Archive pour le Tag 'vive'

Des taux négatifs pour la France : vive la fausse monnaie !

 Des taux négatifs pour la France : vive la fausse monnaie !

 

Pour l’instant,  l’incertitude dans le domaine économique est tellement grande que les prêteurs préfèrent placer leur argent dans les obligations des états à taux négatifs. C’était le cas pour l’Allemagne, c’est maintenant le cas pour la France. Pour schématiser, on donne de l’argent à la France pour qu’elle emprunte encore davantage et cela via des taux négatifs. L’objectif visé est d’encourager les acteurs économiques à investir et à dépenser pour soutenir l’activité. Une politique développée notamment depuis la crise financière de 2008. D’une certaine façon,  les banques centrales ont fabriqué de la fausse monnaie en rachetant des actifs notamment d’État plus ou moins solides pour inciter à la dépense. Mécaniquement grâce aux taux bas, on  donne de manière artificielle un pouvoir d’achat supplémentaire aussi bien aux entreprises, qu’aux particuliers aux Etats. Ainsi la dette française pourrait diminuer d’environ 10 milliards en é ans ; Dune   façon générale, la plupart des pays fabriquent chaque jour de la fausse monnaie en dépensant bien davantage que leurs ressources budgétaires. Certes la plupart des emprunts correspondants seront honorés mais pas forcément un la même valeur de monnaie. L’inflation pourrait en effet passer par là. Pour l’instant, en raison de la faiblesse de l’activité générale l’inflation et très faible, la concurrence joue un rôle d’amortisseur. Le moment venu, il faudra régler les comptes notamment procédé à une vaste opération d’ajustement monétaire davantage en phase avec la richesse réellement produite. Si les banques centrales se montent aussi laxistes en matière de distribution monétaire c’est qu’elles  elles redoutent une crise économique profonde. Une crise économique liée à plusieurs facteurs.  le premier étant  sans doute la relative stagnation des revenus, ensuite le phénomène de dé consommations qui commencent à prendre, les entraves mises au commerce international du fait de la montée des nationalismes, une meilleure prise en compte de la problématique environnementale. Notons aussi dans la construction, le plafond de verre atteint certain logement. À 400 000 ou 600 000 euros voier bien davantage, la cible des acheteurs potentiels se réduit comme peau de chagrin et les logements se transforme  en objet de spéculation. En clair, les couches moyennes sont éjectées du marché et seul demeure des couches aisées mais forcément nettement moins nombreuse. D’où la tendance à transformer ses appartements en hôtel plutôt qu’en appartement de location. Autre champ de dépenses des ménages : le transport. Là c’est la grande interrogation sur l’évolution de l’offre et de la réglementation. D’où le succès de petites voitures de transition. Pour nombre de dépenses les ménages préfèrent attendre d’autant qu’elles imaginent certaines surprise (exemple hausse taxe foncière, hausse électricité et carburant). Ce qui est en jeu pas seulement en France c’est le risque de dépression. D’où cette attitude genéreuse (et laxiste) de a BCE, de la banque centrale américaine et des autres  qui lui emboitent le pas.

Mélenchon : adieu l’Elysée, Matignon, et vive l’opposition

Mélenchon : adieu l’Elysée, Matignon, et vive l’opposition  

L’atterrissage risque d’être difficile pour Mélenchon, il a d’abord cru pouvoir ce qualifier pour la finale de l’Élysée mais il n’est arrivé qu’en quatrième position. Ensuite il s’est vu à Matignon avec une majorité de députés insoumis. Malheureusement les sondages ne lui donnent aujourd’hui qu’environ une vingtaine de députés, pas même de quoi faire un groupe. Du coup Mélenchon revoit encore en baisse ses objectifs et reprend son costume d’opposants un costume qui lui va mieux car sa dialectique radicale et ses invectives ne conviennent guère avec un statut de gestionnaire sans parler de ses orientations le plus souvent incohérent et contradictoire. D’où cette sorte de bien culpa un peu confus : « Un député d’opposition c’est un lanceur d’alerte, c’est un écrivain d’amendements, c’est cette fonction là qu’il faudra tenir, explique Jean-Luc Mélenchon. Ce qu’il y a de nouveau, c’est que dans notre famille politique et intellectuelle on est devenu plus proposant que dénonçant. Il y a eu une telle avalanche de dénonciations qu’à un moment donné, elles ne retiennent plus l’attention. Lorsque l’on propose des choses, les gens essayent de voir quel compte ils pourraient y trouver et c’est plus convaincant. »

Alcool : les Français champion du monde, vive le pinard !

Alcool : les Français champion du monde, vive le pinard !

 

Si l’économie française additionne plutôt les échecs depuis quelques années ( PIB, dette, chômage etc.) par contre elle peut s’enorgueillir d’être championne du monde pour la consommation de pinard et autres breuvages alcoolisés. Peut-être est-cela  le moyen de lutter contre le french bashing,  de redonner le moral et de relancer la croissance. . Une sorte de thérapie de portée économique  en quelque sorte. Du coup la vinasse pourraiat entrer dans la catégories des médicaments remboursée par la sécurité sociale. Une idée à creuser en tout cas ( comme le trou de la sécu) qui pourraiat faire l’objet du grand débat national et évidemment dune consultation approfondie des partenaires sociaux.  Les Français ont en effet  la plus grande consommation d’alcool parmi les 34 pays que compte l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) selon un rapport publié ce mardi. Cette consommation est tout de même en baisse depuis 30 ans. 12 litres d’alcool pur correspondent à environ 120 bouteilles de vin par habitant et par an. 20% de la population qui boit le plus, consomme plus de la moitié de la quantité totale d’alcool bue dans notre pays. Les femmes qui ont un niveau d’éducation élevé ont deux fois plus de risque d’avoir une consommation excessive d’alcool que celles qui ont un niveau d’éducation faible.

 

Marseille – Valls : vive la langue de bois

Marseille – Valls : vive la langue de bois

 

Rafalés à la Kalach lors de son arrivée à Marseille, Valls s’est  évidemment ridiculisé. Du coup il a fallu changer de discours et  passer à la menace  de fessée pour les délinquant qui ont gâché la fête ; d’habitude évidemment les mots sont pesés au gramme près par les services de com. ; Là il fallu improviser dans l’autoritarisme de façade  ; «  Ces tirs sont inacceptables » a dit avec la lus grande fermeté Valls, un peu désappointé bien sûr ; On ne pouvait en dire moins ! Et on va «  casser les ghettos », là il en dit trop ;  c’est comme quand il parle « d’apartheid », l’outrance du verbe  cache mal l’angélisme de l’action. En dépit du déploiement de forces dans le quartier qui a accueilli  joyeusement à la Kalach Valls, on a du retrouvé 20 grammes de canna bis et quelques kalachs là où une centaine voire davantage sont planquées ; aune arrestation, on suppose quand même qu’on a du gronder quelques voleurs de scooters pour avoir franchi un feu au jaune, qu’une enquête judicaire sera menée et que des sanctions exemplaires seront prise d’ici deux ou trois ans contre ces fauteurs de troubles : par exemple condamnation à une demi journée  dans le futur service civique universel volontaire  . Des policiers ont donc  été visés par des tirs de kalachnikov, qui n’ont pas fait de blessés, lundi à la mi-journée dans la cité de la Castellane à Marseille, juste avant une visite de Manuel VallsBernard Cazeneuve et Najat Vallaud-Belkacem destinée à vanter « d’excellents » résultats contre la délinquance. Selon un photographe de l’AFP, des hommes du GIPN sont entrés vers midi à bord d’un véhicule blindé dans cette cité sensible du nord de la ville, haut lieu du trafic de stupéfiants: des riverains avaient signalé plus tôt dans la matinée « des tirs de kalachnikov en l’air ». Ayant pour auteurs « cinq à dix individus », ces tirs n’auraient fait « aucune victime », a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête. « Nous avons été ‘rafalés’ à notre arrivée sur place », a par ailleurs précisé à l’AFP le directeur de la sécurité publique, Pierre-Marie Bourniquel, qui était dans une des trois voitures prises pour cible. Il n’y a pas de blessé, selon la même source.  Dans le cadre des opérations de police qui ont suivi les tirs, une cache d’armes a été découverte dans un appartement en rez-de-chaussée de cette cité, a indiqué la police, confirmant une information de La Provence. Sept kalachnikovs ont été retrouvées, dans ce local alors inoccupé, ainsi que des chargeurs et une petite quantité de cannabis, a-t-on précisé, ajoutant que l’enquête sur cette affaire a été confiée à la PJ. Les délinquants tremblent !

CAC 40 : 50 milliards aux actionnaires ; vive la crise !

CAC 40 : 50 milliards aux actionnaires ; vive la crise !

 

 

Le paradoxe n’est qu’apparent, plus le chômage monte et plus les profits boursiers augmentent. C’est même  la caractéristique d’une crise économique, de plus en plus de pauvres et de plus en plus de riches. Ce n’est pas une spécificité  française mais mondiale. C’est grâce à ce processus qu’environ 1% des de la, population possède la moitié de la richesse mondiale. Evidemment on objectera que le capitalisme  pour fonctionner a besoin de capitaux, que les entreprises, pour se développer ont besoin d’emprunter, que l’épargne placée dans les entreprisse, c’est plus utile que dans des chaussettes ou que le  capital mort que représente la pierrre. Autant d’arguments qui ne sont pas complètement faux. Pour autant il y a disproportion entre la croissance de la richesse produite et la rémunération des actionnaires, inégalités surtout entre ceux qui doivent en être les bénéficiaires : les investissements, les salariés, les clients, les actionnaires. A cet égard la gestion actuelle à coutre vue qui privilégie le rendement financier est largement responsable de la crise des investissements et au delà de la croissance. Le rendement actuel d’une certaine manière est fictif car il hypothèque le futur. Mais la sphère financière a imposé sa logique à la sphère économique ; Par ailleurs c’est plus sexy pour nombre de dirigeants de grosse boites  de jouer avec les performances financières (  au passage de se gaver aussi) que de s’illustrer avec les seules performances économiques et techniques. A plus long terme il y aura des perdants même chez les rentiers car faute de vraie richesse produite, l’euro (comme d’autres monnaie) deviendra uen monnaie de singe. En hausse de 30%. Les sommes versées par les entreprises du CAC 40 à leurs actionnaires, sous forme de dividendes et de rachats d’actions, ont atteint 56 milliards d’euros en 2014, selon une étude publiée lundi 9 février par la lettre spécialisée Vernimmen.net. Ce total égale presque le record atteint en 2007 par les grands groupes français cotés en Bourse, avant la crise financière qui avait éclaté l’année suivante, selon les données de l’étude. Dans le détail, les rachats d’actions ont bondi de 55% à plus de 10 milliards d’euros, et les dividendes de 25% à 46 milliards. Ce total a cependant été gonflé par deux énormes opérations au caractère exceptionnel : la sortie partielle de Nestlé du capital de L’Oréal, qui a vu le groupe français racheter pour environ 6 milliards d’euros de ses propres actions à son actionnaire suisse, et une distribution d’actions Hermès par LVMH à ses actionnaires, pour un montant total de 6,5 milliards d’euros. En dehors de ces opérations, les rachats d’actions de l’an dernier sont en légère diminution par rapport à 2013, tandis que les dividendes ressortiraient en hausse de 5,5%. « Comme les années précédentes, le trio de tête des versements de dividendes (hors LVMH) représente de l’ordre du tiers des dividendes versés. Il est, à l’identique de l’an dernier, composé de Total, Sanofi et GDF Suez. Si on ajoute EDF, Orange et BNP Paribas, on atteint avec 6 groupes presque 50% des dividendes », précise Vernimmen.net. Ces chiffres pourraient relancer la polémique sur la propension des grands groupes français à récompenser leurs actionnaires plutôt qu’à embaucher et à investir, alors que le gouvernement a pris des mesures importantes en leur faveur avec le CICE puis le pacte de responsabilité.

 

Vive la crise : croissance au plus bas, mais bourse au plus haut

Vive la crise : croissance au plus bas, mais bourse au plus haut

 

C’est le paradoxe le plus étonnant du contexte actuel, la croissance est atone, le chômage au sommet mais la bourse tutoie le ciel. Finalement tout va bien et les médias même économiques ont fait l’impasse sur les indicateurs  très inquiétants concernant la croissance de novembre. Pourquoi simplement par les valeurs boursières se portent au mieux, que les dividendes versée aux actionnaires vont atteindre des sommets en 2014. Par contre les investissements sont en panne et les charrettes de licenciements succèdent aux charrettes. Pourtant nous sommes peut -être à la veille d’un nouveau choc mondial en tout cas d’une  dépression forte de la croissance. En cause évidemment la confusion ente la santé de la sphère financière et celle de l’économie réelle. Il a suffi pour rassurer les marchés que la Chine annonce des baisses d’intérêt et que Draghi permettent encore davantage de liquidités pour la cote se redresse en France mais aussi ailleurs. Pourquoi parce simplement ces politiques plus accommandantes permettent de davantage spéculer ; elles ne servent pas l’investissement, la consommation, elles encouragent les cotations à optimisme. Cela jusqu’au moment où un krach interviendra (bulle immobilière, bulle obligataire ou remontée brutale de taux d’intérêt pas exemple). Puisque la bourse va bien, vive la crise. D’ailleurs les charrettes de licenciements sont généralement très appréciées. Certes c’est souvent de la productivité en plus, donc de la compétitivité et des profits supplémentaires. Donc des marges et des dividendes.  Les actionnaires du monde entier devraient recevoir 133 milliards de dollars de plus en 2014 qu’en 2013. C’est ce qui ressort de l’étude trimestrielle publiée par Henderson Global Investors. 2014 sera donc une année record avec 1.190 milliards de dollars de bénéfices redistribués par 1.200 entreprises cotées. Cela représente une progression de 9,6 %, soit la meilleure année depuis 2011  Pourtant la conjoncture de l’économie réelle est mauvaise. La croissance se tasse aux Etats Unis.,  en Chine, l’indice PMI HSBC/Markit du secteur manufacturier a enregistré une croissance nulle en novembre à 50,0 contre 50,4 en octobre, selon une enquête menée auprès des directeurs d’achat. En zone euro, les indices « flash » des directeurs d’achat de Markit montrent que la croissance de l’activité en novembre a baissé à 51,4 contre 52,1 en octobre, soit un recul encore plus marqué que les prévisions les plus pessimistes.  Mais tout va bien, vive la crise !

Chômage: finie l’inversion vive la « stabilisation de la hausse »

Chômage: finie l’inversion vive la « stabilisation de la hausse »

 Les chiffres du chômage sont nécessairement mauvais puisque la croissance est à peu près nulle. Du coup nouveau recours à la sémantique douteuse du gouvernement ; finie « l’inversion de la hausse »  mais maintenant on parle de la stabilisation de cette hausse. Traduction, le chômage va augmenter encore mais toujours dans les mêmes proportions. C’est un nouveau chiffre sensible qui attend l’exécutif. Ce jeudi 26 juin, Pôle Emploi publiera à 18h le nombre de demandeurs d’emploi pour le mois de mai. Le gouvernement, qui a vu, mardi 24 juin, sa prévision de croissance mise à mal par l’Insee, sait qu’une baisse risque bien de ne pas être à l’ordre du jour. Un objectif d’autant plus prudent que l’Insee a indiqué tabler sur une légère hausse du chômage en métropole à 9,8% d’ici à la fin de l’année 2014. Mardi, le ministre du Travail François Rebsamen a déjà joué la carte de la prudence. Alors que François Hollande n’avait eu de cesse, en 2013, d’annoncer l’inversion de la courbe du chômage, l’ancien maire de Dijon préfère désormais viser une « stabilisation ». « Il y avait 9,7% du taux de chômage fin 2013. Cette année, on va essayer de tenir sur cette base, en-dessous de 10% du chômage. J’espère une stabilisation à la fin de l’année », déclarait-il sur LCI et Radio Classique.  En tout cas, le gouvernement continue de peaufiner ses outils pour lutter contre le chômage. Lundi 23 juin, François Rebsamen a ainsi présenté son plan pour les seniors, une catégorie dont les chiffres ne cessent de se dégrader. Au mois d’avril, le nombre de personnes sans emploi de plus de 50 ans avait encore augmenté de 0,7%. François Rebsamen propose notamment de doubler la prime allouée aux entreprises pour l’embauche d’un senior dans le cadre des contrats de génération (2.000 euros actuellement). Quant aux jeunes de moins de 25 ans, autre population plus fortement frappée par le chômage, Manuel Valls a affirmé, mardi 24 juin, souhaiter « une mobilisation générale pour l’apprentissage » qui, selon lui, est « un formidable outil pour l’insertion professionnelle » L’apprentissage et les pistes pour relancer l’emploi des seniors sont d’ailleurs deux thèmes qui devraient être abordés lors de la grande conférence sociale des 7 et 8 juillet prochains. Une conférence sociale qui s’annonce par ailleurs explosive.

 

Exit l’écotaxe, vive la taxe poids lourds

Exit l’écotaxe, vive la taxe poids lourds

 

Le nom change mais la taxe demeure même si elle s’applique dans un champ géographique plus réduit ; Les portiques on en fait quoi ? On sait pas trop ! Une ânerie de plus pour ce gouvernement qui reprend en faiat une idée de l’ancien gouvernement et du Grenelle de l’environnement,( véritable auberge espagnole où il a fallu donner des gages aux écolos pour éviter de traiter du nucléaire).  Le gouvernement a donc  arrêté le dispositif qu’il compte mettre en place pour faire payer les poids lourds, malgré l’abandon de l’écotaxe première mouture. Selon le dispositif dévoilé par Ouest-France ce dimanche et confirmé par Matignon, c’est une partie nettement plus réduite de la voirie française qui sera soumise à l’écot: aux péages déjà en place sur les axes autoroutiers seront ajoutés des péages sur les axes dits de «grand transit», où le trafic poids lourds est important. 4000 kilomètres de routes seulement seront concernés, contre 15.000 kilomètres prévus avant la suspension de l’écotaxe. Selon une source ministérielle citée par Ouest-France, le nouveau dispositif touchera des routes comme «la RN4 entre Paris et l’est de la France et la RN10 entre Bordeaux et Poitiers». Dans l’ouest de la France, seul l’axe Saint-Lô-Nantes via Rennes sera payant. Ce scénario présente l’avantage de ne pas taxer les trajets courts. Le péage concernera les camions de plus de 3,5 tonnes, y compris les véhicules étrangers, mais épargnera les camions dédiés à la collecte du lait et au matériel agricole. Concrètement, les camions soumis à péage devront être équipés d’un GPS «qui calculera le nombre de kilomètres parcourus et facturera en conséquence», précise la source ministérielle dans le quotidien. Le tarif sera fixé à 13 centimes d’euros par kilomètre. Manuel Valls a précisé ce dimanche que la société Écomouv’ resterait chargée de la collecte de la taxe car «l’infrastructure technique et opérationnelle existe déjà». En vue de contrôler de plus près le travail du consortium franco-italien, le gouvernement va jusqu’à envisager une montée de l’État au capital de la société. Les recettes attendues de l’écotaxe seront revues fortement à la baisse. Avant la fronde des «bonnets rouges», le gouvernement comptait chaque année sur un produit de 800 millions d’euros. Des sommes destinées, dans le cadre du Grenelle de l’environnement, à doper le trafic ferroviaire et fluvial.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol