Archive pour le Tag 'Valls'

Page 4 sur 25

Manuel Valls : je suis prêt », à quoi ?

Manuel Valls : je suis prêt »,  à quoi ?

 

Je suis prêt déclare Manuel Valls au JDD. Prêt a la  primaire mais surtout à démolir Hollande dans le cadre de cette consultation. Un exercice inédit sous la Ve République qui verra s’affronter le président et le Premier ministre en exercice. De quoi se régaler par avance de ce cirque médiatique mais qui ne grandira pas forcément la démocratie. On voit mal en effet comment Valls pourrait ce démarquer de Hollande et réciproquement puisqu’ils sont coresponsables de la politique menée par la gauche. Du coup on va se rabattre sur des questions de personnalité, une sorte de concours Miss France., Manuel Valls met une nouvelle fois la pression à François Hollande et n’exclue donc pas de se présenter face à lui. « Je demande à tous les progressistes, à la gauche réformiste et à toute la gauche, de se ressaisir. C’est pour cela que notre primaire ne doit pas se résumer à de petits calculs d’appareils. Elle doit donner un élan, de l’espoir. Il faut se préparer au face à face. Je m’y prépare, j’y suis prêt ». Dans une interview au Journal du DimancheManuel Valls met une nouvelle fois la pression à François Hollande. Le Premier ministre, qui souhaite que la gauche mette « le FN sur la touche dès le premier tour de la présidentielle », en appelle à ce qu’ »une dynamique » soit créée autour de la primaire du PS. François Hollande peut-il le faire ?   ».  »J’ai des rapports de respect, d’amitié, et de loyauté avec le président. Mais la loyauté n’exclut pas la franchise. Force est de constater qu’au cours de ces dernières semaines, le contexte a changé. La parution du livre de confidences a créé un profond désarroi à gauche », répond le chef du gouvernement, dont la candidature semble se profiler de jour en jour. S’il n’a pas encore fait part de ses intentions précises, il assure en tout cas qu’il est prêt. Et il laisse entendre que François Hollande l’est beaucoup moins. « Comme chef de la majorité, ma responsabilité est de tenir compte de ce climat. Face au désarroi, au doute, à la déception, à l’idée que la gauche n’a aucune chance, je veux casser cette mécanique qui nous conduirait à la défaite. Je n’oublie pas que le Président a été élu par les Français en 2012. Mais toute candidature doit intégrer le rapport avec les Français, avec la gauche, avec notre famille politique. Toute décision qui ferait fi de ces trois dimensions apparaîtrait comme bancale ou fragile. Me concernant, j’intègre en permanence ces trois éléments », avance Manuel Valls.

(Avec le JDD et Europe 1)

Bartolone lance Valls pour tuer Hollande

Bartolone lance Valls pour tuer Hollande

 

Nouveau malaise au parti socialiste Claude Bartolone veut se venger de François Hollande après les propos de celui-ci considérant que le président de l’Assemblée nationale n’avait guère d’envergure et de charisme. Blessé dans son ego, Bartolone se venge en ajoutant encore un peu plus de pagaille à gauche et au parti socialiste. D’un côté c’est l’incantation pour l’unité de toute la gauche dans le cadre de la même primaire et de l’autre l’invitation à Valls de semer la zizanie au sein du PS. Une position évidemment complètement incohérent et irresponsable de la part de ce bobo de gauche qui appartient aux couches très aisées et qui avait par ailleurs opposé son refus à une transparence du patrimoine des élus. Ce qui ne l’empêche pas de vouloir se marquer à gauche tendance Fabius, lui aussi bobo aisé parfois gauchisant mais en réalité social libéral, comme Bartolone. Pour ajouter à la crise et mettre encore davantage le parti socialiste dans l’embarras,  on se demande pourquoi Bartolone n’a pas appelé aussi Fabius ou Jospin à se présenter à la primaire de gauche avec Valls et Hollande   »Je souhaite que Valls participe à la primaire, je souhaite que Hollande participe à la primaire, je préférerais qu’ils participent tous les deux à la primaire plutôt que l’un puisse se dire ‘là je suis éliminé sur le tapis vert, donc je m’éloigne de la campagne, je m’éloigne des socialistes, je m’éloigne de l’action gouvernementale », a déclaré à la presse l’élu socialiste de Seine-Saint-Denis à son arrivée au Carrefour citoyen des gauches et de l’écologie organisé par Martine Aubry à Bondy, au nord de Paris. « Puisque depuis maintenant quinze jours il semble y avoir un débat entre le président de la République et le Premier ministre, qu’ils aillent devant les militants de gauche et soient tous les deux aussi candidats à la primaire », a-t-il poursuivi, en ajoutant « on ne peut pas continuer avec les petites phrases ». Pourtant Bartolone qui prône l’union propose encore davantage de division. Du coup à ce rythme de déchirement interne le parti socialiste pourrait recueillir moins de 10 % en 2017 et voir ses députés passer de 250 à 50. Bartolone organise un peu plus la division en utilisant la dialectique de l’union. Bref une rhétorique qui nous rappelle Guy Mollet et la SFIO. Une rhétorique et surtout une pratique qui feront  connaître au PS  le même sort que la  SFIO.

2017 : Macron coupe l’herbe sous le pied à Hollande et Valls

2017 : Macron coupe l’herbe sous le pied à Hollande et Valls

 

 

Macron a décidé de couper l’herbe sous le pied à la fois à Valls et à Hollande en avançant sa candidature avec un mois d’avance. Du coup Valls est condamné à rester dans les starkings blocks tant que Hollande n’aura pas fait part de sa décision. Mais une décision maintenant largement hypothéquée  par Macron car Hollande risque de se trouver en 5 éme position derrière Le Pen, Juppé, (ou un autre vainqueur de la droite), Mélenchon et précisément Macron. Même perspective pour Valls. Macron recueille de 12 à 15% des intentions de vote. Hollande et Valls risque de récolter moins de 10%. Une candidature  qui semble avoir peu de chances pour se qualifier au second tour des présidentielles mais qui risque de ringardiser certains candidats de la droite à l’approche des primaires. En tout cas de la perturber. . Nombre des soutiens de l’ancien banquier de 38 ans le pressaient de se déclarer. A trop attendre, estimaient-ils, il risquait de décevoir les attentes d’une partie de ceux que son discours en faveur d’un renouvellement de la politique séduit. Selon un de ses proches, Emmanuel Macron sait qu’il sera candidat depuis la création de son mouvement « En Marche ! » en avril, bien avant sa démission du gouvernement, fin août. « Il était conscient depuis un an que le président de la République ne serait pas en état de se présenter » avec la moindre chance de succès, explique ce soutien de l’ex-ministre. Emmanuel Macron, qui se veut l’artisan d’un « rassemblement de progressistes » le plus large possible, a bâti les conditions de sa candidature à marche forcée. « En Marche ! », qui revendique aujourd’hui plus de 96.000 adhérents, s’est doté d’une structure nationale et territoriale, avec un secrétaire général, le député PS Richard Ferrand, des référents départementaux et plus de 1.800 comités locaux. François Hollande, qui a lancé Emmanuel Macron en le choisissant comme conseiller à l’Elysée et se retrouve avec un rival inattendu face à lui s’il décide de se représenter, a refusé mardi de commenter une « possible annonce ». Mais si la gauche « n’est pas rassemblée, elle ne pourra pas être au rendez-vous », a-t-il ajouté lors d’un entretien à TV5Monde, France 24 et RFI en marge du sommet sur le climat de Marrakech, lançant un appel au « rassemblement ». Selon les sondages, Emmanuel Macron et, dans une bien moindre mesure, le Premier ministre Manuel Valls, qui ne cache pas se préparer, feraient de meilleurs présidents que le chef de l’Etat sortant aux yeux de nombreux Français. Ils devancent les anciens ministres socialistes Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, avec un avantage à Emmanuel Macron préféré par 56% des Français à Manuel Valls dans un récent sondage Odoxa pour France Info, pour affronter la droite et le Front national en cas de renoncement de François Hollande. En matière d’intentions de vote, aucun des deux n’est cependant donné qualifié au second tour de la présidentielle, pas plus d’ailleurs que les autres candidats de gauche, Jean-Luc Mélenchon, champion de la « France insoumise », compris. A ce jour, Emmanuel Macron est au mieux crédité d’environ 15% des suffrages au premier tour de la présidentielle.

Terrorisme :l’ Europe triomphera promet Valls

Terrorisme :l’ Europe triomphera promet Valls

 

D’une certaine manière,  Valls fait une promesse de coiffeur en affirmant avec la certitude caporaliste qui le caractérise que l’Europe va triompher du terrorisme. Une déclaration et une prophétie relativement gratuites et qui n’engagent  pas à grand-chose. On attendrait en effet d’un Premier ministre qu’il théorise davantage sur les facteurs explicatifs de la montée de l’insécurité en général et du terrorisme en particulier. Au-delà qu’il propose une stratégie plus précise et plus élaborée au plan de l’Europe. Au lieu en permanence de souligner l’illusoire place centrale de la France dans la lutte contre Daech en Syrie et ailleurs. Surtout quand on sait que les frappes françaises ne représentent qu’environ 5 % du total. La politique du verbe ne suffit pas on attend la politique de l’action notamment la capacité de la France à convaincre l’Europe de mettre en place une véritable politique commune de défense et de gestion des flux migratoires brefs Valls fait du Hollande de l’incantation mais peu d’actions concrètes L’Europe a « toutes les ressources » pour « résister » et « vaincre » le « terrorisme islamiste », écrit Manuel Valls dans une tribune publiée samedi dans la presse européenne à l’occasion du premier anniversaire des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Dans ce texte publié conjointement dans les quotidiens El Pais, La Repubblica, The Guardian, Le Soir, La Tribune de Genève et Die Welt, le Premier ministre français énumère les mesures qui permettront selon lui d’éradiquer « le djihadisme, ce nouveau totalitarisme ». Un combat qui implique selon lui de lutter « avec la plus grande force contre le poison salafiste, ce carburant de la radicalisation ». « Oui, le terrorisme nous frappera encore. Mais, oui, nous avons en nous toutes les ressources pour résister et toute la force pour vaincre. Nous, Européens, vaincrons, le terrorisme islamiste », est la conclusion de ce texte, qui revient sur les attaques qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015. « Demain, la France, unie dans le souvenir, se recueillera », écrit le chef du gouvernement à la veille des cérémonies prévues dimanche sur les lieux des attentats.

Présidentielle 2017 : Macron va se déclarer avant Hollande et Valls

Présidentielle 2017 : Macron va se déclarer avant Hollande et Valls

 

 

 

Dans la bataille du calendrier, Emmanuel Macron semble vouloir devancer à la fois Hollande et Valls. On sait que François Hollande devrait en effet annoncer sa décision vers le 15 décembre. Du coup, pour lui couper l’herbe sous le pied Emmanuel Macron pourrait anticiper son annonce pour étouffer un peu plus la perspective d’une candidature de François Hollande. Emmanuel Macron a sans doute raison de ne plus tarder pour se déclarer. En effet François Hollande en reculant au maximum son annonce en même temps handicape son  éventuel successeur en cas de renoncement. En effet il ne reste en fait que quelques mois pour la campagne électorale. On peut imaginer que la décision d’Emmanuel Macron de se présenter pourrait porter un coup fatal à l’hypothèse d’une candidature de François Hollande même si ce dernier est capable de succomber à son dernier péché d’orgueil. 7. L’ancien ministre officialisera sa décision « avant le 10 décembre », jour où il organisera un grand meeting « a priori à Paris », a affirmé son entourage à l’AFP ce mardi 8 novembre. Le fondateur de « En marche ! », qui avait quitté le gouvernement le 30 août, commencera à dévoiler jeudi ses « solutions », dans une longue interview à L’Obs, a-t-on précisé de même source. Depuis son départ du gouvernement, Emmanuel Macron a donné trois meetings durant lesquels il a dressé son constat sur la société française, fruit du travail d’enquête mené par les bénévoles de son mouvement. Il était déjà acquis que le « Mozart de la finance » annoncerait sa décision concernant la présidentielle aux environs du mois de décembre - François Hollande doit déclarer ses intentions dans la même période. Les déclarations de son entourage confirment non seulement la temporalité de l’annonce mais également son contenu, mettant fin à toute forme de suspense. Le principal intéressé n’a pas encore commenté ces déclarations.

Notre-Dame-des-Landes : Valls désavoué !

Notre-Dame-des-Landes : Valls désavoué !

 

Sérieux revers pour Valls qui visiblement ne connait pas grand-chose du dossier et qui comme d’habitude avait pris une posture autoritariste.   Le rapporteur public a demandé, lundi 7 novembre, à la cour administrative d’appel de Nantes d’annuler quatre arrêtés préfectoraux indispensables à tout démarrage des travaux de l’aéroport. En calait Notre dame des landes n’est pas nécessaire.  La magistrate, Christine Piltant, a conseillé l’annulation de quatre arrêtés dits « loi sur l’eau » et « espèces protégées ». L’avis du rapporteur public est généralement suivi par la justice administrative. La décision de la cour sera rendue le 14 novembre à 14 heures. Le rapporteur public préconise le réaménagement de l’actuel aéroport, Nantes-Atlantique,  »une alternative crédible », voire « satisfaisante » à la construction d’une nouvelle infrastructure sur le site de Notre-Dame-des-Landes, une zone humide à 98% qui abrite une centaine d’espèces protégées. Or, seule l’absence d’alternative avérée ou satisfaisante permet de déroger à la destruction d’une zone humide, ainsi qu’à la destruction et au transfert des espèces protégées. Christine Piltant a en revanche demandé le rejet de trois requêtes dirigées contre un cinquième arrêté préfectoral qui déclarait d’utilité publique le programme de travaux d’aménagement et de sécurisation des voies existantes autour du futur site, dénommé « programme viaire ».

 

Valls pour remplacer Hollande (Le Drian)

Valls pour remplacer Hollande (Le Drian)

 

 

Progressivement mais sûrement on doute de la candidature de François Hollande en 2017. Une éventualité qui a pris consistance depuis déjà plusieurs mois au parti socialiste mais maintenant y compris parmi les personnalités très proches du président. Le ministre de la défense Jean Yves le Drian qui fait parti de la garde rapprochée du président de la république avance lui aussi l’idée d’un remplacement possible de François Hollande par Manuel Valls. Certes il laisse la porte encore entrouverte pour une candidature de François Hollande tant que ce dernier ne ce sera pas définitivement prononcé. Mais l’ouverture semble de plus en plus étroite ;  de toute manière,  il s’agit moins maintenant de la perspective d’une  victoire en 2017 que d’une opération pour sauver les meubles lors  des législatives ou selon les scénarios mêmes du parti socialiste les représentants PS pourraient passer de 250 à 80 députés. Une véritable débâcle que Valls pourrait peut-être un peu limiter. Invité du Grand Rendez-vous Europe 1-Les Echos-iTELE, Jean-Yves Le Drian a dit respecter « complètement » le délai que s’est donné le chef de l’Etat pour annoncer ses intentions à la fin de cette année, de même qu’il respecterait son choix. « Si le président de la République estime qu’il doit être candidat, je le soutiendrai », a-t-il dit. Mais « si d’aventure le président de la République estimait ne pas devoir se présenter, alors, à mon avis, Manuel Valls serait (…) évidemment à ce moment-là, je pense, le mieux placé », a-t-il ajouté. « Il en a la compétence, le courage, la volonté, la détermination. » Le ministre de la Défense a en revanche jugé inimaginable que François Hollande, aujourd’hui donné battu au premier tour de la présidentielle par tous les sondages, et Manuel Valls puissent se retrouver en concurrence en 2017. « Je suis convaincu que Manuel Valls (…) n’envisage absolument pas de se présenter, éventuellement, contre François Hollande et il respecte ce calendrier parce que c’est inscrit dans le fonctionnement institutionnel de notre pays », a déclaré Jean-Yves Le Drian.

Valls fils « naturel » de Hollande (Sapin)

Valls fils « naturel » de Hollande   (Sapin)

Après les malheureuses  confidences de Hollande à deux journalistes du Monde, voilà que Sapin révèle  que Valls est le fils naturel de Hollande ! Dune certaine manière Sapin revisite la biographie secrété de Hollande lequel na pas encore reconnu la légitimité de l’enfant. Ce qui témoigne en tout cas de la panique à gauche qui cherche désespérément un héritier légitime après le règne catastrophe de  François Hollande.  Manuel Valls serait le l’héritier « naturel » de la gauche de gouvernement pour l’élection présidentielle de 2017 si François Hollande choisit de ne pas se présenter à sa propre succession, a déclaré Michel Sapin jeudi sur France Info.  Ce proche du président français a répété espérer une candidature du président de la République, sa « première préoccupation ». Il l’estime le mieux placé à gauche pour remporter l’élection présidentielle. Dans le cas contraire, « le Premier ministre serait évidemment un candidat parfaitement naturel pour défendre les couleurs » de la gauche, a dit jeudi le ministre de l’Economie et des Finances. Michel Sapin a insisté sur la légitimité institutionnelle du chef du gouvernement, 2e personnage de l’Etat, pour rassembler la gauche. « Dans mon raisonnement, la gauche de gouvernement, la gauche de responsabilité est incarnée d’abord par le président de la République et ensuite par le Premier ministre. Ce sont les deux qui l’incarnent, et dans cet ordre, sous la Ve République. ». Un rappel sans doute au protocole d’une vraie monarchie républicaine avec ses héritiers.

(Avec Reuters))

Popularité : remontée très modeste de Valls

Popularité : remontée très modeste de Valls

20% d’opinions favorables  au lieu de 18 % pour Valls et  13% contre 14% Pour Hollande selon un sondage Yougov pour le Huffington Post et iTélé publié ce vendredi. Pas suffisant sans doute pour un faire de Valls un candidat sérieux pour 2017. Manuel Valls profite du désamour persistant des Français pour François Hollande. Alors qu’ils sont moins nombreux (13% contre 14% auparavant) à vouloir que le président de la République se représente, le Premier ministre voit croître sa cote de popularité avec 20% d’opinions favorables (+2 points). Avec 16% de sondés jugeant son action favorable et 81% (+4) d’un avis contraire, François Hollande paye manifestement la sortie du livre confidence Un président ne devrait pas dire ça…Symbole de cette rupture, même au sein de sa propre majorité, il perd 9 points d’opinions favorables chez les sympathisants du Parti socialiste, à 42%. À l’inverse, Manuel Valls voit se stabiliser les opinions négatives sur son action, puisque les sondés restent 74% à être de cet avis. Chez les proches du PS, le Premier ministre gagne même en popularité, avec 51% d’opinions favorables. En revanche, le chef du gouvernement (12%) figure derrière Emmanuel Macron (23%) en tant que meilleur candidat de la gauche modérée pour les Français, mais devant Arnaud Montebourg (10%).

(Avec RTL)

Hollande : que Valls s’occupe de son boulot

Hollande : que Valls s’occupe de son boulot  

 

C’est en substance ce qu’a déclaré François Hollande après les propos de colère et de honte de  Manuel Valls sur les confidences du président de la république. En clair Hollande renvoie Valls danser basket et réaffirme qu’il est le seul décideur en matière de gestion du calendrier politique. Cela signifie que François Hollande n’a pas l’intention de donner sa position quant à sa candidature avant le 15 décembre. Contrairement à ce que souhaite Valls et d’autres qui voudraient anticiper la décision pour mieux se préparer à la campagne en cas de désistement de l’actuel chef de l’État. François Hollande a donc refusé samedi 29 octobre de polémiquer sur la « colère » que son livre de confidences aurait suscité chez Manuel Valls et a appelé à se concentrer sur les « sujets de préoccupation des Français », à six mois de l’élection présidentielle. Selon des propos rapportés par Le Monde dans son édition datée de samedi, l’ouvrage « Un président ne devrait pas dire ça… » a provoqué « la ‘colère’ du Premier ministre et une forme de ‘honte’, selon lui, chez les militants et les élus socialistes ». Prié de dire s’il jugeait les déclarations de Manuel Valls normales, le chef de l’Etat a répondu: « Chacun doit être à sa tâche, moi je suis à la mienne, le Premier ministre aussi, nous devons régler les grands sujets qui préoccupent les Français. » « Nous le voyons, la lutte contre le chômage, nous avons des premiers résultats, nous le voyons avec la sécurité, elle est nécessaire, nous avons répondu aux inquiétudes et à la colère des policiers », a-t-il dit à la presse à l’issue d’une visite du centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire).

 (Avec Reuters)

Hollande – Valls : la rupture

Hollande - Valls : la rupture

 

Cette fois c’est bien la rupture entre Valls et Hollande, une rupture déclarée officiellement par Manuel Valls dans le Monde qui parle non seulement de sa colère mais aussi de sa honte suite au livre de confession de hollande. Valls considère désormais qu’il est investi d’une mission pour sortir la gauche de la crise. Pourquoi cette déclaration de guerre ? Parce que nombre de responsables socialistes de plus en plus nombreux considèrent  qu’avec Hollande la défaite sera encore plus catastrophique qu’avec un autre candidat. Hollande est considéré comme complètement discrédité. En outre en reculant en décembre sa décision,  Hollande met son remplaçant éventuel dans les pires conditions pour préparer la campagne. Il faut donc hâter le renoncement de François Hollande à fin de permettre aux candidats potentiels de se mettre en situation vis-à-vis de 2017. De toute manière la défaite de la gauche est assurée pour cette élection présidentielle mais d’une certaine manière les parlementaires notamment veulent sauver le maximum de meubles c’est-à-dire de circonscriptions. Il convient donc de limiter l’ampleur de la strophe. « A cause de la situation politique actuelle, j’ai le sentiment d’avoir une véritable responsabilité afin qu’on sorte le mieux possible de cette période très périlleuse », a-t-il encore confié. Sollicité par l’AFP, Matignon n’avait pas réagi vendredi après-midi. En réunion publique, Manuel Valls a appelé jeudi les militants à « compter sur (lui) pour la fierté et l’espoir ». « Moi j’en ai à revendre, et j’ai envie de vous entraîner, avec d’autres bien sûr, car je veux que nous gagnions demain et c’est possible », a-t-il insisté.

 

Un revenu universel : Valls pour aussi

Un revenu universel : Valls pour aussi

 

 

Valse rejoint donc les partisans du revenu universel. Un revenu universel soutenu par les libéraux comme par l’extrême gauche et qui mérite évidemment quelques interrogations. Pour résumer, il s’agit de refonder, en fait de supprimer tout le système de protection sociale et de le remplacer par un revenu pour tous. En clair chaque individu devra gérer sa propre protection sociale (maladie, chômage, retraite etc.). La première question qui se pose est le niveau de ce revenu. Si l’on s’en tient aux coûts actuels de la protection sociale, à savoir environ 30 % du PIB, le revenu universel serait fixé autour de 450 € soit un niveau trop bas pour assurer un niveau de vie décent. L’autre hypothèse testée est un niveau soit de 750 € par mois soit 1000 € mais qui supposerait  là une augmentation sensible de la fiscalité notamment de la TVA. Autre question et non des moindres : la capacité des intéressés à gérer eux-mêmes leur protection sociale. Il est vraisemblable que les plus pauvres seront dans l’incapacité d’affecter les sommes nécessaires à cette protection sociale le revenu universel étant consommé par les dépenses courantes. En fait le revenu universel est un moyen et un prétexte pour  remettre en cause tout un système de protection sociale nécessaire mais qu’on est incapable de gérer avec rigueur. L’individualisation de la protection sociale sera particulièrement douloureuse pour les moins favorisés contrairement à ce qu’avance de cette solution « miracle ».  Manuel Valls s’est prononcé jeudi à Bordeaux pour la mise en place d’une protection sociale universelle et continue dont le revenu universel serait un « pilier ». « Les risques de la vie ne sont plus les mêmes : multiplication des emplois à temps partiel, contrats courts, épisodes de chômage, dans une économie qui ne connaîtra plus les taux de croissance du passé », a-t-il déclaré dans un discours consacré à une expérience de revenu universel lancée par le Conseil départemental. Il faut selon lui aller vers le revenu universel « d’abord parce que 35% des bénéficiaires potentiels du RSA n’en font pas la demande en raison d’un système complexe », mais aussi « parce que les moins de 25 ans n’ont pas accès aux minima sociaux». Manuel Valls a ajouté plus de 18% des jeunes vivaient sous le seuil de pauvreté et qu’on ne pouvait pas « persister à leur refuser l’accès à ces minima ». Il avait dit en avril dernier souhaiter une réforme complète des minima sociaux pour créer un revenu minimum pour les personnes précaires dès 18 ans. Une mission d’information du Sénat a proposé au début du mois qu’un revenu de base ou revenu universel soit expérimenté dans des territoires volontaires selon différentes modalités. Le Conseil départemental de la Gironde présidé par le socialiste Jean-Luc Gleyze a pris de l’avance en lançant dès la fin du mois de septembre une simulation en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès, l’Institut des politiques publiques et le Centre pour la recherche économique et ses applications. Pour Jean-Luc Gleyze, « le plein emploi est inatteignable » et nous sommes « à la fin d’un modèle ». Cette étude repose sur plusieurs hypothèses en faisant varier différents paramètres tel que le revenu, le niveau de conditionnalité et les catégories de publics. Quatre scénarios sont à l’étude : un revenu qui comprend la fusion des allocations RSA et logement, un revenu comprenant la fusion de dix allocations, un revenu de 750 euros pour tous sans condition et un autre de 1.000 euros.  Cette simulation se conclura par des préconisations politiques, réglementaires, financières en janvier 2017. Elle va permettre de recenser des données notamment sur la nouvelle répartition des richesses entre populations et territoires après les transferts de revenus, ainsi que les adaptations du système institutionnel, les effets sur les trajectoires des bénéficiaires, les mutations du travail social et du développement social.

Macron : non à Valls

Macron : non à Valls

 

 

Macro a clairement dit non à Valls et ne comprend pas cet appel à l’union. En effet Valls a tout fait pour écarter du gouvernement aussi bien Montebourg que Macron. Le premier considéré comme trop à gauche, le second comme trop moderniste. Pour Macron cet appel n’a aucun sens compte tenu des différences des un et des autres. En outre Macron se souvient qu’il a été écarté par Valls de la négociation de la loi travail. L’appel de Valls est donc considéré comme de circonstance. Des circonstances qui ne sont pas favorables à Valls crédité seulement d’environ 10 % dans les sondages pour 2017 tandis que Macron, lui, vient en tête des candidats de gauche avec environ 15 %. Réponse de Macron à Valls : « J’entends les appels à la réconciliation de, parfois, ceux qui ont jeté l’opprobre ou divisé. Mais ils sont faits sur (…) la base de grandes confusions, d’idées non partagées. » Pas question, donc, de suspendre la refondation politique dont « En Marche ! » se veut le fer de lance aux « changements d’humeur » et aux « mouvements des uns ou des autres » ou aux « péripéties liées à l’actualité », a-t-il poursuivi. Pour réussir, « En Marche ! » a besoin de « constance dans les idées », a insisté Emmanuel Macron, pour qui refonder l’offre politique passe aussi par une « clarification idéologique ». « On ne peut pas prétendre refonder sur des ambiguïtés qu’on voudrait reproduire », a fait valoir l’ancien ministre, selon qui « En Marche ! » entend être un « rassemblement de progressistes » plus large que le Parti socialiste. Emmanuel Macron devance systématiquement Manuel Valls et François Hollande dans les sondages sur les intentions de vote au premier tour de la présidentielle. Mais il n’entend pas annoncer son éventuelle candidature avant fin 2016. En attendant, il annoncé mercredi la nomination d’un secrétaire général à la tête d’ »En Marche ! » le député PS Richard Ferrand, un de ses soutiens de la première heure, et de neuf « délégués ». L’organisation du mouvement, qui revendique près de 90.000 adhérents, se veut à l’image du renouvellement politique qu’il entend incarner. Seulement un tiers des membres de cette équipe sont des élus, relativement peu connus, à part Richard Ferrand, les autres venant de la société civile. Cette instance chargée d’animer et organiser « En Marche ! » sera relayée sur le terrain par 100 « référents », un par département, dont les deux tiers n’ont jamais eu de mandat politique jusqu’ici. Enfin 1.500 comités locaux seront mis en place dans plusieurs centaines de villes, dans tout le pays. (Avec Reuters)

Notre-Dame-des-Landes : Valls montre à nouveau ses muscles

Notre-Dame-des-Landes : Valls montre à nouveau ses muscles

 

Pour contrer sans doute à nouveau Ségolène Royal sur le dossier de l’aéroport de Notre-Dame des Landes Valls montre à nouveau ses muscles. Il réitère sa volonté d’imposer s’il le faut par la force l’occupation de la zone concernée. En fait il s’agit davantage d’une posture politique que d’une stratégie économique. En effet au mieux les travaux de cet éventuel aéroport ne débuteront pas avant 2019. Ce dossier démontre en tout cas l’animosité entre le premier ministre et Ségolène Royal ; laquelle  pourrait bien être en concurrence pour succéder à François Hollande si ce dernier ne se représente pas. Valls a besoin pour rééquilibrer l’image de François Hollande et de montrer qu’il incarne l’autorité. Une autorité sans doute confondu avec l’autoritarisme et les moulinets de bras Les personnes installées sur le site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) doivent quitter les lieux, a donc déclaré mardi Manuel Valls, répétant l’engagement du gouvernement à imposer la mise en oeuvre du projet. »Les personnes qui occupent illégalement des emprises doivent désormais partir », a dit le Premier ministre lors de la séance des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, sans précision sur la date d’une éventuelle expulsion. »Ceux qui seraient tentés de s’opposer par la force doivent savoir que de tels actes sont passibles de poursuites en justice », a-t-il ajouté. Le gouvernement est « pleinement mobilisé » pour faire respecter l’Etat de droit et le vote des citoyens en faveur de la construction de l’aéroport, a assuré Manuel Valls. La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a de nouveau exprimé ses doutes dimanche sur la mise en oeuvre du projet, allant jusqu’à évoquer l’hypothèse d’un nouveau référendum.

Valls : qu’est qui nous sépare ? … tout !

Valls : qu’est qui nous sépare ? … tout !

 

Curieux cet appel un peu tardif de Valls à ses principaux concurrents pour 2017. Il demande à Philippetti, Macron, Montebourg et Hamon ce qui les sépare. Ils feraient mieux de leur demander ce qui les unit, répond : rien !  En effet qu’y a-t-il de commun entre des crypto marxistes, des nationalistes, des sociaux démocrates et des libéraux. C’est d’ailleurs l’éternel problème du parti socialiste qui n’a jamais été capable de clarifier sa ligne idéologique et s’en est surtout toujours sorti avec des compromis bâtards qui évidemment n’ont pu résister à l’épreuve de la gestion.  du coup l’appel de Valls apparaît un peu désespéré car rien ne pourra réconcilier désormais les différentes personnalités qu’il évoque. D’autant plus que Manuel Valls lui-même a pris un malin plaisir à les démolir précisément pour faire éclater le parti socialiste. Manuel Valls a cependant lancé samedi un appel au rassemblement de la gauche en direction d’Aurélie Filippetti, Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron et Benoît Hamon, en leur demandant : « qu’est-ce qui nous sépare ? ». « Bien sûr, je connais nos débats et nos désaccords ».  »Je demande à Arnaud (Montebourg), Emmanuel (Macron), Benoît (Hamon), Aurélie (Filippetti) : qu’est ce qui nous sépare? », s’est interrogé le Premier ministre lors d’un discours prononcé à Tours devant des militants socialistes, nuançant ainsi son analyse d’il y a huit mois sur les « positions irréconciliables à gauche ».  »Bien sûr, je connais nos débats et nos désaccords, et il faut les assumer », a-t-il poursuivi. « Mais qu’est-ce qui nous rapproche d’abord ? D’avoir gouverné ensemble dans l’intérêt du pays et de partager des combats pour l’égalité (…) et des valeurs, celles de la République », a-t-il ajouté.- en oublianat que les personnalités avaient quitté le gouvernement justement pour des désaccords fondamentaux avec lui.  . Manuel Valls a insisté sur l’urgence de réunir cette gauche de gouvernement dans la perspective d’une présidentielle, qui s’annonce très difficile.  »La gauche est la seule force capable de rassembler largement les Français au-delà des camps habituels. Ce sera l’enjeu du second tour. Nous devons y être, rien n’est acquis », a martelé le chef du gouvernement. « Nous devons donc réagir, réagir vite, réagir pour cesser de subir, réagir maintenant pour ne pas mourir demain », a-t-il lancé. « Unité d’abord, loyauté ensuite, courage enfin ».  »Mon rôle, c’est de rassembler », a lancé celui que plusieurs socialistes voient comme le candidat idéal pour la présidentielle.  »Unité d’abord, loyauté ensuite, courage enfin », a-t-il conclu avant d’appeler les militants à être « fiers. De ce que nous avons fait. Et de ce que nous devons encore faire pour la France et pour les Français ».

Valls–Hollande : un affrontement inévitable

Valls–Hollande : un affrontement inévitable

 

La guerre couve depuis déjà un moment entre Valls et Hollande en particulier depuis la loi travail. Un conflit d’orientation mais aussi de méthodes. Enfin surtout une question de succession. On sait que Manuel Valls souhaite une ligne plus radicale que le compromis permanent et flou proposé par Hollande. Du coup les confidences de François Hollande ont constitué une occasion d’affrontements entre les deux hommes. Ce n’est sans doute qu’un début car il s’agit pour Valls et nombre de responsables du PS de contraindre  François Hollande à renoncer à 2017. Par ailleurs Valls tout en ayant à assurer le bilan du gouvernement doit cependant se démarquer de la politique et surtout de la méthode Hollande. Un exercice qui relève de l’équilibrisme. Il faudra à Manuel Valls utiliser  la fameuse formule : « moi, c’est moi, lui, lui ». Moins d’ailleurs pour triompher en 2017 que pour préparer sa candidature de 2022 La sortie des confidences constitue la première occasion de s’affronter presque ouvertement. Selon des informations de BFMTV, le diner de la majorité mardi a viré à la franche engueulade entre le Premier ministre Manuel Valls et le chef de l’Etat François Hollande. C’est un dîner qui a lieu toutes les semaines à l’Elysée depuis la fin 2012. Se réunissent en général le Premier ministre, Manuel Valls ; le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone ; les présidents de groupes parlementaires Bruno Le Roux (Assemblée nationale) et Didier Guillaume (Sénat); le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis ; et le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll. Et le dîner de mardi soir a été très orageux, rapporte BFMTV. « Autour de la table, la discussion est animée. Manuel Valls lui reproche cette initiative (ses confidences faites à des journalistes du Monde, NDLR) et s’en prend franchement à François Hollande. S’en suit un clash entre le président et son Premier ministre. Il considère que ce livre ne correspond pas à l’idée qu’il se fait de l’incarnation de l’autorité de l’État et de la manière d’exercer le pouvoir. Sans compter que Manuel Valls est inquiet. Il craint que ce livre n’ait rouvert des plaies et fâché un certain nombre d’alliés issus de la majorité », explique la chaîne.  « ‘Manuel Valls explique alors au président que ce livre est inacceptable, indéfendable. François Hollande, lui, n’est pas content parce que Le Canard enchaîné cite Manuel Valls disant que ce livre est une catastrophe, et même un suicide politique’, relatent nos sources. Et il se fâche un peu François Hollande, au point que certains de ses proches diront ‘qu’il a recadré le Premier ministre’ », ajoute la chaîne. Selon BFMTV Manuel Valls n’a toutefois aucune intention de démissionner.

 

Valls mieux placé à gauche mais éliminé pour 2017 selon un sondage

Valls mieux placé à gauche mais éliminé  pour 2017 selon un sondage

 

Un curieux sondage de Doxa pour France info qui montrerait que Manuel Valls serait le meilleur candidat pour la gauche mais par contre qu’il ne pourrait pas se qualifier pour le second tour et même qu’il pourrait se retrouver derrière Macron. Ce dernier est moins populaire chez les électeurs de gauche mais davantage soutenu que Valls dans l’ensemble de la population. Finalement une majorité de Français pense que Valls ferait un bon président mais peu voteront pour lui, il recueillerait sans doute moins de 15 %.- Pas d’engouement massif, mais un candidat qui tire son épingle du jeu. Dans un sondage Odoxa révélé par France info vendredi 21 octobre, plus de la moitié des interrogés estiment que le Premier ministre Manuel Valls ferait un bon président, même si aucune personnalité de gauche ne sort véritablement du lot. Ce sondage, réalisé les 19 et 20 octobre auprès de 1003 personnes âgées de plus de 18 ans, révèle que 83% des sondés estiment que François Hollande ne ferait pas un bon président s’il se présentait de nouveau en 2017. 54% des sondés, interrogés sur François Hollande, Emmanuel Macron, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, ou encore Jean-Luc Mélenchon, estiment en revanche que le Premier ministre ferait un bon président. Ce chiffre grimpe à 72% chez les sympathisants du Parti socialiste, alors que seuls 36% estiment que François Hollande ferait un bon second mandat. « C’est malgré tout un peu insuffisant (pour Manuel Valls), explique à France Info Gaël Sliman, le président de l’institut de sondage Odoxa. Si Manuel Valls remportait la primaire socialiste, ça ne lui donnerait même pas une position confortable à l’élection présidentielle. » Le Premier ministre pourrait se retrouver face à Emmanuel Macron, que 56% des sondés perçoivent comme un meilleur adversaire face au Front national (contre 39% pour Manuel Valls). À gauche, si Manuel Valls décidait de se présenter à l’élection présidentielle, il serait au coude à coude avec Arnaud Montebourg, révèle encore le sondage.

Notre-Dame-des-Landes : Valls montre ses muscles

Notre-Dame-des-Landes : Valls montre ses muscles

Une nouvelle fois Manuel Valls veut montrer ses muscles vis-à-vis de Notre-Dame des Landes en affirmant que l’évacuation aura bien lieu et en se fondant « sur la volonté du peuple » qui aurait été manifestée lors du référendum local. En fait un faux référendum et une fausse consultation puisque limitée au seuls département alors qu’il s’agit d’un projet d’intérêt national et que globalement les Français sont contre ce nouvel aéroport. En réalité il s’agit d’une réponse à Ségolène Royal qui tentait, elle, de jouer l’apaisement considérant qu’il valait mieux arrêter les frais d’autant plus que la construction ne pourra pas commencer avant 2019. Ont se demande si Manuel Valls ne souhaite pas des affrontements lorsqu’il envisage l’évacuation par la force histoire de montrer qu’il est l’incarnation de l’autorité de l’État. Mais une autorité à la fois peu pertinente et relativement virtuelle quand par exemple il affirme sur un autre dossier autrement sensible, celui des banlieues, il déclare « qu’il n’y a pas de zone de non-droit en France » ! L’évacuation des opposants au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) se fera comme prévu, a donc répété mardi Manuel Valls, en soulignant que l’opération serait « périlleuse ». Le Premier ministre, qui s’exprimait lors de la séance des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, a en outre implicitement rappelé à l’ordre la ministre de l’Environnement Ségolène Royal qui a estimé dans Le Journal du Dimanche qu’il valait « mieux arrêter les frais » sur ce projet. « Quand le peuple se prononce après que toutes les procédures de droit ont été respectées (…), la décision, elle doit s’appliquer », a-t-il souligné. « L’évacuation de la Zad (…) [est] notre priorité. » « Le calendrier sera respecté : évacuation pour que les travaux de préparation puissent se faire et pour que les travaux pour ce nouvel aéroport puissent se faire », a poursuivi le Premier ministre. « Nous savons que cette opération d’évacuation sera périlleuse et risquée. (…) Si violence il y a, elle ne vient pas de l’Etat. La seule violence qui vienne, elle est aujourd’hui de ces groupes zadistes », a-t-il estimé. « Donc raison de plus pour ne pas céder à la violence, raison de plus (…) pour préparer cela avec précision et méticulosité, raison de plus pour ne pas apporter des paroles qui perturbent l’action de l’Etat », a-t-il ajouté à l’adresse de Ségolène Royal. Ségolène Royal qui pourrait bien être en concurrence avec Manuel Valls pour la succession de François Hollande dans le cas où ce dernier renoncerait en 201.7 ceci expliquant en partie cela.

(Avec Reuters)

2017 : Valls mort politiquement ?

2017 : Valls mort politiquement ?

D’après le JDD Manuel Valls s’inquiète de son avenir politique. Certes il ne cache pas son ambition de représenter le parti socialiste pour le cas où François Hollande renoncerait mais il est tout autant conscient qu’un score très marginal pourrait provoquer sa mort politique. Certes la cote de popularité de Manuel Valls n’est pas complètement négligeable : autour de 25 % selon les sondages. Par contre le score qu’il pourrait espérer en 2017 risque de se situer en-dessous de 10 % (autour de 7à 8 % selon le sondage) concurrencée qu’il serait d’une part par Mélenchon qui obtiendrait autour de 15 %, d’autre part par Macron qui obtiendrait aussi autour de 15 %. Dans tous les cas Manuel Valls  ne pourrait se qualifier pour le deuxième tour des présidentielles. Il n’est même pas certain de remporter la primaire du parti socialiste ; pour l’instant, il est devancé par Montebourg. Le Premier ministre, se dit prêt à remplacer le chef de l’Etat à la présidentielle, estime aussi qu’il   »risque de terminer à 10% » au premier tour du scrutin. . Manuel Valls, cité dans Le Canard enchaîné à paraître mercredi et repris par Le Lab, aurait commenté en des termes très sévères les confidences de  François Hollande dans le livre Un président ne devrait pas dire ça. De retour du Canada, le Premier ministre aurait en effet critiqué les déclarations de son chef de l’Etat faites auprès des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme. « C’est irresponsable, consternant, indéfendable, et cela peut-être cataclysmique », aurait lancé Manuel Valls selon Le Canard avant d’enchaîner sur l’éventuelle candidature à la présidentielle de François Hollande : « Je ne vois pas, après ça, comment il peut faire campagne! Cela ressemble à un suicide politique. Il faut maintenant éviter que ce suicide personnel ne devienne collectif. » Samedi dernier, un député PS avait déjà employé l’expression : Mardi, c’est Jean-Marc Ayrault qui a critiqué les propos de François Hollande, après de nombreux responsables comme Claude Bartolone. Interrogé sur cet ouvrage lors d’une rencontre avec la presse au Quai d’Orsay, le ministre des Affaires étrangères a été lapidaire : « Un président ne devrait pas dire ça… la réponse est dans le titre, c’est la seule chose intéressante du livre. » L’ex-Premier ministre est nommément cité dans le livre : Jean-Marc Ayrault « fait le métier sans enthousiasme excessif », « il est tellement loyal qu’il est inaudible », dit notamment de lui le chef de l’État. Dans un autre indiscret du Canard enchaîné de mercredi, Manuel Valls ne s’arrête pas là et envisage son propre avenir. Le Premier ministre a souvent répété être prêt à remplacer François Hollande si ce dernier ne se présentait pas à la prochaine élection présidentielle. Mais, dans ce cas précis, le chef du gouvernement est peu optimiste quant à son propre avenir. « Je vais me retrouver candidat, mais je risque de terminer à 10%. Je serai alors mort politiquement », aurait-il déclaré, toujours selon l’hebdomadaire satirique.

 

Succession Hollande : la bataille Valls –Macron–Royal va débuter

Succession Hollande : la bataille Valls –Macron–Royal va débuter

On commence par se faire de moins en moins d’illusions sur l’éventualité d’une candidature de François Hollande représentant le PS en 2017. Du coup c’est un peu l’affolement au parti socialiste qui recherche un successeur à l’actuel président de la république. Apparemment Valls semble tenir la tête. Ceci étend il lui faudra persuader les différents courants car nombre de socialistes «  purs et durs » Contestent la ligne sociale libérale de Manuel Valls et son autoritarisme. Il y a les frondeurs bien entendus mais d’autres encore comme Martine Aubry ou même Jean-Marc Ayrault. Macron, lui, se présentera en candidat de gauche mais indépendant ; pour l’instant, il devance assez nettement les intentions de votes par rapport à Valls dans la mesure où il attire autant de soutien à gauche qu’au centre-droit. Il est clair en tout cas que Manuel Valls n’a aucune chance d’être élu sans le soutien au second tour des Emmanuel Macron, encore faudrait-il qu’il le précède ! Ségolène Royal, elle, se tient en embuscade. En effet elle est sans doute une des rares au PS  à pouvoir rassembler la quasi-totalité des sensibilités. On a vu que sur plusieurs dossiers notamment la loi travail ou le futur aéroport de Notre-Dame des Landes Ségolène Royal ce positionnait en retrait par rapport à Valls et au gouvernement. Très récemment encore Ségolène Royal a affirmé qu’il fallait mettre un terme à cette affaire d’aéroport de Nantes tandis que Valls lui maintenait le principe de l’évacuation par la force

123456...25



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol