Archive pour le Tag 'vient'

L’ inflation vient aussi du tape-à-l’œil

L’ inflation vient aussi  du tape-à-l’œil

Ce qui se passe avec les cryptos ou les NFT vaut pour la consommation en général : des produits complètement inutiles qui ne provoquent que de fausses satisfactions estime un papier de l’Opinion

La grande différence avec les années 1970 est qu’il n’y a pas aujourd’hui une inflation mais deux. La première est la hausse des prix traditionnelle. Les entreprises font grimper les étiquettes pour rattraper leurs coûts qui augmentent. L’énergie en est la cause première, comme il y a un demi-siècle, et d’une façon générale les matières premières. Il est une autre cause aujourd’hui à cette traditionnelle inflation : l’excès de monnaie qui provient des politiques « accommodantes » des banques centrales depuis la crise Internet de 2000. L’argent trop abondant a provoqué des bulles, dans la Bourse ou l’immobilier par exemple, et a poussé les investisseurs dans des projets parfaitement inutiles comme les cryptomonnaies.

Le risque de cette hausse des prix est, lui aussi, traditionnel : les salariés réclament des compensations de rémunération qui font encore monter les coûts, ce qui déclenche la fameuse « spirale », qui est à proprement parler « l’inflation ». Les manières de s’y opposer sont, elles aussi, éprouvées : une hausse des taux d’intérêt pour étouffer le feu, une politique budgétaire « restrictive » et le maintien d’un « retard » des salaires, ce qui a pour effet de faire payer la crise aux salariés et aux retraités.

Mais nous vivons une autre inflation, inédite : les produits plus chers. Normalement, les économistes évaluent à 2% l’an l’amélioration des biens et des services, le progrès technique si l’on veut. D’où la non moins fameuse norme des banques centrales – viser une inflation de 2%. Mais ce qui se passe en ce moment est un bouleversement bien supérieur, provoqué par plusieurs causes : l’écologie, la modification de la concurrence et ce qu’on peut nommer la société du tape-à-l’œil.

Il faut inventer un mélange inédit de technologie et de marketing de la sobriété. Quand on parle de réindustrialisation, c’est de cela qu’il devrait s’agir. La France pourrait devenir le pays qui refait du simple, utile et beau

L’écologie, tout monde l’a vu. Une pomme bio coûte nettement plus cher puisque l’éleveur renonce à des traitements chimiques qui avaient élevé ses rendements. L’agriculture « durable » prétend lutter contre le « productivisme » mais tant qu’elle n’a pas trouvé comment remonter sa productivité, elle sera nettement plus chère. La voiture électrique est 50% plus coûteuse qu’une voiture à essence, affirme Carlos Tavares, patron de Stellantis (Peugeot, Citroën, Fiat, Chrysler…). On ajoutera que les constructeurs se sont engagés simultanément dans un autre renchérissement des voitures, avec le digital. Ils veulent vendre des salons vidéo sur roues, bourrés d’écrans, qui se conduisent plus ou moins tout seuls.

L’électrique et l’autonomie sont les deux moteurs qui font partir les prix comme des fusées. On observe la même évolution avec les produits électroniques comme les téléphones : ils devraient baisser de prix au fur et à mesure que les puces deviennent plus puissantes (loi de Moore) mais c’est le contraire qui se passe. Pour augmenter les tarifs, les fabricants les complexifient à loisir afin de nous donner plusieurs caméras et des millions de possibilités dont l’utilisateur normal ne maîtrise qu’un centième, non sans s’en agacer.

La deuxième cause est la concurrence qui a disparu ou s’est affaiblie dans beaucoup de secteurs, selon les économistes comme Thomas Philippon. Les grands groupes qui tiennent serrés leurs marchés sont des « price makers » inflationnistes. Mais pas seulement. La mondialisation a poussé tous les producteurs des pays développés confrontés aux pays à bas coûts de main-d’œuvre vers le haut de gamme où les marges sont considérablement meilleures. C’est ce qui explique que les voitures, les réfrigérateurs, les téléviseurs et même les poêles deviennent de plus en plus complexes.

La troisième est la place qu’occupe le clinquant dans nos sociétés et nos publicités. En 1970, la ménagère de moins de 50 ans était la cible, la classe moyenne accédait à la société de consommation. Aujourd’hui, c’est fait. Il faut l’attirer vers le plus et le plus cher, la publicité vante les stars du foot et du rap, et des influenceuses font mousser le luxe tapageur de Dubaï. Ce qui se passe avec les cryptos ou les NFT vaut pour la consommation en général : des produits complètement inutiles qui ne provoquent que de fausses satisfactions.

Comment lutter contre cette inflation-là ? C’est plus difficile que de relever les taux d’intérêt. Il faut inventer un mélange inédit de technologie et de marketing de la sobriété. Quand on parle de réindustrialisation, c’est de cela qu’il devrait s’agir. La France pourrait devenir le pays qui refait du simple, utile et beau, selon le modèle du britannique Terence Conran, fondateur d’Habitat.

Un service humain personnalisé constituera le véritable haut de gamme de demain. Avoir quelqu’un de disponible et compétent au bout de la ligne pour soi-même réparer ses outils donnera le luxe de la liberté. L’anti-tape-à-l’œil et l’anti-sourde oreille du call center sont l’avenir du marketing

Simple : Henry Ford a fait passer le prix d’une voiture de 27 000 dollars à 5 000 avec la Ford T, devenue accessible à ses propres ouvriers. Le chemin inverse de celui des constructeurs d’aujourd’hui. La technologie devrait faire demi-tour et redécouvrir le goût du pas cher et du véritablement utile. Simple : on devrait redonner aux utilisateurs du réparable les plaisirs du Solex. Simple : on devrait cesser de tout confier aux machines, son chemin au GPS, ses vacances à des algorithmes.

Il n’y a pas que l’automobile concernée. L’habitat, le principal facteur de perte de pouvoir d’achat des populations, l’est aussi. Se loger coûte cinq à dix fois plus cher du fait de la spéculation mais aussi de la complexification des normes. Le bâtiment a besoin d’une révolution du simple et beau. Le ciment émet du CO2, il faut industrialiser les nouvelles maisons en bois préfabriquées en usines. L’Etat devrait inverser sa logique « écologique » du plus compliqué et plus cher, pour promouvoir un urbanisme utile et beau et lui-même se simplifier, comme le demande si justement Gaspard Koenig. Si l’on produit des voitures propres et des maisons vertes, pas chères, les gens seront contents.

Ces gens y sont-ils prêts ? Sûrement, si l’on casse la logique du toujours plus cher pour accompagner les produits simples par un service humain personnalisé, qui constituera le véritable haut de gamme de demain. Inversion du regard sur la consommation : avoir quelqu’un de disponible et compétent au bout de la ligne pour soi-même réparer ses outils donnera le luxe de la liberté. L’anti-tape-à-l’œil et l’anti-sourde oreille du call center sont l’avenir du marketing.

Redonner du pouvoir d’achat en luttant contre l’inflation des produits inutiles et retrouver le pouvoir du bon achat : la politique économique des années qui viennent ne consistera pas à imposer de l’austérité traditionnelle mais devra construire la sobriété technique et sensée. Et cette désinflation-là sera salutaire pour les salariés.

Covid: un passe vaccinal qui vient trop tard

Covid: un passe vaccinal qui vient trop tard

 

Un curieux pass vaccinal qui se substitue aux passe sanitaire pour renforcer les mesures restrictives mais juste au moment où le gouvernement en même temps annonce la levée prochaine de nombreuses contraintes dont plusieurs dès lundi..En fait,  un pass vaccinal qui vient bien trop tard et qui est assez contradictoire. On ne peut pas à la fois mettre en place un outil contraignant et en même temps annoncer la sortie du tunnel. Le Conseil constitutionnel a donné son feu vert vendredi mais avec des conditions.

 

Les  Sages ont exigé dans leur avis qu’il soit «mis fin» au passe vaccinal «sans délai» lorsqu’il «ne sera plus nécessaire» avant la date butoir du 31 juillet. L’exécutif s’y est engagé jeudi, lors d’une conférence de presse organisée à l’issue d’un Conseil de défense sanitaire«Je veux être clair, le passe vaccinal pourrait tout à fait être suspendu si la pression épidémique et surtout hospitalière venait à se réduire fortement et durablement», a assuré le premier ministre, Jean Castex.

Politique et business -Macron vient encore au secours de General Electric.

Politique et business -Macron vient encore au secours de General Electric.

On se souvient évidemment qu’Alstom avait été démantelé dans des conditions sulfureuses avec l’appui de Macron. Les activités ferroviaires étaient restées en France tandis que les activités électriques avaient été vendues à l’Américain GE. Par Un  groupe qui enregistre un certain nombre de difficultés financières. Du coup à l’instigation de l’Élysée, EDF se voit contrainte de racheter l’activité des turbines de GE . Notons qu’EDF dans la situation financière n’est pas trop brillante  était  opposée à la reprise de cette activité de GE.

L’une des activités les plus stratégiques de l’ancien Alstom (pour nos centrales nucléaires comme pour nos sous-marins nucléaires), passée chez les Américains, va donc redevenir française.

Le périmètre de reprise exclut  les activités GE Grid et GE Hydro, laissant encore le site principal industriel à Belfort en pleine incertitude. Malgré la reprise des turbines vapeur, les syndicats craignent la fermeture par GE des autres activités sur place.

Stratégiquement on comprend que cette activité turbine très stratégique pour l’industrie nucléaire redevienne 100 % française; pour autant,  EDF n’est pas un industriel et on la contraint à le devenir. Cette implication du pouvoir central dans la stratégie d’Alstom et de General electric laisse songeur.

Lors du rachat d’Alstom Energie par General Electric, les partisans de l’industrie française avaient dénoncé un fiasco et même un complot contre les intérêts nationaux. Après les récriminations d’Arnaud Montebourg contre Patrick Kron, une commission d’enquête avait été montée à l’Assemblée nationale par le député LR Olivier Marleix. Le rôle d’Emmanuel Macron, comme secrétaire général adjoint à l’Elysée et ancien banquier d’affaires chez Rothschild, avait été pointé par la presse. Une presse qui avait notamment souligné que e patron de GE France est également Hugh Bailey, qui fut conseiller du ministre Macron à Bercy. Quant au DG de GE Renewable Energy, qui regroupe les activités GE Grid et GE Hydro, c’est Jérôme Pécresse, le mari de Valérie Pécresse, candidate à la présidentielle.

Politique- Macron vient encore au secours de General Electric.

Politique-Macron vient encore au secours de General Electric.

On se souvient évidemment qu’Alstom avait été démantelé dans des conditions sulfureuses avec l’appui de Macron. Les activités ferroviaires étaient restées en France tandis que les activités électriques avaient été vendues à l’Américain GE. Par Un  groupe qui enregistre un certain nombre de difficultés financières. Du coup à l’instigation de l’Élysée, EDF se voit contrainte de racheter l’activité des turbines de GE . Notons qu’EDF dans la situation financière n’est pas trop brillante  était  opposée à la reprise de cette activité de GE.

L’une des activités les plus stratégiques de l’ancien Alstom (pour nos centrales nucléaires comme pour nos sous-marins nucléaires), passée chez les Américains, va donc redevenir française.

Le périmètre de reprise exclut  les activités GE Grid et GE Hydro, laissant encore le site principal industriel à Belfort en pleine incertitude. Malgré la reprise des turbines vapeur, les syndicats craignent la fermeture par GE des autres activités sur place.

Stratégiquement on comprend que cette activité turbine très stratégique pour l’industrie nucléaire redevienne 100 % française; pour autant,  EDF n’est pas un industriel et on la contraint à le devenir. Cette implication du pouvoir central dans la stratégie d’Alstom et de General electric laisse songeur.

Lors du rachat d’Alstom Energie par General Electric, les partisans de l’industrie française avaient dénoncé un fiasco et même un complot contre les intérêts nationaux. Après les récriminations d’Arnaud Montebourg contre Patrick Kron, une commission d’enquête avait été montée à l’Assemblée nationale par le député LR Olivier Marleix. Le rôle d’Emmanuel Macron, comme secrétaire général adjoint à l’Elysée et ancien banquier d’affaires chez Rothschild, avait été pointé par la presse. Une presse qui avait notamment souligné que e patron de GE France est également Hugh Bailey, qui fut conseiller du ministre Macron à Bercy. Quant au DG de GE Renewable Energy, qui regroupe les activités GE Grid et GE Hydro, c’est Jérôme Pécresse, le mari de Valérie Pécresse, candidate à la présidentielle.

Macron vient encore au secours de General Electric.

Macron vient encore au secours de General Electric.

On se souvient évidemment qu’Alstom avait été démantelé dans des conditions sulfureuses avec l’appui de Marcon. Ainsi les activités ferroviaires étaient restées en France tandis que les activités électriques avaient été vendues à l’Américain GE. Par Un  groupe qui enregistre un certain nombre de difficultés financières. Du coup à l’instigation de l’Élysée, EDF se voit contrainte de racheter l’activité des turbines de GE . Notons qu’EDF dans la situation financière n’est pas trop brillante  était  opposée à la reprise de cette activité de GE.

L’une des activités les plus stratégiques de l’ancien Alstom (pour nos centrales nucléaires comme pour nos sous-marins nucléaires), passée chez les Américains, va donc redevenir française.

Le périmètre de reprise exclut  les activités GE Grid et GE Hydro, laissant encore le site principal industriel à Belfort en pleine incertitude. Malgré la reprise des turbines vapeur, les syndicats craignent la fermeture par GE des autres activités sur place.

Stratégiquement on comprend que cette activité turbine très stratégique pour l’industrie nucléaire redevienne 100 % française; pour autant; EDF n’est pas un industriel et on la contraint à le devenir. Cette implication du pouvoir central dans la stratégie d’Alstom et de General electric laisse songeur.

Lors du rachat d’Alstom Energie par General Electric, les partisans de l’industrie française avaient dénoncé un fiasco et même un complot contre les intérêts nationaux. Après les récriminations d’Arnaud Montebourg contre Patrick Kron, une commission d’enquête avait été montée à l’Assemblée nationale par le député LR Olivier Marleix. Le rôle d’Emmanuel Macron, comme secrétaire général adjoint à l’Elysée et ancien banquier d’affaires chez Rothschild, avait été pointé par la presse. Une presse qui avait notamment souligné que e patron de GE France est également Hugh Bailey, qui fut conseiller du ministre Macron à Bercy. Quant au DG de GE Renewable Energy, qui regroupe les activités GE Grid et GE Hydro, c’est Jérôme Pécresse, le mari de Valérie Pécresse, candidate à la présidentielle.

Sondage Présidentielle 2022 : Bertrand vient talonner Macron et Le Pen

Sondage Présidentielle 2022 : Bertrand vient talonner Macron et Le Pen

 

selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour Radio France et France Télévisions paru ce dimanche, et une étude OpinionWay pour CNews, Macon et Le Pen sont toujours en tête mais désormais talonnés par Xavier Bertrand qui est crédité de 18 à 20 %. En tête figurent toujours Emmanuel Macron (24% à 27% ; 26% à 31%) et Marine Le Pen (24% à 26% ; 24% à 25%)

Xavier Bertrand, est le mieux placé à droite, devant Valérie Pécresse (12% ou 13%) et Laurent Wauquiez (13%).

Derrière, la gauche se divise en trois blocs à peu près équivalents. Yannick Jadot arrive tantôt en tête (10%), tantôt deuxième (8% à 9%). L’écologiste est dans un mouchoir avec la socialiste Anne Hidalgo (8% à 9% ; 7%), mais aussi l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon (7% ; 9% à 10%). Le communiste Fabien Roussel plafonne quant à lui à 2,5%.

Radicalisme : la paralysie française vient de la peur d’être traité de raciste (Georges Bensoussan)

Radicalisme : la paralysie française vient de la peur d’être traité de raciste (Georges Bensoussan)

 

Après notamment les événements d’Ajaccio les propos de Georges Bensoussan prennent une résonance particulière à propos des territoires perdus de la république (interview Le Figaro) même si on peut évidemment ne pas partager toute son analyse.

 

 De septembre 2002 aux attentats de janvier 2015, avons-nous perdu une décennie?

En 2002, nous étions encore habités par le mot «République», agité comme un talisman, comme un sésame salvateur. Or, la République est d’abord une forme de régime. Elle ne désigne pas un ancrage culturel ou historique. La nation, elle, est l’adhésion à un ensemble de valeurs et rien d’autre. Ce n’est pas le sang, pas le sol, pas la race. Peut être Français, quelle que soit sa couleur de peau ou sa religion, celui qui adhère au roman national selon la définition bien connue d’Ernest Renan: «Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis.» Nous avions un peu délaissé cette définition pour mettre en avant les valeurs de la République. Nous avons fait une erreur de diagnostic. Nous n’avions pas vu que la nation, et non seulement la République, était en train de se déliter. Une partie de la population française, née en France, souvent de parents eux-mêmes nés en France, a le sentiment de ne pas appartenir à celle-ci. Alors qu’ils sont français depuis deux générations pour beaucoup, certains adolescents dans les collèges et lycées, comme aussi certains adultes, n’hésitent plus à affirmer que la France n’est pas leur pays. Ajoutant: «Mon pays c’est l’Algérie…» (Ou la Tunisie, etc.…). Les incidents lors de la minute de silence pour les assassinés de Merah comme pour ceux de janvier 2015 furent extrêmement nombreux. On a cherché comme toujours à masquer, à minimiser, à ne pas nommer. Dans la longue histoire de l’immigration en France, cet échec à la 3° génération est un fait historique inédit. Certains historiens de l’immigration font remarquer, à juste titre, qu’il y eut toujours des problèmes d’intégration, même avec l’immigration européenne. Mais pour la première fois dans l’Histoire nous assistons à un phénomène de désintégration, voire de désassimilation. C’est pourquoi, ce n’est pas la République seule qui est en cause, mais bien la nation française: notre ancrage historique, nos valeurs, notre langue, notre littérature et notre Histoire. Toute une partie de la jeunesse de notre pays se reconnaît de moins en moins dans notre culture. Elle lui devient un code culturel étranger, une langue morte et pas seulement pour des raisons sociales.

Aujourd’hui, les politiques et les médias ont-ils suffisamment ouvert les yeux?

Les élus de terrain, tant de droite que de gauche, sont conscients des réalités. Mais beaucoup ont peur de parler. A fortiori du coté des hommes politiques dont le courage n’est pas la qualité première à l’exception de quelques-uns. Comme s’ils craignaient, en parlant, de faire sauter un baril de poudre tant la situation leur parait (et ici ils ont raison) dangereuse. La France est en effet l’un des pays d’Europe parmi les plus exposés au risque de conflits internes. La peur d’être taxé de racisme joue son rôle dans la paralysie française. Et la désespérance du plus grand nombre dont la parole est d’emblée invalidée au nom d’un antiracisme dévoyé. La peur d’être taxé de racisme joue son rôle dans la paralysie française. Et la désespérance du plus grand nombre dont la parole est d’emblée invalidée au nom d’un antiracisme dévoyé. Cette crainte va jusqu’à reprendre un discours concocté par l’adversaire sans s’interroger sur la pertinence des «mots». Ainsi du mot «islamophobie», un terme particulièrement inepte en effet qui réintroduit en France la notion de blasphème. On peut s’opposer à la religion, qu’elle soit juive, catholique ou musulmane, sans être raciste. Le combat laïque c’est le refus qu’une religion quelle qu’elle soit prévale sur la loi civile. Ce combat difficile a finalement été gagné en France entre 1880 et 1905. Céder sur ce plan c’est détricoté deux siècles de Révolution française pour parler comme François Furet et plus d’un siècle d’une histoire de France qui a fait de la République non seulement un régime mais une culture.

Vous faites référence au monde imaginé par Orwell dans son roman d’anticipation 1984. Notre système peut-il vraiment être qualifié de totalitaire?

Nous ne sommes pas dans un système totalitaire, mais dans un système d’avachissement de la démocratie que Tocqueville avait annoncé. Cet avachissement est marqué par le triomphe de l’intérêt individuel et le désintérêt pour la chose publique. Dans le contexte historique particulier qui est celui de la France, cela se traduit par une pensée a-critique et frileuse, même si cette frilosité, voire cette lâcheté ne sont pas chose nouvelle. On n’en finirait pas de faire la généalogie du déclin de ce qui fut jadis la «Grande Nation». Nul doute qu’à cet égard le XX° siècle français, jusqu’à nos jours même, paie l’énorme saignée de la Grande Guerre. De ce désastre-là, la France ne s’est jamais remise. Elle avait gagné la guerre mais perdu ses hommes et à long terme son vouloir vivre national. Toutes les campagnes françaises se font l’écho d’une tragédie qui naturellement appelait dans son sillage une immigration de peuplement qui, chaque jour plus nombreuse, a atteint un seuil tel que la machine à intégrer s’est finalement enrayée. Un pays est capable d’intégrer des minorités par capillarité. C’est moins vrai quand il s’agit depuis 40 ans de flux démographiques de masse.

Vous reprochez à l’Etat et notamment à l’école d’avoir fait trop de concession aux revendications communautaires. Que pensez-vous du débat actuel sur les menus de substitution?

Il est posé de manière caricaturale car on voit bien la volonté de certains politiques de surfer sur la polémique. Il pose cependant une question de fond comme il est symptomatique aussi d’un danger qui guette la société française. Il faut rappeler d’abord que la cantine n’est pas obligatoire. Introduire les menus de substitution dans les écoles, c’est donner prise à des pratiques communautaires qui n’auront dès lors aucune raison de s’arrêter. Là est le risque, c’est ce premier pas qui permettra tous les autres et qui conduira à détricoter le tissu laïque et à nous engager sur un chemin contraire à celui qui depuis deux siècles a fait la nation française.

Le terreau des réalités que vous décrivez est-il social ou culturel?

Les deux. Les causes sociales sont une évidence. Mais celui qui y réduirait son analyse se condamnerait à ne rien entendre à la complexité de la situation comme l’a bien montré Hugues Lagrange. En banlieue, le taux de chômage des moins de 25 ans avoisine parfois les 40- 50%. L’arrivée d’une immigration de masse à partir de 1975, au moment où les Trente Glorieuses s’achevaient, est un premier jalon dans cette histoire. On peut d’ailleurs se demander pourquoi, sept ans seulement après Mai 1968, la bourgeoisie française a favorisé cette immigration de masse à laquelle le PCF s’opposait dès 1980, ce qu’on a souvent oublié. Pourquoi est-ce sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, l’homme du retour au pouvoir de la droite libérale non gaulliste, qu’a été mis en place le regroupement familial alors que les emplois se faisaient de plus en plus rares? Dès lors qu’il ne s’agissait plus d’une immigration de travail, mais d’immigration familiale progressivement reléguée dans des cités, l’intégration était compromise. Conjugué au chômage, à la pauvreté, au confinement géographique des mêmes cultures et des mêmes nationalités, le facteur culturel, dégradé en repli identitaire, ne pouvait que jouer sur fond de frustration et de ressentiment.

 

Un repli identitaire qui a d’abord concerné des populations jeunes et nombreuses, venues d’un monde musulman en expansion et qui, au même moment, trouvait son expression politique dans l’islamisme et non plus dans le nationalisme arabe qui avait échoué. Ajoutez à cela l’environnement médiatique, la télévision par câble, satellite et internet qui a favorisé la diffusion des thèses islamistes et d’un antisémitisme virulent qui viennent du Moyen-Orient. La conjonction de ces facteurs, démographiques, sociaux, culturels et médiatiques a divisé le pays. La réaction aux attentats de janvier 2015, loin de montrer une nation unie, a mis en lumière deux pays cote a cote mais qui ne font plus nation

« Julie Gayet ne vient jamais à l’Elysée» (Hollande)

 « Julie Gayet ne vient jamais à l’Elysée» (Hollande)

 

C’est ce qu’dit récemment Hollande à Trierweilller. L’ex-première dame est en pleine tournée promotionnelle de son best-seller «Merci pour ce moment» qui sort la semaine prochaine en anglais sous le titre : «Thank You For This Moment : A story of Love, Power and Betrayal». En Italie, le livre paraîtra aux éditions Corbaccio. Ce samedi, la Repubblica publie l’interview accordée par Valérie Trierweiler à Anais Ginori, la correspondante du quotidien à Paris. Et la réponse à la dernière question laisse découvrir un ultime gros mensonge présidentiel. «Vous voulez un scoop ?, interpelle Valérie Trierweiler. Il y a quelques jours, François Hollande est venu me trouver. Il était assis juste sur ce canapé. Il voulait me dire qu’il ne m’en voulait pas pour le livre. Et il voulait m’assurer que Julie Gayet ne vient jamais à l’Elysée. A l’évidence, le mensonge nous a accompagnés jusqu’à la fin.»… En effet, des photos publiées par l’hebdomadaire Voici cette semaine montrent le président de la République et Julie Gayet attablés à une terrasse de l’Elysée. Julie Gayet se sent «un peu comme chez elle» à l’Elysée et y «passe une grande partie de ses nuits, de ses week-ends», a affirmé Marion Alembert, la rédactrice en chef de «Voici», interrogée par RTL. Les employés des lieux «ont pris l’habitude de la croiser quasiment tous les jours», ajoutait-elle. Grinçante, Valérie Trierweiler évoque l’attitude ambiguë d’un homme de proie qui continue à la solliciter. «Un homme politique est toujours dans la conquête, estime la journaliste de Paris Match. Il m’a dit : « je te reconquiérerai », comme si j’étais une élection.» Et elle égratigne au passage le sens moral du président : «Tous les hommes infidèles mentent. Mais de la part d’un président, on pouvait peut-être attendre un autre comportement, un plus grand sens des responsabilités». «Quand le président m’a regardé dans les yeux, qu’il a juré sur la tête de ses fils qu’il n’avait pas d’autre relation, je l’ai cru», raconte Valérie Trierweiler.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol