Archive pour le Tag 'voteront'

Primaire de droite: 1 millions d’électeurs de gauche voteront Juppé

Primaire de droite: 1 millions d’électeurs de gauche voteront Juppé

 

Plus de 10 millions de Français pourraient en effet aller choisir le candidat des Républicains selon un sondage Odoxa pour L’Express.  Dont un million d’électeurs de gauche. Selon une enquête du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) réalisée par Ipsos-Sopra Steria, L’élargissement du corps électoral pourrait particulièrement favoriser Alain Juppé au détriment de Nicolas Sarkozy qui pourrait bien prendre une claque sévère surtout dans l’éventualité d’un second tour. Plus d’un quart des personnes interrogées (28%) envisagent par ailleurs d’y participer. Chez ceux qui pensent voter, 84% mettent en avant le fait que le vainqueur aura de grandes chances d’être élu président comme un facteur important dans leur décision de participer. 53% disent aussi vouloir empêcher l’un des candidats de gagner et 51% apprécier énormément un des candidats, selon un sondage Odoxa pour L’Express. Le niveau de connaissance du processus des primaires est plutôt bon, selon l’enquête, mais 80% des sondés ne connaissent pas les dates du scrutin, les dimanche 20 et 27 novembre.  La cote de popularité de François Hollande ne s’améliore pas en septembre, contrairement à celle de Manuel Valls qui remonte légèrement, Alain Juppé et Emmanuel Macron suscitant, eux, toujours une forte adhésion. Seules 16% des personnes interrogées considèrent François Hollande comme « un bon président », contre 84% d’un avis contraire, soit le même niveau qu’au mois de juin, selon ce baromètre, réalisé pour L’Express, France Inter et la presse régionale. Chez les seuls sympathisants de gauche, le chef de l’État perd deux points (à 37%), le discours aux airs d’entrée en campagne salle Wagram de début septembre n’ayant visiblement pas changé la donne.   Manuel Valls, dont la cote déclinait depuis novembre, regagne en revanche 3 points, 27% de personnes interrogées estimant qu’il est un « bon Premier ministre ». Chez les sympathisants de gauche, la hausse atteint 6 points (42%). En tête des personnalités suscitant le plus de soutien et de sympathie, Alain Juppé gagne 4 points à 39% devant Emmanuel Macron (31%, +2). François Bayrou (30%, +2) est troisième, devant Marine Le Pen (27%, +1) et Jean-Luc Mélenchon (27%, +3), suivis de Ségolène Royal (26%, +3), Martine Aubry (25%, +3) et Christiane Taubira (25%, +2). Arrivent ensuite les adversaires d’Alain Juppé pour la primaire de la droite, Bruno Le Maire (24%, +2), Nicolas Sarkozy (23%, =) et François Fillon (23%, -1). Chez les sympathisants de gauche, Christiane Taubira fait la course en tête (54%), désormais rattrapée par Ségolène Royal, en forte progression (+6 à 54%). A droite, Alain Juppé gagne 7 points (69%) et devance Nicolas Sarkozy (64%, -2).

 

 

 

 

Loi travail : les républicains voteront contre

Loi travail : les républicains voteront contre

Les Républicains ont annoncé mardi qu’ils voteraient contre la nouvelle mouture du projet de loi de réforme du Code du travail mais les centristes de l’UDI, dont le vote pourrait être crucial, préfèrent attendre avant de se prononcer. Le groupe socialiste, qui s’est une nouvelle fois réuni mardi, s’est quant à lui déclaré satisfait des changements proposés par le Premier ministre Manuel Valls, dont le projet réécrit a été bien accueilli par les syndicats réformistes mais vivement critiqué par le patronat. « Tout ce qui pouvait aller dans le bon sens a sauté », a déclaré mardi Christian Jacob, le président du groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée nationale. « On a désormais une vraie loi anti-PME. » Pour le « patron » du groupe LR, aucun de ses députés ne peut voter un tel texte. « C’est un texte invraisemblable. On ne voit pas quelqu’un de droite normalement constitué le voter. » Même position d’hostilité à la réforme au groupe Front de gauche mais pour des raisons inverses. « Ce sont des modifications à la marge qui ne changent rien fondamentalement. C’est un texte qui reste foncièrement régressif », a dit André Chassaigne (PC), le président du groupe. Du côté du groupe UDI, on fait preuve de prudence. « On pourrait dire ‘circulez, il n’y a rien à voir’. Mais nous allons une fois de plus être fidèles à notre façon de fonctionner en faisant des contre-propositions », a dit Philippe Vigier, le président du groupe. Il a ainsi confirmé que son groupe déposerait des amendements afin d’améliorer le texte. Si le groupe des radicaux de gauche est majoritairement favorable à la réforme dans sa nouvelle version, les écologistes sont divisés entre aile réformiste et aile gauche. « La loi aura une portée moindre, mais il faut en accepter le principe », a dit à Reuters François de Rugy, chef de file de la première école. « Je préfère une réforme de moindre ampleur mais qui permet de réformer que de rester droit dans mes bottes pour ensuite finir par tout abandonner. » Le groupe socialiste, qui s’est réuni mardi une nouvelle fois en présence de Manuel Valls et de sa ministre du Travail, Myriam El Khomri, au lendemain d’un séminaire à huis clos déjà consacré à cette réforme, est globalement satisfait à l’exception de quelques « frondeurs ».

Valls : les écolos ne lui voteront pas la confiance

Valls : les écolos ne lui  voteront pas la confiance

Mardi dernier, les écologistes ont officiellement refusé de participer au gouvernement de Manuel Valls. « J’ai passionnément aimé être ministre« , a déclaré Cécile Duflot samedi, ajoutant « si j’avais [eu] la sensation qu’il était possible d’agir avec la même utilité dans ce gouvernement [Valls], j’aurais continué« , qualifiant l’appel du nouveau Premier ministre d’ »appât alléchant« . Cette décision de ne pas participer au gouvernement Valls divise le parti, mais les responsables écologistes rassemblés à Paris samedi y étaient en majorité favorables. « Le choix de Cécile c’est un peu le choix des Français, ce n’est pas évident de refuser d’être numéro deux d’un gouvernement« , a notamment déclaré Jean-Vincent Placé, président des sénateurs écologistes.  Les députés eux n’ont toujours pas digéré cette décision. « A l’Assemblée on va gueuler ou va hurler, on ne va plus travailler ça sert à rien, sauf que là on les menace de quoi si on n’obtient rien ? Ben rien on est déjà sorti« , a expliqué par exemple la co-présidente du groupe écologiste à l’Assemblée nationale Barbara Pompili. Les chefs de groupes parlementaires écologistes ont rendez-vous à Matignon lundi à 16h, « à l’initiative du Premier ministre ». Ils indiquent qu’ils prendront ensuite leur décision concernant le vote de confiance au gouvernement prévu mardi. « Il est certain qu’on ne votera pas contre« , a déjà assuré samedi Jean-Vincent Placé. Une responsable EELV confie hors micro que sauf si Manuel Valls annonce la fermeture de 24 réacteurs nucléaires, la mise en place de la proportionnelle et l’abandon de Notre-Dame-des-Landes, les écologistes ne voteront pas la confiance. Ce qui paraît clairement impossible. Mais comme ils se considèrent toujours dans la majorité, les parlementaires d’EELV devraient en fait s’abstenir.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol