Archive pour le Tag 'Valls'

Page 7 sur 25

Sondage : niveau d’impopularité historique pour Valls

Sondage : niveau d’impopularité historique pour Valls

La descente aux enfers continue pour Hollande mais aussi pour le Premier ministre. Un premier ministre qui ne joue plus son rôle de fusible et tire  même désormais Hollande vers le bas. En cause évidemment l’absence de résultats économiques et sociaux qui s’ajoutent à une relative paralysie du pouvoir. Le retrait de la loi sur la déchéance de nationalité, les aléas autour de la loi travail sont les derniers des exemples des contradictions du pouvoir. On reproche surtout de plus en plus à Manuels Valls une attitude martiale en décalage avec les décisions concrètes. En outre il semble bien que Manuel Valls ait  été dessaisi de son image de réformiste par Emmanuel Macron. Manuel Valls atteint donc un nouveau record d’impopularité en avril à 22% d’opinions favorables, tandis que la cote de confiance de François Hollande reste au plus bas malgré une progression d’un point (18%), selon un sondage Elabe publié jeudi. Deux ans après sa nomination à Matignon, la cote du Premier ministre est en recul d’un point par rapport à mars et s’érode au total de 14 points depuis décembre, selon l’observatoire politique Elabe pour Les Echos et Radio classique. A 18% (+1), la cote de François Hollande reste proche de son record d’impopularité du mois dernier. Cette très légère hausse s’observe notamment auprès des sympathisants du Front de gauche (+4), sans doute sensibles à l’abandon de la déchéance de nationalité et aux reculs sur la loi Travail, mais le président baisse d’autant chez les sympathisants socialistes, précise Elabe en soulignant que « la confiance accordée au chef de l’Etat apparaît durablement minoritaire » chez ses électeurs de 2012. Les personnalités politiques bénéficiant de la meilleure image restent Alain Juppé (47%) et Emmanuel Macron (38%), même si le maire (Les Républicains) de Bordeaux et le ministre de l’Economie, qui a lancé mercredi son mouvement transpartisan « En marche! », reculent chacun de cinq points en un mois.

Notre-Dame-des-Landes : opposition entre Manuel Valls et Ségolène Royal

Notre-Dame-des-Landes : opposition entre Manuel Valls et Ségolène Royal

Le nouveau rapport d’experts qui visait à éclairer sur la pertinence de l’aéroport de Notre-Dame des Landes n’est guère éclairant ;  d’une certaine manière même,  il confirme les oppositions entre ceux qui approuvent le projet et ceux qui préconisent  son abandon. Un clivage qui se retrouve même au sein du gouvernement et en particulier entre manuel Valls qui trouve là de quoi donner une légitimité à Notre-Dame des Landes tandis que Ségolène Royal se montre toujours aussi dubitative. Le rapport met notamment en cause le dimensionnement du projet. Leur synthèse d’une soixantaine de pages s’appuie notamment sur les nombreuses études déjà réalisées. Pour ces experts, qui ont aussi étudié les autres sites possibles, le choix de Notre-Dame-des-Landes « apparaît encore comme un compromis acceptable, malgré des difficultés à ne pas sous-estimer ».  »Au lieu d’un projet à deux pistes de 3.600 m, dont l’une à 60 m de largeur, qui était celui d’un aéroport à vocation intercontinentale, la mission suggère de retenir un projet à une seule piste de 2.900 m de longueur et 45 m de largeur, jugée suffisante pour les besoins d’un trafic essentiellement intra-européen ». Cependant, la transformation de Nantes Atlantique reste une autre option possible, soulignent les auteurs : « l’agrandissement de l’aérogare est possible et la rénovation de la piste est nécessaire ». Mais « les questions de bruit resteraient prégnantes ». Et la nécessité de maintenir l’aéroport ouvert pendant les travaux pourrait « peser sérieusement » sur les coûts. Ce texte vise à « nourrir le débat », selon le ministère, en vue du référendum promis par François Hollande. Manuel Valls considère cependant le futur aéroport comme justifiée : « Selon ce rapport, le site de Notre-Dame-des-Landes est la meilleure solution pour le « , dit-il dans un communiqué. « La mission a étudié, en complément, une variante qui consisterait à ne réaliser, dans un premier temps, qu’une seule des deux pistes. Le rapport ne se prononce pas sur la faisabilité juridique de cette hypothèse. » Les écologistes, qui appuient l’occupation par les « zadistes » de la zone à construire, ont une vision inverse. « Conçu dans les années 1960, notamment dans la perspective d’accueillir le Concorde, ce projet est daté, coûteux et représente un non-sens écologique », dit Europe Ecologie-Les Verts dans un communiqué publié mardi. « Le président de la République François Hollande doit abandonner officiellement ce projet aberrant afin d’envoyer un signal fort de la France au reste du monde sur la cause environnementale et climatique », ajoute ce texte. Ségolène Royal, qui a émis mardi un doute sur le référendum prévu sur le projet d’aéroport dans le département de Loire-Atlantique, a précisé ultérieurement sur France Info que le scrutin aurait lieu le 26 juin. Un scrutin qui de toute manière risque de provoquer de nouvelles procédures judiciaires car un scrutin local ne saurait s’imposer pour un projet qui,  lui, présente un caractère national. Un imbroglio juridique qui par ailleurs pourrait faire jurisprudence pour d’autres projets d’intérêts nationaux d’intérêt national. Décision devrait revenir à l’Etat. L’abandon du projet obligerait l’Etat à payer de lourds dédommagements au groupe Vinci, dont la filiale Aéroports du Grand Ouest (AGO) a obtenu la concession de Notre-Dame-des-Landes.

2017 : Manuel Valls choisit Hollande

2017 : Manuel Valls choisit Hollande

Une bien curieuse déclaration d’amour–en tout cas bien maladroite-  de Manuel Valls qui déclare choisir Hollande comme candidat de la gauche en 2017. D’après lui, la politique du président de la république ne serait pas en cause mais ce sont  les Français qui ne comprennent pas en raison notamment d’un déficit de communication. Bref comme d’habitude on inverse les responsabilités : la politique est bonne et c’est la communication qui est insuffisante. Le plus croustillant dans cette affaire c’est lorsque Valls considère qu’une élection ne se gagne pas sur un bilan mais sur des promesses (appelées  pudiquement projet pour l’avenir). Comme si finalement toute la politique était conduite n’avait strictement aucune importance et que les Français ne se positionnaient que sur les chansons d’avenir meilleur. Finalement qu’a fait  Hollande pour se faire élire en 2012 (et bien d’autres avant lui). Une bien curieuse conception de la politique qui réduit la responsabilité de la gestion de l’intérêt général à des opérations de communication et d’intoxication. Contrairement ce que dit Valls l’attente majeure des Français n’est pas d’avoir « envie d’y croire » mais de constater les progrès réels sur le plan économique notamment en matière de chômage. Bref du concret pas de l’abstrait fumeux. Le candidat de Valls pour 2017, c’est Hollande. Le Premier ministre soutient le Président et veut qu’il se représente. Il se confie dans le JDD : « C’est l’intérêt général et l’intérêt de la France qui doivent prévaloir, François Hollande est la voix de l’intérêt général. Celui qui doit incarner cette parole c’est celui qui a été élu par les Français, qui est Président et candidat, s’il le décide. La logique c’est qu’il soit candidat puisqu’il est Président. Ce qui manque c’est l’explication, car les choix qui ont été les siens sont les bons. » Au Président de donner envie, de dire où il va, de montrer le sens. Celui qui fut le porte-parole à Matignon de Lionel Jospin, l’homme qui avait fait baisser le chômage, a une conviction : « Je ne pense pas qu’on gagne une présidentielle sur un bilan, ni qu’on la perde sur un bilan. On la perd si on ne se projette pas dans l’avenir, si on n’a pas de vision. »  Les Français peuvent-ils à nouveau vouloir de Hollande? Valls veut le croire : « Nous pouvons convaincre de nouveau, même s’il y a du scepticisme, même si une partie de la gauche ne veut pas gouverner. Les Français se détournent de la politique, à nous de leur redonner envie de croire. » Le Premier ministre lâche : « Je ne vois pas d’alternative à François Hollande à gauche. »

Pour Hollande le fusible Valls est grillé

Pour Hollande le fusible Valls est grillé

Valls Manuel Valls avait été nommé pour tirer François Hollande vers le haut mais au vu de l’évolution des sondages c’est plutôt le contraire qui se produit : la popularité de Valls plombe celle de Hollande qui n’avait déjà pas besoin de cela. Il semble bien que maintenant après le ratage concernant le dernier changement de gouvernement que Hollande est condamné à conserver un premier ministre très impopulaire. En cause le virage libéral brutal du gouvernement voir des positions très droitières. Le fait surtout que le changement de politique n’a jamais été expliqué clairement ce qui ne fait qu’entretenir le manque de confiance voir l’opposition radicale. En outre et surtout Manuel Valls a adopté une posture très martiale, type Clémenceau d’opérette,  qui fait confondre autorité et autoritarisme ;  une attitude qui a séduit au départ mais qui désormais génère lassitude et rejet d’autant plus que le gouvernement se montre incapable de suivre une ligne claire. Enfin depuis l’arrivée des d’Emmanuel Macron, Valls  a perdu l’exclusivité de l’image du réformiste à gauche. Il est nettement devancé dans ce domaine par Emmanuel Macon dans l’opinion publique. Du coup pour se rattraper Manuel Valls rajoute des couches d’autoritarisme contradictoire. Exemple quand il prévoit avant même que le texte de la loi travail ne soit connu d’utiliser d’emblée le 49 -3. Une éventualité à laquelle il a dû renoncer sous la pression du parti socialiste mais aussi de certains membres du gouvernement. Bref Manuel Valls donne maintenant l’impression de faire des moulinets avec ses bras. Désormais, aux côtés du président le plus impopulaire de la Ve République, Manuel Valls est le premier ministre le plus impopulaire au bout de 24 mois à diriger un gouvernement: 27 % de cote de confiance. Jean-Marc Ayrault a terminé plus bas (16 %), mais il n’est resté que 22 mois à Matignon. Manuel Valls est donc plus impopulaire que Pierre Mauroy (37 %) ou Jean-Pierre Raffarin (28 %).  Plus inquiétant pour François Hollande, les attentats de Bruxelles n’ont aucun effet sur sa cote de confiance. Alors même qu’il a été très présent médiatiquement et politiquement toute la semaine dernière. La publication des mauvais chiffres du chômage a sans doute davantage pesé et conduit une majorité de socialistes (58 contre 41 %) à ne plus le suivre. Malgré tout, le Président veut croire qu’il peut rebondir et se faire réélire en 2017

 

Sondage popularité : toujours le plongeon pour Hollande et Valls

Sondage popularité : toujours le plongeon pour Hollande et Valls

Depuis les événements de janvier 2015, la popularité de François Hollande mais aussi de Manuel Valls ne cesse de plonger. Une consolation peut-être pour François Hollande Nicolas Sarkozy fait aussi l’objet d’un profond rejet dans l’opinion publique. Par contre Juppé figure en tête Seulement 18% des Français pensent que Hollande est un bon président selon les résultats d’un sondage* Odoxa pour le magazine L’Express publié le 29 mars. Le président de la République voit sa cote de popularité chuter de 2 points et atteint ainsi son plus bas niveau de satisfaction depuis novembre 2014 (16% d’opinions favorables à l’époque) et donc depuis les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher, en janvier 2015. Il recueille 45% d’opinions favorables à gauche contre 54% d’opinions défavorables. Si le chef de l’État n’est pas très populaire en France, il est davantage plébiscité en EuropeLe sondage a interrogé des  »échantillons représentatifs » d’électeurs européens sur le président de la République. On découvre que 56% des sondés allemands, 54% des sondés espagnols, 50% des sondés italiens et 49% des sondés britanniques ont une opinion favorable de François Hollande. Avec 18% d’opinions favorables, le président de la République fait pâle figure face à ses homologues européens. En effet, Angela Merkel recueille 51% d’opinions positives en Allemagne, David Cameron 44% au Royaume-Uni, Matteo Renzi 34% en Italie et Mariano Rajoy 27% en Espagne. Les Français apprécient en revanche Angela Merkel (68% d’opinions favorables), Matteo Renzi (60%), Mariano Rajoy (58%) et David Cameron (56%). À la même question de savoir s’il est « bon » dans ses fonctions, le Premier ministre Manuel Valls recueille 31% d’opinions favorables (-4 points), contre 68% d’opinions défavorables. Au palmarès de l’adhésion des autres personnalités politiques, le trio de tête est formé par Alain Juppé (42%, -2); Emmanuel Macron (37%, +1) et François Bayrou (29%, -4). En revanche le palmarès du rejet est formé de Marine Le Pen (57%, =), Marion Maréchal-Le Pen (57%, +4) et Nicolas Sarkozy (52%, =).

Foot-Euro 2016 : la sécurité entièrement sous contrôle !! (Valls)….tu parles !

Foot-Euro 2016 : la sécurité entièrement sous contrôle !! (Valls)….tu parles !

 

C’est en substance ce qu’a déclaré Manuel Valls pour assurer l’opinion publique, un Manuel Valls  qui a dû sans doute prendre connaissance des sondages qui démontraient que 70 % des Français étaient pour le maintien de l’épreuve. « La fête pourra donc avoir lieu » concluait le premier ministre ;  une déclaration pour le moins irresponsable dans la mesure où tous les experts savent qu’il est impossible d’éliminer tous les risques dans un lieu se réunisse 50 000 personnes. Dans la mesure aussi où nous avons enregistré une tentative d’attentat récemment au stade de France Face au risque d’attentats, certains prônaient la suppression des fan-zones pendant l’Euro 2016 de football. Une hypothèse écartée par Manuel Valls qui garantit que la sécurité y sera assurée comme dans les stades. Le Premier ministre s’est voulu rassurant ce dimanche dans l’émission Stade 2 sur France 2. La sécurité sera à la hauteur pour l’Euro 2016, y compris dans les fan-zones, ces lieux où les supporters pourront se retrouver pour suivre ensemble les matchs sur des écrans géants. Avec la menace terroriste, plusieurs voix à droite avaient remis en cause leur maintien.   Mais « ce sont des zones qui seront sécurisées, fermées, il y aura des palpations, les sacs seront fouillés et, en même temps, la fête pourra avoir lieu« , affirme Manuel Valls.  »Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, en a discuté avec tous les maires et notamment le président des villes qui organisent l’Euro, il s’agit d’Alain Juppé, pour faire en sorte que la sécurité soit assurée avec les mêmes dispositifs, les mêmes méthodes que ceux que nous connaîtrons pour les stades.« 

Valls veut une finale France -Allemagne en foot ou en économie ?

Valls veut une finale France -Allemagne en foot ou en  économie ?

 

À peine populiste mais toujours aussi volontariste Valls, le Clemenceau d’opérette, veut une finale France Allemagne. Pas en économie non mais en foot à l’occasion de l’euro 2016 qui va se dérouler en France. Panem et circenses, la vieille formule de la Rome antique est donc recyclée, on va donc distribuer quelques miettes ici ou là, aux fonctionnaires, aux retraités, aux chômeurs, aux allocataires sociaux et en même temps leur offrir des jeux afin d’oublier la crise. Manuel Valls en dépit de l’environnement très dangereux tient absolument au maintien de cette compétition susceptible de faire oublier pendant quelques semaines une crise qu’il se montre incapable de gérer. À défaut de trouver du travail les chômeurs pourront toujours se rendre au stade. Manuel Valls joue sur du velours près de 80 % des Français souhaite le maintien de cette compétition, pire plus de 72 % pense que les enceintes sportives sont bien sécurisées. Un aveuglement encouragé par une irresponsabilité totale du pouvoir dans la mesure où le risque zéro ne peut exister quand  50 000 personnes sont réunies dans le même lieu. On aurait sans doute aimé que Manuel Valls veuille une autre finale : la France opposée à l’Allemagne en matière d’économie. Mais là le match est déjà joué, plus précisément il ne peut avoir lieu depuis que Merkel ignore superbement la France celle de Hollande comme celle de Sarkozy. Souvenons-nous en particulier du fameux pacte de croissance qui n’a jamais vu le jour. En économie comme en sport,  à la fin c’est toujours l’Allemagne qui gagne !

Sondage de Hollande et Valls : la descente aux enfers

Sondage de Hollande et Valls : la descente aux enfers

Jamais la confiance n’a été aussi basse tant pour François Hollande que pour Manuel Valls dont la popularité s’écroule dans les derniers sondages de mars. En moyenne, Hollande se situe entre 17 et 20 %  et Valls entre 25 et 28 %. Dans le sondage Harris interactive. 83 % de défiance pour François Hollande et 70 % pour Manuel Valls.  La cote de confiance de François Hollande dégringole de sept points en un mois, à 17%, et celle de Manuel Valls en perd trois à 29%, pour atteindre leur plus bas niveau depuis leur entrée en fonction, selon un sondage Harris Interactive . Selon un sondage BVA pour Orange et iTELE publié La popularité de François Hollande a encore baissé, celle de Manuel Valls est au plus bas et, pour la première fois depuis le début du quinquennat, les cotes du chef de l’Etat et de son Premier ministre sont simultanément sous la barre des 50% chez les sympathisants de gauche, selon un sondage BVA pour Orange et iTELE publié samedi. Seuls 21% des Français conservent une bonne opinion de François Hollande, soit un point de moins qu’en février et douze points de moins que son rebond enregistré après les attentats de novembre. Il se retrouve tout près de son plus bas (19%) touché à l’automne 2014. La confiance dans le chef de l’Etat et son Premier ministre n’avait jamais été aussi faible depuis l’automne 2014 et baisse de manière continue depuis les attentats de novembre. Plus de quatre Français sur cinq (83%, +7 par rapport à janvier) ne font pas confiance à François Hollande en tant que chef de l’Etat et sept sur dix (70%, +2) pas confiance à Manuel Valls à Matignon, selon cette enquête pour le site Délits d’Opinion. François Hollande perd 18 points auprès des sympathisants PS, mais ils sont encore 55% à lui faire confiance. Les sympathisants du Front de gauche ne sont plus que 13% à lui accorder leur confiance. Les catégories socioprofessionnelles supérieures lui font plus confiance (18%) que les «catégories populaires» (15%). Enfin, ce sont les Français de moins de 35 ans qui restent les plus fidèles (19%), les moins enthousiastes étant les plus de 65 ans (14% lui font confiance).

Hollande–Valls : fin de règne pathétique (André Bercoff)

Hollande–Valls : fin de règne pathétique (André Bercoff)


Ils avancent. Ils ne savent pas où ils vont, mais ils y vont. Trop facile de les accuser de tous les maux du royaume: crise économique, crise identitaire, crise du pouvoir, tout cela fait beaucoup pour les deux roseaux pensants de l’exécutif qui essayent, contre vents et marées, d’exhiber leur vertu social-libérale en prêt-à-porter, à un peuple à ce point divisé qu’il erre entre résignation et jacqueries de rues et de champs.

A chaque fois, la comédie se répète, dans une langueur monotone que les plus endormis de nos concitoyens supportent de moins en moins: loi travail, déchéance de nationalité, aéroport nantais, pour ne citer que les derniers actes. Scène 1: on bâcle, on fonce, on présente, on est fier, on réforme audacieusement et radicalement. Scène 2: des corporations s’enflamment, des syndicats hurlent, des lycéens cauchemardant sur leurs retraites descendent dans la rue, cette gauche qui n’est plus de gauche indigne les marxistes des tranchées, la droite veut approuver tout en s’opposant, l’heure est au foutoir dans la cour de récréation. Scène 3: nos deux têtes pensantes se concertent et pratiquent, avec une résignation lasse, le coïtus interruptus qui leur sert de morale depuis quelques mois. Vous n’en voulez pas? Cent fois sur le métier nous remettrons notre ouvrage. Nous sommes, sachez-le, des ayatollahs du consensus. Nous voulons tellement, au fond, faire plaisir à tout le monde…

 

 

Hollande et Valls sont, jusqu’en mai 2017, dans le même bateau, chantant mezzo voce «Je t’aime moi non plus ». Tomberont-ils ensemble à l’eau ?

 

La preuve? Chers fonctionnaires, voici la manne céleste, notre arbre de Noël à nous, notre valorisation de point d’indice et n’oubliez pas 2017. Chers jeunes, nous vous aidons, vous accompagnons, vous entretenons, faisons tout pour vous, et vous osez encore baguenauder au lieu d’étudier? Et pour couronner le tout, l’épilogue: prière ultime prononcée dans le luxueux bureau de l’Elysée: Sésame, ouvre-toi! Courbe, inverse-toi!

Dans son célèbre discours du Bourget, François Hollande se demandait: «Est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu’en 2012?» Dans un livre qui vient de paraître, intitulé «Le pari», deux journalistes rapportent ces propos du même François Hollande datant de juillet 2015: «La déchéance de nationalité, cette chose de droite qui n’apporte rien à la lutte contre le terrorisme». On connaît la suite. Le tango du revirement, le ballet des contradictions, les promesses qui, comme d’habitude, n’engagent que ceux qui les écoutent.

Hollande et Valls sont, jusqu’en mai 2017, dans le même bateau, chantant mezzo voce «Je t’aime moi non plus». Tomberont-ils ensemble à l’eau? Hollande ira-t-il jusqu’au bout de l’impopularité en se représentant à la présidentielle dans un élan de samouraï corrézien, pratiquant le seppuku en pleine terre brûlée? Poussera-t-il Valls dans le chaudron, tel un François Fillon rongé par cinq ans d’occupation sarkoziste? Ce qui est sûr, c’est que la fin de règne a bien commencé. Et qu’elle sera longue. Et qu’ils le savent. D’où leur démarche chaloupée, boiteuse, un pas en avant, deux pas en arrière, qui n’embrouille plus personne parce que, désormais, tout est vu et connu.

 

(lu dans le Figaro)

 

Sécurité : Après Bruxelles, Juncker et Valls unis dans l’immobilisme

Sécurité : Après Bruxelles, Juncker et Valls unis dans l’immobilisme

 

Encore de grands mots à peu près vides de tout contenu à savoir : « un grand pacte  européen de sécurité » souhaitée par Juncker et Valls unis dans l’immobilisme. Valls toujours dans son rôle de Clemenceau d’opérette qui se drape dans l’apparence du volontarisme et Jean-Claude Juncker le président de la commission européenne dans son rôle de beauf sulfureux. Un Jean-Claude Juncker qui ne comprend pas les carences de l’Europe « pour des raisons qui lui échappent » ! Et un Manuel Valls qui se soule toujours des mots qui veut une politique européenne en matière de migration, une politique européenne contre le terrorisme est une politique commune de la défense ;  bref des vœux pieux et des propos de bistrot. Problème, Valls ne pèse strictement rien en Europe c’est Merkel qui commande. Le pacte européen de sécurité connaîtra sans doute le même sort que le pacte européen de croissance réclamée d’abord par Sarkozy puis par Hollande avec le même succès et le même résultat ;  à savoir zéro en raison de l’opposition de Merkel qui en matière de flux migratoires ne s’est pas gênée d’aller négocier seule avec la Turquie un accord à la fois illégal et scandaleux.  Jean-Claude Juncker et Manuel Valls ont cependant plaidé mercredi à Bruxelles pour accentuer les mesures sécuritaires en Europe, au lendemain des attentats qui ont fait au moins 31 morts dans la capitale belge. Le président de la Commission européenne et le Premier ministre français ont demandé le déploiement rapide de gardes-frontières européens, la mise en oeuvre des contrôles systématiques aux frontières de l’espace Schengen et de la directive sur les armes qui doit encore être adoptée. Et scandaleux.  Lors d’un point de presse, ils ont à nouveau pressé les députés européens de voter le PNR, le fichier des voyageurs aériens en Europe, Manuel Valls expliquant que « le Parlement européen doit montrer pleinement son engagement dans la lutte contre le terrorisme » en l’adoptant en avril. »Tout ça doit former un pacte européen de sécurité qui aura comme pendant une Europe de la défense capable d’intervenir vraiment sur les théâtres extérieurs », a-t-il ajouté. Face au terrorisme, « dans les années qui viennent, les Etats membres devront investir massivement dans leurs systèmes de sécurité, les hommes, les techniques, les technologies », a poursuivi le Premier ministre français. Jean-Claude Juncker a par ailleurs souhaité une meilleure collaboration entre les services secrets des Etats européens. « Cela ne se fait pas, pour des raisons qui m’échappent, a-t-il dit, résumant ainsi l’incompétence surréaliste de l’intéressé.

La France touchée aussi la progression du salafisme (Valls)

La France touchée aussi  la progression du salafisme (Valls)

 

Manuel Valls se réveille et convient que la France elle aussi est gangrénée par le salafisme  et le radicalisme. Une nuance avec Sapin qui lui ne voit le danger qu’en Belgique !  Comme si la France avait réussi quoi que ce soit dans la lutte contre l’intégrisme. Or dans la plupart des villes françaises des banlieues entières se sont communautarisées. Un Communautarisme véritable terreau du radicalisme. Des zones de non-droit abandonnées autant par l’État que par les collectivités locales. Des quartiers où la paix sociale a été achetée contre l’autorisation tacite de mettre en place des économies parallèles reposant sur des trafics en tout genre en particulier sur le trafic de drogue. La Belgique a sans doute des responsabilités mais la France tout autant sinon davantage. Pratiquement aucune grande ville en France n’échappe à ce phénomène de concentration des communautés autorisées, suscitées  et même soutenues  financièrement. Pour Michel sapin exemple type de l’oligarchie  incompétent et  irresponsable, plus c’est gros plus ça passe. Comme la version du chômage qu’il n’a cessé de pronostiquer pendant des années. Il y a sans doute longtemps que Michel sapin n’a pas mis les pieds dans une banlieue sensible. C’est tout le drame de petits bourgeois du parti socialiste coupés depuis longtemps de toutes les réalités économiques, sociales et sociétales. De tels propos scandaleux font évidemment le lit du front national qui se nourrit surtout du déni de réalisme du gouvernement et surfe sur la vague du populisme.  Heureusement Valls est un peu plus lucide que Sapin mais cependant guère plus efficace. . «Je ne veux pas donner des leçons à nos amis belges, nous aussi en France nous avons des quartiers sous l’emprise des trafiquants de drogues et des salafistes». Selon lui, «dans des quartiers, ce mélange de trafics de drogues et d’islamisme radical ont perverti (…) une partie de la jeunesse».  Le Premier ministre a également insisté sur l’intensité de la menace terroriste. «Nous allons vivre longtemps avec cette menace terroriste, a-t-il prévenu. C’est une guerre que le terrorisme nous a déclarée, pas seulement à la France, à l’Europe, mais aux valeurs universelles. C’est le monde entier qui doit réagir». «C’est un combat de longue haleine, a-t-il ajouté. C’est une affaire d’une génération».

 

Comprendre la radicalisation djihadiste, (Valls) … il serait temps !

Comprendre la radicalisation djihadiste, (Valls) … il serait temps

Manuel Valls change de logiciel à propos de la radicalisation, il serait temps car jusqu’à maintenant  il n’a pas compris grand-chose.  Le 25 novembre dernier, deux semaines après les attentats de Paris et Saint-Denis, le chef du gouvernement avait affirmé devant l’Assemblée nationale qu’expliquer de tels actes, c’était « déjà vouloir un peu excuser », une position qui lui avait valu de nombreuses critiques. Lundi, lors d’une réunion de « L’instance de dialogue avec l’islam de France » au ministère de l’Intérieur, Manuel Valls a expliqué qu’il fallait « d’abord et surtout combattre cette hyper-violence ». Mais il a ajouté : « C’est un phénomène complexe et protéiforme, et les sciences sociales ont bien sûr un rôle à jouer pour comprendre, analyser, décortiquer les mécanismes qui font que des individus basculent dans cette forme d’hyper-violence, de négation de l’autre, de nihilisme ». « C’est une idéologie de mort et nous n’avons jamais connu cela à cette échelle, en plus avec cette force liée à un conflit en Syrie et en Irak, la volonté de créer un Etat avec ses attributs », a-t-il ajouté. Une analyse un peu moins schématique que précédemment mais encore bien insuffisante dans la mesure où 2000 français environ sont officiellement impliqués dans le phénomène jihadiste. À cela il faut ajouter tous les individus fortement radicalisés et non n’encore repérés comme terroristes potentiels soit d’après les experts environ  5000 personnes. Des  chiffres évidemment relativement approximatifs tellement les services de renseignements sont débordés par l’ampleur de la tâche. En vérité c’est le déni de radicalisme qui a permis au phénomène jihadiste de prendre une telle dimension en France. Un radicalisme qui s’est surtout développé dans des quartiers sensibles ou la paix sociale a été achetée par l’État comme par les collectivités locales en échange d’une tolérance à l’égard du communautarisme radical. En fait  Manuel Valls découvre la situation seulement aujourd’hui et le dispositif anti terroriste décidé par le gouvernement est bien loin d’être à la hauteur de l’enjeu  « Mais nous savons qu’il y a aujourd’hui des milliers de jeunes, d’individus dans nos quartiers qui sont de près ou de loin séduits par cette radicalisation ». Une découverte un peu naïve et tardive de la part de Manuel Valls alors que  le processus est en cours depuis 20 à 30 ans.

Sondage popularité : Hollande et Valls encore plus bas

Sondage popularité : Hollande et Valls encore plus bas 

17 % pour Hollande et 24 % pour Valls une nouvelle chute et des résultats au plus bas historique pour les intéressés (Macron  on lui se maintient à 42 %). L’avant projet de loi El Khomri tire l’exécutif vers le bas. Alors qu’à une écrasante majorité les Français réclament une inflexion du gouvernement sur ce texte, François Hollande et Manuel Valls touchent le fond de leur cote de popularité, et ce malgré la période de consultations engagée. En mars, l’action du président de la République est créditée d’un niveau de satisfaction de 17%, en recul de quatre points, indique, dimanche, OpinionWay pour Metronews et LCI. La proportion de Français mécontents de l’action du président de la République a progressé de 4 points à 81% (48% «très mécontents» et 33% «mécontents»), là où 2% se sont déclarés «très satisfaits» et 15% «assez satisfaits». À Matignon, Manuel Valls ne représente plus un bouclier de popularité: il plonge de quatre points, à 24%. 74% des personnes interrogées se sont dites mécontentes de son action (39% «très mécontents», 35% «assez mécontents»), contre 21% «assez satisfaits» et 3% «très satisfaits». Pour les deux hommes, c’est leur niveau le plus bas atteint dans une enquête OpinionWay depuis leur accès aux responsabilités. Au sein du gouvernement, Emmanuel Macron, le grand rival de Manuel Valls, reste stable avec 42% d’opinions favorables. Même stagnation pour Myriam El Khomri (22%). D’autres ministres d’envergure essuient, eux, le mécontentement de l’opinion. Y compris lorsqu’ils ne sont pas engagés dans le projet de réforme du code du Travail. À l’image de Jean-Yves Le Drian. Le ministre de la Défense perd sept points, à 47% de satisfaits. Son collègue de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, abandonne trois points, à 47%. Dans le classement général des responsables politiques, le candidat à la primaire de la droite Alain Juppé occupe toujours la première place avec 50% de satisfaits (-1 point). Il devance le président LR de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand (43%; +1point). La troisième place est occupée, à égalité, par l’ancien ministre Bruno Le Maire (40%; +1 point) et le président du Modem, François Bayrou (-3).

Avec 31% d’opinions positives (+1point), la présidente du Front national est maintenant plus populaire que Nicolas Sarkozy (30%; -3points).

Loi travail : mea culpa de Manuel Valls !

Loi travail : mea culpa de Manuel Valls !

 

Changement de méthode et d’attitude chez Manuel Valls contraint  de se montrer très conciliant pour présenter la nouvelle mouture de la loi. Inutile de tourner autour du pot Manuel Valls a dû reculer à la demande expresse de François Hollande. Il n’y avait pas d’autres solutions, soit tenter de passer en force et c’était le risque d’un éclatement du PS. Soit retirer la loi et c’était la fin du quinquennat. Du coup, il a dû sérieusement accepter d’amender le projet pour satisfaire les syndicats réformistes, aussi sa propre majorité qui votera sans doute le texte. Pire,  Manuel Valls a dû abandonner sa posture de Clemenceau d’opérette « je ne reculerai pas » et a même admis  qu’il avait fait des  erreurs tant sur la forme que sur le fond. Bref un compromis. Sur France 2 lundi soir, le Premier ministre a reconnu les «ratés» du début, et s’est posé en homme de «compromis» là où il déclarait il y a quelques semaines qu’il irait «jusqu’au bout». «Il y a eu des ratés, je les assume», a-t-il dit. «Plutôt que de s’entêter il fallait prendre 15 jours supplémentaires, écouter tout le monde, entendre, intégrer les propositions qui s’imposent pour pouvoir réformer.» De son côté, la ministre du Travail Myriam El Khomri a insisté sur TF1 sur le fait que «trouver un point d’équilibre n’est pas un recul». Manuel Valls a aussi expliqué qu’il pensait pouvoir «convaincre» sa majorité à l’Assemblée nationale après les modifications apportées au projet de loi Travail, tout en défendant «les grands équilibres» trouvés sur le texte après la concertation avec les partenaires sociaux. «Le Parlement va faire son travail», a répondu le Premier ministre, invité du 20 heures de France 2, à la question de savoir si le texte était définitif après les modifications annoncées lundi, tout en évoquant «les grands équilibres» du projet comme «le dialogue social» ou encore «la possibilité de lever les barrières à l’embauche».

Sondage : Hollande et Valls au plus bas historique

17 % pour Hollande et 24 % pour Valls une nouvelle chute et des résultats au plus bas historique pour les intéressés (Macron  on lui se maintient à 42 %). L’avant projet de loi El Khomri tire l’exécutif vers le bas. Alors qu’à une écrasante majorité les Français réclament une inflexion du gouvernement sur ce texte, François Hollande et Manuel Valls touchent le fond de leur cote de popularité, et ce malgré la période de consultations engagée. En mars, l’action du président de la République est créditée d’un niveau de satisfaction de 17%, en recul de quatre points, indique, dimanche, OpinionWay pour Metronews et LCI. La proportion de Français mécontents de l’action du président de la République a progressé de 4 points à 81% (48% «très mécontents» et 33% «mécontents»), là où 2% se sont déclarés «très satisfaits» et 15% «assez satisfaits». À Matignon, Manuel Valls ne représente plus un bouclier de popularité: il plonge de quatre points, à 24%. 74% des personnes interrogées se sont dites mécontentes de son action (39% «très mécontents», 35% «assez mécontents»), contre 21% «assez satisfaits» et 3% «très satisfaits». Pour les deux hommes, c’est leur niveau le plus bas atteint dans une enquête OpinionWay depuis leur accès aux responsabilités. Au sein du gouvernement, Emmanuel Macron, le grand rival de Manuel Valls, reste stable avec 42% d’opinions favorables. Même stagnation pour Myriam El Khomri (22%). D’autres ministres d’envergure essuient, eux, le mécontentement de l’opinion. Y compris lorsqu’ils ne sont pas engagés dans le projet de réforme du code du Travail. À l’image de Jean-Yves Le Drian. Le ministre de la Défense perd sept points, à 47% de satisfaits. Son collègue de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, abandonne trois points, à 47%.

Dans le classement général des responsables politiques, le candidat à la primaire de la droite Alain Juppé occupe toujours la première place avec 50% de satisfaits (-1 point). Il devance le président LR de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand (43%; +1point). La troisième place est occupée, à égalité, par l’ancien ministre Bruno Le Maire (40%; +1 point) et le président du Modem, François Bayrou (-3).

Avec 31% d’opinions positives (+1point), la présidente du Front national est maintenant plus populaire que Nicolas Sarkozy (30%; -3points).

Eddy Mitchell : « Si Hollande et Valls sont de gauche, moi, je suis curé »

Eddy Mitchell : « Si Hollande et Valls sont de gauche, moi, je suis curé »

Un jugement sans nuance du vieux rocker sur la nature de la politique de Hollande et de Valls. Un jugement d’ailleurs partagé par une très grande partie de l’opinion publique qui considère que le gouvernement ne mène pas une politique de gauche. (Interview JDD

 

Vous avez écrit des chansons sur le blues des cadres licenciés, la société de consommation et les petites gens, ceux qui sont pris à la gorge par les crédits…
La colère sociale gronde et elle est justifiée. Les Français se sentent trahis. François Hollande a été comme une bouffée d’air frais pour des millions de gens. Et il ne se passe rien. Je n’ai rien contre lui personnellement, mais il fait de la peine, ce garçon. Hollande est tout le temps humilié et humiliant. Mon cœur balance à gauche. Mais quelle gauche? Et ce n’est pas le gouvernement actuel. Si Hollande et Valls sont de gauche, moi, je suis curé.

Et votre ami Sarkozy?
Nous ne sommes pas intimes au point de parler d’amitié. Je l’ai bien connu quand j’habitais à Neuilly. Ces derniers temps, j’ai du mal à le comprendre. Il enchaîne bêtise sur bêtise, il se rattrape aux branches et il n’y arrive pas. Je n’ai pas l’impression qu’il ira au bout de la présidentielle

 

Migrants : Ayrault contredit Valls

Migrants : Ayrault contredit Valls

 

Différence de politique migratoire ou règlement de compte ? En tout cas Ayrault dit à peu  près le contraire de Valls concernant les migrants ;  il faut dire que la déclaration en Allemagne de Valls avait surpris outre-Rhin bien sûr mais aussi en France et en Europe. Une prise de position à la manière de Valls, sans grande nuance. Comme l’indique Jean-Marc Ayrault, la situation de l’Allemagne n’est pas celle de la France. Le plus grand danger pour l’avenir économique de l’Allemagne c’est son vieillissement démographique, un vieillissement démographique qui pourrait hypothéquer gravement le développement du pays à terme. D’autre part les contradictions des différents pays de l’union européenne en matière de politique migratoire à terme condamnent Schengen, elles pourraient remettre en question la liberté de circulation des personnes voir des biens, au-delà d’existence même de l’union économique. Jean-Marc Ayrault en profite sans doute pour régler aussi des comptes avec Manuel Valls qui, ne l’oublions pas, est largement à l’origine de la mise au rencard de Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre. Pour Manuel Valls, la politique d’ouverture aux réfugiés d’Angela Merkel était « temporairement justifiée » mais « pas tenable dans la durée« . Mais son ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a pris jeudi le contrepied du chef du gouvernement en affirmant que la chancelière allemande avait « raison ». Et ce, alors qu’iTélé lui demandait si la dirigeante avait eu « politiquement tort ». « Lorsqu’elle se fixe sur ce principe du droit d’asile, elle a à la fois moralement et politiquement raison. Après, la situation de la France et de l’Allemagne n’est pas le même », affirme le chef de la diplomatie française, dans une interview accordée à la chaîne d’informations.  »L’objectif commun est de sauver Schengen (…) et pour sauver Schengen, il faut protéger les frontières, contrôler les entrées. (…) Et cela reste à faire de façon beaucoup plus complète. » Le prédécesseur de Manuel Valls à Matignon a également appelé « les uns et les autres à être à la hauteur de l’histoire et faire preuve de lucidité ». Le mois dernier, le Premier ministre avait pour sa part réaffirmé depuis l’Allemagne que la France ne « pouvait plus accueillir plus de réfugiés ». Manuel Valls s’était opposé à la demande d’Angela Merkel de mieux répartir les « migrants et réfugiés » en Europe, alors que l’Allemagne a pour sa part déjà accueilli plus d’un million de personnes sur son sol.

Comment Valls, le baron noir, a viré Montebourg et Philippetti

Comment Valls, le baron noir, a viré Montebourg et Philippetti

Le JDD rend compte du livre  Le bal des dézingueurs, qui parait mercredi 9 mars, écrit par les journalistes Laurent Bazin et Alba Ventura, Manuel Valls y raconte en détails le jour où lui et François Hollande ont décidé de remanier le gouvernement et de virer Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filipetti pour clarifier la ligne économique.  « C’est sans doute le tournant du mandat de Premier ministre de Manuel Valls. Le 25 août 2014, Le chef du gouvernement décide de démissionner Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti après les critiques du ministre de l’Economie lors de la fête de la Rose à Frangy-en-Bresse. Pour la première fois dans un livre intitulé Le bal des dézingueurs (Flammarion), Valls raconte en longueur le jour où il a viré les frondeurs du gouvernement. « J’avais prévenu Arnaud [Montebourg] quelques jours plus tôt. On sortait d’une réunion gouvernementale où Aurélie [Philippetti] et lui avaient remis une couche avec « le changement de politique économique ». A elle, j’ai dit : ‘Dis donc, tu ne vas tout de même pas nous donner des leçons de gauche!’ Et lui, je l’ai averti. Je lui ai dit : ‘Fais gaffe, Arnaud. Gaffe à ce que tu vas dire à Frangy ». Le dimanche, jour de la fête de la Rose, le ministre de l’Education nationale, Benoît Hamon, proche d’Arnaud Montebourg, donne une interview dans le Parisien où il dit qu’il n’est pas « très loin des frondeurs ». Manuel Valls envoie des textos à Benoît Hamon pour lui dire que « ça ne va pas du tout, qu’il ne peut pas faire ça. ». »J’essaye aussi d’appeler Arnaud, qui ne me répond pas », glisse le Premier ministre. En week-end alors en Normandie, Valls décide alors de rentrer à Paris plus tôt. « Je sens mal ce qui se passe », confie-t-il. « En arrivant, je vois à la télé le discours de Montebourg contre l’austérité et cette scène avec la « Cuvée du redressement », où il se moque ouvertement de François Hollande. Là, on se parle avec le Président… » Manuel Valls explique auprès des journalistes que la décision est prise conjointement avec le chef de l’Etat : « Nous décidons que ça ne peut plus durer. Dans la nuit, sa décision est prise. François me dit : ‘Tu me remets ta démission et on refait le gouvernement’ ». » Il faut alors annoncer la décision aux principaux intéressés : « Je les reçois tous. La seule que j’engueule, c’est Filipetti. Je lui demande ce qui lui a pris d’envoyer un tweet de soutien aux deux autres…Avec Hamon ça se passe sereinement, on en conclut que sa place au gouvernement est intenable. Enfin, arrive Arnaud…Il entre dans le bureau, tranquille, en chantant à tue-tête This is the end, la chanson des Doors. Et puis il me regarde et il m’explique d’un air fataliste : ‘Qu’est ce que tu veux…C’est mon inconscient qui a parlé! » Et là, il se lève, il me prend dans ses bras et il lâche : ‘Allez vieux frère!’ Et il s’en va… » (JDD)

 

Chômage des jeunes : après El khomri, Valls se plante

Chômage des jeunes : après El khomri, Valls se plante

À vouloir trop démontrer que le projet de loi est destiné surtout à la jeunesse Valls s’est complètement planté sur le chiffre des jeunes au chômage. Il a en effet affirmé dans le JDD qu’un chômeur sur quatre avait moins de 25 ans. En réalité c’est 1 chômeur sur 7 ce qui n’est déjà pas négligeable mais ce qui démontre la faiblesse de l’argumentation et le manque de connaissance des réalités sociales. Une bavure qui ressemble un peu à celle de la ministre du travail Myriam El Khomri sur RTL qui  n’avait pas su dire combien de fois on pouvait renouveler un CDD. Concentré qu’il était à démontrer que «c’est la jeunesse qui a le plus à gagner avec cette loi, car elle est la première victime du système actuel», le premier ministre s’est donc emballé en affirmant que «un chômeur sur quatre a moins de 25 ans». La réalité est heureusement un peu moins noire pour la jeunesse. Selon le dernier pointage réalisé à fin janvier par Pole emploi et publié il y a dix jours, on comptait quelque 514.200 inscrits de moins de 25 ans sur un total de 3.552.600 chômeurs en catégorie A. Soit un taux de moins de 15%, ce qui veut dire qu’un chômeur sur sept inscrits en catégorie A a moins de 25 ans. Et non un sur quatre, comme l’affirme promptement le chef du gouvernement… Même en prenant la version large, en incluant les inscrits en catégorie B et C (demandeurs d’emploi en activité réduite), on parvient à un taux approchant de 14,3%, donc bien loin de celui annoncé par le premier ministre. Manuel Valls a visiblement confondu le taux de chômage des jeunes actifs -qui tangente lui effectivement les 25%- avec la répartition par âge des chômeurs. Mais même ce chiffre est trompeur car il ne s’intéresse en réalité qu’à la situation des jeunes actifs, c’est-à-dire présents sur le marché du travail, à l’exclusion donc des moins de 25 ans scolarisés. Et si on regarde le taux de chômage des jeunes sur l’ensemble de la classe d’âge, donc en incluant les collégiens, les lycéens et les étudiants de moins de 25 ans, on obtient au dernier pointage de l’Insee, publié la semaine dernière, un taux de… 9%. Il a peut-être aussi confondu avec le nombre de jeunes aujourd’hui en emploi grâce à une aide de l’État (contrat aidé, emploi d’avenir, Civis, apprentissage…) qui oscille actuellement entre 25% et 30%, à quelques encablures du record atteint sous Lionel Jospin du temps des emplois jeunes (32%). Ce n’est pas la seule bévue statistique qu’a commise le premier ministre lors de son interview ce dimanche au JDD. S’il dit juste sur le nombre de chômeurs sans diplôme (un sur trois, à la fin 2014) et sur la part des embauches en CDD et intérim dans les entreprises en 2015 (même s’il gonfle de cinq points le chiffre exact, qui stagne au dernier pointage par l’Insee aux alentours de 85%), il sous-estime en revanche le nombre d’inscrits à Pôle emploi en catégorie A, la seule pertinente pour un exécutif. De l’ordre de 300.000, soit l’équivalent de la population de villes comme Nantes ou Nice. «Ce qui doit nous révolter, c’est qu’il y a 3,5 millions de chômeurs», martèle ainsi le premier ministre. Oui, mais uniquement en France métropolitaine et en catégorie A. Car en intégrant les demandeurs d’emploi des départements d’outre-mer -qui ne sont pas des sous-chômeurs ou des non-chômeurs, contrairement à ce que laisse penser leur exclusion systématique des données officielles-, on atteint en effet le chiffre record de 3,81 millions d’inscrits. Pis, si on prend également en compte les demandeurs d’emploi en activité réduite, on arrive à un total de quelque 5,8 millions d’inscrits en France entière.

 

Loi travail : la compétition du plus réformateur entre Valls et Macron

Loi travail : la compétition du plus réformateur entre Valls et Macron

D’une certaine manière la simplification du droit du travail est instrumentalisée par les deux candidats potentiels à la succession de François Hollande comme leader  de la gauche. Certes cette simplification était nécessaire mais pas d’une manière aussi brutale, aussi bâclée et aussi déséquilibrée. En outre la réforme du marché du travail ne saurait constituer le seul remède miracle pour la reprise de l’emploi en France. Bien d’autres éléments sont à prendre en compte et sans doute en priorité le niveau de la fiscalité et les procédures bureaucratiques. Mais l’enjeu pour Manuel Valls n’est sans doute pas essentiellement économique et social mais politique. A  gauche on fait déjà le pari que  François Hollande  a déjà  perdu pour 2017. Une course est engagée entre Macron et Valls pour décrocher le titre de premier réformiste de France. Une lutte fratricide car elle a conduit Emmanuel Valls à écarter Macron de la présentation des lois de modernisation économique et sociale au profit d’une part de Myriam El Khomri  d’autre part de Michel sapin. C’est cette rivalité qui explique grandement la brutalité de la démarche et le côté bancal du projet de loi. Du coup François Hollande commence à s’agacer sérieusement des conséquences néfastes de cette compétition mortifère engagée entre les deux protagonistes.  Pour l’entourage de François Hollande, les deux vrais responsables de cette situation sont avant tout Manuel Valls et Emmanuel Macron. Une rivalité entre les deux hommes qui frappe un ministre. « Valls et Macron jouent à ‘Je suis plus réformateur que toi’« , estime-t-il. C’est semble-t-il à cause d’eux que le président ne cache désormais plus son inquiétude.

1...56789...25



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol