Archive pour le Tag 'voyage'

Virginie Calmels (ex LR) voyage éclair chez Juppé, Wauquiez et l’immobilier de luxe !

Virginie Calmels (ex LR) voyage éclair chez Juppé, Wauquiez et l’immobilier de luxe !

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que Virginie Calmels  le a les dents longues. Certes elle ne manque pas de qualités puisqu’elle a notamment occupé des fonctions de gestion notamment dans le groupe Canal. Mais elle semble vouloir mener sa carrière professionnelle comme sa carrière politique, à la hussarde. Il lui a suffi de quelques années pour devenir la principale collaboratrice de Juppé avant de le lâcher pour rejoindre Wauquiez. Un couple qui n’aura duré que quelques mois. Après avoir laissé tomber la politique Virginie Calmels reclassé dans l’immobilier de luxe. Là aussi le compagnonnage n’aura pas dépassé quelques semaines et la rupture est brutale comme souvent chez Virginie Calmels  qui soigne sans doute son image de marque pour une prochaine étape professionnelle et pourquoi pas politique. Pourquoi pas chez Macron ou encore à la mairie de Bordeaux sur laquelle la république en marche rêve de mettre la main depuis le placard doré de Juppé au conseil constitutionnel. En tout cas les méthodes autocratiques de Virginie Calmels  devraient plaire à certains qui ne s’embarrassent pas de déontologie. En effet dans le cadre du conflit avec la société Barnes qu’elle dirigeait  «Virginie Calmels a cru bon de révéler publiquement l’existence d’un litige qui oppose la société BGL à l’administration fiscale française. Barnes a toujours veillé à respecter ses obligations fiscales et collaborera avec les autorités compétentes afin de démontrer qu’elle est en conformité avec la loi», indique le groupe.

 

 

Valls en voyage «présidentiel» au Moyen-Orient.

Valls en  voyage «présidentiel» au Moyen-Orient.

Valls était un voyage quasi présidentiel au Moyen-Orient. Certes pour  traiter de questions économiques mais il a largement abordé les problèmes géo politiques. Du coup certains se demandent  s’il ne prend pas la place du président de la république en tout cas s’ il agit comme une sorte de vice-président. Regardez l’article 21 de la Constitution», rétorque un conseiller de Valls interrogé sur ce long déplacement de quatre jours durant lequel il est certes question des dossiers économiques entre la France et ces trois pays, mais aussi de défense, de lutte contre le terrorisme dans cette région si compliquée, de la Syrie, des frappes sur ce pays et de la stratégie de la Russie. «Le premier ministre a une activité internationale depuis qu’il est ministre de l’Intérieur. Il est allé aux États-Unis, au Niger, au Tchad», argumente un autre conseiller. Parlant des questions de défense, ce conseiller ajoute: «D’abord, tout cela fait partie de ses prérogatives de premier ministre. Le président de la République est chef des armées. Le premier ministre est responsable de la direction générale de la Défense nationale».  Manuel Valls lui-même s’est expliqué sur ce déplacement au cours d’un échange informel avec la presse. «C’est un déplacement hors norme pour vous? Voilà un questionnement que l’on connaît par cœur. Franchement, la différence entre trois et quatre jours est minime», a-t-il d’abord insisté pour banaliser ce long périple. Alors qu’il se rendra lundi sur une base militaire située en Jordanie et intervenant dans le cadre de l’opération Chammal, Valls a ajouté: «La visite de nos armées, c’est au cœur de nos prérogatives définies par la Constitution». À l’article 21 de la Constitution, il est effectivement écrit: «Le premier ministre dirige l’action du gouvernement. Il est responsable de la Défense nationale.» 

Voyage à Berlin : les bobos défendent Valls !

Voyage à Berlin : les bobos défendent Valls !

 

Curieux cette sorte d’ unanimité  sur les grands médias de la part des bobos qui minimisent l’affaire Valls. Pour résumer «  il a fait une   erreur de communication mais ce n’est pas une  affaire d’Etat » ou  « il a fait un erreur,  il a remboursé,  passons à autre chose de plus sérieux ».  Les soutiens-directs ou indirects pour enterrer l’affaire à Valls- viennent t vraiment de nombreux horizons, mais ce qui les réunît c’est  l’appartenance à cette caste qui détient le pouvoir ( médiatique, économique, politique etc.)  complètement déconnectée  des réalités sociales et économiques. Car cet épisode est significatif  de ce qu’est le décalage entre les élites et le peuple. Valls a gaspillé 20 000 euros de fonds publics ( un minimum car il faudrait intégrer le coût des 10 accompagnateurs) alors par exemple que la moyenne des pensions du privé est de l’ordre de 1000 euros mensuels  et le salaire moyen de 1500 euros. Que les charges contraintes ne cessent augmenter et que le pouvoir achat est quasiment bloqué. Savent-t-ils ce que c’est de vivre avec 1000 ou 1500 euros ( voire moins) ceux qui décrètent que finalement cette affaire est anecdotique. Bref qu’il ne faut pas en faire un fromage. Au-delà de la somme en cause c’est le rapport au pouvoir, le rapport à la démocratie, le rapport aux promesses ( la république exemplaire par exemple) qui sont en cause. Valls est en faiat un pur produit de l’oligarchie ,il n’a pratiquement jamais travaillé dans  la production. Fonctionnaire, puis conseiller parlementaire enfin élu, il appartient à cette oligarchie qui a transformé le mandat politique en métier. Du coup remettre en cause sa pratique c’est aussi s’ interroger sur les privilèges des autres castes. D’où ces réactions pour minimiser cet événement.  Valls comme beaucoup d’autres n’est en fait qu’un produit médiatique coaché par la com. Sans grande intelligence, sans vision et même sans grande conviction.  Sa posture de Clémenceau d’opérette ne doit pas faire illusion, comme ses colères, son ton martial à la limite du ridicule.  Valls ne sait pas où, il va, il suite la ligne imposé par les nouveaux idéologue de la com., en l’ occurrence «  la gauche RSCG »,  marchands de savonnettes. «  plus c’est gros, plus ça passe » «  ce qui compte c’est l’emballage pas reproduit ». Bref le vide politique sidéral. La mauvaise foi aussi. Et même la malhonnêteté. Grâce à la com. Valls s ‘est forgé uen image de père la rigueur, de Clémenceau d’opérette mais  il est pris les mains dans le pot de confiture. Le masque tombe. Malheureusement derrière ce masque il n’y a rien, comme Hollande ( Sarko avant) on gouverne avec les sondages, un coup, à gauche, un coup à  droite et finalement un slalom entre des gadgets. Des grandes réformes annoncées presque toutes les semaines qui se révèlent être des mi mesures ( la simplification par exemple). Mais l’apparence suffit aux médias dans un univers politique caractérisé par la nullité politique et intellectuelle. Et les bobos sont tout étonnés de la sévérité des Français ; sils défendent Valls,  en tout cas minimisent les faits, c’est autant pour se défendre eux mêmes , défendre le système dont ils sont le produit et qu’ils alimentent.

 

Voyage Berlin-Valls : aveuglement, déconnexion, stupidité

Voyage Berlin-Valls : aveuglement, déconnexion, stupidité

Il est clair que ce n’est pas fait en lui-même qui constitue uen faute politique bien que 15 à 20 000 euros représente une somme scandaleusement élevée mais plutôt ce que cette faire révèle de la personnalité de Valls et au-delà des politiques. Première observation Valls a refusé de s’expliquer sur cette escapade comme si on avait des comptes à demander à un monarque ! Ensuite sous la pression il s’est embrouillé dans ses explications. En bref il menti ;  menti quand il a dit surtout qu’il s’agissait d’uen rencontre officielle avec Platini alors que l’intéressé avait un rendez vous deux jours après en France avec Hollande. Une explication qui ne tient pas debout. Il a ensuite menti car il a fallu que la presse découvre la présence de ses enfants pour que Valls  avoue le caractère familial du déplacement. En fait Valls marche sur l’eau depuis des mois et devient complètement sourd à tous les conseils ou observations qui peuvent être faites. En la circonstance son entourage lui avait même déconseillé ce voyage. C’est bien connu le pouvoir rend fou et par moment on a vraiment l’impression que Valls perd toute notion d’équilibre mental notamment quand par exemple il hurle à l’assemblée au point d’être agité de tremblements curieux comme s’il ne parvenait plus à se maitriser. De toute évidence Valls , comme d’autres, est  déconnecté des réalités. Pas seulement lui-même, nombre d’hommes politiques et de médias qui estiment  que ce n’est quand même pas une  « affaire » mais simplement uen erreur de communication. Près de 20 000 euros pourtant ont été dépensés , ce qui représente autant que la retraite annuelle de nombre de Français. Dans Certaisn milieux , on jongle avec les milliers d’euros comme dans d’autres avec les centimes. Dernier élément de cette affaire ,l’ attitude complètement stupide de Valls et au demeurant qui continue dans la même voie. Il continue affirmer que ce voyage personnel avait un caractère officiel ; Du coup il ne rembourse que le coût du voyage des enfants. En fait il s’enferre et cette histoire va lui couter très cher car lui qui se voulait le père la rigueur et adoptait  en permanence une  posture de Clémenceau d’opérette va être atteint dans la représentation qu’il voulait donner de lui-même. Il faut même prévoir pour le court terme une très forte perte de popularité ;  pour le plus long terme il trainera sans doute toujours comme un boulet le fait d’avoir menti et abusé de son pouvoir. Ce que ne pardonne plus une société à laquelle on impose l’austérité . Un pardon d’autant plus difficile à accorder que cette politique set un  échec complet.

 

 

 

Valls-voyage à Berlin : 77% choqués

Valls-voyage à Berlin : 77% choqués

 

 

Selon un sondage de l’institut Elabe pour BFMTV rendu public mercredi, 77% des Français se disent « choqués » par ce déplacement du Premier ministre et la presse s’est encore largement fait l’écho mercredi de la controverse, qui n’a fait qu’enfler depuis quatre jours. Le Parisien évoque une « grosse gaffe ». Libération, classé à gauche, accuse : « Valls marque contre son camp. » Le Monde barre sa première page d’un « Manuel Valls, la mauvaise passe ». Des observateurs doutent de la réalité du tête-à-tête Valls-Platini et les explications du chef de l’Etat et du Premier ministre, pas plus que celles du président de l’UEFA, n’ont éteint un incendie attisé par l’opposition de droite.   »Les justifications de ce voyage sont de plus en plus embrouillées », a dit à la presse parlementaire la députée du parti Les Républicains (LR), Valérie Pécresse, selon qui Manuel Valls devrait rembourser ce voyage aux frais de l’Etat. Un avis partagé par l’ancien Premier ministre François Fillon, qui parle d’ »erreur », le centriste François Bayrou ou la députée Front national Marion Maréchal Le Pen, laquelle a jugé « scandaleux » le voyage à Berlin de Manuel Valls.  Dans Le Parisien, l’ancienne ministre LR Nathalie Kosciusko-Morizet, ironise : « On apprend que Valls est allé soutenir le Barça aux frais du contribuable, heureusement qu’il n’est pas fan des All Blacks (les rugbymen néo-zélandais-NDLR) ! » L’affaire embarrasse le gouvernement et le Parti socialiste, dont Manuel Valls a quitté le congrès samedi après-midi pour cet aller-retour Poitiers-Berlin – Poitiers où, déjà, des ministres et des dirigeants du PS critiquaient en privé cette escapade.   »Ce voyage en Falcon de Valls est une connerie », a déclaré sans ambages mercredi sur Europe 1 le député du Parti radical de gauche Olivier Falorni. « Disons que c’est maladroit », a concédé une ministre en privé. « Je pense qu’il aurait sans doute gagné en image s’il avait regardé le match de foot en bras de chemise au milieu des militants socialistes », a pour sa part estimé la députée Karine Berger au Talk Orange-Le Figaro

Voyage à Berlin :Valls le moraliste pris les mains dans le pot de confiture

Voyage à Berlin :Valls le moraliste pris les mains dans le pot de confiture

 

Il fallait bien que cela arrive, Valls a tellement donné de leçons de morale qu’on pouvait se douter qu’un jour ou l’autre il serait pris à son propre piège de père la vertu ( en fait le type même d’oligarque). On apprend en effet que le fameux voyage à Berlin n’avait bien entendu rien d’officiel mais qu’en plus Valls était accompagné par ses enfants. Manuel Valls était accompagné par deux de ses fils lors de l’aller-retour à Berlin samedi pour assister à la finale de la Ligue des Champions de football, a indiqué mardi l’entourage du Premier ministre, confirmant une information de BFMTV. Un petit voyage personnel et familial à 1400 euros qui constitue un sérieux coup de canif dans la posture de celui qui veut incarner la rigueur. Hollande lui même a sérieusement tansé son Premier ministre car les conséquences sur la popularité de Hollande comme de Valls ne tarderont pas à se faire sentir. D’autant que Valls est complètement incapable d’introspection .  Outre la « délégation incompressible » d’officiers de sécurité et conseillers qui accompagnent le chef du gouvernement, deux des fils de Manuel Valls ont aussi pris place dans le Falcon gouvernemental entre Poitiers et Berlin samedi. « La présence des enfants dans l’avion n’ajoute strictement rien au coût de l’affrètement » de l’appareil, a assuré à l’AFP l’entourage du chef du gouvernement. Mais cette ligne de défense ne convainc pas plus l’opposition que celle adoptée par le couple exécutif depuis samedi. Manuel Valls puis François Hollande avaient justifié ce déplacement par la tenue d’une réunion avec Michel Platini, président de l’UEFA pour préparer l’Euro 2016 qui aura lieu en France.

 

Airbnb : un exemple de « voyage » fiscal

Airbnb : un exemple de  « voyage » fiscal

Pour résumer Airbnb faiat comme d’autres : déclarer le moins possible de chiffre d’affaires en France. (3 millions au lieu de 130 pour Airbnb
L’an dernier, Airbnb a publié une étude sur son activité à Paris entre mai 2012 et avril 2013. Selon elle, un locataire dépense 41 euros par jour et reste 5,2 nuits en moyenne, soit 213,2 euros par locataire et par séjour. L’étude ajoute que Paris a reçu 223.019 locataires sur la période. Le chiffre d’affaires à Paris peut donc être estimé à 47,5 millions d’euros. Sachant que Paris représente un tiers des annonces françaises, le chiffre d’affaires total peut être extrapolé à près de 130 millions d’euros.  Airbnb ne permet pas seulement de voyager pour pas cher. Le site américain de location d’appartements permet aussi à l’argent de faire le tour du monde.  En effet, l’argent que vous versez au site effectue lui aussi un périple passant par plusieurs pays, essentiellement des paradis fiscaux. Car l’objectif de ces circuits est bien sûr d’échapper à l’impôt, à commencer par celui du pays où est situé l’appartement.  Ainsi, lorsque vous louez un appartement en France, le loyer n’est pas versé dans l’Hexagone. Et donc Airbnb ne déclare pas ce revenu au fisc français… ce qui peut aussi faire l’affaire du propriétaire s’il ne déclare pas non plus cette location.  Des sommes considérables échappent ainsi au fisc. En effet, le chiffre d’affaires en France, l’an dernier, peut être estimé entre 100 et 130 millions d’euros (cf. ci-contre).  Sachant qu’Airbnb demande une commission de 3% au propriétaire, et de 6% à 12% au locataire, on peut estimer la commission totale à 12%. Airbnb aurait donc engrangé 13 à 16 millions d’euros de commissions en France… Certes, Airbnb détient bien une filiale dans l’Hexagone, baptisée Airbnb France SARL. Employant une quinzaine de personnes, elle est détenue par Airbnb Holdings LLC, société immatriculée au Delaware, le paradis fiscal interne des Etats-Unis.  Mais le chiffre d’affaires de cette filiale française est ridicule: 3,4 millions d’euros en 2013. Selon ses comptes, ce chiffre d’affaires est constitué uniquement de prestations de services réalisées pour la maison mère: « une aide au développement et des services supports ». Résultat: la filiale française paye donc des impôts tout aussi ridicules: 97.692 euros en 2013.  Interrogé, Airbnb indique que l’argent des loyers français est envoyé chez Airbnb Ireland, une filiale basée à Dublin et détenue par Airbnb Inc., filiale immatriculée elle-aussi au Delaware.  Et depuis peu, c’est avec Airbnb Ireland que sont conclus tous les contrats hors Etats-Unis. En effet, la start up avait écrit en avril à ses clients pour leur indiquer: « nous avons ouvert récemment une plate-forme internationale en Irlande. Notre communauté hors Etats-Unis sera désormais liée contractuellement à Airbnb Irlande. » En théorie, l’Irlande impose les bénéfices à 12,5% seulement. Mais en réalité, les géants américains de l’Internet payent bien moins, grâce à l’utilisation de différentes niches fiscales. Ainsi, il y a un an, une enquête du congrès américain avait révélé qu’Apple payait des impôts quasi-nuls au fisc irlandais.  Mais ce n’est pas tout. Airbnb, estimant visiblement qu’elle paye encore trop d’impôts, est en train de mettre en place un montage d’optimisation fiscale encore plus complexe (cf. ci-contre). En effet, en novembre-décembre 2013, trois nouvelles filiales ont été créées dans le paradis fiscal de Jersey, baptisées Airbnb International Holdings Ltd, Airbnb 1 Unlimited, et Airbnb 2 Unlimited.  Puis la start up a créé deux nouvelles filiales en Irlande, Airbnb International et Airbnb Payments, qui sont détenues par ces filiales jersiaises.  Reste que ce montage pourrait être jugé illégal par Bercy. En effet, le fisc français pourrait considérer que le chiffre d’affaires réalisé en France doit être déclaré en France, car ce revenu est généré en utilisant des ressources basées en France (salariés, serveurs…) Pour ce motif, le fisc a déjà notifié d’importants redressements fiscaux à Google ou Amazon. Mais Airbnb répond « ne pas avoir été contrôlé par le fisc français », et assure « bien payer ses impôts dans les pays dans lesquels où il opère ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol