Archive pour le Tag 'vaccination'

Page 7 sur 7

Pas de vaccination obligatoire

Pas de vaccination obligatoire

Un projet de loi sur la vaccination obligatoire serait en contradiction avec l’engagement pris par l’exécutif. « Je ne crois pas à la vaccination obligatoire pour ce vaccin », avait ainsi déclaré Emmanuel Macron lors de son interview à Brut.

 

Pour tenter d’éteindre l’incendie et dissiper les craintes des Français, plusieurs ministres et responsables de la majorité sont montés au créneau toute la journée. « Non, la vaccination con­tre le Covid ne sera pas obligatoire », a répété le président des députés LREM, Christophe Castaner.

 

Le texte « n’est pas là du tout pour créer des pouvoirs exceptionnels pour le gouvernement » « ni pour pérenniser l’état d’urgence, il est là pour renforcer notre gestion de crise », a soutenu la ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin. « Il y aura bien sûr un débat, tout ce qui devra être clarifié le sera », a-t-elle assuré sur CNews. Mardi soir, Olivier Véran a mis provisoirement fin à la polémique en retirant le texte. Et, comme souvent en la matière, le provisoire deviendra-t-il définitif ?

Vaccination : 52 % contre

Vaccination : 52 % contre

 

Selon un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi, 52% (+4 points en deux semaines) des Français déclarent qu’ils ne se feront pas vacciner contre le coronavirus, dont 30% (+3) certainement pas et 22% (+1) probablement pas.

Cette réticence se fait ressentir chez les catégories populaires (62%), les parents (60%), les femmes (56%), et les plus jeunes: 18-24 ans (57%, +10), 25-34 ans (58%, +5) et 35-49 ans (60%, +5).

Sondage réalisé sur un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

COVID : Un « collectif tiré au sort « pour définir la campagne de vaccination en France !!!

COVID : Un « collectif tiré au sort « pour définir la campagne de vaccination en France !!!

Une nouvelle fois Macon invente de nouvelles formes de concertation avec cette décision baroque de créer un collectif de citoyens tirés au sort pour participer à la définition de la campagne de vaccination en France.

S’il y a bien un sujet qui ne peut être confié à des profanes, c’est bien celui du virus. Pour preuve, les spécialistes eux-mêmes ont bien de la difficulté à se mettre d’accord sur certains aspects du sujet. Une décision d’autant plus curieuse que cette expérience de convention citoyenne sur le climat a abouti à fiasco et même un conflit entre Macron et nombre de ses participants. Pour résumer des propositions de la convention citoyenne sur le climat ressemble à une auberge espagnole et Macron n’a pas tenu sa parole.

L’objectif de ce « collectif de citoyens » sur la vaccination annoncé par Emmanuel Macron le 24 novembre est de « nourrir le pouvoir exécutif et législatif dans la menée à bien de la campagne de vaccination et d’ajuster les réponses qui doivent être apportées aux Français », explique-t-on au Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Comme pour la convention climat, c’est sous son égide ­qu’auront lieu les débats ; l’assemblée consultative devant être saisie dans les jours qui viennent par le Premier ministre Jean Castex. Une première réunion est prévue jeudi pour discuter notamment des critères qui permettront de procéder au tirage au sort des citoyens – une trentaine, quand la convention climat en comptait 150. « Un tirage au sort nécessite de la transparence, explique-t-on au Cese.  Sans doute pour éviter que ce tirage au sort, comme celui de la convention citoyenne sur le climat, ne soit bidonné.

En 2016, l’expérience citoyenne souhaitée par la ministre de la Santé de l’époque, Marisol Touraine, et dont l’objectif était de rétablir la confiance des Français à l’égard des vaccins, avait ainsi suscité des doutes concernant ‘indépendance et la transparence de ses membres.

Bref d’une manière supplémentaire pour Macon de contourner les organismes représentatifs officiels mais avec le risque du boomerang comme pour la convention citoyenne sur le climat.

Vaccination : baisse des Français favorables

Vaccination : baisse des Français favorables

“En novembre 2020, seule la moitié des personnes interrogées (53%) répondait vouloir certainement ou probablement se faire vacciner contre la COVID-19. Ce résultat est en baisse par rapport au mois de juillet quand 64% disaient avoir l’intention de le faire”, indique SPF.

Selon l’enquête de France CoviPrev, les hommes (64%), les CSP+ (60%) et les personnes âgées de plus de 65 ans (72%) sont les plus enclins à se faire vacciner, précise Santé publique France.

A l’inverse, 44% seulement des femmes interrogées répondent qu’elles se feront “certainement ou probablement” vacciner. Par classe d’âge, ce sont les 25-34 ans qui sont les moins nombreux à fournir la même réponse (33%) et, pour ce qui est des catégories socioprofessionnelles, ce sont les inactifs (45%).

Le gouvernement français a détaillé jeudi son plan de vaccination de la population française contre le coronavirus en trois phases, avec priorité donnée aux publics les plus fragiles dès que les doses vaccinales seront disponibles.

COVID-19 : campagne de vaccination

 

COVID-19 : campagne de vaccination

La première phase commençant dès janvier, sera réservée aux personnes âgées en Ehpad « et les personnels » de ces établissements  »lorsqu’ils sont à risque de développer une forme grave ».  »Cela représente environ un million de personnes,

 

Au total,  »la France disposera d’un potentiel de 200 millions de doses, ce qui permettrait de vacciner 100 millions de personnes », a poursuivi le Premier ministre, puisque le vaccin nécessite deux injections à quelques jours d’intervalle.

 

Un stock potentiel nécessaire pour débuter, dès février, la deuxième phase. « Au fur et à mesures des livraisons, nous élargirons le périmètre en commençant par les 14 millions de personnes qui présentent un facteur de risque et certains professionnels de santé », a-t-il indiqué. Cette phase 2 « s’étendra jusqu’au printemps », et le vaccin sera ensuite accessible, à compter de cette échéance, « à l’ensemble de la population », au cours de la phase 3.

En outre, « la vaccination, que nous préparons depuis des mois, sera gratuite pour tous », a annoncé le Premier ministre.

 

Sondage vaccination : 59 % contre

Sondage vaccination : 59 % contre

Selon un sondage IFOP pour le JDD, 59 % des Français sont actuellement contre la vaccination. Sondage qui résulte sans doute des les interrogations quant à la fiabilité, la durabilité et des éventuelles contre-indications des candidats vaccins.

A l’inverse, 41% ont dit qu’ils étaient favorables au vaccin.

Les réticences venaient plus majoritairement de personnes se disant proches des idées de La France insoumise et du Rassemblement national. Les trois quarts des répondants qui se reconnaissent dans ces deux partis ont fait savoir qu’ils n’iraient pas ou probablement pas se faire vacciner.

La moitié des répondants proches des idées des Républicains (51%) et du parti Socialiste (47%) ont également fait cette réponse. Seuls un quart des répondants fidèles aux idées de La République en marche ont dit ne pas vouloir se faire vacciner.

L’enquête a été menée en ligne du 26 au 27 novembre auprès d’un échantillon de 1.013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Depuis le début de l’épidémie, le virus a fait 52.127 morts en France et contaminé 2.208.699 personnes.

Coronavirus: vaccination générale dès mars pour les vulnérables (OMS)

Coronavirus: vaccination générale dès mars pour les vulnérables (OMS)

 

Bien que les vaccins ne soient pas encore validés notamment le prometteur vaccin du laboratoire Pfizer, l’OMS considère qu’il sera possible de vacciner les plus vulnérables à partir du mois de mars. Il s’agit d’une hypothèse plausible mais pas encore certaine. Il faudra en effet vérifier les vaccins en phase  3( vérification épidémiologique)-

Cette vaccination générale pose de redoutables problèmes logistiques et financiers. L’OMS veut en fait une protection égalitaire au plan mondial. Cela exigera évidemment des transferts financiers, matériels et logistiques. Joe Biden, le nouveau président américain a d’ores et déjà annoncé qu’il envisageait une vaccination générale de tous les Américains et cela gratuitement. Une opération qui ne sera pas possible aussi rapidement dans une grande partie des pays en développement.

Un vaccin contre le COVID-19 pourrait commencer à être administré en mars 2021 aux personnes les plus vulnérables, ce qui, avec d’autres progrès, pourrait changer fondamentalement l’évolution de l’épidémie, a déclaré lundi Bruce Aylward, sous-directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les résultats provisoires annoncés lundi par le laboratoire Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, selon lesquels leur vaccin expérimental est efficace à plus de 90% contre le COVID-19, sont “très positifs”, a-t-il dit au cours de l’assemblée annuelle de l’OMS.

“Il reste encore beaucoup de travail à faire, ce ne sont que des résultats provisoires (…) mais des résultats très positifs parvenus aujourd’hui qui recèlent de grandes promesses pour, espérons le, l’ensemble du monde”, a déclaré Bruce Aylward.

Peu après, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué sur Twitter “les nouvelles encourageantes au sujet d’un vaccin de la part de @pfizer et @BioNTech_Group”.

Evoquant les trois piliers d’une stratégie lancée par l’OMS en avril face à la crise sanitaire mondiale, Bruce Aylward a ajouté: “Au niveau des diagnostics, nous sommes en position d’élargir massivement les tests à travers le monde; sur le plan thérapeutique, nous disposons actuellement des outils suffisants pour réduire de manière substantielle le risque de mourir de cette maladie et dans le domaine des vaccins, particulièrement avec l’information d’aujourd’hui, nous sommes sur le point d’être prêts à distribuer des doses aux populations à haut risque vers la fin du premier trimestre, le début du deuxième trimestre.”

1...34567



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol