Archive pour le Tag 'Veolia'

Suez/Veolia : arrêter le massacre !

 Suez/Veolia : arrêter le massacre !

 

Il serait sans doute temps d’arrêter le massacre de l’opération de regroupement Veolia Suez. En effet, ce n’est sans doute pas la priorité économique et sociale première. En outre,  cela crée un climat d’incertitude dans toute la filière aussi bien en France qu’à l’étranger.

 

Comme personne ne sait exactement par exemple ce que va devenir le service des eaux de Suez éventuellement confier un fonds spéculatif,  nombre de collectivités françaises ou étrangères pourrait se décider à choisir un opérateur étranger ( il y a aussi la société française Saur qui pourrait tirer son épingle du jeu). De toute manière,  le regroupement impliquera des abandons d’actifs récupérés par des sociétés dont l’objet est surtout de tirer rapidement une valorisation des accusations et non investir voire d’entretenir.

 

Or on sait que dans le domaine de l’eau par exemple se pose un énorme problème de renouvellement des infrastructures. En outre,  il y a forcément des synergies entre les différents services, l’eau  bien sûr mais aussi l’assainissement et les autres activités . Il serait temps d’arrêter le massacre du secteur seulement pour satisfaire les idées de grandeur d’un dirigeant de Veolia, ancien fonctionnaire, tellement heureux de jouer au mécano capitaliste

Veolia Suez : le fonds activiste français Ciam joue la mouche du coche

Veolia Suez : le fonds activiste français Ciam joue la mouche du coche

 

 

Le fonds activiste français qui ne détient une participation inférieure à 1 % au capital de Suez joue un rôle assez trouble au service de Veolia en réclamant une assemblée générale de Suez. Le projet est de virer tous les administrateurs de Suez et de favoriser l’absorption de cette entreprise par Veolia.

Bref une initiative en gros sabots fournis sans doute par Veolia et qui va encore contribuer à jeter encore un peu plus d’incertitude sur l’avenir des deux entreprises et leur champ d’activité. “Nous sommes en ordre de marche pour demander au tribunal de commerce de Nanterre la convocation d’une assemblée générale extraordinaire de Suez qui pourrait se tenir d’ici fin janvier”, a déclaré au quotidien la PDG et cofondatrice de CIAM, Catherine Berjal.

“La création d’une fondation aux Pays-Bas pour rendre incessible Suez Eau France est un acte inadmissible. Cette fondation destinée à empêcher l’OPA de Veolia est contraire à l’intérêt social de Suez et de ses actionnaires”, a-t-elle ajouté, estimant qu’il “ne sera pas difficile” de réunir d’autres minoritaires pour constituer un bloc représentant au moins 5% de Suez et pouvoir demander en justice la tenue d’une AG extraordinaire.

Dans le cadre de cette assemblée générale, CIAM soumettrait aux actionnaires des résolutions pour démettre tous les administrateurs de Suez à l’exception des deux représentants des salariés. Une opération qui a peu de chances d’aboutir mais qui a moins l’intérêt de faire parler du fonds spéculatif Ciam mais aussi des risques que prend ce fonds vis-à-vis de ses propres actionnaires.

Veolia joue dangereusement les pompiers pyromanes du secteur

Veolia joue dangereusement  les pompiers pyromanes du secteur

Le patron de Veolia réitère sa volonté de prendre le contrôle de Suez en lançant une OPA sur son concurrent. Pour faire semblant de satisfaire le gouvernement qui incite à la concertation entre les deux groupes, le patron de Veolia propose tout simplement d’absorber Suez. Pire il justifie sa stratégie en considérant que Suez fait obstacle à cette OPA. Ce que demande en fait le patron de Veolia c’est le suicide de Suez, une curieuse manière de coopérer.

Le problème c’est que Veolia ne cesse de jeter de lui sur le feu dans ce secteur, de créer le doute chez les clients des deux opérateurs de services publics. Pour  l’eau comme d’ailleurs pour d’autres services,  on ne sait pas exactement ce que pourrait être le champ d’activité de Veolia comme de Suez. Certaines collectivités françaises mais aussi étrangères pourraient alors être tentées de recourir à d’autres opérateurs. On voit mal par exemple des collectivités locales se sentir très rassurées par le transfert de l’activité de l’eau par exemple à un fonds d’investissement qui n’a aucune compétence technique et dont l’objet est surtout de tirer rapidement des profits de ses investissements alors que l’engagement et la gestion de ce secteur doit s’inscrire sur le long terme.

D’une certaine manière Veolia joue donc les pompiers pyromanes et l’incendie provoquée chez Suez pourrait bien contaminer Veolia surtout à un moment ou des collectivités locales du fait de la crise sanitaire et économique devront tenir compte de la réduction de leurs ressources pour financer les services publics.

Les « péripéties » qui semblent s’opposer à son projet d’acquisition de Suez n’affectent donc en rien la détermination de Veolia. Le leader mondial du traitement de l’eau et des déchets veut au contraire accélérer son offensive sur son rival, en accroissant sa pression sur Suez sur plusieurs fronts, a annoncé son PDG Antoine Frérot mardi.

Pour faire plier Suez, dont le conseil d’administration et le conseil social et économique (CSE) s’opposent farouchement à la fusion, considérée comme « funeste », Veolia renforce sa pression sur les actionnaires de sa cible.

Le groupe s’engage désormais  »à déposer une offre publique d’acquisition au prix de 18 euros par action (coupon attaché) pour l’ensemble du capital de Suez dès que le conseil d’administration de Suez aura émis un avis favorable sur ce projet et aura désactivé le dispositif visant à organiser l’inaliénabilité de l’activité de l’eau en France », a-t-il déclaré  par communiqué.

 

Une telle décision du conseil d’administration est donc désormais « la seule chose qui s’oppose à une OPA », sécurisant l’offre comme son prix, a souligné maître Pierre-Yves Chabert, avocat de Veolia. Il a ajouté que cette décision devra être matérialisée par la conclusion d’un « accord de rapprochement » contenant des engagements précis, incluant la non cession d’actifs stratégiques.

 

Veolia-Suez : Le Maire pour le maintien de deux champions indépendants

Veolia-Suez : Le Maire pour le maintien de deux champions indépendants

 

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a   critiqué la précipitation de Veolia à vouloir absorber Suez ; il lui semble préférable, «que nous gardions deux champions industriels parce que nous avons besoin de concurrence, et (…) que nous protégions l’emploi. Dans une période économique comme celle-là, la première responsabilité d’un chef d’entreprise, qu’il soit à la tête d’Engie, de Suez ou de Veolia, c’est de protéger l’emploi».

Le Maire estime que la précipitation a créé de la confusion et des blocages préjudiciables à tous. En effet, pour l’instant Veolia a déboursé 3,4 milliards et  envisage de débourser en tout une dizaine de milliards pour un projet qui peut être n’aboutira pas. Pas vraiment une réussite cette opération de mécano capitalistique qui en outre présente surtout le désavantage de faire perdre des parts de marché puisque certaines collectivités locales seront contraintes si le groupement se fait de choisir pour certaines un étranger plutôt que le regroupement éventuel Veolia Suez.

Saisi par les instances représentatives des salariés de Suez pour n’avoir «pas été informées et consultées régulièrement sur ce projet», le tribunal judiciaire de Paris a ordonné le 9 octobre en référé la «suspension de l’opération» d’acquisition par le géant de l’eau et des déchets Veolia de 29,9% de parts d’Engie dans son concurrent Suez. L’offre de Veolia à 3,4 milliards d’euros avait été acceptée le 5 octobre par le conseil d’administration d’Engie, contre la volonté de l’État, qui possède 23,6% d’Engie.

Economie-Veolia/Suez : un projet catastrophique

Economie-Veolia/Suez : un projet catastrophique

 

 

Le projet de regroupement entre Veolia et Suez mené au rythme de cavalerie par le président de Veolia risque de se révéler comme une véritable catastrophe pour chacune des sociétés. Première observation générale,  les grandes fusions de très grands groupes réussissent rarement, de l’ordre de 70 à 80 % sont voués à l’échec. Dans le cas particulier, Veolia et Suez occupent le hit-parade mondial avec respectivement la première et la seconde place. Même s’il faut observer que le marché mondial est très éclaté puisque les deux sociétés détiennent environ 5 % du marché mondial. L’argument central avancé par Veolia est une illusion car il n’y a aucune menace chinoise actuellement contrairement aux affirmations du président de Veolia.

 Deuxièmement chacune des sociétés se trouve souvent en concurrence dans les appels d’offres au niveau international. Le regroupement nécessairement va faire émerger d’autres concurrents dans ces appels d’offres. Le pire peut être, c’est qu’on va confier l’activité eau de  Suez à un fonds d’investissement dont l’objet n’est évidemment pas de développer des technologies ou d’investir mais de faire des profits immédiats. En outre il y a des synergies évidentes entre la production d’eau , le traitement des déchets et autres eaux usées. En fait,  c’est un peu un concours de circonstances fort discutable qui a amené à la vente précipitée des actions que détenait Engie dans Suez.

Engie a effectivement besoin de recentrer sérieusement sa stratégie car sa gestion laisse à désirer. Pour masquer cela la direction d’énergie a récupéré 2 milliards de la vente. Pourquoi une telle précipitation notamment du président d’Engie ? Tout simplement parce qu’il entend asseoir son autorité sur Engie avant la venue de la nouvelle directrice générale . Le problème du président d’Engie,  c’est de considérer son entreprise comme sa société propre. Une attitude souvent rencontrée chez ses anciens fonctionnaires qui se convertissent aux délices du libéralisme mais sans engager évidemment leur propre fortune. Ils peuvent ainsi jouer au mécano capitaliste sans grand risque.

 Du côté des pouvoirs publics, il y a une grande incompétence en même temps qu’une grande hypocrisie. L’État est largement dominant chez Engie et pouvait très bien bloquer la vente dans Suez. Ou alors exiger la démission du président. Cette position dominante du regroupement de Suez et de Veolia va constituer un énorme handicap pour les deux sociétés. Elles vont perdre inévitablement des parts de marché à l’international alors que souvent elles se trouvaient en concurrence et que l’une ou l’autre des entreprises était souvent choisie. Du côté des collectivités locales, on s’attend évidemment à ce qu’on profite de la fusion pour augmenter encore le prix des prestations. Des prix complètement incompréhensibles car les collectivités locales sont souvent bien incapables commercialement et techniquement de discuter des contrats.

 Sauf accord qui paraît aujourd’hui peu vraisemblable à court et moyen terme, Veolia et Suez vont s’engager dans des procédures juridiques particulièrement complexes qui risquent de durer pendant des mois voire des années. Du coup, cette situation va générer des interrogations chez les clients que sont les collectivités locales en France comme ailleurs; mais aussi chez les actionnaires.

Cette opération d’OPA pourrait coûter une dizaine de milliards à Veolia, un investissement dont la rentabilité n’est pas assurée du faît des complications juridiques qui risquent d’imposer la vente par appartements en raison des règles de concurrence. Bref pas vraiment regroupement mais plutôt un éclatement. Ce ne serait pas la première fois qu’une fusion de deux grands groupes internationaux se traduit par un fiasco économique, financier et social. Enfin concernant le maintien de l’emploi, les déclarations du président de Veolia constituent des promesses de coiffeur qu’on a l’habitude d’entendre. Ce sont 3000 emplois qui sont en jeu en France. Les cours des actions des deux sociétés risquent par ailleurs d’être bousculés au cours de ces prochains mois.

Veolia-Suez : opération suspendue par la justice et imbroglio prévisible

Veolia-Suez : opération suspendue par la justice et imbroglio prévisible

 

Comme c’était prévisible l’opération de regroupement Veolia Suez non seulement risque d’être contestée  sur le plan économique y compris par certains membres du gouvernement mais aussi par des procédures juridiques interminables pendant des mois voire des années. Une première décision vient de tomber avec le recours du CSE (comité social et économique) de Suez . Il y aura bien sûr bien d’autres procédures a commencer par l’appel de Veolia et d’Engie à la décision du référé.

Une affaire stratégiquement très contestable et qui va traîner en longueur – à moins d’un accord amiable rapide – tellement que cela risque de porter un grand préjudice aussi bien à Suez qu’à Veolia auprès des clients sans parler des interrogations des actionnaires actuels et potentiels. De toute façon dès le départ, cette perspective de regroupement était contestable dans la mesure elle contraint Veolia à vendre une partie des activités, celles de Suez mais aussi celles de Veolia par appartement. Cela pour satisfaire aux règles de la concurrence française mais surtout européenne.

Veolia et Suez sont déjà souvent en position quasi hégémonique , elles sont respectivement le premier et le second opérateur mondial même si la part de marché de 5 % qu’elles occupent signale un grand éclatement du secteur.

Le risque essentiel de l’absorption de Suez par Engie c’est d’apporter davantage d’inconvénients que d’intérêts. Souvent en France comme à l’étranger Veolia se trouver en face de Suez dans les appels d’offre . Après le regroupement pour satisfaire mission de ces appels d’offres, il faudra nécessairement un ou plusieurs autres opérateurs. Les collectivités locales choisiront dans certains cas ces nouveaux opérateurs pour ne pas être enfermées  dans l’hégémonie du nouveau groupe français. Sans parler du risque du retour à des formes de régie.

Sur le plan économique, l’opération approuvée par le Premier ministre est par contre  contestée par le ministre de l’économie pour les raisons évoquées et pour les risques de suppression de milliers d’emplois du fait des doublons des superstructures notamment.

Castex s’est sans doute un peu trop rapidement avancé pour prendre position sur un dossier qu’il ne connaît pas très bien. En outre, l’écroulement de sa popularité dans les sondages risque de lui faire prendre désormais des positions plus prudentes. Il se pourrait en effet qu’après les élections régionales  le président de la république pense à remplacer un Premier ministre qui ne lui sert plus à rien du tout comme paravent politique et qui pour l’opinion publique ne semble pas avoir la dimension pour la mission occupée.

En référé, le tribunal de Paris a suspendu vendredi l’opération de cession par Engie de ses 29,9 % de Suez à Veolia. Saisie fin septembre, la justice passe cependant après la réalisation de cette vente, acceptée par le conseil d’administration d’Engie lundi dernier. Les titres Suez ont été transférés dès mardi à Veolia, qui s’est acquitté d’un chèque de 3,4 milliards d’euros.

Notons que le tribunal de référé a mis en cause non seulement l’achat des actions d’Engie mais aussi la question de l’OPA qui doit suivre. Et dans ce domaine les conditions précises de cette OPA méritent d’être précisées notamment vis-à-vis des ventes par appartement de certaines activités. Est surtout visée  l’activité eau de Suez qu’on pourrait confier un fonds d’investissement qui n’a pas vocation à développer des technologies mais à tirer  rapidement du jus de l’acquisition .

Suez-Veolia-Engie: » débrouillez-vous » ! ( Lemaire)

Suez-Veolia-Engie: » débrouillez-vous » !  ( Lemaire)

Ce n’est pas exactement ce que dit le ministre de l’économie mais cela y ressemble quand il affirme : « que chacun prenne ses responsabilités ». Autrement dit, il ne fixe aucune perspective, aucun cadre et démontre que l’État ne sert à rien dans une opération de mécano capitalistique qui touche l’intérêt général puisqu’il s’agit de la gestion de l’eau et des déchets notamment. Dans le Figaro, Bruno Lemaire fait la démonstration de son impuissance alors qu’il pouvait parfaitement bloquer les actions que possède Engie dans Suez puisque l’État français est très dominant dans le capital d’Engie. L’interview de Bruno Lemaire le Figaro:

L’État a été mis en minorité chez Engie et n’a pas pu empêcher la vente de sa participation dans Suez à Veolia. Est-ce un échec personnel?

Bruno LE MAIRE. - Il n’y a rien de personnel dans des décisions qui engagent des dizaines de milliers de salariés, l’industrie française et la place de l’État. Ce vote résulte de l’arithmétique: l’État a trois voix sur treize au conseil d’administration d’Engie. Il a exprimé son choix, la majorité du conseil en a exprimé un autre. Cela est déjà arrivé dans d’autres occasions, notamment sur les rémunérations de dirigeants d’entreprise.

Dans le dossier Suez, c’était le rôle de l’État d’affirmer que les décisions stratégiques d’une entreprise ne peuvent pas être prises sur la seule base de ses intérêts financiers. La responsabilité du conseil allait au-delà du prix payé à Engie pour sa participation dans Suez. Avions-nous des assurances suffisantes sur l’emploi? Non. Avions-nous des assurances fermes sur la préservation de la concurrence? Non.

Il est clair pourtant que l’État avait possibilité de geler la vente immédiate des actions Suez possédées par Engie. En cas de refus, il suffisait de changer le patron d’Engie qui s’est aussi précipitée dans cette opération douteuse afin d’affirmer son autorité avant l’arrivée de la nouvelle directrice générale chargée de remettre de l’ordre dans une entreprise dont la stratégie est pour le moins confuse et les résultats insuffisants.

Veolia/Suez : un projet catastrophique

 Veolia/Suez : un projet catastrophique

 

 

Le projet de regroupement entre Veolia et Suez mené au rythme de cavalerie par le président de Veolia risque de se révéler comme une véritable catastrophe pour chacune des sociétés. Première observation générale,  les grandes fusions de très grands groupes réussissent rarement, de l’ordre de 70 à 80 % sont voués à l’échec. Dans le cas particulier, Veolia et Suez occupent le hit-parade mondial avec respectivement la première et la seconde place. Même s’il faut observer que le marché mondial est très éclaté puisque les deux sociétés détiennent environ 5 % du marché mondial. L’argument central avancé par Veolia est une illusion car il n’y a aucune menace chinoise actuellement contrairement aux affirmations du président de Veolia.

 Deuxièmement chacune des sociétés se trouve souvent en concurrence dans les appels d’offres au niveau international. Le regroupement nécessairement va faire émerger d’autres concurrents dans ces appels d’offres. Le pire peut être, c’est qu’on va confier l’activité eau de  Suez à un fonds d’investissement dont l’objet n’est évidemment pas de développer des technologies ou d’investir mais de faire des profits immédiats. En outre il y a des synergies évidentes entre la production d’eau , le traitement des déchets et autres eaux usées. En fait,  c’est un peu un concours de circonstances fort discutable qui a amené à la vente précipitée des actions que détenait Engie dans Suez.

Engie a effectivement besoin de recentrer sérieusement sa stratégie car sa gestion laisse à désirer. Pour masquer cela la direction d’énergie a récupéré 2 milliards de la vente. Pourquoi une telle précipitation notamment du président d’Engie ? Tout simplement parce qu’il entend asseoir son autorité sur Engie avant la venue de la nouvelle directrice générale . Le problème du président d’Engie,  c’est de considérer son entreprise comme sa société propre. Une attitude souvent rencontrée chez ses anciens fonctionnaires qui se convertissent aux délices du libéralisme mais sans engager évidemment leur propre fortune. Ils peuvent ainsi jouer au mécano capitaliste sans grand risque.

 Du côté des pouvoirs publics, il y a une grande incompétence en même temps qu’une grande hypocrisie. L’État est largement dominant chez Engie et pouvait très bien bloquer la vente dans Suez. Ou alors exiger la démission du président. Cette position dominante du regroupement de Suez et de Veolia va constituer un énorme handicap pour les deux sociétés. Elles vont perdre inévitablement des parts de marché à l’international alors que souvent elles se trouvaient en concurrence et que l’une ou l’autre des entreprises était souvent choisie. Du côté des collectivités locales, on s’attend évidemment à ce qu’on profite de la fusion pour augmenter encore le prix des prestations. Des prix complètement incompréhensibles car les collectivités locales sont souvent bien incapables commercialement et techniquement de discuter des contrats.

 Sauf accord qui paraît aujourd’hui peu vraisemblable à court et moyen terme, Veolia et Suez vont s’engager dans des procédures juridiques particulièrement complexes qui risquent de durer pendant des mois voire des années. Du coup, cette situation va générer des interrogations chez les clients que sont les collectivités locales en France comme ailleurs; mais aussi chez les actionnaires.

Cette opération d’OPA pourrait coûter une dizaine de milliards à Veolia, un investissement dont la rentabilité n’est pas assurée du faît des complications juridiques qui risquent d’imposer la vente par appartements en raison des règles de concurrence. Bref pas vraiment regroupement mais plutôt un éclatement. Ce ne serait pas la première fois qu’une fusion de deux grands groupes internationaux se traduit par un fiasco économique, financier et social. Enfin concernant le maintien de l’emploi, les déclarations du président de Veolia constituent des promesses de coiffeur qu’on a l’habitude d’entendre. Ce sont 3000 emplois qui sont en jeu en France. Les cours des actions des deux sociétés risquent par ailleurs d’être bousculés au cours de ces prochains mois.

Veolia Suez: l’hypocrisie du gouvernement

Veolia Suez: l’hypocrisie du gouvernement

Dans cette affaire de regroupement possible entre Veolia et Suez,  le gouvernement a montré à la fois son incompétence mais aussi son hypocrisie. Dans un premier temps,  le Premier ministre par exemple à considéré comme pertinente la perspective de construction d’un grand groupe international oubliant sans doute que déjà les deux entreprises étaient respectivement premières et deuxième au plan mondial.

Le Premier ministre a aussi négligé l’impact sur l’emploi car inévitablement des doublons vont amener à la suppression de nombreux superstructures de Suez et à une vague de suppressions d’emplois d’ampleur qu’on peut chiffrer de 3000 à 5000 en France. Dernier problème et pas des moindres, celui de la vente des activités de l’eau à un fonds d’investissement qui pourrait même être étranger pour satisfaire aux exigences de concurrence fixée par Bruxelles.

Ce n’est que récemment que le Premier ministre s’est approprié cette problématique et qu’il a en fait changer sa position comme le ministre de l’économie d’ailleurs. Le problème, c’est que le gouvernement s’est montré complètement incapable de neutraliser Engie dont il est l’actionnaire principal, et de loin.

Engie a pu ainsi vendre ses parts de Suez en négligeant totalement l’avis  du gouvernement. La vérité, c’est qu’il y a sans doute un double langage de la part du ministre de l’économie. Officiellement,  il réclame de prendre du temps, d’ouvrir des négociations mais il laisse faire Veolia dans son opération brutale de prise en main de Suez.

Il n’y avait pas urgence en effet à décider aujourd’hui de la vente des actions que possédait Engie dans Suez. La seule urgence d’Engie consistait  à masquer ses insuffisances de gestion et sa stratégie approximative grâce à l’apport de cash de 2 milliards récupérés par la vente des actions Suez. Les administrateurs de l’État d’énergie feraient mieux de concentrer leurs efforts sur la clarification de la stratégie de leur entreprise et d’imposer une plus grande rigueur de gestion. L’État avait les moyens de s’opposer à ce transfert précipité des actions d’Engie dans Suez.

Engie- Au 31 mars 2020 répartition
Capital social (et droits de vote) :
État français :
23,64 % (34,47 %)
Actionnariat salarié :
3,27 % (3,43 %)
BlackRock :
4,49 % (3,48 %)
CDC et CNP Assurances :
4,59 % (3,91 %)
Auto-détention :
0,76 % (0,59 %)
Public (y compris investisseurs institutionnels, actionnaires individuels et autres, y compris BlackRock) :
67,74 % (57,60 %)

 

Nationaliser Veolia ?

  • Nationaliser Veolia ?
  • La question peut se poser dans la mesure où il est démontré que l’État n’a aucun pouvoir en dépit des actions qu’il possède dans les différentes entreprises concernées (34 % chez Engie, 34 % chez Suez via Engie, et 5 % chez Veolia).
  • Le problème est simple, Veolia sera en situation hégémonique avec le rachat de Suez. Il pourra encore mieux qu’aujourd’hui imposer ses conditions notamment tarifaires à des collectivités locales le plus souvent désarmées face au géant Veolia. Rappelons que Veolia comme Suez  d’ailleurs se sont surtout développées grâce aux énormes bénéfices réalisés sur l’eau dont les prix se sont envolés de 50 à 100 % par rapport à la tarification des anciennes régies.( Les prix au mètre cube varient de trois à sept euros).
  • Ce regroupement est évidemment une très mauvaise nouvelle pour les collectivités locales qui devront payer le prix fort à Veolia pour les services assurés. Puisque la concurrence n’est plus assurée la question d’une nationalisation peut se poser dans l’intérêt général .
  • Veolia a donc annoncé l’acquisition auprès d’Engie de sa part de 29,9% au capital de Suez après le feu vert de son conseil d’administration et a confirmé son intention de lancer une offre sur le solde du capital de son rival français.
  • “Conformément aux engagements pris, Veolia confirme son intention de déposer une offre publique d’acquisition volontaire sur le solde du capital de Suez afin de parachever le rapprochement des deux entreprises”, dit le groupe dans un communiqué.

Veolia Suez : une crise durable défavorable au cours des actions de Veolia

Veolia Suez : une crise durable défavorable au cours des actions de Veolia

La direction de Veolia s’est lancée dans une offensive brutale vis-à-vis de Suez qui risque de durer des mois. Il y a évidemment les aspects juridiques et déjà Suez conteste la régularité de l’opération de rachat des actions d’Engie dans Suez. Il y a des aspects politiques qui vont sans doute amener le gouvernement à s’impliquer de façon un peu plus sérieuse dans le dossier notamment concernant les conséquences de perte de maîtrise éventuelle de la gestion de l’eau.

Une gestion de l’eau qui pourrait se passer dans les mains d’un fonds d’investissement y compris étranger. En effet Veolia devra vendre nombre d’actifs pour satisfaire Bruxelles en matière de concurrence. Des actifs qui ne concerneront pas seulement l’activité eau de Suez. Or il y a une certaine cohérence entre la gestion de l’eau , la gestion des déchets et le recyclage. Nombre de collectivités passent des contrats globaux pour l’ensemble de ses activités avec le même opérateur. Les perspectives de regroupement qui entraîneront des doublons partout vont se traduire par la suppression d’emplois et de structures dans Suez qui vont améliorer sa compétitivité. Du coup, la bourse anticipe ces améliorations et fait monter le cours de Suez. L’inverse pour Veolia qui a dépensé 3 milliards pour les actions détenues par Engie mais dont on n’est pas sûr de l’utilité si l’opération ne se fait pas.

A la Bourse de Paris, l’action Suez gagnait dans la matinée 4,31% à 16,065 euros. La valeur a grimpé de plus de 30% depuis la déclaration d’intérêt de Veolia fin août.

Dans le même temps, l’action Veolia a reculé de 2,6%. Le titre avançait mardi de 0,75% tandis qu’Engie progressait de 1,34%.

Faut-il nationaliser Veolia ?

Faut-il nationaliser Veolia ?

 

La question peut se poser dans la mesure où il est démontré que l’État n’a aucun pouvoir en dépit des actions qu’il possède dans les différentes entreprises concernées (34 % chez Engie, 34 % chez Suez via Engie, et 5 % chez Veolia).

Le problème est simple, Veolia sera en situation hégémonique avec le rachat de Suez. Il pourra encore mieux qu’aujourd’hui imposer ses conditions notamment tarifaires à des collectivités locales le plus souvent désarmées face au géant Veolia. Rappelons que Veolia comme Suez  d’ailleurs se sont surtout développées grâce aux énormes bénéfices réalisés sur l’eau dont les prix se sont envolés de 50 à 100 % par rapport à la tarification des anciennes régies.

Ce regroupement est évidemment une très mauvaise nouvelle pour les collectivités locales qui devront payer le prix fort à Veolia pour les services assurés. Puisque la concurrence n’est plus assurée la question d’une nationalisation peut se poser dans l’intérêt général .

Veolia a donc annoncé lundi l’acquisition auprès d’Engie de sa part de 29,9% au capital de Suez après le feu vert de son conseil d’administration et a confirmé son intention de lancer une offre sur le solde du capital de son rival français.

“Conformément aux engagements pris, Veolia confirme son intention de déposer une offre publique d’acquisition volontaire sur le solde du capital de Suez afin de parachever le rapprochement des deux entreprises”, dit le groupe dans un communiqué.

Suez: Engie dit oui à l’offre de Veolia

Suez: Engie dit oui à l’offre de Veolia

 

 

 

Engie a dit oui à la vente des actions qu’elle possède dans Suez et cela contre l’avis du gouvernement. Un résultat pour le moins surprenant par rapport à la composition du conseil d’administration.

 

Au 31 mars 2020
Capital social (et droits de vote) :
État français :
23,64 % (34,47 %)
Actionnariat salarié :
3,27 % (3,43 %)
BlackRock :
4,49 % (3,48 %)
CDC et CNP Assurances :
4,59 % (3,91 %)
Auto-détention :
0,76 % (0,59 %)
Public (y compris investisseurs institutionnels, actionnaires individuels et autres, y compris BlackRock) :
67,74 % (57,60 %)

 

Il y aurait une complicité du gouvernement que cela n’étonnerait pas car le gouvernement avait la possibilité de bloquer cette vente. En tout cas,  une nouvelle pagaille dans le monde capitalistique français. Engie en fait se débarrasse de ses actions Suez pour récupérer environ 2 milliards qui seront bien utiles compte tenu des résultats peu reluisants d’une entreprise beaucoup trop dispersée et écartelée entre le nucléaire, les nouvelles énergies et les services.

“Le Conseil a pris acte de l’ensemble des engagements pris par Veolia (…) et des échanges entamés entre les parties ces derniers jours sur le projet industriel”, dit Engie.

“Cette opération représente un produit de cession de 3,4 milliards d’euros et dégagera une plus-value avant impôts de 1,8 milliard d’euros enregistrée dans les comptes 2020”, ajoute le conseil.

En réalité ce n’est pas tellement le projet industriel avancé par Veolia qui intéresse Engie mais le produit de la vente de ses actions.

Son président Jean-Pierre Clamadieu a regretté que l’Etat ait voté contre le projet, tout en jugeant que les divergences pouvaient être surmontées.

Cela prouve à l’évidence le délitement du pouvoir de l’État dont on peut même se demander quelle est la signification de sa participation dans des entreprises qu’il renonce en fait à influencer. La vérité c’est que comme pour la plupart des entreprises capitalistes françaises, les conseils d’administration sont constitués de personnalités qui pèsent très peu sur les décisions et suivent les directions. En cause, le renvoi d’ascenseur d’administrateurs qu’on retrouve partout. « Je ne contrarie pas tes affaires mais tu ne mets pas le nez dans les miennes ». C’est ainsi que fonctionne la plupart des conseils d’administration d’entreprises françaises ou les administrateurs ne sont que des pions.

À peine Engie avait-il manifesté son intention de vendre ses parts que Veolia contrairement à ses déclarations précédentes annonçait une probable OPA rendue possible après l’acquisition des actions possédées jusque-là par Engie.

 

Rappelons que Suez s’oppose farouchement au projet qu’il juge toujours hostile, bien que le prix ait été revu à la hausse, et redoute un démantèlement de ses activités avec le risque de suppressions d’emplois massives.

.

A la clôture de la Bourse, l’action de Suez a affiché un recul de 4,17% à 15,40 euros. Veolia propose 18 euros par action pour les 29,9% d’Engie, ce qui valorise la totalité du groupe à plus de 11 milliards d’euros. Un groupe de parlementaires de la majorité a adressé samedi une lettre à Bruno Le Maire s’inquiétant d’une “fusion forcée” et de son impact sur l’emploi, l’innovation et le prix de l’eau et de la collecte des déchets.

Veolia: une promesse de coiffeur pour ne pas engager d’OPA hostile sur Suez

Veolia:  une promesse de coiffeur pour ne pas engager d’OPA hostile sur Suez

 

Veolia fait une sorte de promesse de coiffeur en assurant  de ne pas engager d’OPA hostile lorsqu’il aura récupéré les actions de Suez que possède actuellement Engie. Le ministre de l’économie qui comme le gouvernement s’est un peu empêtré dans ce dossier demande une vraie négociation entre les deux groupes. Une négociation complexe et dangereuse.

En effet si Veolia devait se regrouper avec Suez il faudrait se séparer de nombreux actifs, ceux de l’eau à l’international de Veolia et de l’eau de Suez en France. Sans doute à un (ou plusieurs)  fonds d’investissement qui n’a aucune expérience de ce secteur industriel et peut-être même un groupe étranger. De toute manière, il y aura de nombreuses redondances entre les activités de Suez et de Veolia; tout cela aboutira à une restructuration coûteuse en emplois.

Le bilan pour la collectivité risque de ne pas être très favorable car cette concentration pourrait faire monter encore le prix des services. Notons par exemple que pour le seul prix de l’eau la facture peut varier du simple au double selon que le réseau est géré par l’une des deux entreprises évoquées ou par une régie. Suez continue d’affirmer que l’opération de Veolia constitue une OPA hostile et refuse par avance la proposition de son concurrent principal en France. La conséquence de tout cela c’est que pour des services essentiels les collectivités locales risquent de trouver en face d’elle un seul opérateur français et qu’elles devront ouvrir les appels d’offres à des opérateurs étrangers et en choisir dans certains cas forcément.

Unmute

Débat Suez-Veolia : les territoires veulent être associés

Débat Suez-Veolia : les territoires veulent être associés

 

De manière assez légitime les représentants des collectivités locales souhaite être associées à la perspective de regroupement de Veolia et Suez. En effet, les clients principaux de Veolia et de Suez sont des collectivités locales qui éventuellement auront à subir les conséquences néfastes d’un regroupement qui renforcera la position hégémonique des sociétés citées et subiront vraisemblablement la hausse des prix des services délégués.

 

C’est en effet la question d du coût des services qui est en cause dans la mesure où les grandes sociétés de services environnementaux peuvent facilement imposer leurs conditions à des collectivités bien armées techniquement et financièrement pour juger de la pertinence des prix. Dans une tribune publiée par Le Point, des sénateurs, maires et présidents de collectivités s’inquiètent des conséquences de l’opération sur les services publics de l’eau et des déchets. Ils demandent à l’Etat de prendre son temps. L’AMF a aussi tenu a alerté sur certains points de la fusion.

 

En tant que « garants de l’accès de tous, à des conditions abordables, à ces services essentiels », ces élus estiment avoir le devoir de d’assurer qu’une telle opération « ne se fasse pas au détriment des usagers et contribuables, des collectivités locales et de l’emploi », expliquent-ils.

Veolia Suez : non au diktat de Veolia (ministre de l’économie)

Veolia Suez : non au diktat de Veolia (ministre de l’économie)

 

Il semble bien que le président de Veolia se soit engagé dans une voie dangereuse d’une part en fixant un ultimatum à Engie  pour racheter ses parts dans Suez, d’autre part en refusant la concertation organisée par le gouvernement. Un gouvernement un peu pris au piège dans cette affaire dont il n’a pas tout de suite saisi la problématique. Pour preuve le premier ministre au départ a déclaré que la fusion Veolia Suez « faisait sens « . Une appréciation un peu précipitée et pas forcément très fondée car de toute évidence cette fusion renforcerait la position hégémonique du groupe face à des collectivités locales bien armées  pour négocier avec ces mastodontes.

 

Bilan à terme une nouvelle hausse des prix comme cela a été le cas quand on est passé à la privatisation des réseaux d’eau. En outre et surtout l’existence d’un groupe quasi hégémonique découlant de la fusion Veolia Suez contraindrait les collectivités locales à ouvrir les appels d’offres à des opérateurs étrangers et à retenir en retenir. Le même phénomène pourrait se passer à l’international alors que Veolia et Suez sont actuellement bien placés. Un regroupement fragiliserait leur position.

 

Du coup le gouvernement a pris du champ avec cette question objet de beaucoup de polémiques quant à son intérêt économique. À cette fin,  le gouvernement avait prévu une réunion avec les deux entreprises intéressées mais Veolia a refusé d’y participer. Pire, Veolia a lancé une sorte d’ultimatum au gouvernement en indiquant qu’il exigeait une réponse sa proposition d’achat des actions d’Engie dans Suez . Engie dans l’actionnaire principal est l’Etat. Un ultimatum mal apprécié par le gouvernement .

“L’Etat ne cédera à aucune pression. Et l’Etat ne se fera pas dicter son calendrier”, a dit le ministre de l’Economie à des journalistes, en rappelant que le gouvernement avait des conditions en termes d’emplois, d’empreinte industrielle et de capital majoritairement français avant d’accepter tout rapprochement entre Veolia et Suez.

“Nous prendrons tout le temps nécessaire pour que cette opération se déroule dans les meilleures conditions, se fasse sans brutalité et dans l’intérêt des deux parties prenantes”, a-t-il ajouté.

La folie du patron de Veolia

La folie du patron de Veolia

« Suez a trahi la France »  a déclaré sans nuance le patron de Veolia qui a créé une belle pagaille dans les deux sociétés et surtout susciter des interrogations chez les clients français et étrangers. Comment en effet rendre crédible l’OPA de Veolia sur Suez qui s’accompagne du transfert de l’activité de l’eau de Suez sur un fond d’investissement qui n’a aucune compétence.

Un mécano capitalistique uniquement pour satisfaire les lois sur la concurrence. En réalité depuis que Suez a réagi en abritant l’activité eau de la société par un transfert du siège aux Pays-Bas l’opération n’est possible que si Veolia se sépare par exemple de sa propre activité d’eau.

L’opération du patron de Veolia aura au moins contribué à porter une grave atteinte à l’image des deux sociétés en France mais surtout à l’international. En effet les clients de Veolia comme de Suez peuvent nourrir des interrogations sur le champ d’activité future des deux sociétés. En France le regroupement éventuel se serait traduit par une position quasi hégémonique et une augmentation du prix de l’eau. Chacun sait que les municipalités qui passent contrat sont bien mal armées pour la plupart pour négocier avec ces mastodontes. Bilan c’est le consommateur qui aurait payé la facture.

Les anciens fonctionnaires comme Antoine frérot sont souvent comme les nouveaux convertis très activistes sur le terrain du capitalisme. Sans doute une sorte de revanche après avoir tellement souffert de l’étatisme dans l’administration. Visiblement le gouvernement – notamment le Premier ministre- avait initialement donné sa bénédiction sur un dossier évidemment qu’il connaît mal. Depuis il s’est  doute informé des conséquences néfastes de l’opération hostile de Veolia sur Suez et a opéré un recul prudent Très dépité le patron de Veolia a même refusé une réunion au ministère de l’économie. L’intéressé c’est quand même semblant de résister. Il affirme pouvoir   »trouver la parade pour désamorcer la fondation dans les 18 mois. (…) J’ai l’espérance très forte, je suis persévérant », a-t-il ajouté. « Mon espérance est de trouver la voie pour désamorcer. (…) Toutes les voies sont possibles, je n’ai pas la réponse précise à cette question. Mais je peux vous dire que je suis acheteur des 29,9% dans ces circonstances, j’ai suffisamment de confiance pour les acheter », a martelé le PDG.

Il a aussi indiqué qu’il ne céderait pas la branche Eau France de Veolia, au lieu de celle de Suez. « Parce que ce n’est pas mon projet, donc c’est comme ça ».

Veolia : responsable de la pagaille

Veolia : responsable de la pagaille

 

 

C’est en quelque sorte ce qu’affirme le patron de Suez. Il n’a pas complètement tort dans la mesure où le projet de Veolia est de racheter Suez mais de liquider aussitôt la branche eau à un fonds d’investissement sans expérience dans le secteur.

 

 Du coup si l’OPA devait se faire Veolia serait contraint de se débarrasser de certains de ses actifs car l’activité eau de Suez est désormais protégée  par le transfert du siège social aux Pays-Bas. En tout cas une belle pagaille quant à l’image des sociétés françaises à l’étranger notamment où une grande partie de leur activité s’effectue. Dans les Échos,  le patron de Veolia s’explique sur le sens de la mise à l’abri de l’activité au au sein d’une structure juridique localisée aux Pays-Bas.

 

La fondation annoncée hier empêche la cession de Suez Eau France, c’est une arme anti-OPA ?

Je veux être plus précis sur la fondation que nous avons mise en place, car j’entends beaucoup de choses n’ayant rien à voir avec la réalité. Nous transférons à une fondation indépendante de droit néerlandais deux actions de nos filiales concernées par l’activité Eau France de Suez. Pour la filiale Suez Eau France, c’est ainsi seulement une action sur les 42 millions existantes. Il n’est donc pas question de transfert de dividendes à l’avenir, et il n’y a donc aucune conséquence fiscale ou sociale. Il n’y a pas de transfert d’actifs, le seul objectif est d’empêcher l’aliénation - c’est-à-dire la cession - de Suez Eau France, qui ne sera possible qu’avec l’accord du conseil d’administration de Suez. S’il devait y avoir un changement de contrôle au sein de Suez, la cession serait impossible. Celle-ci ne sert qu’à cela : protéger un actif coeur, un actif clé du groupe. Ce mécanisme n’empêche en aucun cas une OPA sur Suez. Ce n’est donc pas une pilule empoisonnée. Cette fondation n’empêche pas une prise de contrôle, mais elle empêche un démembrement de Suez. Tout le monde peut déposer une OPA. Veolia aussi, mais s’il décide de le faire, il faudra qu’il trouve d’autres moyens de respecter les contraintes de concurrence en France que la cession de notre filiale Suez Eau France telle qu’elle est prévue dans son projet actuel. Nous souhaitons un traitement équitable de tous les actionnaires, en particulier minoritaires. Cette structure respecte donc leurs droits.

Regroupement Suez-Veolia : 10.000 emplois menacés

Regroupement Suez-Veolia : 10.000 emplois menacés

D’après la direction de Suez une éventuelle fusion entre Veolia et Suez pourrait se traduire par une perte de 10 000 emplois dont à peu près la moitié en France. Ce serait la conséquence des doublons de certaines superstructures mais aussi la conséquence de perte de marché. En effet, les collectivités locales seront contraintes d’ouvrir les appels d’offres à des sociétés étrangères après le regroupement Suez Veolia. Il faudrait ajouter que la situation de quasi-monopole du nouveau groupe aurait sans doute des conséquences sur le prix de l’eau pour l’usager.

«Évidemment que ça aboutirait à une casse sociale. On l’a chiffrée à 10.000 personnes dans le monde dont 4 à 5000 en France», a déclaré Jean-Marc Boursier devant quelques journalistes, en marge d’une visite du Centre international de recherche sur l’eau et l’environnement de Suez.

Selon Estelle Brachlianoff, directrice générale adjointe de Veolia, les craintes pour l’emploi évoquées par Suez en cas de rachat sont «une menace fantôme». «On garantit 100 pour cent de l’emploi en France, pour tout le monde, et l’ensemble des avantages sociaux. Nous sommes prêts à l’écrire, à signer cet engagement», a-t-elle dit. Un engagement qui n’engage que ceux qui veulent bien l’écouter car tous les regroupements ont en général produit quelques mois ou quelques années plus tard des plans de restructuration avec suppression souvent massif d’effectifs. La direction de Veolia ment évidemment comme on a menti par exemple lors du regroupement d’Alstom avec General Electric et dans nombre d’autres opérations de fusion.

Suez Veolia : Référé contre Veolia

Suez Veolia : Référé contre Veolia

Il est clair que la problématique de l’emploi n’a pas été prise en compte dans l’éventuel projet de regroupement entre Suez et Veolia. Pour preuve les instances consultatives des salariés n’ont pas été consultées. Le  regroupement se traduira inévitablement par des doublons de superstructure, aussi par des pertes de marché dans la mesure où les collectivités locales seront condamnées à choisir entre l’entité regroupée Suez Veolia et un autre opérateur le plus souvent étranger (le troisième opérateur français, la SAUR ne joue qu’un rôle marginal).

Le Comité social et économique de Suez et celui de l’établissement Suez Eau France siège viennent d’obtenir du tribunal de Paris l’autorisation d’assigner Engie et Veolia en référé pour demander la suspension du projet de rachat par Veolia tant qu’il n’en auront pas été informés et consultés régulièrement, ont-ils annoncé mardi.

“Le tribunal a fixé l’audience de référé au 29 septembre pour entendre les parties, y compris le Groupe Suez”, précisent-ils dans un communiqué.

“Le CSE et l’ensemble des salariés du Groupe Suez, fortement mobilisés aujourd’hui encore pour faire entendre leur opposition à ce projet de rachat, se réjouissent de cette décision du tribunal. Elle ouvre la voie à la prise en compte des intérêts des salariés, extrêmement inquiets des conséquences sociales de cette opération. Les syndicats chiffrent à plus de 10.000 les suppressions d’emplois qui en découleraient, dont 4.000 à 5.000 en France”, ajoutent les deux CSE.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol