Archive pour le Tag 'voie'

Allemagne : le SPD, comme le PS en France, sur la voie du déclin

Allemagne : le SPD, comme le PS en France, sur la voie du déclin

Selon  l’institut Forsa, le SPD dégringole à  13% des intentions de vote, un record à la baisse. Dans le même temps, le bloc conservateur de la chancelière Angela Merkel se redresse quelque peu, à 27%. Derrière le bloc CDU/CSU vient le parti des Verts, à 24%, qui fait désormais figure de deuxième parti sur la scène politique allemande. Le parti d’extrême droite AfD (Alternative pour l’Allemagne) recule à 13% et le parti La Gauche, comme le FDP (centristes), est crédité de 9%, toujours selon le même sondage. Le pays a connu en octobre deux élections régionales, en Bavière puis en Hesse, qui ont été marquées l’une comme l’autre par un net recul du bloc CDU/CSU et des sociaux-démocrates et par une poussée des Verts.

 

Législative à Belfort: PS en voie de disparition et tassement LREM

Législative à Belfort:  PS en voie de disparition et tassement LREM

 

Sur l’ancienne terre de Chevènement le parti socialiste est en voie de disparition lors de l’élection législative partielle de Belfort. À noter aussi le tassement de la république en marche. En cause sans doute, la gestion calamiteuse d’Alstom bradé d’une part aux Américains d’autre part aux Allemands . L’extrême droite n’a pas non plus réussi à mobiliser Ian Boucard s’est positionné en tête du scrutin avec 38,80 % des voix, contre 26,50 % pour le conseiller départemental Christophe Grudler, lors du premier tour de la législative partielle de la 1re circonscription du Territoire de Belfort. Ian Boucard semble ainsi favori pour le second tour de l’élection, dimanche 4 février. Le duel très scruté entre le frontiste Jean-Raphaël Sandri (7,4 %) et l’eurodéputée les Patriotes Sophie Montel (2 %) a été largement remporté par le FN, qui n’a cependant pas réussi à mobiliser son électorat.  La prétendante de La France Insoumise, Anaïs Beltran (11,50 %), se positionne à la troisième place. Avec 2,6 %, le PS (9,10 % en juin 2017) disparaît pratiquement du paysage politique local.  Les électeurs se sont peu déplacés dimanche pour se rendre aux urnes et désigner l’un des dix candidats en lice. La participation s’élève à 29,50 %. Le 18 juin 2017, Ian Boucard, 29 ans, l’avait emporté de 279 voix face au candidat MoDem-LREM Christophe Grudler, 52 ans.

 

Christine Boutin : une espèce en voie de disparation ?

Christine Boutin : une espèce en voie de disparation ?

Christine Boutin quitte la politique ou plutôt c’est la politique qui la quitte car en réalité elle ne représente plus grand-chose depuis longtemps dans l’opinion. Elle n’a d’ailleurs jamais réellement pesé dans la vie politique française en raison de ses propositions ultra droitière et souvent iconoclastes. Elle n’a obtenu que 1 % lors d’une élection présidentielle. Mais en France cela suffit pour exister médiatiquement. Un phénomène spécifiquement français qui affecte les marginaux de droite comme de gauche. D’une certaine manière,  Christine Boutin est un peu l’archétype de ces illuminés de gauche comme de droite qui profitent  des élections notamment présidentielles pour exister politiquement en développant souvent les thèses les plus incongrues. Les exemples récents encore plus caricaturaux étant celui de Jacques Cheminade ou de Jean Lassalle (ce dernier pourtant sympa même si on ne comprend ni sur la forme, ni sur le fond).  Et le successeur de son micro mouvement Jean-Philippe poisson encore moins. Ce dernier a obtenu 1,5 % lors des primaires de la droite. Christine Boutin Poussin s’est toujours caractérisée par des propositions ultra droitière au point d’ailleurs d’apporter son soutien à Marine Le Pen lors des dernières présidentielles. Finalement, en dépit de son poids complètement marginal Christine Boutin  a réussi à faire une carrière et finalement à bien vivre de la politique ….. Comme d’autres.  elle est même devenue ministre notamment en monnayant son petit poids politique auprès de Sarkozy ! Christina Boutin a bien fait d’annoncer retrait car on avait oublié qu’elle existait encore. C’est sans doute une caractéristique démocratique du pays de permettre à certains hurluberlus de venir faire leur petit numéro de cirque sur la scène politique lors des grandes échéances. Il faut dire que la confrontation des leaders  de s organisations sont parfois tellement ennuyeuses voire caricaturales que la présence de marginaux apporte un peu de sel à un spectacle un peu trop convenu. Figure de la droite conservatrice et catholique en France et ancienne candidate à l’élection présidentielle, Christine Boutin a annoncé samedi son retrait de la vie politique. “Je n‘aurai plus de mandat, mais compte tenu de mes 40 années de vie politique mon influence restera”, a dit sans rire l‘ancienne ministre du Logement de Nicolas Sarkozy. A 73 ans, elle va se consacrer à ses études théologiques qu’elle n’aurait sans doute jamais dû quitter.

Les

Médecin généraliste : espèce en voie de disparition en zone rurale

Médecin généraliste : espèce en voie de disparition en zone rurale

 

.

Un article du Figaro fait état d’un médecin généraliste qui opère dans une commune de 800 habitants et qui ne trouve pas de successeur même avec une transmission gratuite son cabinet. Même une annonce dans le bon coin n’aurait donné aucun résultat. Pourtant ce cas n’est pas isolé il est même significatif de l’évolution de la couverture médicale dans certaines zones. Plus globalement le métier de médecin généraliste ne séduit plus les jeunes praticiens car ce métier est trop contraignant notamment en termes d’heures de travail. Dans les zones rurales la création de maisons de santé n’est qu’une rustine posée sur le mal. Il faut en effet des médecins pour  les remplir. De plus en plus,  on fait aussi appel, comme en milieu hospitalier, à des médecins étrangers moins exigeants sur les conditions de travail et sur la rémunération. Cette insuffisance de généraliste va encore s’aggraver qu’on prévoit une diminution des effectifs de larmes de 30 % d’ici une dizaine d’années. Une réforme passant notamment par l’évolution du numerus clausus ne donnera pas d’éventuels effets avant douzaine d’années compte tenu du délai de formation des futurs praticiens.  Réformes des études, indemnités pour les internes, aides à l’installation, les syndicats de professionnels de santé ont avancé plusieurs pistes pour résoudre l’éternel problème des déserts médicaux. Entre 2007 et 2016, le nombre de généralistes a chuté de 8,4%, selon le Conseil national de l’Ordre des médecins. Une diminution qui est en partie due aux départs en retraite, et qui devrait s’accélérer avec la génération des baby-boomers dont la carrière se termine. D’ici à 2025, la chute du nombre de généralistes pourrait se traduire par la disparition d’un praticien sur quatre, toujours selon l’Ordre des médecins

Sondage législatives : En marche très largement en tête, LR et FN à égalité, le PS en voie de disparition

Sondage  législatives : En marche très  largement en tête, LR et FN à égalité, le PS en voie de disparition

 

Selon l’institut Harris Interactive, La République En Marche accentue son avance avec 32 % d’intentions de vote (+3) pour ses candidats au premier tour du scrutin qui se déroulera dimanche 11 juin, devant Les Républicains (LR) et le Front national (FN) qui perdent chacun un point (19%).  La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon recueille quant à elle 15% d’intentions de vote, accusant une chute d’un point en une semaine, et le Parti socialiste allié au Parti radical de gauche 6% (-1), selon cette enquête pour France Télévisions. Les candidats d’Europe Écologie-Les Verts et les souverainistes de Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, sont crédités de 3% d’intentions de vote, ceux du Parti communiste de 2% et ceux de l’extrême gauche (LO ou NPA) de 1%.

Enquête réalisée en ligne du 15 au 17 mai (avant la présentation du nouveau gouvernement) auprès de 4.598 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 0,7 à 1,6 point. Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Thon : dispute sur une espèce en voie de disparition

Thon : dispute sur une espèce en voie de disparition

 

Pêcheurs industriels et pêcheurs artisanaux se disputent  les quotas de pêche très lucrative du thon rouge en Méditerranée, une espèce en voie de disparition. Rouge, albacore ou germon, la quasi-totalité des espèces de thons doivent figurer sur la liste rouge des espèces menacées établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), selon une étude publiée par l’organisation basée en Suisse. Sur les huit espèces de thons examinées, «cinq sont classées dans l’une des catégories menacées de la liste rouge ou sont quasi menacées» d’extinction, a souligné l’UICN dans cette étude passant en revue les 61 espèces connues des familles des scombridés (thons, bonites, maquereaux et thazards) et des marlins (espadons et marlins). L’étude est basée sur un rapport publié dans la dernière édition de la revue américaine Science. Les thons menacés sont le thon rouge du sud (Thunnus maccoyii) qui est évalué «en danger critique d’extinction», le thon rouge d’Atlantique et de Méditerranée (T. thynnus) qui est «en danger», le thon obèse (T. obesus) classé «vulnérable», le thon jaune albacore (T. albacares) et le thon germon (T. alalunga) qui sont tous deux «quasi menacés». Toutes les espèces de thons rouges, en particulier, «sont susceptibles de s’effondrer en raison de la pression de la surpêche continue, et c’est déjà le cas essentiellement pour le thon rouge du sud avec peu d’espoir de rétablissement», selon Kent Carpenter, directeur de l’unité biodiversité marine de l’UICN , auteur d’une étude sur le sujet. «Si aucun changement n’est apporté aux pratiques de pêche actuelles, les stocks de thon rouge de l’Atlantique risquent de s’effondrer aussi car il y a peu de signes de reconstitution de la population après une réduction significative dans les années 1970», a-t-il ajouté.  «Les populations de thon rouge du sud et de thon rouge de l’Atlantique (incluant la Méditerranée) ont été tellement réduites que la façon la plus efficace pour éviter l’effondrement est de fermer la pêche jusqu’à ce que les stocks se soient reconstitués à des niveaux sains.». On se dispute donc les restes ;   un syndicat de pêcheurs indépendants, le SPMLR, installé à Port-la-Nouvelle (Aude), demande une part plus importante dans les quotas de pêche, aujourd’hui largement favorables aux professionnels regroupés au sein d’organisations de producteurs (OP). «Un tel système (…) est facteur de discrimination entre producteurs dans la répartition d’une ressource essentielle», estime l’Autorité.  En 2016, 3104 tonnes de thons rouges sont autorisées à la pêche en Méditerranée. Pour des raisons historiques, le plus gros de ce quota revient aux thoniers industriels dépendant d’une OP. Restent 341 tonnes à se partager entre «petits métiers» – des bateaux professionnels de moins de 18 mètres. «Mais avec le système actuel, plus des trois quarts de ces 300 tonnes reviennent également aux OP car, en plus de gros navires, elles exploitent aussi des petits métiers!», peste Bertrand Cazalet, secrétaire du SPMLR.

Médecine-Espèces en voie de disparation :les généralistes

Médecine-Espèces en voie de disparation :les généralistes

Si ça continue les médecins généralistes pourraient quitter la tutelle de la ministre de la santé, Marisol Touraine pour passer sous la tutelle de Ségolène Royal, ministre de l’environnement. L’espèce des généralistes est en effet très menacée en France. En cause la faible rémunération, les conditions de travail, la bureaucratie. Curieux car on compte de plus en plus de spécialistes,  eux bien rémunérés,  grassement parfois) alors que le généraliste est sans doute le métier le plus fondamental dans l’édifice médical.( Accessoirement le recours excessif aux spécialistes coule la sécu). De ce point de vue les contrainte imposées notamment par l’énarque Marisol Touraine aux  médecins généralistes participent à l’extinction de l’espèce. Au moins chez Ségolène, on pourrait créer – comme pour les bagnoles- une  vignette à apposer dans les cabinets des généralistes «  espèce protégée ». Les grincheux diront que ça ne changera rien, bien sûr mais on aura quand même fait semblant de faire quelque chose, uen sorte de compassion quoi ! Le nouvel Atlas des médecins en France, publié par l’Ordre des médecins ce mardi matin, confirme  en effet deux grandes tendances observées ces dernières années. D’abord, près de six nouveaux praticiens sur dix sont des femmes jeunes, tandis que l’âge moyen des médecins hommes ne cesse d’augmenter. Par ailleurs, certaines spécialités sont en crise et peinent de plus en plus à se renouveler.  Il n’y a jamais eu autant de médecins en France mais la profession est vieillissante. C’est ce qui ressort de l’Atlas médical publié ce mardi par le conseil national de l’ordre des médecins et dont France Info a pris connaissance. Mais surtout, cet Atlas confirme que la profession se féminise et que certaines spécialités manqueront de médecins dans les prochaines années. Parmi les médecins qui viennent de s’inscrire à l’Ordre, 58 % sont des femmes dont la moyenne d’âge est de 33 ans. A l’autre bout de la pyramide des âges, de plus en plus de médecins retraités continuent à exercer : leur nombre a plus que doublé en 4 ans. L’an dernier, ils étaient plus de 14.600 à poursuivre leurs consultations. L’activité libérale semble retrouver quelques couleurs, même si l’activité salariée reste majoritaire. Une tendance de fond se vérifie toutefois d’année en année : la diminution du nombre de médecins généralistes. Par ailleurs, quatre spécialités sont en crise : la rhumatologie, la dermatologie, la chirurgie générale et ORL, les médecins libéraux étant de moins en moins nombreux à choisir ces disciplines. En ce qui concerne maintenant la répartition des médecins, sans surprises la moitié sud de la France est celle qui attire la plus forte densité de praticiens ainsi que l’Ile-de-France.

Les gros animaux sauvages en voie de disparition

Les gros animaux sauvages  en voie de disparition

Selon une alarmante étude américaine publiée dans la revue Science Advances, 60% d’entre eux seraient menacés d’extinction.  L’équipe de chercheurs a étudié 74 animaux de plus de 100kg se nourrissant exclusivement de plantes, qu’on trouve en Afrique, Asie du Sud-Est, Inde, Chine. « Sans intervention, les grands herbivores continueront à disparaître dans de nombreuses régions du monde avec des conséquences écologiques, sociales et économiques vraiment importantes », alertent les chercheurs. Car la disparition de ces animaux est causée par le changement d’environnement mais aussi par la chasse menée par les hommes, ce à quoi les chercheurs s’attendaient un peu moins. « Je pensais que le changement d’environnement serait le principal facteur mettant en péril les grands herbivores », indique William Ripple, de l’université d’Etat de l’Oregon. En plus des déforestations, des populations qui empiètent de plus en plus sur leurs territoires, s’ajoute donc la chasse (pour se nourrir, et pour revendre à prix d’or, entre autres, les défenses d’éléphants et cornes de rhinocéros). L’étude donne, sur ces dernières années, quelques chiffres frappants. Entre 2002 et 2011, le nombre d’éléphants en Afrique centrale a chuté de 62%. Rien qu’entre 2010 et 2011, 100.000 éléphants ont été braconnés. En 2011, le rhinocéros noir d’Afrique s’est éteint. En 2014, le rhinocéros blanc du Nord était menacé de disparaître. Ces disparitions, en soi dramatiques, pourraient entraîner d’importants problèmes dans la chaîne alimentaire, soulignent les chercheurs. Les herbivores jouent en effet des rôles importants dans l’écosystème, parmi lesquels celui de nourrir les prédateurs. « Les grands carnivores, comme les fauves ou les loups, font face à de terribles problèmes à cause de cette persécution directe, sur-chasse, dégradation de l’environnement, mais notre nouvelle étude porte un coup dur de plus: un garde-manger vide », explique à la BBC le professeur David Macdonald, de l’Oxford University’s Wildlife Conservation Research Unit, l’un des auteurs de l’étude.

 

Départementales: les écolos en voie de disparition, à 2% !

 

Départementales: les écolos en voie de disparition, à 2% !

 

Pas de surprise, les écolos sont en voie de disparition sur le plan politique à EELV ( pas sur le terrain à travers les associations non politisées). C’est l’échec de Duflot, d’abord solidaire du gouvernement ( et ministre), ensuite alliée de l’extrême gauche, enfin sur une  trajectoire personnelle pour faire son trou en 2017. En fait les écolos se sont peu préoccupés d’environnement depuis 2012. Il se sont aussi fait berner par Holande ( et Royal)  à propos de la transition énergétique. Dernier exemple en date : la pollution notamment à Paris.   »Avec une stratégie illisible, on prend le risque de rendre l’écologie invisible ». Le député Europe Ecologie – Les Verts, François de Rugy n’aura pu attendre que quelques minutes, après l’annonce des résultats du premier tour des départementales, pour relancer la guerre chez les écolos. Dès dimanche soir, il a tweeté un texte sans appel pour la stratégie de la figure de proue du parti, Cécile Duflot. « Poursuivre dans la voie de la désunion à gauche, c’est prendre le risque de l’élimination de chacun, quelle que soit la sensibilité », a écrit le coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale. Les scores de dimanche soir sont difficilement lisibles pour EELV, qui, selon ses alliances, se retrouve agrégé aux résultats du Parti socialiste ou à ceux du Front de gauche.  Les écologistes, qui ne se sont présentés que dans 950 des 2.054 cantons, avaient choisi dans « 43% des cas » de s’associer avec au moins une composante du Front de gauche. Dans 17% des cas, ils sont alliés avec le PS et dans 4% avec le PS et le PCF.  Ainsi, CSA range dans le total Front de gauche les binômes Front de gauche-EELV, comptabilisés parmi les Divers gauche par Ipsos et l’IFOP. Dès lors les résultats sont soumis à diverses interprétations.  « L’opération pipotage du ministère de l’Intérieur sur les 2% de  # EELV ne dissimule pas que nous sommes à 10% là ou nous étions présents », a ainsi fustigé David Cormand, secrétaire national d’EELV chargé des élections.

Insécurité : Après Marseille, Toulouse, Montpellier sur la voie de Chicago ?

Insécurité : Après Marseille, Toulouse, Montpellier sur la voie de Chicago ?  

De toute évidence il y a un problème majeur d’insécurité dans les villes du sud ou les assassinats deviennent un peu trop habituels. En cause évidemment surtout le trafic de stupéfiants et la lutte entre mafias qui se partagent les territoires. Après la fusillade qui a fait deux morts dans sa ville dimanche, Philippe Saurel, maire de Montpelier réclame plus de moyens de police. Pour le maire divers gauche, il faudrait une vingtaine de fonctionnaires supplémentaires dans les commissariats de quartier. Plus largement, il « tire la sonnette d’alarme » sur la sécurité dans les villes du Sud.  Depuis la période Sarkozy, où nous avons été amputés d’un grand nombre de policiers, entre 50 et 80, nous n’avons pas retrouvé un niveau qui permettrait d’atteindre une sécurité parfaite.  Le gouvernement en a remis quelques-uns mais les effectifs sont toujours très bas. Donc je demande à ce qu’on remette des policiers dans les commissariats de quartiers que la ville de Montpellier a déjà construits. C’est le rôle de l’Etat et c’est mon rôle de maire de le signaler. Il y a une police municipale que je suis en train d’augmenter conséquemment et un système de vidéosurveillance que je suis en train de revoir entièrement avec des investissements majeurs. Mais sans la police nationale, qui doit assurer la fonction régalienne de sécurité publique de l’Etat, nous sommes au pied du mur. Je n’ai pas envie que les événements que je vois dans les autres villes. Pour reprendre les mots du procureur de Toulouse il y a quelques jours : « je crains une radicalisation ». Les villes du Sud sont prises dans cette tenaille et il faut réagir très clairement. C’est un quartier populaire mais très calme, fait de commerces. Il y a un commissariat de quartier désaffecté faute de moyens policiers. Donc je demande à ce qu’il y ait des moyens supplémentaires pour que ce quartier soit sécurisé de façon normale. Aujourd’hui, deux jeunes hommes se sont fait abattre sur la commune de Montpellier, c’est la première fois que cela arrive. Comprenez mon émoi, lorsqu’en plus cela s’est reproduit à Marseille hier soir, un mois après la mort de deux autres jeunes par arme de guerre à Toulouse. Donc je demande au gouvernement de réagir.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol