Archive pour le Tag 'ventes'

Page 3 sur 5

Automobiles : les ventes plongent de près de 10 % en juillet

Automobiles : les ventes plongent de près de 10 % en juillet

Alors que les ventes s’étaient montrées particulièrement dynamiques depuis le début de l’année, elle chute dangereusement en juillet. Une baisse imputable à une différence de jours ouvrables mais aussi aux interrogations des consommateurs compte tenu des les incertitudes de la conjoncture. Les immatriculations de voitures neuves en France ont en effet reculé de 9,6% le mois dernier en données brutes par rapport à juillet 2015 mais affichent une progression de 6,1% sur les sept premiers mois de l’année 2016. A nombre de jours ouvrables comparable, les immatriculations automobiles ne ressortent qu’en légère baisse de 0,6% le mois dernier, selon les chiffres diffusés lundi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).Parmi les groupes français, PSA voit ses immatriculations de voitures neuves baisser de 17,4% tandis que le groupe Renault limite son repli à 4,2%.  Parmi les constructeurs étrangers, le groupe Volkswagen, notamment, accuse un recul de 17,3% de ses immatriculations de voitures neuves en France et Nissan un recul de 23,1%. A l’inverse, les immatriculations du groupe BMW ont augmenté de 10,3%. Le CCFA espère finir l’année avec une progression globale de 5 %.

(Avec Reuters)

Les ventes automobiles confirment le tassement économique aux États-Unis

Les ventes automobiles confirment le tassement économique aux États-Unis

 

En rythme annuel les ventes d’automobiles aux États-Unis sont inférieures à celles de l’année précédente. Quand on connaît l’importance du secteur automobile dans l’économie américaine cela confirme l’assez net  tassement de la croissance outre atlantique. Les grands constructeurs ont écoulé des nouveaux véhicules au rythme annualisé, ajusté des variations saisonnières, de 16,66 millions d’unités, selon le cabinet Autodata, après 17,45 millions en mai et 17,47 millions en juin 2015. Ce chiffre est également inférieur au consensus qui était à 17,2 millions. Toyota Motor, General Motors et Volkswagen ont vu leurs ventes baisser le mois dernier. GM, le numéro un américain du secteur, a vu ses ventes chuter de 6,1% en juin à 255.210 véhicules, conséquence de la baisse de ses marques Buick et GMC. Mais l’économiste en chef du groupe, Mustafa Mohatarem, a déclaré que les taux d’intérêt historiquement bas, la stabilité des prix des carburants, la hausse des salaires et la situation de quasi-plein emploi devraient favoriser la hausse des ventes au second semestre. Les ventes de Volkswagen aux Etats-Unis, qui restent affectées par le scandale de trucage des tests de pollution de ses voitures diesel, ont chuté de 21,8% à 23.809 unités. Toyota a vu les siennes reculer de 5,6% à 198.257 unités, en raison notamment d’un recul de ses ventes de berlines de luxe.

(Avec Reuters)

Ventes au détail : au plus bas après les attentats

Ventes au détail : au plus bas après  les attentats

 

 

C’est un peu au doigt mouillé que la Banque de France avait évalué conséquences des attentats en considérant que cela réduirait le PIB de 0,1 %. Ce que constate aujourd’hui la Banque de France c’est un recul de plus de 1 % des ventes de détail. Pour mesurer l’ampleur du phénomène il faudra attendre fin décembre et les gros achats de Noël et du nouvel an. Ce qui paraît certain c’est que les consommateurs hésitent à se rendre dans les très grands magasins et ont tendance à réduire le volume de leurs achats. Les incidences sur la croissance pourraient être plus importantes que prévu surtout en 2016 dans la mesure où en France cette croissance repose surtout sur la consommation des ménages Les ventes au détail ont donc accusé leur plus forte baisse depuis huit mois en novembre en France du fait des attentats de Paris et de Saint-Denis, dont l’impact s’est fait particulièrement ressentir dans les grands magasins, selon l’enquête mensuelle de la Banque de France dans le commerce de détail publiée lundi. L’indicateur d’activité du secteur a reculé de 1,1% sur le mois pour s’inscrire à un plus bas depuis mars, celui des seuls grands magasins chutant de 4,3% à un plus bas depuis juillet 2014. Le rebond des ventes à distance (+3,2%) et, dans une moindre mesure, des supermarchés (+0,8%) n’ont pas suffi à compenser ces baisses, qui ont touché également les hypermarchés (-1,9%). Dans ses dernières prévisions sur l’économie française, publiées début décembre, la Banque de France estimait que l’impact des attentats serait « sans doute transitoire et donc limité ».  Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a quant à lui déclaré que l’impact pourrait être de 0,1 point de PIB, soit environ deux milliards d’euros.

 

Les ventes du livre de Fillon : du pipeau !

Les ventes du livre de Fillon : du pipeau !

 

 

Ces jours derniers on a annoncé que le livre de François Fillon «  Faire » connaissait un véritable succès de librairie avec un chiffre de ce plus de 50 000 ventes peu après sa sortie. Mais  d’après le JDD qui s’appuie sur des chiffres incontestables ces ventes tourneraient davantage autour de 17 000. François Fillon avait sans doute un peu surestimé ses talents littéraires et politiques en considérant que ce succès de librairie témoignait d’une certaine forme d’adhésion à. En fait d’après les spécialistes si Fillon a vendu un peu plus de 15 000 exemplaires, c’est surtout parce qu’il révèle quelques détails croustillants de ces relations sulfureuses avec Sarkozy notamment quand il qualifie ce dernier de « plébéiens hargneux ». Le livre de François Fillon est donc très  loin d’être un « phénomène ». Selon le site spécialisé Edistat, le livre de l’ancien Premier ministre, Faire, s’est vendu à 17.000 exemplaires en deux semaines. Un chiffre qui avait été repris par le député de la Sarthe dans un post Facebook.  »Déjà plus de 50.000 ventes pour « FAIRE »! Ce succès me touche profondément. Il révèle, chez les Français, une véritable volonté d’agir », avait écrit jeudi l’ancien chef du gouvernement. Or, le livre s’est vendu à 6.308 exemplaires lors de la première semaine et à 10.638 exemplaires la deuxième semaine. Soit un total de 16.946 ventes, selon les chiffres du site spécialisé Edistat, qui fait autorité puisqu’il compile les ventes réelles de livres. « Edistat publie des estimations de ventes de livres en France métropolitaine (hors Corse) réalisées à partir des sorties de caisses d’un panel de magasins (1.200 points de ventes, Ndlr) répartis par circuit (librairies, grandes surfaces alimentaires, grandes surfaces spécialisées). Depuis le 1er janvier 2015, une estimation des ventes en ligne est intégrée au circuit « Grandes Surfaces Spécialisées » (GSS) », peut-on lire sur le site d’Edistat.

Hausse des ventes de logements neufs

Hausse des ventes de logements neufs

Les ventes de logements neufs en France ont progressé de 21,8% au deuxième trimestre par rapport à la même période de 2014, confirmant le rebond amorcé au quatrième trimestre de l’an dernier, selon les données publiées mardi par le ministère du Logement et de l’Egalité des territoires. La hausse a davantage concerné les logements collectifs (+23,4%) que les maisons individuelles (+6,0%). Un total de 26.533 logements neufs ont été réservés sur la période avril-juin contre 21.784 un an plus tôt. Ce niveau est supérieur à ceux du premier trimestre (24.423) et du quatrième trimestre 2014 (24.673). L’évolution sur douze mois est de +9,3%, à 95.071 logements. Dans le même temps, les mises en vente se sont établies à 24.557 unités sur le trimestre (-3,9% par rapport au deuxième trimestre 2014), un total inférieur à celui des réservations qui permet aux promoteurs de résorber l’encours des logements proposés à la vente (-8,8%, à 97.486 logements).

Automobiles : ventes en hausse en juillet

Automobiles : ventes en hausse en juillet

 

Le marché des automobiles neuves a vu les ventes encore progresser en juillet. Sur l’ensemble des sept premiers mois la vente de voitures particulières neuves enregistre une hausse de 5,6 %. Les immatriculations de véhicules neufs en France ont augmenté de 2,3% au mois de juillet, avec 147.132 voitures particulières vendues, selon des chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles. En juillet, selon les chiffres publiés ce lundi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), les immatriculations de véhicules neufs ont augmenté de 2,3% au mois de juillet, avec 147.132 voitures particulières vendues. Il s’agit pour une partie d’un phénomène de rattrapage de la faiblesse des ventes des années précédentes. Le marché automobile français avait  enregistré en 2014 une très légère hausse (+0,3%) après avoir atteint en 2013 son plus bas niveau depuis 15 ans.  Sur le seul mois de juillet, les constructeurs français représentent 52,38% du marché, en baisse de 1,6 %. Mais si PSA Peugeot Citroën enregistre une croissance de 3,6%, le groupe Renault, en revanche, chute de 8,5%. Du côté des constructeurs étrangers, ce sont les groupes Mercedes et Fiat qui enregistrent les plus fortes progressions (près de 20 %) tandis que GM est toujours dans le rouge avec un repli de 7,3 %.  Quant au marché de l’occasion, en juillet 2015 il est estimé à quelques 514 877 voitures particulières, soit une hausse de 1,1 % par rapport à juillet 2014 (avec 3 287 562 voitures particulières depuis le mois de janvier).

 

Ventes d’armes : un sénateur en examen pour corruption

Ventes d’armes : un sénateur en examen pour corruption

 

Encore uen affaire qui se rapproche de Sarkozy. Celle d’uen vente d’armes pour laquelle  le sénateur (UDI) du Gers Aymeri de Montesquiou a été mis en examen jeudi 8 juillet par deux juges du pôle financier parisien pour « corruption passive par personne exerçant une fonction publique » et « complicité de blanchiment en bande organisée » dans l’affaire du Kazakhgate. Le parlementaire est soupçonné d’avoir perçu des commissions occultes en marge de marchés passés en 2010 avec le Kazakhstan par le gouvernement Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Au mois de mars, le bureau du Sénat avait levé l’immunité du sénateur, dont les bureaux et le domicile avaient ensuite été perquisitionnés. Les juges Roger Le Loire et René Grouman enquêtent sur les dessous de juteux contrats signés sous la présidence de M. Sarkozy, dont M. de Montesquiou était le représentant officiel en Asie centrale, un marché approchant un montant total de 2 milliards d’euros. Il s’agissait notamment de l’achat par Astana de 45 hélicoptères fabriqués par Eurocopter (devenu Airbus Helicopters) et 295 locomotives. M. de Montesquiou a notamment été mis en cause par des rapports de Tracfin, l’organisme anti-blanchiment de Bercy, et par les déclarations d’une avocate niçoise, Me Catherine Degoul, choisie comme intermédiaire par l’Elysée pour permettre à des hommes d’affaires kazakhs d’échapper aux poursuites de la justice belge, condition posée par le président kazakh, Noursoultan Nazarbaiev, pour signer des contrats avec la France.

Etats-Unis : hausse de ventes automobiles

Etats-Unis : hausse de ventes automobiles

Les ventes d’automobiles pourraient annoncer une croissance plus forte au second trimestre. En effet General Motors et Ford ont tous deux fait état vendredi de ventes automobiles supérieures aux prévisions en avril aux Etats-Unis, ce qui permet au secteur d’espérer connaître sa meilleure année depuis près de 10 ans et donne à penser que le ralentissement de la croissance américaine au premier trimestre relève essentiellement de facteurs conjoncturels. Les ventes de GM ont progressé de 6% et celles de Ford de 5,4%. Pour Fiat Chrysler Automobiles et Nissan, la hausse a été respectivement de 5,8% et 5,7% mais dans les deux cas inférieure aux attentes. Ces premiers chiffres confortent la prévision des analystes interrogés par Reuters d’une hausse des ventes de 6% en avril pour l’ensemble du secteur. « La demande des ménages et des professionnels pour les pickups et les utilitaires se renforce depuis l’automne et c’est un signe évident que le ralentissement de la croissance du PIB au cours des mois d’hiver a été provoqué par des facteurs essentiellement provisoires », a dit Kurt McNeil, vice-président de GM chargé des ventes. « Le secteur automobile continue de se diriger vers sa meilleure année en termes de ventes depuis 2006. » Les ventes automobiles fournissent généralement un aperçu de l’évolution mensuelle de la demande des ménages. GM s’attend à ce que les ventes de l’ensemble du secteur en avril se soient élevées à 16,7 millions de véhicules en rythme annuel, contre 16,05 millions un an plus tôt. Les constructeurs bénéficient en outre d’une progression de la demande pour les pickup et les SUV, qui génèrent davantage de profits, au détriment des plus petits véhicules, en raison de la baisse du coût du carburant et de plus grandes facilités de crédit.

Croissance Allemagne : Très forte baisse des ventes au détail en mars

Croissance Allemagne : Très forte baisse des ventes au détail en mars

Les ventes au détail ont chuté de 2,3% en mars en Allemagne, subissant ainsi leur plus forte baisse depuis décembre 2013, mais les données trimestrielles en la matière laissent quand même entrevoir que la consommation des ménages reste un important moteur de la croissance de la première économie européenne. Selon des données publiées jeudi par l’Office fédéral de la statistique, ces ventes ont ainsi augmenté de 3,6% en termes réels sur la période janvier-mars, hausse la plus marquée depuis le premier trimestre 2012. Les économistes avaient anticipé pour le seul mois de mars sur une hausse de 0,4% des ventes au détail, un indicateur connu pour sa volatilité. Sur un an, les ventes au détail ont bondi de 3,5% alors que le consensus était d’une hausse de 3,2%.

Ventes des Rafales à l’Inde : enfin

Ventes des Rafales à l’Inde : enfin

Il était temps car cet avion certes très performant a coûté très cher au contribuable . Faute de vente à l’étranger la France a été contrainte d’acheter seule des avions plus de (180)  normalement destinés en grande partie à l’exportation. . Une vraie rentre pour Dassault qui n’a en faiat guère pris de risque financier.  de Dassault ( de 100 à 150 millions l’exemplaire). Les négociations avec l’Inde butait avec le prix, aussi avec le transfert de technologie pour l’instant pas très envisageable compte tenu de l’absence de sous traitants qualifiés en Inde. Après 3 ans de négociations laborieuses,  la France et l’Inde ont conclu vendredi un accord pour la livraison de 36 Rafale de Dassault Aviation fabriqués en France, le second contrat à l’export scellé pour l’avion de combat français après celui avec l’Egypte. « J’ai demandé au président (François Hollande) la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l’Inde », a annoncé le Premier ministre indien Narendra Modi au premier jour d’une visite officielle en France, aux côtés de François Hollande. Il a précisé lors d’une conférence de presse que les termes et conditions du contrat devaient encore être finalisés et le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rendra rapidement en Inde à cet effet, a dit le président français. Cet accord est séparé des négociations exclusives entamées il y a trois ans pour la livraison de 126 Rafale à New Delhi, dont 108 devraient être fabriqués en Inde par Hindustan Aeronautics Limited (HAL), ce qui rend les négociations compliquées, a-t-on appris de source française.  La vente qui a fait l’objet d’un accord vendredi portera dès lors sur des avions fabriqués uniquement en France. Selon des sources au ministère français de la Défense, les gouvernements indien français ont accéléré en décembre dernier des négociations qui se sont poursuivies jusqu’à vendredi. L’armée de l’air indienne entretient des relations anciennes avec Dassault Aviation, qui lui a déjà fourni dans le passé des Mirage 2000. Deux Mirage 2000 modernisés par le constructeur français ont été livrés le mois dernier aux autorités indiennes et cohabiteront ainsi avec les Rafale.

 

Ventes voitures : hausse en mars

Ventes voitures : hausse en mars

Une reprise nette au premier trimestre des voitures neuves on est toutefois encore loin des chiffres record du fait de la crise de 2009. Après le recul de 2014, on pourraiat enregistrer une  hausse de 1 à 3% ( avec sans doute des mouvements de yo-yo comme pour le reste de l’économie) . Si la reprise économique tarde à produire des effets concrets, le marché automobile, lui, continue de progresser. Les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont ainsi enregistré une hausse vigoureuse de 9,3% en mars, permettant de clore le premier trimestre 2015 sur une progression de 6,9%, a annoncé mercredi le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).  Même si les constructeurs français ont profité du dynamisme du marché le mois dernier, avec une croissance des volumes de 8,1% pour Renault et 7,9% pour PSA Peugeot Citroën par rapport à la même période de 2014, ce sont les groupes étrangers qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu puisque leurs immatriculations ont augmenté de 11,1%.  Conséquence: les constructeurs automobiles ont révisé à la hausse mercredi leur prévision de croissance du marché français pour 2015, à 2%, a annoncé le CCFA. Ce dernier tablait jusqu’ici sur une stabilité du marché pour l’année en cours.

 

Ventes voitures : hausse en mars

Ventes voitures : hausse en mars

Si la reprise économique tarde à produire des effets concrets, le marché automobile, lui, continue de progresser. Les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont ainsi enregistré une hausse vigoureuse de 9,3% en mars, permettant de clore le premier trimestre 2015 sur une progression de 6,9%, a annoncé mercredi le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).  Même si les constructeurs français ont profité du dynamisme du marché le mois dernier, avec une croissance des volumes de 8,1% pour Renault et 7,9% pour PSA Peugeot Citroën par rapport à la même période de 2014, ce sont les groupes étrangers qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu puisque leurs immatriculations ont augmenté de 11,1%.  Conséquence: les constructeurs automobiles ont révisé à la hausse mercredi leur prévision de croissance du marché français pour 2015, à 2%, a annoncé le CCFA. Ce dernier tablait jusqu’ici sur une stabilité du marché pour l’année en cours.

 

Ventes automobiles : hausse en janvier

Ventes automobiles : hausse en janvier

Une hausse de près de 6% en janvier, des chiffres encourageants mais toutefois à relativiser compte tenu du bas niveau des ventes comparées sur 15 ans. En décembre 2014, elles se sont en effet effondrées de 6,8 %, selon le bilan du Comité des constructeurs français d’automobile (CCFA). C’était  le pire mois de l’année. Au final, l’année 2014 a fini tout juste à l’équilibre, avec une progression d’à peine 0,3 %, quand le CCFA tablait sur une croissance de 2 %. Le marché reste donc très proche de celui de 2013, qui était l’année la plus catastrophique depuis quinze ans. La voiture, deuxième poste de dépense des ménages derrière le logement, reste très dépendante du moral des ménages français. Le climat économique français est trop morose, avec une croissance atone et un chômage qui n’en finit pas de monter, pour inciter à une telle dépense. Cependant Le marché automobile des voitures neuves en France a entamé l’année 2015 sur une note optimiste avec une hausse de 5,9% qui a surtout profité aux marques étrangères, selon les statistiques publiées lundi par les professionnels du secteur. Les constructeurs français ont connu des parcours contrastés pendant le mois de janvier, PSA Peugeot Citroën progressant de 2,6% grâce à une envolée de Peugeot, tandis que le groupe Renault reculait de 3,3%, a indiqué le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) dans sa livraison mensuelle de chiffres. Les étrangers ont profité à plein de cette baisse de régime et enregistrent des immatriculations en hausse de 14,5%. Côté groupes généralistes, Nissan, partenaire de Renault, progresse ainsi de 26,6%, son concurrent japonais Toyota est à 10,4%, tandis que Ford bondit de 18,2%, Fiat de 9,7% et Volkswagen de 6,8%. Seul General Motors fait la grimace avec -7,7%, dépassé en volume par le sud-coréen Hyundai (+26,8%).  Le champion toutes catégories de la croissance en janvier est toutefois le spécialiste allemand du luxe Mercedes (avec Smart), à +58,1%, alors que son concurrent direct BMW (qui comprend Mini) progresse de 18,4% mais bat encore largement le groupe à l’étoile en volumes de vente.

Japon: recul de 20% des ventes automobiles

Japon: recul de 20% des  ventes automobiles

Les ventes de véhicules neufs au Japon ont chuté de quelque 19% en janvier sur un an, contrecoup d’une ruée dans les concessions durant les premiers mois de 2014 avant une pénalisante hausse de taxe en avril, selon les statistiques officielles publiées aujourd’hui. Le facteur « TVA » a joué sur les automobiles de particuliers qui avaient acheté l’an passé avant que le taux de cet impôt indirect n’augmente de 3 points à 8%.Dans le détail en janvier, parmi les modèles de divers types de cylindrées classiques, ont été vendus 207.635 voitures de tourisme (-21,4%), 28.799 poids lourds (+4,4%) et 736 bus (+26,7%). Comme au cours des derniers mois de 2014, les ventes d’automobiles classiques accusent une chute suffisamment forte pour plomber l’ensemble du marché, une faiblesse également imputable à la réticence des consommateurs à s’endetter dans une période économique incertaine. Les ventes de véhicules de catégories inférieures à 660 cm3 se sont établies pour leur part à 164.196 unités contre 203.659, d’après l’association des vendeurs de mini-véhicules.  En 2014, les ventes de véhicules neufs au Japon avaient dans leur ensemble augmenté de 3,5% sur un an, grâce aux achats plus importants de mini-véhicules et de poids lourds et malgré la hausse de TVA qui a concerné huit des douze mois de l’année.

Ventes d’appartements neufs : moins 8%

Ventes d’appartements neufs : moins 8%

 

 

 

Les ventes de logements neufs par les promoteurs ont reculé de 11,2% au troisième trimestre sur un an, selon les chiffres publiés jeudi 20 novembre par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).  Dans le meilleur des cas, ces professionnels considèrent qu’ils ne vendront pas plus 70.000 logements neufs. C’est un recul de 8% par rapport à 2013, qui était un millésime déjà très pauvre. Ce secteur économique enregistre son neuvième trimestre consécutif de baisse d’activité. La vie des promoteurs peut nous paraître un souci un peu lointain. En réalité, cela nous concerne tous. D’abord construire et vendre 70.000 logements quand la vitesse de croisière de la France c’est 120.000 à 130.000 appartements, cela signifie concrètement que près de 60.000 emplois qualifiés sont perdus par l’ensemble de la filière bâtiment. Ensuite quand les promoteurs ne vendent pas, ils gèlent tous nouveaux projets. Enfin, il faut simplement coller à la demande des nouveaux ménages. La population française a augmenté de 10% en quinze ans. Il y a aussi les séparations et les divorces. Au total, il faut bâtir au moins 340.000 logements par an. On va donc accumuler un retard supplémentaire dans l’offre de logements disponibles pour les Français. Nous en serons loin cette année.  Manuel Valls avait pourtant annoncé un plan de relance. Il y avait cinquante mesures phare pour fin décembre. Mais d’ores et déjà, la moitié d’entre sont reportées à l’été 2015. Même topo avec la loi Pinel. Elle devait simplifier, clarifier, élaguer, bref réparer les dégâts de la loi Alur de Cécile Duflot. Ce travail est toujours en suspens. Les normes, souvent paralysantes, toujours coûteuses et parfois contre-productives, n’ont pas encore été allégées. Les procédures administratives restent aussi pesantes. Bercy traîne bien sûr les pieds sur le volet financier et fiscal des nouveaux dispositifs. Pour faire simple, le bâtiment à la tête sous l’eau. Les secouristes sont toujours assis sur la berge. C’est assez rageant quand on sait que ce secteur, s’il est bien relancé, c’est un coup d’accélérateur massif de croissance en France. Ce serait un bonus d’au moins 0,4%. On n’est pas si gaillard qu’on puisse le mépriser. Nos politiques ont une responsabilité : celle de créer un cadre de travail cohérent. Mais les promoteurs et les constructeurs en ont une très lourde aussi. Le logement neuf est trop cher (c’est le plus cher d’Europe) et d’un mauvais rapport qualité-prix. Il est très peu efficace en termes de consommation d’énergie. Les process de fabrication n’ont pas beaucoup évolué depuis quarante ans. Les standards de qualité sont quasiment d’époque. Cette industrie doit prendre exemple sur l’automobile. Aujourd’hui, une Clio 4 coûte beaucoup moins cher qu’une 4L. Mais vous avez le confort, la sécurité, la consommation et le plaisir en plus. Les Français ne sont pas dupes : ils privilégient toujours l’ancien plutôt que le neuf. (Lu sur RTL)

 

Automobiles : hausse des ventes surtout de low cost

Automobiles :  hausse des ventes surtout de low cost

 

Les ventes progressent encore en Europe mai surtout les voitures moins chères. Cependant la production (et les ventes) sont encore sou le niveau d’avant 2008). Avec une hausse de 6,4% des immatriculations de voitures neuves, le marché européen connaît une nouvelle embellie. Toujours en convalescence, il est en augmentation pour le 13e mois consécutif? Et les constructeurs français tirent particulièrement bien leur épingle du jeu. Renault progresse de 10,7% et PSA Peugeot Citroën de 9,8% par rapport à septembre 2013, indique l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) dans un communiqué. Les marques de PSA croissent à peu près au même rythme: +10,6% chez Peugeot et +8,7% chez Citroën. Du côté du groupe Renault, la marque au losange s’en tire honorablement avec +7,9% mais c’est comme les mois précédents Dacia qui enregistre la progression la plus nette: +20,2% pour la marque d’origine roumaine, spécialisée dans les voitures simples et moins chères. Sur neuf mois, les immatriculations de PSA progressent de 4,8%, en deçà de la moyenne du marché (+6,1%) tandis que celles du groupe Renault bondissent de 15,9%. Au total, 1,23 million de voitures ont été immatriculées dans l’UE au mois de septembre, contre 1,16 million pour la même période un an plus tôt. Mais les volumes restent encore inférieurs à ceux que l’UE avait connu avant la crise de 2008. Ainsi, en septembre 2005 et 2006, quelque 1,4 million de voitures avaient été mises en circulation.

 

Ventes automobiles Allemagne : chute auusi en Allemagne

Ventes  automobiles Allemagne : chute auusi en Allemagne

Les ventes  ont auusi  chuté en Allemagne, moins  0.5% seulement en août (comme en France et ailleurs), le signe du tassement de la demande et d’une croissance générale  très molle. Les ventes de voitures neuves ont diminué de 0,5% à 213.100 unités en août en Allemagne, faisant craindre que la reprise du marché automobile européen marque déjà le pas. La fédération professionnelle VDA, en annonçant ce chiffre mardi, l’a imputé à la période estivale traditionnellement creuse pour le marché et aussi au fait que le mois comparable de 2013 comptait un jour ouvré de plus, mais des experts du secteur craignent un malaise plus profond. « Il y a des signes d’affaiblissement du marché », commente ainsi Ferdinand Dudenhöffer, à la tête du centre de recherche automobile de l’Université de Duisbourg-Essen. Le tassement des ventes en août contraste avec la hausse de 6,8% des immatriculations en juillet. Les ventes aux particuliers ont diminué de 2% en août pour représenter 37,8% du total, montrent les chiffres de la VDA. Le marché allemand n’a pas été le seul à baisser le mois dernier: les immatriculations de voitures neuves ont baissé de 3% en France et diminué de 0,2% en Italie, a-t-on appris lundi, mais elles ont bondi de 13,7% en Espagne où le marché est soutenu par une prime à la casse. Sur la période janvier-août, le marché automobile allemand a progressé de 3% à un peu plus de deux millions de véhicules, selon la VDA. Le président de la fédération Matthias Wissmann a dit qu’il comptait toujours voir le secteur atteindre son objectif de porter les ventes annuelles à trois millions de véhicules environ cette année contre 2,95 millions en 2013.

 

Automobiles : ventes en recul

Automobiles : ventes en recul

 

Moins 11% pour Renault, moins 3% pour Peugeot et globalement des immatriculations en régression. Le signe de l’attentisme des consommateurs surtout au moment de régler les impôts et le dépenses contraintes de rentrée. Evidemment encore une mauvaise nouvelle pour la croissance et l’emploi. Les ventes de voitures neuves en France ont reculé de 3% au mois d’août 2014, par rapport à août 2013, selon les données publiées lundi par le comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Au mois d’août, 83.340 véhicules neufs ont été immatriculés en France, mais à nombre de journées ouvrables comparable, le marché affiche une hausse de 1,8%, souligne le CCFA. Les constructeurs français connaissent également une baisse de leurs ventes en août: -3,1% pour PSA Peugeot Citroën, -10,7% pour le groupe Renault.

Presse : nouveau recul des ventes

Presse : nouveau recul des ventes

 

La presse recule encore, pas étonnant les grands médias offrent très peu d’originalité dans leurs infos et leurs analyses. Pire, comme la plupart des français pendant environ deux mois, les journalistes sont en vacances. (Cela vaut pour la presse, comme pour les radios, les télés ou les grands sites internet). D’une certaine manière, la presse souffre de la pensée unique et de l’info congelée en provenance des agences de presse, du gouvernement ou des grandes organisations. Il faut d’ailleurs noter un décalage d’analyse d’un jour ou deux entre la pensée ambiante et les sites indépendants. Des sites de plus en plus plus et analysés qui nourrissent ensuite la ligne éditoriale des grands médias, une petite révolution culturelle peu évoquée. !  .  Le chiffre d’affaires global de la presse écrite française (quotidiens et magazines) s’est replié de 5,3 % l’an dernier, s’établissant à 8,25 milliards d’euros. C’est la sixième année consécutive de baisse pour le secteur, installé «de façon durable dans une phase négative», note la DGMIC. Dans le détail, les ventes de diffusion (ventes au numéro et abonnements) ont baissé de 3,5 % et les recettes publicitaires ont chuté de 8,5 %. Au niveau de la diffusion, la baisse de la vente au numéro (kiosques et maisons de la presse) s’est accélérée entre 2012 et 2013, passant de -2 % à -6 %.  Le contexte général ainsi que la fermeture de points de vente expliquent cette aggravation. Quant aux abonnements, ils montrent pour la première fois depuis plusieurs années des signes de faiblesse, alors même que de nombreux éditeurs en ont fait souvent leur priorité commerciale. Alors que les recettes d’abonnements avaient progressé en 2012, elles ont légèrement reculé l’année dernière, sans doute sous l’effet d’une pression sur les prix, les éditeurs étant prêts à accorder de grosses remises pour conquérir des clients réguliers. Mais c’est sur le terrain publicitaire que la dégringolade a été la plus violente: les recettes liées à la vente d’encarts et aux petites annonces, en baisse de respectivement 8,2 % et 9,5 %, souffrent particulièrement de la mauvaise conjoncture. «Les annonceurs reportent voire annulent des campagnes, mais ils font surtout pression sur les prix», observe un éditeur de magazines. La presse gratuite d’annonce (PGM) est le segment le plus touché avec des ressources au global en recul de 23,6 % en 2013. À cela s’ajoute le phénomène de migration de l’achat d’espace du papier vers le numérique qui se poursuit, mais les recettes sur le Web sont encore loin de compenser les baisses de recettes tirées du papier. La forte dégradation des recettes publicitaires depuis 2008, parallèle à une érosion plus mesurée du chiffre d’affaires de diffusion, fait évoluer le modèle économique des éditeurs. Comme le rappelle la DGMIC, la part des ventes s’est fortement renforcée dans le chiffre d’affaires global: elle est passée de 52,5 % en 1990 à 64 % en 2013. Dans ces revenus, la part de la vente au numéro a reculé, de 36,7 % à 32,5 % du chiffre d’affaires global, tandis que la part des abonnements a doublé, passant de 15,8 % à 31,5 %. Le diagnostic de la DGMIC est sans appel. «L’organisation fonctionnelle de la presse est en désordre et le modèle économique qui la caractérise va devoir se transformer en profondeur», note la direction du ministère, pour qui «le secteur doit se préparer à des évolutions plus radicales encore». La DGMIC constate par ailleurs que les recettes numériques restent une source de revenus «mineure» pour la plupart des éditeurs. Elles ont tout juste franchi la barre en 2013 des 5 % du chiffre d’affaires des 300 plus grands acteurs de la presse en France.

 

Fruits et légumes français : baisse des ventes de 10%

Fruits et légumes français : baisse des ventes de 10%

Alors que les prix sont en baisse, les ventes sont en baisse de plus de 10% d’après les syndicats de producteurs. « On se pose beaucoup de questions parce que nos produits sont à disposition et ils sont très bons. En termes de chiffre d’affaires, c’est 20% en moins sur nos exploitations« , se désole Jacques Rouchaussé, président du syndical Légumes de France. Et la situation est d’autant plus inquiétante pour la filière que la production est en avance sur certains produits d’après Pascal Dujols, président du syndicat des détaillants en fruits, légumes et primeurs : « En général, on a surtout une crise de surproduction sur quelques produits. Cette année, les récoltes sont en avance sur les prunes. Les raisins, les poires vont également concurrencer les nectarines. On est très inquiets« . Autre motif d’inquiétude: la concurrence des produits étrangers dans les grandes surfaces. Ce qui pousse les producteurs français à casser leurs prix. C’est le cas par exemple des salades : « Ca se négocie entre 25 et 28 centimes, et c’est revendu entre 80 centimes et un euro dans les rayons« , d’après Denis Digel, producteur à Sélestat, en Alsace. Grosses tensions également sur la pêche. Début juillet, des arboriculteurs français ont bloqué des camions espagnols à la frontière pour protester contre la concurrence des pêches et des nectarines. Luc Barbier, président de la Fédération nationale des fruits, dénonce les pratiques commerciales des producteurs espagnols.

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol