Archive pour le Tag 'vent »'

SNCF : réforme ou du vent ?

SNCF : réforme ou du vent ?

 

Médiatiquement le gouvernemenet  a réussi son coup en claironnant  sa volonté réformatrice. Une nécessité, en effet, il faut occuper le terrain puisque les Français ne verront concrètement les effets de la politique économique et sociale du gouvernemenet  que vers fin 2019. Pour l’instant les Français qui étaient dans une position attentiste commencent à douter. Témoin les chutes de popularité en janvier et surtout en février de Macron et de Philippe. La tonalité du gouvernemenet concernant la SNCF est forte mais le fond bien faible. La première mesure est celle du statut mais qui n’aura d’effet que dans 30 à 50 ans  puisque la suppression du statut ne s’appliquera qu’aux nouveaux entrants. Seconde mesure la transformation de l’EPIC en société nationale. A vrai dire un changement sémantique qui ne modifie strictement rien. Autre point de la réforme, l’apurement de la dette. Mais qui interviendra pas avant la fin du quinquennat et partiellement. Autant dire qu’il y aura guère de modification d’autant que la gouvernemenet ne veut surtout pas récupérer une dette qui viendrait encore alourdir celle  de l’Etat et peser sur les fameux 3% du PIB comme objectif. Que reste-t-il d’un peu concret ? Le recours à la concurrence mais c’était prévu par les textes européens et c’est sans doute la vraies réforme, une réforme davantage impulsée par l’Europe que par l’Etat français. Enfin on va plancher sur un plan de compétitivité. Le énième qui se traduira à court terme par la suppression de 3 à 5000 postes mais ne permettra pas à la SNCF d’être réellement compétitive. Faut-il rappeler que la SNCF a compté jusqu’à 500 000 cheminots il y a plusieurs dizaine d’années pour aujourd’hui environ 140 000. Des réductions d’effectifs incontournables mais qui ne suffisent pas pour dynamiser la gestion. Edouard Philippe a donc annoncé a grand rendort médiatique les grandes lignes de la réforme de la SNCF qui seront  bouclées d‘ici l‘été par ordonnances, au risque d‘attiser la colère des cheminots, tout en souhaitant qu‘une concertation permette de légiférer normalement. “Le temps est venu d‘oser la réforme que les Français savent nécessaire”, a-t-il dit lors d‘une conférence de presse, en insistant sur le caractère vital de cette transformation. Invité du journal de 20h de France 2, Edouard Philippe a assuré qu‘il ne s‘agissait pas de “passer en force” mais “d‘avancer” pour trouver une “solution durable à l‘avenir du système ferroviaire, qui va mal.”Des annonces fortes mais sans grand contenu. Le risque c’est de ne pas réformer grand chose et de créer  les conditions d’un grand désordre social dans le pays.

Eolien ….. C’est du vent ?…

Eolien ….. C’est du vent ?…

Et si l’éolien n’était que du vent en tout cas une illusion énergétique, aussi  un scandale financier. Ce qu’estime Jacques Attali dans une tribune de l’Express.

 

« L’impérieuse nécessité de la  réduction des émissions des gaz à effet de serre conduit parfois à des politiques absurdes, résultats de la précipitation d’hommes politiques (pour qui l’écologie représente d’abord des voix), et de l’avidité d’entreprises (pour qui le « vert » représente surtout des profits).
Ainsi du développement des éoliennes, considérées aujourd’hui comme une source incontournable d’énergies renouvelables, au même titre que le solaire.
Sans parler de leur dimension esthétique, ni de leur pollution sonore, que chacun peut apprécier à sa guise,  leur utilité, dans une politique de croissance durable, est hautement problématique. Ces grandes machines sont déployées aujourd’hui à très grande vitesse, partout dans le monde, du Texas à la Chine, à l’image de l’Allemagne, qui dispose aujourd’hui du plus grand parc éolien du monde, représentant une puissance de 25.000 MW. D’autres pays ambitionnent des niveaux équivalents : le Royaume-Uni projette d’installer une puissance éolienne de 33.000 MW ; les Pays-Bas parlent de 6.000, seulement en off-shore ; et la France veut atteindre en dix ans la même puissance que l’Allemagne. Ces objectifs, en apparence considérables, sont en fait dérisoires : En Allemagne, toutes ces éoliennes, saturant le territoire, représentent à peine 5% de la consommation de l’électricité du pays, contre 25 % pour le nucléaire, qui ne disparaitra pas. En France, où à peine un huitième de cette puissance est installée, il faudrait construire 1.400 éoliennes chaque année pour satisfaire la seule augmentation annuelle de la consommation électrique ; et plus de 2.100 pour produire autant qu’une seule centrale nucléaire. De plus, c’est une énergie très incertaine, qui ne peut être produite qu’à des moments improbables, quand il y a du vent (et pas n’importe lequel) et donc pas lors d’anticyclone. Au total, une éolienne ne produit annuellement que l’équivalent de 2000 heures de sa puissance maximale. Aussi, l’énergie éolienne ne se développe que si est mise en place une gestion très fine des prévisions météorologiques, avec des investissements importants, pour intégrer cette multitude de productions locales dans les réseaux. Cela exige d’énormes subventions (qui, en France, portent le taux de rentabilité sur fonds propre à 22 % en moyenne et même à 40 % sur les sites les plus venteux) et l’abandon de bien des contrôles.
Au total, c’est donc une énergie très envahissante, attirant toutes les cupidités. Si l’Allemagne a atteint les limites de ce que son territoire peut supporter, la France est partie dans le même délire : alors que la loi Montagne et la loi Littoral contrôlent très rigoureusement la construction d’immeubles et d’usines, les autorités régionales développent les éoliennes sans pratiquement aucun contrôle : deux permis de construire ont même été accordés à moins de 20 km du Mont-Saint-Michel. Et les éoliennes off-shore se développent aussi sans aucun contrôle de leurs impacts sur le tissu littoral.
Le moment est venu au moins d’une pause, pour en mesurer toutes les dimensions, avant que le vent n’emporte nos illusions. »

L’ordinateur français dématérialisé a le vent en poupe

L’ordinateur français dématérialisé a le vent en poupe

 

La startup parisienne, connue pour le PC dématérialisé dans le cloud Shadow, lève 51 millions d’euros en Série C auprès de ses investisseurs historiques, dont les prestigieux business angels Pierre Kosciusko-Morizet, le fondateur de PriceMinister, et Michaël Benabou, celui de vente-privee.com. Depuis sa création en 2014, Blade se présente comme la startup qui va populariser « le PC de demain » : puissant, sécurisé et accessible partout, sur tous les écrans, dans le cloud. Ce mercredi 14 juin, la pépite parisienne s’est vraiment dotée des moyens de ses ambitions. En début d’après-midi, son cofondateur et Pdg, Emmanuel Freund, a annoncé à ses salariés médusés la réussite d’une levée de fonds massive de 51 millions d’euros. La troisième après 3 millions d’euros en 2015 et 10 millions d’euros en 2016. Shadow est un ordinateur complet, haut de gamme et doté en permanence des meilleures performances techniques grâce à des mises à jour régulières pour suivre les avancées technologiques. Il est virtuel, car il est hébergé dans le cloud. Il suffit de posséder une connexion internet à très haut débit pour pouvoir y accéder via un petit boîtier, qui peut être branché à un PC portable de base, à un simple écran ou à une TV connectée, voire via une application qu’on télécharge sur son smartphone ou sa tablette. Contrairement aux autres fabricants de PC, Blade ne vend donc pas un ordinateur physique, mais loue un ordinateur virtuel, créant le « PC as a service« . Tous les composants (carte mémoire, carte graphique, capacité de stockage…) sont hébergés dans les data centers de l’entreprise. Pour en profiter, les utilisateurs paient, comme pour Netflix, un abonnement mensuel compris entre 29,95 et 44,95 euros.

 

Ces start-ups qui vendent du vent

Ces start-ups qui vendent du vent

Dans la Tribune on apprend qu’une start-up utilise Internet pour analyser le profil des candidats à l’emploi et pour apporter leurs conseils aux entreprises en matière de politique d’embauche. La start-up utilise un logiciel qui analyse tout ce qu’écrit le candidat à l’emploi sur les réseaux sociaux. Bref une nouvelle fois on se fonde sur ce que disent les personnes et non sur leur comportement réel. Une erreur évidemment car c’est bien le comportement du candidat à l’emploi qui compte et non seulement l’analyse du bla-bla lors de l’entretien d’embauche ou du bla-bla déversé sur les réseaux sociaux. Il y a encore des progrès à faire en matière de méthodologie pour les procédures de recrutement. Mais en attendant les start-ups vendent du vent. Comme beaucoup. Certes le numérique est nécessaire, indispensable même mais il est illusoire parfois même dangereux de le mettre à toutes les sauces. Y compris dans les discours politiques où le numérique apparaît comme la solution miracle pour régler tous les problèmes économiques ou sociaux. Certaines start-up n’ont aucune utilité voire  même sont nuisibles quand par exemple elles opèrent un détournement de la valeur ajoutée à ceux plaçant inutilement entre la production et le consommateur pour détourner une partie de la valeur ajoutée. On ne peut évidemment généraliser ; certains sites sont utiles, d’autres inutiles, d’autres enfin dangereux. Le site évoqué fait sans doute parti des signes inutiles. Il est encore étonnant que certain site n’est pas pensé à vendre en bouteille de l’air dépollué en provenance de l’Himalaya. Ou encore un site Uber pour trouver un boulanger qui vend du pain.  Pour permettre aux employeurs de disposer d’une information qui tend vers l’exhaustivité, Fiona McLean a donc créé The Social Index, une start-up qui propose aux entreprises de dresser un profil complet d’une recrue potentielle. Et l’utilisation est très simple. Les candidats à un entretien par exemple reçoivent un mail personnalisé qui les enjoint à s’inscrire sur un site en utilisant leurs identifiants Facebook, Twitter et LinkedIn. En 30 secondes, l’algorithme de The Social Index passe alors en revue les différents comptes du candidat. Et 24 heures plus tard, l’employeur ainsi que le candidat reçoivent le résultat du rapport. Le résultat prend la forme d’une fiche très complète présente l’activité internet du candidat sous la forme de différents graphiques. Sur l’exemple présenté ci-dessous on peut voir que le dénommé Kevin Michaels a un activité importante sur les réseaux sociaux (« high »), qu’il est influent, que les sites qu’il fréquente le plus sont Pinterest et Facebook ou encore qu’il poste le plus de messages à 8h30 le matin et le samedi. Voilà pour les éléments quantitatifs. Mais The Social Index donne aussi des éléments qualitatifs. Il peut ainsi juger du sentiment général qui se dégage des commentaires (positif en l’occurrence pour Kevin Michaels) ou analyser sa personnalité pour voir si elle est compatible avec un groupe. On n’arrête pas le progrès !

COP 21 : du vent !

COP 21 : du vent !

 

Face au dérèglement climatique partout il y a urgence surtout quand se multiplient les catastrophes dites naturelles. Or pour  l’instant le COP 21, c’est du vent. C’était prévu dés le départ quand on a considéré que chaque pays avait la responsabilité de définir seul objectifs et moyens. Cela se confirme avec l’incapacité de définir même une problématique commune et y compris les perspectives. Ne parlons pas des moyens. Notamment des moyens destinés aux pays en développement pour faciliter leur transition énergétique alors que les émissions polluantes proviennent essentiellement des pays développés (avec la Chine maintenant). On renvoie  donc la balle dans le camp de politiques puisque les diplomates ont été incapables de se mettre d’accord. Comme Hollande veut absolument sa conférence internationale, on risque d’affaiblir encore le contenu de l’accord. L’essentiel pour Hollande c’est de pouvoir dire : j’ai un accord pour COP 21. Peu importe le contenu dans l’état de délabrement de sa popularité, il va  accepter toutes les concessions y compris si Cop 21 se réduit à un emballage sans contenu. Le dernier round de négociations du futur accord sur le changement climat s’est donc conclu à Bonn vendredi soir. La séance s’est terminée sur un appel émouvant du délégué mexicain. Alors que son pays est frappé par un violent cyclone, il a plaidé pour que les négociateurs concluent un accord ambitieux à Paris.  « Dans environ quatre heures, l’ouragan Patricia touchera les côtes mexicaines. Si vous vous rappelez, nous étions ici il y a deux ans et nous vous avions dit comment le Mexique avait été frappé par deux ouragans au même moment« … Roberto Glovinsky avait la voix tremblante d’émotion en évoquant l’ouragan Patricia qui approche des côtes mexicaines. Un ouragan de force 5, le plus violent jamais enregistré dans cette zone. « Je ne pense pas que j’ai besoin d’en dire plus sur l’urgence d’un accord (sur le climat). Je vous demande à tous de mettre de côté vos différences afin qu’ensemble nous puissions commencer à travailler », a-t-il plaidé.  Applaudi par l’ensemble de la salle, ce témoignage du délégué mexicain reflète aussi la frustration de beaucoup de ne pas avoir pu avancer plus cette semaine. Les négociateurs renvoient ainsi la balle aux ministres qui se réuniront sous la houlette de Laurent Fabius du 8 au 10 novembre pour trancher les nombreux points clés de l’accord, et espérer présenter aux chefs d’états à Paris avec un texte clair.

Réforme Valls contre l’Apartheid : du vent !

Réforme Valls contre l’Apartheid : du vent !

 

La réforme Valls est forcément illusoire car elle ne sait pas exactement quel est l’objectif. En vrac il s’agit de lutter contre la violence, la pauvreté, les dangers du terrorisme et l’apartheid. L’apartheid une formule médiatique sexy mais nulle sur le pan sémantique et politique. La France heureusement n’a jamais eu de politique d’apartheid et ce mot d’une  certaine manière vise à légitimer certaines réactions violentes de populations marginales qui s’installent  elles- mêmes dans le non droit. En plus une  vraie vision de bobo car ceux qui préconisent la mixité n’habitent pas les HLM et n’envoient pas leurs enfants dans les écoles de ces quartiers. A cet égard la mixité ne s’impose pas par la loi, c’est le résultat d’une  politique éducative et d’emploi. Il ne suffit pas de repeindre les cage d’escaliers des HLM, d’en construire, il faut surtout permettre la remise à niveau scolaire, former professionnellement,  rétablir aussi l’autorité ( chère à Valls mais seulement dans les mots) et favoriser la création d’activités économiques susceptibles d’ intégrer ces populations C’est la énième politique de la ville avec les résultats qu’on connaît. De l’argent dépensé pour faire « gauche bobos » Manuel Valls a annoncé vendredi des mesures en faveur des logements sociaux et de la mixité de leurs habitants, objectif central d’une « politique de peuplement » censée mettre fin, selon ses mots, aux situations d’ »apartheid » en France. C’est un des volets du plan présenté par le Premier ministre à l’issue d’un comité interministériel pour lutter contre les ghettos urbains en réponse aux attentats djihadistes de janvier et à la montée du radicalisme religieux.  Une de ses mesures phares consiste à mobiliser d’ici juin les préfets pour sévir contre 216 communes qui ne respectent pas la loi SRU fixant des quotas de logements sociaux obligatoires.  Ils pourront délivrer au nom des communes en question des permis de construire, préempter des terrains, des logements ou des immeubles existants, pour les transformer en logements sociaux, précise un document de présentation.   »À l’inverse, des instructions seront données aux préfets pour limiter la construction de logements sociaux dans les 1.500 quartiers prioritaires de la politique de la ville, dès lors que le taux de logement social y dépassera 50%. »  Les personnes aux ressources trop faibles ne seront plus logées systématiquement dans ces quartiers prioritaires. Une revendication des élus locaux, fatigués de l’afflux d’une population fragile dans leurs quartiers sensibles dans le cadre de la loi sur le droit au logement opposable (Dalo).  Le gouvernement veut aussi généraliser les systèmes de points pour les demandeurs de logement selon des critères de priorité transparents et accélérer le renouvellement urbain.  Les logements sociaux démolis seront reconstruits d’abord en dehors des quartiers prioritaires, où le logement intermédiaire et l’accession à la propriété seront favorisés.

Corruption éoliennes ; les élus locaux dans le vent !

Corruption éoliennes ; les élus locaux dans le vent !

 

Au plan national , tout le monde (ou presque)  se sucre d’une manière ou d’une autre (la plus sophistiquée consistant à transformer sa fonction en métier à vie avec tous les avantages y afférant) ;  du coup,  les élus locaux s’y mettent aussi avec notamment des prise d’intérêt illégaux lors des implantations d’éoliennes. Le Service central de prévention de la corruption (SCPC), dans un rapport cité vendredi 4 juillet par ‘Le Figaro’, attire l’attention des pouvoirs publics sur la multiplication des « prises illégales d’intérêts » d’élus locaux impliqués dans le développement de la filière éolienne. Les éoliennes ont une fâcheuse tendance à faire tourner la tête des élus locaux. C’est le diagnostic effectué par le Service central de prévention de la corruption (SCPC), qui met en garde les pouvoirs publics contre la multiplication des « prises illégales d’intérêts », dans un rapport cité par Le Figaro de ce vendredi 4 juillet. Le SCPC, qui dépend du ministère de la Justice, évoque un « phénomène d’ampleur » dans son rapport d’activité 2013. « Le développement de l’activité éolienne semble s’accompagner de nombreux cas de prise illégale d’intérêts impliquant des élus locaux », y est-il écrit. Selon le rapport, les élus visés sont attirés par « les revenus substantiels tirés de l’implantation d’éoliennes sur des terrains leur appartenant et par un régime fiscal favorable ».  Le SCPC met également en avant la pression exercée par les opérateurs éoliens sur les élus à travers des « chartes morales d’étroite collaboration ».  Le service se dit « destinataire d’un nombre croissant de procédures engagées » portant sur des « dérives graves entraînant des recours devant les juridictions administratives » et des « plaintes déposées auprès de plusieurs parquets ». Il juge « impératif d’empêcher et de sanctionner toute confusion entre l’intérêt public, que doivent servir les élus dans le cadre de leur mandat, et l’intérêt personnel qu’ils peuvent retirer d’une opération ». Il réclame un audit afin d’évaluer le risque d’ »atteintes à la probité beaucoup plus graves, comme celui de la corruption ».

 

Agriculture-Le Maire : « Hollande brasse du vent »

Agriculture-Le Maire : « Hollande brasse du vent »

 

Au lendemain du passage de François Hollande au Salon de l’Agriculture durant laquelle le président a annoncé sa volonté de rendre obligatoire l’étiquetage des plats cuisinés, Bruno Le Maire, député UMP, estime dans le JDD que « comme sur beaucoup de sujets, François Hollande brasse du vent. Un étiquetage plus précis, oui bien sûr ! Mais dans quels délais ? Avec quels soutiens en Europe ? », se demande-t-il. « Quant aux producteurs laitiers, ils ont besoin de mesures immédiates : où sont les aides concrètes? Il y a aussi urgence à mobiliser nos partenaires européens pour faire remonter le prix du lait, comme je l’avais fait en 2009. Hélas, le ministre de l’Agriculture est aux abonnés absents », a jugé l’ancien ministre de l’Agriculture de Nicolas Sarkozy.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol