Archive pour le Tag '« vérité »'

« Relativisme et vérité scientifique »

« Relativisme et vérité scientifique »

 

On ne demande pas à la science d’établir une vérité absolue mais de faire une distinction entre les interprétations hâtives, les fausses certitudes et les faits réels, explique, dans une tribune au « Monde », le professeur Edgardo D. Carosella, immunologiste à l’hôpital Saint-Louis (Paris).

 

Tribune.
Depuis que l’état de pandémie a été établi, nous observons dans la plupart des pays un déversement d’informations à travers tous les moyens de communication. Comment discerner le vrai du faux face à une nouvelle maladie dont nous ignorons presque tout ? Celà nous amène à nous interroger sur l’existence de la vérité scientifique. Définir la vérité est un exercice périlleux auquel, depuis Aristote, de nombreux philosophes se sont attelés, car nous y avons assidûment recours et lui accordons une grande importance. 

Néanmoins, selon les théories sur la vérité, particulièrement celles de la correspondance, de la cohérence, du pragmatisme et du consensus, la vérité émerge principalement de la communication et de ses échanges. Celà implique un langage ordonné et structuré non seulement dans sa construction mais aussi par le choix des mots qui doivent exprimer le plus fidèlement possible la réalité, évitant toute simplification tendancieuse, séductrice, idéologique, opérée à travers des phrases préconçues dont le seul objectif est d’avoir le dernier mot.

 

Vérités et contrevérités sont souvent liées. En effet, plus le retentissement de l’information est grand, plus la tentation de s’éloigner de la réalité augmente. Lorsque cette distorsion de la réalité atteint la sphère politique, elle peut influencer ses positions et décisions, mettant ainsi les individus à l’écart de la vérité. Si l’information engendre l’angoisse, la méfiance s’installe et rend l’individu sceptique, le renfermant sur lui-même. Celà restreint encore sa liberté ; pourtant c’est la vérité qui rend l’individu libre. Dans ces conditions, comment discerner le vrai du faux ?

Le principe de cohérence n’accepte pas la contradiction

En science, est considéré comme vrai ce qui est démontrable, vérifiable et reproductible par soi-même et les autres. Néanmoins, en utilisant les mêmes méthodes et outils, l’erreur devient reproductible et s’intègre ainsi à la vérité. Dans ce cas, où sont les limites entre erreur et vérité ? D’autant que parfois, l’erreur est une vérité inattendue. Le relativisme présent dans tous les domaines de la conscience existe aussi dans la vérité scientifique.

Précurseur du relativisme scientifique, l’économiste et sociologue Max Weber (1864-1920) soutient qu’en science, plus important que le principe de vérité est celui de la cohérence qui engage les chercheurs à s’en tenir strictement aux conclusions issues des résultats de leur expérimentation. C’est une mise en perspective du réel qui écarte toute opinion personnelle. Paradoxalement, le principe de cohérence n’accepte pas la moindre contradiction, pourtant la vérité scientifique émerge des échanges contradictoires et des incertitudes.

Une crise épistémologique de la vérité

Une crise épistémologique de la vérité

Par Hervé Brusini, Président du Prix Albert Londres, ancien rédacteur-en-chef de France Télévisions. 

 

(Tribune sur France Info)

 

Vous savez ce que l’on dit à propos de ces temps de Covid ? Nous serions actuellement sur pause; et demain, avec le retour à la vie normale, tout pourrait redémarrer comme avant. Cette vision hypothétique ne s’appliquera certainement pas au journalisme, en tout cas pas à l’information produite aux États-Unis. Là-bas, les débats sont vifs, aigus, violents. Ils touchent aux fondements de l’exercice éditorial ainsi qu’aux dirigeants des médias d’information.

Et ce grand chamboulement, ces coups de boutoir, nous concernent évidemment.

Certes les spécificités du monde journalistique américain interviennent dans un puissant remue-ménage politique, en particulier autour de l’importance accordée aux pages opinions versus celles consacrées aux informations. Mais les thèmes évoqués outre-Atlantique nous sont familiers :

  • « Diversité » – la préoccupation qui taraude notre société -,
  • « Neutralité » – l’exposé des points de vue à parité, en somme notre fameux pour/contre qui structure si souvent l’exposé journalistique,
  • « Objectivité » – ce vieux mot que l’on n’utilise plus vraiment en France, mais qui demeure sous-jacent.

A Washington ou New-York, tout cela est remis en question, interrogé, banni aux yeux de certains, et ils sont nombreux.

D’ailleurs, comme en écho, le 8 février dernier sur France Inter, Barack Obama confiait à Augustin Trapenard : « Aujourd’hui, il y a un millier de plateformes, vous avez tout l’Internet et il n’y a plus de règles convenues sur ce qui est vrai et faux »… »J’ai appelé ça une crise épistémologique, une foire d’empoigne. Et donc vous avez pu voir un président, Donald Trump, qui n’a pas été inquiété pour avoir menti tout le temps. Et ça c’est, je pense, le plus grand danger actuel pour la démocratie. « Une crise épistémologique ! », excusez du peu.

Et le discours de l’ex-président de sonner comme un appel à un monde éditorial, avec punition du mensonge, établissement de règles pour produire et diffuser du vrai…  Très vaste programme, non ? En ce moment, là-bas, on parle même d’établir les conditions d’une « clarté morale », indispensable au journalisme.

 

Un grand débat s’est donc ouvert dans le monde politico-médiatique américain, au plus haut niveau. Chaque jour apporte donc son lot de points de vue qui s’affrontent, d’invitations au statu quo, ou d’incitations au changement.

Ainsi, celui de Dan Froomkin intitulé « Ce que sera la prochaine génération des éditorialistes-reporters ». Froomkin est l’éditeur du site indépendant Press Watch. Dans son papier, il égrène avec un certain appétit, la liste des grands patrons qui cèdent en ce moment leur place à la tête de rédactions prestigieuses qu’influentes : celles du Washington Post, du Los Angeles Times, et même du New York Times.

Davantage encore dans la tourmente, James Benett, chargé des pages débats du NYT, a dû quitter le navire après avoir publié le 3 juin, la tribune incendiaire d’un sénateur de l’Arkansas. L’homme politique appelait à « envoyer la troupe » en pleine manifestation après la mort de George Floyd, victime avérée de la violence d’un policier blanc. Bennet confessa qu’il n’avait pas lu cette tribune avant parution. Révolte des lecteurs, comme d’une bonne partie des journalistes.

« Un rédacteur en chef du Philadelphia Inquirer a dû (également) démissionné pour avoir titré face aux manifestations et aux dégâts : Les bâtiments, c’est important aussi. (Buildings Matter Too) détournement du slogan ‘ Black lives Matter ‘ », a raconté récemment Le Monde.

 

Froomkin de prédire « Un moment épique… Une nouvelle génération de leaders arrive ! ».

On l’aura compris, il fait partie des tenants d’un profond changement.

Selon lui, le renouvellement éditorial du pays, s’annonce donc par la mise au rencard des sexagénaires et plus. Comme un symptôme. Mais le plus important est là : « (Les nouveaux arrivants) ont devant eux, prévient-il, de nombreux et urgents travaux de réparation ».

De quoi s’agit-il exactement ? Des chantiers de l’information à reconstruire, ceux de l’après Trump, évidemment.

Vu de Paris, on a du mal à envisager combien quatre années de présidence à coups de tweets mensongers quotidiens, d’insultes sans cesse renouvelées à l’encontre de médias qualifiés de fake news, ont pu secouer, éprouver, mettre à mal le monde de l’information US. D’autant plus, lorsque tout cela se termine un assaut sur le Capitole.

De fait, « des révoltés de la vérité » ont comme provoqué un court-circuit. Les fondamentaux de la presse sont pointés. La crise épistémologique évoquée par Obama, provoque des fissures, voire des canyons culturels, politiques, sociaux… et médiatiques. La production de l’information est au cœur de ce séisme. Événement notable, c’est une femme qui vient de prendre les rênes des pages débats du NYT. Kathleen Kingsburry, affirme vouloir « réinventer le journalisme d’opinion », tout faire pour prévenir les accidents éditoriaux. La cellule de vérification des faits, qui travaille avec le secteur opinion, a été renforcé à sa demande. Mais une grande question demeure, tout cela est-il suffisant ?

Après Press Watch, la lettre Persuasion apporte elle aussi sa contribution. Elle fait d’ailleurs de la force de conviction sa marque de fabrique. C’est Lionel Barber qui prend la plume. Ancien éditeur du prestigieux Financial Times, Barber intitule son intervention : « Trump et la vérité ». Il propose une autre vision des choses mais sur les mêmes thématiques. Lui aussi évoque le triptyque « diversité, neutralité, objectivité ». Pour autant, ses recommandations sont fort différentes.

Il ne s’inscrit pas dans le divorce avec la période précédente. Les premières lignes de son exposé donnent la tonalité : « Face à un président malhonnête, les journalistes ont recherché «la clarté morale ». Entendez, ils ont tenté de maintenir le statu quo, coûte que coûte. Camper sur les valeurs sûres éprouvées par l’histoire en quelque sorte. Pour Froomkin, c’est au contraire dans la rupture que le journalisme renouvelé, trouvera une clarté morale. Il n’hésite pas à rédiger comme un vade-mecum à l’attention des nouvelles générations. Il est à l’offensive, même si lui aussi se recommande du patrimoine historique du pays :

« Enracinez tout ce que vous faites dans les principes moraux et journalistiques de base comme le fair-play, la liberté d’expression, la vérité… vous pourriez appeler cela « clarté morale ».

L’expression constitue donc presqu’une aspiration commune. Mais sa définition peut varier du tout au tout, on va le voir. Elle parcourt en tout cas, l’actuel débat aux États-Unis. On l’imagine mal émerger dans une discussion française sur l’information. La crise de confiance que nous traversons n’emprunte pas ces mêmes voies qui évoquent comme une exigence spirituelle, une sorte de mise au clair avec soi-même. A croire qu’après l’ère Trump, les médias américains envisagent leur examen de conscience, seule issue possible à leurs yeux.

 

« La blancheur » des rédactions est ainsi évoquée au titre des principaux griefs. Dan Froomkin n’hésite pas à se faire procureur d’un procès en place médiatique, un procès qui polarise largement le pays.

« Sur la blancheur, parlons donc de la diversité économique et raciale… Je regarde notre profession, et je n’en vois pas grand-chose, accuse le journaliste. Avec le temps cela doit changer. Et cela changera, mais pas du jour au lendemain. Ce que nous devons faire en attendant c’est reconnaître les effets de cette situation. A savoir, que nous opérons depuis longtemps dans une atmosphère de blancheur institutionnelle où la blancheur et les valeurs blanches sont considérées comme la norme. Cela a corrompu ce que la génération précédente a appelé un journalisme objectif…Dans ce métier, nous écrivons et rapportons, par défaut, dans une position de blancheur. Nos sources sont trop souvent blanches et masculines. Nos lecteurs présumés – ceux que nous craignons d’offenser -sont blancs, aisés et centristes. On considère trop souvent la blancheur comme neutre. »

Dans un éditorial retentissant publié par le NYT le 23 juin 2020, le journaliste lauréat du Pulitzer, Wesley Lowery avait eu des mots bien plus durs encore pour dénoncer la blancheur éditoriale. « L’industrie du journalisme a apparemment atteint un point de rupture… Cela fait plus de 50 ans que les premiers journalistes noirs sont apparus dans les rédactions américaines traditionnelles… »

Et ils ont fait de « maigres demandes » raconte Lowery. Elles concernaient l’embauche, le salaire, l’accès à la hiérarchie, dit-il en substance.

« Ce qui est différent maintenant, c’est que les éditeurs ne détiennent plus le monopole du pouvoir d’édition, affirme Lowery. L’accès aux plateformes de médias sociaux nous permet de parler directement au public ».  

Et d’ajouter que si les salles de rédaction connaissent aujourd’hui un tumulte puissant, c’est parce qu’elles s’emploient à ce « refus laborieux de s’intégrer racialement ».

Les mots sonnent ici avec un réalisme brutal, comme un défi lancé à une société en plein tourment. Les explications, le contexte de ces discours sont connues : le mouvement Black Lives Matter et les violences policières qui l’ont engendré, le soutien, au moins tacite, apporté par l’ex président aux suprémacistes blancs, pour ne parler que des événements les plus récents. On le sait, la pauvreté, l’absence de perspective d’évolution sociale, l’isolement, contribuent depuis bien longtemps à cette pérennité des tensions raciales aux USA.

Le modèle républicain français, lui, est bien différent. Pour autant cette « blancheur médiatique » a souvent été pointée, dénoncée chez nous. Elle l’est encore. La question de la représentation sur nos écrans, se pose avec force depuis plusieurs années. Invisibles, gilets jaunes, les tenants de l’acte d’accusation d’un élitisme médiatiques sont bien connus.

Outre-Atlantique la question se focalise sur la diversité. Après avoir constaté les manquements grave du système, l’homme de Press Watch préconise son remède : « la blancheur ne doit plus être insignifiante dans les salles de rédactions. Elle doit être soulignée, étudiée et remise en question. Les voix non blanches doivent être élevées, et valorisées. »

Ses recommandations deviennent des exhortations concrètes tant à ses yeux la situation est grave. « Faites un projet de diversification de vos sources. Remettez en question vos angles morts…Reconnaissez le racisme, dénoncez-le ».   

L’ancien éditeur du FT, Barber, partage quant à lui, cette même préoccupation. Il reconnaît volontiers que Black Lives Matter et #MeToo obligent les chefs à prêter plus d’attention aux articles des reporters. Mais attention, avertit Barber, cette exigence pourrait conduire à « l’intolérance, à la censure de la part de ceux qui « veulent un changement de paradigme ».

Et d’ajouter : « Les rédacteurs en chef, les commentateurs et même certains journalistes pourraient être pris pour cibles par des militants extérieurs, mais aussi par leurs propres collègues… Bien que le désir de clarté morale de l’ère Trump ait été compréhensible, la poussée vers un journalisme plus activiste risque de polariser davantage les gens, de pousser tout le monde vers … l’abandon de l’impartialité »

 

 « Bothsidesism », tel est le mot bricolé pour résumer la question de la neutralité éditoriale aux États-Unis. Pas simple à traduire. Littéralement, le « deuxcôtisme » n’éclaire pas la chose pour un public français. On lui préfèrera l’équilibre, la parité des positions, bref l’exposé du pour et du contre qui structure si souvent nos productions journalistiques.

Mais le « bothsidesisme » est désormais un sujet hautement polémique aux USA.

Là encore D.Trump est partie prenante. Le drame de Charlotesville à la mi-aout 2017 ( Lors d’un rassemblement de suprémacistes blancs et d’une contre-manifestation de militants antiracistes, une jeune femme a trouvé la mort percutée par le véhicule d’un sympathisant nazi) fait un peu office d’acte fondateur, en tout cas provocateur. On se souvient des déclarations de Trump, s’évertuant à renvoyer dos à dos les acteurs de cette histoire. Jusqu’à affirmer qu’il y avait « des gens bien » dans les « deux » camps. Cette vision politique d’un « deuxcôtisme », un pour/contre, façon Trump fit scandale. Elle a ravivé un débat de fond qui agitait la presse américaine depuis quelques années déjà.

Au cœur des échanges, il y a ce que l’on appelle là-bas, « la fausse équivalence ». En novembre 2016, la journaliste Christiane Amanpour, en donnait déjà un exemple concret, lors d’une interview au Guardian : « Nous ne pouvons pas continuer avec le vieux paradigme (du pour/contre) à propos du réchauffement climatique, où 99,9% des preuves scientifiques empiriques sont mis à égalité avec la petite minorité de négationnistes.. »

C’est un peu ce que suggère B.Obama dans son interview récente sur FranceInter :« Je peux discuter avec n’importe qui dans une démocratie de la manière dont nous devrions aborder le changement climatique, mais je ne peux pas discuter avec quelqu’un qui dit que le changement climatique est un canular inventé par des écologistes radicaux ».

Ce credo d’un équilibre indispensable dans la présentation de deux camps, deux visions à propos d’une même question renvoie pour beaucoup à la structure politique du pays. Au royaume du libéralisme économique, Républicains et Démocrates se font face, l’équité journalistique se doit donc de respecter cette parité des points de vue.

Ce que confirme bien l’ancien éditeur du FT, Lionel Barber : « Ces questions vont au-delà de la pratique journalistique. Elles s’inscrivent au cœur de notre héritage libéral-démocratique, actuellement assiégé. L’échange rationnel et ouvert d’idées est un élément essentiel de ce patrimoine… L’expression de l’empathie, vient de l’esprit d’enquête qui prend racine dans la Grèce antique, le berceau de la démocratie. Ceux qui critiquent le « bothsidesism » dans le journalisme peuvent considérer que c’est une pratique moralement lâche, une complicité avec le mal. En fait, c’est tout le contraire. »

L’expérience de Barber en la matière est bien réelle. Il eut une rencontre avec Trump peu de temps après son élection. Dans un climat glacial, le président avait fini par lui dire : « Ça va, t’as perdu, j’ai gagné ! » « Brutalement, Trump avait recadré notre réunion, avoue Barber. Il en faisait un concours, un combat avec lui-même comme vainqueur désigné à l’avance. »

Barber ajoute que Trump a vanté ses 100 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, face à un « fake news » progressiste comme le journal de son visiteur, le Financial Times. Malgré tout cela, malgré tous ses confrères qui considéraient déjà le président comme un « fou, mauvais et dangereux », Barner affirme que « le bon journalisme exigeait que son interlocuteur fût traité équitablement » Quatre années plus tard, il maintient sa position. Et de rappeler que lui, le britannique, avait eu les mêmes scrupules lors des débats sur le Brexit. Quand bien même, à titre personnel, il était pro-européen.

Le New-York Times, le Post qui ont adopté le même principe se voient accuser « d’altérer la démocratie ». Pire, selon le dictionnaire Merriam Webster, cette attitude « déforme et accélère cette corrosion – tout cela au nom de la neutralité, rien de moins. »

Et Dan Froomkin, le rédacteur en chef de Press Watch, de renchérir en faisant spécifiquement référence au New York Times: « Si vous aviez demandé aux rédacteurs du NYT il y a cinq ans si les gens qui simplement nient les faits, se livrent à des théories du complot, diabolisent les immigrants, et si la lutte contre une société pluraliste devrait avoir un espace égal (ou plus qu’égal) dans leurs colonnes, ils auraient dit non… »

La crise médiatique est donc bien réelle outre-Atlantique. Et si l’ancien président Obama évoque à son sujet une crise épistémologique, c’est parce que la définition même de ce qu’est un fait n’est plus une évidenceCar cela ne l’a peut-être jamais été.

 

« Les nouvelles et la vérité, ne sont pas la même chose, elles doivent être clairement distinguées. Les nouvelles ont pour fonction de signaler un événement. Pour sa part, la vérité doit mettre en lumière les faits cachés, établir les relations existantes entre les uns et les autres, brosser un tableau de la réalité sur laquelle les hommes peuvent agir. »

C’est Walter Lippman qui s’exprime ainsi dans LE livre de référence du journalisme américain, « Public Opinion » publié en 1922 et jamais traduit en France. Éditorialiste, essayiste, penseur du politique, Lippmann dénonça en son temps les « false news » de ses confrères (à propos de la révolution bolchévique en particulier), leur sensationnalisme, les stéréotypes qui faussaient leur travail. Bref, il fut l’ardent avocat de l’objectivité, préconisant le détachement, seule posture selon lui, en mesure de garantir l’exigence de lumières en démocratie.

Voilà pour la statue du commandeur US dont le philosophe Bruno Latour, n’hésite pas à dire qu’il a la dimension d’un Machiavel de nos temps modernes. C’est précisément cet héritage qui se retrouve aujourd’hui placé au milieu du grand tiraillement éditorial. On le relit aujourd’hui, comme pour y puiser quelques réponses au désarroi actuel.

La colère perceptible chez Wesley Lowery à propos de la blancheur des rédactions, pourrait s’en revendiquer, au moins au démarrage de son raisonnement. « Aucun processus journalistique n’est objectif, tranche-t-il. Aucun journaliste n’est objectif à titre individuel, car aucun être humain ne l’est. » A ses yeux, rien n’est pire alors que « l’objectivité neutre » qui caractérise la grande majorité de quelques grands médias mainstream.

« Cette objectivité neutre trébuche sur elle-même pour trouver des moyens d’éviter de dire la vérité, raille le journaliste. L’objectivité neutre insiste sur le fait que nous utilisons des euphémismes maladroits comme « le tir impliquant un officier de police ». Alors que nous devrions dire, ajoute Lowery, « la police a tiré sur quelqu’un ».

Faisant allusion au mouvement de réprobation générale après la publication de l’appel à l’intervention de la troupe, proféré par un sénateur et publié dans le NYT, il assure que « les journalistes noirs, n’appellent pas à la fin du débat public, ou à la censure des opinions qu’ils n’aiment pas. Ils réagissent seulement au traitement particulièrement médiocre d’une affaire incroyable à un moment très sensible ».

Et de parler, lui aussi, de manque de clarté morale, de la part de « chefs qui n’ont pas assez réfléchi avant de mettre à disposition d’un élu une plateforme aussi influente que celle du NYT ».

Les critiques n’ont pas manqué après cet article. Ainsi, Lionel Barber, l’adepte du « bothsidesism ». Pour lui, cette attitude risque de conduire à « l’abandon de l’idée d’impartialité, sans parler de l’objectivité ». Il n’y aurait alors plus que contradictions, tensions.

Et voilà qu’il invoque l’histoire de l’objectivité, comme pour mieux démonter à quel point on doit la préserver, ou plutôt l’adapter. Selon lui, le concept vient certes des années 20, mais plus précisément d’un calcul commercial visant à maximiser les revenus publicitaires.  Il est au cœur de ce que l’on appelait autrefois, le « journalisme libéral » affirme Barber.

A cette époque de fusions et fermetures des journaux, dit-il, ceux qui ont survécu ont su sortir de la logique partisane des publications. Puis cette objectivité aurait été mise à mal, par des épisodes comme le Mc Carthisme où les journalistes américains ont compris qu’ils ne pouvaient plus être « de simples sténographes » de la parole des puissants…Ils devaient poursuit-il, « fournir un contexte et une analyse ». Avec le Viet-Nam, les reportages se sont teintés « d’un certain degré de jugement professionnel », analyse-t-il.

Mais beaucoup de journalistes ont continué à attaquer la neutralité et l’objectivité. Enfin, les théories postmodernistes universitaires qui remettent en cause l’idée même de vérité et surtout l’explosion du web et des réseaux sociaux, auraient en quelque sorte achevé le travail, conclut Barber qui plaide pour un statu quo simplement ravivé.

Parmi ses préconisations, il y a le fait d’exploiter la technologie numérique pour améliorer les formes traditionnelles de vérification. Le voilà bien l’autre mot qui forcément accompagne l’objectivité. Le fact checking, la vérification. Dans sa lettre aux futures générations d’éditorialistes reporters, Dan Froomkin, souhaite la suppression des services de fact checking qui se sont multipliés ces dernières années.

« Je transforme tout le monde en vérificateur, proclame-t-il. La vérification ne doit pas être une activité séparée… Plus important encore, nous devrions poursuivre les conséquences des mensonges… cela signifie interrompre les menteurs connus lorsqu’ils répètent un mensonge connu. Cela signifie qu’il faut refuser aux menteurs en série, la possibilité d’utiliser les médias. »

De fait, c’est ce qu’il a fini par arriver à Trump aux dernières heures de sa présidence.

Dans ce kaléidoscope atour de l’idée d’objectivité, un patron démissionnaire a particulièrement pesé tout au long de sa pratique journalistique. On doit à Marty Baron, en partance de la tête du Washington Post, l’investigation conduite sur les abus sexuels des prêtres catholiques de Boston. Il travaillait à l’époque au Boston Globe et son enquête lui a valu un prix Pulitzer en 2003 ainsi qu’une notoriété mondiale avec le film Spotlight qui le met en scène. C’est encore lui qui signifia au journaliste Wesley Lowery que ses tweets sur les sujets comme la race, la politique « violaient les principes de l’entreprise en matière de réseaux sociaux… »

Quelle et donc la conception de l’objectivité selon Baron ? En guise de réponse, il aime à citer Lippmann, toujours la référence. « Sa pensée était que nous, journalistes avons des idées préconçues, issues de nos origines, de nos expériences de vie, rappelle Baron. L’idée d’objectivité, ce n’est pas la neutralité. Ce n’est pas un principe bilatéral, un soi-disant équilibre. Ça n’a jamais été cela. »

Baron prône l’enquête, sa rigueur, la nécessité absolue de rencontrer tous les acteurs d’un dossier… L’objectivité, selon lui, est donc l’établissement des faits, au bout d’un long processus critique, où l’on publie lorsque l’on pense avoir « suffisamment de matériel » en main. Bref, la crédibilité par l’exercice d’un questionnement journalistique offensif. Seul véritable argument à ses yeux.

A travers tous ces débats, ces guerres de positions journalistiques, le fait et sa définition apparaissent bien comme les éléments fondamentaux de cet examen de conscience collectif. Par-delà le tumulte, la rudesse des échanges, cette remise au point semble s’imposer au pays où complotisme et faits alternatifs, réunissent des adeptes en si grand nombre…

Et chez nous…

 

Certes, on l’a dit, et comment nier l’évidence, les États-Unis ne sont pas la France. Cette antienne qui consiste à voir là-bas ce qu’il va bientôt nous arriver, a quelque chose d’une renonciation à notre propre identité. Une soumission à un fatum moderne. Nous n’avons pas connu, cette déstabilisation de haute magnitude que fut la période de Trump président. Soit. Mais les outils numériques que nous utilisons viennent bien d’outre-Atlantique. Leurs effets commencent à révéler une face cruelle aux yeux de celles et ceux qui y voyaient d’abord les instruments d’une libération générale. L’éther digitale peut parfois devenir un enfer personnel et/ou collectif.

De ce point de vue, le livre récent de Samuel Laurent, est plus qu’édifiant. L’ancien patron des décodeurs du journal Le Monde signe un ouvrage intitulé « J’ai vu le monstre. Twitter va-t-il tuer la #démocratie ? ».

Par-delà la mise en cause du réseau social et de sa « violence consubstantielle », le journaliste pointe « l’écosystème du faux » que représente Twitter, un écosystème viable parce qu’il s’appuie sur un constat sans appel : « Il y a une perte de confiance générale dans les médias traditionnels, affirme Laurent. Une perte de confiance à mettre en perspective avec la présence de plus en plus fréquente de « passeurs d’infox » à la télévision et un récit global relayé par le politique qui dit : les médias nous mentent et nous manipulent. Cette croyance dans les théories conspirationnistes ou le crédit accordé aux faits alternatifs sont aussi le signe d’un désenchantement de la réalité. »

Une crise de l’information, et de sa fonction dans notre société est donc bel et bien à l’œuvre dans notre pays comme le montre, année après annés, le baromètre Kantar pour le journal La Croix depuis 1987. Via le numérique et avec lui pour moteur, cette crise apparaît massivement. Elle est si forte en certains lieux, si assourdissante dans ses conséquences, qu’elle peut donner l’envie de quitter ces espaces numériques devenus toxiques, à l’exemple de S.Laurent.

Un fait planétaire se conjugue à cette crise. La pandémie du coronavirus. Depuis près d’un an, les discours à son propos sont omniprésents, capables d’interagir avec la vie de chacun jusqu’au plus intime : la peur et la mort. Dans ce contexte inédit, l’information est demandée comme jamais, mise à l’épreuve comme jamais. La crise connaît alors un paroxysme quasi quotidien là sous nos yeux.

Et se reposent en filigrane les questions posées au journalisme par l’examen de conscience américain : 

La diversité devient essentiellement celle des territoires par rapport à un exercice gouvernemental national. Les invisibles sont célébrés, un temps. Au fil des mois, l’insatisfaction, voire la colère deviennent les composantes, réitérées, intégrées de l’information. Dans les rédactions on tente d’être fidèlement à l’écoute de cette « diversité ». L’heure de la recomposition des rédactions se pose de plus en plus, autant sur les origines sociales, qu’ethniques, ou géographiques.

La neutralité bat son plein dans ses plus sémillants pour/contre. Pêle-mêle, on est d’accord ou pas avec le confinement, son horaire, ses secteurs d’activité, son ampleur géographique… Et bien sûr, il y a l’interrogation inévitable du moment : est-on favorable ou pas à la Chloroquine, au professeur Raoult, à l’un ou à l’autre des experts… Doit-on faire confiance ou pas au patron de la santé, au ministre en charge, au chef de l’État lui-même… Le pour/contre rythme ainsi le récit qui s’étire et rebondit. Il ne laisse que rarement une mémoire.

Quant à l’objectivité, le fait qui la fonde est en souffrance. Vérité du jour, n’est pas vérité de toujours en temps de Covid. Tant s’en faut. Certes pas vraiment de faits alternatifs comme là-bas à Washington, mais succession de faits. En réalité, et cela a déjà été dit, nous faisons tous l’apprentissage en temps réel de la vérité scientifique et de ses hésitations. L’incertitude est mesurée chaque jour, à chaque instant, avec un lexique évolutif, taux d’incidence, variant… L’infographie n’est plus seulement l’attribut des labos, elle a droit de cité dans les studios, sur nos écrans. Comment alors ne pas penser au formidable livre de Lorraine Daston et Peter Galison intitulé « Objectivité ». Précisément c’est l’image qui est ici analysée. Comme un voyage qui va de l’atlas scientifique et ses fantastiques œuvres d’art scientifiques, à la photo et ses capacités de mettre en lumière un autre réel. Un cheminement à travers le temps, du XVIIIème siècle à la période contemporaine. Et l’objectivité n’est plus cette permanence intangible. L’objectivité gagne une histoire, et les faits de même.

 

 

Sondage Macron 14-Juillet : il ne dit pas la vérité pour 63 % !

Sondage Macron 14-Juillet : il ne dit pas la vérité pour 63 % !

Un nouveau fiasco télévisé pour Macron. Une prestation très suivie par environ 70 % mais 63 % de l’opinion n’accordent aucun crédit à Macron quant au contenu du fameux nouveau chemin et estime que le chef de l’État ne dit pas la vérité. Le chef de l’État, qui renouait avec l’exercice après l’avoir abandonné les deux années précédentes, n’a pas convaincu la majorité (54%) d’entre eux, d’après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info, publié jeudi.

Si l’interview du président de la République donnée à TF1 et France 2 a été très suivie (7 Français sur 10), Emmanuel Macron n’a pas réussi à «rassurer» les Français. Pire, 63% d’entre eux pensent qu’il ne leur a pas «dit la vérité», alors que c’était son principal objectif. Son nouveau premier ministre, Jean Castex, n’a d’ailleurs cessé de répéter durant son discours de politique générale mercredi à l’Assemblée nationale, sa volonté de renouer avec la confiance des Français.

Durant son interview, Emmanuel Macron a également assuré qu’il garderait le cap fixé en 2017, tout en promettant un «nouveau chemin». Mais une fois de plus, les Français (57%) ne croient pas à «son changement de méthode». Une nuance toutefois, Français ne croient pas le chef de l’État mais approuvent ses deux principales annonces. Plus de 8 Français sur 10 soutiennent son dispositif en faveur de l’embauche des jeunes tout comme sa volonté d’imposer le masque obligatoire dans les lieux fermés.

Le président avait initialement indiqué qu’il ne rendrait obligatoire cette mesure qu’à partir du 1er août ; finalement Jean Castex a précisé jeudi dans Le Parisien que cela se fera dès la semaine prochaine. Au même moment, le ministre de la santé, Olivier Véran, annonçait le port du masque obligatoire dès ce jeudi matin dans six communes de la Mayenne où un nouveau foyer épidémique s’est formé.

« La vérité sur le programme du FN » Maël de Calan

 « La vérité sur le programme du FN » Maël de Calan

Maël de Calan, conseiller en politique économique de Juppé, cofondateur du think tank de droite « la Boîte à idées », explique dans son livre « la vérité sur le programme du Front national ».  Les incohérences économiques du Front national. (Interview les Echos)

A qui s’adresse ce livre ?

« A tous les Français évidemment. Plus particulièrement aux électeurs du Front national, qui pourraient finalement trouver étrange ce que leur racontent les cadres du parti d’extrême droite après avoir lu ce livre. Il s’adresse aussi à ceux qui hésitent encore à franchir le pas, afin de les convaincre que le programme du FN n’est pas crédible. C’est sur le terrain de la crédibilité qu’il faut l’attaquer. Les sondages montrent en effet encore qu’une majorité de Français ne croient pas que ce parti a les capacités pour gouverner. Il faut enfoncer le clou. Enfin, il s’adresse à ceux qui veulent combattre les idées du parti auprès de leur entourage ou face à des militants. Ils y trouveront de quoi formuler leurs arguments pour convaincre de la dangerosité de ce programme. »

Vous avez choisi le terrain des chiffres plutôt que celui, plus traditionnel, des valeurs ou de la morale. Parce que cela ne fonctionne plus ?

« Le combat sur les valeurs est légitime, car le FN n’entre pas dans celles transportées par la République. Mais ce n’est plus suffisant, non. La dédiabolisation a fonctionné. Le vote FN s’est banalisé et s’est étendu auprès de catégories de la population qui lui étaient d’habitude réfractaires. Je pense particulièrement aux femmes et aux retraités. Nous avons tous trop longtemps pensé que l’absurdité du programme du Front national allait de soi. Si bien que nous jugions inutile de le dire aux électeurs. Mais la progression du vote FN montre que ce n’est en fait plus le cas. La France va mal, les électeurs ne voient plus le bout du tunnel et se demandent si le FN ne pourrait pas leur montrer la sortie. Mais ils ont oublié, pour ne prendre que cet exemple, que jouer avec la monnaie, comme le préconise le Front, tuera la stabilité des prix, chose acquise aujourd’hui et qui paraît immuable. Cette politique que propose le FN, elle est appliquée notamment par le Venezuela, l’Argentine ou encore le Zimbabwe, des pays qui sombrent dans la faillite. J’ai donc pensé ce livre comme un manuel de combat pour rappeler des évidences, appuyées par un chiffrage fastidieux mais rigoureux de toutes les mesures proposées afin d’en démontrer l’incohérence. »

Vous accusez effectivement le FN de ne pas chiffrer certaines propositions, ou de mal les chiffrer. Mais ce n’est pas le premier parti dans ce cas-là, et cela n’a pas empêché certains présidents d’être élus…

« Certes, le FN n’a pas le monopole de la démagogie. Mais c’est de loin le parti qui va le plus loin. Un tiers des propositions de Marine Le Pen impliquent des dépenses publiques. D’après mes calculs, ces dépenses équivaudraient à une augmentation du déficit de 10 points de PIB et 1.500 milliards d’euros de dette sur 5 ans. Mais cela n’est pas tout. Le FN est capable, dans son programme, de promettre une hausse des prix pour satisfaire les agriculteurs puis, 23 pages plus loin, de promettre la baisse de ces mêmes prix aux consommateurs. Les paradoxes et incohérences de ce genre sont légion dans le projet du FN. »

Le succès du FN repose notamment sur des messages forts et simples. Ne craignez-vous pas de rater votre cible en faisant le pari des chiffres ?

« Ce livre a été pensé comme un manuel, il y a donc deux niveaux de lecture : les titres et intertitres constituent des slogans percutants qui peuvent être utilisés comme tel. Vient ensuite le cœur du texte où est détaillé l’argumentaire chiffré. Mais cet ouvrage ne se contente pas non plus de chiffrer des promesses. Il dénonce aussi le chaos économique et social dans lequel la France plongerait si ce programme était appliqué. Au menu, nous aurions droit à une guerre commerciale – le FN affirme qu’il dénoncera tous les accords douaniers contractés- le retour du contrôle des prix, de vastes nationalisations – comme en 1981 – un traficotage de la monnaie… La somme de tout cela mettrait le pays dans le chaos, créerait des milliers de chômeurs, et blesserait la France pour de bon. »

 

Hollande : « Ce type ne dit jamais la vérité » (Sarkozy, un connaisseur !)

Hollande : « Ce type ne dit jamais la vérité » (Sarkozy, un connaisseur !)

Nicolas Sarkozy est très sévère à l’égard de son successeur dans une interview du point. « La faute originelle de François Hollande n’est pas tant d’avoir fait campagne sur un programme pour en appliquer un autre, mais d’avoir menti! » Et Nicolas Sarkozy de poursuivre : « Ce type ne dit jamais la vérité. Désormais, tout le monde le sait, et les Français découvrent qu’ils ont été bernés. Ils ne le lui pardonneront pas. » « François Hollande terminera avec du goudron et des plumes » ; Sur le plan de diagnostic, Sarkozy na’ pas tort concernant l’avenir de Hollande mais comme d’habitude il ne fait guère la nuance. D’une certaine manière il n’a pas changé et il est également mal placé pour parler de respect des engagements. Lui qui a auusi échoué sur les déficits, la croissance et le chômage notamment. Il n’a pas changé car la rhétorique de l’excès permanent discrédite par avance l’argumentaire ; Sarkozy ne peut s’empêcher de surjouer et d’en rajouter. Un seul exemple l’affaire des 35 heures qu’il devait supprimer et finalement qu’il a maintenue avec un dispositif fiscal alambiqué qui a certes bénéficié notamment à certains salariés mais qui a couté en recettes fiscales puisque malheureusement ce dispositif n’a pas contribué à créer de l’emploi. (Par parenthèse ce n’était une raison pour Hollande de supprimer brutalement la défiscalisation des heures supplémentaires). Dans notre démocratie, le mensonge fait malheureusement partie de la dynamique électorale pour être élu. Normalement réservé aux extrêmes qui n’ont aucune chance de gouverner, les propositions mensongères se sont  banalisées  dans les partis de gouvernement et explique en grande partie le discrédit des partis politiques.

 

Hollande : un manque de « vérité » pour la CFDT

Hollande : un   manque de « vérité » pour la CFDT

Berger de la CFDT qui n’avait pas appelé à voter pour Hollande faiat un constat évident Hollande manque de vérité. Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé dimanche 4 mais que les deux premières années du quinquennat de François Hollande ont manqué d’ »un cap » « et « sans doute de vérité sur la situation du pays ».  »Ce qui a manqué fondamentalement (…), c’est un cap », « et sans doute un peu de vérité sur la situation du pays telle qu’elle est », a-t-il lancé lors de l’émission « Tous politiques » (France Inter/France 24/Le Parisien). « Ce cap, notamment sur l’aspect économique, vient d’être tracé, au bout de deux ans, c’est tard », « maintenant il doit être effectif », a-t-il poursuivi. Selon Berger, les années « sont toujours perdues quand on n’a pas les résultats qu’on attend, et le résultat qu’on attend, c’est le résultat de la lutte contre le chômage », « même si on ne peut pas dire qu’il ne s’est rien passé ». Le numéro un de la CFDT a notamment cité la loi sur la sécurisation de l’emploi et la réforme de la formation professionnelle, qui découlent d’accords entre les partenaires sociaux. « Je ne fais pas partie des déçus car je ne fais pas partie de ceux qui portaient des illusions ou avaient appelé à voter François Hollande », a-t-il ajouté, tout en jugeant que ces deux dernières années avaient été « difficiles » pour les salariés. Interrogé sur « le retournement économique » annoncé par M. Hollande, cité dans Le Journal du Dimanche, Berger s’est agacé: « J’en ai un peu assez des pronostics ou de l’incantation. »   »Quand on parle de retour de la croissance, il faut dire quel est le contenu de cette croissance, car la croissance ne fera pas forcément le bonheur des salariés », a-t-il aussi dit. Le leader syndical a toutefois estimé qu’ »heureusement, dans un certain nombre d’entreprises, les choses vont mieux ». « C’est très difficile à dire mais je pense que ça va un peu mieux, ça doit être confirmé », « je ne suis pas dans le déclinisme », a-t-il déclaré.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol