Archive pour le Tag 'vendus'

Grands Médias : vendus ou superficiels ?

 Grands Médias : vendus ou superficiels ?

Plusieurs grands médias commencent à réagir pour défendre leur probité face aux critiques montantes notamment des gilets jaunes. La question est de savoir comment répondre à cette double accusation : les médias sont-ils vendus ou bien trop superficiels. On serait tenté de dire les deux. D’abord on ne peut contester que les grands médias de gauche comme de droite sont désormais à peu près tous dans les mains des financiers et des industriels. Non pas tellement pour en tirer une rentabilité mais surtout pour maîtriser l’information qui façonne l’opinion publique. Il n’y a pas d’autres raisons à cette présence des financiers et des industriels qui d’ordinaire n’ont pas pour habitude d’investir dans des activités non rentables comme les médias. Précisément c’est la fragilité économique de ces médias qui les rend responsable de deux péchés capitaux : d’une part un esprit partisan d’autre part une superficialité des analyses. Depuis des années les médias classiques ne cessent de perdre de l’audience et les difficultés économiques s’accumulent. Évidemment l’ajustement se fait sur la variable journalistique. Dans le milieu à part quelque grosse tête d’affiche qui signe des éditoriaux et ou anime des émissions qui gagnent jusqu’à  20 000 €, pour la valetaille des autres journalistes et des pigistes, c’est la misère entre (Radio France exceptée mais là c’est le contribuable qui paye!). Il faut surtout observer que la plupart des lignes éditoriales ce ressemblent avec les mêmes titres, les mêmes analyses et le plus souvent la reprise intégrale des dépêches d’agence, des  organismes institutionnels notamment du gouvernement et des grands groupes de pressions. La responsabilité en incombe au propriétaire de ces médias dont  l’objectif n’est pas tellement d’éclairer l’opinion mais de rallier les lecteurs aux intérêts qu’ils défendent. Il faut aussi noter un grand amateurisme chez nombre de journalistes peut-être parce que beaucoup sont mal rémunérés mais surtout aussi parce qu’il est plus facile de se rallier à l’opinion à la mode d’un jour que d’approfondir un sujet. Heureusement Internet a bouleversé la donne. Certes le pire côtoie le meilleur mais on peut trouver en cherchant un peu nombreux d’émetteurs d’informations qui ont le souci d’enrichir et de vérifier l’info brute. Un seul exemple la question de l’écroulement de la croissance donc on tente maintenant d’attribuer la responsabilité aux gilets jaunes. C’est évidemment oublié que le phénomène a débuté dès les six premiers mois de 2018 avec respectivement plus 0,2 % d’augmentation du PIB. Le troisième trimestre s’est redressé à plus 0,4 % mais le quatrième retrouve la pente de baisse de la  croissance  à seulement 0,2 %. Certes le mouvement des gilets jaunes à générer des perturbations dans le commerce et la logistique mais pas au point de justifier l’atonie  de l’activité. Les grands médias sont occultés un phénomène central à savoir une conjoncture qui risque de conduire à la récession en 2019 en 2020.

Chantiers navals STX : officiellement vendus, une bonne affaire ?

Chantiers navals  STX : officiellement vendus, une bonne affaire ?

 

Officiellement donc l’Italien Fincantieri a pris le contrôle financier des chantiers navals STX. Pour sauver la face, la France à obtenu un partage du capital à 50-50 ans mais en prêtant 1 % à l’Italien.50-50. Histoire de montrer que la France peut peser si elle souhaite. Est-ce une bonne affaire ?  STX St Nazaire est une superbe entreprise qui possède un très haut niveau de technicité, des clients et aussi une bonne rentabilité. Reste à savoir si le rachat de St Nazaire ne vise pas seulement qu’à récupérer la clientèle et à délocaliser le moment venu la production et le savoir-faire. D’une certaine manière il s’agit d’un enjeu stratégique pour l’industrie française et les pouvoirs publics ont évidemment une responsabilité particulière d’autant qu’ils sont  présents au capital. STX France, qui compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants, est en pleine forme. L’entreprise dispose d’un carnet de commandes très bien rempli, avec 14 paquebots de croisière à construire d’ici 2026.   Selon cet accord, les chantiers STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) sont détenus à 50/50 par la France et Fincantieri, mais l‘Etat français laisse le contrôle effectif au groupe italien, tout en garantissant la protection des intérêts français, en lui prêtant 1% du capital de STX. Dans un communiqué, le ministre français de l‘Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s‘est félicité de cet accord, qu‘il qualifie d’“étape majeure dans la constitution d‘un géant naval européen”. Il avait été précédé de la signature d‘un autre accord sur l‘acquisition formelle par l‘Etat français, via l‘Agence des participations de l‘Etat (APE), des deux tiers du capital de STX France auprès de son actionnaire majoritaire sud-coréen, la France ayant fait jouer son droit de préemption sur ces titres. Bercy rappelle que, aux termes de l‘accord franco-italien, le capital de STX France est appelé à se présenter comme suit : 50% pour Fincantieri (+1% prêté par l‘APE), 34,34% pour l‘APE (dont 1% prêté à Fincantieri), 10% à 15,66% pour Naval Group, jusqu’à 2,4% pour les salariés et jusqu’à 3,26% pour un groupement d‘entreprises locales.

Affaire Balkany : biens saisis et vendus

Affaire Balkany : biens saisis  et vendus

 

 

Les taux se resserre autour des Balkany suite aux différentes inculpations qui les concernent. En fait,  il s’agit d’une sorte de course de vitesse entre la justice et les échéances politiques. Les Balkany comptent évidemment sur le retour de Sarkozy en 2017  pour échapper une nouvelle fois aux poursuites. La justice vient cependant de frapper un grand coup en confisquant la résidence des Balkany en France et en réalisant la vente de leurs propriétés de Saint-Martin aux Antilles. Les juges d’instruction en charge de l’enquête pour fraude fiscale visant Patrick et Isabelle Balkany ont ordonné la saisie du moulin de Giverny, où réside le couple, et mis en vente leur villa de Saint-Martin (Antilles). Le moulin de Cossy, une propriété de quatre hectares avec piscine, court de tennis et green de golf, évaluée à plusieurs millions d’euros et située à Giverny (Eure), « a été saisi », a indiqué à l’AFP une source proche du dossier, confirmant une information de Charlie Hebdo. Depuis qu’ils en ont fait donation à leurs enfants, dans les années 90, Patrick et Isabelle Balkany ne sont plus propriétaires de cette résidence, mais en gardent l’usufruit.  »Cette saisie est éminemment contestable », a réagi Me Grégoire Lafarge, avocat du couple. « Le juge d’instruction n’a pas qualité à révoquer une donation », a-t-il relevé. Le député-maire (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et son épouse ont fait appel devant la chambre de l’instruction. Par ailleurs, la villa Pamplemousse, sur l’île de Saint-Martin aux Antilles, saisie par la justice il y a quelques mois, « vient d’être vendue », a indiqué la source proche du dossier, sans préciser le montant de la transaction. Cette résidence est estimée à « environ trois millions d’euros », d’après cette source. Les époux Balkany, poursuivis pour « blanchiment de fraude fiscale », « corruption » et « blanchiment de corruption », ont longtemps nié en être les propriétaires. Placée en garde à vue en mai 2014, Isabelle Balkany avait fait volte-face, reconnaissant posséder cette demeure. Elle avait ajouté que son mari n’était pas concerné et que le bien avait été financé par le fruit d’un héritage.  Les juges Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon, en charge du dossier, ont élargi leur enquête aux déclarations de patrimoine du couple, le suspectant notamment d’avoir sous-évalué ses biens. La justice vise notamment le moulin de Cossy et des villas à Marrakech et Saint-Martin.

Les Mistral russes vendus aux Chinois….ou à l’Etat Islamique ?

Les Mistral russes vendus aux Chinois….ou à l’Etat Islamique ?

Pas facile pour la France d’être à la fois un champion mondial de l’armement et en même temps de défendre la paix  et les droits de l’homme. Du coup avec cette contradiction , la France reste avec deux navires Mistral sur les bras  : ceux destinés aux russes. On pourrait bien les vendre mais à qui ?  une nation pacifiste et « démocratique » comme le Chine par exemple . A Cuba peut-être maintenant que les relations sosnt normalisées  après la visite de Hollande à Castro . Peut être même à l’Etat islamique si les riches pays arabes veulent bien continuer de financer le terrorisme. On a bien vendu des Rafle  à l’Egypte et au Qatar, alors ! On parle aussi du Portugal, de la Grèce  et de l’Argentine mais qui n’auraient pas les moyens financiers. Pourquoi pas à Monaco, là il y a les ressources (mais pas forcément les besoins) .  En tout cas cela fait des mois que les Mistral que la France a vendus à la Russie patientent dans le port de Saint-Nazaire, en attendant une hypothétique résolution du conflit russo-ukrainien. Finalement, il se pourrait bien que ces navires de guerre à la pointe de la technologie ne soient jamais livrés au Kremlin, mais plutôt à Pékin.  Les Echos, qui cite le journal pro-chinois de Taiwan, « Want China Times », avance ainsi que Paris pourrait proposer à Pékin d’acheter les deux bateaux. Ce n’est qu’une « rumeur née de l’arrivée samedi à Shanghai de deux navires de guerre », souligne le quotidien. Il se trouve que ces bateaux vont rester sept jours à quai, ce qui pourrait être l’occasion pour Paris de trouver un débouché pour ses deux Mistral, avance l’agence de presse Duowei News.  La livraison de cet arsenal aux Russes semble de plus en plus illusoire à mesure que le temps passe. Le président russe, Vladimir Poutine, a d’ailleurs évoqué, à l’occasion de sa conférence de presse annuelle, un remboursement des fonds déjà versés par le Kremlin pour ces navires. Dès lors, « l’option d’une vente de ces vaisseaux à un autre pays devient plausible » estime Les Echos.  Dans ce contexte, la Chine serait un client sérieux. Les médias locaux cité par le quotidien économique soulignent en effet que, le gouvernement chinois ayant dans l’idée de concevoir et de construire ses propres « bâtiments de projection et de commandement (BPC), il pourrait accélérer ses études en copiant le Vladivostock et le Sebastopol, les deux Mistral initialement destinés à Moscou.

Drones : 100.000 vendus l’an passé en France, pour quoi faire ?

Drones : 100.000 vendus l’an passé en France, pour quoi faire ?

 

 

Il ya les jouets dont on peut se servir dans sa cour. Il y a aussi ceux qu’on peut utiliser pour survoler des lieux publics. Et là c’est de l’inconscience totale. Dans un environnement de  terrorisme généralisé, on sait bien qu’un tordu un jour ou l’autre va balancer un engin explosif à partir d’un drone. On interdit certes le survol de certains lieux à certaines conditions mais pour autant le phénomène drone se développe par provocation ou pure idiotie ; On attend quoi pour interdire la commercialisation des drones dangereux ? Il faut une commission enquête parlementaire, une conférence internationale, une information judicaire, une réunion extraordinaire de l’assemblée nationale ?  D’après l’institut GFK, qui tient le registre de la commercialisation de produits de consommation, 100.000 drones de loisirs ont été achetés en France, en 2014.  Les drones font désormais partie de notre quotidien. On ne parle pas uniquement des survols de lieux interdits, qui se multiplient, mais plus précisément de leurs ventes.  Selon des chiffres obtenus par l’institut GFK, qui tient le registre de la commercialisation de produits de consommation (électroniques, particulier), Noël 2014 aura été la période la plus faste pour les ventes de ces objets volants. Elle indique, en effet, que 100.000 drones de loisirs ont été achetés en France, en 2014. Ce chiffre recouvre les ventes de ces appareils facturés entre 50 et 100 euros. Par ailleurs, ceux qui ont survolé les lieux interdits pèsent près d’un kilo et coûte plutôt près de 500 euros.

 

L’A320 d’Airbus : 10 000 exemplaires vendus

L’A320 d’Airbus  : 10 000 exemplaires vendus

L’A 320 d’Airbus , un véritable succès commercial,  IAG, a annoncé jeudi 15 août, acheter 62 A320 pour sa filiale à bas coûts espagnole Vueling. La plus grande partie des appareils commandés sont des versions Néo de l’A320. Dans son contrat, la maison-mère de British Airways et d’Iberia pose une option sur 158 appareils supplémentaires. Le montant de la commande n’a pas été communiqué mais IAG a assuré avoir obtenu une « réduction très substantielle». Le plus petit avion de la gamme, Airbus confirme son succès commercial. 25 ans après sa mise en service, le succès de l’A320 reste intact. L’appareil enregistre pratiquement 10.000 commandes. Et comme près de la moitié n’ont pas encore été livré, les chaines d’assemblages de la famille 320 affichent complet jusqu’en 2020.  Cet appareil qui a permis à Airbus de rattraper Boeing. Pour continuer à surfer sur ce succès, l’européen a donné une nouvelle vie à son modèle phare. Airbus a lancé, fin 2010, la version Néo de l’A320, un modèle qui promet des économies de carburants de l’ordre de 15 %. Un argument commercial de taille pour séduire les compagnies aériennes. Boeing a été obligé de développer lui aussi une version plus économe de son 737. Mais cela n’empêche pas Airbus d’engranger un grand nombre de commandes pour cet avion annoncé à 70 millions d’euros l’exemplaire au tarif catalogue.

100 Airbus A320 vendus à AirAsia

100 Airbus A320 vendus à AirAsia

La compagnie malaisienne à bas coûts AirAsia a passé commande de 100 moyen-courriers Airbus A320 au prix catalogue de 9,3 milliards de dollars, dont 64 A320 Neo, le futur modèle à consommation réduite, a annoncé jeudi l’avionneur européen.  La transaction a déjà été comptabilisée dans le carnet de commande au mois de novembre, a précisé un porte-parole d’Airbus. Elle fait d’AirAsia, première compagnie low-cost en Asie, la principale compagnie cliente de la famille A320 dans le monde, souligne Airbus dans un communiqué.  Les constructeurs aéronautiques font systématiquement d’importants rabais sur les prix catalogue, qui peuvent aller jusqu’à 50%, selon les analystes du secteur.  Le contrat a été signé dans l’usine d’Airbus à Broughton, en Grande-Bretagne, en présence du Premier ministre britannique David Cameron.  Tony Fernandes, le directeur exécutif d’AirAsia, a expliqué que ces nouveaux appareils permettraient à son groupe de poursuivre sa stratégie d’expansion et « maintenir son leadership sur le marché ».   »Nous avons trois mines d’or en Malaisie, en Thaïlande et en Indonésie. Mais les Philippines et le Japon ont un énorme potentiel de croissance », déclare-t-il dans le communiqué.  Tony Fernandes a sauvé AirAsia de la faillite en 2001 et l’a transformée en un acteur clef du transport aérien en Asie.  AirAsia est équipée exclusivement de moyen-courriers A320. Elle en a commandé au total 475, dont plus d’une centaine sont déjà en opération, précise Airbus.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol