à innover et à transformer nos innovations en produits, sans énergie décarbonée, abondante, à prix contrôlé et sans infrastructures pour assurer la logistique des matières et des produits.

Il n’y a aucune occurrence sur le mot « innovation » alors même qu’il est impossible d’affronter les défis auxquels nous sommes confrontés sans innover et sans renouveler en profondeur nos pratiques. Enfin, les propositions n’abordent pas du tout la nécessité de territorialiser les politiques publiques et l’articulation entre l’Union européenne, l’État et les collectivités territoriales.

Aspect intéressant du texte : un quart des 29 propositions concerne les sujets liés à la formation, aux talents et à la diversité. Cela paraît évidemment opportun quand on connaît les tensions de recrutement majeures qui touchent l’industrie aujourd’hui, et ce chômage qui donne bien du fil à retordre à nos hauts fonctionnaires.

On ne peut tout simplement plus se priver d’une partie des talents. Plus de femmes, plus de mixité sociale doivent trouver leur place dans toutes les strates de l’industrie. La clé : l’application de cette loi devra favoriser la reconnexion entre l’offre et la demande d’emploi, où la rencontre n’aura tout simplement pas lieu.

L’ambition de réindustrialiser est centrale et c’est une nécessité absolue. Néanmoins, dans cet élan presque vital, nous oublions collectivement de nous poser une question : quel projet de société voulons-nous construire ? L’argument défendu par Bruno Le Maire « Une usine qui ferme en France, c’est un bureau local du Front National qui ouvre » est loin d’être suffisant pour convaincre nos concitoyens de la nécessité de soutenir la réindustrialisation.

Nous avons besoin d’une vision qui donne l’envie et les arguments à une nation de se mobiliser derrière son industrie, de rêver et de construire ensemble des projets qui dépassent les querelles de chapelle et les ambitions individuelles. L’industrie peut-être notre ciment sociétal, à la condition d’être capable de penser la vision avant de penser les mesures.

« Les échos »: un article vraiment très réac

Les échos: un article vraiment très réac

Le journal les Échos est sans conteste l’un des outils d’information les plus intéressants et les plus pertinents en particulier dans le domaine économique. Par contre, sur le plan politique, il est englué dans une vision patronale très réactionnaire. Témoin, cet édito à propos de la réforme des retraites, un papier qui sans nuance condamne tous les opposants à la réforme oubliant évidemment que Macron n’a pas tenu sa promesse de réforme des retraites universelle qui, elle, était davantage soutenue. Bref davantage du militantisme partial que du journaliste de la part des Echos.

Ne craignez pas une victoire des populistes en 2027, Marine Le Pen ou un autre : c’est fait. Après l’Italie, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la France est tombée sous leur régime. Il en est mille exemples, comme le livre antivaccins d’Alexandra Henrion-Claude, classé n° 1 des ventes d’essais. Ou les sondages qui montrent que les jeunes se défient de la science, pensent que l’élection de Biden a été faussée (33 %) et croient en l’occultisme. Mais c’est la réforme des retraites qui était « la grande épreuve ». Elle a été parfaitement réussie : victoire totale.

La colère a gagné, le sentiment du malheur et du pessimisme est porté en triomphe, tous les arguments de « l’élite », les faits et chiffres, les bonnes volontés de débat et de compromis, la démocratie représentative elle-même, ont été balayés comme faux, faux parce que ceux de l’élite. La haine construite de la personne d’Emmanuel Macron a servi de « cause finale ». Le tout avec la complicité active, quotidienne, systématique, de la majorité des journalistes.

Comme si les journalistes des Echos étaient neutres !

IA- peut-on vraiment employer le concept d’intelligence ?

IA- peut-on vraiment employer le concept d’intelligence ?

par Jean-Louis Dessalles, Institut Mines-Télécom (IMT) dans the Conversation

Il y a près de 10 ans, en 2012, le monde scientifique s’émerveillait des prouesses de l’apprentissage profond (le deep learning). Trois ans plus tard, cette technique permettait au programme AlphaGo de vaincre les champions de Go. Et certains ont pris peur. Elon Musk, Stephen Hawking et Bill Gates s’inquiétèrent d’une fin prochaine de l’humanité, supplantée par des intelligences artificielles échappant à tout contrôle. N’était-ce pas un peu exagéré ? C’est précisément ce que pense l’IA. Dans un article qu’il a écrit en 2020 dans The Guardian, GPT-3, ce gigantesque réseau de neurones doté de 175 milliards de paramètres explique : Je suis ici pour vous convaincre de ne pas vous inquiéter. L’intelligence artificielle ne va pas détruire les humains. Croyez-moi ! »

En même temps, nous savons que la puissance des machines ne cesse d’augmenter. Entraîner un réseau comme GPT-3 était impensable, littéralement, il y a encore cinq ans. Impossible de savoir de quoi seront capables ses successeurs dans cinq, dix ou vingt ans. Si les réseaux de neurones actuels peuvent remplacer les dermatologues, pourquoi ne finiraient-ils pas par nous remplacer tous ?

Y a-t-il des compétences mentales humaines qui restent strictement hors d’atteinte de l’intelligence artificielle ?
On pense immédiatement à des aptitudes impliquant notre « intuition » ou notre « créativité ». Pas de chance, l’IA prétend nous attaquer sur ces terrains-là également. Pour preuve, le fait que des œuvres créées par programmes se sont vendues fort cher, certaines atteignant presque le demi-million de dollars. Côté musique, chacun se fera bien sûr son opinion, mais on peut déjà reconnaître du bluegrass acceptable ou du quasi Rachmaninoff dans les imitations du programme MuseNet créé, comme GPT-3, par OpenAI.

Devrons-nous bientôt nous soumettre avec résignation à l’inévitable suprématie de l’intelligence artificielle ? Avant d’en appeler à la révolte, essayons de regarder à quoi nous avons affaire. L’intelligence artificielle repose sur plusieurs techniques, mais son succès récent est dû à une seule : les réseaux de neurones, notamment ceux de l’apprentissage profond. Or un réseau de neurones n’est rien de plus qu’une machine à associer. Le réseau profond qui fit parler de lui en 2012 associait des images : un cheval, un bateau, des champignons, aux mots correspondants. Pas de quoi crier au génie.

Sauf que ce mécanisme d’association possède la propriété un peu miraculeuse d’être « continue ». Vous présentez un cheval que le réseau n’a jamais vu, il le reconnaît en tant que cheval. Vous ajoutez du bruit à l’image, cela ne le gêne pas. Pourquoi ? Parce que la continuité du processus vous garantit que si l’entrée du réseau change un peu, sa sortie changera peu également. Si vous forcez le réseau, qui hésite toujours, à opter pour sa meilleure réponse, celle-ci ne variera probablement pas : un cheval reste un cheval, même s’il est différent des exemples appris, même si l’image est bruitée.

Bien, mais pourquoi dire qu’un tel comportement associatif est « intelligent » ? La réponse semble évidente : il permet de diagnostiquer les mélanomes, d’accorder des prêts bancaires, de maintenir un véhicule sur la route, de détecter une pathologie dans les signaux physiologiques, et ainsi de suite. Ces réseaux, grâce à leur pouvoir d’association, acquièrent des formes d’expertise qui demandent aux humains des années d’études. Et lorsque l’une de ces compétences, par exemple la rédaction d’un article de presse, semble résister un temps, il suffit de faire ingurgiter à la machine encore davantage d’exemples, comme ce fut fait avec GPT-3, pour que la machine commence à produire des résultats convaincants.

Est-ce vraiment cela, être intelligent ? Non. Ce type de performance ne représente au mieux qu’un petit aspect de l’intelligence. Ce que font les réseaux de neurones ressemble à de l’apprentissage par cœur. Ce n’en est pas, bien sûr, puisque ces réseaux comblent par continuité les vides entre les exemples qui leur ont été présentés. Disons que c’est du presque-par-cœur. Les experts humains, qu’ils soient médecins, pilotes ou joueurs de Go, ne font souvent pas autre chose lorsqu’ils décident de manière réflexe, grâce à la grande quantité d’exemples appris pendant leur formation. Mais les humains ont bien d’autres pouvoirs.

Un réseau de neurones ne peut pas apprendre à calculer. L’association entre des opérations comme 32+73 et leur résultat à des limites. Ils ne peuvent que reproduire la stratégie du cancre qui tente de deviner le résultat, en tombant parfois juste. Calculer est trop difficile ? Qu’en est-il d’un test de QI élémentaire du genre : continuer la suite 1223334444. L’association par continuité n’est toujours d’aucun secours pour voir que la structure, n répété n fois, se poursuit par cinq 5. Encore trop difficile ? Les programmes associatifs ne peuvent même pas deviner qu’un animal mort le mardi n’est pas vivant le mercredi. Pourquoi ? Que leur manque-t-il ?

La modélisation en sciences cognitives a révélé l’existence de plusieurs mécanismes, autres que l’association par continuité, qui sont autant de composantes de l’intelligence humaine. Parce que leur expertise est entièrement précalculée, ils ne peuvent pas raisonner dans le temps pour décider qu’un animal mort reste mort, ou pour comprendre le sens de la phrase « il n’est toujours pas mort » et la bizarrerie de cette autre phrase : « il n’est pas toujours mort ». La seule prédigestion de grandes quantités de données ne leur permet pas non plus de repérer les structures inédites si évidentes pour nous, comme les groupes de nombres identiques dans la suite 1223334444. Leur stratégie du presque-par-cœur est aussi aveugle aux anomalies inédites.

La détection des anomalies est un cas intéressant, car c’est souvent à travers elle que nous jaugeons l’intelligence d’autrui. Un réseau de neurones ne « verra » pas que le nez est absent d’un visage. Par continuité, il continuera à reconnaître la personne, ou peut-être la confondra-t-il avec une autre. Mais il n’a aucun moyen de réaliser que l’absence de nez au milieu du visage constitue une anomalie.

Il existe bien d’autres mécanismes cognitifs qui sont inaccessibles aux réseaux de neurones. Leur automatisation fait l’objet de recherches. Elle met en œuvre des opérations effectuées au moment du traitement, là où les réseaux de neurones se contentent d’effectuer des associations apprises par avance.

Avec une décennie de recul sur le deep learning, le public averti commence à voir les réseaux de neurones bien plus comme de « super-automatismes » et bien moins comme des intelligences. Par exemple, la presse a récemment alerté sur les étonnantes performances du programme DALL-E, qui produit des images créatives à partir d’une description verbale – par exemple, les images que DALL-E imagine à partir des termes « fauteuil en forme d’avocat », sur le site OpenAI). On entend maintenant des jugements bien plus mesurés que les réactions alarmistes qui ont suivi la sortie d’AlphaGo : « C’est assez bluffant, mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un réseau de neurones artificiel, entraîné pour accomplir une tâche ; il n’y a aucune créativité ni aucune forme d’intelligence. » (Fabienne Chauvière, France Inter, 31 janvier 2021)

Aucune forme d’intelligence ? Ne soyons pas trop exigeants, mais restons lucides sur l’énorme fossé qui sépare les réseaux de neurones de ce que serait une véritable intelligence artificielle.

Jean‑Louis Dessalles a écrit « Des intelligences très artificielles » aux éditions Odile Jacob (2019).

Foot- Coupe du monde Qatar : un premier match vraiment sans intérêt

Foot- Coupe du monde Qatar : un premier match vraiment sans intérêt

Le premier match entre le Qatar et l’Équateur a été relativement insipide. En tout cas pas un match digne d’une coupe du monde. Cela a surtout confirmé que le Qatar n’est pas une terre de football et aussi que les conditions atmosphériques ne sont guère compatibles avec l’exercice sportif.

De toute évidence, il n’existe pas de culture football au Qatar. Pour preuve environ la moitié des spectateurs locaux ont quitté le stade bien avant la fin de la partie.

Sur le plan strictement footballistique, le Qatar a été dominé sur tous les plans et le score aurait pu facilement atteindre 5 à 0 avec un peu de chance. Finalement, l’Équateur a gagné par deux à zéro.

Sur le plan physique, l’équipe du Qatar toujours en retard n’a pas résisté à l’engagement des joueurs équatoriens. Le pire est sans doute le plan technique. Trop de passes approximatives, de déchets, des manques évidents d’expérience internationale de la part du Qatar.

Un match à vite oublier. Pour les prochains matchs, le score risque d’être beaucoup plus sanglant quand le Qatar va affronter le Sénégal ou encore les Pays-Bas.

Cela confirme que le choix du Qatar été surtout politique et non sportif. Cela ne grandit pas la fédération internationale de football qui entretient des liens de plus en plus troubles avec les milliards. La corruption a pris des proportions invraisemblables dans cette fédération où « tout le monde mange ».

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol