Archive pour le Tag 'victime'

Une première victime de la grippe aviaire

Une première victime de la grippe aviaire

 

Un premier cas mondial de décès humain dû à la grippe aviaire de type H5N2 a été attesté au Mexique, a annoncé mercredi 5 juin l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 

Âgée de 59 ans, la personne est décédée le 24 avril dans un institut spécialisé de la capitale mexicaine quelques heures après y avoir été hospitalisée, a indiqué cette source. Le ministère mexicain de la Santé a précisé qu’il s’agissait d’un homme. Le patient avait développé le 17 avril de la fièvre, un essoufflement, de la diarrhée, des nausées et un malaise général, a indiqué l’OMS, à qui le cas a été notifié le 23 mai. La personne n’avait eu «aucun contact» connu avec des volailles ou d’autres animaux mais souffrait déjà de multiples problèmes de santé, a souligné l’OMS.
Aucun autre cas humain de H5N2 n’a été rapporté à ce stade et «il n’y a pas de risque pour la population», a souligné le ministère de la Santé. L’OMS a jugé ce risque «faible». Ce décès intervient après la découverte en mars de cas de H5N2 chez des volailles d’élevage dans l’État du Michoacan, qui borde l’État de Mexico où vivait la victime. D’autres cas de H5N2 avaient ensuite été identifiés le même mois chez des volailles à Texcoco, dans l’État de Mexico, et en avril à Temascalapa, dans le même État.

Considéré comme moins pathogène que le H5N1, le virus H5N2 a été rapporté dans des élevages de différents pays à travers le monde au cours des dernières années. Aucune transmission à l’homme n’avait jusqu’à présent été attestée. Concernant le H5N1, il n’y a pour l’heure aucune preuve d’une transmission d’humain à humain mais l’OMS a fait part en avril de son «énorme inquiétude» face à la propagation de cette souche.

Trains intercités….. victime du TGV ?

 

 

Pendant trop longtemps, on a privilégié le TGV au détriment des Intercités et des trains du quotidien.  Conséquence du succès du TGV, les autres lignes classiques n’ont pas bénéficié des investissements de modernisation nécessaire. Exemple la ligne Paris Clermont-Ferrand.

À décharge de la SNCF une situation financière très difficile et une image assez désuète avant le lancement du TGV. Le lancement du TGV dans les années 80 a redonné une image moderniste à la SNCF et au train. Progressivement un véritable réseau à grande vitesse a été réalisé surtout sur la base de desserte en provenance et à destination de Paris.

Un vrai succès commercial technique mais forcément qui s’est un peu fait au détriment des autres types de desserte. La question du financement et de l’endettement n’ayant jamais vraiment été résolue. Même dans la derrière période on a laissé un héritage notamment à RFF une partie de cet endettement qui plombe la compétitivité de l’entreprise mais aussi le coût des péages.

La question du train en France n’a jamais été vraiment réglée contrairement à ce qui s’est produit en Allemagne où l’État a passé un coup d’éponge totale sur l’endettement et a exigé ensuite des efforts considérables de qualité et de compétitivité à l’entreprise nationale.

En France on traite les questions par rondelles de saucisson. Un jour le TGV, un autre les trains inter cités, un autre les trains de nuit, un autre les trains de banlieue enfin un autre les trains régionaux.

On objectera que dans tous les domaines il y a quand même des progrès de réaliser mais ils ne sont pas au rythme nécessaire ni à l’ampleur souhaitable face aux enjeux économiques, sociaux, environnementaux et sociétaux.

Il serait temps de définir une perspective claire pour le train par exemple pour 2040 car les investissements ferroviaires étend très lourd doivent être planifié dans le temps.

C’était l’incident de trop. Le vendredi 19 janvier, les 700 passagers montés dans l’Intercités Paris-Clermont-Ferrand à 19h57 devaient arriver dans la capitale auvergnate à 22h31. Au lieu de cela, ils ont passé une nuit de galère dans le train pour arriver à destination à 6h. Sans chauffage ni lumière. La locomotive était tombée en panne à Nogent-sur-Vernisson (Loiret). À peine ont-ils eu droit à la distribution de couvertures de survie assurée par La Croix-Rouge. De quoi renforcer l’image de ligne maudite pour le Paris-Clermont : trains annulés, supprimés ou retard, les 1,8 million de passagers annuels qui prennent l’Intercités sur ce trajet n’en finissent pas d’accumuler les mésaventures.

«Je ne suis pas fier de ce service. Si on avait investi sur ces lignes il y a dix ou quinze ans, on n’aurait pas ce genre de problème», reconnaissait mercredi matin Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF auditionné à l’Assemblée nationale. Mais, à l’époque, il n’y en avait que pour le tout TGV. Pour mettre Strasbourg…

 

Lactalis: Première victime fiscale pour l’exemple

Lactalis: Première victime fiscale pour l’exemple

Comme par hasard la justice souvient soudain de plaintes datant de 2018 et qui justifie l’engagement d’enquête notamment fraude fiscale. La conséquence évidemment du mouvement des agriculteurs. Un moyens aussi de peser sur des discussions très difficiles concernant la filière lait. Bref, la démonstration du peu d’indépendance de la justice et de l’opportunisme politicien du pouvoir qui cherche à se refaire une santé auprès des agriculteurs et de l’opinion.

Le parquet national financier a ouvert une enquête pour fraude fiscale aggravée et blanchiment de fraude fiscale aggravée, a indiqué une source judiciaire.

« Ces perquisitions seraient liées à une plainte de la Confédération paysanne de 2018 (pour des soupçons de fraude fiscale, NDLR), un dossier déjà examiné par la justice », précise cette porte-parole. À l’époque, le syndicat agricole avait saisi le Parquet national financier (PNF), sur la base de documents laissant entendre que le groupe lavallois avait mis en place des montages financiers douteux au Luxembourg et en Belgique au milieu des années 2010.

Démocratie: Censeur d’aujourd’hui , victime de demain ?

Démocratie: Censeur d’aujourd’hui , victime de demain ?


L’hostilité du monde de la culture à l’égard de l’écrivain-voyageur, Sylvain Tesson désigné parrain du Printemps des poètes 2024, traduit une inquiétude existentielle dans un pays où l’extrême droite est aux portes du pouvoir, analyse dans sa chronique Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde ».

La polémique est assez pitoyable mais elle porte un enjeu lourd. Dans une tribune, des professionnels de la culture demandent à la direction du Printemps des poètes de « renoncer » au choix de Sylvain Tesson comme parrain de la 25e édition, du 9 au 25 mars. Face à la polémique, Sophie Nauleau, la directrice artistique du rendez-vous de la poésie, a annoncé sa démission vendredi 26 janvier.

L’écrivain-voyageur serait réactionnaire. Il tutoierait l’extrême droite. En réponse, les pétitionnaires sont traités de censeurs ou de « cafards ». Vous voyez le niveau… Corrigeons. Les auteurs de la tribune, publiée dans Libération vendredi 19 janvier, ne sont pas vraiment des censeurs – ils n’ont pas ce pouvoir. Ils font parler de poésie, ce qui est déjà pas mal. Ils réussissent aussi l’exploit de victimiser Sylvain Tesson, qui pourrait les remercier, si tant est qu’il en ait besoin.

Car le profil de l’écrivain a déjà été bien cerné, il y a quatre ans, par une longue enquête de L’Express, titrée « L’icône réac » (26 février 2020), puis dans le livre Enquête sur l’extrême droite littéraire (Seuil, 2023), du journaliste François Krug. Soit un homme qui fuit la modernité, la technique, les écrans, le consumérisme, la mondialisation. Qui aime lire le controversé Ernst Jünger, qui a fréquenté l’écrivain raciste Jean Raspail ou la figure de la Nouvelle Droite Dominique Venner, qui avait son rond de serviette à Radio Courtoisie. Tesson goûte peu l’islam, défend la chrétienté comme civilisation, en Orient comme en Arménie. « J’aime dialoguer avec les infréquentables », répond-il. Ajoutons qu’il lit mieux dans les plis du paysage que dans les yeux des dirigeants.

Censeur d’aujourd’hui , victime de demain ?

Censeur d’aujourd’hui , victime de demain ?


L’hostilité du monde de la culture à l’égard de l’écrivain-voyageur, Sylvain Tesson désigné parrain du Printemps des poètes 2024, traduit une inquiétude existentielle dans un pays où l’extrême droite est aux portes du pouvoir, analyse dans sa chronique Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde ».

La polémique est assez pitoyable mais elle porte un enjeu lourd. Dans une tribune, des professionnels de la culture demandent à la direction du Printemps des poètes de « renoncer » au choix de Sylvain Tesson comme parrain de la 25e édition, du 9 au 25 mars. Face à la polémique, Sophie Nauleau, la directrice artistique du rendez-vous de la poésie, a annoncé sa démission vendredi 26 janvier.

L’écrivain-voyageur serait réactionnaire. Il tutoierait l’extrême droite. En réponse, les pétitionnaires sont traités de censeurs ou de « cafards ». Vous voyez le niveau… Corrigeons. Les auteurs de la tribune, publiée dans Libération vendredi 19 janvier, ne sont pas vraiment des censeurs – ils n’ont pas ce pouvoir. Ils font parler de poésie, ce qui est déjà pas mal. Ils réussissent aussi l’exploit de victimiser Sylvain Tesson, qui pourrait les remercier, si tant est qu’il en ait besoin.

Car le profil de l’écrivain a déjà été bien cerné, il y a quatre ans, par une longue enquête de L’Express, titrée « L’icône réac » (26 février 2020), puis dans le livre Enquête sur l’extrême droite littéraire (Seuil, 2023), du journaliste François Krug. Soit un homme qui fuit la modernité, la technique, les écrans, le consumérisme, la mondialisation. Qui aime lire le controversé Ernst Jünger, qui a fréquenté l’écrivain raciste Jean Raspail ou la figure de la Nouvelle Droite Dominique Venner, qui avait son rond de serviette à Radio Courtoisie. Tesson goûte peu l’islam, défend la chrétienté comme civilisation, en Orient comme en Arménie. « J’aime dialoguer avec les infréquentables », répond-il. Ajoutons qu’il lit mieux dans les plis du paysage que dans les yeux des dirigeants.

Il a étendu sa fascination pour les grands espaces russes à son président. Dans Berezina (Guérin, 2015), page 60, il a cette phrase : « Nous rentrâmes en Biélorussie comme une lame de sabre russe dans le gras d’un Ukrainien. » Depuis l’invasion de l’Ukraine, en 2022, il donne dans la résipiscence.

Encore une professeure Victime de menaces par des islamistes

Encore une professeure victime de menaces par des islamistes

L’affaire est grave car le ministre lui-même a été contraint de se déplacer suite à des menaces par des islamistes d’une professeure. À destination des parents islamistes contestataires le ministre a clairement déclaré « à l’école on ne conteste pas l’autorité ».Encore une atteinte à la laïcité cette fois également largement imputable à l’ignorance et à l’aveuglement religieux. L’équipe pédagogique d’un collège des Yvelines exerce son droit de retrait depuis vendredi, après qu’une professeure de français a été la cible d’accusations de racisme et d’islamophobie, a appris lundi France Inter auprès de l’académie de Versailles. Motif : La veille, dans le cadre de l’étude d’un texte avec une classe de 6e de l’établissement, cette professeure a montré Diane et Actéon, un tableau du XVIIe siècle du peintre italien Giuseppe Cesari, sur lequel cinq muses sont représentées nues.

Selon l’académie de Versailles, à la vue de ce tableau, « une poignée d’élèves » ont détourné ostensiblement le regard. C’est à partir de ce cours que des rumeurs ont commencé à circuler attribuant des propos racistes et islamophobes à cette professeure de français.

Le soir même, des parents d’élèves se sont présentés devant l’établissement pour avoir des explications sur les propos qu’a pu tenir cette professeure. Après cet événement, la professeure principale de cette classe a fait remonter l’incident au principal de l’établissement, qui l’a lui-même remonté à l’académie. Puis, les enseignants se sont mis en droit de retrait depuis vendredi matin et le sont toujours lundi.

La professeure concernée a porté plainte pour dénonciation calomnieuse.

Transport combiné : toujours victime des grèves

Transport combiné : toujours victime des grèves

Certains syndicats de cheminots ne cessent de critiquer le transport routier considérant qu’il est privilégié par rapport au transport ferroviaire. Et d’assurer la promotion du transport combiné qui articule le transport ferroviaire sur les longues distances avec des parcours routiers à l’enlèvement et en fin de destination mais sur courte distance.

Certes, le ferroviaire souffre de sous investissement général notamment en matière d’infrastructures. C’est aussi un handicap pour le transport de fret et le transport combiné en particulier.

Le problème est que les dysfonctionnements ferroviaires notamment les grèves portent un coup mortel à l’avenir du fret ferroviaire. Depuis des années et même des dizaines d’années, on prévoit un doublement voir un triplement du transport combiné. Une promesse sans cesse reculée en raison de la mauvaise qualité ferroviaire et des grèves.

Cette année, les opérateurs de transport combiné peuvent dire adieu à leur croissance à deux chiffres, et aux gains de part de marché sur le mode routier. Ce mode de transport bas carbone, qui consiste à placer pour les longs parcours des conteneurs sur des trains, voire des péniches, avec un pré ou post-acheminement assuré par camion, a gagné beaucoup de nouveaux clients, au point de représenter 41 % du fret ferroviaire français.

Ses partisans tablent sur un triplement de l’activité en dix ans. Mais après une croissance, l’an dernier, de 7,9 % des trafics kilométriques et de 9,4 % pour les volumes, le premier semestre a marqué un violent retournement de tendance, soldé par une chute de 22 % des trafics ferroviaires sur six mois.

La Russie victime de ses erreurs

La Russie victime de ses erreurs

La trajectoire du chef du groupe paramilitaire russe, déclaré mort après le crash de son avion, dévoile les failles d’un régime qui, bien qu’intéressé par sa propre survie, est souvent à l’origine des calamités qu’il affronte, analyse le spécialiste de la pensée stratégique russe Dimitri Minic, dans une tribune au « Monde ».

Durant les deux mois qui ont séparé son coup de force avorté, en juin, de sa mort dans un crash d’avion, le 23 août, Evgueni Prigojine a semblé profiter d’une inhabituelle mansuétude de la part de Vladimir Poutine. Il était probablement tentant et rassurant pour le Kremlin de voir le phénomène Prigojine comme une anomalie, dont l’élimination physique brutale et démonstrative servirait simplement de réparation pour la « trahison » commise et d’exemple pour l’avenir. Pourtant, le parcours de M. Prigojine est le produit d’au moins quatre tendances systémiques au cœur des entrailles de la politique russe, qui affectent profondément la Russie et sur lesquelles le Kremlin a peu de prise.

La première est l’échec stratégique russe en Ukraine. La relative liberté de ton de certains médias et personnalités des milieux patriotiques russes, dont M. Prigojine est devenu une figure très appréciée, a été accordée car le Kremlin, sous la pression des revers militaires de septembre 2022, s’y est senti contraint. La mobilisation partielle, la nomination le mois suivant du général Sergueï Sourovikine à la tête de l’« opération militaire spéciale » et l’éviction du général Alexandre Lapine du district militaire central [l’une des principales régions militaires russes] ont eu le double avantage de stabiliser le front et de rasséréner les milieux patriotiques.

Mais ces concessions n’ont été qu’éphémères, en dépit des bonnes performances de Sergueï Sourovikine : Poutine a repris la main en janvier 2023, en le remplaçant par le chef de l’état-major général, Valeri Guerassimov, et en nommant Alexandre Lapine à la tête des forces terrestres. L’émergence « politique » de Prigojine et son coup de force (ou tentative de putsch ?) avorté ont été l’acmé et la conclusion temporaire de cette séquence déstabilisante. D’autres revers militaires pourraient la rouvrir.

Ensuite, Evgueni Prigojine et le Groupe Wagner incarnent le fonctionnement du régime poutinien. Ils reflètent la structure même du régime personnel du président russe, dont la consolidation est rapidement entrée en contradiction avec le processus de renforcement de l’Etat au début des années 2000. Vladimir Poutine, par manque de confiance envers l’Etat et le secteur privé, a contribué à créer une zone grise où de nombreuses structures parallèles, ni étatiques ni privées, ont pullulé.

La police victime expiatoire de la justice ?

La police victime expiatoire de la justice ?


Les prises de position d’une partie de la police contre des décisions de justice nourrissent l’idée d’une institution partiale, aveugle aux difficiles conditions de travail des agents, et donc moins crédible, considère l’avocat au barreau de Paris Vincent Brengarth dans une tribune au « Monde ».

En juin 2020, des policiers manifestaient leur mécontentement contre la suppression de la clé d’étranglement, en jetant symboliquement brassards et menottes au sol. Cette pression sur le pouvoir politique a sans conteste contribué à l’affaiblissement et au départ de Christophe Castaner, alors ministre de l’intérieur. En mai 2021, des policiers municipaux de Nice jetaient également leurs menottes, cette fois pour contester la décision du Conseil constitutionnel censurant notamment l’ex-article 24 de la loi « sécurité globale » qui pénalisait la diffusion malveillante de leur image.

Le 27 juin 2023, les syndicats Alliance et UNSA-police réagissaient dans un communiqué au placement en détention provisoire de l’auteur du tir mortel sur Nahel M. à Nanterre, en soutenant : « Les policiers sont au combat car nous sommes en guerre. Demain nous serons en résistance et le gouvernement devra en prendre conscience. » Certains termes évoquent la tribune signée par vingt généraux le 21 avril 2021 dans Valeurs actuelles, mettant en garde le pouvoir exécutif contre un « délitement » et agitant le spectre d’une « guerre civile ». Florence Parly, alors ministre des armées, avait rapidement demandé des sanctions contre les signataires.

Dimanche 23 juillet, Frédéric Veaux, directeur général de la police nationale, a déclaré au Parisien, avant d’être soutenu par Laurent Nunez, préfet de police de Paris : « De façon générale, je considère qu’avant un éventuel procès, un policier n’a pas sa place en prison. » Emmanuel Macron n’a pas commenté ces propos lors de son interview le 24 juillet, se bornant à affirmer que « nul en République n’est au-dessus de la loi », malgré son rôle de garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire, selon l’article 64 de la Constitution.

Ces différentes prises de position d’une partie de la police contre des décisions de justice ne sont aucunement anecdotiques. Au contraire, elles témoignent de l’exercice d’une contrainte morale aussi bien sur l’appareil judiciaire que sur le pouvoir politique. Et nourrissent l’idée, en particulier lorsqu’elles interviennent en soutien de fonctionnaires mis en cause, d’une justice partiale, aveugle de la réalité des conditions de travail difficiles des fonctionnaires de police. Les policiers mis en cause ne sont pourtant pas les victimes expiatoires du système judiciaire. Ils ne doivent bénéficier d’aucun passe-droit, même si, dans le même temps, la société doit leur offrir les conditions d’exercer normalement leurs

Transition écologique victime de l’hyperfinanciarisation

Transition écologique victime de l’hyperfinanciarisation

Par
Jézabel Couppey-Soubeyran

Maîtresse de conférences d’économie à l’université Paris-I et conseillère scientifique à l’Institut Veblen

Banques, assurances et fonds d’investissement s’inquiètent du « risque de transition », c’est-à-dire de la perte de valeur des actifs liés à l’économie carbonée, observe l’économiste dans sa chronique au Monde.

Alors que l’on attend du secteur bancaire et financier qu’il soit le moteur de l’investissement vert, la masse énorme d’actifs qu’il porte constitue au contraire un frein majeur à la transition écologique. Car celle-ci fait en réalité peser un risque de lourdes pertes pour les acteurs de la finance mondiale. Les 486 600 milliards de dollars (447 988 milliards d’euros), selon le Conseil de stabilité financière, inscrits aux bilans des banques, des assurances, des fonds d’investissement, etc. – un chiffre qui a plus que doublé depuis la crise financière de 2007-2008 –, sont en effet en grande partie détenus sur des entreprises dont le modèle d’activité reste dépendant du pétrole, du gaz et des autres énergies fossiles, et préjudiciable au climat et à la biodiversité.

Les perspectives de profit sont donc inversement proportionnelles aux avancées de la transition écologique : tant que la transition n’avance pas ou peu, la valeur de ces actifs se maintient ; si, au contraire, elle accélère, ces actifs vaudront de moins en moins et deviendront des « actifs échoués » inscrits au bilan des institutions financières qui les détiennent.

Les études se multiplient sur ce qu’il est convenu d’appeler ce « risque de transition » et sur les actifs échoués qui pourraient en résulter. La vulnérabilité du système financier à cet égard est certes hétérogène selon les pays, les régions, les secteurs, les entreprises et les individus concernés, car les pertes potentielles sont, par définition, largement concentrées sur les plus aisés. Mais ces pertes n’en seraient pas moins à la hauteur d’un choc financier comme celui de la crise de 2007-2008 (« Financial stability, stranded assets and the low-carbon transition – A critical review of the theoretical and applied literatures », Louis Daumas, Journal of Economic Surveys).

Banques centrales et superviseurs, qui entendent piloter le verdissement du système financier en mesurant les risques que le changement climatique fait peser sur la stabilité des marchés, se retrouvent ainsi coincés entre le marteau d’un risque physique croissant (les pertes liées aux dommages et destructions d’actifs dus au dérèglement climatique) et l’enclume du risque de transition (la dévalorisation des actifs au fil de la transition vers les objectifs climatiques), lui aussi croissant à mesure que l’inaction climatique obligera à une transition plus brutale.

A vouloir mettre en balance ces deux risques, les autorités financières se condamnent à de tout petits pas…

Jézabel Couppey-Soubeyran : « La transition écologique victime de l’hyperfinanciarisation

Jézabel Couppey-Soubeyran : « La transition écologique victime de l’hyperfinanciarisation

Par
Jézabel Couppey-Soubeyran

Maîtresse de conférences d’économie à l’université Paris-I et conseillère scientifique à l’Institut Veblen

Banques, assurances et fonds d’investissement s’inquiètent du « risque de transition », c’est-à-dire de la perte de valeur des actifs liés à l’économie carbonée, observe l’économiste dans sa chronique au Monde.

Alors que l’on attend du secteur bancaire et financier qu’il soit le moteur de l’investissement vert, la masse énorme d’actifs qu’il porte constitue au contraire un frein majeur à la transition écologique. Car celle-ci fait en réalité peser un risque de lourdes pertes pour les acteurs de la finance mondiale. Les 486 600 milliards de dollars (447 988 milliards d’euros), selon le Conseil de stabilité financière, inscrits aux bilans des banques, des assurances, des fonds d’investissement, etc. – un chiffre qui a plus que doublé depuis la crise financière de 2007-2008 –, sont en effet en grande partie détenus sur des entreprises dont le modèle d’activité reste dépendant du pétrole, du gaz et des autres énergies fossiles, et préjudiciable au climat et à la biodiversité.

Les perspectives de profit sont donc inversement proportionnelles aux avancées de la transition écologique : tant que la transition n’avance pas ou peu, la valeur de ces actifs se maintient ; si, au contraire, elle accélère, ces actifs vaudront de moins en moins et deviendront des « actifs échoués » inscrits au bilan des institutions financières qui les détiennent.

Les études se multiplient sur ce qu’il est convenu d’appeler ce « risque de transition » et sur les actifs échoués qui pourraient en résulter. La vulnérabilité du système financier à cet égard est certes hétérogène selon les pays, les régions, les secteurs, les entreprises et les individus concernés, car les pertes potentielles sont, par définition, largement concentrées sur les plus aisés. Mais ces pertes n’en seraient pas moins à la hauteur d’un choc financier comme celui de la crise de 2007-2008 (« Financial stability, stranded assets and the low-carbon transition – A critical review of the theoretical and applied literatures », Louis Daumas, Journal of Economic Surveys).

Banques centrales et superviseurs, qui entendent piloter le verdissement du système financier en mesurant les risques que le changement climatique fait peser sur la stabilité des marchés, se retrouvent ainsi coincés entre le marteau d’un risque physique croissant (les pertes liées aux dommages et destructions d’actifs dus au dérèglement climatique) et l’enclume du risque de transition (la dévalorisation des actifs au fil de la transition vers les objectifs climatiques), lui aussi croissant à mesure que l’inaction climatique obligera à une transition plus brutale.

A vouloir mettre en balance ces deux risques, les autorités financières se condamnent à de tout petits pas…

Sarkozy : victime de la justice !!!

Sarkozy :victime de la justice !!!

Une nouvelle fois Sarkozy ,dit aussi Monsieur Bismuth quand il utilise une ligne téléphonique secrète, s’estime victime de la justice. De quoi quand même s’étonner car l’intéressé traîne de nombreuses gamelles depuis des années et des années. Actuellement il y a l’affaire des « écoutes Bismuth » mais d’autres procès aussi concernant en particulier le financement de la campagne électorale de Sarkozy par Kadhafi.


LE FIGARO. – Vous vous êtes pourvu en cassation mercredi, immédiatement après votre condamnation à trois ans de prison dont deux avec sursis par la cour d’appel dans l’affaire dite «des écoutes Bismuth». Comment réagissez-vous à cette sentence?

Nicolas SARKOZY. – Hélas, je ne suis pas surpris. J’ai tout de suite su qu’il s’agirait d’un combat de longue haleine pour faire triompher, non pas seulement ma cause, mais les principes essentiels de notre démocratie, qui ont été foulés aux pieds: la confidentialité des conversations entre un avocat et son client ; la réalité d’une preuve ou de l’absence de preuve ; le doute qui doit, en toutes circonstances, profiter à la défense et non à l’accusation ; le droit à une justice impartiale qui se prononcerait sur ce que j’ai fait ou pas fait, et non pas sur ce que je suis… Ainsi, j’observe simplement des faits.!!!


Une affaire déjà vieille de 15 ans et vaut à Monsieur Bismuth, le faux nom de Sarkozy une peine de prison. L’affaire est loin d’être terminée puisque l’ancien président fait appel à la Cour de cassation. Nicolas Sarkozy, a été condamné en appel à trois ans de prison, dont un an ferme, une première dans l’histoire de la République et pour un ancien chef de l’Etat. Une condamnation en appel pour « corruption et trafic d’influence » qui intervient dans l’affaire des « écoutes ». Cette décision vient confirmer le jugement de première instance en 2021.

L’ancien président de 68 ans a été condamné aux côtés de son avocat historique Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert, eux aussi, reconnus coupables d’avoir noué un « pacte de corruption » avec Nicolas Sarkozy en 2014 et condamnés à la même peine. L’ex-président a été en outre condamné à une privation de ses droits civiques pendant trois ans, ce qui le rend inéligible, tout comme Gilbert Azibert. Me Herzog s’est vu, lui, infliger une interdiction d’exercer sa profession d’avocat pour une durée de trois ans également.

Le récent jugement est en lien avec une autre affaire toujours en cours celle du financement de la campagne de Sarkozy par Kadhafi. Fin 2013, les juges d’instruction chargés de l’enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de 2007 décident de brancher les deux lignes de Nicolas Sarkozy. Celui qui a occupé les fonctions de président de la République de 2007 à 2012 est soupçonné d’avoir réceptionné plusieurs millions d’euros entre 2006 et 2007 par l’intermédiaire du Franco-libanais Ziad Takieddine pour financer sa campagne. Nicolas Sarkozy était alors ministre de l’Intérieur. Une information judiciaire a été ouverte le 19 avril 2013 et c’est dans ce cadre que les juges Serge Tournaire et René Grouman décident de le mettre sur écoute.

Lors de ces écoutes, les juges découvrent des éléments compromettants concernant une autre affaire. Ils découvrent, en effet, l’existence d’une troisième ligne téléphonique, officieuse et achetée le 11 janvier 2014 sous l’identité de « Paul Bismuth », une connaissance de lycée de Me Herzog. Elle est, d’ailleurs, uniquement dédiée aux échanges entre les deux hommes. Et on découvrn alors que les lignes secrètes visent notamment à entretenir des liens avec un haut magistrat qui donne des in formations sur les dossiers et les gamelles de Sarkozy.

FOOT-Corinne Diacre écartée de l’équipe de France : victime d’un complot ?

FOOT-Corinne Diacre écartée de l’équipe de France : victime d’un complot ?

Claude Michy, Ex dirigeant de Clermont-Ferrand, estime sur franceinfo que la désormais ancienne sélectionneuse de l’équipe de France féminine de football est une « victime ».

Reconnaissez-vous la Corinne Diacre à qui vous avez fait confiance, dans les critiques dont elle fait l’objet ces derniers mois ?

Claude Michy : Je pense que les critiques viennent de beaucoup de gens qui ne la connaissent pas. Ça, c’est le premier point. On est un peu dans un mode de lynchage médiatique, puisqu’elle n’a pas été la seule dans ce domaine-là. Et ensuite, c’est un peu lamentable de ne pas respecter les gens pour leur travail et leur professionnalisme. Tout ça est très bien organisé par Jean-Michel Aulas, que je connais depuis très longtemps, pour qui j’ai beaucoup de respect, qui est un grand monsieur du football, mais qui n’a jamais aimé Corinne Diacre. Il lui avait demandé de venir à l’Olympique lyonnais pour son équipe féminine, quand elle était au Clermont Foot, et elle n’a pas donné suite. Il n’a jamais accroché avec elle.

Pour vous, c’est lui qui est derrière tout ça uniquement ?

Bien sûr. Il part souvent de l’intérêt général pour arriver à des intérêts particuliers. Il faut aussi respecter les choix des dirigeants du football. Mais à un moment, je trouve que la notion humaine du sujet a été oubliée. Elle ne mérite pas la façon dont elle a été traitée, parce que c’est une grande professionnelle. C’est quelqu’un que je connais bien, quelqu’un d’agréable. On lui reproche sa communication.

Mais pouvait-elle se maintenir, alors que le lien était rompu avec les joueuses ?

Tout ça a été assez bien organisé et elle a été victime de cette chose-là. Quand une joueuse d’un club s’exprime et qu’elle est de l’Olympique lyonnais [Wendie Renard], ce n’est pas un phénomène de hasard. J’ai beaucoup de respect pour les joueuses aussi, parce qu’elles font leur job, elles ne l’ont peut-être pas fait tous les jours comme il fallait, la coach peut-être non plus. Mais à partir du moment où il y a une vindicte qui s’installe, il est difficile pour les dirigeants, dans la situation délicate de la Fédération française de football, de prendre une décision contraire à la vox populi.

Pour vous, Corinne Diacre n’a aucun tort dans cette affaire ?

Je pense qu’elle a bien fait son travail. C’est une vraie professionnelle, qui a travaillé énormément depuis sa jeunesse. C’est quelqu’un qui a travaillé en usine, qui s’est faite, qui a grandi, qui est venue chez nous alors qu’elle a été critiquée au début de son mandat. Il y a des joueurs qui n’acceptaient pas d’être entraînés par une femme. Ces joueurs sont partis et moi, j’ai conservé Corinne Diacre parce que je pensais que c’était elle qui était dans le bon sens de la marche. Elle a maintenu le club, elle l’a fait grandir, elle a fait venir Pascal Gastien qui est aujourd’hui l’entraîneur du club. Il était le directeur du centre de formation et lui aussi est extrêmement choqué de la façon dont a été traitée Corinne Diacre. Alors je suis peut-être excessif, mais je suis tellement déçu de voir le comportement d’un milieu que je connais, puisque j’ai passé quelques années à l’intérieur.


Vous avez pu en parler avec elle ? Corinne Diacre est aussi déçue et en colère que vous ?

Je parle avec elle très souvent. Quand quelqu’un donne tout son temps pour que son équipe réussisse, pour porter les couleurs de la France au meilleur niveau, et que du jour au lendemain, on lui dit : « Bon bah, à bientôt, au revoir »… Vous imaginez le choc ! C’est une part de vie et une part d’engagement. Elle va avoir besoin de digérer cette mauvaise nouvelle, mais elle rebondira.

Croissance mondiale 2023: Victime de la crise chinoise (FMI)

Croissance mondiale 2023: Victime de la crise chinoise (FMI)

Lors de la publication de son rapport en octobre sur les prévisions économiques mondiales (WEO), le Fonds monétaire international (FMI) avait anticipé une croissance de 2,7% pour 2023, en soulignant qu’il existait 25% de chance de la voir passer sous la barre des 2%. Une perspective qui pourrait bien se confirmer avec l’écroulement de la croissance chinoise liée à l’extraordinaire crise sanitaire liée au Covid.

« Lorsque l’on regarde les récents indicateurs, nous nous inquiétons de voir cette probabilité augmenter, du fait du ralentissement simultané aux États-Unis, en Europe et en Chine », a déclaré Mme Georgieva lors d’une intervention en ligne dans le cadre du forum Reuters Next.

Le Fonds doit mettre à jour en janvier ses prévisions pour 2023, mais la situation économique « s’est récemment assombrie, sur la base de ce que nous voyons tant concernant le sentiment des consommateur que des investisseurs », a ajouté la patronne du FMI.

Une croissance mondiale inférieure à 2% serait une première depuis 2009 (-1,3%), si l’on excepte les conséquences de la pandémie en 2020, année où le PIB mondial a reculé de 3,3%.

Or le contexte mondial n’est toujours pas positif, a rappelé Mme Georgieva, notamment du fait de l’impact de la guerre en Ukraine sur l’économie européenne, mais également des effets de la politique « zéro Covid » de la Chine.

« Nous envisageons cette année une croissance chinoise à 3,2%, soit équivalente à la croissance mondiale. Ce n’est jamais arrivé au cours des 40 dernières années de voir la Chine au même niveau que la croissance mondiale. Jusqu’ici, 35% à 40% de la croissance mondiale dépendait de la croissance chinoise, mais ce n’est pas le cas cette année, et ce ne sera pas le cas l’année prochaine », a insisté Kristalina Georgieva.

Selon Kristalina Georgieva,, « pour la première fois en 40 ans, la croissance de la Chine en 2022 sera probablement égale ou inférieure à la croissance mondiale ».

Par ailleurs, la flambée épidémique attendue dans les mois à venir risque d’affecter davantage l’économie chinoise cette année et de freiner la croissance régionale et mondiale, a-t-elle ajouté.

« Pourquoi ? Parce que les trois principales économies – les États-Unis, l’Union européenne et la Chine – ralentissent toutes simultanément », a-t-elle précisé.

Le FMI a abaissé en octobre sa prévision de croissance mondiale 2023 pour intégrer les tensions liées à la guerre en Ukraine, à l’inflation et à la remontée des taux d’intérêt, en soulignant que la situation pourrait nettement se dégrader.

La croissance du Royaume-Uni victime du Brexit

La croissance du Royaume-Uni victime du Brexit

Les Britanniques découvrent un peu tard les conséquences malheureuses du Brexit sur l’activité économique. Le Royaume-Uni enregistre les plus mauvais chiffres de l’OCDE. Une conséquence notamment du brexit puisque le Royaume-Uni commerçait précédemment en majorité avec l’Europe. Le pays est victime bien évidemment de la crise internationale générale notamment énergétique. L’envolée des prix du gaz en particulier va tuer le pouvoir d’achat des ménages. Preuve supplémentaire de la dégringolade britannique, la bourse de Paris est passée devant la bourse de Londres ; tout un symbole !

Pour l »OCDE la croissance du Royaume-Uni devrait dégringoler à 0,4% en 2023, et à 0,2% en 2024.

.La Banque d’Angleterre est encore plus pessimiste et s’attend à une contraction de 1,5% l’an prochain, suivie d’une autre de 1% en 2024.
Une pénurie de main d’oeuvre
Si le Royaume-Uni est moins dépendant que d’autres pays des interruptions d’approvisionnement en hydrocarbures russes, son mix énergétique repose néanmoins fortement sur le gaz, dont les cours ont été démultipliés sur un an.

De plus en plus de chefs d’entreprises, comme ceux du géant britannique de l’habillement Next ou de l’aéroport de Manchester, critiquent l’impact de la sortie de l’Union européenne sur l’immigration et donc sur le marché du travail.

Le patron de la Confédération de l’industrie britannique (CBI), la principale organisation patronale, a demandé au gouvernement d’assouplir les règles migratoires pour pouvoir accueillir plus de travailleurs étrangers, assurant qu’il n’y avait pas assez de bras dans le pays pour répondre aux besoins.
L’inflation dépasse actuellement 11% au Royaume-Uni et devrait reculer graduellement pour retomber à 2,7% fin 2024, projette l’OCDE.

Au sein du G7, l’Allemagne devrait enregistrer une croissance de 1,8% cette année puis une contraction de 0,3% l’an prochain, presque aussi forte qu’outre-Manche, avant un rebond de 1,5% en 2024, selon l’OCDE.
Les Etats-Unis devraient connaître par comparaison une croissance de 1,8% cette année puis 0,5% l’an prochain et 1,0% en 2024.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol