Archive pour le Tag 'verbale'

Macron : la diarrhée verbale

Macron : la diarrhée verbale

 

Une nouvelle fois, Macron a profité de sa conférence de presse pour montrer ses talents de délire verbal. Il aura en effet fallu attendre au moins une heure avant qu’il annonce vraiment ses orientations. Comme souvent,  Macron s’est livré à un exercice interminable de plusieurs heures où finalement les 12 mesures annoncées ont été  noyées  par cette espèce de bouillie verbale, cocktail de considérations pseudo-philosophiques,  de justifications technocratiques et de propos de bistrot. Macron est évidemment victime du fait qu’il confond le rôle du président et du Premier ministre. Dans certains cas,  il demeure dans le vague le plus absolu dans d’autres contraires il s’enfonce dans un niveau de détail qui ne relève pas de sa responsabilité. Bref, une intervention particulièrement mal structurée qui comporte quelques avancées mais qui sont loin d’être à la hauteur de la crise économique, sociale et politique. Par ailleurs, on voit mal comment Macron trouvera les moyens de financer certaines mesures sans accroître les déséquilibres. Par exemple, la volonté de Macron d’augmenter le temps de travail porte surtout sur le report effectif de la retraite. Or cette mesure n’aura des effets qu’à moyen long terme. Cette déclaration de Macron manquait  de hauteur de vue, d’ambition et de stratégie. On sent le bricolage de la com. qui a cherché à donner quelques satisfactions catégorielles dans le cadre d’une stratégie politique qui malgré tout ne veut pas changer. Pas étonnant que 65 % des Français n’aient pas été convaincus par l’exercice du président de la république. Pour parler clair, le grand oral de Macron n’a pas été réussi et son allocution était proche de la bouillie verbale.

Macron : Une douzaine de mesures noyées dans une bouillie verbale

Macron : Une douzaine de mesures noyées dans une bouillie verbale

 

Comme souvent,  Macron s’est livré à un exercice interminable de plusieurs heures où finalement les 12 mesures annoncées ont été  noyées  par cette espèce de bouillie verbale, cocktail de considérations pseudo-philosophiques,  de justifications technocratiques et de propos de bistrot. Macron est évidemment victime du fait qu’il confond le rôle du président et du Premier ministre. Dans certains cas,  il demeure dans le vague le plus absolu dans d’autres contraires il s’enfonce dans un niveau de détail qui ne relève pas de sa responsabilité. Bref, une intervention particulièrement mal structurée qui comporte quelques avancées mais qui sont loin d’être à la hauteur de la crise économique, sociale et politique. Par ailleurs, on voit mal comment Macron trouvera les moyens de financer certaines mesures sans accroître les déséquilibres. Par exemple, la volonté de Macron d’augmenter le temps de travail porte surtout sur le report effectif de la retraite. Or cette mesure n’aura des effets qu’à moyen long terme. Cette déclaration de Macron manquait  de hauteur de vue, d’ambition et de stratégie. On sent le bricolage de la com. qui a cherché à donner quelques satisfactions catégorielles dans le cadre d’une stratégie politique qui malgré tout ne veut pas changer. Pas étonnant que 65 % des Français n’aient pas été convaincus par l’exercice du président de la république. Pour parler clair, le grand oral de Macron n’a pas été réussi et son allocution était proche de la bouillie verbale.

 

Une douzaine de mesures noyées dans une bouillie verbale

Une douzaine de mesures noyées dans une bouillie verbale

 

Comme souvent,  Macron s’est livré à un exercice interminable de plusieurs heures où finalement les 12 mesures annoncées ont été  un peu noyées  par cette espèce de bouillie verbale, cocktail de considération philosophique et de propos de bistrot. Macron est évidemment victime du fait qu’il confond le rôle du président et du Premier ministre. Dans certains cas,  il demeure dans le vague le plus absolu dans d’autres contraires il s’enfonce dans un niveau de détail qui ne relève pas de sa responsabilité. Bref une intervention particulièrement mal structurée qui comporte quelques avancées mais qui sont loin d’être à la hauteur de la crise économique, sociale et politique. Par ailleurs, on voit mal comment Macron trouvera les moyens de financer certaines mesures sans accroître les déséquilibres. Par exemple, la volonté de Macron d’augmenter le temps de travail porte surtout sur le report effectif de la retraite. Or cette mesure n’aura des effets qu’à moyen long terme. Cette déclaration de Macron manquait  de hauteur de vue, d’ambition et de stratégie. On sent le bricolage de la com. qui a cherché à donner quelques satisfactions catégorielles dans le cadre d’une stratégie politique qui malgré tout ne veut pas changer. Pas étonnant que 60 % des Français n’aient pas été convaincus par l’exercice du président de la république. Pour parler clair le grand oral de Macron n’a pas été réussi et son allocution était proche de la bouillie verbale.

Hollande : l’incontinence verbale pathologique

Hollande : l’incontinence verbale pathologique

Il y a plusieurs sortes d’incontinence, celle de François Hollande est de nature verbale. Il ne peut s’empêcher de parler, à tous et en permanence. Une discipline qu’il a pratiquée lorsqu’il était président de la république et qui s’est caractérisée par le faite qu’il était davantage commentateur qu’acteur. Une manie, une obsession qui ne l’a pas quitté depuis qu’il n’est plus président de la république. Derrière ce délire verbal se dissimule sans doute un problème existentiel. Il s’agit pour lui d’occuper un espace politique qui lui laisse espérer qu’il pourra encore jouer un rôle. D’ordinaire les présidents de la république ont respecté un délai de bienséance et de discrétion pour prendre du recul et ne pas gêner leurs successeurs. Hollande, lui, s’est relancée immédiatement dans l’arène, il multiplie les interviews, les apparitions et les conférences y compris rémunérées. Il a un avis sur tout, un commentaire sur n’importe quoi. La vérité, ce n’est pas tellement qu’il a des idées, des convictions, des projets mais qu’il ne sait  rien faire d’autre que de la politique et qu’il réinvestit dans un éventuel come-back par ailleurs par ailleurs hypothétique. Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Notre-Dame-des-Landes, la gauche et el parti socialiste, le bilan de son quinquennat… L’ancien président de la République François Hollande s’est exprimé sur de nombreux sujets, jeudi soir, à l’occasion d’une grande interview accordée à RTL.  L’ancien président de la République François Hollande a estimé jeudi sur RTL que le Parti socialiste avait « un avenir », le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon ne pouvant à ses yeux prétendre incarner la gauche. Interrogé sur les prétendants au poste de premier secrétaire, M. Hollande n’a pas souhaité « faire un palmarès », mais a souhaité leur délivrer un conseil : « Ils doivent être sur une ligne qui doit être crédible sur le plan économique. Qui doit mettre la justice et la lutte contre les inégalités au premier rang. Et qui doit être ouverte à la construction européenne, parce que la France a un rôle majeur à jouer dans cette période. Et enfin ils doivent avoir vis-à-vis du monde une volonté de régulation, l’écologie étant une de ses dimensions », a-t-il expliqué. La gauche est-elle incarnée aujourd’hui par Jean-Luc Mélenchon ? « Vous vous trompez », a répondu M. Hollande. Alors que Jean-Luc Mélenchon avait pendant la campagne « entraîné, mobilisé, notamment la jeunesse », et qu’il « pouvait jouer un rôle de rassemblement », il « s’est installé dans le rôle de convocation de manifestations qui ont été autant d’échecs que d’objectifs qui avaient été de manière présomptueuse annoncés ». « Il devait y avoir 1,5 million (de manifestants) sur les Champs-Élysées, vous les avez vus vous ? […] Cette stratégie qui a consisté à vouloir s’opposer par la rue a été finalement une bénédiction pour le gouvernement et le président […]. Je pense qu’avec un opposant comme celui-là les pouvoirs ont de beaux jours devant eux », a raillé l’ex-président. Interrogé sur son discours du Bourget de 2012, M. Hollande a dit qu’il le prononcerait aujourd’hui « de la même manière »« Je pense que la finance prédatrice, spéculative reste un danger pour le monde. Le creusement des inégalités que nous voyons. Le fait qu’une partie de la richesse soit captée, capturée même par une toute petite minorité de privilégiés […] est un risque pour la stabilité du monde », a-t-il estimé. Louant l’action de son gouvernement pour une juste imposition des multinationales, il a estimé qu’il y avait « encore beaucoup à faire quand on voit l’optimisation fiscale d’un certain nombre de groupes »« Je suis de gauche et j’ai fait une politique de gauche », a-t-il revendiqué. Le retrouvera-t-on en 2022 ? « On me retrouvera avant 2022 pour déterminer les choix qui me paraîtront les meilleurs et avec le grand respect que j’accorde au président de la République et à sa politique, parce que je considère que la France doit réussir », a-t-il répondu. Bref Hollande n’a pas renoncé à 2022 !




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol