Archive pour le Tag '« vérité »'

« La vérité sur le programme du FN » Maël de Calan

 « La vérité sur le programme du FN » Maël de Calan

Maël de Calan, conseiller en politique économique de Juppé, cofondateur du think tank de droite « la Boîte à idées », explique dans son livre « la vérité sur le programme du Front national ».  Les incohérences économiques du Front national. (Interview les Echos)

A qui s’adresse ce livre ?

« A tous les Français évidemment. Plus particulièrement aux électeurs du Front national, qui pourraient finalement trouver étrange ce que leur racontent les cadres du parti d’extrême droite après avoir lu ce livre. Il s’adresse aussi à ceux qui hésitent encore à franchir le pas, afin de les convaincre que le programme du FN n’est pas crédible. C’est sur le terrain de la crédibilité qu’il faut l’attaquer. Les sondages montrent en effet encore qu’une majorité de Français ne croient pas que ce parti a les capacités pour gouverner. Il faut enfoncer le clou. Enfin, il s’adresse à ceux qui veulent combattre les idées du parti auprès de leur entourage ou face à des militants. Ils y trouveront de quoi formuler leurs arguments pour convaincre de la dangerosité de ce programme. »

Vous avez choisi le terrain des chiffres plutôt que celui, plus traditionnel, des valeurs ou de la morale. Parce que cela ne fonctionne plus ?

« Le combat sur les valeurs est légitime, car le FN n’entre pas dans celles transportées par la République. Mais ce n’est plus suffisant, non. La dédiabolisation a fonctionné. Le vote FN s’est banalisé et s’est étendu auprès de catégories de la population qui lui étaient d’habitude réfractaires. Je pense particulièrement aux femmes et aux retraités. Nous avons tous trop longtemps pensé que l’absurdité du programme du Front national allait de soi. Si bien que nous jugions inutile de le dire aux électeurs. Mais la progression du vote FN montre que ce n’est en fait plus le cas. La France va mal, les électeurs ne voient plus le bout du tunnel et se demandent si le FN ne pourrait pas leur montrer la sortie. Mais ils ont oublié, pour ne prendre que cet exemple, que jouer avec la monnaie, comme le préconise le Front, tuera la stabilité des prix, chose acquise aujourd’hui et qui paraît immuable. Cette politique que propose le FN, elle est appliquée notamment par le Venezuela, l’Argentine ou encore le Zimbabwe, des pays qui sombrent dans la faillite. J’ai donc pensé ce livre comme un manuel de combat pour rappeler des évidences, appuyées par un chiffrage fastidieux mais rigoureux de toutes les mesures proposées afin d’en démontrer l’incohérence. »

Vous accusez effectivement le FN de ne pas chiffrer certaines propositions, ou de mal les chiffrer. Mais ce n’est pas le premier parti dans ce cas-là, et cela n’a pas empêché certains présidents d’être élus…

« Certes, le FN n’a pas le monopole de la démagogie. Mais c’est de loin le parti qui va le plus loin. Un tiers des propositions de Marine Le Pen impliquent des dépenses publiques. D’après mes calculs, ces dépenses équivaudraient à une augmentation du déficit de 10 points de PIB et 1.500 milliards d’euros de dette sur 5 ans. Mais cela n’est pas tout. Le FN est capable, dans son programme, de promettre une hausse des prix pour satisfaire les agriculteurs puis, 23 pages plus loin, de promettre la baisse de ces mêmes prix aux consommateurs. Les paradoxes et incohérences de ce genre sont légion dans le projet du FN. »

Le succès du FN repose notamment sur des messages forts et simples. Ne craignez-vous pas de rater votre cible en faisant le pari des chiffres ?

« Ce livre a été pensé comme un manuel, il y a donc deux niveaux de lecture : les titres et intertitres constituent des slogans percutants qui peuvent être utilisés comme tel. Vient ensuite le cœur du texte où est détaillé l’argumentaire chiffré. Mais cet ouvrage ne se contente pas non plus de chiffrer des promesses. Il dénonce aussi le chaos économique et social dans lequel la France plongerait si ce programme était appliqué. Au menu, nous aurions droit à une guerre commerciale – le FN affirme qu’il dénoncera tous les accords douaniers contractés- le retour du contrôle des prix, de vastes nationalisations – comme en 1981 – un traficotage de la monnaie… La somme de tout cela mettrait le pays dans le chaos, créerait des milliers de chômeurs, et blesserait la France pour de bon. »

 

Hollande : « Ce type ne dit jamais la vérité » (Sarkozy, un connaisseur !)

Hollande : « Ce type ne dit jamais la vérité » (Sarkozy, un connaisseur !)

Nicolas Sarkozy est très sévère à l’égard de son successeur dans une interview du point. « La faute originelle de François Hollande n’est pas tant d’avoir fait campagne sur un programme pour en appliquer un autre, mais d’avoir menti! » Et Nicolas Sarkozy de poursuivre : « Ce type ne dit jamais la vérité. Désormais, tout le monde le sait, et les Français découvrent qu’ils ont été bernés. Ils ne le lui pardonneront pas. » « François Hollande terminera avec du goudron et des plumes » ; Sur le plan de diagnostic, Sarkozy na’ pas tort concernant l’avenir de Hollande mais comme d’habitude il ne fait guère la nuance. D’une certaine manière il n’a pas changé et il est également mal placé pour parler de respect des engagements. Lui qui a auusi échoué sur les déficits, la croissance et le chômage notamment. Il n’a pas changé car la rhétorique de l’excès permanent discrédite par avance l’argumentaire ; Sarkozy ne peut s’empêcher de surjouer et d’en rajouter. Un seul exemple l’affaire des 35 heures qu’il devait supprimer et finalement qu’il a maintenue avec un dispositif fiscal alambiqué qui a certes bénéficié notamment à certains salariés mais qui a couté en recettes fiscales puisque malheureusement ce dispositif n’a pas contribué à créer de l’emploi. (Par parenthèse ce n’était une raison pour Hollande de supprimer brutalement la défiscalisation des heures supplémentaires). Dans notre démocratie, le mensonge fait malheureusement partie de la dynamique électorale pour être élu. Normalement réservé aux extrêmes qui n’ont aucune chance de gouverner, les propositions mensongères se sont  banalisées  dans les partis de gouvernement et explique en grande partie le discrédit des partis politiques.

 

Hollande : un manque de « vérité » pour la CFDT

Hollande : un   manque de « vérité » pour la CFDT

Berger de la CFDT qui n’avait pas appelé à voter pour Hollande faiat un constat évident Hollande manque de vérité. Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé dimanche 4 mais que les deux premières années du quinquennat de François Hollande ont manqué d’ »un cap » « et « sans doute de vérité sur la situation du pays ».  »Ce qui a manqué fondamentalement (…), c’est un cap », « et sans doute un peu de vérité sur la situation du pays telle qu’elle est », a-t-il lancé lors de l’émission « Tous politiques » (France Inter/France 24/Le Parisien). « Ce cap, notamment sur l’aspect économique, vient d’être tracé, au bout de deux ans, c’est tard », « maintenant il doit être effectif », a-t-il poursuivi. Selon Berger, les années « sont toujours perdues quand on n’a pas les résultats qu’on attend, et le résultat qu’on attend, c’est le résultat de la lutte contre le chômage », « même si on ne peut pas dire qu’il ne s’est rien passé ». Le numéro un de la CFDT a notamment cité la loi sur la sécurisation de l’emploi et la réforme de la formation professionnelle, qui découlent d’accords entre les partenaires sociaux. « Je ne fais pas partie des déçus car je ne fais pas partie de ceux qui portaient des illusions ou avaient appelé à voter François Hollande », a-t-il ajouté, tout en jugeant que ces deux dernières années avaient été « difficiles » pour les salariés. Interrogé sur « le retournement économique » annoncé par M. Hollande, cité dans Le Journal du Dimanche, Berger s’est agacé: « J’en ai un peu assez des pronostics ou de l’incantation. »   »Quand on parle de retour de la croissance, il faut dire quel est le contenu de cette croissance, car la croissance ne fera pas forcément le bonheur des salariés », a-t-il aussi dit. Le leader syndical a toutefois estimé qu’ »heureusement, dans un certain nombre d’entreprises, les choses vont mieux ». « C’est très difficile à dire mais je pense que ça va un peu mieux, ça doit être confirmé », « je ne suis pas dans le déclinisme », a-t-il déclaré.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol