Archive pour le Tag 'Venezuela'

Economie- Venezuela : une inflation 3000 à 400 000 % en un an !

Economie- Venezuela : une inflation  3000 à 400 000 % en un an ! 

 

Preuve de l’écroulement total de l’économie, la monnaie qui n’a plus de valeur et entraîne une hyperinflation. .L’hyper-inflation a atteint 400 000% en 2018, près de 10 000% en 2019 et 3 000% en 2020. Jadis riche pays pétrolier, le Venezuela a vu son PIB chuter de 80% depuis 2013 et 65% des ménages vivent dans la pauvreté.

En 13 ans, le bolivar aura perdu 14 zéros, signe des dévaluations successives imposées au gouvernement. L’ancien président Hugo Chavez (1999-2013) avait supprimé trois zéros en 2008. Son successeur et actuel président, Nicolas Maduro, avait fait de même en août 2018 en supprimant cinq zéros.

Venezuela : une inflation de 400 000 à 3000 % en un an !

Venezuela : une inflation de 400 000 à 3000 % en un an ! 

 

Preuve de l’écroulement total de l’économie, la monnaie qui n’a plus de valeur et entraîne une hyperinflation. .L’hyper-inflation a atteint 400 000% en 2018, près de 10 000% en 2019 et 3 000% en 2020. Jadis riche pays pétrolier, le Venezuela a vu son PIB chuter de 80% depuis 2013 et 65% des ménages vivent dans la pauvreté.

En 13 ans, le bolivar aura perdu 14 zéros, signe des dévaluations successives imposées au gouvernement. L’ancien président Hugo Chavez (1999-2013) avait supprimé trois zéros en 2008. Son successeur et actuel président, Nicolas Maduro, avait fait de même en août 2018 en supprimant cinq zéros.

Venezuela: arrestation d’un leader de l’opposition

Venezuela: arrestation d’un leader de l’opposition

 

Le Venezuela n’en finit pas de s’enfoncer dans la crise économique, sanitaire et démocratique. Ainsi le pouvoir vient-il de procéder à la prestation d’un leader de l’opposition. «Freddy Guevara a été arrêté par le SEBIN (Renseignement) en raison de ses liens avec des groupes extrémistes et paramilitaires associés au gouvernement colombien», écrit sur Twitter le Procureur général de la République, Tarek William Saab. «Ce citoyen qui a déjà participé à des actions violentes par le passé, sera inculpé de terrorisme, attentat contre l’ordre constitutionnel, trahison», a-t-il précisé.

Le pays est dans une impasse politique, avec un président Nicolás Maduro, non reconnu par une cinquantaine de pays dont les États-Unis qui cherchent à l’évincer du pouvoir, et un leader de l’opposition Juan Guaidó, considéré comme président intérimaire par les États-Unis, mais qui n’a aucun pouvoir.

Venezuela en faillite : Maduro dit oui pour rencontrer l’opposition

Venezuela en faillite : Maduro dit oui pour rencontrer l’opposition

 

À la faillite économique et à la misère sociale, s’ajoute évidemment une grave crise démocratique au Venezuela,  Maduro n’étant pas reconnu par nombre de pays comme le président légitime. Les négociations entre le régime de Nicolás Maduro et l’opposition sont au point mort depuis août 2019. Juan Guaidó, reconnu comme président par intérim par une partie de la communauté internationale (58 pays dont les États-Unis), a proposé mardi au pouvoir de négocier la levée des sanctions contre notamment «un calendrier pour des élections libres et justes», réclamant «un accord de salut national».

Venezuela : salaire en hausse de presque 300 %

Venezuela : salaire en hausse de presque 300 %

On peut se demander s’il s’agit vraiment d’une hausse en dépit du chiffre phénoménal de 300 % pour l’augmentation du salaire minimum. En effet,  il faut comparer cela à l’inflation qui a augmenté de 3000 % en 2020. Le pays est en effet en pleine crise économique et chaque jour les prix augmentent. Le gouvernement ne maîtrise plus rien ni sur le plan économique, ni sur le plan sanitaire et le gouvernement en est réduit à distribuer quelques bons alimentaires pour les pauvres. Tout cela en dépit évidemment des richesses monumentales que possède le pays en matière de pétrole.

Venezuela: des vaccins vendus au noir

Venezuela: des vaccins vendus au noir

 

Au Brésil, au Venezuela et dans d’autres pays d’Amérique du Sud, la pandémie devient incontrôlable. Elle alimente aussi des trafics douteux de faux médicaments mais aussi de vrais vaccins.. Plusieurs sources médicales ont évoqué le sujet auprès de l’AFP, parlant de «doses à 300 dollars» et de «vaccins à 600», mais il n’a pas été possible de vérifier ces affirmations ni l’existence d’un marché noir.

 

Au Venezuela on a enregistré plus de 175.000 cas dont plus de 20.000 en mars avec l’arrivée du variant brésilien, réputé plus contagieux, pour environ 1.800 décès depuis le début de la pandémie, selon les chiffres officiels. Ces chiffres sont jugés «totalement faux» par l’opposition qui dénonce un effondrement du «système de santé». Les hôpitaux sont débordés et les vaccins arrivent au compte-gouttes dans ce pays en plein marasme économique.

.

Covid: variant brésilien au Venezuela

Covid: variant brésilien au Venezuela

 

 

Faute surtout de mesures suffisamment restrictives et d’insuffisance de vaccination, le virus continue de se développer  en multipliant des variants. Ainsi on a connu le variant britannique, le variant sud-africain enfin le variant brésilien qui vient d’être détecté aussi au Venezuela. D’autres formes de variant existent  également et vont s’adapter pour contourner les protections immunitaires des personnes contaminées

Ce premier cas a été signalé sur un employé de l’aéroport de Maiquetia, qui dessert Caracas, où deux cas ont déjà été confirmés. Deux autres cas de ce variant brésilien ont été annoncés dans l’État voisin de Miranda et six autres dans l’État de Bolivar, frontalier du Brésil.

Le Venezuela, qui compte près de 30 millions d’habitants, a enregistré 139.934 cas de Covid-19 jusqu’à mardi, et 1.353 décès, selon des chiffres officiels qui sont remis en cause par des ONG telles que Human Rights Watch.

Le pays sud-américain a lancé le 18 février une campagne de vaccination, en commençant par les agents de santé, après l’arrivée de 100.000 doses du vaccin russe Spoutnik V, sur les 10 millions que doit envoyer Moscou. Quelque 500.000 doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées lundi.

Venezuela: le fou Maduro veut vacciner les candidats aux législatives avec le vaccin russe !

Venezuela: le fou Maduro veut vacciner les candidats aux législatives avec le vaccin russe !

 

On sait pertinemment qu’aucun vaccin sérieux ne sera disponible avant le milieu de l’année 2021 au mieux afin non seulement de tester son efficacité mais tout autant de vérifier ses effets indésirables et ses contre-indications. Notons qu’un très grand laboratoire britannique sur lesquels on  fondait de grand espoir vient d’arrêter de le tester justement en raison de conséquences très graves. Le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca, partenaire industriel de la prestigieuse université britannique Oxford, a en effet détecté un éventuel effet indésirable grave chez un participant aux essais cliniques de son vaccin expérimental.

Or pour des raisons politiques Poutine (qui veut son référendum pour rester au pouvoir 20 ans de plus) ou Trump (qui veut être réélu ) annoncent un vaccin. Une annonce évidemment complètement irresponsable et folle. La période est malheureusement caractérisée par la folie d’un certain nombre de dirigeants dans le monde comme en Chine, en Russie, en Iran, en Turquie, aux États-Unis ou encore au Venezuela. Dans ce dernier pays, le président Nicolas Maduro veut faire vacciner avec le vaccin russe les candidats aux législatives de décembre afin qu’ils fassent campagne «en toute sécurit黫En septembre, les premiers vaccins vont arriver de Russie pour des essais cliniques», a déclaré le président socialiste du pays sud-américain lors d’une allocution mardi soir.

En octobre, un deuxième lot en provenance de Russie doit arriver au Venezuela, a-t-il poursuivi au sujet de Spoutnik V, le vaccin russe contre le coronavirus perçu avec scepticisme dans le monde, notamment à cause de l’absence de phase finale des essais au moment de son annonce en août.

 

Venezuela: Juan Guaido bientôt interdit d’élection

Venezuela: Juan Guaido bientôt interdit d’élection

Comme parfois en Amérique du Sud en Amérique latine la procédure électorale est très simplifiée pour empêcher un candidat d’être élu. Il suffit de l’interdire comme candidat. On se souvient que c’est ce qui avait été pratiqué pour Lula au Brésil. La méthode semble efficace puisque la méthode sera aussi  sera aussi utilisé au Venezuela éliminé le principal au opposant dictateur Maduro. Le Tribunal suprême de justice vénézuélien (TSJ) vient de désigner les membres du CNE, le conseil électoral, qui est chargé d’organiser, de superviser et de valider les élections. Si le calendrier électoral est respecté, les législatives doivent se dérouler en décembre 2020. Cette désignation a soulevé de vives protestations du côté de l’opposition, à commencer par son chef de file, Juan Guaido, président du Parlement et président intérimaire du pays reconnu par plus de 50 pays, parmi lesquels la France et les États-Unis.

Juan Guaido rejette ces nominations qu’il qualifie de «nouveau coup contre la démocratie». Mais une fois de plus, les protestations du président de l’Assemblée nationale, dominée par l’opposition, risquent de rester vaines.

Venezuela : un président du Parlement autoproclamé !

Venezuela : un président du Parlement autoproclamé !

Le Venezuela s’enfonce de plus en plus dans le chaos économique, social et politique. La situation économique est désastreuse. par exemple le Venezuela producteur de pétrole importe du carburant ! Juan Guaidon président du parlement, et une dizaine de députés d’opposition ont été retenus pendant quatre heures par les forces de l’ordre et ainsi empêchés de participer à la séance durant laquelle le Parlement devait élire son président pour 2020. Le chef de file de l’opposition se disait certain d’être reconduit pour continuer son «combat», jusque-là infructueux, pour chasser l’héritier politique d’Hugo Chavez, qu’il qualifie d’«usurpateur» depuis la présidentielle «frauduleuse» de 2018. C’est en vertu de son statut de président du Parlement unicaméral que Juan Guaido s’était proclamé président par intérim du Venezuela le 23 janvier 2019, une fonction que lui reconnaissent près de soixante pays, dont les États-Unis. Le pire c’est que le nouveau président du Parlement , Luis Parra, est aussi impliqué dans une affaire de corruption qui mine d’ailleurs totalement le régime.  Malgré de récentes réformes, le FMI, table sur une hyperinflation de 10.000.000% pour 2019.

Cette inflation galopante rend le quotidien des Vénézuéliens très difficile. Chaque jour, ils peinent davantage à se nourrir et à se soigner. «Les produits d’hygiène, le savon, la lessive ne sont également plus disponibles, selon Christopher Dembik. Ceux qui ont de la famille à l’étranger achètent sur le marché noir, avec des dollars». Résultat, des maladies «oubliées» telles que la rougeole et la diphtérie ont fait leur retour, car les populations pauvres ne peuvent plus se procurer de vaccins. Et ceux qui le peuvent fuient en masse le pays. Selon l’ONU, quelque trois millions de Vénézuéliens vivent désormais à l’étranger, dont au moins 2,3 millions ont quitté le Venezuela depuis 2015. La majorité d’entre eux se rendent en Colombie et au Pérou.

La crise que traverse le Venezuela trouve aussi ses racines dans un système où la corruption est quasiment institutionnalisée. En arrivant au pouvoir en 2013, Nicolas Maduro, le successeur de Chavez, a laissé le contrôle de l’économie et de la compagnie pétrolière nationale PDVSA aux généraux. «Au lieu de s’améliorer, la situation s’est aggravée. Inexpérimentés, les généraux ont accéléré la chute de PDVSA» et donc de l’économie du pays fortement dépendante de cette compagnie, explique Christopher Dembik. La corruption a été notamment mise à jour à travers le scandale d’évasion fiscale des Panama Papers et le scandale Odebrecht, ce géant brésilien du BTP, qui pour obtenir de lucratifs contrats de construction, a généreusement distribué des pots-de-vin aux dirigeants d’Amérique Latine, dont Chavez.

Luis Parra, nouveau président du Parlement, a été exclu du parti d’opposition Primero Justicia après qu’un site internet l’a accusé d’avoir reçu des pots-de-vin en échange de son soutien à un entrepreneur colombien qui aurait trempé dans une affaire de corruption liée à des importations de nourriture.

 

Le Venezuela importe du pétrole !

Le Venezuela importe du pétrole !

 

Importer du pétrole au Venezuela c’est un peu comme importer du sable dans le Sahara ! Un véritable paradoxe, le Venezuela commence à importer du pétrole en provenance du Nigéria. Le Venezuela pourtant est un véritable réservoir mondial de pétrole mais les paralysies économiques, politiques  et techniques empêchent d’extraire et de commercialiser le pétrole vénézuélien. En cause, l’anarchie économique mais aussi technique avec notamment les coupures récurrentes d’électricité qui paralysent  le système de production y compris dans le pétrole.  Le Venezuela, tire la quasi-totalité de ses revenus du pétrole, traverse une crise politique, économique et sociale sans précédent. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit cette année une chute du PIB de 25 %, une inflation démesurée (10.000.000 %) et un taux de chômage dépassant 44 %. Il faudra au Venezuela «au moins une décennie» pour se remettre de la crise économique qu’il traverse actuellement. D’ici là, la production de pétrole pourrait «connaître une chute vertigineuse à 600.000 barils par jour», anticipe le Fonds.

 

Venezuela: Juan Guaido déclaré inéligible par un contrôleur général de la république inconnu !

Venezuela: Juan Guaido déclaré inéligible  par un contrôleur général de la république inconnu !

Décidément on peut se demander sur quelle valeur s’appuient ceux qui défendent encore, comme Mélenchon, le régime politique du Venezuela ; un régime totalement dictatorial. D’abord parce que le président actuel a été élu à partir de fraudes manifestes ensuite parce qu’il a muselé le Parlement enfin parce qu’il vient de recourir à un contrôleur général de la république inconnu st corrompu pour destituer le président du Parlement, Juan Guaido. Pire pour l’interdire d’élections pendant 15 ans. Le Venezuela connaît une situation financière dramatique et une situation économique responsable d’une misère extrême dans le pays. Nombre de Vénézuéliens ont déjà quitté le pays car le dictateur s’oppose à autoriser l’entrée de l’aide humanitaire. Après avoir étouffé l’économie, le président actuel du Venezuela, Nicolas Maduro, étouffe la démocratie et Juan Guaido, son premier rival. Or Juan Guaido, qui s’est déclaré président intérimaire du Venezuela le 23 janvier 2019, a été déclaré inéligible pour 15 ans par un «contrôleur général de la République», Elvis Amoroso, dont le seul écho de sa vie connu est sa probable implication dans des scandales de corruption. En se proclamant président intérimaire du Venezuela, Juan Guaido entendait contester la prise de fonction pour son second mandat de Nicolas Maduro le 10 janvier 2019. Au lieu de comparaître devant le parlement, Nicolas Maduro avait prêté serment devant le tribunal suprême de justice (composé presque exclusivement de recteurs chavistes), contrairement à ce que prévoit la constitution voulue par Hugo Chavez lui-même. Pour l’opposition, le scrutin présidentiel de mai 2018 qui a consacré la victoire de Nicolas Maduro, était si entaché de fraude qu’il n’avait aucune légitimité. Plus de 50 pays, dont les États-Unis, l’Union Européenne et la plupart des pays sud-américains, rejettent toute légitimité à l’élection de Nicolas Maduro à la présidence du Venezuela et ils reconnaissent Juan Guaido comme seul président du Venezuela. «Il n’est pas contrôleur. Il ne l’est pas [...] et il n’existe pas de sanction d’inéligibilité [...] Le Parlement légitime est le seul ayant le pouvoir de désigner un contrôleur», a déclaré Juan Guaido, rappelant qu’Elvis Amoroso avait été nommé à ce poste par l’Assemblée constituante, acquise au pouvoir et qui s’est arrogé tous les pouvoirs, législatifs, électoraux, et maintenant judiciaire.  La «décision» d’Elvis Amoroso contre Juan Guaido ne repose sur aucune base juridique. Cette décision est le dernier avatar, le dernier signe d’une administration qui, quoique contrôlant l’ensemble des pouvoirs administratifs, judiciaires et législatifs, ne parvient plus à donner l’illusion d’un fonctionnement institutionnel normal. Ainsi, le ministre de la communication, Jorge Rodriguez, a annoncé depuis plus d’une semaine que l’ensemble des ministres avaient déposé leur démission. Depuis, le nouveau gouvernement n’a pas été nommé !

 

Venezuela : intervention militaire extérieure  » ?

Venezuela : intervention militaire extérieure «  ?

Un pays qui s’enfonce de plus en plus dans le marasme économique, la misère sociale et la dictature avec notamment comme conséquence un exode massif. Au plan international une intervention militaire extérieure est évoquée explicitement. Du Venezuela est tellement dégradé non seulement au plan économique, social et politique que Le dirigeant de l’Organisation des Etats d’Amérique (OEA), l’Uruguayen Luis Almagro, a déclaré vendredi qu’il ne fallait pas exclure « une intervention militaire » au Venezuela pour « renverser » le gouvernement du socialiste Nicolas Maduro, responsable selon lui de la grave crise économique, humanitaire et migratoire que traverse le pays. « En ce qui concerne une intervention militaire visant à renverser le régime de Nicolas Maduro, je pense que nous ne devons exclure aucune option », a déclaré M. Almagro lors d’une conférence de presse dans la ville colombienne de Cúcuta, principal point d’entrée des Vénézuéliens en Colombie, près de la frontière avec le Venezuela. « Devant la souffrance des gens, devant l’exode qu’il (le gouvernement vénézuélien), a provoqué, des actions diplomatiques doivent tout d’abord être menées, mais nous ne devons exclure aucune (autre) action », a-t-il déclaré. Selon l’ONU, sur les 2,3 millions de Vénézuéliens vivant à l’étranger, plus de 1,6 million ont fui depuis 2015.

Onze pays d’Amérique latine, réunis pour la première fois début septembre sur la crise des migrants vénézuéliens, ont appelé Caracas à accepter l’aide humanitaire pour endiguer cet afflux qui déstabilise les capacités d’accueil de la région.

Venezuela : augmentation du salaire minimum à 180 millions par mois !

Venezuela : augmentation du salaire minimum à 180 millions par mois !

Un salaire minimum porté à 180 millions de bolivars, en fait une augmentation très théorique car tout dépendra d’une inflation complètement démentielle. Par exemple cette année autour d’un million en pourcentage. L’ancienne monnaie permettait aux détenteurs d’un salaire minimum d’acheter au mieux 1 kg de viande par mois. L’augmentation du salaire minimum est très sensible, le salaire minimum a été plié par environ 34 (28 $ au lieu de 1 dollar sur le marché noir). Le problème c’est qu’on ne connaît pas l’ampleur de l’inflation ni même qui paiera cette augmentation car l’État s’est engagé à payer lui-même une partie de ce salaire minimum. Bref une sorte de fuite en avant qui pourrait conduire à la banqueroute financière et à une crise sociale voire politique dramatique.

 

Venezuela: inflation de 1.000.000 % d’ici fin 2018

Venezuela: inflation de 1.000.000 % d’ici fin 2018

Situation économique et politique de plus en plus explosive  avec la dévalorisation totale de la monnaie. L’inflation au Venezuela devrait en effet accélérer de 1.000.000 % d’ici la fin de l’année et le Produit intérieur brut (PIB) du pays, en crise financière et humanitaire, devrait se contracter de 18% en 2018, selon des prévisions du FMI publiées lundi. « Nous projetons une poussée de l’inflation de 1.000.000% d’ici la fin 2018, ce qui signifie que le Venezuela est dans une situation similaire à celle de l’Allemagne en 1923 ou celle du Zimbabwe à la fin des années 2000″, a commenté dans un blog Alejandro Werner, un des responsables du Fonds monétaire international.

Venezuela: la ruée dans les supermarchés

Venezuela: la ruée dans les supermarchés

 

Avec une dévaluation d’environ 100 % sur un an le pouvoir d’achat des Vénézuéliens s’est encore affaibli. Parallèlement en effet l’inflation envolait pour atteindre plus de 1500 % en 2017. Autant dire que la monnaie vénézuélienne n’a plus aucune valeur. Face au mécontentement le gouvernement a cependant décidé d’imposer de ramener les prix au niveau où ils étaient il y a un mois. Les Vénézuéliens se sont précipités dans les supermarchés  Le salaire minimum a été relevé de 40% au 1er janvier mais, au marché noir, il ne se monte qu’à deux dollars (1,7 euro) par mois. La devise vénézuélienne a chuté de 98% face au dollar depuis un an. “Nous avons faim ! Nous voulons de la nourriture”, criait la foule devant le supermarché.

Venezuela: Maduro lance une monnaie virtuelle !

Venezuela:  Maduro lance une  monnaie virtuelle !

 Alors que le Venezuela est au bord de la faillite économique avec notamment une dette de 150 milliards, Le président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé la création d’une monnaie virtuelle basée sur les réserves de pétrole du pays  pour lutter contre le « blocus financier » des Etats-Unis. Certes le Venezuela dispose d’une des plus importantes réserves de pétrole, reste à savoir si les exportateurs étrangers voudront bien être réglés avec cette monnaie très hypothétique. On sait que le Venezuela a été très affecté par la baisse pétrole mais tout autant par les affaires de corruption à l’intérieur même du camp présidentiel. Cette corruption et la mauvaise gestion ont produit une véritable catastrophe tant sur le plan économique que social et même démocratique puisque Maduro a notamment suspendu le parlement officiel. « J’annonce que le Venezuela va mettre en place un nouveau système de cryptomonnaie basé sur ses réserves pétrolières. Le Venezuela va créer une cryptomonnaie, le Petro, pour progresser en matière de souveraineté monétaire, pour procéder à ses transactions financières malgré le blocus financier », a déclaré Nicolas Maduro lors de son émission télévisée hebdomadaire. Outre le pétrole -dont le Venezuela détient les réserves les plus importantes de la planète- cette nouvelle monnaie virtuelle sera basée sur le gaz, les stocks d’or et de diamants, a indiqué le président. « Cela nous permettra d’avancer vers de nouvelles formes de financement international pour le développement économique et social du pays « , a-t-il déclaré. Mis en difficulté par la chute des cours du pétrole, dont il tire 96% de ses devises, sanctionné par les agences de notation, le pays est acculé à restructurer une dette extérieure estimée à environ 150 milliards de dollars par certains experts, alors que sa population souffre déjà de graves pénuries d’aliments et de médicaments, faute d’argent pour les importer. Le Venezuela et la compagnie pétrolière d’Etat PDVSA sont déjà considérés comme étant en défaut de paiement partiel par plusieurs agences de notation. Face à cela, Caracas accuse Washington de « persécution financière », auquel le président américain Donald Trump ayant imposé fin août des sanctions économiques au Venezuela.

Mélenchon : Venezuela, ras le bol !

Mélenchon : Venezuela, ras le bol !

 

Alors que le régime du Venezuela est en pleine dérive économique et démocratique, Mélenchon ne supporte plus d’être interrogé à propos d’un pays dont il avait fait son modèle proposant même de créer une « alliance bolivarienne »  lors des élections présidentielles. Invité de “l’Émission politique”, le leader de la France insoumise (LFI) n‘a pas apprécié d’être interpellé par l’écrivain Laurence Debray sur les difficultés rencontrées au quotidien par les Vénézuéliens. “J‘en ai par-dessus la tête de ce genre de numéro. Chaque fois que je vais quelque part, je me tape ‘Venezuela’. On va faire une boîte comme les vaches qui font ‘meuh !’, ‘Venezuela’!”, a-t-il lancé. “Y‘en a ras-le-bol ! Allez faire votre propagande à l‘ambassade !” “Vive les Etats-Unis ! A bas le Venezuela et le chavisme! Vive les riches, à bas les pauvres ! J‘aimerais bien savoir dans quel quartier ils habitent, les vôtres”, a encore ironisé Jean-Luc Mélenchon à l‘adresse de son interlocutrice, fille de l‘ex- révolutionnaire et philosophe français Régis Debray. Dans son programme présidentiel, le leader de La France insoumise proposait d‘adhérer à l‘Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba), une organisation politique et économique antiatlantiste créée en 2004 par les leaders vénézuélien et cubain Hugo Chavez et Fidel Castro. Sur son compte Twitter, actif pendant l’émission de jeudi soir, Jean-Luc Mélenchon écrit s’être intéressé au Venezuela d‘Hugo Chavez “parce que c‘est un pays qui a essayé de redistribuer la rente pétrolière, contrairement aux monarchies pétrolières du Golfe”. Sur le plateau, il s‘est aussi montré agacé par les questions relatives à la députée LFI Danièle Obono, qui s‘est attirée les foudres d‘une partie du monde politique à la suite de déclarations portant notamment sur la pratique de la non-mixité dans des réunions associatives. “Un coup de Venezuela, un coup d‘Obono, un coup d‘Obono, un coup de Venezuela (…) Je ne suis pas d‘accord avec elle”, a-t-il dit à propos des positions de Danièle Obono, ajoutant toutefois qu‘il pouvait comprendre ceux “qui ont tellement souffert du racisme, de la discrimination qu‘ils éprouvent une espèce de sentiment de réconfort, des fois, à se retrouver ensemble”.

Venezuela/corruption: guerre entre les mafias révolutionnaires

Venezuela/corruption: guerre entre les mafias révolutionnaires

 

Règlement de compte au sein des mafias révolutionnaires au pouvoir avec l’arrestation de l’ancien ministre du pétrole et de l’ancien dirigeant du groupe pétrolier d’État. Il ne s’agit pas vraiment de justice mais d’une guerre intestine dans le camp  même du président du Venezuela. Un pays au bord de la faillite et dans les immenses ressources de pétrole ont été détournées  par tous les responsables qui soutenaient le président Maduro. Un président très contesté d’une part sa gestion catastrophique, d’autre part par sa mise en tutelle de la démocratie. Il a notamment suspendu le parlement officiel. Face au désastre économique et social il faut donc trouver des responsables et chaque camp s’accuse mutuellement de détournement de fonds publics. Officiellement les arrestations font partie d’une opération visant au « démantèlement du cartel qui a porté un coup à l’industrie pétrolière » du Venezuela, a expliqué le procureur général, précisant avoir ordonné l’arrestation de 16 autres personnes, dont certaines se trouvent à l’étranger. MM. del Pino et Martinez sont les plus hauts dirigeants du camp au pouvoir détenus dans le cadre de cette offensive contre un réseau présumé de corruption au sein de PDVSA, principale compagnie publique du pays et atout stratégique de l’Etat, qui tire 96% de ses devises du pétrole. Au-delà d’une croisade contre la corruption, cette « purge » au sommet de PDVSA obéit à une lutte de pouvoirs au sein du chavisme (du nom du défunt Hugo Chavez, président de 1999 à 2013), à un an de la présidentielle, estime l’analyste Axel Capriles. « C’est un affrontement entre ceux qui tirent parti de la corruption, il s’agit d’une guerre interne entre des mafias révolutionnaires pour décider qui reste avec le butin », a-t-il écrit sur Twitter. Ils ont tous les deux occupé, à différentes périodes, le poste de ministre du Pétrole et celui de président de PDVSA. Del Pino, président du groupe pétrolier jusqu’en août dernier, avant d’être remplacé par Martinez, est accusé d’avoir « intentionnellement modifié les chiffres de production du brut » vénézuélien, a précisé le procureur général. Enfin il s’agit de désigner des boucs émissaires alors que tous les responsables ont trempés dans une immense corruption qui a conduit le pays à la ruine et à la dictature.

 

Venezuela : dégradation par Standard & Poor’s

Venezuela : dégradation par  Standard & Poor’s

L’agence de notation Standard and Poor’s, après Fitch  a annoncé vendredi 3 novembre avoir abaissé la notation sur la dette du Venezuela à « CC ».    Elle anticipe ainsi un probable défaut suite à l’annonce de la restructuration de la dette du pays par le président Nicolas Maduro.  »Je dis aux investisseurs du monde entier et aux détenteurs de dette vénézuélienne: je vous convoque le 13 novembre à Caracas pour lancer un processus de refinancement et de renégociation de la dette externe », avait déclaré le chef de l’Etat. Fitch, plus tôt vendredi, avait abaissé la note du pays à « C », peu après l’annonce de Nicolas Maduro. Par ailleurs, le Fonds monétaire international a pris acte lors d’une réunion de son comité de direction que le pays, qui traverse une grave crise politique et économique, était « en violation » avec les règles de l’institution en ne donnant pas accès à ses données économiques complètes. Fournir les données relatives aux exportations et aux importations de marchandises ainsi que celles concernant les indicateurs économiques clés sont « une obligation de tous les membres du Fonds », a rappelé le FMI. Les membres du conseil d’administration du FMI, qui se sont réunis vendredi, exhortent en outre le Venezuela « à adopter des mesures de rattrapage spécifiques et se réuniront dans les six mois pour examiner l’évolution du Venezuela ».

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol