Archive pour le Tag 'viande cheval'

Scandale viande Cheval: Le Foll critique les Pays-Bas

.

Scandale viande Cheval: Le Foll critique les Pays-Bas

 

La France n’a toujours pas de nouvelles de l’enquête menée aux Pays-Bas sur le courtier mis en cause dans le scandale de la viande de cheval et la nouvelle affaire du mouton prohibé, a déclaré aujourd’hui le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. « On va harceler les Pays-Bas pour comprendre pourquoi on n’a toujours rien de leur part. Avec les Britanniques, on travaille dans la transparence depuis le début de cette affaire. Mais par rapport aux Pays-Bas et au rôle de Jan Fasen (patron de Draap Trading, ndlr), il y a un vrai souci », a-t-il expliqué. Et le ministre de dénoncer le « système commercial » d’un trader « peu scrupuleux » qui « achète partout où il peut de la viande pas chère » en dépit des règles.  Après le scandale de la viande de cheval, une affaire de fraude touchant à la consommation, mais aussi cette fois à la santé publique, a vu le jour hier avec la découverte, dans la même entreprise française Spanghero, de 57 tonnes de viande de mouton prohibée car découpée mécaniquement selon une technique interdite dans l’Union européenne, provenant de Grande-Bretagne. Et c’est le même courtier, Draap Trading, basé à Chypre, propriété du néerlandais Jan Fasen, qui a facturé à l’entreprise française la marchandise censée servir à la fabrication de merguez ou de charcuterie. Depuis la vache folle, l’UE interdit par précaution de séparer mécaniquement la viande sur certains ruminants, car des éclats d’os et de moelle porteurs éventuellement d’infections peuvent se retrouver dans la viande.

Surgelés : doute des consommateurs

Surgelés : doute des consommateurs

 

Après  scandale de la viande chevaline le doute installe chez les consommateurs en ce qui concerne le surgelé. . Dix jours après le retrait des lasagnes bolognaises, moussakas, chili con carne et autres hachis Parmentier fournis par Comigel, c’est l’ensemble des ventes de surgelés qui semble pâtir de cette affaire. Chez l’un des principaux distributeurs français, les ventes de surgelés ont ainsi reculé de 6,4 % la semaine dernière. Même constat chez l’enseigne de hard discount Lidl qui observe déjà une «légère baisse» des ventes du rayon. «Nous avons noté une baisse des ventes de 5 % des surgelés salés la semaine dernière, ce qui est une anomalie, observe le responsable de cet hypermarché Leclerc de l’Ouest. Les clients, qui cuisinent plus à la maison, se sont reportés sur les produits frais.» «Les produits surgelés sont les dommages collatéraux de ce scandale, dans une tendance qui était déjà mauvaise en grandes et moyennes surfaces pour les plats cuisinés», explique ainsi le porte-parole d’une enseigne. L’an passé, dans un marché des surgelés salés en légère progression (+ 1,3 %), les ventes de plats cuisinés surgelés à base de pâtes et de viandes avaient déjà perdu 3 %. «Cela fait plusieurs années que les grandes surfaces ont tendance à perdre du terrain en surgelés, commente Jacques Dupré, directeur Insight chez SymphonyIRI, qui analyse les sorties de caisses en hypermarchés. Les transferts se sont faits au profit des rayons frais et traiteur des enseignes mais aussi des circuits spécialisés, du type Picard.» Si l’heure n’est pas encore à la psychose dans les magasins, les consommateurs français font bien preuve de méfiance. Ils ont rayé de leur liste de courses certains produits transformés surgelés, mais ils ne sont pas prêts pour autant à déserter le rayon. «Ils sont surinformés, donc ils ont bien conscience qu’il s’agit d’une escroquerie et non d’une crise sanitaire», explique le responsable d’un magasin Carrefour du sud de la France. «L’origine roumaine de la viande les inquiète davantage, de façon générale, que le fait qu’il s’agisse de la viande de cheval», renchérit un autre patron de magasin, qui rappelle que des notes d’informations sur les retraits de produits figurent sur les bacs de surgelés. Cela ne les empêche pas de poser de nombreuses questions aux responsables des rayons. Ni de rapporter des produits achetés ces derniers mois. «Même si les habitudes alimentaires des Français sont extrêmement stables dans le temps, il est vraisemblable qu’en cas de baisse de la consommation, il sera difficile aux industriels comme aux distributeurs de revenir en arrière et de retrouver le niveau de ventes initial», estime un spécialiste de l’agroalimentaire. Y aura-t-il des vainqueurs dans cette crise? Certains font le pari que le changement d’état d’esprit des consommateurs leur bénéficiera. C’est le cas des fabricants locaux – à l’image du Petit Producteur qui affiche la photo des agriculteurs sur ses fruits, légumes et autres yaourts -, de produits d’origine contrôlée et de l’ensemble de la filière bio. «Nous sentons un regain d’intérêt dans nos magasins, constate Gilles Piquet-Pellorce, directeur général de Biocoop, premier distributeur de produits bio en France avec 340 magasins et 535 millions d’euros de chiffre d’affaires. Cela s’est traduit par une augmentation de nos ventes de 5 % à 10 %. Les circuits courts de la filière bio prennent tout leur sens. Les consommateurs comprennent mieux certains écarts de prix.» La fréquentation du rayon frais de Biocoop a ainsi nettement augmenté ces dix derniers jours. «Ce genre de crise alimentaire va encore accentuer la tendance des gens à consommer de façon plus responsable», conclut le distributeur. Une bonne nouvelle pour la filière bio dont le rythme de croissance (+ 5 % en 2012) a décéléré avec la crise.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol