Archive pour le Tag 'vide'

Brexit: vers le grand vide

Brexit: vers le grand vide

 

Avec Boris Johnson on ne peut écarter évidemment l’hypothèse d’un retournement complet des positions britanniques mais cette hypothèse semble très fragile surtout depuis la loi britannique qui contredit les principes directeurs de l’accord de retrait pourtant accepté par Londres. Du coup on pourrait s’orienter vers un no deal avec toutes les incertitudes que cela comporte. Au point où il en est Boris Johnson pourrait même remettre en cause la facture qu’il doit à l’union européenne.

Les relations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’union économique seraient alors gérées dans le cadre des règles de l’organisation mondiale du commerce sans doute pendant une très longue période. Car la négociation d’un accord spécifique entre les deux zones évoquées devrait reprendre et ne serait pas prête d’aboutir avant longtemps.

 Dans le cadre de la crise économique actuelle ce sera d’abord un très mauvais coup pour les Britanniques eux-mêmes. Mais l’union européenne sera également affectée. Sauf retournement complet de la situation,  la rupture entre l’union européenne et le Royaume-Uni paraît inévitable.

 

Les Européens ne veulent pas entendre parler de la loi britannique qui remet en cause les principes directeurs de l’accord, qui enfreindrait de l’aveu même du gouvernement britannique le droit international.

Ils ont donné à Londres jusqu’à la fin du mois pour retirer ce projet, sous peine d’un recours en justice – ce qui ne semble pas ébranler le gouvernement britannique.

« Nous ne renégocierons pas » l’accord de retrait, a encore martelé mardi M. Sefcovic. « Nous sommes déterminés à le mettre en œuvre intégralement et en temps voulu – ni plus, ni moins ».

Le projet de loi britannique « nous inquiète beaucoup car il viole les principes directeurs de l’accord de retrait. C’est totalement inacceptable », a rappelé mardi le ministre allemand chargé des Affaires européennes, Michael Roth.

M. Coveney est particulièrement concerné: le texte britannique contredit notamment des dispositions spéciales prises pour l’Irlande du Nord, afin d’éviter le retour d’une frontière avec la République d’Irlande, qui pourrait fragiliser l’accord de paix de 1998 mettant fin à trois décennies de violences.

« Il ne fait aucun doute que la déception est présente dans toute l’Union européenne », a poursuivi l’Irlandais.

« Et ce qui m’inquiète depuis quelques jours, après avoir parlé à deux autres ministres des Affaires étrangères de l’UE, c’est que l’on a de plus en plus le sentiment que le Royaume-Uni ne veut peut-être pas conclure d’accord » commercial, a-t-il ajouté, précisant qu’il ne partageait pas cette opinion.

Certains Etats membres croient que les Britanniques sont prêts à accepter un « no deal » en fin d’année, avec ses conséquences catastrophiques pour des économies déjà plombées par la crise liée à la Covid-19.

La bascule de la voiture électrique …..dans le vide ( Agnès Pannier-Runacher)

La bascule de la voiture électrique …..dans le vide ( Agnès Pannier-Runacher)

 

Il est clair que la secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie doit sérieusement s’ennuyer dans une fonction qui ne sert strictement à rien. Aussi vient-elle de s’exprimer de façon particulièrement maladroite sur deux sujets. D’abord en encourageant les français à investir dans la bourse pourtant actuellement en pleine crise puis en déclarant que la voiture électrique connaît une véritable bascule. La question est de savoir si ce n’est pas une bascule dans le vide ! En effet les ventes de voitures électriques même en progression restent marginales en raison notamment de leur coût d’achat aussi des interrogations concernant la technologie, des batteries notamment. Avec en plus, l’émergence de la technologie des moteurs à hydrogène.  Après s’être transformé en trader, la secrétaire d’État se transforme en agent commercial de la voiture électrique en plus avec des arguments peu convaincants.

 

« - Je rappelle d’abord que la France a doublé ses ambitions de verdissement du parc en passant d’un objectif de 500 000 à un million de primes à la conversion sur le quinquennat. Pour les véhicules électriques, nous avons également maintenu le bonus écologique avec une trajectoire précise jusqu’en 2022 pour donner plus de visibilité aux constructeurs. Sur les flottes d’entreprises, il existe également des dispositifs fiscaux très incitatifs pour les véhicules électriques comme l’exemption de taxe sur les voitures de société, ou encore un plafond d’amortissement supérieur. Si à tout cela, vous ajoutez les économies de carburant, le ROI (retour sur investissement, NDLR) pour les entreprises devient très acceptable, surtout pour celles qui attribuent un coût à leur empreinte CO2. »

Aéroport de Toulouse : le groupe chinois empoche 200 millions et vide les caisses

Aéroport de Toulouse : le groupe chinois empoche 200 millions et vide les caisses

Une merveille de privatisation de l’aéroport de Toulouse avec la venue de chinois – disparus pendant un temps ! –qui en cinq ans auront réalisé une plus-value de 200 millions en cinq ans après avoir investi seulement 300 millions. Cela après avoir vidé les caisses des réserves financières. Le problème c’est qu’on s’apprête à faire la même opération avec l’aéroport de Paris et sans doute d’autres bijoux de famille de l’État. Témoin la vente de la FDJ dont on a transféré la rente extraordinaire au privé ( comme les autoroutes).  L’aéroport de Toulouse change donc (en partie) de mains. Le 30 décembre 2019, le groupe français Eiffage a conclu l’achat pour presque 500 millions d’euros de près de la moitié de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, auprès du chinois Casil… qui réalise ainsi une plus-value de près de 200 millions. « Eiffage a finalisé ce jour l’acquisition de 49,99% du capital de la société Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB) », dit dans un communiqué le numéro 3 français du BTP derrière Bouygues et Vinci. Cette opération, approuvée début décembre par l’Autorité de la concurrence, représente donc une plus-value de près de 200 millions d’euros pour Casil qui avait acheté pour 308 millions cette part lors de la privatisation de l’aéroport en 2015. Le groupe chinois avait annoncé l’an dernier qu’il allait s’en désengager après la décision de l’Etat de conserver une part minoritaire sur laquelle le chinois détenait une option. Le reste du capital est contrôlé par des collectivités locales.

La décision de Casil avait relancé des polémiques politiques autour du choix de privatiser l’aéroport, d’autant que l’actuel gouvernement a engagé le processus de privatisation d’Aéroports de Paris (ADP), exploitant de Roissy et Orly. En ce qui concerne Toulouse, les responsables des collectivités locales ont longtemps accusé Casil de chercher uniquement à maximiser ses dividendes au détriment des réserves financières de l’aéroport.

La loi mobilité : une loi vide

La loi mobilité : une loi vide

 

La loi  micro loi mobilité promulguée le 24 décembre n ‘a pas fait l’objet du moindre article dans les médias rien d’étonnant puisqu’elle se caractérise par  un manque de volonté et surtout de moyens.

Les principales orientations le démontrent. et se vérifient en cette période de grève des transports

Routes

 

  • Compétence donnée aux présidents de département et le cas échéant aux maires pour relever à 90 km/h la vitesse maximale autorisée sur certaines routes aujourd’hui limitées à 80 km/h.
  • Possibilité pour toutes les communes de créer des « zones à faible émission » (ZFE) interdisant la circulation de certains véhicules polluants à certaines heures. Ces zones deviendront obligatoires dans les territoires où les normes de qualité de l’air ne sont pas respectées.
  • Sur les réseaux routiers hors agglomération et autoroutiers, possibilité de réserver des voies de façon temporaire ou permanente à certains types de véhicules (transports en commun, véhicules « propres », covoiturage, taxis…). Les VTC sont exclus du dispositif.
  • Nouveaux droits sociaux pour les chauffeurs VTC et coursiers.
  • Systématisation des restrictions de circulation en cas de dépassement ou risque de dépassement du seuil d’alerte à la pollution.
  • Objectif d’une fin de la vente des véhicules à carburants fossiles – essence, diesel et gaz naturel – d’ici 2040.
  • Expérimentation de l’inscription en ligne à l’épreuve pratique du permis de conduire.

Transport en commun

 

  • Possibilité d’ouvrir des services de transport scolaire à d’autres usagers.
  • Généralisation de l’arrêt à la demande dans les bus de nuit.
  • Fixation du cadre social de l’ouverture à la concurrence des lignes de bus de la région parisienne.

Vélo

 

  • Pour lutter contre les vols, le marquage deviendra obligatoire, sauf pour les vélos enfant.
  • SNCF et RATP devront réaliser des stationnements vélos sécurisés avant le 1er janvier 2024.
  • Ajout pour les cars neufs d’un système permettant de transporter au minimum cinq vélos.
  • Généralisation d’un enseignement de l’usage du vélo progressivement à partir de 2020.
  • Obligation pour les poids lourds, dès juillet 2020, de signaler leurs angles morts, par exemple par des autocollants, pour renforcer la sécurité des cyclistes.

Aide des employeurs

 

  • Possibilité pour les employeurs de rembourser à leurs salariés un montant maximum de 400 euros par an, exonéré de charges sociales et fiscales, afin d’encourager les déplacements domicile-travail à vélo ou en covoiturage. Ce forfait pourra être versé via « un titre mobilité », à l’instar des titres restaurants.
  • Ce forfait sera cumulable avec le remboursement des frais de transports en commun, et a été étendu aux frais d’alimentation des véhicules électriques et aux services de mobilité partagés.

Véhicules électriques

 

  • Obligation de doter d’ici 2025 tous les parkings de plus de 10 places des bâtiments neufs ou rénovés de pré-équipements (conduits pour câbles, dispositifs d’alimentation…) pour l’installation de bornes de recharge. Tous les parkings de plus de 20 places des bâtiments non résidentiels devront, eux, disposer d’un point de recharge par tranche de vingt places.
  • Renforcement du « verdissement » des flottes d’entreprises, VTC, taxis et loueurs automobiles.

Nouvelles mobilités

 

  • Tout le territoire sera couvert par des « autorités organisatrices de la mobilité », communautés de communes ou régions, qui auront pour mission de coordonner les modes de déplacements.
  • Les collectivités pourront réguler les nouveaux modes de déplacement en libre-service ou « free floating » (trottinettes, vélos, gyropodes…).
  • Un décret fixera à la rentrée les conditions de circulation des trottinettes électriques, notamment l’âge minimal d’utilisation à 12 ans.

Une enveloppe d’un peu plus de 2 milliards par an est prévu -( mais il faudra l’affecter en grande partie à l’entretien d’un réseau de transport aux infrastructures très délabrées).

Parmi les mesures phares du texte en matière de « verdissement », figure notamment l’objectif d’une fin de la vente d’ici 2040 des véhicules « à carburants fossiles », c’est-à-dire essence ou diesel, d’ici 2040. Est prévue aussi la mise en place d’un forfait mobilités, qui doit permettre aux employeurs de verser jusqu’à 400 euros par an à leurs salariés se rendant au travail en covoiturage ou en vélo. Ce forfait pourra être versé via « un titre mobilité », à l’instar des titres restaurants.

 

Politique industrielle : le grand vide

Politique industrielle : le grand vide

Il est symptomatique que l’industrie soit régulièrement absente des discours du gouvernement. Au mieux, on regrette la fermeture d’usines ou de sites. Pour combler le vide le gouvernement a attribué  100 millions par an aux 124 territoires industriels, une goutte d’eau !  Pourtant depuis des années, notre secteur industriel ne cesse de se déliter et la balance commerciale témoigne de cet affaiblissement progressif. Alors que l’Allemagne, pays fortement industrialisés, enregistre chaque année un excédent de l’ordre de 250 milliards, la France, elle, connaît un déficit annuel de leur de 60 milliards. La situation pourrait être encore plus dramatique s’il n’y avait pas la vente de matériel de transport et en particulier des Airbus pour limiter la casse. Dans les discours officiels et chez Macron en particulier, la priorité est donnée aux services, au développement du numérique et aux startups. Évidemment un vue un peu restreinte du panorama économique.  Depuis des années, les pouvoirs publics ont abandonné toute stratégie de redynamisation du secteur industriel et même consenti parfois à brader notre potentiel à des entreprises étrangères.  Dernière catastrophe en date, celle de l’usine de Ford Aquitaine qui  a concerné près de 800 salariés et de l’ordre de 2000 personnes avec la sous-traitance. Une usine que Ford veut fermer et dont elle a empêché même la reprise par un éventuel successeur. La seule réaction de Macron a été d’indiquer qu’il demanderait le remboursement de fonds publics. Un peu court comme politique industrielle  Ce n’est pas ce qui donnera de l’emploi aux chômeurs potentiels. Autre catastrophe celle d’Ascoval, l’une des dernières aciéries françaises dans le nord qui concerne près de 300 salariés. Il faut dire que depuis déjà longtemps le mot stratégie, filière et ou encore davantage plan est tabou en France. La régulation est laissée aux seuls marchés. Avec un tel raisonnement on n’aurait jamais pu développer et réussir Airbus par exemple. Enfin Alstom dont on a bradé la branche énergie à General Electrique voit son  alliance -pourtant plus pertinente avec Siemens-refusée par la commission européenne.    Comme on ne peut pas raisonner globalement, de manière trop générale et trop verticale, il conviendrait bien sûr de reprendre une réflexion sur les forces et les faiblesses de notre industrie par secteur et de conclure cette réflexion par la définition d’axes stratégiques encourageant la recherche, le développement et notamment l’exportation. Certes les données macro-économiques ne peuvent être négligées mais d’autres facteurs doivent être pris en compte pour comprendre et au-delà soutenir l’industrie. On notera que le mot industrie est absent du discours de Macron. Par ailleurs qu’aucun ministre n’est spécifiquement responsable de ce champ d’activité placé  en seconde priorité chez le ministre de l’économie.

Macron et l’Ecologie : le grand vide

Ecologie : le grand vide

 

Pour résumer, le président de la république n’a annoncé aucune mesure concrète, aucune orientation précise concernant la prise en charge de la question environnementale. Globalement, il s’est contenté de bla-bla avec la création de deux nouveaux « machins » qui viendront s’ajouter à nombreux institutions qui ne servent t déjà pas à grand-chose. D’une certaine manière Nicolas Hulot avait raison d’anticiper les propos des manuelles macros lors de sa conférence de presse. L’ancien ministre de l’environnement avait en effet annoncé le risque de voir l’écologie passer sous la table de mesures catégorielles destinées à calmer un peu la colère des mécontents « Ce qui a fuité dans les médias laisse craindre que l’exécutif se contente d’acheter la paix sociale (…) mais sans engager le début d’une politique de transition écologique et solidaire« . Ainsi s’exprimait l’ancien ministre de la transition écologique Nicolas Hulot la semaine dernière dans un entretien à Libération. En fait,  le président a fait très peu référence aux questions de transition écologique, de climat ou de biodiversité. C’est un peu comme si depuis le départ de Nicolas Hulot la question était résolue et qu’elle ne posait qu’elle ne se posait plus. Il faut dire que le nouveau ministre de l’environnement François de Rugy  est encore plus accommodant que Hulot vis-à-vis de l’immobilisme environnemental du gouvernement. De Rugy, c’est  la langue de bois personnifiée, pas un mot de travers mais pas non plus la moindre originalité où le moindre volontarisme. Macron s’est contenté dans son intervention  de reprendre quelques phrases bateau comme « L’état d’urgence climatique il est là, notre jeunesse nous le dit à chaque instant et nos concitoyens veulent agir », ajoutant : « il y a une conscience citoyenne sur ces sujets qui s’est profondément transformée ces dernières années et qui va beaucoup plus vite que nombre de politiques publiques ». Le pire, c’est évidemment cette annonce assez surprenante de création d’une convention citoyenne composée de 150 citoyens tirés au sort et rattachés   au Conseil environnemental, économique et social (CESE) qui devra dès le mois de juin « redessiner toutes les mesures concrètes d’aides aux citoyens sur la transition climatique dans le domaine des transports, de la rénovation des logements pour les rendre plus efficaces », définir, si besoin était, d’autres mesures incitatives ou contraignantes et le cas échéant définir des ressources supplémentaires et proposer des financements pour se faire.  On imagine immédiatement que ces 150 Français tirés au sort vont s’engager dans des discussions de bistrot qui déboucheront forcément sur rien. La problématique environnementale est en effet relativement complexe comme la plupart des autres questions. Elle exige aussi une articulation avec les dimensions technologiques, économiques, sociales. Les experts eux-mêmes ont bien du mal souvent à effectuer la prise en compte complexe de cette problématique globale. On voit mal des citoyens en quelques semaines être capables de sortir des analyses et des perspectives un peu pertinentes. Quand au conseil de défense écologique c’est évidemment uniquement une création sémantique vide de tout contenu car il existe déjà un ministère de l’environnement sans parler d’autres institutions qui ne serrent pas grand-chose comme  le CNTE (Conseil National de la Transition Ecologique (CNTE), instance multi-acteurs de dialogue environnemental issue du Grenelle de l’environnement (2007) qui a instauré ce dialogue à 5 collèges de représentants de la société civile et, depuis plus récemment, des parlementaires ; le Haut Conseil pour le Climat (HCC), annoncé en 2018, est en cours de constitution et regroupe 10 experts indépendants chargés d’évaluer l’action climat, notamment la cohérence des politiques publiques.

Le drame de Notre-Dame de Paris : une occasion pour Macron de boucher le vide politique

Le drame de Notre-Dame de Paris : une occasion pour Macron de boucher le vide politique

 

D’une certaine manière,  Macron utilise le drame de Notre-Dame de Paris pour meubler le vide politique du discours qu’il doit prononcer mais dont le contenu est paru dans toute la presse. Son allocution d’hier constitue une sorte d’instrumentalisation de la tristesse des Français après les dégâts causés à l’un des symboles culturels du pays. On sait évidemment que sitôt après l’incendie le chef de l’État et ses ministres se sont précipités près de la cathédrale. Le chef de l’État devant toutes les caméras à alors fait part  de son émotion s’engageant par ailleurs à reconstruire l’édifice. Dès lors  on peut se demander pourquoi Macron a choisi de rééditer ses propos sur les chaînes de télévision le lendemain. La réalité c’est sans doute que son discours écrit à relativement fait flop. Et pour cause, il ne contenait pas de mesures à la hauteur des enjeux.  . Simplement quelques mesures avec une mesure surprise concernant la suppression de  l’ENA mais qui est loin d’être effective. Macron exploite évidemment la grande tristesse de la plupart des Français face au drame constitue la destruction d’un des principaux symboles architecturaux et culturels du pays. Visiblement Macron ne semble pas pressé ni de s’adresser directement par voie télévisée aux citoyens ni de s’adresser aux journalistes dans une conférence de presse. Il a sans doute peur que le tragique événement de Notre-Dame face ombrage à un propos qui manque de dimension. On notera quand même quelques mesures comme par exemple la réindexation des retraites de moins de 2000 €. Mais dans l’ensemble les propositions dans les domaines sociaux, économiques, démocratiques ne paraissent pas à la hauteur. En outre on décèle mal le projet à long terme. Tout cela manque de cohérence et de souffle. D’où sans doute la volonté de Macron d’utiliser l’événement de Notre-Dame pour se décrédibiliser dans la tristesse commune des Français.

La politique industrielle : le grand vide

La politique industrielle : le grand vide

. Il est symptomatique que l’industrie soit régulièrement absente des discours du gouvernement. Au mieux, on regrette la fermeture d’usines ou de sites. Pour combler le vide le gouvernemenet vient d’attribuer 100 millions par an aux 124 territoires industriels, une goutte d’eau !  Pourtant depuis des années, notre secteur industriel ne cesse de se déliter et la balance commerciale témoigne de cet affaiblissement progressif. Alors que l’Allemagne, pays fortement industrialisés, enregistre chaque année un excédent de l’ordre de 250 milliards, la France, elle, connaît un déficit annuel de leur de 60 milliards. La situation pourrait être encore plus dramatique s’il n’y avait pas la vente de matériel de transport et en particulier des Airbus pour limiter la casse. Dans les discours officiels et chez Macron en particulier, la priorité est donnée aux services, au développement du numérique et aux startups. Évidemment un vue un peu restreinte du panorama économique.  Depuis des années, les pouvoirs publics ont abandonné toute stratégie de redynamisation du secteur industriel et même consenti parfois à brader notre potentiel à des entreprises étrangères.  Dernière catastrophe en date, celle de l’usine de Ford Aquitaine qui concerne près de 800 salariés et de leur de 2000 personnes avec la sous-traitance. Une usine que Ford veut fermer et dont elle empêche même la reprise par un éventuel successeur. La seule réaction de Macron a été d’indiquer qu’il demanderait le remboursement de fonds publics. Un peu court comme politique industrielle  Ce n’est pas ce qui donnera de l’emploi aux chômeurs potentiels. Autre catastrophe celle d’Ascoval, lune des dernières aciéries françaises dans le nord qui concerne près de 300 salariés. Il faut dire que depuis déjà longtemps le mot stratégie, filière et encore davantage plan est tabou en France. La régulation est laissée aux seuls marchés. Avec un tel raisonnement on n’aurait jamais pu développer et réussir Airbus par exemple. Enfin Alstom dont on a bradé la branche énergie à General Electrique voit son  alliance -pourtant plus pertinente avec Siemens-refusée par la commission européenne.    Comme on ne peut pas raisonner globalement, de manière trop générale et trop verticale, il conviendrait bien sûr de reprendre une réflexion stratégique sur les forces et les faiblesses de notre industrie par secteur et de conclure cette réflexion par la définition d’axes stratégiques encourageants la recherche, le développement et notamment l’exportation. Certes les données macro-économiques ne peuvent être négligées mais d’autres facteurs doivent être pris en compte pour comprendre et au-delà soutenir l’industrie. On notera que le mot industrie est absent du discours de Macron. Par ailleurs qu’aucun ministre n’est spécifiquement responsable de ce champ d’activité placé  en seconde priorité chez le ministre de l’économie.

 

Les Jeunes avec Macron, les JAM, ou le vide idéologique total

Les Jeunes avec Macron, les JAM, ou le vide idéologique total

 

Le nom de la formation des jeunes macronistes témoigne à lui seul du vide idéologique total. Le mouvement s’intitule en effet JAM, c’est-à-dire les jeunes avec Macron. Finalement la confirmation que le parti en marche n’est réellement qu’un club de supporters, une sorte de club de fans comme dans le foot. En mal sans doute aussi de slogans, les jeunes avec Macron ont choisit un slogan de type soixante-huitard qui ne leur ressemble guère à savoir : soyez progressistes demandez l’impossible. Sûrement un slogan conseillé par les boîtes de com. qui entoure le pouvoir et qui considère la politique comme un produit ordinaire ù  l’argumentation commerciale prend le pas sur le contenu. On se demande bien comment le mouvement en marche pourrait structurer une organisation des jeunes alors que le parti n’a aucune existence, ni réalité sociale sur le terrain. Pour preuve lors des prochaines municipales faute d’implantation locale, le parti en marche va ratisser large des vieux crocodiles de la politique de la gauche et de la droite. En effet cette fois l’étiquette Macron ne sera pas suffisante pour qu’une chèvre puisse être élue. Cela d’autant plus que la popularité de l’intéressé connaît une chute brutale dans l’opinion publique et que la référence à Jupiter ne sera pas forcément vendeur auprès des électeurs qui jugent surtout sur des critères de proximité. Comme pour le parti en marche,  les responsables des jeunes avec Macron ont été désignés par le niveau central. De quoi s’interroger sur le caractère démocratique de l’organisation de Macron surtout quand les jeunes choisissent cet autre slogan : la révolution continue ! Une vraie communication de marque de lessive pour tenter de laver plus blanc la grisaille des résultats du gouvernement. Sans parler de la reprise des formules ésotériques de Ségolène Royal à savoir : être acteur de son avenir qui ressemble curieusement à désir d’avenir.

 

Banlieues: «C’est le vide sidéral»

Banlieues: «C’est le vide sidéral»

 

Inutile de tourner autour du pot, Macron a enterré sans ménagement pour son auteur le rapport Borloo. Certes on ne pouvait pas attendre à une reprise intégrale de ce plan très ambitieux, certes ce plan faisait suite à bien d’autres qui n’ont pas toujours montré uen grande efficacité mais Macron a non seulement enterré le rapport Borloo mais aussi la problématique renvoyée à une question subalterne ; Il faudra donc attendre une future explosion ou la répétition d’actes inqualifiables comme à Marseille ou la police a été visée par des armes lourdes pour que Macron manifeste un peu de considération des ces zones en déshérence économique et républicaine ; Les organisations de gauche et les ONG ont clairement affiché leurs grandes déceptions. A droite c’est aussi la même tonalité.

«Il n’y a aucun engagement concret, et c’est le vide sidéral. Pourquoi avoir fait appel à Jean-Louis Borloo, alors qu’on le dénigre tant aujourd’hui?» s’est interrogé le député LR Damien Abad. «Jean-Louis Borloo, comme beaucoup de maires de France dans des villes de banlieue, a-t-il souligné, n’a aucune leçon à recevoir de celles et ceux qui n’ont pas vécu en banlieue.»

Porte-parole des Républicains, Lydia Guirous s’est étonnée, comme d’autres, qu’Emmanuel Macron reprenne «la rhétorique des associations communautaristes». «Faut-il être “racisé.e” pour parler de banlieues?» s’est-elle interrogée alors qu’Emmanuel Macron a souligné qu’un échange de rapport entre «deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers» n’aurait «aucun sens». «Je trouve extrêmement choquant que Macron évoque un argument racial digne des Indigènes de la République, en délégitimant toute solution pour les banlieues qui émanerait de “mâles blancs”, a commenté Marine Le Pen. La présidente du FN y voit «la consécration du communautarisme au sommet de l’État». À gauche, le maire PCF de Montreuil (Seine-Saint-Denis), Patrice Bessac, ironisait dans la cour de l’Élysée: «Plus les discours sont longs et moins il y a de pognon…» Lui aussi a entendu «un discours de la méthode et pas d’action». «Quand il s’agit des entreprises, des grosses fortunes de ce pays, là il y a des objectifs très précis.

 

 

Macron face au vide sidéral de l’opposition

Macron face au vide sidéral de l’opposition

 

 

Ce qui caractérise le contexte politique actuellement c’est le vide sidéral de l’opposition.  Avec Wauquiez, Mélenchon ou Le Pen,  Macron n’a en face de lui que des postures caricaturales tellement ridicules qu’elles ne peuvent qu’apporter du crédit au chef de l’État.  Notons d’ailleurs que les positions des intéressés  ne sont pas aussi éloignées que cela en matière de nationalisme, de populisme et d’étatisme. Un des hauts faits médiatique  aura sans doute été en début de législature la provocation Mélenchon voulant expliquer au brillant mathématicien Villani,  membre du gouvernemenet, ce qu’était un contrat de travail ! De quoi sourire si ce n’était pas pitoyable puisque Mélenchon n’a pratiquement jamais travaillé et a vécu essentiellement de la politique ignorant sans doute ce qu’est un contrat de travail ou une actualisation à Pôle emploi. Du coup, faute d’opposition Macron  confirme sa remontée dans l’opinion. Plusieurs facteurs explicatifs à cette remontée. Il y a d’abord une certaine amélioration de l’environnement économique avec une croissance qui pourrait tutoyer les 2 % en 2017. Du coup,  le moral des ménages s’améliore aussi comme celui des investisseurs mêmes si cette progression de l’activité est encore insuffisante pour diminuer le  nombre de chômeurs, en  tout cas de manière significative. Second élément, le faite que Macron soigne son image à l’international en profitant pour l’instant de la grande discrétion de Merkel engluée dans le problème de la constitution de son gouvernement. En outre,  Macron se sert largement de la question environnementale même si concrètement les différentes réunions sur le sujet ne débouchent pas sur des décisions à la hauteur des enjeux. Dernier élément surtout, le fait que l’opposition à Macron se caractérise par une grande nullité voire une quasi absence. Les socialistes ont quasiment disparu du paysage, ils ont vendu leur siège, ils vont sans doute aussi vendre leur marque puisqu’à l’assemblée ils  sont inscrits sous l’étiquette nouvelle gauche. À droite,  la prise de pouvoir de Wauquiez chez les républicains constitue du pain béni pour Macron car le nouveau président ne rassemble, comme Fillon d’ailleurs, que la frange la plus ratatinée, la plus réac au surplus anti européenne voire antilibérale. Les extrêmes sont également en crise. Mélenchon a totalement échoué dans sa tentative d’instrumentaliser le mouvement social, il est grandement responsable de son échec. Certes les shows du grand tribun sont appréciés mais sans  aucun impact réellement populaire. En outre, Mélenchon est aussi accusé d’avoir profité du système à titre personnel, finalement il a fait comme les autres en dépit de son discours  révolutionnaire. Au Front National, Marine Le Pen ne se remet pas de sa lamentable prestation face à Macron. Il se confirme qu’elle a atteint les limites de ses compétences et sa légitimité à représenter le Front National est  posée. Cela d’autant plus que le départ de Philippot la prive de capacités d’analyse et de propositions. Face à un tel vide sidéral l’opinion reconnaît une certaine stature à Macron et une certaine cohérence dans ses propositions même si sa politique présente aussi certaines incohérences (importance de la fiscalité par exemple et poids de la dépense publique)) et se positionne plutôt au centre- droit. La cote de confiance d’Emmanuel Macron est encore en  hausse en décembre (+6), tandis que celle du Premier Ministre, Édouard Philippe, augmente très légèrement (+1), selon un sondage Harris Interactive publié vendredi. Désormais, une majorité des Français interrogés (52%) fait confiance à Emmanuel Macron en tant que chef de l’État. 47 % sont d’un avis contraire.

Popularité : face au vide Macron remonte

Popularité : face au vide Macron remonte

 

Après sa chute de l’été Macon remonte d’après le baromètre JDD Ifop. La question est de savoir cette  hausse provient de l’efficacité de sa politique ou du vide sidéral de l’opposition. Sans doute un peu des deux même s’il faut convenir que pour l’instant les résultats concrets des orientations de Macon sont encore peu palpables. De ce point de vue,  les Français seraient plutôt dans une position d’attente. Mais l’élément déterminant est sans doute la comparaison que peuvent faire les Français entre eux Macron et les autres responsables de l’opposition. De ce point de vue, il faut bien convenir que Macon a réussi à déstabiliser toutes les formations d’opposition. Pire ces  organisations connaissent une véritable crise de d’incarnation. Tous leurs leaders sont particulièrement contestés à gauche évidemment pour l’instant c’est le néant total,  on ne voit même pas une personnalité émerger pour reprendre le  flambeau de ce qui restera du parti socialiste. À droite,  Wauquiez a réussi à s’imposer mais au prix du départ ou d’un éloignement des responsables les plus crédibles. Wauquiez est affecté aux yeux de l’opinion d’un manque de compétence et d’un manque de charisme, il fait même peur. Au Front National,  c’est sans doute la fin d’un règne avec une Marine Le Pen complètement hors sol depuis le départ de Philippot. Elle a clairement montré les limites de sa compétence. Pour éviter d’être sanctionnée par l’électorat, elle a même refusé de prendre la tête de liste aux européennes. Le Front National est en recherche d’un projet et d’un leader. Mais comme Marine Le Pen ne lâchera pas l le FN, une affaire familiale, le déclin risque de durer longtemps.  Mélenchon qui se voulait le seul parti le seul leader d’opposition n’échappe pas à la règle d’une part du  fait de certaines dérives verbales de son entourage mais aussi de son incapacité à mobiliser. Pire l’échec de la mobilisation contre le code du travail lui sans doute imputable avec ses  tentatives d’instrumentalisation des syndicats. Mélenchon est même attaqué sur son patrimoine. Face à ce vide  Macron regagne  6 points par rapport à novembre dans notre baromètre Ifop-JDD, pour se situer à 52% de satisfaits – soit une hausse de 10 points en deux mois. « Aucun de ses prédécesseurs n’était parvenu à sortir des abîmes de l’impopularité », relève Frédéric Dabi, le directeur général-adjoint de l’Ifop. Edouard Philippe profite du même élan, à 54% de satisfaits. Lui aussi est majoritaire aussi bien dans l’électorat de En Marche (91%, +3), que dans celui de LR (63%, +7) et du PS (59%, +13).

Désertification du territoire : une dizaine de métropoles et le vide ailleurs

Désertification  du territoire : une dizaine  de métropoles et le vide ailleurs

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

 

 

Contre la « pensée molle »Sarkosy propose la pensée vide

Contre la « pensée molle »Sarkosy propose la pensée vide

 

 

 

Un nouveau concept pour Sarkozy : la pensée molle qu’il dénonce évidemment en pensant peut-être encore davantage à Juppé qu’à Hollande. La conceptualisation est devenue rare chez l’ancien président de la république depuis qu’il a perdu sa plume : Henri Guaino ; du coup maintenant sa de communication se rapproche de plus en plus des méthodes des marchands de cravates ou des vendeurs d’enclume à la sauvette. Bref de la pub avec à chaque meeting une formule choc  pour cacher le vide sidéral de sa pensée. Il reproche en particulier à Juppé de rechercher les voies des électeurs du centre et de gauche. Comme si électeurs étaient marqués à vie par  leurs votes précédents. Il n’est pas illogique que certains anciens sélecteurs ayant voté pour Hollande se déclarent  maintenant en faveur de candidats de la droite et pour cause la gauche va perdre la moitié de ses électeurs. Le futur président de la république sera nécessairement élu par des voies dites de droite et des voies dites de gauche surtout pour battre Marine Le Pen. Du coup la charge de Sarkozy est non seulement ridicule mais aussi contre-productive  l’ex-chef de l’Etat accuse son principal adversaire de préparer une « alternance molle » pour avoir invité les « déçus du hollandisme » et les électeurs du centre à voter. « La primaire de la droite et du centre, ce n’est pas la primaire de la droite, du centre et de la gauche », a lancé samedi l’ancien chef de l’État lors d’une réunion publique aux Sables d’Olonne (Vendée) devant près de 800 militants et sympathisants. L’ancien président de la République estime par ailleurs qu’un élargissement aux idées de gauche pose un problème de « loyauté », dans la mesure où les électeurs de la primaire seront appelés à signer une charte où ils disent adhérer aux valeurs de la droite et du centre. « Quand on cherche à se faire élire avec les voix de la gauche, il faut se préparer à donner une politique qui donnera des gages à la gauche, à faire des petits arrangements », a insisté Nicolas Sarkozy.

(Avec Reuters)

« Macron c’est du vide »(Attali)

« Macron c’est du  vide »(Attali)

 

Sans doute un peu aigri d’être marginalisé sur la scène politique, Jacques Attali règle ses comptes avec la classe politique notamment avec Macron qui pour lui n’incarne que du vide. Notons quand même qu’Attali alterne quand même les plus appréciations contradictoires concernant Macron qui un jour pour lui représente la gauche moderne, un autre  jour représente le vide. Ceci étant le propos d’Attali mérite quand même d’être entendu concernant Macron. Ce dernier a en effet fait davantage parler de lui par ses propos décapants que par ses actes politiques comme ministre de l’économie. La loi Macon 1 un est en effet une sorte de patchwork, véritable auberge espagnole qui ne saurait constituer une loi de modernisation de l’économie. Ensuite Valls l’a privé de la loi Macron2  pour s’en attribuer les mérites (et les risques). Macron c’est effectivement l’image de la nouveauté et de la modernité mais il lui reste cependant à définir une orientation un peu plus élaborée qu’actuellement dans le domaine économique bien sûr mais aussi social et sociétal. De ce point de vue la critique d’Attali n’est pas complètement infondée.

(Interview de Jacques Attali dans Challenges)

De quoi Emmanuel Macron est-il le nom?

Du vide. Du vide de la politique française. Il n’incarne que le vide, que cette gauche qui veut à la fois être au pouvoir et ne pas y être parce qu’elle déteste la gauche de gouvernement. Il est le nom de ceux qui rêvent que la gauche ne soit pas au pouvoir. Emmanuel Macron a un talent fou. Je l’ai repéré tout de suite, présenté au candidat Hollande, je l’accompagne toujours, je lui ai d’ailleurs dit ce que je pensais. Si seulement, il se saisissait d’un programme…

N’incarne-t-il pas la volonté de renouveau qu’attendent les Français?

Les Français rêvent d’être représentés par un inconnu: nous sommes le dernier pays dont la classe politique n’a pas explosé. Ca va sauter. Si seulement quelqu’un, Emmanuel Macron, Nicolas Hulot ou moi disait avec sincérité: « Il y en a assez, la France peut faire des choses », il gagnerait les élections présidentielles. Les Français veulent être gouvernés par quelqu’un qui sait ce qu’il veut. Mais les hommes politiques ont en tête l’image du DRH d’Air France à la chemise déchirée: ils pensent que c’est ce qui leur arrivera s’ils entreprennent quelque chose.

Votre livre programme France 2022 a été construit avec des hommes de gauche comme de droite. Est-ce la solution ?

D’abord, quelqu’un qui ne se dit ni de gauche, ni de droite, c’est qu’il est de droite! Moi je préfère dire « de gauche et de droite ». Et 80% des mesures qui sont avancées dans notre programme, les hommes de gauche et de droite s’y retrouvent: quand nous proposons de rémunérer les chômeurs qui se forment, de transférer les droits sur les personnes, de nationaliser la Sécurité sociale, de remplacer l’ISF par un impôt sur l’immobilier… Ce ne sont pas des mesures d’un camp.

Quel est votre jugement sur l’offre de la droite?

Je trouve que les médias ne sont pas assez attentifs aux programmes. Et qu’à la fin des fins, tout se résume à la fiscalité, qui est un peu le marronnier des hommes politiques. A gauche, on augmente les impôts, à droite, on les diminue. Ce qui manque partout, c’est la volonté d’écrire un grand récit national, en dehors du « c’était mieux avant » que ressassent les extrêmes. Or, la France a la capacité de devenir la première puissance européenne si on engage le mouvement. Nous en avons les atouts: la géographie, l’art de vivre, l’éducation, les industries de la santé, l’innovation, le tourisme, le luxe…

Hollande est-il un bon président ?

C’est d’abord un homme et un président tout à fait honorable. Dans le domaine des affaires étrangères, il décide très bien, avec une grande lucidité. Deuxièmement, c’est un honnête homme et dans la classe politique française, ils sont peu nombreux… Enfin, il n’a pas pété les plombs et c’est encore plus rare. Il n’avait pas beaucoup de programme mais il l’a fait. Cela dit, il ne peut être réélu que s’il lance des réformes maintenant, sans quoi on lui demandera durant toute la campagne pourquoi il n’a pas agi avant. Mais quoi qu’il en soit, il n’aura rien fait de déshonorant.

Loi Macron: c’est quoi ? un vide grenier

Loi Macron: c’est quoi ? un vide grenier

 

Un véritable vide grenier, des dispositions qui trainaient dans le fond des tiroirs de ministères et soldées dans une loi fourretout. Avec pourtant un emballage ronflant   »pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » . le contenu est moins sexy, c’est même l’auberge espagnole :  réforme de la profession de notaire , du permis de conduire,  un assouplissement des règles sur le travail du dimanche et des tas de dispositions finalement assez anecdotiques ( même si certaines sont utiles).pas de quoi en tout cas de faire un tel cirque médiatique.   Le texte comporte quelque 200 articles concernant un nombre considérable de domaines. Tour d’horizon des principales dispositions… Le nombre d’ouvertures dominicales des commerces autorisées passe de 5 à 12 par an, sur décision du maire (après avis du conseil municipal jusqu’à 5, et de l’intercommunalité au-delà de 5). Ces dimanches sont payés double.

Exceptions:

a) Zones touristiques et zones commerciales: ouverture autorisée tous les dimanche dans ces zones tracées par décret.

b) Zones touristiques internationales (ZTI), tracées aussi par décret: ouverture autorisée tous les dimanches et aussi le soir jusque minuit. Sont visés certains quartiers de Paris, de Nice, Cannes et Deauville.

c) Les commerces de 12 gares connaissant une affluence exceptionnelles pourront aussi ouvrir le dimanche

Compensations salariales dans ces zones:

Obligatoires mais sans plancher, et décidées par accord de branche, d’entreprise ou territorial. Volontariat obligatoire. Pour le travail de soirée (21H-24H) dans les ZTI, doublement du salaire, retour au domicile et frais de garde des enfants à la charge de l’employeur. Les salariés travaillant le dimanche matin dans les supermarchés devraient à l’avenir bénéficier d’une rémunération majorée d’au moins 30% pour ces heures-là.

Professions réglementées du droit

(Commissaires-priseurs judiciaires, greffiers des tribunaux de commerce, huissiers de justice, administrateurs judiciaires, mandataires judiciaires et notaires)

- Une grille des tarifs sera fixée par décret après avis de l’Autorité de la concurrence. Les tarifs des petits actes seront fixes. Les tarifs proportionnels des transactions de moyenne importance (lors de ventes immobilières par exemple) pourront donner lieu à des remises déterminées par voie réglementaire.

- Le principe de la liberté d’installation est posé mais sera régulé par le ministre de la Justice afin de ne pas déstabiliser les professionnels déjà en place. Instauration d’une limite d’âge de 70 ans.

- Création de la profession de commissaire de justice qui rassemblera les professions de commissaire-priseur et huissier.

Transports

- Ouverture à la concurrence des lignes d’autocar interurbaines.

- Réforme du passage du permis pour en réduire les délais et le coût. L’objectif est de faire passer de 98 à 45 jours le délai d’attente entre deux présentations à l’examen. Les préfectures pourront recourir dans les zones les plus tendues à des agents publics ou contractuels (anciens policiers ou militaires, agents de La Poste) formés comme examinateurs. Externalisation du passage du permis poids lourd à des organismes de formation professionnelle. Le code pourra se passer dans les établissements scolaires. Suppression de la durée minimale de formation de 20 heures.

Financement et vie des entreprises, privatisations

- Allégement de la fiscalité sur la distribution d’actions gratuites.

- Encadrement des « retraites chapeaux » des dirigeants.

- Privatisation des sociétés gérant les aéroports de Lyon et de Nice (l’Etat restant propriétaire des infrastructures).

- Privatisation de Nexter (Giat) qui va permettre de lancer le rapprochement entre le constructeur de blindés français et son homologue allemand KMW.

Prudhommes, licenciements, travailleurs détachés

- Réforme de la justice prud’homale qui vise à raccourcir les délais et à favoriser la conciliation.

- Modification des règles de licenciements collectifs.

- Lutte contre les fraudes aux travailleurs détachés en France.

Logement et environnement

- Le texte veut développer le « logement locatif intermédiaire » en offrant aux communes une « majoration de constructibilité » de 30%.

- Nouvelle durée des congés pour les locataires lors de ventes d’immeubles à la découpe

- Recours aux ordonnances pour réformer certaines parties du droit de l’environnement

 

Conférence climat : un accord mais vide

Conférence climat : un accord mais vide

 

 

De toute manière c’est évidemment un faux accord d’une part parce que éventuelles mesures qui pourraient être adaptées n’entreront en vigueur qu’en 2020 or la première étape serait de savoir ce qu’on fait d’ici 2020 ; l’échéance de 2050 est beaucoup trop hypothétique. D’autre part en fait rien n’a été décidé, on s’est contenté de se mettre d’accord sur un calendrier de méthodes ;  exemple c’este chaque pays qui va décider de sa contribution à une date donnée ! Il y a également l’épineuse question des contributions finacières au Sud. Un document, qui servira courant 2015 de base aux négociations préalables à la conférence de Paris, a donc été adopté mais il ne contient pas grand-chose de contraignant. Salué par l’Union européenne comme « un pas en avant » et par le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius comme « une bonne base de travail », cet accord à l’arrachée qui vise à réduire les émissions de 40 à 70% d’ici à 2050 est jugé insuffisant par les ONG. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre continuent de croître chaque année, alors qu’elles doivent baisser pour que la hausse de la température du globe ne prenne pas une ampleur dangereuse. Le futur accord de Paris, qui entrera en vigueur en 2020, doit permettre d’initier cette transition. Et il y a encore du travail pour y parvenir. Selon Alden Meyer, expert de l’Union of concerned scientists et observateur des débats, « il y a de profondes et anciennes divergences: le financement, quels pays sont davantage obligés à agir pour réduire les émissions et faut-il donner une plus grande priorité à l’adaptation ». « Ces divisions ont presque fait capoter le processus de Lima, si on ne les résout pas, elles menacent de bloquer un accord à Paris », prévient-il.

 

Hollande : quand la sémantique cache le vide de l’action

Hollande : quand la sémantique cache le vide de l’action

Duflot a raison quand elle affirme qu’Hollande se satisfait des mots et de la com. au lieu des actes. (Elle aurait pur cependant sen apercevoir avant !). Dernière trouvaille le fameux « pacte de responsabilité » qui en fait ne signifie rien d’autre qu’une baisse d’impôts sur les sociétés, une baisse par ailleurs bien insuffisante pour retrouver la compétitivité puisqu’il ne concerne que 10 milliards là où en faudrait une centaine pour un véritable choc. Mais il faudrait dégraisser l’Etat et la bureaucratie, dont précisément Hollande est issu. Du coup Valls a décidé de ne plus faire voter ce pacte qui sera intégré dans le vote de confiance au parlement. Même enflure sémantique avec le pacte de solidarité quand il fallait simplement –mais utilement- parler de faire baisser les impôts sur les couches populaires et peut être les couches moyennes. Hollande est coutumier de l’emploi de formules ronflantes qui ne signifient pas grand-chose. Il faut se rappeler de « l’ennemi, c’est la finance » lors de la campagne. Tout cela pour se coucher devant le lobby bancaire français et aboutir à une mini réforme qui ne change rien et qui permet toujours aux banques de spéculer y compris avec l’argent des dépôts. On ne peut oublier non plus l’inversion de la courbe du chômage, expression de statisticien alors qu’il suffisait de parler de baisse du chômage ; En fait chez Hollande la formule précède l’idée et ignore le plus souvent l’acte. Du coup plus personne ne croit dans ses slogans même à gauche et peut-être surtout à gauche si l’on se réfère aux catégories socioprofessionnelles qui se sont abstenues (surtout les couches populaires. L’homme d’appareil n’a sans doute eu jamais beaucoup de convictions sinon qu’un jour il accéderait à la fonction suprême. Pari réussi (Grâce auusi beaucoup à DSK) mais pour quoi faire ?  Rien. Pathétique ce président sans conviction, sans vision, sans charisme et qui a fusillé son mandat en deux ans et qui n’aura plus comme solution que de dissoudre l’assemblée après  le tsunami des élections européennes, tsunami qui ne grandira pas la France.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol