Archive pour le Tag 'vainqueur'

Débat avec Attal: Bardella légèrement vainqueur ?

Débat avec Attal: Bardella légèrement vainqueur ?

 Selon l’enquête Odoxa-Backbone pour Le Figaro, Bardella Sortirait légèrement vainqueur de son débat avec Attal. Un score qui est forcément influencé par le rapport de force politique actuel entre le pouvoir et le rassemblement national – (Dans les sondages pour les européennes le FN fait  le double de la majorité). Pour les experts, ce serait plutôt Attal qui a gagné avec une meilleure maîtrise des dossiers. De toute manière l’objectif était sans doute pour l’un pour l’autre de confirmer leur crédibilité comme candidat aux plus hautes fonctions de l’État y compris  les présidentielles. Et de ce point de vue les deux sont parvenus à leur fin.

Dans le match des jeunes loups de la politique française, Jordan Bardella remporte d’une courte tête la victoire, selon le dernier sondage Odoxa-Backbone pour Le Figaro. Sur les huit grands domaines d’action testés dans le sondage et abordés durant l’émission, le président du Rassemblement national (RN) a été jugé, en moyenne, plus convaincant par 51% des Français exposés au débat contre 46% pour le premier ministre.

Dans le détail, l’eurodéputé RN gagne le match dans les thèmes de prédilection de son parti. Ainsi, sur l’immigration, 63% des Français exposés au débat estiment qu’il a été meilleur contre 33% pour l’ancien ministre de l’Éducation. Le dauphin de Marine Le Pen fait aussi mieux que son adversaire sur les thèmes de la défense de l’industrie (52% vs 44%), de l’énergie et de la place du nucléaire (52% vs 44%) et sur l’agriculture (51% vs 46%).

À l’inverse, le chef du gouvernement a été jugé plus convaincant en ce qui concerne le fonctionnement de l’Union européenne (UE) (49% vs 48%).

 

États-Unis :Le clown Trump vainqueur de la primaire républicaine du New Hampshire

États-Unis :Le clown Trump vainqueur de la primaire républicaine du New Hampshire

 

L’ancien président, arrivé en tête dans l’Iowa la semaine dernière, fait un pas supplémentaire vers l’investiture de son parti pour la présidentielle de novembre.

 

Le clown Trump continue donc sa démarche d’abord vers l’investiture ensuite vers la présidence des États-Unis. Les Américains pourraient bien choisir le président le plus idiot qu’ait connu leur pays, un véritable clown qui déclare pouvoir résoudre tous les problèmes de la terre en 24 heures. Et le pire c’est que cette stratégie de démagogie ridicule marche sur des Américains, en tout cas un grand nombre, et témoigne du recul culturel et politique d’une grande partie de ce pays.
L’ultra-favori de la droite américaine, Donald Trump, a remporté mardi 23 janvier au soir la primaire républicaine du New Hampshire, devant son ancienne ambassadrice à l’Onu Nikki Haley, selon les projections de plusieurs médias. L’ancien président, déjà vainqueur de la première des primaires dans l’Iowa la semaine dernière, fait ainsi un pas supplémentaire vers l’investiture de son parti pour la présidentielle de novembre. «La course est loin d’être terminée», a lancé Nikki Haley en reconnaissant sa défaite. «Une investiture de Trump serait une victoire pour Biden», a-t-elle martelé devant une foule de partisans dans cet État du nord-est des États-Unis.

Présidentielles Brésil : Lula vainqueur

Présidentielles Brésil : Lula vainqueur

L’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva a remporté dimanche l’élection présidentielle au Brésil, en battant le président sortant Jair Bolsonaro. Favori du scrutin depuis plusieurs mois, Lula s’impose finalement par une maigre marge, 50,83% contre 49,17% pour son opposant conservateur, selon les résultats officiels quasi définitifs. Il revient au pouvoir, après avoir dirigé le Brésil entre 2003 et 2010. Lula aura suivi un parcours très tourmenté. En effet après avoir été syndicaliste, il a été porté à la tête du pays en 2003. Ensuite il a connu le déshonneur de la justice et la prison pour des motifs largement politiciens. Sa renaissance relève du miracle mais provient largement de la gestion catastrophique et quasi dictatoriale du pays par l’ancien président Bolsonaro.

Le nouveau président aura cependant fort à faire compte tenu de la situation particulièrement difficile de l’économie. Comme en témoigne l’analyse du bilan du mandat qui s’achève et des enjeux économiques par Gabriel Giménez Roche, enseignant-chercheur, professeur associé d’économie à Neoma Business School sur RFI .

RFI : Quel est le bilan économique du président sortant Jair Bolsonaro ?

Gabriel Giménez Roche : On peut réduire son bilan à un mot : stagnation. En fait, il a promis beaucoup des choses, des réformes, des privatisations, des baisses d’impôts et des réformes structurelles, surtout, pour essayer d’attirer les investisseurs et de dynamiser l’économie. Cependant, on en a vu très peu.

En ce qui concerne les privatisations et les baisse d’impôts, on n’a pratiquement rien vu. Administrativement, il a plutôt mené des réformes cosmétiques. Il a un peu accéléré les processus, par exemple, d’ouverture ou de clôture d’entreprises. Néanmoins, on n’a pas vu plus que ça. Il y a eu des ajustements aussi au niveau des programmes sociaux. Par exemple, ce que l’on appelait avant la « Bolsa Família », c’est-à-dire l’allocation familiale, maintenant, ils appellent ça « Auxílio Brasil », « Aide Brésil ». Mais c’est toujours un programme de la même nature qu’avant, c’est simplement un changement du nom. Le programme est doté d’un peu plus d’argent. Il y a d’ailleurs beaucoup d’accusations de récupération électorale, mais ça, c’est à débattre.

En tout cas, structurellement, il n’y a pas eu de changement. Et c’est l’un des grands problèmes au Brésil. Gouvernement après gouvernement, peu importe la couleur, ces gouvernements ne font pas de réformes structurelles. Donc, souvent, ils bénéficient ou alors ils subissent la conjoncture, surtout la conjoncture internationale.

À la Une le Brésil: le dernier débat entre les candidats avant la présidentielle n’a pas convaincu https://t.co/2hYZ3W5c0H pic.twitter.com/lLoEatzH4M

Plus de 33 millions de personnes souffrent de la faim au Brésil, un chiffre en hausse de 73% par rapport à 2020, selon le Réseau brésilien de recherche sur la sécurité alimentaire. Est-ce à imputer à la crise économique mondiale ou à la gestion de Jair Bolsonaro ?

Un peu les deux. D’une part, c’est vrai que la crise tombe au milieu de son mandat, donc on ne sait pas s’il aurait fait des réformes ou pas après 2019. Mais on a vu comment il a géré la crise de la Covid-19, avec beaucoup de fanfaronnades, et cela n’a pas aidé. Cela a fait fuir certains investisseurs qui auraient pu aller au Brésil. Je crois quand même qu’on peut en partie mettre en cause sa gestion de la pandémie. Beaucoup de business ont fermé, il n’y a pas eu beaucoup de soutien à l’économie.

Il ne faut pas oublier non plus que le Brésil, c’est un pays exportateur de matières premières, que ce soit des produits agricoles ou des minerais, et la demande a beaucoup baissé pendant la Covid. Même si la demande a repris, il y a le problème des chaînes de valeur de la logistique qui s’est un peu dégradée. Donc, en fait, c’est une combinaison des deux.

Quels seront les enjeux économiques pour le futur président ?

Le Brésil n’est pas du tout confronté à la même conjoncture que lors des mandats de Lula par exemple. Il y avait alors un super cycle de matières premières, avec beaucoup de demandes pour ces matières que le Brésil exportait, et il y avait une certaine stabilité géopolitique mondiale. Donc, on n’aura pas ce contexte-là, on aura un monde avec plusieurs pays qui vont souffrir de l’inflation et auront des problèmes énergétiques. Par conséquent, la demande mondiale sera un peu déprimée, les taux d’intérêt seront plus élevés.

Le Brésil, c’est un pays qui, depuis au moins 2015, enregistre un taux de 14% de chômage. On parle d’une inflation qui augmente de 7%, voire plus maintenant avec le problème lié au conflit en Ukraine ; un endettement de l’État par rapport au PIB qui dépasse déjà allègrement les 100%. Le pays aura donc plus de difficultés à trouver du capital pas cher à l’étranger. Il n’y a pas vraiment un super cycle des matières premières : même si la demande est là, les chaînes logistiques ne sont pas encore complètement remises. Il y a un souci aussi, car le Brésil dépend beaucoup de la Chine, en termes d’importations, surtout des biens industriels, et la Chine a aussi ses propres problèmes au niveau industriel.

Donc, cela va être très compliqué, même s’il y a beaucoup de gens qui parient sur un retour de Lula. Ils oublient que Lula, en termes de réformes structurelles, n’a rien fait non plus à l’époque. Il a bénéficié, disons, d’une période de bonheur conjoncturel. Et cette conjoncture, elle ne sera pas présente. Donc, peu importe le président, même s’il est volontariste en termes de réformes, il sera quand même confronté à une conjoncture beaucoup plus difficile.

Sondage présidentielle : Macron Déjà vainqueur pour BFM !

Sondage présidentielle : Macron déjà vainqueur pour BFM !

 

 Selon un sondage Opinion 2022, réalisé par Elabe pour BFMTV et L’Express SFR et publié ce mercredi, Macron serait déjà vainqueur au second tour face à Pécresse  Et encore davantage face à Le Pen.

Le sous-titre du site BFM qui rend compte de cette étude est évocateur :

« Macron donné gagnant au second tour »

Des groupes financiers et économiques ont à nouveau décidé d’apporter leur soutien à Macon et vont continuer d’assommer l’opinion publique de sondage les persuadant que de toute façon Macron gagnera au second tour. Ces sondages comportent évidemment de nombreux biais méthodologiques sans parler des arrière-pensées politiques visant à perpétuer la politique de Macron relativement favorable à certains intérêts financiers.Des sondages à prendre en conséquence avec des pincettes surtout quand plus de 40 % des électeurs ne sont pas sûrs de leur vote et que 50 % du corps électoral risquent de s’abstenir.

Selon cette enquête d’opinion, Emmanuel Macron est crédité de 25% des intentions de vote au premier tour du scrutin. Viennent ensuite, toujours dans un mouchoir de poche, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen (16,5%) et celle des Républicains (LR) Valérie Pécresse (16%). Éric Zemmour (Reconquête!) arrive en quatrième position avec 12,5% d’intentions de vote, devant le représentant de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon (9,5%).

 Ainsi, une deuxième manche opposant Emmanuel Macron à Valérie Pécresse pourrait voir l’actuel locataire de l’Élysée rempiler avec 55,5% des voix, contre 44,5% pour la candidate

En cas de second tour face à Marine Le Pen, le président de la République pourrait l’emporter avec 56% des voix contre 44% pour son adversaire du Rassemblement national. En 2017, déjà opposés l’un à l’autre au second tour, Emmanuel Macron avait remporté le scrutin avec 66,1% des voix contre 33,9% pour Marine Le Pen. La présente donnée du sondage constituerait donc une forte poussée du vote RN.

La troisième hypothèse testée est celle d’un second tour entre Emmanuel Macron et Éric Zemmour. Bien que peu probable, elle pourrait conduire à une victoire confortable d’Emmanuel Macron, qui obtiendrait, selon notre sondage, 64,5% des voix contre 35,5% pour le candidat de Reconquête!.Gare toutefois à la volatilité de l’électorat. Selon les travaux d’Elabe, seuls 62% des électeurs, toutes sensibilités politiques confondues, se disent certains de leur choix. Les plus affermis dans leur conviction sont ceux de Marine Le Pen (75%), suivis par Emmanuel Macron (72%) puis Jean-Luc Mélenchon (70%).

Dans le détail, le bilan d’Emmanuel Macron est vu d’un meilleur oeil aux plans de l’international, de l’emploi et de l’économie. C’est sur le régalien, le pouvoir d’achat et le social que le bât blesse.

Seuls 13% des personnes interrogées jugent que le chef de l’État a « transformé le pays en profondeur », contre 50% qui estiment qu’il en a « modifié quelques aspects seulement » et 37% qu’il « n’a pas changé le pays ».

Pérou: Pedro Castillo : déclaré vainqueur avec 50,12 % des voix

Pérou: Pedro Castillo : déclaré vainqueur avec 50,12 % des voix

L’autorité électorale chargée d’examiner les recours a ainsi confirmé les résultats délivrés il y a plusieurs semaines par l’Organe national du processus électoral (ONPE). À l’issue du dépouillement de 100% des bulletins de vote, l’ONPE avait donné Pedro Castillo, 51 ans, vainqueur avec 50,12% des voix, contre 49,87% des suffrages à sa rivale, Keiko Fujimori, 46 ans. Selon les résultats validés par le JNE, Castillo l’emporte avec 44.263 voix d’avance sur la fille de l’ancien président Alberto Fujimori (1990-2000).

La mission d’observation de l’OEA, les États-Unis et l’Union européenne ont estimé que le scrutin au Pérou avait été libre et transparent. Pedro Castillo prendra ses fonctions le 28 juillet, jour de l’expiration du mandat du président intérimaire Francisco Sagasti.

SONDAGE PRÉSIDENTIELLE: BERTRAND en tête à droite et possible vainqueur au second tour

SONDAGE  PRÉSIDENTIELLE: BERTRAND en tête à droite et possible vainqueur au second tour

Xavier Bertrand obtiendrait le meilleur score au premier tour de la prochaine présidentielle parmi les candidats potentiels de la droite, derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron, selon un sondage Ifop-Fiducial pour LCI et Le Figaro ce lundi. Selon cette enquête, le premier tour serait nettement dominé par Marine Le Pen (27 à 30%) et Emmanuel Macron (25 à 28%) dans chacun des cinq scénarios testés par l’institut.

Pour le premier tour, Ifop-Fiducial évalue d’abord les intentions de vote de quatre candidats possibles pour la droite. Le président de la région Hauts de France Xavier Bertrand (15%) serait le candidat qui prendrait le plus de voix à Emmanuel Macron (25%) comme à Marine Le Pen (27%), devant la présidente de l’Île-de-France Valérie Pécresse (10%), celui d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et l’ancien négociateur européen du Brexit Michel Barnier qui remporteraient tous les deux 8% des suffrages, et enfin le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau (6%).

Au deuxième tour, le duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron serait remporté, selon ce sondage, par le président sortant à 54% des voix contre 46% pour la président du RN, comme lors du sondage précédent de l’Ifop, réalisé en avril.

Dans l’hypothèse d’un second tour face à Emmanuel Macron, Xavier Bertrand obtiendrait 49% contre 51% pour le président sortant. Mais, dans l’hypothèse d’un second tour face à Marine Le Pen, le meilleur score serait réalisé par Xavier Bertrand qui obtiendrait 60% contre 40% pour la présidente du Rassemblement national.

Enquête menée suivant la méthode des quotas auprès d’un échantillon de 1.363 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1.529 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1%.

Technologie : la Chine vainqueur de la guerre des normes ?

Technologie : la Chine vainqueur de la guerre des normes ?

 

 

Télécoms, transport d’électricité ou intelligence artificielle : celui qui dictera les normes s’offrira une belle longueur d’avance estime un article du Wall Street Journal

 

Les règles qui régiront les technologies liées aux réseaux 5G sont en cours d’élaboration et rendent la question des normes incontournable.

Ampoules électriques, canapés, fenêtres ou routeurs wifi : la quasi-totalité de ce qui se trouve dans une maison doit respecter les normes et les exigences d’un système international conçu pour assurer la qualité et le bon fonctionnement des objets.

Edictées par les Etats-Unis et leurs alliés au fil des décennies, les normes industrielles forment un réseau invisible de règles qui régissent le marché mondial. Aussi banal que cela puisse paraître, cette uniformité est indispensable au commerce international : c’est grâce à elle que les boulons, ports USB et autres conteneurs sont utilisables où que l’on se trouve sur la planète. Ces normes sont le fruit du travail de comités internationaux longtemps dominés par les experts occidentaux.

Mais aujourd’hui, la Chine veut faire entendre sa voix. A la surprise d’une grande partie de l’Occident, Pékin a décidé de consacrer fonds publics et influence politique à la définition des normes relatives à des technologies de pointe allant des télécoms au transport de l’électricité en passant par l’intelligence artificielle.

Véhicules autonomes, villes intelligentes ou Internet des objets : les règles qui régiront la nouvelle génération de technologies liées aux réseaux 5G et rapprocheront encore davantage monde numérique et monde réel sont en cours d’élaboration et rendent la question des normes incontournable

« Dominer les normes techniques qui étayent les technologies de l’information et de la communication et d’autres domaines émergents fait partie intégrante des ambitions de Pékin », affirmait en décembre dernier le rapport annuel de la commission du Congrès chargée de suivre les relations sino-américaines pour les questions d’économie et de sécurité.

Si la Chine s’est lancée à la conquête des normes, c’est pour coiffer l’Occident au poteau, mais aussi pour engranger des profits. En effet, en règle générale, il faut payer une licence pour utiliser les normes liées à des technologies brevetées. Nokia et Qualcomm encaissent ainsi chaque année plusieurs milliards de dollars grâce aux redevances versées par leurs concurrents. Pour Pékin, l’idée serait plutôt de gagner de l’argent en concevant les normes qui vont avec les produits développés par les entreprises chinoises.

Véhicules autonomes, villes intelligentes ou Internet des objets : les règles qui régiront la nouvelle génération de technologies liées aux réseaux 5G et rapprocheront encore davantage monde numérique et monde réel sont en cours d’élaboration et rendent la question des normes incontournable.

De nouveaux domaines, notamment la reconnaissance faciale, touchent les personnes et l’espace public, avec des répercussions plus importantes que par le passé sur la sécurité nationale, a estimé la commission parlementaire.

La Chine défend des normes qui doperont les exportations des entreprises proches de Pékin et favoriseront son dispositif de sécurité nationale, prévient Akira Amari, ancien ministre des Affaires étrangères du Japon qui dirige un groupe de promotion du numérique. « Si les produits chinois sont conçus pour collecter des données, explique-t-il, il faut se dire que tout finira entre les mains du gouvernement chinois. »

Les dirigeants chinois affirment, eux, que Pékin essaie simplement de se frayer un chemin dans un système créé (et longtemps dominé) par l’Occident et qu’en tant que grande puissance économique portée par une forte croissance, elle est tout à fait à sa place.

Le pays devrait dévoiler d’ici peu « China Standards 2035 », un ambitieux projet normatif. Ni l’association chinoise de normalisation ni le gouvernement n’ont répondu aux demandes de commentaires.

« Les normes techniques mondiales sont toujours en cours d’élaboration, a souligné Dai Hong, membre du comité national chinois de gestion de la normalisation, lorsque le projet a été annoncé en 2018. Pour l’industrie et les normes chinoises, c’est l’occasion de surclasser le monde. »

La montée en puissance de Pékin coïncide avec un certain immobilisme des champions historiques des normes. Au sein de l’ISO ou d’entités similaires, les délégations chinoises possèdent deux fois plus de postes de secrétaire qu’il y a dix ans, des rôles qui permettent d’influencer les propositions, les débats et les priorités. Inversement, la vieille garde (Etats-Unis, Allemagne ou Royaume-Uni) a fait du surplace

Ces dernières années, la Chine a plus cherché que l’Occident à faire coïncider normes, nouvelles technologies et intérêts nationaux, estiment des chercheurs et des experts qui observent le développement industriel du pays.

Ce sont ainsi des Chinois qui dirigent quatre organisations internationales de normalisation, dont l’Union internationale des télécommunications, un groupe des Nations unies consacré à la téléphonie et à Internet, et la Commission électrotechnique internationale, groupe sectoriel qui traite d’électronique et d’électricité. Entre 2015 et 2017, c’est aussi un Chinois qui était à la tête de l’Organisation internationale de normalisation, l’entité qui, des baskets aux systèmes de gestion en passant par les huiles essentielles et les sex toys, produit les célèbres « normes ISO ».

La montée en puissance de Pékin coïncide avec un certain immobilisme des champions historiques des normes. Au sein de l’ISO ou d’entités similaires, les délégations chinoises possèdent deux fois plus de postes de secrétaire qu’il y a dix ans, des rôles qui permettent d’influencer les propositions, les débats et les priorités. Inversement, la vieille garde (Etats-Unis, Allemagne ou Royaume-Uni) a fait du surplace.

Les concurrents de l’Europe sont « très actifs dans l’élaboration des normes internationales sur des marchés clés afin de protéger et renforcer leurs avantages compétitifs », a déclaré en juin dernier Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur. Ne pas réagir, c’est risquer de pénaliser « notre compétitivité économique et notre leadership technologique », avait-il ajouté.

Dans les années 1990, l’Allemagne et d’autres économies avancées avaient poussé la Chine à adopter les normes internationales. Mais aujourd’hui, patrons et politiciens chinois ont une maxime : les entreprises de troisième catégorie fabriquent les produits, les entreprises de deuxième catégorie les technologies et les entreprises de première catégorie les normes.

D’après des documents officiels, Pékin et les pouvoirs publics régionaux versent chaque année des aides pouvant aller jusqu’à un million de yuans, soit environ 155 000 dollars, aux entreprises qui participent à l’élaboration des normes internationales au sein de l’ISO ou d’autres entités.

De son côté, le soutien financier de l’Occident à la rédaction des normes (une activité qui peut prendre des années et coûter très cher en recherche et en négociation) est allé en rapetissant. Si rien ne change, « il ne faudra pas s’étonner de jouer en suivant les règles chinoises », prévient ainsi Christoph Winterhalter, directeur général du DIN, l’organisme allemand de normalisation.

Contrairement à son équivalent (public) chinois, le DIN est un organisme privé, essentiellement financé par la vente des normes et les cotisations de ses membres ; l’argent public ne représente que 10 % de son budget.

Rompre avec la tradition

En 2016, à l’occasion d’une réunion du Third Generation Partnership Project (3GPP), la Chine n’a pas caché ses ambitions : Huawei Technologies a demandé l’adoption de la norme que le géant des télécoms privilégiait pour corriger les erreurs lors des transferts de données 5G. La proposition concurrente, émanant de Qualcomm, faisait alors largement consensus.

Mais lors cette réunion de l’organisation qui définit les normes relatives à la 5G, Huawei a décidé que l’heure n’était plus à la déférence. Les débats passionnés se sont poursuivis jusque tard dans la nuit.

Les dirigeants de Huawei ont fait savoir à leurs homologues chinois présents lors de la réunion qu’ils comptaient sur leur soutien, raconte Tong Wen, chercheur chez Huawei qui a participé à la manœuvre. « Et, bien sûr, ils ont entendu ces demandes », résume-t-il.

L’impasse s’est soldée par un compromis inédit : les deux normes ont été adoptées.

Dans beaucoup de technologies de nouvelle génération, la Chine mène la danse dans les normes parce qu’elle a aussi une longueur d’avance sur le terrain. Quand les autorités européennes ont lancé un projet de fabrication de batteries au lithium, elles ont été surprises de constater que la Chine était déjà en train d’établir un comité ISO, d’en organiser le secrétariat et d’en nommer les responsables

Un an plus tard, Huawei a proposé un candidat à la direction de l’un des principaux groupes de travail de l’organisation contre celui de Qualcomm. Avant le vote, le président a demandé aux représentants chinois de ne pas prendre leur téléphone dans l’isoloir (ce que font les délégations chinoises lors de certaines réunions à l’ONU).

Il craignait en effet (à raison, puisque cela a été confirmé par des responsables d’autres entreprises) qu’ils ne prennent leur bulletin en photo pour prouver qu’ils avaient bien voté pour le candidat de Huawei, raconte une source proche du dossier. Le porte-parole de Huawei a déclaré que l’entreprise agissait « de façon parfaitement transparente et concertée, dans la lettre comme dans l’esprit du processus normatif ».

Huawei, qui détient plus de brevets 5G que n’importe quel autre groupe, est également celui qui propose le plus de normes au 3GPP, selon la société allemande d’analyse de données IPlytics. Un quart de ses 35 000 propositions ont été approuvées.

« C’est un piège »

En avril, quand la Covid-19 a déferlé sur le monde, les représentants chinois à l’ISO ont présenté un projet de ville high-tech capable de fonctionner en temps de pandémie. Il portait sur les normes de collecte de données locales de type trafic routier ou urgences médicales. Certains représentants se sont demandé si ces propositions ne reflétaient pas plutôt le goût des autorités chinoises pour le recueil de données, raconte une personne ayant assisté à la réunion.

« C’est un piège » », a résumé Akira Amari à l’époque. S’il est validé, le projet permettrait à la Chine « de définir la norme, d’exporter les systèmes et d’utiliser les données de ces systèmes et de les centraliser à Pékin », a-t-il ajouté.

Wan Biyu, scientifique en chef du think tank chinois Smart City Joint Labs à l’origine de la proposition, rejette les accusations d’Akira Amari. Pour lui, les lois nationales de protection des données peuvent empêcher la collecte d’informations personnelles.

Dans beaucoup de technologies de nouvelle génération, la Chine mène la danse dans les normes parce qu’elle a aussi une longueur d’avance sur le terrain. Quand les autorités européennes ont lancé un projet de fabrication de batteries au lithium, elles ont été surprises de constater que la Chine était déjà en train d’établir un comité ISO, d’en organiser le secrétariat et d’en nommer les responsables.

Dans des projets en Indonésie ou au Nigéria, Pékin utilise aussi l’initiative des Nouvelles routes de la soie pour promouvoir les normes chinoises, y compris dans des secteurs ancestraux tels que le ferroviaire ou le transport d’électricité. La Chine propose des subventions pour remporter les contrats puis applique ses propres normes : si les pays qui ont passé commande veulent revenir aux normes internationales, ils devront débourser des sommes colossales, racontent des experts.

En revanche, quand les normes touchent à sa souveraineté, Pékin se montre beaucoup moins enthousiaste. En mars 2019, le comité ISO chargé des systèmes de transcription des langues parlées à travers le monde sur un clavier occidental a reçu un projet de norme pour le cantonais, un dialecte chinois parlé par quelque 65 millions de personnes à Hong Kong et dans le sud-est de la Chine.

Les experts hongkongais l’avaient préparé dans l’idée de protéger l’identité culturelle du territoire. Mais, selon un représentant européen ayant eu connaissance du message, la délégation chinoise s’y est opposée, affirmant que la norme actuelle, qui concerne le mandarin, langue officielle de la Chine, était suffisante.

Lors d’une réunion au Canada, deux mois plus tard, les représentants ont étudié la proposition. Les pro-Hong Kong ont affirmé que, même s’ils s’écrivaient avec des caractères similaires, le cantonais et le mandarin étaient deux langues différentes.

Une délégation chinoise inhabituellement conséquente a, elle, projeté des dizaines de diapositives attaquant frontalement la proposition et agaçant une partie des participants, ont raconté trois sources. Un membre de la délégation chinoise a expliqué au Wall Street Journal que le système de translittération envisagé n’était utilisé qu’à Hong Kong, et pas par les 60 millions de locuteurs cantonais vivant dans le reste de la Chine.

La proposition a obtenu le soutien des Etats-Unis, du Canada et de la Russie, mais a achoppé sur un point administratif. En mai, elle a été soumise une nouvelle fois et, en septembre, le responsable français du comité a confirmé sa validation, étape préalable à l’adoption, ont indiqué des sources.

Peu après, la Russie a retiré son soutien sans fournir d’explications, suspendant l’adoption, au moins de façon temporaire. L’agence russe de normalisation n’a pas donné suite aux demandes de commentaires.

Chieko Tsuneoka et Josh Chin ont contribué à cet article

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Marion Issard)

Traduit à partir de la version originale en anglais

Elections américaines : Biden encore vainqueur après recomptage en Géorgie

Elections américaines : Biden encore vainqueur après recomptage en Géorgie

 

Cette fois il n’y a plus de doute même si Trump peut affirmer le contraire, Biden a bien remporté les élections en Géorgie . De toute manière, même sans la Géorgie Biden est largement vainqueur et les réactions tout autant clownesques que lamentables de Trump  n’y changeront rien.

 

 Le dépouillement initial n’avait donné au démocrate que quelque 14.000 voix d’avance sur son rival Donald Trump, un écart tellement serré qu’un recomptage à la main a eu lieu. L’écart s’est légèrement rétréci, avec désormais un peu plus de 12.200 voix d’avance pour Joe Biden.

La différence entre les deux candidats étant toujours très mince, le président Donald Trump, qui conteste sa défaite, peut toutefois demander un nouveau recomptage, a précisé un communiqué du bureau du secrétaire d’État de Géorgie, en charge de l’organisation des élections.

 

Biden définitivement vainqueur

Biden définitivement vainqueur

Alors que deux chiffres nécessaires de grands électeurs et de 270, Biden a atteint déjà le nombre de 300 devançant très largement Trump très loin derrière Sur le plan national, Joe Biden est crédité d’une avance de plus de 5,3 millions de voix, soit 3,4 points de pourcentage.

Il obtient ainsi 50,8% des suffrages exprimés par les Américains, soit un peu plus que Ronald Reagan lors de sa victoire contre Jimmy Carter en 1980.

Donald Trump refuse jusqu’ici d’admettre sa défaite et son équipe de campagne a déposé des recours pour contester la régularité du scrutin dans certains Etats. Mais la plupart des experts, y compris dans le camp républicain, s’accordent à dire que ces procédures n’ont guère de chances d’aboutir.

Vendredi, un tribunal du Michigan a ainsi rejeté un recours déposé par l’équipe du président sortant pour empêcher la certification des votes à Detroit, qui a largement voté en faveur de Joe Biden. Les avocats de Donald Trump ont également renoncé à une plainte dans l’Arizona, rendue caduque par le résultat définitif.

 

Biden vainqueur pour 80 % des Américains

Biden vainqueur pour  80 % des Américains

On se demande bien ce qui retient encore certains responsables politiques français ou étrangers d’adresser, comme c’est la tradition, leurs félicitations aux vainqueurs des élections américaines. À moins évidemment d’entretenir une relation ambiguë avec la démocratie. En effet , les américains eux-mêmes reconnaissent avec une majorité écrasante la victoire de Biden. Cela d’autant plus que les allégations de fraude n’ont pas  pour l’instant été retenesupar aucun État américain en dépit des accusations de Trump

D’après un sondage Ipsos pour Reuters indique toute tendances politiques confondues, 80% des personnes interrogées, dont la moitié se disent républicains, reconnaissent Joe Biden comme Président élu, indiquait l’agence de presse mardi 10 novembre.

Dans le détail, pour environ six républicains sur dix et l’immense majorité de démocrates, Joe Biden est bien le vainqueur. 13% jugent que l’élection n’a pas encore été décidée, 3% estiment que Trump a gagné et 5% affirment ne pas savoir.

 

Le sondage montre également que 72% des électeurs interrogés estiment que le perdant de l’élection doit admettre sa défaite, et 60% pensent qu’il y aura une transition pacifique du pouvoir lorsque le mandat de Trump prendra fin en janvier prochain.

 

Reste que si les sondés se veulent plutôt optimiste quant à la transition, ce n’est pas tout à fait l’avis de Mike Pompeo. Interrogé à Washington sur les mesures prises par le département d’Etat pour favoriser la transition avec les équipes du président élu, le chef de la diplomatie américaine a refusé de reconnaître la défaite du sortant républicain. « Il y aura une transition en douceur vers une seconde administration Trump », a lâché d’un ton neutre le plus fidèle des ministres trumpistes, avant d’esquisser un sourire.

Ce lundi, le ministre américain de la Justice Bill Barr a donné son feu vert à l’ouverture d’enquêtes sur d’éventuelles irrégularités. Bill Barr, autre membre loyal de l’administration sortante, a souligné que cette autorisation, adressée aux procureurs fédéraux du pays, n’indiquait pas que le ministère de la Justice avait des preuves de l’existence de véritables situations de fraudes.

Amazon : vainqueur du confinement !

Amazon : vainqueur du confinement !

 

Amazon, comme la plupart des GAFAM,  a largement tiré profit du confinement avec l’accroissement du  chiffre d’affaires et du profit. La position hégémonique d’Amazon devient de plus en plus inquiétante aux États-Unis même. Amazon déploie  de plus en plus son empire oligopolistique sur la distribution rendant de plus en plus captifs à la fois les producteurs dont on écrase les prix et les consommateurs de plus en plus prisonniers du système de distribution.

Un véritable cercle vicieux pour les producteurs qui évidemment cherchent à être référencés par Amazon pour ne pas être éjectés du marché mais qui en même temps deviennent rapidement victimes du système. Comme la plupart des Gafam , Amazon pratique l’évitement fiscal. Cela passe en Europe par la filiale située Luxembourg. Rien qu’en France la fraude fiscale est de l’ordre de 250 millions. Amazon est largement le premier distributeur en France- comme ailleurs-, hors alimentation. La crise sanitaire a encore accentué la position quasi hégémonique d’Amazon.

Amazon.com, qui publiait jeudi ses résultats pour le deuxième trimestre, a dépassé les prévisions des analystes alors que les mesures de confinement imposées pour contrer la propagation du coronavirus ont incité de nombreux consommateurs à se tourner vers la plateforme de commerce électronique.

Le groupe de Jeff Bezos affiche des ventes nettes de 88,91 milliards de dollars sur le deuxième trimestre, contre 63,40 milliards l’année précédente.

Les analystes tablaient sur un chiffre 81,56 milliards, selon les données IBES de Refinitiv.

Débat présidentiel: Macron vainqueur pour 63%, Le Pen à 34%

Débat présidentiel: Macron vainqueur pour 63%, Le Pen à 34%

Selon un sondage Elabe pour BFMTV,  à l’issue du débat, c’est Emmanuel Macron qui a été jugé le plus convaincant pour 63% des téléspectateurs, selon un sondage Elabe pour BFMTV, contre 34% pour Marine Le Pen.  Parmi les électeurs de Marine Le Pen, 12% d’entre eux ont tout de même trouvé que le candidat d’En Marche! était le plus convaincant, contre 85% pour leur candidate. Parmi les électeurs d’Emmanuel Macron, seuls 3% ont finalement accordé leur préférence à la candidate du Front national.  Du côté de la France insoumise, deux tiers des électeurs de Jean-Luc Mélenchon ont trouvé Emmanuel Macron plus convaincant, contre 30% pour Marine Le Pen. Des proportions plus équilibrées du côté de l’électorat de François Fillon, qui estime à 58% que le candidat d’En Marche! était le plus convaincant, contre 38% pour Marine Le Pen. Pour 64% des téléspectateurs, c’est Emmanuel Macron qui porte le meilleur projet, contre 33% pour Marine Le Pen, des proportions identiques lorsqu’ils indiquent qui présente le plus les qualités nécessaires pour être président(e).  Emmanuel Macron est aussi considéré comme le « plus honnête » pour 62% des téléspectateurs interrogés, alors que plus d’un tiers d’entre eux accordent leur préférence à la candidate du Front national.   60% des sondés estiment également qu’Emmanuel Macron est « plus proche de (leurs) idées ou valeurs », contre 36% pour Marine Le Pen. Néanmoins, lorsque les sondés sont interrogés sur le candidat qu’ils estiment mieux comprendre « les gens comme eux », la différence est nettement moins marquée. Emmanuel Macron récolte ici une courte majorité, avec 55%, contre 42% pour la candidate du Front national.  Courte majorité également sur celui « qui veut changer les choses »: le candidat d’En Marche! récolte 53% d’avis favorables, contre 44% pour Marine Le Pen.

Le sondage a été mené auprès de 1314 téléspectateurs, âgés de 18 ans et plus, qui ont regardé le débat présidentiel. Les sondés ont été interrogés par Internet en fin d’émission. La différence des scores des candidats avec le total de 100% correspond aux « sans opinion ».

Sondage: Macron vainqueur sur Le Pen mais écart réduit

Sondage: Macron vainqueur sur Le Pen mais écart réduit

Selon un sondage Kantar Sofres-OnePoint, réalisé pour LCI et Le Figaro, publié ce lundi, Le candidat d’En Marche! Recueille 59% des intentions de vote, contre 41% pour Marine  Même si Emmanuel Macron reste le favori des sondages, l’écart se ressert entre lui et son adversaire, Marine Le Pen. Crédité à 59% des voix, contre 41% pour la candidate du Front national, l’ancien ministre de l’Economie enregistre une baisse de deux points par rapport au sondage précédent, émanant de l’institut Kantar Sofres-OnePoint, réalisé pour LCI et Le Figaro (61% contre 39%). Dans ce sondage, publié ce lundi, les électeurs sont sûrs de leur choix à 90% pour Emmanuel Macron, un peu moins pour Marine Le Pen, à 84%. D’autre part, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (52%), Benoît Hamon (73%), et François Fillon (49%) donneront leurs voix au candidat d’En Marche!, tandis que la candidate frontiste, elle, enregistre le report des voix des électeurs de Nicolas Dupont-Aignan à 41%.La participation est évaluée à 77% pour le second tour, qui se tient dimanche 7 mai.

Sondage réalisé sur un échantillon de 1539 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Enquête réalisée en ligne du 28 au 30 avril 2017.

2017 : Macron largement vainqueur face à Le Pen

2017 : Macron largement vainqueur face à Le Pen

Selon une enquête Harris Interactive et Indeed pour LCP publiée jeudi 27 avril, Emmanuel Macron serait d’assez loin le favori des électeurs face à Marine Le Pen. D’après ce sondage réalisé du 25 au 27 avril 2017, le candidat d’ »En Marche ! » est crédité de 61% des intentions de vote contre 39% à la candidate du Front national.  Dans un précédent sondage réalisé dimanche soir par Harris Interactive et Indeed après l’annonce des résultats du 1er tour, Emmanuel Macron était crédité de 64% des intentions de vote au second tour, contre 36% pour Marine Le Pen. En termes de reports de voix, l’ancien ministre de l’Économie pourrait aujourd’hui compter sur 69% des voix des électeurs de Benoît Hamon, 5% affirmant soutenir Marine Le Pen et 26% n’exprimant pas d’intention de vote, indique l’enquête.  La popularité de la candidate frontiste est plus importante chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, puisqu’elle apparaît comme une option pour 13 % d’entre eux, et pour 28 % des électeurs de François Fillon. Malgré tout, 45% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 42% de ceux de François Fillon voteraient Emmanuel Macron alors que 42% des premiers et 30% des seconds préfèrent voter blanc, nul, ou s’abstenir.

Enquête réalisée en ligne auprès de d’un échantillon de 1.016 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus comprenant un échantillon de 940 inscrits sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e) et vote au premier tour pour les intentions de vote. Marge d’erreur de 3 points.


Primaire gauche : Hamon, le vainqueur de l’illusion

Primaire gauche : Hamon, le vainqueur de l’illusion

Attitude sado masochiste ou syndrome de Stockholm le parti socialiste a choisi d’aimer la défaite. Au mieux, le vainqueur de la primaire de la gauche peut espérer finir quatrième, au pire cinquième derrière Mélenchon qui comme Hamon promet aussi la lune. De ce point de vue il est intéressant de revenir sur les cinq ou six propositions démagogiques et irresponsables qui ont permis à Amon de triompher il y a d’abord d’abord ce fameux revenu universel qui permet d’assurer un revenu de 600 à1 000 € par mois selon les hypothèses et dans le coût est  de 400 à 700 milliards par an. Il y a aussi ce pronostic et presque cette promesse de la fin du travail qui induit une perspective de civilisation du loisir. Pour ne pas effrayer le contribuable qui évidemment aurait à financer la débauche de promesses, Hamon a trouvé la fameuse martingale fiscale : ce sont les robots qui paieront. Une mesure particulièrement démagogique qui permet de faire l’impasse sur la hausse démentielle des prélèvements obligatoires comme si les robots n’étaient pas encore davantage délocalisables que le travail humain. Bien conscient de la démagogie de ces propositions France Benoît Hamon a déclaré que tout cela n’était pas pour demain,  ni même après-demain mais que l’objectif était de nourrir « un imaginaire puissant. Belle formule littéraire pour qualifier des propos de coiffeur. Du coup pour l’immédiat, Benoît Hamon a promis de nombreuses augmentations notamment de tous les minima sociaux, du SMIC aussi. Il a aussi annoncé des baisses d’impôts. Bref de quoi séduire la gauche de la gauche altermondialiste, crypto communiste et étatiste. Tout cela évidemment en s’affranchissant de toute contrainte des réalités financières et en s’asseyant sur le concept de compétitivité. Avec de telles propositions le parti socialiste prépare un avenir pour rester au moins 20 ans dans l’opposition. De quoi lui donner le temps de comprendre la complexité et l’interaction des facteurs systémiques dans les champs économiques, technologiques, sociaux, environnementaux et sociétaux.  Le triomphe de Benoît Hamon aura un goût amer quand le parti socialiste aura perdu dès 2017 les trois quarts des députés. De nombreux de pays voisins s’inquiètent  à juste titre du niveau du débat politique en France et de ses conséquences. En effet malheureusement Hamon n’est pas le seul marchand d’illusions il y en a aussi et même de plus puissants que lui a l’extrême gauche et à l’extrême droite. En cause sans doute le manque général de connaissance économique des Français.   Pas étonnant, les Français peuvent gober n’importe quelle orientation démagogique. Dernier avatar : le revenu universel. En cause l’incompétence des Français en matière de finances aussi bien en gestion des dépenses personnelles, crédit, épargne notamment trois critère pur juger la culture financière ; résultat de l’étude Allianz en Europe : les Français sont bons derniers.  Dans le détail, seuls 48% des Français ont répondu correctement aux questions liées aux mécanismes basiques de la finance (inflation, taux d’intérêt), et 9% seulement ont été en mesure d’identifier les bonnes réponses lorsqu’ils ont été interrogés sur les concepts relatifs aux risques financiers. Si le risque de longévité lié à l’allongement de l’espérance de vie pose moins de problèmes (62% des personnes sondées ont su choisir le produit financier qui les protège le mieux face à ce risque), les notions de « relation risque/rendement », de « diversification du risque » ou encore de « risque de liquidité » sont bien moins maîtrisées. Ainsi, 6% des participants ont su répondre correctement aux trois scénarios inspirés de la vie réelle tandis qu’un quart d’entre eux n’ont pas été en mesure de donner une bonne réponse en choisissant le bon produit financier. Ces résultats ne sont finalement pas si surprenants. D’après un sondage IFOP réalisé pour le compte du ministère de l’Économie et des Finances en septembre 2016, 85% des Français n’avaient jamais bénéficié d’enseignements d’éducation budgétaire et financière. 43% d’entre eux ont pourtant déjà ressenti au cours de leur vie le besoin de recevoir ce type d’enseignements et 78% souhaitent que l’éducation financière soit enseignée à l’école. Si la France fait figure de mauvaise élève, derrière le Portugal et l’Italie, en matière de culture financière, ce sont les Autrichiens, les Allemands et les Suisses qui s’en sortent le mieux. Prendre des décisions avisées dans ce domaine.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol