Archive pour le Tag 'virus'

Page 2 sur 4

La Chine ne veut pas fournir les données sur l’origine du virus

La Chine ne veut pas fournir les données sur l’origine du virus

C’est déjà avec beaucoup de réticences que les autorités chinoises avaient acceptées de recevoir plus d’un an après le début de la pandémie des experts de l’OMS afin d’éclairer sur les origines du virus. Les experts de l’OMS ont été sous surveillance permanente et leur champ de recherche très limitée. Pire la Chine s’oppose vigoureusement à la fourniture de données brutes concernant les premiers contaminés  à Wuhan . Les autorités chinoises ont refusé de transmettre des données brutes sur les premiers cas de Covid-19 à l’équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée d’enquêter sur les origines de la maladie, a déclaré l’un des membres de cette équipe. L’équipe de l’OMS avait demandé à pouvoir étudier les données brutes sur 174 cas d’infection par le coronavirus identifiés lors de la toute première phase de l’épidémie, en décembre 2019, à Wuhan, ainsi que sur d’autres cas, mais elle n’a pu obtenir qu’une synthèse de ces données, a dit Dominic Dwyer, un infectiologue australien membre de l’équipe.

Les données brutes dans ce type de dossier, le plus souvent anonyme, incluent des précisions sur les questions posées aux patients, leurs réponses et la manière dont ces réponses ont été analysées, a-t-il expliqué. « C’est une pratique standard lors des enquêtes sur des épidémies », a déclaré Dominic Dwyer à Reuters, lors d’un entretien en vidéo depuis Sydney, où il se trouve en quarantaine.

Des informations capitales. Il a souligné que l’accès aux données brutes était capital, car la moitié seulement des 174 cas concernés avaient été exposés directement au marché de Huanan (Wuhan), où le coronavirus a été détecté pour la première fois. « C’est la raison pour laquelle nous avons continué de les demander, a-t-il déclaré. Pourquoi cela ne s’est pas fait ? Je ne ferai pas de commentaire. Est-ce, ou non, politique, c’est difficile à dire ». L’impossibilité d’accéder aux données brutes sur les patients sera mentionnée dans le rapport définitif des enquêteurs. Une synthèse des conclusions de l’enquête pourrait être publiée dès la semaine prochaine, a déclaré l’OMS vendredi.

Les enquêteurs, arrivés en Chine le mois dernier, y ont passé quatre semaines – dont deux en quarantaine à l’hôtel – pour tenter de déterminer l’origine précise de la pandémie mais leurs déplacements ont été encadrés par leurs hôtes chinois et leurs contacts avec la population locale limités pour des raisons sanitaires.

Virus: La montée des variants dans l’est de la France

 

 

Une nouvelle fois la région de l’Est est durement atteinte par la pandémie. 300 cas de variants sud-africain et brésilien ont été détectés en quatre jours seulement. Le département avait déjà recensé 200 cas supplémentaires de ce variant les jours précédents.

 «les cas en Moselle ne peuvent pas tous être reliés à des foyers de contagion groupés (clusters), à des voyages à l’étranger ou à des contacts avec des personnes ayant voyagé», a-t-il alerté, soulignant que les autorités ne savaient pas encore expliquer une telle progression du nombre de cas, qui pourrait indiquer un début de diffusion non maîtrisée des variants. Une dynamique qui pourrait ensuite toucher plus largement dans l’Est de la France mais aussi dans tout le pays.

Les variants sud-africain et brésilien, ensuite, qui inquiètent particulièrement le gouvernement même s’ils circulent moins. «Ils sont également plus contagieux et ils pourraient entraîner des réinfections de personnes ayant déjà eu le Covid. Ils arrivent à contourner l’immunité et ils sont moins sensibles aux vaccins». 

Les théories fumeuses de l’OMS sur les origines du virus

Les théories fumeuses de l’OMS sur les origines du virus

Il est clair que l’équipe d’experts de l’OMS qui s’est rendue en Chine est sous étroite surveillance de ce dernier pays. Alors qu’elle n’est pas en mesure d’indiquer avec certitude les origines du virus l’équipe d’experts a cependant déjà évacué certaines hypothèses qui vont dans le sens de ce que souhaite la Chine .( Qui finance une grande partie de l’OMS).

En excluant la fuite de laboratoire et en acceptant que le COVID-19 puisse provenir de l’extérieur de la Chine, l’équipe de l’OMS n’a franchi aucune des lignes de Pékin. La Chine serait également encouragée par le fait que l’équipe de l’OMS examine la théorie de la chaîne du froid. Mais il est peu probable que les conclusions satisfassent ceux qui pensent que la Chine est coupable et a dissimulé des preuves.

Pour l’instant les hypothèses évoquées par l’OMS paraissent assez fumeuses .  Peter Ben Embarek, le principal spécialiste des maladies animales de l’OMS, a déclaré que l’équipe avait mené des enquêtes scientifiques sur quatre scénarios principaux sur la façon dont le SRAS-CoV-2, le virus responsable du COVID-19, se propageait chez l’homme.

Dans la première, une seule personne a été exposée au SRAS-CoV-2 par contact direct avec l’espèce hôte, la chauve-souris fer à cheval. Le virus aurait pu circuler chez l’homme pendant un certain temps avant de faire sa percée à Wuhan, très peuplée.

Le deuxième scénario, considéré comme le plus probable, implique une transmission à l’homme via une espèce intermédiaire encore inconnue. Liang Wannian, un expert de la Commission nationale chinoise de la santé, a déclaré que les pangolins étaient des candidats potentiels, mais que d’autres animaux – y compris le vison et même les chats – pourraient également être des réservoirs.

Une troisième possibilité est que le COVID-19 est originaire du premier ou du deuxième scénario et a ensuite été transmis via des produits de la chaîne du froid. Les experts chinois ont attribué les grappes ultérieures de COVID-19 à des aliments surgelés importés et ont évoqué la possibilité que cela ait également provoqué l’épidémie de Wuhan.

Le scénario final est que le SRAS-CoV-2 a été divulgué par l’Institut de virologie de Wuhan, connu pour avoir étudié les coronavirus captifs. Ben Embarek a exclu cette possibilité et a déclaré qu’elle ne ferait pas l’objet de recherches supplémentaires. Des accidents se produisent, a-t-il dit, mais c’était «très improbable» dans ce cas.

Les experts ont déclaré que s’il était peu probable qu’il y ait eu des épidémies à grande échelle à Wuhan ou ailleurs en Chine avant décembre 2019, ils n’excluent pas qu’elle circulait dans d’autres régions.

Un croisement soit directement à partir de chauves-souris soit à partir d’une espèce intermédiaire suggérerait que la transmission à Wuhan aurait pu être facilitée par des réseaux de commerce d’espèces sauvages.

Marion Koopmans, un autre membre de l’équipe d’experts, a déclaré que la faune en vente sur le marché des fruits de mer de Huanan pourrait être attribuée à des régions contenant des habitats de chauves-souris connus pour abriter des virus étroitement liés au SRAS-CoV-2.

L’une de ces régions est la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine, mais l’équipe considère également que la première transmission humaine a eu lieu de l’autre côté de la frontière au Laos ou au Vietnam.

Bien que le marché des fruits de mer de Huanan à Wuhan ait été lié aux premiers groupes de cas, le croisement initial des animaux aux humains ne s’est pas produit là-bas.

Liang a déclaré qu’il n’y avait toujours pas de preuves suffisantes pour déterminer comment le virus est entré dans Huanan, mais qu’il était clair qu’il circulait ailleurs à Wuhan au même moment.

Le scénario le plus probable est que quelqu’un a transporté le SRAS-CoV-2 sur le marché, mais Ben Embarek a également suggéré qu’il aurait pu être introduit via un «produit», y compris des animaux sauvages congelés connus pour être sensibles au virus.

Wuhan : le souvenir du médecin mort qui a alerté sur le virus et en plus inquiété par la police

Wuhan : le souvenir du médecin mort qui a alerté sur le virus et en plus inquiété par la police

 

D’une certaine manière, le sort qui a été réservé à Li Wenliang , le médecin qui le premier a lancé une alerte à propos du Coronavirus illustre bien l’environnement politique et démocratique du pays. D’abord le médecin est lui-même décédé des suites de ce virus. Avant  quand il s’est aventuré à lancer une alerte, il a été inquiété par la police au motif qu’il avait répandu des rumeurs.

Notons qu’une journaliste avait aussi repris les propos et demeure en prison. Bref un régime politique tout à fait épouvantable indigne de la civilisation actuelle qui reprend les pratiques de Mao en écrasant les libertés individuelles et collectives.

Discrètement quand même des Chinois de Whuan se souviennent et rendent hommage aux héros dans le pouvoir à écraser la mémoire. Alors que les gens dans les rues autour de l’hôpital de Li disent que la vie dans la ville est pour la plupart revenue à son rythme habituel, ils vénèrent toujours Li pour ses actions.

En ce moment une délégation de l’OMS tente de trouver des explications à l’origine du virus et à son processus. On sait que l’OMS est très influencée par les Chinois et on peut douter que la mémoire du médecin lanceur d’alerte, Li Wenliang, soit honoré dans ce rapport  ou même signaler !

 

Le virus peut circuler pendant des années (le professeur Yves Lévy)

Le virus peut  circuler pendant des années (le professeur Yves Lévy)

 

 

Pour Yves Lévy, professeur d’immunologie clinique : « Le virus pourrait circuler pendant des années » : interview dans le JDD

Ancien PDG de l’Inserm, le médecin Yves Lévy, directeur de l’Institut de recherche vaccinale (VRI) au CHU Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), est un spécialiste du système immunitaire. Depuis un an, il est engagé dans la course au vaccin contre le Covid-19. Comme d’autres immunologistes à travers le monde, il redoute que le virus s’installe durablement.

 

L’apparition des variants anglais, sud-africain ou brésilien est-elle surprenante?
Au contraire, les mutations, aléatoires sont des phénomènes courants. Un virus, c’est une photocopieuse qui se multiplie des milliards de fois dans l’organisme. Ce faisant, il fait des erreurs. Soit elles lui sont défavorables et le virus variant décline. Soit elles lui sont favorables, et sa contagiosité – et/ou sa dangerosité – augmente. La finalité d’un virus est simplement de survivre ; de survivre au mieux. C’est un mécanisme darwinien implacable : les mutants les plus efficaces finissent par prendre le dessus. Le Sars-CoV-2 qui nous a frappés en mars était déjà une souche plus contagieuse que celle détectée en Chine.

Mais pourquoi autant de mutants plus contagieux surgissent-ils aujourd’hui?
Plus le virus circule au cours d’une épidémie, plus le nombre de personnes touchées augmente, plus le risque de mutations s’accroît. Notre organisme essaie de contrôler le virus en développant une réponse immunitaire. De son côté, le virus tente de lui échapper. En se diffusant très largement et très rapidement sur la planète, le Sars-CoV-2 fait face à des millions d’anticorps, ces petits missiles qui tentent de l’empêcher d’entrer dans l’organisme. S’il réussit à forcer cette première défense, il doit encore affronter une deuxième ligne de cellules tueuses dirigées contre les cellules infectées. C’est dans cet environnement hostile pour lui, et à cause de ces interactions multiples entre lui et nous, qu’une pression de sélection s’exerce. Pour forcer la serrure et réussir à franchir ces obstacles, le Sars-CoV-2 a le plus souvent muté, jusqu’à présent, au niveau de la protéine Spike, c’est-à-dire pile à l’endroit qui lui permet de pénétrer dans nos cellules. Si, par exemple, les variants identifiés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud ont des mutations en commun, c’est parce que la réponse immunitaire commune à tous les individus est dirigée contre cette région du virus. Il y a là un paradoxe : le système immunitaire, qui nous défend, permet au virus de s’échapper. Cet échappement, c’est sa survie. Le but d’un vaccin, c’est d’induire une réponse précoce, plus forte et plus durable pour contrer ce phénomène.

Autant de mutations, est-ce inédit?
C’est au contraire très banal et ça rappelle à tous ceux qui ont combattu le sida dans les années 1980 et 1990 la confusion et le désespoir qui régnaient alors. Lorsque les premiers antirétroviraux sont arrivés, des médicaments incapables de bloquer complètement la réplication du virus, des mutants sont apparus chez les patients. Parfois, en huit jours seulement! La recherche de nouveaux médicaments visait à contrer ces mutants : il a fallu mettre au point des bithérapies puis des trithérapies, aujourd’hui heureusement efficaces.

Les variants rendent-ils les vaccins inefficaces?
L’urgence absolue est de vacciner les plus fragiles avec les vaccins dont on dispose pour les protéger contre la maladie. Comme les anticorps induits par ces produits sont dirigés contre différentes régions du virus, on peut penser qu’ils vont rester en partie efficaces. Un article vient de montrer que les anticorps induits par le vaccin de Pfizer-BioNTech pourraient neutraliser, en laboratoire, le mutant anglais. Ça pourrait être moins vrai avec le variant sud-africain. Cependant, cela pose la question à long terme de la nécessité d’adapter les vaccins aux mutations déjà apparues ou à venir. Il faut donc nous préparer à l’éventualité de devoir revacciner de façon régulière. Et donc, sans doute, à mettre au point de nouveaux vaccins, comme nous le faisons chaque année pour la grippe. Au VRI, nous travaillons sur des vaccins de deuxième génération qui incluent déjà les mutations des variants actuels afin d’induire, en même temps, des anticorps et des cellules tueuses, la deuxième ligne de défense de l’organisme. On espère un effet protecteur sur le long terme.

Il est urgent d’ouvrir des lignes de production et de développer de nouveaux vaccins pour revacciner si besoin et contrer les variants

Dans La Provence, le virologue Jean-Michel Claverie dit qu’une vaccination lente et non massive peut favoriser l’émergence de variants. Ça vous inquiète?
L’effet démontré des vaccins utilisés actuellement est de prévenir les formes graves de l’infection. Nous n’avons pas encore la preuve scientifique qu’ils diminuent la transmission du virus, même si c’est probable. Aujourd’hui, le principal problème que rencontrent les Etats est celui de la production mondiale, insuffisante pour couvrir 7 milliards d’individus. Certains se plaignent des lenteurs de la vaccination dans notre pays ; cela a demandé des efforts logistiques qu’il faut saluer. On pourrait rappeler que le vaccin est un bien public mondial et qu’en Afrique moins de 6.000 habitants ont été vaccinés. Or le virus n’a pas de frontières et continuera de circuler partout. Il est urgent d’ouvrir des lignes de production et de développer de nouveaux vaccins pour revacciner si besoin et contrer les variants.

Si le vaccin n’est pas durablement efficace, comment l’immunité de groupe pourra-t-elle être atteinte?
La notion d’ »immunité de groupe », qui s’installerait naturellement après que le virus a touché un grand nombre d’individus et qui empêcherait sa circulation, est illusoire. C’est ce qu’on observe aujourd’hui à Manaus au Brésil, où les personnes se réinfectent alors que 60% de la population avait été préalablement infectée. L’immunité de groupe n’a été décrite qu’après des campagnes de vaccination massives. Et il faut souvent des décennies pour y parvenir avec des vaccins très efficaces induisant une immunité à long terme. Faute de recul, nous ne savons pas encore, pour le Sars-CoV-2, quelle est la durée d’efficacité des vaccins.

Le Sars-CoV-2 est-il un virus saisonnier comme la grippe?
Une année vient de s’écouler et on ne l’a pas vu s’affaiblir, sauf lors des confinements. En Afrique du Sud, il circule malgré l’hiver austral ; il était aussi très présent en Israël au mois d’août… On ne retrouve pas les variations saisonnières de la grippe.

Comment bloquer l’arrivée du clone anglais?
Les leçons de Darwin suggèrent que c’est mission impossible. La diffusion massive du virus a favorisé l’apparition de variants plus contagieux, qui vont devenir majoritaires. On ne gagnera pas la course de vitesse contre eux mais on peut freiner leur progression en essayant de circonscrire les clusters, en testant, traçant et en isolant. Le confinement reste l’arme la plus efficace. On ne vient pas à bout d’un incendie en le laissant flamber! Pour espérer casser ce cycle infernal, utilisons toutes les autres armes à notre disposition : port du masque, gestes barrière et bien sûr vaccination. S’il n’est pas certain qu’elle puisse casser l’épidémie, elle va protéger les plus fragiles et lever la pression sur le système de santé.

Comme l’arme nucléaire, le vaccin est aussi un enjeu de souveraineté

Un séquençage plus massif pourrait-il nous aider à lutter contre les variants?
On dit que la France est sous-dotée dans ce domaine. C’est faux : notre parc de séquenceurs est suffisant même s’il reste à organiser un réseau de veille et une centralisation des données. Mais séquencer à tout-va ne sert à rien. Détecter toutes les personnes avec un variant n’aurait d’intérêt que si cela changeait la prise en charge médicale. Or nous n’avons rien d’autre à proposer que l’isolement des cas. L’important, c’est de faire des sondages pour pouvoir modéliser la progression de l’épidémie. Et surtout de repérer les clusters et d’isoler soigneusement les gens atteints.

Quand retrouvera-t-on une vie normale?
Les décideurs doivent envisager tous les scénarios, des plus optimistes aux plus pessimistes en espérant que ces derniers ne se réalisent pas. Je me méfie de la pensée magique selon laquelle le virus va se fatiguer à l’été et le vaccin forcément bloquer la transmission de l’épidémie, même si on l’espère tous. Cependant, il faut aussi se préparer à l’hypothèse d’un scénario plus pessimiste selon lequel le virus circulerait encore pendant plusieurs années. Si tel était le cas, nous devrions apprendre à coexister avec lui ; et d’ores et déjà s’adapter au moyen de nouvelles armes. J’espère vraiment me tromper mais il faut y réfléchir, comme un pays se dote d’un bouclier nucléaire en souhaitant qu’il ne serve jamais. Et comme l’arme nucléaire, le vaccin est aussi un enjeu de souveraineté.

Le virus britannique plus dangereux déclare Boris Johnson ?

Le virus britannique plus dangereux déclare Boris Johnson ?

 

Il faut évidemment se méfier des déclarations de Boris Johnson capable de tout dire et le contraire pour tenter de solidifier un peu sa situation politique relativement bousculée d’une part par les conséquences du brexit  d’autre part par les résultats catastrophiques de la pandémie au Royaume-Uni.

Boris Johnson a longtemps contesté, comme Trump  d’ailleurs, les risques du virus et il lui faut maintenant affronter les conséquences d’un laxisme qui font que le Royaume-Uni est le pays proportionnellement le plus atteint par le Coronavirus.

On sait déjà que ce Coronavirus britannique est beaucoup plus contagieux mais il n’avait pas été démontré qu’il était davantage mortel.

Tout est possible,  les études sont en cours à ce sujet mais il se pourrait aussi que Boris Johnson instrumentalise le virus britannique pour expliquer les dégâts d’une politique sanitaire complètement irresponsable.

Pour les hommes âgés d’une soixantaine d’années, le risque de mortalité est de 10 sur 1000 avec le virus, un chiffre qui atteint 13 à 14 sur 1000 avec le nouveau variant, a indiqué le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance. Ce qui correspond à un surplus de mortalité d’au moins 30%. Cet effet a été évalué par les scientifiques du groupe NERVTAG qui conseille Downing Street. Ils ont comparé la mortalité liées aux différentes souches du virus en Grande Bretagne, mais n’est pas encore visible en analysant les seules données hospitalières du pays, explique la BBC.

«Je tiens à souligner qu’il y a beaucoup d’incertitude autour de ces chiffres», a déclaré Vallance, soulignant une «inquiétude qu’il y ait eu une augmentation de la mortalité ainsi qu’une augmentation de la transmissibilité».

Coronavirus : l’extrême danger du virus britannique

Coronavirus : l’extrême danger du virus britannique

 

Le Coronavirus a déjà enregistré de nombreuses mutations mais la dernière souche britannique constitue un danger particulier compte tenu de la vitesse de contamination. C’est sans doute ce virus qui contribue à augmenter de façon très significative la contamination dans de nombreux pays. Malheureusement la vitesse de circulation de cette souche ne permet pas d’identifier son ampleur voir ses conséquences.

 

 Cette souche sera sans doute à l’origine de  reconfinements dans plusieurs pays. La France annonce une trentaine de contaminations du type britannique mais il s’agit d’un chiffre tout à fait approximatif, on ne sait pas réellement quelle est l’ampleur du phénomène.

 

«Pour répondre à cette question, il faut connaître deux paramètres, d’une part la prévalence du nouveau variant, c’est-à-dire quel est son niveau de circulation, et d’autre part son effet sur la propagation de la maladie, explique Mircea Sofonea, épidémiologiste et modélisateur à l’université de Montpellier. Les mesures britanniques nous donnent une idée du deuxième paramètre, de l’excès de contagiosité du nouveau variant, mais nous n’avons malheureusement à ce jour aucune donnée fiable « 

Les écoles en cause comme accélérateurs de la circulation du virus

Les écoles en cause comme accélérateurs de  la circulation du virus

 C’est ce qui a été constaté en Grande-Bretagne. En France, on  maintient par contre l’ouverture des l écoles. Or les enfants constitueraient un accélérateur de la circulation du virus d’après les études anglaises

Le groupe des SAGE (acronyme anglais de groupe scientifique de conseil sur les situations d’urgence) alerte même sur le fait que les adolescents de 12 à 16 ans étaient sept fois plus à risque d’introduire le coronavirus au sein d’un foyer que les plus de 17 ans. Le rôle des moins de douze ans est plus faible, mais reste important, et c’est bien à l’école, ou dans les activités liées, que se déroulent les contaminations.

Ces conclusions publiées le 31 décembre, sont une mise à jour des précédents avis de ce conseil scientifique sur le rôle des écoles et des enfants dans l’épidémie.

Chine : Zhang Zhan a nouveau en prison pour avoir informé sur le virus

Chine : Zhang Zhan a nouveau en prison pour avoir informé sur le virus

 

.Au début du mois, la Chine communiste a mis en prison pour la troisième fois de sa vie Joshua Wong, 24 ans, icône de la révolution des parapluies de Hong Kong. Le tort de Zhang Zhan est d’avoir voulu dire la vérité. Cette journaliste de 37 ans, ancienne avocate, fait partie du très petit nombre d’individus qui se sont efforcés de montrer la situation telle qu’elle se déroulait réellement à Wuhan, foyer de la pandémie devenue mondiale.

 

Entre le premier cas enregistré (mais pas diffusé) le 8 décembre et le confinement de la ville, Pékin a attendu plus de six semaines et n’a jamais cessé de minorer la situation. Très vite on parlera d’aberration statistique chinoise. Alors que 2500 décès seulement étaient déclarés, ils étaient des dizaines de milliers à vouloir récupérer des urnes funéraires.

 

Avec ses vidéos sur YouTube, interviews d’habitants, de chercheurs, de soignants, images d’hôpitaux surpeuplés ou de crématoriums, Zhang Zhan a montré la réalité. Peu de Chinois ont d’ailleurs pu voir ses images. N’empêche, Zhang Zhan fut arrêtée en mai pour « provocations de troubles ». Elle a été nourrie de force pendant sa grève de la faim, a dû se présenter en chaise roulante au tribunal. Ce 28 décembre elle est condamnée à 4 ans de prison. A part ça, un an après l’émergence du virus, les équipes de l’OMS n’ont toujours pas été autorisées à enquêter à Wuhan

Le nouveau virus détecté aussi en France

Le nouveau virus détecté aussi en France

 

Après l’Allemagne, c’est la France qui détecte le virus mutant qui se développe très largement en Grande Bretagne mais aussi en Afrique du Sud. La Direction générale de la Santé fait savoir ce soir qu’une première contamination au variant du virus actuellement très présent dans le sud-est de l’Angleterre (nommé « VOC 202012/01″) a été détecté ce vendredi 25 décembre à Tours.

 

La DGS précise qu’il s’agit d’un homme de nationalité française résidant outre-Manche. « Arrivé de Londres le 19 décembre, il a été pris en charge au CHU le 21 et détecté positif », indique le communiqué. « La personne, asymptomatique pour la Covid-19, est actuellement isolée à son domicile et se porte bien. » Cette souche étant bien « 50% à 74% » plus contagieuse, selon les résultats d’une étude publiée jeudi, les autorités sanitaires assurent que le traçage des éventuels cas-contacts est en cours pour procéder à « leur mise en isolement strict ».

 

 

Mutation du virus : les questions qui se posent

Mutation du virus : les questions qui se posent

 

Morgane Bomsel, directrice de recherche au CNRS et à l’Institut Cochin et spécialiste en virologie, répond à LCI.

Était-ce attendu que le virus provoquant le Covid-19 mute ?

Morgane Bomsel : Les mutations sont des choses normales. Jusqu’à maintenant, nous avons détecté une trentaine de mutations. Il n’y a d’ailleurs pas de raison que nous n’en ayons pas observées en France. Mais elles ne semblent pas affecter le comportement du virus : il n’est pas plus infectieux, ni moins. Suivant le type de virus, les mutations sont plus ou moins nombreuses. Par exemple, le VIH mute beaucoup, 40 ou 50 fois plus que ce coronavirus.

Nous n’avons pas donc beaucoup de raisons de penser que cela pourrait affecter l’efficacité du vaccin- Morgane Bomsel, virologue

À quoi sont-elles dues ?

Les mutations proviennent du mécanisme de production du virus. Le Sars-Cov-2 est un virus à ARN, un code qui doit être traduit en protéines. Le problème intervient pendant la traduction, au cours de laquelle il peut y avoir quelques erreurs, puisque les mécanismes de réplication ne sont pas totalement fiables. Ce sont ces petites erreurs qui créent les mutations.

Les mutations « pourraient remettre en cause l’efficacité du vaccin », estime Jean-François Delfraissy. Pourquoi ?

Les mutations pourraient effectivement limiter l’efficacité du vaccin si elles figurent à l’endroit que reconnaissent les anticorps protecteurs. C’est ce que nous appelons des mutations d’échappement : le virus se débrouille pour échapper aux anticorps. En revanche, si ce ne sont pas des mutations d’échappement, tout va bien.

Coronavirus : une mutation du virus

Coronavirus : une mutation du virus

 

Il se pourrait bien qu’une nouvelle fois le professeur Raoult ait  raison à propos des mutations en cours du virus. Sa constatation de ce phénomène avait aussi fait le fait l’objet de polémiques de la part de ses pairs. Pourtant, on a officiellement constaté en Écosse une version mutée du virus, appelée N439K, qui a a commencé à circuler dès cet été en Écosse.

Elle a ensuite été découverte à plusieurs reprises en Europe continentale et aux États-Unis de manière indépendante. Cette mutation est décrite dans un article rédigé par une équipe internationale et mis en ligne avant une relecture par les pairs. «C’est un excellent travail, même s’il n’est pas encore publié, il est écrit pour une grande revue», commente l’infectiologue suisse et professeur honoraire à l’université de Lausanne Pascal Meylan, qui n’a pas participé à ces travaux.

Une mutation qui posera le problème de l’efficacité des vaccins qui devraient être opérationnels dans les semaines à venir mais qui se fondent sur la prévention de la version première du virus.

«Ruralité: la mort par le virus ou l’oubli ? »

 

À juste titre, Jean-Paul Pelras est écrivain et journaliste, s’interroge sur ce qui est le plus mortel pour la ruralité oubliée : le virus ou l’oubli. Vu de l’ultraruralité, le confinement et les restrictions sanitaires prennent un tour surréaliste. Le reste du temps, personne ne se demande si les habitants risquent de mourir faute de médecin ou s’ils sont coupés du monde faute de téléphone, raconte l’écrivain

 

(Tribune dans l’Opinion)

 

Plus aucun bruit ne monte de la vallée, le brouillard plonge le reste du monde dans l’étoupe des lointains. Le confinement, ici, dans les hauts cantons des Pyrénées-Orientales, ils l’évoquent en haussant les omoplates comme s’il n’était que le prolongement d’une fatalité. Cette fatalité qui les tient à bonne distance du progrès depuis des décennies.

Au début ils descendaient à la sous-préfecture, ils écrivaient aux députés. Et puis, ils se sont habitués à se rendre sous le clocher pour capter une barre sur le téléphone portable, les jours où « ça voulait bien passer ». Télétravail obligatoire, ils ont dit à Paris. La belle affaire quand, pour envoyer un mail, tu y passes tout un après-midi.

Fermetures. A l’entrée du village, le bar est fermé, il ne rouvrira pas. A presque 60 ans, le propriétaire en a assez de tout ce cinéma. C’était déjà compliqué à cause des normes, à cause des taxes, à cause de la déprise ambiante, à cause du printemps dernier où ils ont été obligés de fermer, à cause du fils qui, finalement, ne reprendra pas. Idem pour le petit restaurant qui dépannait les habitants du village et complétait son revenu avec les clients de passage. Les tables en formica sont empilées sous le préau, le rideau est baissé, les parasols ne reverront pas l’été.

Il reste bien la coiffeuse et l’épicier. Mais pour eux aussi, c’est devenu trop compliqué. Le premier va essayer de tenir encore un peu, la seconde a décidé d’arrêter. A quoi bon s’obstiner derrière une devanture fermée la moitié de l’année ? Et puis il y a l’éleveur qui n’arrive plus à vendre ses bêtes, le mécano qui travaille de moins en moins car personne n’ose circuler, trois ados qui s’ennuient entre deux parties de jeux vidéo et le tour de vélo qui va du lavoir au petit ruisseau. Jeunesse privée de flirt, de fêtes, de voyages, de découvertes et de tout ce qui fait l’aubaine furtive de son âge. Arrivent ensuite les conversations matinées d’incertitudes car peut-être là-haut cet hiver, la saison sera de nouveau foutue si les stations n’ouvrent pas. Comment fixer les populations quand le travail s’en va ?

«Les gens du haut pays ne comprennent pas pourquoi ils doivent se trimballer un laissez-passer pour aller chercher un peu de bois alors que le restant de l’année on les oublie là où le progrès n’arrive pas»

Et l’ancien qui ne peut plus aller voir son épouse dans cette maison de repos à quelques kilomètres de là. Bien sûr, enfant, il a connu la guerre. Mais, cette fois, c’est différent, les autorités lui ont dit que la zone libre s’arrêtait au cimetière. De temps en temps, il écoute la télévision même s’il n’a plus confiance en ceux qui parlent, le soir, aux informations. D’une annonce à l’autre, la réalité migre vers la fiction. Et les scénarios invraisemblables deviennent de plus en plus envisageables.

Complainte d’un oubli. Loin des villes où le virus circule des transports en commun aux immeubles surchauffés, les gens du haut pays ne comprennent pas pourquoi ils doivent se trimballer un laissez-passer pour aller chercher un peu de bois, alors que le restant de l’année on les oublie là où le progrès n’arrive pas.

Ils ne comprennent pas ce qu’est devenue cette société où l’on ne peut même plus acheter une casserole et des pinces à linge sans se faire verbaliser. Ils ne comprennent pas qu’on leur interdise de jouer à la pétanque ou au rami. Ils ne comprennent pas ce que sont ces palinodies politico-scientifiques où ce qui vaut le lundi est contredit le mardi.

D’ici quelques semaines ou quelques jours, le froid, le gel et la neige vont appareiller dans ces montagnes où l’automne n’est, bien souvent, qu’un tourbillon de feuilles entre deux saisons. Alors, les gens d’ici seront confinés près de la cheminée ou dans l’alcali des étables pour d’autres raisons que celles qui font l’actualité.

Et personne, absolument personne ne se demandera s’ils risquent de mourir parce que le médecin ne peut pas monter, parce que la route s’est à nouveau éboulée, parce que le téléphone est encore coupé, parce que cet hiver le voisin ne montera pas ouvrir le chalet, parce qu’il n’existe aucun test pour mesurer l’impact de l’indifférence sur la vacuité, parce que cette année ils n’ont pas pu se faire vacciner. Parce que, du côté de Lutèce, à trop barboter dans l’abstrait, les cardinaux de service, encore une fois, les auront oubliés.

Jean-Paul Pelras est écrivain et journaliste, rédacteur en chef du journal L’Agri.

« L’État n’a tiré aucun enseignement de la première vague du virus (Frédéric Valletoux -FHF)

 

 

Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France FHF et maire (Agir) de Fontainebleau, estime que l’État n’a tiré aucun enseignement de la première vague du virus dans une interview à la Tribune.

Les annonces d’Emmanuel Macron de reconfinement nocturne avec le couvre-feu en Île-de-France et 8 métropoles vont-elles dans le bon sens pour les hôpitaux ?

Frédéric Valletoux : Ces annonces reflètent l’inquiétude face aux indicateurs de contamination qui repartent à la hausse. Elles ont l’avantage de mettre en œuvre des mesures graduées selon l’intensité des situations dans chaque métropole et territoire, contrairement aux mesures prises au printemps. Les nouvelles mesures annoncées par Emmanuel Macron ont pour objectif d’endiguer cette deuxième vague mais il faudra qu’elles soient appliquées de manière cohérente et responsable. Dès la fin de la première vague, la FHF avait pourtant proposé des pré-requis pour éviter d’en revenir à une telle situation : nous demandions notamment une plus grande transparence sur les projections épidémiologiques afin de poser une règle générale sur les capacités de réanimation. Nous avions également préconisé la mise en place de circuits COVID / non-COVID dans l’ensemble des établissements afin de garantir la continuité des soins hors coronavirus. Il nous semblait enfin essentiel de prendre en compte les besoins des professionnels de santé et l’organisation de renforts pour garantir congés et reprise d’activité. Alors oui, ces mesures vont dans le bon sens. Elles arrivent sans doute un peu tard et ne se substituent pas à aux mesures que je viens de citer qui auraient dû être prises dès l’été par les autorités sanitaires.

Les hôpitaux sont-ils bien préparés à l’arrivée de cette deuxième vague de contamination ?

Oui, car la question cruciale du manque d’équipements de protection est résolue, les stocks ont été reconstitués. Mais l’État n’a pas été assez vigilant pour tirer toutes les leçons de la première séquence, peut-être par manque de retour d’expérience. Aujourd’hui, beaucoup de questions sur lesquelles on aurait pu avancer en préparation de cette rentrée n’ont pas été traitées. Je pense à la coordination entre la médecine de ville et la médecine hospitalière, ou entre les hôpitaux et les cliniques.

Grande pauvreté : 100 millions de personnes en plus à cause du virus

Grande pauvreté : 100 millions de personnes en plus à cause du virus

 

La grande pauvreté progresse du fait des conséquences de la crise sanitaire mais aussi du ralentissement économique général. Selon le rapport de la Banque mondiale, entre 88 et 115 millions de personnes supplémentaires ne vivront bientôt plus qu’avec 1,90 dollar (1,61 euro) par jour. Ce chiffre devrait continuer à augmenter pour s’élever à 150 millions d’ici la fin 2021. L’extrême pauvreté devrait ainsi toucher entre 9,1 % et 9,4 % de la population mondiale en 2020, la première hausse en pourcentage depuis une vingtaine d’années.

Selon le rapport, un grand nombre des nouvelles personnes extrêmement pauvres sera issu des pays présentant des taux de pauvreté déjà élevés, indiquant toutefois qu’environ 82% d’entre elles se trouveront dans des pays à revenu intermédiaire.

Trump touché par le virus : » il a trop joué au dur » (Joe Biden)

Trump touché par le virus : » il a trop joué au dur » (Joe Biden)

 

Le coup de pied de l’âne adressé par Joe Biden à Trump touché par le virus. Trump  qui au départ avait voulu minimiser l’importance voir l’existence de la pandémie et qui se retrouve aujourd’hui hospitalisé. Trump  qui avait aussi mis en cause l’état de santé de Joe Biden ( il avait même réclamé un contrôle médical pour son adversaire avant et après débat !). Évidemment Joe Biden se régale et retourne comme un boomerang l’argument de santé en déclarant  » Il ne s’agit pas de jouer au dur. Il s’agit de prendre part à l’effort collectif. Porter un masque ne vous protégera pas seulement vous mais aussi ceux qui sont autour de vous.»

«Il ne s’agit pas d’une question de politique», a martelé Joe Biden, 77 ans, en répétant qu’il «priait» pour le «rétablissement prompt et complet» de Donald et Melania Trump. «C’est un rappel criant pour nous tous que nous devons prendre ce type de virus sérieusement. Il ne va pas disparaître automatiquement. Nous devons prendre part à l’effort en étant responsable», a-t-il ajouté.

Face à la remontée du virus, le gouvernement doit prendre ses responsabilités ( Conseil scientifique)

Face à la remontée du virus, le gouvernement doit prendre ses responsabilités ( Conseil scientifique)

Même s’il n’a  n’atteint pas encore atteint les pics de mars, le virus enregistre une très forte remontée qui pourrait se conjuguer avec l’arrivée de la grippe traditionnelle et constituer un danger sanitaire difficile à gérer. De ce fait, le conseil scientifique estime que le gouvernement doit prendre des mesures courageuses pour éviter une vraie deuxième vague du Coronavirus. Le gouvernement est encore très partagé quant aux mesures à imposer car il craint par-dessus tout que l’économie déjà affaiblie ne subisse aussi un second choc. Un second choc qui serait sans doute fatal au chômage dont on prévoit déjà l’augmentation d’environ 1,5 millions début 2021.

En outre, contrairement aux attentes, le dernier trimestre n’enregistrera qu’une croissance insignifiante. En effet l’effet de rattrapage et des achats affectés par la crise est maintenant terminé et les ménages se réfugie dans l’attentisme en attendant l’inévitable vague de chômage. Le reconfinement généralisé est une hypothèse complètement exclue mais il conviendra cependant de prendre des mesures plus radicales qu’actuellement même si elles sont ciblées.

Le gouvernement «va donc être obligé de prendre un certain nombre de décisions difficiles»,«dans les huit à dix jours maximum», a estimé mercredi le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, qualifiant d’«inquiétant» le niveau de l’épidémie de Covid-19 en France. «On peut être faussement rassuré» parce que l’augmentation de la circulation du virus a «peu de retentissement actuel» sur le système de soins, mais il peut y avoir «une augmentation très rapide, exponentielle, dans un deuxième temps», a-t-il averti, pointant «en particulier» la situation en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

«La France se situe à un niveau maintenant qui est inquiétant, qui n’est pas celui de l’Espagne mais qui n’est pas loin, avec un décalage peut-être d’une quinzaine de jours et qui est beaucoup plus sévère que celui de l’Italie», a-t-il estimé au cours d’une conférence de presse en ligne, consacrée aux modalités d’isolement des personnes infectées et des cas contacts.

Le pastis plombé par le virus !

Le pastis plombé par le virus !

Pernod Ricard subit aussi les conséquences de la crise du fait de l’écroulement de la clientèle dans les restaurants, le bars ou encore les aéroports via aussi évidemment les  exportations Le pastis n’est pas forcément en cause, sa baisse de consommation dans les lieux publics est compensée par la consommation à domicile. C’est surtout le alcool fort comme la vodka qui font plonger le résultat Le géant des spiritueux Pernod Ricard a vu son bénéfice net chuter de 77% lors de l’exercice décalé 2019/20, à 329 millions d’euros, en raison d’une dépréciation de la marque de vodka Absolut liée à la crise sanitaire du Covid-19.

Le résultat opérationnel a en revanche subi un recul moindre que prévu, tandis que les ventes pour l’année, en retrait de 8%, sont proches des consensus de FactSet et Bloomberg, à 8,45 milliards d’euros.

Malgré la vente de plus de 10 millions de caisses, la célèbre vodka a vu son chiffre d’affaires reculer de 11% sur l’exercice.

Principale victime de la pandémie de Covid-19 : l’Asie, et notamment la Chine et l’Inde, les deux marchés les plus importants du groupe derrière les Etats-Unis, et qui ont souffert des mesures de confinement, tout comme le « travel retail », la vente de spiritueux dans les sites de transports, en premier lieu les aéroports, désertés pendant la crise.

L’activité du groupe français en Asie et dans le reste du monde, hors Amérique et Europe donc, a ainsi reculé de « 14%, principalement dû à la Chine, l’Inde et le travel retail, avec une base de comparaison élevée », a indiqué le groupe.

 

Le virus circule lentement, mais plus largement

Le virus circule lentement, mais plus largement

 

 

Si le nombre de morts et d’infectés graves continue de diminuer par contre le risque d’une diffusion plus large du Coronavirus commence à inquiéter sérieusement. En cause évidemment la mobilité accrue à l’occasion des vacances aussi un certain laxisme sur les lieux de villégiature voire ailleurs depuis le déconfinement. En clair,  le virus circule plus lentement mais plus largement. Des régions nouvelles notamment touristiques où nombre de clusters augmente dangereusement. Un recours au confinement généralisé n’est pas envisagé mais les experts n’excluent pas hypothèse de confinement ciblés par exemple vis-à-vis de populations à risque. De même les autorités pensent aussi à une fermeture de frontières en cas de risque de deuxième vague. Sur RTL, le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, a prévenu que si ce frémissement épidémique ne signifie l’arrivée d’une seconde vague, il montre que «si on ne respecte pas les mesures de distanciation, on peut laisser échapper ce virus». Ajoutant que les dispositifs de dépistage devaient être améliorés: «J’ai moi-même demandé, sans donner mon nom, la semaine dernière, un rendez-vous dans mon quartier et on m’a donné rendez-vous à cinq jours.» «Les délais d’attente pour les tests PCR sont à mon avis le principal point faible du dispositif de surveillance, juge Pierrick Tranouez, ingénieur de recherche au laboratoire Litis à l’université de Rouen-Normandie. Pendant ce délai, il peut y avoir un grand nombre de contaminations. Mais la situation n’est pas comparable avec celle que nous avions connue en mars. Le taux de positivité des tests reste très faible (0,8 % la semaine du 10 juillet selon Santé Publique France), ce qui montre que l’on réalise assez de tests pour le moment.»

À l’étranger, l’épidémie continue sa progression. Toujours sur RTL, le président du Conseil scientifique a d’ailleurs expliqué que le danger d’une deuxième vague serait plus fort à la rentrée, avec un retour épidémique en provenance des pays du Sud. «Le virus ne connaît pas les frontières. Il les passe d’une façon ou d’une autre. Je suis pour qu’il y ait un certain nombre de précautions en provenance de certains pays (…) et qu’on puisse avoir une attitude sanitaire plus cohérente.» Une problématique qui se pose déjà à la frontière espagnole: plusieurs villes de Catalogne ont demandé à leur population de rester à domicile durant les 15 prochains jours, plus d’un millier de cas ayant été détecté dans la région depuis jeudi dernier, et le premier ministre français Jean Castex a évoqué l’idée d’une fermeture de la frontière.

Retour de la vague du virus pour l’hiver?

Retour de la vague du virus pour  l’hiver?

D’après France Info les épidémiologistes observent ce qu’il se passe actuellement dans les pays de l’hémisphère sud. « C’est extrêmement inquiétant », résume Arnaud Fontanet épidémiologistes membres du comité scientifique qui constate « une montée de l’épidémie très forte dans les pays qui sont aujourd’hui en période hivernale ». Face à la flambée des cas de coronavirus, plusieurs régions ont en effet dû procéder à un reconfinement partiel. C’est le cas à Melbourne, deuxième ville d’Australie, où plus de cinq millions de personnes ont reçu l’ordre des autorités locales, mardi 7 juillet, de rester chez elles pendant au moins six semaines.

 

Même décision à Madagascar où, deux mois après son déconfinement, la capitale Antananarivo est de nouveau placée à l’isolement depuis lundi. Ou encore en Afrique du Sud où des médecins militaires ont été déployés dans la province du Cap oriental pour aider le personnel médical à faire face à la recrudescence de la pandémie, alors même qu’un déconfinement progressif a débuté en juin…

Si cette saisonnalité se confirme, la surveillance de la résurgence de la maladie dans l’hémisphère sud entre juin et septembre pourra aider à préparer l’hémisphère nord aux éventuelles prochaines vagues de Covid-19. « Dit autrement, si l’Australie arrive à contrer la flambée hivernale du coronavirus, ça doit nous alerter », résume le professeur Antoine Flahault, interrogé par franceinfo. Et le directeur de l’Institut de santé globale de l’université de Genève de rappeler que c’est « en hiver » et  »en Chine continentale » que le virus a émergé fin 2019. Ensuite, « il a entraîné de fortes épidémies dans les zones tempérées de l’hémisphère nord entre janvier et mai » alors que  »son activité était moindre dans les zones tempérées de l’hémisphère sud », décrit encore cet expert.

Par ailleurs, tous les scientifiques ne s’accordent pas sur la question du timing d’une éventuelle deuxième vague. Interrogé dans Le Parisien, le professeur Eric Caumes émet l’idée d’un retour en force de l’épidémie en France dès cet été, en raison notamment du manque de précautions et du non-respect des gestes barrières, observés au sein de la population.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol