Archive pour le Tag 'vaccin'

Page 3 sur 5

ASTRAZENECA: le vaccin gagnant ?

ASTRAZENECA: le vaccin gagnant ?

« Nous avons trouvé la formule gagnante et comment arriver à une efficacité, qui, avec deux doses, est élevée comme celle des autres », a déclaré le directeur général Pascal Soriot dans le Sunday Times, assurant que son vaccin assurait une « protection de 100% » contre les formes sévères du Covid-19.

Le vaccin Oxford/AstraZeneca est très attendu car il est relativement peu coûteux et n’a pas besoin d’être conservé à une température aussi froide que celui de Pfizer/BioNTech par exemple, conservé à -70 degrés. Cela rend plus aisé une vaccination à grande échelle ainsi que dans les maisons de retraites.. Le gouvernement britannique a annoncé mercredi avoir soumis les données complètes du vaccin Oxford/AstraZeneca au régulateur britannique, la MHRA. Selon la presse britannique, cette dernière doit se prononcer dans les tous prochains jours en vue d’injection à partir du 4 janvier.

 

Vaccin Pfizer-BioNTech : autorisé en France

Vaccin Pfizer-BioNTech : autorisé en France

Un premier vaccin autorisé en France mais qui ne sera pas forcément le plus utilisé compte tenu de certains effets néfastes notamment vis-à-vis des personnes allergiques.

« L’utilisation du vaccin chez les personnes présentant des antécédents d’allergies graves de type anaphylactique, compte-tenu des cas rapportés en Grande-Bretagne et en attente de données complémentaires, n’est pas recommandée. »

 

La Haute Autorité décourage encore ceux qui auraient dans l’idée de doubler leur vaccin avec d’autres inoculations: « En l’absence de données disponibles à ce jour, la co-administration du vaccin BNT162b2 avec d’autres vaccins n’est pas recommandée ». “Le vaccin BNT162b2 peut être utilisé chez les personnes de 16 ans et plus et y compris les plus âgées du fait de son efficacité et de son profil de tolérance satisfaisant”, estime la HAS dans un avis sur la stratégie de vaccination. Mais “Cet avis sera revu en fonction de l’évolution des connaissances, notamment au regard des résultats complets des essais de phase 3”, précise la HAS. Une précaution oratoire sans doute utile !

Vaccins : des prix de 1,78 et 14,70 euros par vaccin !

 

Vaccins : des prix de 1,78 et 14,70 euros par vaccin !

Le prix des vaccins varie de 1,78 euro pour le vaccin du groupe suédo-britannique AstraZeneca, à 14,70 euros pour celui de l’américain Moderna. Une information qui devait rester secrète mais qui a été divulgué maladroitement par Eva de Bleeker, la secrétaire d’Etat belge au Budget « Je voulais être transparente, peut-être un peu trop transparente », a déclaré la gaffeuse en admettant sa bourde devant les députés belges. Mais cela « ne met en rien en péril » les livraisons des vaccins à la Belgique, a-t-elle assuré.

La communication de ce tableau censé rester confidentiel a eu lieu lors d’un débat budgétaire intense, alors que Mme De Bleeker se voyait reprocher par des députés de l’opposition le manque des moyens dégagés par l’Etat belge pour l’achat de vaccins.

Coronavirus : réaction allergique au vaccin Pfizer

Coronavirus : réaction allergique au vaccin Pfizer

Une professionnelle de santé vivant en Alaska a présenté une grave réaction allergique après avoir reçu une injection du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, au point d’être hospitalisée, rapporte le « New York Times ». Cette agente de santé, dont l’identité n’a pas été précisée, ne possédait pas d’antécédent allergique connu. Ces réactions allergiques avaient été annoncées par le laboratoire.

Pression inadmissible sur l’EMA, agence européenne pour approuver le vaccin de Pfizer/BioNTech

Pression inadmissible sur l’EMA, agence européenne  pour approuver le vaccin de Pfizer/BioNTech

Un responsable de l’EMA, l’agence européenne des médicaments estime que la pression exercée sur l’agence par les gouvernements de l’Union européenne à travers les “canaux de communication habituels” s’était notamment accrue après qu’une autorisation d’utilisation d’un vaccin en urgence a été accordée par le Royaume-Uni.

Les plus grandes pressions concernent le vaccin contre le COVID-19 développé par le laboratoire américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech .

“Toutes les données nécessaires sur BioNTech sont disponibles”, a écrit dimanche le ministre allemand de la Santé Jens Spahn sur Twitter.

“Le Royaume-Uni et les États-Unis ont déjà accordé leur approbation. Une évaluation des données et une approbation par l’EMA devraient avoir lieu le plus rapidement possible”, a-t-il ajouté.

L’EMA a défendu début décembre sa procédure plus lente, la jugeant aussi plus sûre car basée sur davantage d’éléments et de vérifications que celle de son homologue britannique, effectuée en partie par une analyse “roulante” des données au fur et à mesure de leur disponibilité.

Vaccin d’AstraZeneca efficace à 70,4% ?

Vaccin d’AstraZeneca efficace à 70,4% ?

Des interrogations planent sur l’efficacité du vaccin AstraZeneca . Se posera aussi comme pour les autres vaccins la question de la durabilité.  L’étude, publiée par le journal médical The Lancet, montre que l’efficacité du candidat vaccin a été de 62% pour ceux qui ont reçu deux doses complètes et de 90% dans un sous-groupe n’ayant reçu qu’une demi-dose puis une dose complète.

AstraZeneca a commencé à soumettre des données aux autorités réglementaires du monde entier pour obtenir une homologation rapide, a déclaré Pascal Soriot, PDG du groupe anglo-suédois.

“Nos chaînes d’approvisionnement mondiales sont opérationnelles, prêtes à commencer rapidement à livrer des centaines de millions de doses”, ajoute-t-il le communiqué publié par l’Université d’Oxford.

Covid » Malgré le vaccin, une troisième vague »

Covid » Malgré le vaccin, une troisième vague »

Il faudra du temps pour contrôler l’épidémie alors que les conditions de propagation du virus persistent, expliquent dans le Monde Renaud Piarroux et Bruno Riou, l’épidémiologiste et le directeur du centre de crise de l’Assistance publique.

Tribune.

 

 

Après une première vague de Covid-19 au printemps, très déstabilisatrice pour notre système de santé, et aux conséquences économiques, sociales et humaines considérables, nous venons de passer le pic d’une deuxième vague, plus complexe à gérer en raison des retards dans la prise en charge des patients non atteints du Covid, et plus étendue dans le pays. Au cours de ces deux périodes, nous avons frôlé dangereusement le débordement capacitaire de nos hôpitaux et services de réanimation, tandis que les conséquences sanitaires à moyen et long termes commencent seulement à être analysées et sont particulièrement inquiétantes. Alors même que la vaccination est devenue une réalité proche, le risque existe toujours de devoir affronter une troisième vague dans les mois qui viennent.

Plusieurs éléments se conjuguent pour expliquer cet apparent paradoxe. Premièrement, les conditions environnementales de propagation du virus persistent et vont même s’aggraver : l’hiver, saison idéale pour la propagation d’une virose à transmission respiratoire n’a pas encore commencé, le confinement nécessaire a été abrégé pour des raisons économiques et sociétales, et les fêtes de fin d’année font craindre que des contaminations importantes intrafamiliales aient lieu, comme ce fut le cas lors des fêtes de Thanksgiving au Canada.

Difficulté de tester-tracer-isoler

Notre capacité collective à respecter la distanciation et les gestes barrières, y compris dans des réunions familiales (gel hydroalcoolique, port du masque, aération, limitation du nombre) sera déterminante. Deuxièmement, le tester-tracer-isoler que nous avions prôné dans Le Monde dès le 27 avril n’a pas été suffisamment développé : nous avons mal testé (les tests ont été nombreux, mais mal ciblés et trop tardifs), peu ou mal tracé (en ne tenant pas compte des résultats d’un système dont l’insuffisance était patente dès le mois d’août), et pratiquement pas isolé.

Au moins, nous saurons annoncer la troisième vague à temps car nous disposons de tous les indicateurs nécessaires pour le faire (« Early indicators of intensive care unit bed requirement during the COVID-19 epidemic : A retrospective study in Ile-de-France », par Bruno Riou, PLOS One, Public Library of Science).

Encore faudra-t-il être entendu par les instances politiques et la société pour qu’elles acceptent de confiner suffisamment tôt, un confinement pouvant être plus court et rester néanmoins efficace s’il intervient précocement. Il est cruel de rappeler que le conseil scientifique appelait, dès le 9 septembre, à prendre des mesures courageuses, qui n’ont été prises finalement que le 22 octobre (le couvre-feu) et le 30 octobre (le confinement).

Coronavirus : AstraZeneca, encore un nouveau vaccin

Coronavirus : AstraZeneca, encore un nouveau vaccin

Selon des premiers résultats, le laboratoire anglo-suédois associé à l’université d’Oxford a mis au point un vaccin efficace en moyenne à 70 %, moins a priori que ceux de Moderna et Pfizer-BioNTech. Efficace et facile à produire et à conserver, il offre toutefois un certain nombre d’avantages par rapport à ceux de ses concurrents.

Sondage vaccin : 40 % des Français seulement pour

Sondage vaccin : 40 % des Français seulement pour 

D’après le sondage de l’institut Elabe et dévoilé ce mercredi après-midi, seuls 4 Français interrogés sur 10 envisagent actuellement de se faire vacciner contre le Covid-19, une proportion en baisse de 5 points depuis le 29 octobre.

À l’inverse, ils sont 46% (+6) à répondre qu’ils ne se feraient pas vacciner contre le Covid-19 si un des vaccins était autorisé. 14% (-1) « ne savent pas encore ».

 

La première raison évoquée chez les réfractaires du vaccin est le manque de recul sur la maladie et le vaccin (66%), mais aussi la crainte d’effets secondaires indésirables (54%). 21% mettent en avant la défiance envers les vaccins de manière générale, et 11% déclarent ne pas craindre d’attraper le Covid-19.

Toutefois, le même sondage souligne que hors Covid-19, 64% des Français ont confiance dans les vaccins, contre 36% déclarant « ne pas avoir confiance ».

La situation actuelle semble donc beaucoup jouer sur la perspective d’une vaccination. Interrogés sur leur avis quant à une vaccination obligatoire si un vaccin contre ce coronavirus était mis sur le marché, 60% des Français estiment ainsi que ce n’est pas une bonne idée. Seules 21% des personnes interrogées y sont favorables.

Sondage réalisé sur Internet sur un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus les 17 et 18 novembre. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

 

Vaccin Covid-19 : une distribution en janvier 2021….. ou 2022 (agence européenne du médicament)

  • Vaccin Covid-19 : une distribution en janvier 2021….. ou 2022  (agence européenne du médicament)

     

    En ces temps de crise, les institutions de santé, d’ailleurs comme les experts, instrumentalisent la situation pour se rappeler à l’opinion avec des déclarations souvent assez fantaisistes et ou contradictoires dans les médias. Cela a déjà été le cas pour l’organisation mondiale de la santé OMS)  très contestée pour son alignement un peu trop docile vis-à-vis des autorités chinoises. C’est maintenant le cas de l’agence européenne des médicaments qui promet une distribution du vaccin début janvier.

    Une agence européenne évidemment composée essentiellement de bureaucrates et d’experts de la santé qui n’ont pas pratiqué depuis des années et des années. On sait en effet que s’il y a en plus du vaccin Pfizer , d’autres candidats, une dizaine actuellement en phase trois

     

    Le traitement ne sera pas disponible avant des mois d’abord pour en vérifier l’efficacité, sa durabilité et ses contre-indications. Les promesses de l’agence européenne du médicament sont sans doute destinées  à revaloriser une institution qui évidemment fait doublon avec de nombreuses autres

    «Si les données sont solides, nous pourrons donner le feu vert au premier vaccin d’ici la fin de l’année et commencer la distribution à partir de janvier», déclare Guido Rasi, directeur de l’EMA, dans un entretien publié samedi dans le journal italien Il Sole 24 Ore. Une sorte de déclaration type Trump qui ne parlait qui ne paraît ni réaliste ni pertinente.

    Cet organisme a pour mission d’autoriser et contrôler les médicaments dans l’UE. Le feu vert final, donné par la Commission européenne, permet à des laboratoires de commercialiser leur médicament dans toute l’UE.

    L’EMA, qui table sur «6 ou 7» vaccins différents à disposition en 2021, a reçu vendredi «les premières données cliniques de Pfizer pour son vaccin», précise Guido Rasi. «Nous avons reçu d’AstraZeneca les données précliniques, celles des essais sur les animaux qui sont déjà en cours d’évaluation et enfin nous avons eu plusieurs discussions avec Moderna», énumère-t-il. En mettant un vaccin sur le marché en janvier, ses premiers effets sur la propagation du virus «seront visibles dans cinq à six mois, essentiellement l’été prochain», explique-t-il. «Il est évident qu’il ne sera pas possible de vacciner tout le monde, mais nous commencerons par les catégories les plus exposées, comme les personnes âgées et les travailleurs de la santé, ce qui commencera à bloquer les ponts de transmission», note le responsable.

Coronavirus: Trump annonce le vaccin de PFIZER , trop tard !

Coronavirus: Trump annonce le vaccin de PFIZER , trop tard !

 

Trump enrage évidemment que l’annonce de la sortie prochaine d’un vaccin soit intervenue après les élections américaines. En effet, l’ancien président avait annoncé à de nombreuses reprises le fameux vaccin avant les élections. À quelques jours près Trump  a donc manqué le calendrier de cette grande annonce médicale.

Une annonce toutefois à relativiser dans la mesure le vaccin de PFIZER n’est pas encore tout à fait au point et qu’une dizaine de concurrents en sont à peu près au même stade c’est-à-dire dans le processus de vérification épidémiologique qui permet de vérifier l’efficacité , la durabilité et les contre-indications.

Légitimement peut aussi s’interroger pour savoir si PFIZER n’a pas décalé à dessein son annonce. Une hypothèse qui n’est pas tout à fait impossible car la majorité des grands patrons américains se sont nettement prononcés contre la candidature de TRUMP. De toute manière, cela n’aurait sans doute pas changer grand-chose au scrutin tellement les positions des deux camps sont clivées et parfois même conflictuelles.-Et  fait extraordinaire aux États-Unis : un  président qui ne reconnaît pas encore sa défaite et ne veut pas transmettre le pouvoir.

Le président sortant, qui s’exprimait pour la première fois en public depuis que Joe Biden a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle du 3 novembre, a également déclaré qu’une autorisation en urgence serait “très prochainement” délivrée pour le vaccin développé par Pfizer.

Le laboratoire américain a annoncé en début de semaine que son vaccin expérimental, développé avec l’allemand BioNTech, était efficace à plus de 90% contre le COVID-19, selon les premières données d’un essai clinique à grande échelle. Encore une fois cette vérification à grande échelle est engagée une bonne dizaine de candidats vaccin à l’échelle mondiale. Mais l’annonce prématurée aura au moins permis au patron(français) du laboratoire américain d’empocher quelques millions du faîte de la montée en bourse du laboratoire Pfizer.

Powell (Fed): difficultés économiques pendant environ 9 à 12 mois en attendant le vaccin

Powell (Fed): difficultés économiques pendant environ 9 à 12 mois en attendant le vaccin

 

Les médias et les bourses sont sans doute emballés un peu vite avec l’annonce par Pfizer de la prochaine sortie d’un vaccin efficace à 90 %. Première observation, le caractère opérationnel de ce vaccin n’est pas pour demain. Il ne commencera  à être vraiment employé qu’à partir du milieu de 2021. Il subsiste en effet un certain nombre de doutes quant à sa durabilité aussi quand à ses contre-indications. Il faudra ensuite le diffuser de façon suffisamment massive. En attendant l’économie va encore souffrir indique déjà le gouverneur de la banque centrale américaine.

La probabilité croissante de la mise au point d’un vaccin efficace contre le coronavirus est une bonne nouvelle pour l’économie à moyen terme mais des risques subsistent dans l’immédiat, a déclaré jeudi Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale.

“C’est assurément une nouvelle bienvenue pour le moyen terme”, a-t-il dit dans une allocution en ligne lors d’un forum organisé par la Banque centrale européenne (BCE).

Mais “de notre point de vue, il est trop tôt pour évaluer de manière fiable les implications de cette nouvelle pour l’évolution de l’économie, particulièrement sur le court terme”, a-t-il ajouté.

« les bonnes nouvelles concernant un vaccin contre le COVID-19 ne devraient pas avoir un grand impact économique à court terme. “Les prochains mois pourraient être difficiles”, a-t-il prévenu.

Les indicateurs économiques américains publiés avant l’ouverture ont en outre montré que les inscriptions au chômage, certes en baisse plus forte que prévu la semaine dernière, restaient à un niveau très élevé et que l’inflation avait ralenti en octobre.

“La réalité, c’est que nous ne savons pas à quoi va ressembler la nouvelle normalité, ni même quand nous nous rétablirons du coronavirus, et il y a encore du chemin à faire”, a dit Tom Martin, gérant de portefeuilles chez Global Investments.

“C’est le scénario classique d’un marché comptant sur quelque chose qui est à un horizon de neuf à 12 mois et puis qui n’y compte plus parce que ça ne s’est pas encore produit”, a-t-il ajouté.

Coronavirus: La Russie annonce aussi sans vaccin

Coronavirus: La Russie annonce aussi sans vaccin

inévitablement vont se succéder des annonces de vaccin de la part de différents pays et de différents labos. Cela d’autant plus que des dizaines de candidats vaccin sont  aujourd’hui en phase d’expérimentation finale. C’est le cas du vaccin russe appelé Spoutnik qui serait efficace à 92 %. Ce sera le cas aussi d’autres traitements vaccinaux.

Le  géant pharmaceutique américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont annoncé lundi 94 contaminations dans le cadre de l’essai de leur vaccin expérimental, pour 90% d’efficacité. Ce taux implique que pas plus de huit des 94 personnes ayant contracté le COVID-19 avaient reçu le vaccin.

De son côté, le Fonds d’investissement direct russe qui finance le vaccin a précisé que l’essai russe se poursuivrait pendant six mois supplémentaires et que les données de l’étude seraient également publiées dans une revue médicale internationale après un examen par les pairs.

La Russie a par ailleurs fait état mercredi d’un pic de décès liés au coronavirus sur un jour, à 432, portant le bilan total des morts à 31.593.

Les autorités ont également signalé 19.851 nouvelles infections au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le total national à 1.836.960.

Vaccin Pfizer : une annonce prématurée ?

Vaccin Pfizer : une annonce prématurée ?

 

 

 

Des médias se sont peut-être emballées à propos du vaccin Pfitzer qui évidemment voudrait précéder ses concurrents dans la course sanitaire. Ce vaccin est sans doute efficace mais comme d’autres. Restent  cependant des inconnus à propos de son évaluation notamment concernant la durée de la protection et les contre indications. Il faudra vraisemblablement des mois et des mois avant que ce vaccin-et d’autres– ne soit opérationnel de manière significative au plan international.

« Ça demande à être vérifié sur un temps un peu plus long que 15 jours, trois semaines après la deuxième injection », pensent les experts.

« Ce que l’on veut c’est vérifier que la protection dure déjà, que dans six mois, que dans un an, ces personnes auront toujours une réponse correcte face à une éventuelle exposition au virus »

 

Un  point à vérifier dans le temps: la dangerosité potentielle de ce produit. La phase 3 a commencé le 27 juillet dernier, les possibles effets négatifs de ce vaccin ne s’observent donc que sur ces derniers mois, alors qu’ils peuvent apparaître au cours de l’année qui suit. D’autant que Pfizer et BioNTech veulent commercialiser un produit qui n’avait encore jamais fait ses preuves: l’ARN messager.

 

Il s’agit d’injecter dans l’organisme des brins d’instructions génétiques appelées ARN messager, c’est-à-dire la molécule qui dit à nos cellules ce qu’il faut fabriquer. L’ARN messager du vaccin s’insère et prend le contrôle de cette machinerie pour faire fabriquer un antigène spécifique du coronavirus. Il sera ensuite détecté par le système immunitaire qui va produire des anticorps.

En dehors de celui de Pfizer-BioNTech, 9 autres vaccins sont actuellement en troisième et dernière phase à travers le monde. Cette ultime phase correspond à des tests à grande échelle effectués sur des dizaines de milliers de volontaires se trouvant sur plusieurs continents.

 

Il s’agit des vaccins développés par Moderna (États-Unis), Novavax (États-Unis) Janssen Pharmaceutical (Belgique), Gamaleya Research Institute (Russie), CanSino Biologics/Beijing Institute of biotechnology (Chine), AstraZeneca (Suède-Royaume-Uni)/Université d’Oxford (Royaume-Uni), Wuhan Institute of Biological Products/SinoPharm (Chine), Sinovac (Chine) et Beijing Institute of biological Products (Chine).

En dépit de leur stade avancé, trois de ces essais de phase 3 ont dû être suspendus pour des raisons de sécurité ces derniers mois. Cette décision a concerné le vaccin d’AstraZeneca, suspendu début septembre à cause d’une maladie inexpliquée chez un participant. L’essai a repris après quelques jours au Royaume-Uni et dans d’autres pays, et fin octobre aux États-Unis.

 

Mi-octobre, le groupe pharmaceutique Janssen Pharmaceutical avait également dû interrompre durant quelques jours son essai, là encore « en raison d’une maladie inexpliquée ».

Ainsi, le laboratoire Moderna avait annoncé en octobre qu’il prévoyait de déposer une demande d’autorisation en urgence à la fin du mois de novembre aux Etats-Unis, auprès de l’Agence des médicaments (FDA) pour son vaccin.

AstraZeneca aussi avait communiqué fin octobre sur des résultats encourageants. Bien que ses essais avaient dû être suspendus début septembre, le laboratoire l’Anglo-Suédois avait indiqué le 26 octobre que son vaccin à l’étude entraînait une réponse immunitaire encourageante de la part des jeunes adultes et des personnes âgées.

L’université d’Oxford, qui travaille sur le projet avec le laboratoire, avait souligné que ces données provenaient des premiers essais cliniques de phase 2. Outre ces 10 vaccins en phase 3, 37 autres vaccins se trouvent actuellement en phase 1 et en phase 2, relève l’OMS. Ces stades correspondent respectivement à l’évaluation de la sécurité du produit et celle où l’efficacité commence à être mesurée.

«Un vaccin qui va guérir l’économie américaine » (Gregori Volokhine)

«Un vaccin contre le coronavirus qui va guérir la pandémie et l’économie américaine » (Gregori Volokhine)

 

Gregori Volokhine, président de Meeschaert Financial Services, estime que l’annonce de Pfizer est plus importante que toutes les conjectures concernant la nouvelle administration (interview dans l’opinion

 

 La Bourse de New York a inscrit des records dès l’ouverture lundi, profitant d’un regain d’espoir sur le développement d’un vaccin efficace contre le COVID-19 et de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine. Pfizer a annoncé que son vaccin expérimental contre le COVID-19 était efficace à plus de 90% pour prévenir la maladie due au coronavirus, selon les premières données d’une vaste étude, marquant une avancée majeure dans la lutte contre la pandémie qui a été immédiatement saluée par une envolée des Bourses mondiales.

Gregori Volokhine est président de Meeschaert Financial Services, gérant par délégation de MAM Sustain USA.

Comment voyez-vous la situation ?

L’annonce de Pfizer est plus importante que toutes les conjectures sur la nouvelle administration Biden. Les marchés s’étaient positionnés sur la victoire de Joe Biden, mais ils n’attendaient pas si rapidement des résultats positifs sur un vaccin. On va moins s’inquiéter désormais de la manière dont le nouveau président va réussir à faire voter son programme. Les investisseurs vont se dire qu’ils peuvent se permettre de réinvestir.

Les électeurs de Biden ont voté pour lui en pensant qu’il allait contrôler le coronavirus. Ceux de Trump ont voté en sa faveur en pensant que laisser l’économie ouverte malgré la pandémie était la meilleure chose pour les Etats-Unis. Si Pfizer avait publié ses résultats il y a une semaine, Trump n’aurait-il pas gagné ? On peut se poser la question. Pfizer est un cadeau du ciel pour Biden. Cette promesse de vaccin enlève l’urgence d’un plan de soutien à l’économie. La relance est en marche mais on a besoin de soutenir les chômeurs et les petites entreprises en difficulté qui, sinon, ne pourront pas passer l’hiver.

Mais les Républicains ne veulent pas de plan de soutien…

Il y a un débat mais sur les chiffres. Prenons les versements aux chômeurs, les démocrates prônent 600 dollars de plus par semaine, les républicains 300. Biden étant un homme de consensus, on pourrait arriver à un accord autour de 400 dollars. Maintenant, avec la promesse d’un vaccin, une banque sollicitée par un commerçant se sentira plus à l’aise pour lui prêter de l’argent sachant que l’horizon économique s’éclaircit progressivement.

« Le programme de Joe Biden est précis, mais il est basé sur une majorité dans les deux chambres »

Que va-t-il se passer pour le reste de son programme ​?

Le programme de Joe Biden est précis, mais il est basé sur une majorité dans les deux chambres. Si ce n’est pas le cas au Sénat, il devra composer. Prenons l’environnement. Dès le 21 janvier, les Etats-Unis vont réintégrer les accords de Paris, c’est une promesse de campagne. Certes, la Maison Blanche pourra remettre en vigueur par décret, les normes de pollution automobile que Donald Trump avait suspendues ou annulées. Mais pour mettre en place un plan d’infrastructures afin de produire et distribuer les énergies nouvelles, elle va devoir négocier avec les républicains. Qui, sans doute, réclameront des normes pas trop sévères pour les compagnies pétrolières, ou pour empêcher les forages partout. Pour chaque programme il y aura une sorte de donnant-donnant. Joe Biden obtiendra moins que ce qu’il espérait.

Quid de la hausse du salaire minimum à 15 dollars de l’heure et de celle des impôts ​?

Beaucoup d’entreprises et d’Etat ont déjà voté des hausses de salaire minimum, Target, Cosco, WallMart, Amazon. Même l’Etat de Floride, qui a voté pour Trump. Je pense qu’au moment où cette mesure sera adoptée sur l’ensemble du pays, on y sera pratiquement déjà, sans avoir besoin de l’inflexion du président.

Quant aux hausses d’impôts pour ceux qui gagnent plus de 400 000 dollars par an, personne ne va s’y opposer. Pour ce qui est des entreprises, quand Trump a baissé l’IS à 21 %, la moyenne d’imposition des entreprises était déjà de 18 %. Si Biden monte ce taux à 28 % la moyenne s’établira vers 24 %. Il n’y a pas une entreprise aux Etats-Unis qui en souffrira.

Et la régulation de certains secteurs, style Gafa ​?

Cela va être un épouvantail. Je crois qu’au lieu de casser les Gafa, l’administration Biden va investir plus dans la protection des consommateurs. Elle devrait redonner vie au Consumer Financial Protection Bureau créé par Elizabeth Warren mais laissé en déshérence par Donald Trump. Le démantèlement d’Amazon ou de Google ne protégerait en rien le consommateur américain.

« Avant la pandémie, les choses allaient très bien. On peut donc penser que l’on retrouvera ce niveau une fois éloigné le spectre d’une économie qui se ferme tous les trois mois »

Quel est le sujet le plus sensible ​?

La chance qu’il a c’est que, d’un côté, la Réserve fédérale ne va pas changer sa façon d’agir et tout faire pour garder autant de liquidité dans le système et que de l’autre le contexte économique est très favorable. D’autant plus si un nouveau confinement semble exclu ! Joe Biden ne se trouve pas face à un pays exsangue. Le chômage a été réduit de moitié en l’espace de trois mois. Avant la pandémie, les choses allaient très bien. On peut donc penser que l’on retrouvera ce niveau une fois éloigné le spectre d’une économie qui se ferme tous les trois mois. L’économie a beaucoup moins besoin du programme de Biden depuis l’annonce de Pfizer. Il va se retrouver dans un cycle favorable qui n’aura pas besoin de mesures anticycliques. Au contraire, des hausses d’impôt ou une re-réglementation pourraient casser la reprise. Si mesures il y a, elles devraient être extrêmement modérées.

Qui est le favori des milieux d’affaires comme secrétaire au Trésor ​?

Cette nomination sera le signe le plus important et le plus symbolique que Biden va envoyer aux milieux économiques. On entend beaucoup circuler le nom de Lael Brennard, gouverneur de la Réserve fédérale très proche de Jerome Powell, son président. C’est quelqu’un d’extrêmement qualifiée ayant fait ses preuves dans l’administration Obama. Ce serait un signe de collaboration avec la banque centrale qui plairait aux marchés. L’autre nom évoqué est celui de Michael Bloomberg. Ce serait le signe d’une collaboration avec Wall Street mais sans que cela soit comparable à celle nouée par Goldman Sachs avec Donald Trump.

Elizabeth Warren, qui est candidate, serait donc hors jeu ​?

Pas pour les raisons auxquelles vous pensez. Sa nomination serait évidemment un signe négatif envoyé aux marchés mais enlever un membre du Sénat alors que les démocrates ne sont pas assurés d’y être majoritaire ne paraît pas très judicieux. S’il y avait eu un raz-de-marée démocrate aux élections générales avec d’importants gains de sièges au Congrès, elle aurait eu des chances de décrocher un poste proéminent dans l’administration mais là, on en est très loin ! Joe Biden a été plébiscité, cela n’a pas été le cas du parti démocrate. Ce qui va lui permettre de gouverner au centre et trouver une majorité avec une dizaine de sénateurs républicains.

Finalement, vous êtes plutôt optimiste…

Je l’étais déjà avant les élections. Il n’y a pas de raisons d’être pessimiste. On a vu la résilience de l’économie américaine pendant la pandémie même si certains secteurs comme le transport aérien et les loisirs ont particulièrement souffert mais d’autres se sont adaptés très rapidement avec le télétravail qui n’entraîne pas une perte de compétitivité.

Covid-19 : les Bourses mondiales dopées par l’espoir d’un vaccin

Covid-19 : les Bourses mondiales dopées  par l’espoir d’un vaccin

Les bourses jusque-là très déprimées reprennent espoir et ont même été dopées ce lundi par l’annonce d’un possible vaccin contre le Coronavirus. La bourse avait déjà repris un peu de vigueur avec la perspective de Joe Biden comme président de la république. Un gage de stabilité d’abord et de reprise à moyen terme. Ensuite il y a surtout eu cette annonce des laboratoires Pfizer et BioNTech qui ont déclaré être en capacité de mettre assez rapidement sur le marché un vaccin efficace à 90 %. Il est clair que la situation économique est aussi largement dépendante de l’évolution de l’environnement sanitaire. La perspective d’un vaccin permet d’anticiper une reprise économique sinon immédiatement du moins d’ici l’été 2021

. À Wall Street, le Dow Jones grimpait de 5,63% à un nouveau record. L’action des laboratoires Pfizer s’envolait (+11,51%). L’indice vedette de la Bourse de New York a terminé en forte hausse, de 2,95% à 29.157,97 points et le S&P 500, l’indice le plus représentatif du marché américain, a gagné 1,17% à 3.550,65 points. Le Nasdaq, lui par contre a abandonné 1,53% à 11.713,78 points.

En Europe. , vers 16 heures, Madrid et Paris grimpaient de plus de 8%, Francfort, Londres et Milan de plus de 5%. Le Dax allemand a même brièvement dépassé son niveau du 1er janvier.

Vaccin anti-COVID-19 : la Chine annonce pour novembre

Vaccin anti-COVID-19 : la Chine annonce pour  novembre

 

La course au prestige est lancée sur la scène internationale où se mêle dangereusement les intérêts géopolitiques et les avancées scientifiques. Ainsi Poutine a-t-il déclaré valable le vaccin russe avant même sa qualification scientifique. Un vaccin aujourd’hui contesté par certains experts de la communauté scientifique. De la même manière Trump  a annoncé un vaccin avant les élections américaines. L’enjeu est clair.

La Chine qui ne veut pas être en reste promet le vaccin pour novembre. De toute manière, il y a en ce moment de l’ordre de 200 vaccins en expérimentation et l’un d’entre eux pourra sans doute sortir mais pas avant l’épreuve indispensable de test sur un large échantillon de population conformément aux méthodologies scientifiques.

La Chine dispose de ce point de vue d’une solide expérience mais rien ne dit que ce qu’elle promet sera tenu. Beaucoup d’experts considèrent que matériellement il sera difficile de rendre opérationnel un vaccin avant la mi 2021 en raison des procédures incontournables de vérification. Des doses d’au moins trois vaccins expérimentaux ont été proposés aux travailleurs essentiels dans le cadre d’un programme d’urgence lancé en juillet.

La Chine affirme que  la « phase 3″ (sur un large échantillon) des essais cliniques se déroule sans accroc et les vaccins pourraient être prêts pour la population en novembre ou décembre, a déclaré Guizhen Wu lors d’un entretien à la télévision publique.

Elle a dit avoir elle-même reçu en avril un vaccin expérimental, sans préciser lequel, et ajouté ne pas avoir connu de symptômes anormaux au cours des derniers mois.

Vaccin russe : doutes sur la fiabilité

Vaccin russe : doutes sur la fiabilité

De très gros doutes sur la stabilité du vaccin russe ont été émis par des scientifiques. Ils critiquent notamment le caractère scientifique des données fournies. De toute manière, ce vaccin a été mis au point à la va-vite en s’affranchissant de l’étape fondamentale appelée phase trois qui permet de tester sur une très large population l’efficacité du traitement mais ces effets secondaires , Poutine a politisé le vaccin russe pour masquer les difficultés économiques et sociales de son pays. En outre, il veut démontrer que son pays est scientifiquement en avance dans le domaine . En arrière-plan ,il y a la modification constitutionnelle russe qui doit permettre Poutine d’assurer le pouvoir pendant encore 20 ans. Poutine a donc besoin de symboles de la grandeur russe.

Enrico Bucci, professeur de biologie à l’Université Temple de Philadelphie contestedonc  avec 15 scientifiques de pays différents les annonces russes dans une lettre adressée à la revue scientifique « The Lancet.

Cela  souligne l’inquiétude croissante des scientifiques quant à la sécurité et à l’efficacité du vaccin “Spoutnik-V”, dont l’utilisation a été approuvée par le gouvernement russe avant la fin des essais complets sur l’homme.

La lettre officielle est arrivée quelques jours après qu’un plus grand groupe de scientifiques – incluant les 15 – ont publié une lettre ouverte au rédacteur en chef de The Lancet, publiée sur la page de blog personnel de Bucci après la publication des résultats des essais préliminaires de l’Institut Gamaleya de Moscou.

Les auteurs de la lettre ont déclaré avoir trouvé dans les données des phases I/II des tendances qui semblaient “hautement improbables”, alors que des niveaux d’anticorps identiques ont été rapportés chez plusieurs patients.

L’Institut Gamaleya, qui n’a pas souhaité commenté, a rejeté la semaine dernière les critiques soutenues par la lettre ouverte, signée initialement par 26 scientifiques et qui compte désormais 38 signataires.

L’Institut bactériologique d’Odessa est devenu la première station d’observation bactériologique de Russie.

“Les résultats publiés sont authentiques et exacts et ont été examinés par cinq réviseurs de The Lancet”, a déclaré dans un communiqué Denis Logunov, directeur adjoint de l’institut.

Il a ajouté que l’institut avait soumis au journal médical l’ensemble des données brutes sur les résultats des essais.

Alexeï Kouznetsov, ministre russe adjoint de la Santé, a déclaré à l’agence de presse Interfax le 10 septembre dernier que l’Institut Gamaleya avait envoyé des réponses détaillées aux questions soulevées dans la lettre ouverte au rédacteur en chef du journal.

Un essai de phase III, impliquant 40.000 participants, a été lancé le 26 août. Environ 31.000 personnes se sont déjà inscrites pour y participer, a déclaré le ministre de la Santé Mikhail Murashko.

Coronavirus: le vaccin russe déjà opérationnel testé seulement maintenant !

Coronavirus: le vaccin russe déjà opérationnel testé seulement maintenant !

Alors que Poutine a décidé de rend opérationnel un vaccin dès maintenant et même de l’exporter par exemple au Venezuela, les autorités sanitaires russes annoncent que les opérations de tests commencent seulement maintenant. Une véritable folie de faire la vaccination avant sa vérification. Le risque c’est évidemment de n’obtenir qu’un vaccin à efficacité très partielle et éventuellement très dangereux.

Les autorités de Moscou ont donc  annoncé mercredi avoir commencé à tester le vaccin russe contre le coronavirus sur 40.000 habitants de la capitale, dernière étape des essais de ce vaccin annoncé en grande pompe en août. «Les premiers participants se sont fait vacciner aujourd’hui dans les établissements médicaux de la capitale», s’est félicitée dans un communiqué l’adjointe au maire de Moscou, Anastasia Rakova, saluant une «journée importante non seulement pour la ville, mais pour tout le pays». Au total, 40.000 Moscovites sont invités à participer à cette étude, tout habitant de nationalité russe ayant une couverture médicale en règle pouvant être volontaire.

Venezuela: le fou Maduro veut vacciner les candidats aux législatives avec le vaccin russe !

Venezuela: le fou Maduro veut vacciner les candidats aux législatives avec le vaccin russe !

 

On sait pertinemment qu’aucun vaccin sérieux ne sera disponible avant le milieu de l’année 2021 au mieux afin non seulement de tester son efficacité mais tout autant de vérifier ses effets indésirables et ses contre-indications. Notons qu’un très grand laboratoire britannique sur lesquels on  fondait de grand espoir vient d’arrêter de le tester justement en raison de conséquences très graves. Le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca, partenaire industriel de la prestigieuse université britannique Oxford, a en effet détecté un éventuel effet indésirable grave chez un participant aux essais cliniques de son vaccin expérimental.

Or pour des raisons politiques Poutine (qui veut son référendum pour rester au pouvoir 20 ans de plus) ou Trump (qui veut être réélu ) annoncent un vaccin. Une annonce évidemment complètement irresponsable et folle. La période est malheureusement caractérisée par la folie d’un certain nombre de dirigeants dans le monde comme en Chine, en Russie, en Iran, en Turquie, aux États-Unis ou encore au Venezuela. Dans ce dernier pays, le président Nicolas Maduro veut faire vacciner avec le vaccin russe les candidats aux législatives de décembre afin qu’ils fassent campagne «en toute sécurit黫En septembre, les premiers vaccins vont arriver de Russie pour des essais cliniques», a déclaré le président socialiste du pays sud-américain lors d’une allocution mardi soir.

En octobre, un deuxième lot en provenance de Russie doit arriver au Venezuela, a-t-il poursuivi au sujet de Spoutnik V, le vaccin russe contre le coronavirus perçu avec scepticisme dans le monde, notamment à cause de l’absence de phase finale des essais au moment de son annonce en août.

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol