Archive pour le Tag 'verbeux'

Macron : portrait d’un « libéral » verbeux……..et monarchique

Macron : portrait d’un  libéral verbeux……..et monarchique

 

Les médias décrivent souvent Macron comme un expert, un intellectuel voire un visionnaire. Par parenthèses ce qu’on disait de Giscard d’Estaing au début de son mandat. Quand on examine un peu de près le parcours de Macron, rien ne se vérifie vraiment. En matière d’économie, Macron n’a aucune expérience ni même aucune formation, aucun diplôme. Son CV se réduit à  son passage chez Rothschild. Un  passage au demeurant très court et qui a surtout consisté à utiliser son carnet d’adresses pour réaliser des opérations financières. Un carnet d’adresses forcément utiles puisque tous les ministères et les cabinets ministériels sont noyautés par les énarques. Bref il a fait un court travail d’avocat d’affaires auxquels surtout pour faciliter  l’évitement réglementaire notamment fiscal.

Cette absence de compétence de l’économie ne l’empêche pas de pérorer sur le futur économique du pays le réduisant à une sorte de start-up de l’informatique : la fameuse formule de start-up nation qui ressemble à un slogan de chez Leclerc. Pour connaître l’économie réelle, il faut évidemment avoir exercé des responsabilités dans le monde de la production d et non dans le monde éthéré de la banque qui se consacre essentiellement aux activités de fusion et de placements spéculatifs. Macron n’est donc pas un expert, il n’en a ni l’expérience ni la formation.

Peut-on affirmer qu’il est cependant un intellectuel ? En réalité son parcours se résume surtout à l’ENA qui est à la pensée ce que McDo est à la gastronomie. Chacun sait qu’on apprend à peu près rien à l’ENA comme dans les instituts politiques qu’à fréquenté aussi Macron. Tout juste un peu de réglementations et surtout du marketing politique sur fond d’idéologie libérale. Bref beaucoup de bla-bla. Notons que Macron a échoué à deux reprises à l’école normale supérieure qui est d’un autre niveau intellectuel que l’ENA dont l’objet est surtout de former à la dialectique administrative pour ne pas répondre aux questions posées. Dans son CV Macron fait apparaître une formation en philosophie et sa proximité avec le philosophe Ricoeur voir d’autres. Des aspects très contestés.

Par contre, il connaît la langue française pour avoir réussi le concours général. Il sait parler, il ne s’en prive pas et inonde ses interlocuteurs; une sorte de diarrhée verbale qui tue en tout cas assomme l’auditeur. En matière de vision, Macron a des difficultés à définir son projet. Pas étonnant , il  limite un principe général de l’ultra libéralisme. En outre, Macron à picoré un peu partout, de gauche à droite. Il a commencé chez Chevènement, a continué au PS, il est devenu un proche de Hollande avant de tourner complètement vers les libéraux proches des républicains dont son premier ministre est toujours membre. C’est là qu’il trouve désormais sa base électorale depuis que la gauche qui a permis son élection l’a complètement abandonné ou presque. Faute de vision, l’ambition de Macron et surtout de s’inscrire dans une démarche monarchique espérant laisser trace  dans histoire comme Napoléon. Alors qu’il finira vraisemblablement comme Giscard. Brillant sur la forme mais  avec une pensée très creuse -finalement en contradiction totale entre une vision libérale- et une démarche théocratique à caractère monarchique. Une sorte d’imposture intellectuelle que le temps se charge de vérifier.

 

 

Retraites-Macron: le verbeux se tait !

Retraites-Macron: le verbeux se tait !  

 

Macron qui ne se prive pas de parler sur tout et tout le temps, cette fois se  montre particulièrement discret sur l’évolution du conflit relatif à la réforme des retraites. Quand il parle, c’est un peu comme la pythie de Delphes, il faut un interprète pour comprendre le  récent message de l’Élysée .  Emmanuel Macron “n’abandonnera ni ne dénaturera” le projet de réforme des retraites défendu par le gouvernement mais des modifications pourront y être apportées à la lumière des discussions avec les syndicats, a-t-on dit mercredi à l’Elysée. C’est le fameux en même temps de Macron qui sans doute d’un côté doit soutenir -ou faire semblant- son premier ministre très droit dans ses bottes vis-à-vis de des mesures paramétriques notamment concernant l’âge  pivot de 64 ans (pour l’instant) mais visiblement Macron commence à prendre du champ pour pouvoir le moment venu contredire le chef du gouvernement en retirant l’essentiel de la réforme. On voit mal d’ailleurs comment maintenant on pourrait trouver un compromis tellement les positions sont figées. La seule solution politique pour Macron sera d’affirmer qu’il maintient sa volonté réformatrice et sa fameuse réforme des retraites mais en consentant des reculs et des compensations qui finalement videront la réforme de son contenu et surtout risquent de coûter beaucoup plus cher que le système actuel. Aujourd’hui une large majorité de Français s’opposent  à cette réforme des retraites mêmes s’ils approuvent le principe. Ce qui est condamné c’est à la fois le contenu est sans doute surtout la méthode théocratique de Macron et de son gouvernement. Pour vérifier ce  qui caractérise la position du président de la république, il suffit d’écouter les propos de l’inénarrable porte-parole gouvernement , Sibeth Ndiaye, qui comme son patron, noie  ses contradictions et ses insuffisances dans une diarrhée verbale inarrêtable. Dans cette affaire, Macron n’a pas fait  preuve d’une grande responsabilité. Il est en particulier inadmissible que les consultations s’étalent sur autant de temps, inadmissible aussi que le premier ministre se montre dans l’incapacité d’élaborer un compromis qui satisfasse au moins les syndicats réformistes étant entendu que les syndicats radicaux vont demeurer sur le rejet total de la réforme quelle  que soit l’évolution de son contenu. De toute façon, Macron devra choisir entre un compromis qui mette fin à la chienlit qui s’installe dans le pays et  la position idéologique incompréhensible de son Premier ministre. L’enjeu politique aujourd’hui consiste à choisir entre ce compromis ou le départ d’Édouard Philippe. Sans doute ce que signifie le message très confus de la pythie de l’Élysée qui consiste à affirmer en même temps le soutien à la réforme mais des modifications probables qui vont en fait contredire la posture du Premier ministre.

Macron: le verbeux se transforme en Pythie politique

Macron: le verbeux se transforme en Pythie politique

 

Il est pour le moins curieux que Macron qui ne se prive pas de parler sur tout et tout le temps, cette fois se  montre particulièrement discret sur l’évolution du conflit relatif à la réforme des retraites. Quand il parle c’est un peu comme la pythie de Delphes, il faut un interprète pour comprendre le  récent message de l’Élysée .  Emmanuel Macron “n’abandonnera ni ne dénaturera” le projet de réforme des retraites défendu par le gouvernement mais des modifications pourront y être apportées à la lumière des discussions avec les syndicats, a-t-on dit mercredi à l’Elysée. C’est le fameux en même temps de Macron qui sans doute d’un côté doit soutenir -ou faire semblant- son premier ministre très droit dans ses bottes vis-à-vis de des mesures paramétriques notamment concernant l’âge  pivot de 64 ans (pour l’instant) mais visiblement Macron commence à prendre du champ pour pouvoir le moment venu contredire le chef du gouvernement en retirant l’essentiel de la réforme. On voit mal d’ailleurs comment maintenant on pourrait trouver un compromis tellement les positions sont figées. La seule solution politique pour Macron sera d’affirmer qu’il maintient sa volonté réformatrice et sa fameuse réforme des retraites mais en consentant des reculs et des compensations qui finalement videront la réforme de son contenu et surtout risquent de coûter beaucoup plus cher que le système actuel. Aujourd’hui une large majorité de Français s’opposent  à cette réforme des retraites mêmes s’ils approuvent le principe. Ce qui est condamné c’est à la fois le contenu est sans doute surtout la méthode théocratique de Macron et de son gouvernement. Pour vérifier ce  qui caractérise la position du président de la république, il suffit d’écouter les propos de l’inénarrable porte-parole gouvernement ,Guy qui comme son patron, noie  ses contradictions et ses insuffisances dans une diarrhée verbale inarrêtable. Dans cette affaire, Macron n’a pas fait  preuve d’une grande responsabilité. Il est en particulier inadmissible que les consultations s’étalent sur autant de temps, inadmissible aussi que le premier ministre se montre dans l’incapacité d’élaborer un compromis qui satisfasse au moins les syndicats réformistes étant entendu que les syndicats radicaux vont demeurer sur le rejet total de la réforme quelque soit l’évolution de son contenu. De toute façon, Macron devra choisir entre un compromis qui mette fin à la chienlit qui s’installe dans le pays et  la position idéologique incompréhensible de son premier ministre. L’enjeu politique aujourd’hui consiste à choisir entre ce compromis où le départ d’Édouard Philippe. Sans doute ce que signifie le message très confus de la pythie de l’Élysée qui consiste à affirmer en même temps le soutien à la réforme mais des modifications probables qui vont en fête contredire la posture du premier ministre.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol