Archive pour le Tag 'ventes'

LA DACIA SANDERO : NUMÉRO UN DES VENTES EN EUROPE

LA DACIA SANDERO : NUMÉRO UN DES VENTES EN EUROPE

 

La Sandero voiture la moins chère (mais aussi la plus fiable) devient numéro un des ventes en Europe.

En juillet, on dénombre 20.446 ventes de Dacia Sandero, première du classement, devant les 19.425 unités de la Volkswagen Golf, d’après les données du cabinet Jato. A noter la troisième place de la Toyota Yaris, qui est donc la première voiture produite en France de ces ventes européennes. Seul représentant d’une marque française dans le top 10 de juillet toutes motorisations confondues, le Peugeot 2008 est en effet assemblé en Espagne.

En juillet, la Dacia Sandero a dominé les ventes de voitures neuves en Europe. © Jato

le Peugeot 3008, produit à Sochaux, est à la deuxième place des véhicules hybrides rechargeables les plus vendus en Europe en juillet, derrière le Ford Kuga. En 100% électrique, on retrouve la Renault Zoé, « made in Flins » également à la deuxième position, derrière l’ID.3 de Volkswagen.

Lancée l’an dernier, la dernière génération de Dacia Sandero représente un des meilleurs rapport qualité prix sur le marché du neuf actuellement, avec un tarif de départ à 8890 euros.

 

Automobile : grosse chute des ventes

En raison notamment des incertitudes qui pèsent sur l’avenir des futurs véhicules, les immatriculations de voitures particulières se sont élevées à 115.711 unités en juillet, soit 35 % de moins que sur le même mois de 2020.

Et la comparaison avec 2019 n’est guère plus favorable, avec une baisse de 32,8 %. Car 2020 a été une année très atypique : après de longs mois de fermeture des usines et des concessions au printemps en raison de la crise sanitaire, le marché a ensuite été largement soutenu par des bonus à l’achat et autres primes à la conversion.

Peugeot en tête des ventes automobiles en Europe

Peugeot en tête des ventes automobiles en Europe

Dans un marché très déprimé qui accuse une baisse de 20 %, Peugeot prend la tête des ventes.

Peugeot voit sa 208 détrôner la Toyota Yaris en tête du palmarès des ventes en Europe. La marque au Lion décroche aussi la deuxième place du top 10 avec la 2008. Renault occupe la sixième place avec la Clio. Les constructeurs français sont aussi bien positionnés sur le segment des hybrides rechargeables : la Peugeot 3008 occupe la deuxième place derrière la Volvo XC40, et le Renault Captur la troisième. Sur celui des véhicules à batterie, la Zoe de Renault est en troisième position derrière la Tesla Model 3 et la Volkswagen ID3, suivie par la Peugeot e208.

 

La part du diesel continue à décroître avec 27% des immatriculations en février. En revanche, les véhicules électrifiés (purs électriques et hybrides rechargeables) continuent à progresser avec une hausse de 67% par rapport à l’an dernier. Leur part de marché, de 6,5% en février 2020, passe ainsi à 13,6% le mois dernier. Les SUV ont représenté 44% des ventes, contre 39% l’année dernière.

Baisse des ventes de médicaments sans ordonnance en 2020

Baisse des ventes de médicaments sans ordonnance en 2020

En 2019, le chiffre d’affaires des médicaments vendus hors prescription médicale en pharmacie avait reculé de 4%. En 2020, en pleine pandémie, celui-ci a de nouveau chuté de 9,4%, indique le baromètre annuel de l’association française des fabricants du secteur (Afipa) publié ce jeudi 4 février.

En effet, en se protégeant de la Covid-19 avec le port du masque, le respect des gestes barrières, la limitation des déplacements et des contacts physiques, les Français se sont également protégés des maladies saisonnières et ont, par conséquent, eu moins recours aux médicaments sans ordonnance, précise l’Afipa.

Croissance Allemagne: Hausse surprise des ventes au détail en novembre

Croissance Allemagne: Hausse surprise des ventes au détail en novembre

Une hausse un peu surprise des ventes de détail en novembre pour l’Allemagne. Une tendance qui semble indiquer que l’Allemagne sort nettement du rouge en matière de croissance

Les ventes au détail – un indicateur volatile et souvent sujet à révision – ont progressé de 1,9% en termes réels en novembre après une hausse de 2,6% en octobre.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une baisse mensuelle de 2,0% en novembre.

Sur un an, elles affichent une hausse plus forte qu’anticipée de 5,6% après une hausse de 8,6% (chiffre révisé) en octobre.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une hausse annuelle de 3,9% en novembre.

Tesla: 500.000 ventes mais survalorisation du titre

Tesla 500.000 ventes mais survalorisation du titre

 

Le constructeur automobile  Tesla qui se veut le futur champion du secteur revendique la vente de 500 000 véhicules électriques en 2020. Il s’agit certes d’une percée significative du véhicule électrique pour autant la société est très largement survalorisée en bourse, de l’ordre de 6 à 10 fois plus que les grands de l’automobile qui produisent  4 à 10 millions de voitures par an. Des experts considèrent que cette survalorisation est particulièrement dangereuse, elle est 10 fois supérieure aux plus grands constructeurs mais Tesla produit 20 fois moins de voitures.
Dans l’ordre Toyota domine la production mondiale suivie de Volkswagen.

Le classement 2019 des principaux constructeurs automobiles mondiaux

Constructeurs

Volume de ventes
(en millions)

Variation en %

Toyota

10,74

+1

Volkswagen

10,71

stable

General Motors

7,72

-8

Ford

5,39

-10

Nissan

5,18

-8

Honda

5,17

-2

Hyundai

4,48

stable

Fiat Chrysler

4,42

-9

Renault

3,75

-3

PSA

3,48

-10

Suzuki

3,34

+6

Daimler

2,82

+1

Kia

2,82

stable

BMW

2,54

+2

Mazda

1,50

-7

Mitsubishi

1,23

+1

Tesla

368 000

+50

 

Le groupe Tesla dit avoir livré 499.550 voitures en 2020, alors que les analystes financiers tablaient en moyenne sur un chiffre de 481.261 selon les données de Refinitiv.

Elon Musk s’était fixé un objectif de 500.000 ventes.

L’année 2020 a par ailleurs été très réussie pour Tesla d’un point de vue boursier: le cours de ses actions a été multiplié par près de neuf et sa capitalisation atteignait en clôture jeudi plus de 668 milliards de dollars (550 milliards d’euros), plus de six fois celle du numéro un européen de l’automobile, l’allemand Volkswagen.

Croissance États-Unis : un très petit rebond des ventes au détail

Croissance États-Unis : un très petit rebond des ventes au détail

 

 

Comme l’avait indiqué le fonds monétaire international et la banque fédérale américaine, la reprise de l’économie tend à se tasser aux États-Unis. Ce que conteste par ailleurs Trump et son gouvernement  Selon les projections de la réserve fédérale américaine, le produit intérieur brut devrait chuter cette année de 6,5%.

Ces  prévisions contredisent les déclarations de l’administration Trump, qui pense que la situation reviendra vite à la normale. L’an prochain, l’économie devrait rebondir de 5% mais ne retrouvera pas son niveau d’avant la crise. Le chômage, lui, devrait s’installer et finir l’année à 9,3%. Le petit rebond des ventes au détail aux Etats-Unis confirme que la remontée sera difficile.

En effet les ventes au détail ont progressé de 1,2% le mois dernier après une croissance de 8,4% en juin, montrent les données publiées vendredi par le département du Commerce. Les économistes interrogés par Reuters attendaient pour juillet une hausse de 1,9%.

Le coronavirus continue de se propager aux Etats-Unis, forçant certains Etats à imposer de nouvelles restrictions qui pèsent sur la consommation. Les ventes au détail souffrent également de la baisse des indemnités de chômage pour les millions d’Américains qui ont perdu leur emploi à cause de la crise sanitaire.

Zone euro: Hausse record des ventes au détail en mai

Zone euro: Hausse record des ventes au détail en mai

 

Une hausse de 17,8 % des ventes de détail en mai qui signale un redressement mais encore très inférieur aux résultats de l’année précédente. Comme pour les autres biens de consommation, il s’agit de savoir si s’agit d’un redressement conjoncturel ou structurel. De toute évidence , certains achats en mai comme en juin sont venus compenser la paralysie de beaucoup de produits pendant plusieurs mois. Il y a sans doute un effet de rattrapage d’ailleurs confirmé dans les résultats de juin. Reste à savoir si la tendance est structurelle, si cette tendance est suffisamment haussière pour permettre le retour au niveau de production et de consommation de fin 2019 et surtout quand.

Les ventes dans les 19 pays de la zone euro ont augmenté de 17,8% par rapport à avril, selon Eurostat, un chiffre encore meilleur qu’attendu puisque les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de 15%.

Il s’agit de la hausse la plus soutenue enregistrée depuis 1999, année durant laquelle a débuté la collecte des données des ventes au détail dans la zone euro.

Le rebond des ventes en mai a partiellement compensé les baisses record enregistrées au cours des deux mois précédents puisque les volumes du commerce de détail avaient chuté de 12,1% en avril et de 10,6% en mars, selon les données révisées d’Eurostat publiées lundi.

Les ventes dans l’habillement et la chaussure, le secteur le plus touché durant la pandémie de coronavirus, ont enregistré une hausse de 147,0% en mai par rapport à avril mais accusent une chute de 50,5% sur un an.

Les achats de carburants automobiles ont augmenté de 38,4%, la vente d’électroménager et d’ameublement de 37,9%, ceux de les livres et de matériel informatique de 26,8%.

Les ventes en ligne, seul sous-secteur du commerce de détail de la zone euro qui n’a pas connu de baisse pendant le confinement, ont continué à augmenter, de 7,0 % en mai.

Le détail des chiffres par pays montre que les ventes au détail ont augmenté de 13,9% en Allemagne et de 25,6% en France. Les données pour l’Italie n’étaient pas disponibles pour le mois de mai.

La Banque de France estime que l’économie a chuté de 14% entre avril et juin en raison du confinement mis en place pour enrayer la propagation du coronavirus. Mais la Banque de France estime que la reprise pourrait enregistrer un rebond de 14 % du pub troisième trimestre.

La mise en oeuvre d’un confinement généralisé à la mi-mars en Europe a fait plonger l’économie française de 5,3% sur le seul premier trimestre. La France a levé progressivement ses mesures de confinement à partir du 11 mai.

La Banque de France estime que l’activité économique se situe 7% en dessous de ses niveaux habituels, contre 9% le mois dernier et 32% lors du début du confinement en mars.

Si la reprise économique se confirme et si l’épidémie de coronavirus reste maîtrisée, la Banque de France fait savoir qu’elle pourrait réviser à la hausse sa prévision d’une baisse de 10% du PIB cette année, qui est déjà plus optimiste que celle du gouvernement qui table sur une contraction de 11% en 2020. Le problème c’est qu’on ne sait pas quel pourcentage de cette reprise peut être affecté a une compensation conjoncturelle et celui  qui peut relever d’une tendance structurelle durable. L’idée générale de beaucoup d’institutions et de responsables du gouvernement est de diffuser un fort sentiment d’optimisme , de redonner confiance aux acteurs économiques et en particulier aux ménages sur lesquels repose essentiellement l’avenir de la croissance.

Carburants : ventes en chute libre

Carburants : ventes en chute libre

 

Une véritable chute libre pour la vente de carburant qui atteint en moyenne 70%  pour les véhicules automobiles et 95 % pour le kérosène des avions. Une demande qui s’écroule complètement alors que dans le même temps l’Arabie Saoudite et la Russie au contraire ont décidé d’ouvrir les vannes de la production pour écrouler la concurrence. Nombre de pays producteurs se trouvent donc très affectés par les pertes de recettes mais les États-Unis et le Canada subissent aussi des dégâts car avec un pétrole autour de 35 € le baril,  il est impossible d’amortir les très forts coûts du gaz de schiste. Il y a donc des dimensions économiques dans cette stratégie de l’Arabie Saoudite mais aussi une dimension politique avec notamment l’affaiblissement supplémentaire de l’Iran qui avait déjà du mal à écouler son pétrole

. D’après plusieurs acteurs, depuis la mi-mars, la consommation de carburants a reculé d’environ 70%. Pour les carburéacteurs – les carburants avion -, la dégringolade atteint 95%: ne sont plus autorisés que les vols sanitaires et les vols cargo. «Dans ce marasme absolu pour notre industrie, un seul segment de produits tire – un peu – son épingle du jeu, c’est le fioul domestique, explique Olivier Gantois. Cela correspond à des achats d’opportunités: les clients qui se chauffent au fioul (près de 4 millions de foyers en France, soit l’équivalent de 10 millions de personnes, NDLR) profitent des prix bas pour remplir leur cuve.» À titre indicatif, une citerne contient environ 1000 litres, et les consommateurs, très attentifs aux évolutions tarifaires, la remplissent

Automobile : plongeon des ventes et crise

Automobile : plongeon des ventes et crise

 

On s’attend à une chute assez brutale des ventes de voitures qui seraient justifiées par les mesures de confinement prises par le gouvernement. Certes le Coronavirus à des effets puisqu’on tente de réduire au maximum la mobilité pour autant la crise est bien antérieure à la pandémie .

 

De nombreux constructeurs automobiles ont décidé de suspendre leur production. Les usines seront totalement fermées. Une des conséquences du Coronavirus qui perturbe les processus de production, affecte le personnel , aussi la demande . La croissance  se tasse  sérieusement et devrait donc même tomber dans le rouge. En cause bien sûr, une conjoncture économique moins favorable caractérisée par un tassement du PIB au plan mondial. En moyenne en France, on attendait seulement 1 % de progression pour le PIB. On peut faire d’ores et déjà une croix sur cette perspective. Plus vraisemblablement, la plupart des pays devraient être en récession. Dans le cadre d’une activité générale ralentie, le secteur automobile subit un affaiblissement supplémentaire lié à son environnement particulier. Il y a d’abord les normes  européennes plus dures et destinées protéger l’environnement. Des normes très coûteuses pour le secteur et que les constructeurs ont du mal à intégrer. De nombreuses interrogations demeurent quant au perspectives réelles du développement massif de l’automobile électrique. Certes les ventes de voitures électriques progressent mais les chiffres sont encore très marginaux au regard du parc total et de la demande de renouvellement. La technologie des batteries n’est pas encore totalement fixée. En outre, émerge le problème de la faisabilité du moteur à hydrogène déjà en l’expérimentation sur les camions, les autocars sans parler des trains. Face à cette conjoncture moins favorable et aux interrogations technologiques, la demande est hésitante surtout pour investir dans la filière électrique particulièrement coûteuse au moins dans l’investissement. Face au ralentissement évoqué, la plupart des marques ont d’ailleurs envisagé des plans de réduction des effectifs voir une restructuration de leur appareil de production incluant des fermetures d’usines.

C’est le groupe italo-américain (Fiat, Alfa Romeo, Jeep, Maserati…) qui a annoncé le premier la fermeture de huit usines en Europe sur les onze qu’il possède. On compte parmi elles six usines en Italie, pays déjà soumis au confinement obligatoire depuis deux semaines maintenant.

PSA a annoncé qu’il fermait ses quinze usines européennes selon un planning déterminé au cas par cas. Les sites de Madrid et Mulhouse fermeront dès aujourd’hui. Le groupe aux quatre marques (Peugeot, Citroën, DS, Opel) a justifié cette décision par « l’accélération de cas graves de Covid-19 proches de ses sites de production », mais également par des risques de « rupture d’approvisionnement de fournisseurs majeurs », dans un communiqué publié en début d’après midi.

De son côté, Renault a annoncé la fermeture de ses usines en France et en Espagne.

« A partir de lundi 16 mars en fin de journée, Groupe Renault suspendra toutes ses activités de production sur les sites industriels français afin de protéger ses salariés dans le contexte de pandémie du Covid-19 et dans le respect des mesures prises par le gouvernement français. Ces suspensions d’activités industrielles concernent 12 sites et 18000 salariés en France », écrit le constructeur français dans un communiqué envoyé en milieu d’après midi.

Michelin a également annoncé la suspension partielles de ses usines en Europe. Pour le moment, seules ses usines italiennes, françaises et espagnoles sont concernées, soit 21 sites et 20.000 salariés. Le groupe indiquera, selon l’évolution de la situation sanitaire, s’il y a lieu de fermer davantage de sites.

Pour l’heure, seule l’Italie et l’Espagne ont décidé d’instaurer un régime de confinement obligatoire, mais la propagation de l’épidémie pourrait conduire la France sur la même voie.

Si l’Allemagne est également touchée par la pandémie, elle pourrait alors prendre des mesures similaires, contraignant les constructeurs automobiles allemands à fermer leurs usines également. Pour l’heure, seules les usines allemandes de PSA, via sa filiale Opel rachetée en 2017, seront donc fermées outre-Rhin.

« Il faut soutenir la trésorerie des entreprises », demande Christophe Maurel, le président de la branche concessionnaire du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), interviewé par Les Echos. Parmi les mesures que l’institution aimerait voir appliquées dès la fin mars : le versement des montants liés au chômage partiel ainsi qu’un allègement des conditions de règlements des véhicules aux constructeurs.

Le gouvernement a fait un premier geste. Mardi 17 mars, Bruno Le Maire a indiqué que l’exécutif allait débloquer 45 milliards d’euros pour les entreprises afin de financer, notamment, des mesures de chômage partiel et l’annulation de charges sociales et fiscales pour les entreprises en difficulté.

Ventes de voitures neuves: en baisse

Ventes  de voitures neuves: en baisse

 

Deuxième mois de baisse en France et ce n’est sans doute pas fini. Les immatriculations de voitures neuves en France ont diminué de 2,70% en février, selon les données brutes du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) publiées dimanche.

Il s’est immatriculé dans l’Hexagone 167.785 véhicules particuliers le mois dernier, a annoncé le CCFA. Février a compté cette année 20 jours ouvrables, comme l’an dernier à la même époque.

En janvier, le marché avait commencé sur une note fortement baissière (-13,4%). Sur deux mois, il ressort maintenant en baisse de 7,79%.

L’année 2020 s’annonce difficile pour les immatriculations françaises, comme à l’échelle mondiale, en raison d’un ralentissement cyclique global de la demande, de l’épidémie de coronavirus et des choix commerciaux délicats sur les moteurs thermiques et électrifiés dictés par les nouveaux objectifs européens de CO2.

Sauf rebond imprévu en cours d’année lié aux nouveautés qui vont aussi animer 2020, les immatriculations en France devraient accuser leur première baisse après cinq ans de hausses consécutives. En 2019, elles ont encore progressé de 1,9%.

En 2020, Renault et Nissan prévoient tous deux un léger recul du marché automobile français, tout comme le CCFA, tandis que l’observatoire Cetelem de l’automobile chiffre cette baisse à -3,2%.

En février, les immatriculations de voitures neuves du groupe PSA, qui regroupe les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, et bientôt celles de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) si la fusion entre les deux groupes est finalisée, ont augmenté de 0,49% par rapport au même mois de 2019.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine), ébranlé l’an dernier par les difficultés de son partenaire Nissan et par la dégradation de plusieurs marchés émergents qui ont fait son succès, a vu quant à lui ses immatriculations en France reculer de 9,78% le mois dernier.

Menaces US vers la Chine : bloquer les ventes de moteurs d’avions

Menaces US vers la Chine : bloquer les ventes de moteurs d’avions

 

 

Pour faire pression sur les relations commerciales américano chinoises, les États-Unis agitent  la menace d’un blocage des ventes du célèbre moteur CFM. Une manière aussi de protéger l’avantage technologique dans certains domaines des États-Unis. Mais un aspect qui concerne aussi la France. En effet, le moteur est construit en collaboration entre GE et le français Safran Aircraft Engines.

Pendant des années, les Etats-Unis ont soutenu les compagnies américaines qui souhaitaient faire des affaires avec la Chine, ce qui a permis de booster l’industrie de l’aviation civile.

Le gouvernement américain a autorisé jusque-là la vente de moteurs, de systèmes de contrôle de vol, et d’autres composants destinés au plus gros avion commercial jamais construit en Chine, le COMAC C919. L’appareil, qui a effectué ses premiers tests en 2017, doit entrer en service l’année prochaine.

Mais l’administration Trump évalue la possibilité de refuser de donner à GE le permis pour livrer le moteur CFM LEAP-1C, selon des sources proches du dossier. Cette éventualité a aussi été rapportée samedi par le Wall Street Journal.

Cette restriction sur les ventes constituerait une nouvelle étape dans la course que se livrent les Etats-Unis et la Chine pour l’hégémonie technologique.

Croissance Zone euro: Baisse des ventes

Croissance Zone euro: Baisse des ventes

 

Une baisse inattendue des ventes de détail qui va peser sur la croissance ; En effet en cette période de net tassement des échanges extérieurs,  la plupart des pays comptent sur le dynamisme de la consommation intérieure pour soutenir la croissance. Or Les ventes au détail ont baissé au mois de mai par rapport au mois précédent, contrairement aux attentes des économistes  montrent les données publiées jeudi par Eurostat. L’office de la statistique de l’Union européenne a annoncé que ces ventes avaient diminué de 0,3% par rapport à avril, ce qui ramène leur progression en rythme annuel à 1,3%, alors que les économistes tablaient sur une hausse annuelle de 1,6%. Les chiffres révisés d’avril donnent une baisse de 0,1% des ventes par rapport à mars (contre -0,4% en première estimation) et une hausse de 1,8% sur un an (au lieu de +1,5%).

Ventes automobile: baisse en mars

Ventes automobile:  baisse en mars

Mauvais signe pour l’économie française, le marché automobile français a baissé de 2,3% sur un an en mars, en raison d’un nombre de jours ouvrés inférieurs à l’an dernier, selon des statistiques publiées lundi. (Notons que pour a première fois depuis 1990 le marché automobiles chute en Chine ;  aussi dans de nombreux pays). Les constructeurs français ont fait un peu mieux que le marché, PSA (avec les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel) reculant de 1,5% en mars tandis que le groupe Renault (Avec Dacia et Alpine) était en repli de 1,7%, d’après les chiffres communiqués par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

Ventes de champagne : en baisse

Ventes de champagne : en baisse

 

 

Plusieurs facteurs explicatifs peuvent permettre de comprendre la baisse des ventes de champagne en volume. Une partie des explications se trouve dans le fait que si le nombre de bouteilles vendues a diminué, (de l’ordre de 2 %, 300 millions de bouteilles vendues en 2018), le chiffre d’affaires lui n’a pas trop souffert, il a même augmenté de 0,3 %. Pour parler clair, le prix a compensé les volumes. Justement un élément qui permet de comprendre le déclin, à savoir : le prix. Un prix excessif et supérieur de deux à trois fois au moins le prix d’autres appellations utilisant la méthode champenoise et dont  la qualité n’est pas inférieur au champagne. Désormais presque toutes les appellations françaises produisent aussi du vin champagnisé sans parler des autres nombreuses concurrencent en provenance de l’étranger. Il est évident que le prix du champagne est excessif et qu’une partie correspond à une consommation de prestige. Or on assiste aussi un phénomène de déconsommation un peu partout dans les pays développés. Une déconsommation qui remet en cause ou en tout cas interroge sur le bien-fondé de produits jugés inutiles ou dont  le prix est excessif. Il faut aussi observer que certains champagnes sont vraiment de médiocres qualités et ne valent pas les vins champagnisés d’autres appellations. Pour terminer il faut aussi prendre en compte une conjoncture internationale moins favorable en 2018 qu’en 2017. “La baisse en volume devient un peu inquiétante, le recul en France et au Royaume-Uni n’étant pas compensé par la hausse du grand export (hors Union européenne-NDLR)”, a déclaré à Reuters Jean-Marie Barillère, coprésident du CIVC. Pour la première fois depuis cent ans, les volumes vendus en France ont été inférieurs à ceux commercialisés à l’exportation.

Ventes de voitures : Baisse en novembre

Ventes  de voitures : Baisse en novembre

Nouvelle inquiétante pour la croissance de fin d’année : les immatriculations de voitures neuves en France ont diminué de 4,66% en novembre, a annoncé samedi le CCFA. Il s’est immatriculé 171.615 voitures particulières neuves le mois dernier dans l’Hexagone, selon le Comité des constructeurs français d’automobiles. En septembre et en octobre, le marché avait rechuté respectivement de 12,8% et 1,52%, après un bond d’environ 40% en août, les nouvelles normes d’homologation WLTP ayant faussé le cycle traditionnel des ventes, avec des remises généreuses avant l’introduction des normes, et des perturbations dans les livraisons après. Le quatrième trimestre s’annonce toujours incertain – Valeo a signé depuis l’été deux avertissements sur ses résultats 2018 – mais sauf rechute imprévue, le marché automobile français reste parti pour connaître en 2018 une quatrième année consécutive de croissance et retrouver son niveau d’avant-crise, à 2,2 millions d’unités environ. Sur onze mois, les immatriculations ressortent en hausse de 4,73%.La plupart des prévisions annuelles ont été revues à la hausse: le CCFA anticipe ainsi une progression d’environ 5% du marché français en 2018, l’Observatoire Cetelem de l’automobile des immatriculations en croissance de 5,2% et Renault, le 23 octobre, a relevé de +2% à plus de +4% sa prévision pour le marché français. En 2017, la croissance des immatriculations en France a atteint 4,7%, tirée par l’embellie des perspectives économiques et l’engouement pour les nouveaux SUV. En 2016, le marché avait progressé de 5,1% après +6,8% en 2015. Cette série faste était venue interrompre cinq années de stagnation ou de baisse imputable notamment au contrecoup de la fin des primes à la casse, instaurées face à la crise de 2008-2009.En novembre, les immatriculations du groupe PSA, qui regroupe désormais les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont augmenté de 1,9% par rapport au même mois de 2017. Les ventes des marques du groupe Renault (Renault, Dacia et Alpine pour le marché français), au cœur d’une crise de gouvernance avec Nissan depuis l’arrestation de son PDG Carlos Ghosn au Japon le 19 novembre dernier, ont enregistré une baisse de 12,34%.

Automobiles : hausse des ventes de 50% .

Automobiles : hausse des ventes de 50% de hausse 

Au 31 août, on estime le nombre de voitures neuves vendues à 150.000 contre environ 100.000 généralement. C’est certes moins que le mois de juillet (175.000) mais le mois d’août est réputé pour être le moins lucratif de l’année. Parmi les constructeurs qui profitent le plus de la bonne santé du marché, Renault tire son épingle du jeu avec des ventes en hausse de 115% à 17.131 voitures vendues, devant Peugeot (+17%, 10.169), Citroën (+33%, 7836). Viennent ensuite Dacia (+68%, 7556), Volkswagen (+7%, 5274), Toyota (+26%, 4569), Nissan (+94%, 4011), Audi (+17%, 2993), Ford (+21%, 2681) tandis que Fiat ferme le Top 10 (+70%, 2399). Enfin, à noter la belle progression des véhicules essence (+67%) qui ont représenté 54% de la demande au mois d’août. À l’inverse, le diesel est passé sous la barre des 40% (38,5%), quand les hybrides ont constitué 5,8% des ventes et les électriques 1,1%.

Chine: tassement de la croissance des ventes de détail

Chine: tassement de la croissance des ventes de détail

 

Le ralentissement de la croissance internationale semble se confirmer. Après les chiffres du Japon se sont ceux de la Chine qui mette en évidence le recul des performances par rapport aux prévisions Les ventes de détail en Chine, baromètre de la consommation, ont enregistré un ralentissement surprise en juillet, tandis que la production industrielle gonflait moins qu’attendu, selon des chiffres officiels publiés mardi, signal d’une conjoncture toujours fragile sur fond de guerre commerciale. Les ventes au détail ont progressé le mois dernier de 8,8% sur un an, contre une hausse de 9% en juin et à rebours de l’accélération attendue par les analystes (+9,1%), a indiqué le Bureau national des statistiques (BNS). La production industrielle chinoise a gonflé de 6%, au même rythme qu’en juin, et là aussi en-deçà des prévisions (+6,3%). Les investissements en capital fixe, qui mesurent notamment les dépenses dans les chantiers infrastructures, ont grimpé de 5,5% sur un an pour la période de janvier à juillet, continuant de s’essouffler à des niveaux plus vus depuis presque deux décennies.

Croissance Zone euro: tassement des ventes au détail

Croissance Zone euro: tassement des ventes au détail

Les ventes au détail ont stagné en mai après une légère baisse le mois précédent, a annoncé Eurostat. Les prix à la production de leur côté ont augmenté de 0,8% en mai, nettement au-dessus de la prévision de 0,4% du marché, confirmant ainsi la hausse des pressions inflationnistes dans le bloc. Les consommateurs de la zone euro ont dépensé en mai le même montant qu’en avril, lorsque le volume des ventes avait accusé un repli de 0,1%.Sur un an, les ventes au détail ont augmenté de 1,4% mais la hausse est plus faible que le pourcentage de 1,5% anticipé par le marché et celui de 1,6% enregistré le mois précédent (chiffre révisé).Sur une base mensuelle, les consommateurs ont dépensé davantage pour l’alimentation, les boissons et le tabac, tandis qu’ils ont réduit leurs achats dans l’habillement et les chaussures, dont les ventes ont diminué de 3,1%. Les achats en ligne ont fléchi de 1,7%. Les achats dans les stations-services sont restés inchangés. Ce tassement du shopping pourrait en partie être liée à la hausse des prix, l’inflation ayant atteint 1,9% en mai dans la zone euro contre 1,3% un mois plus tôt. L’estimation flash d’Eurostat a montré que l’inflation avait encore augmenté pour atteindre 2,0% en juin.

Ventes voitures : hausse en juin

Ventes  voitures : hausse  en juin

En juin hausse en France d’un peu plus de 9% sur un an ;  soit  une croissance de près de 5% sur les six premiers mois de 2018, selon les chiffres officiels des constructeurs publiés dimanche. En volume, le marché a absorbé en juin 252.222 voitures neuves, contre 230.926 sur le même mois en 2017, profitant d’une activité très dynamique du côté des constructeurs français qui a compensé un coup de frein chez les constructeurs étrangers, comme le montre le Comité des constructeurs français d’automobile (CCFA) dans sa publication mensuelle de statistiques.

On a eu un mois de juin assez exceptionnel », a commenté auprès de l’AFP un porte-parole du CCFA. Sur les six premiers mois de l’année, les immatriculations de voitures neuves ont progressé en volume à près de 1,19 million, contre 1,13 million sur la même période en 2017, ce qui porte la hausse du marché à presque 4,7% sur un an.

Ce résultat est pour l’heure bien supérieur à l’objectif d’une croissance autour de 2% fixé par le CCFA pour 2018, mais il est encore trop tôt pour en tirer toute conclusion, le deuxième semestre étant traditionnellement moins dynamique que le premier sur le marché automobile. Dans le détail, les meilleures performances ont été signées en juin par le groupe PSA (+19%), l’ensemble de ses marques ayant gagné du terrain durant ce mois et grâce aussi à l’arrivée dans son giron de la marque allemande Opel. Sur six mois, PSA signe un bond de 17%, tiré par ses marques DS et Peugeot (+20% et +8% respectivement) qui ont compensé un coup de mou chez Citroën (-0,38%).

Le groupe Renault a quant à lui accéléré de près de 16% en juin. Sur six mois, le groupe affiche une progression de 6,5%, aidé principalement par sa marque à bas coûts Dacia (+21%) et dans une moindre mesure par la marque au losange (+2%). Dans l’ensemble, les constructeurs étrangers ont en revanche subi un coup de frein, avec des baisses de 1,5% en juin et d’un peu plus de 4% sur six mois qui masquent toutefois des situations très contrastées d’un constructeur à l’autre.

Les immatriculations des marques du groupe allemand Volkswagen, premier constructeur étranger en France, ont progressé de 15% en juin et de 2,18% sur les six premiers mois de 2018, soutenues par les marques VW (+3% sur six mois), Skoda (+22%) et Seat (+18%) alors que la marque aux anneaux Audi est apparue à la peine (-14%).

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol