Archive pour le Tag 'vaccin'

Campagne Vaccination: faut-il emporter sa seringue… et son vaccin ?

Campagne Vaccination: faut-il emporter sa seringue… et son vaccin ?

Les annonces succèdent aux annonces en matière de campagne de vaccination ainsi il y a à peine quelques jours une centaine de centres étaient prévus ; on les a multipliés par cinq ou six. Le seul problème c’est l’insuffisance de matériel pour vacciner. Des vaccins qui manquent cruellement comme le confirment d’ailleurs les labos actuellement débordés par la demande mais aussi un manque d’autres matériels comme des seringues. Du coup,  la question se pose de savoir s’il est possible d’emporter sa seringue voire son vaccin dans ces fameux vaccinodromes.

Il est légitime de se demander à quoi correspond ce grand cirque de l’administration de la santé et du gouvernement qui déclarent avoir défini une stratégie mais en oubliant la logistique. Il aurait sans doute été plus simple et plus efficace de procéder comme on fait pour la totalité des autres vaccinations à savoir laisser les médecins prescrire éventuellement et laissez les vaccinateurs  habituels comme les pharmaciens par exemple opérer.

D’une certaine façon , nous avons de moins en moins de vaccins en France mais de plus en plus de vaccinodromes. . Vendredi, 833 étaient opérationnels mais une circulaire de Jean Castex datée du 12 janvier, dont le JDD a pris connaissance après L’Opinion, fixe un plafond de « 600 à 700″ et insiste sur le fait qu’il est « crucial de ne pas [en] ouvrir un trop grand nombre en raison des contraintes liées aux caractéristiques des vaccins ».

Le tout sous la houlette du préfet qui évidemment n’en connaît pas plus dans ce domaine que dans les autres mais qui représentent l’autorité sinon la compétence.

« Vaccin : les priorités ont changé »

« Vaccin : les priorités ont changé »

Un papier intéressant d’un lecteur du Monde qui évoque le changement de priorité du gouvernement

 

 

« Les premiers critères d’accès au vaccin étaient : vacciner en premier ceux et celles dont l’âge ou la comorbidité due à des maladies chroniques les mèneraient directement en réanimation puis au cimetière. Il se trouve que je fais partie de cette population (immunodéprimée par chimiothérapie pour cancer chronicisé, bronchite chronique et âge) et mène une vie normale avec/malgré ces comorbidités. Les médecins traitants étant possiblement associés, le mien disait que j’étais très prioritaire dans sa patientèle.

J’espérais donc faire partie des premiers et premières vaccinés. Aujourd’hui les choses ont changé. Le personnel médical est passé devant, et l’on voit tous ces actifs – indispensables certes et valides (ils travaillent) – de plus de cinquante ans et en pleine forme être vaccinés pour protéger les autres (!). Et d’y ajouter aujourd’hui les pompiers et aides à domicile…

Les médecins traitants, seuls à connaître vraiment les patient(e)s à risque n’ont rien reçu, pas une info, pas une consigne. C’est la CPAM qui gère ! Nous, les très fragiles vivant à domicile, n’existons plus. Nous ferons dans le meilleur des cas, si nous sommes encore en vie, partie du deuxième rideau (février ? Mars ?). Nous, les plus fragiles, devront continuer cette vie de reclus(e) quand toute sortie est un risque.

Après tout, ce n’est qu’une question de patience, de vie enfermée (depuis le mois de mars 2020) à accepter, de continuer l’éloignement des proches, d’endurer cet isolement morbide, de vivre avec ses petits et grands bobos sans rien dire, car tout le monde est devenu prioritaire.

Et chance encore d’être là, vivants. Surtout, surtout pas de panique, mais si vous sortez, c’est quand même à vos risques et périls. Alors, l’hospitalisation qui menace vous renverra chez vous. Continuez, ne baissez pas les bras, forgez-vous une santé morale de fer, dans vos solitudes et abandons.

Geneviève Blaise, Pau

Vaccin AstraZeneca/Oxford : moins cher et plus facile d’utilisation

Vaccin AstraZeneca/Oxford : moins cher et plus facile d’utilisation

Selon le directeur général d’AstraZeneca, le vaccin est capable de combattre le nouveau variant du coronavirus, responsable d’une flambée de cas au Royaume-Uni.

Enfin, le vaccin AstraZeneca/Oxford est moins cher à produire que celui de ses rivaux. Il est également plus facile à stocker et transporter, en particulier que celui de Pfizer/BioNTech qui doit être conservé à de très basses températures (-70°C).

Le vaccin d’Oxford-AstraZeneca, à l’instar du vaccin russe, utilise donc comme vecteur viral un adénovirus (famille de virus très courants responsables notamment de rhumes). Dans le détail, il s’agit d’utiliser comme support un autre virus peu virulent, transformé pour y ajouter une partie du virus responsable du Covid-19. Le virus modifié pénètre dans les cellules des personnes vaccinées, qui fabriquent alors une protéine typique du SARS-CoV-2, éduquant leur système immunitaire à le reconnaître.

Pour rappel, les vaccins de Pfizer et Moderna déjà en cours d’injection sont basés, eux, une technologie ultra-innovante dite de « l’ARN messager ». Elle consiste à injecter dans nos cellules des brins d’instructions génétiques appelées ARN messager, pour leur faire fabriquer des protéines ou « antigènes » spécifiques du coronavirus. Ces protéines vont être livrées au système immunitaire, qui va alors produire des anticorps.

 

Vaccin une immunité d’un an ( Moderna )

Vaccin une immunité d’un an ( Moderna )

Le vaccin contre le Coronavirus pourrait n’assurer qu’une immunité d’un an d’après le labo Moderna. En clair, la lutte contre la covid  risque de durer à l’image de ce qu’on constate pour la grippe ordinaire. Avec une différence de taille à savoir que tant qu’il n’ira pas d’immunité collective, la vaccination devra être pratiquée de façon massive au plan mondial. Un immense défi médical et logistique a renouvelé chaque année.

 

Le fabricant de médicaments a déclaré qu’il était convaincu que la technologie d’ARN messager (ARNm) qu’il utilisait était bien adaptée pour déployer un vaccin basé sur la nouvelle variante du coronavirus qui a émergé dans une poignée de pays.

Le vaccin de la société, l’ARNm-1273, utilise de l’ARNm synthétique pour imiter la surface du coronavirus et apprendre au système immunitaire à le reconnaître et à le neutraliser.

Moderna a déclaré en décembre qu’il effectuerait des tests pour confirmer l’activité du vaccin contre n’importe quelle souche. ( reut.rs/3brXn6w )

Vaccin: Véran demande pardon !

Vaccin: Véran demande pardon !

 

 

Olivier Véran  aura tout dit, le contraire aussi. Il aura même été capable d’introspection et de demander le pardon des Français noyés sous les flots de paroles du ministre de la santé et du président de la république. Interrogé ce dimanche 10 janvier, le ministre de la Santé a en effet reconnu des erreurs dans la communication de l’exécutif.

 

Il y a en effet eu un « manque de clarté dans la communication et l’explication de la campagne vaccinale ». Une erreur que le ministre assume : « Je prends personnellement le point là-dessus. » Un exercice débuté dès jeudi. Le locataire de l’avenue Duquesne avait ainsi estimé sur BFMTV avoir peut-être été « un peu trop défensif dans la façon d’aborder le vaccin », voire « un peu trop prudent ». Seulement, en trois jours, son discours à quelque peu changé.

 

Tandis qu’il réfutait jeudi l’idée selon laquelle il avait été guidé par l’opinion des anti-vaccin, particulièrement nombreux dans le pays, il envisage désormais cette possibilité. « Nous avons sans doute internalisé l’espèce de défiance générale vis-à-vis des vaccins dont on parlait en permanence sur les plateaux et dans les familles », a-t-il reconnu sur Europe 1.

« . Olivier Véran a notamment fustigé le président LR de la région Grand-Est, Jean Rottner, qui avait décrit un « scandale d’État ». « Parler d’un ‘scandale d’État’ au bout de cinq jours ? Ne me dites pas qu’il n’avait pas trouvé la formule avant même que nous commencions à vacciner », a-t-il réagi.

 

Reste à voir si cette offensive pourra convaincre la grande majorité des Français qui juge la campagne gouvernementale comme « pas assez rapide ».

 

Vaccin : la logistique oubliée !

Vaccin : la logistique oubliée !

 

 

 

Alors que la logistique constitue un élément essentiel dans les nouveaux processus de production et de distribution dans l’économie, l’administration ignore encore souvent le mot surtout au ministère de la santé.

Toute l’économie repose sur le concept de flux tendus qui permet d’approvisionner en permanence la production et la distribution. Dans l’administration de la santé par contre on n’en est resté au concept de stockage des années 50.

Ancien responsable logistique dans un grand groupe et chercheur dans ce domaine, François-Michel Lambert, député écologiste (LEF) des Bouches-du-Rhône, a présidé la commission nationale logistique entre 2015 et 2019, une instance qui était chargée d’améliorer les performances de l’État en la matière. À ses yeux, le démarrage lent de la campagne vaccinale s’explique par des failles organisationnelles récentes et par d’anciennes faiblesses structurelles.( Interview dans le JDD)

 

Partagez-vous le diagnostic de beaucoup d’élus qui imputent le lent démarrage de la campagne vaccinale à des failles logistiques?
Nous ne sommes pas prêts à vacciner car nous ne nous sommes pas suffisamment préparés. Au moment de lancer une opération à l’étranger, l’armée française est entraînée. L’industrie, textile ou automobile en particulier, excelle, elle aussi, dans l’art d’organiser des flux tendus, c’est-à-dire zéro stock. Dès l’été, les Allemands ont rodé leurs canaux de distribution de vaccins. Et nous, qu’avons-nous fait pour aboutir à un résultat aussi affligeant? Jusqu’à aujourd’hui, les congélateurs sont restés pleins et du vaccin a été gâché car, après cinq injections, il reste dans les flacons du liquide qui peut permettre une sixième injection si on a le patient en face. Ce début chaotique est le symptôme d’une logistique défaillante.

 

En quoi est-ce aberrant d’un point de vue logistique?
La logistique, ce n’est pas qu’une question de camions et de congélateurs, de transport et de stockage, les seuls sujets dont on entend parler. C’est l’art de bien gérer la rareté des ressources, d’organiser l’ensemble du système pour atteindre l’objectif. En l’occurrence aujourd’hui, de déterminer comment avoir le bon vaccin au bon moment à la bonne température, injecté par la bonne personne au bon patient. On ne devrait pas avoir de stock ; aucun vaccin ne doit rester dans les congélateurs où il ne sert à rien, il doit être dans le corps des patients. Il n’est pas étonnant que les Israéliens soient en tête dans la course au vaccin. Dans ce pays où a été inventé le goutte-à-goutte pour l’irrigation des vergers, la culture de la rareté génère partout de la performance.

Qu’aurait-on pu faire autrement?
La recommandation par la Haute Autorité de santé de vacciner en priorité les résidents des Ehpad est pertinente du point de vue sanitaire mais ce ne pouvait pas être la seule priorité de janvier. Il aurait fallu prévoir de commencer aussi la vaccination par des publics plus faciles à atteindre – ce qui a finalement été fait cette semaine avec les professionnels de santé de plus de 50 ans, on aurait même pu aller jusqu’aux étudiants. Ainsi on vise le zéro stock, en flux tendu, et on accélère l’efficacité de l’immunité collective. Pour cela, il faudrait disposer d’un outil de gestion des données à la hauteur de l’enjeu. Visiblement, le système n’est pas encore tout à fait au point.

Ces difficultés seraient-elles le symptôme d’un handicap français?
Durant la crise du Covid, la stratégie logistique n’a pas été une priorité pour l’État et des administrations, comme l’a montré le général Richard Lizurey dans son rapport sur la gestion de la première vague. J’ai tenté d’alerter le gouvernement dès le 24 mars sur la nécessité de se doter de renforts humains en stratégie logistique car je savais que la crise allait accentuer nos faiblesses structurelles. Dans les enquêtes sur les performances logistiques de la Banque mondiale, la France se classe seulement 16e, et 8e au niveau européen. Sans surprise, les Allemands, qui vaccinent à la chaîne, sont, eux, classés premiers! Une partie de leur réussite industrielle s’explique par l’efficience de leur système d’organisation. Au contraire, nous qui avons pourtant d’excellents experts dans le domaine, perdons chaque année plus de 20 milliards d’euros à cause de dysfonctionnements logistiques.

J’alerte sur l’effondrement de l’expertise logistique publique, sur la perte de ces talents capables de repenser nos systèmes

Cette sous-performance française est-elle passée inaperçue?
Quand il était ministre de l’Économie, Emmanuel Macron avait identifié ce handicap, créé un pôle d’expertise de l’État, en orchestrant notamment une montée en compétence des agents. Mais à partir de 2017, tout a été démantelé. La dizaine d’ingénieurs spécialement formés se sont trouvés parachutés dans d’autres fonctions car Élisabeth Borne, alors ministre des Transports, n’en avait pas fait une priorité. Depuis, j’alerte sur l’effondrement de l’expertise logistique publique, sur la perte de ces talents capables de repenser nos systèmes. En vain : d’une volonté politique de faire de la logistique un outil au service des politiques publiques, on est passé à une politique économique au service des acteurs privés de la filière.

Cet abandon de la logistique publique explique-t-il l’appel à des cabinets d’audit externes pour planifier la campagne vaccinale?
Bien sûr mais, faute d’experts publics, il était impératif de faire appel à ces consultants. Sans eux, la faillite serait sans doute encore plus grande.

 

Pas de vaccin contre la pauvreté ! (directeur de l’OMS )

Pas de vaccin contre la pauvreté  ! (directeur de l’OMS )

 

Les vaccinations permettront d’endiguer la pandémie, mais il faut s’attaquer « aux faiblesses qui en sont à l’origine », estime dans une tribune au « Monde », le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

Tribune.

On se souviendra de 2020 pour une pandémie qui a donné une leçon d’humilité même aux systèmes de santé les plus modernes, et qui a montré ce qui nous aveugle collectivement. Au-delà de la maladie et des décès causés par le virus lui-même, des millions de personnes ont perdu leur emploi, l’économie mondiale est en récession et les clivages géopolitiques se sont aggravés. Si nous voulons riposter en 2021, nous ne pouvons pas reprendre le cours normal de nos activités.

Premièrement, nous devons mettre fin à la pandémie. De nombreux pays apportent la preuve que le virus peut être supprimé grâce à des interventions efficaces de santé publique, y compris le dépistage et la recherche des contacts. Du reste, les vaccins sont en bonne voie. La communauté scientifique a établi une nouvelle norme pour la mise au point de vaccins. Il appartient désormais à la communauté internationale de faire de même en matière d’accès.

« Le Covid-19 fait peser une menace planétaire, il importe de partager équitablement les outils pour la vaincre en les considérant comme des biens publics mondiaux »

Nous ne pouvons tout bonnement pas accepter un monde dans lequel les personnes démunies et marginalisées sont sacrifiées dans la ruée vers les vaccins. Le Covid-19 fait peser une menace planétaire, il importe de partager équitablement les outils pour vaincre cette menace en les considérant comme des biens publics mondiaux. Ce n’est pas de la charité. C’est le moyen le plus rapide et le plus judicieux de mettre fin à la pandémie et d’engager une reprise économique véritablement mondiale.

Deuxièmement, tous les pays doivent investir dans la santé. La pandémie nous a appris que la santé ne peut pas être considérée comme un simple sous-produit du développement ni comme un coût qu’il faudrait maîtriser – c’est un investissement essentiel dans des économies et des sociétés plus productives, plus résilientes et plus stables.

Chaque année, le monde dépense 7 500 milliards de dollars (6 130 milliards d’euros) pour la santé, soit près de 10 % du produit intérieur brut mondial. Cependant, il existe d’énormes différences entre les pays et un déséquilibre dans les sommes consacrées au traitement des maladies plutôt qu’à la protection et à la promotion de la santé, ainsi qu’à la préparation aux pandémies. Afin de renforcer l’argument économique en faveur de la santé, l’OMS a créé en novembre un nouveau Conseil sur l’économie de la santé pour tous, qui sera présidé par une économiste de premier rang, la professeure Mariana Mazzucato.

« La course au vaccin : pourquoi ? »

« La course au vaccin : pourquoi ? »

 

L’économiste Philippe Askenazy, directeur de recherche au CNRS et chercheur à l’Ecole d’économie de Paris

, montre pourquoi l’industrie pharmaceutique s’est lancée dans la course au vaccin, alors qu’elle n’y avait originellement pas d’intérêt.

Chronique. Quoique sporadiques, plusieurs travaux d’économistes – notamment ceux des Américains Michael Kremer (Nobel 2019) et Christopher Snyder – se sont penchés sur l’économie de la vaccination (« Preventives Versus Treatments », Michael Kremer, Christopher Snyder, The Quarterly Journal of Economics n° 130/3, août 2015). Un des principaux résultats est que l’industrie pharmaceutique préfère investir dans les médicaments – qui permettent de traiter une maladie – plutôt que dans un vaccin – qui permet de l’éviter. Cette préférence découle d’un calcul financier.

Le traitement est en général curatif, alors que le vaccin est essentiellement préventif (le vaccin contre la rage étant un contre-exemple). Une personne déjà malade a besoin d’un traitement ; l’industriel a alors la possibilité de maximiser la capture du surplus de dépense du consommateur ou des acteurs privés et publics qui l’assurent. Pour les maladies au long cours, un traitement curatif garantit en outre une continuité de revenu à l’industrie. Alors que dans le cas d’une maladie transmissible, une vaccination individuelle génère le plus souvent une externalité positive collective en termes de santé publique en réduisant les risques de contamination des tiers : la vaccination, même partielle, peut ainsi totalement épuiser le réservoir de « malades-consommateurs » à traiter.

Ces mécanismes entraîneraient, selon ces économistes, un sous-investissement chronique de l’industrie pharmaceutique dans la recherche sur les vaccins. Même les laboratoires spécialisés dans la production de vaccins seraient peu innovants, se contentant de reproduire des vaccins anciens et de les adapter de manière routinière en cas de mutation, comme pour la grippe saisonnière. D’autant que les fabricants de traitements d’une maladie peuvent utiliser leur capture des régulateurs sanitaires pour allonger les procédures d’homologation et donc le coût de développement d’un vaccin, dissuadant de lancer de tels projets.

Un obstacle demeure : le sous-investissement dans le domaine du vaccin a légué des capacités productives et logistiques limitées

Mais il suffit de briser ces mécaniques en créant les bons schémas incitatifs pour que l’industrie pharmaceutique innove davantage et plus rapidement dans le domaine vaccinal. C’est ce qui s’est passé pour le SARS-Cov2. La découverte en quelques mois de vaccins efficaces ne devrait soulever ni suspicion, ni étonnement, ni admiration car… l’intérêt de l’industrie était cette fois de trouver des vaccins !

 

Vaccin : les régions veulent le pouvoir

Vaccin : les régions veulent  le pouvoir

 

«La vie ne doit pas s’arrêter dans ma région, parce que nous avons été incapables de vacciner les Français. Je veux simplement faire en sorte que, dans ma région, celles et ceux qui ne seront pas vaccinés avant des lustres dans le cadre du plan gouvernemental puissent l’être. Je pense notamment aux actifs, aux personnes âgées de 40 à 60 ans, sachant que nous n’avons aucun problème pour bâtir des plans de vaccination en quelques jours et en faisant appel aux professions libérales, retraités, collectivités… Nous n’agirons pas contre l’État. Nous voulons nous inscrire dans le cadre de son protocole sanitaire, même si je constate que celui-ci a explosé puisque la consultation prévaccinale n’existe plus», explique Hervé Morin, rejoint sur ce point par nombre de présidents d’autres régions.

 

 

Comme Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand, Carole Delga ou Jean Rottner, le président de la région Paca s’est dit prêt lui aussi à se lancer dans l’achat de vaccins. Le message envoyé au pouvoir est clair: «Laissez-nous travailler dans le respect des règles de la vaccination qui ne datent pas d’hier!», insiste Renaud Muselier. Il défend des régions prêtes à «accélérer» la stratégie nationale et à fournir aux professionnels de terrain les moyens de vacciner massivement. « Il ne faut pas empêcher pas empêcher les régions qui le souhaitent d’acheter des vaccins…» déclare ces présidents de région

Le vaccin de Moderna autorisé en Europe

Le vaccin de Moderna autorisé en Europe

On  attendait avec impatience ce vaccin( mais aussi d’autres) de Moderna qui présente l’avantage de négliger qu’un transport sous température de -20° au lieu de -70° pour le Pfizer. Cependant dose de vaccin Moderna y apparaît comme la plus onéreuse, à 18 dollars, soit 14,60 euros environ, contre 12 euros pour celle du vaccin Pfizer, et 1,78 euro celle du britannique AstraZeneca.

La Commission européenne a donc donné mercredi son feu vert au vaccin contre le COVID-19 développé par le laboratoire biotechnologique américain Moderna, quelques heures après l’approbation du produit par l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Le vaccin de Moderna est le deuxième vaccin autorisé dans l’Union européenne après celui de Pfizer et BioNTech, qui a commencé à être administré dans les pays du bloc le 27 décembre dernier.

Le vaccin Moderna a déjà été approuvé au Canada, aux Etats-Unis et en Israël. Selon les résultats des essais cliniques, il est efficace à 95% et n’entraîne pas d’effets secondaires graves.

L’EMA autorise son utilisation pour les personnes de 18 ans et plus, après évaluation des données sur sa qualité, sa sûreté et son efficacité.

L’agence européenne a recommandé l’usage du vaccin de Pfizer et de BioNTech le 21 décembre.

Ces deux vaccins s’appuient sur la technologie innovante de l’ARN messager.

L’UE a commandé 160 millions de doses du vaccin Moderna, qui a l’avantage de ne pas devoir être stocké à très basses températures contrairement à son concurrent développé par Pfizer et BioNTech.

Le vaccin Moderna s’administre en deux doses à 28 jours d’intervalle.

Lundi, la société de biotechnologie américaine a annoncé relever son objectif de production pour 2021 à au moins 600 millions de doses, soit 100 millions de doses de plus que dans ses précédentes projections.

Vaccin Coronavirus: une deuxième dose nécessaire par les 3 à 4 semaines

Vaccin Coronavirus: une deuxième dose nécessaire par les 3 à 4 semaines

Plusieurs pays ont décidé de n’appliquer pour l’instant qu’une seule dose pour couvrir un spectre plus large de la population. Normalement deux doses sont nécessaires. L’organisation mondiale de la santé recommande de ne pas trop éloigner les deux vaccinations du vaccin Pfizer “Nous avons délibéré et arrêté la recommandation suivante : deux doses de ce vaccin (Pfizer) dans les 21-28 jours”, a déclaré Alejandro Vravioto, président du Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) sur la vaccination, lors d’une conférence de presse en ligne.

Pour les pays soumis à des contraintes exceptionnelles sur l’offre de vaccin, ce délai peut être prolongé de plusieurs semaines afin de “maximiser le nombre d’individus bénéficiant d’une première dose”, a-t-il ajouté.

Depuis son apparition à la fin 2019, le virus du Covid-19 a fait 1,85 million de morts dans le monde, pour un total supérieur à 85 millions de contaminations, selon les calculs de Reuters établis sur la base de données officielles.

Vaccin Grande-Bretagne : des dizaines de millions au premier trimestre

Vaccin Grande-Bretagne : des dizaines de millions au premier trimestre

 

La Grande-Bretagne est particulièrement touchée par le virus notamment le virus mutant avec par exemple près de 55 000 contaminations en 24 heures annoncées dimanche. Par ailleurs le nombre de morts est le plus élevé d’Europe avec 75 000.

Du coup les autorités envisagent une stratégie de vaccination massive qui concernera plusieurs dizaines de millions de personnes au premier trimestre 2021.

Le pays a été l’un des premiers au monde à lancer une campagne de vaccination contre le COVID-19 début décembre, et le premier à autoriser en urgence le vaccin de Pfizer-BioNTech, puis celui développé par AstraZeneca avec l’université d’Oxford.

Ce dernier vaccin, approuvé la semaine dernière par l’agence britannique du médicament, sera disponible à partir de lundi, a fait savoir le chef du gouvernement.

 

« Vaccin : un sabotage administratif». ( François de Closets)

« Vaccin : un sabotage administratif». ( François de Closets)

 

Dans l’Opinion ,François de Closets s’insurge contre la lenteur administrative concernant la vaccination en France .

 

 

Contre la Covid, nous faisons quelques dizaines de vaccinations à grand spectacle quand nos voisins en font des milliers, voire des dizaines de milliers. Une paralysie qui reproduit celle que nous avons connue sur les tests de dépistage. La raison est toujours la même : une inefficacité administrative érigée au rang de sabotage. Voyons cela.

Première erreur : les masques. La classe politique ayant stupidement vidé notre arsenal sanitaire, il fallait au plus vite, le reconstituer sur un marché mondial en folie. Nous nous sommes retrouvés empêtrés dans la lente et lourde procédure des marchés publics, alors que les cargaisons faisaient l’objet jusqu’à la dernière minute de surenchères payées en cash. Nos lenteurs détournaient les livraisons en provenance de l’étranger mais elles freinaient aussi la production nationale, en faisant attendre interminablement les agréments nécessaires aux entreprises.

L’impossibilité de réaliser les tests n’est pas moins incompréhensible. La France était parfaitement équipée en laboratoires, publics ou privés, médicaux ou vétérinaires, pour répondre à cette brusque explosion de la demande. Mais les laboratoires médicaux du secteur public étaient seuls habilités à pratiquer ces examens. Il en est allé de même pour les lits de réanimation que l’on cherchait dans l’hôpital public en oubliant les cliniques privées. Et que dire de ces « attestations dérogatoires de déplacement », une stupidité qui a accompagné les déplacements des Français pendant le confinement.

Cela n’était rien encore, le chef-d’œuvre kafkaïen fut atteint avec la vaccination. L’injection vaccinale est un acte médical des plus simples, laissé aux infirmières ou aux pharmaciens. Il est, le plus souvent, obligatoire et pratiqué en séries. Faute de l’imposer pour la Covid-19, l’administration aurait pu présumer l’acceptation et laisser aux réfractaires le soin d’expliciter leur refus. Impossible, car la bureaucratie sanitaire en a fait un acte médical majeur nécessitant un consentement éclairé, comme les plus lourdes opérations chirurgicales.

«Notre délire vaccinal vise simplement à mettre ceux qui organiseront la campagne ou procéderont aux injections à l’abri des vaccinés mécontents ou des “antivax” enragés»

Elle a donc pondu un mode d’emploi de 45 pages prévoyant une consultation préalable ! La procédure prévoit aussi un consentement donné par écrit et renouvelé de vive voix, s’y ajoute un suivi, la tenue d’un fichier conservant le numéro du lot, etc. Autant de règles qui deviennent ingérables lorsqu’il s’agit de personnes très âgées, bien souvent sous tutelle, qui constituent pourtant la première cohorte des Français à vacciner.

Nous voilà donc équipés par notre administration d’un carcan qui renforce la méfiance de la population française – « Si l’on prend tant de précautions, c’est bien la preuve qu’il y a un risque grave » – et ralentit les opérations au point que, si même le vaccin a l’efficacité espérée, il mettra une bonne année pour débarrasser la France de la Covid-19.

Voilà donc le dernier exemple en date de cette emprise bureaucratique qui a paralysé la France face au coronavirus. L’hôpital public a échappé à la bérézina car le personnel soignant a pris les choses en main – les « choses » étant en l’occurrence des malades qui risquaient de mourir — et fait au mieux, sans se soucier des règlements hospitaliers.

Comment expliquer qu’un système administratif, dont l’excellence est toujours célébrée, ait un bilan aussi cataclysmique ? La réponse tient en un mot : la bureaucratisation. Notre fonction publique s’est mise à son propre service, elle vise d’abord à assurer l’irresponsabilité des fonctionnaires. Ne cherchez pas ailleurs la vraie raison de notre délire vaccinal. Il vise simplement à mettre ceux qui organiseront la campagne ou procéderont aux injections à l’abri des vaccinés mécontents ou des « antivax » enragés. Ce cursus vaccinorum assure la tranquillité de ceux qui le suivent. Il est donc excellent.

«Lorsque l’urgence renverse la table, que les solutions préfabriquées perdent toute pertinence, le cadre réglementaire devient un piège qui se referme. Voilà ce que nous avons découvert au cours de la crise sanitaire. Comment en sortir?»

Ces dysfonctionnements sont liés à la crise sanitaire, donc circonstanciels. Dans des conditions ordinaires, ces accumulations de procédures ne font que ralentir le fonctionnement du pays mais en période de crise, lorsque l’urgence renverse la table, que les solutions préfabriquées perdent toute pertinence, le cadre réglementaire devient un piège qui se referme. La France se trouve administrée contre les Français. Voilà ce que nous avons découvert au cours de la crise sanitaire. Comment en sortir ?

La France n’a pas à réinventer son administration. Elle s’est construite autour de son Etat et, dans l’ensemble, elle n’a pas à le regretter. Conservons donc ce qui fonctionne, c’est-à-dire la gestion ordinaire, et corrigeons ce qui ne fonctionne pas, c’est-à-dire la gestion de crise. Et c’est là que l’on bute sur la question de la responsabilité.

Quelles que soient les circonstances, le fonctionnaire sait que, s’il applique le règlement, il est irréprochable. Qu’il impose des délais mortifères, qu’il interdise le recours à des solutions de secours, qu’il transforme les contrôles en procédures paralysantes, peu importe. Dès lors qu’il peut se réfugier derrière le règlement, il n’aura à répondre de rien. Si, au contraire, il s’aventure hors des routes tracées pour improviser une solution ad hoc, il perd la protection statutaire et ne pourra se justifier par les résultats obtenus car sa responsabilité n’est pas de résultat mais de moyen.

Voilà précisément ce qui n’est plus admissible. L’urgence doit changer non pas l’administration mais son mode de fonctionnement. Face à la situation nouvelle crée par la crise, le fonctionnaire doit improviser. Ce n’est pas une possibilité mais une obligation. Tirons donc au plus vite les enseignements des dysfonctionnements révélés par la crise sanitaire, instaurons l’administration à deux vitesses. Si longtemps que l’on reste dans le cours ordinaire des évènements, la France est structurée par son droit administratif et les fonctionnaires qui l’appliquent. Le système doit certes être amélioré mais il doit d’abord être conservé.

Mais, lorsque surviennent, à l’échelle locale ou nationale, des situations extrêmes, des singularités qui font exploser les paramètres et rendent inopérantes nos lois, alors l’administration doit trouver instantanément le mode de fonctionnement le plus adapté aux circonstances. Une liberté qui entraîne une responsabilité. Celle-ci ne doit pas se fonder sur la conformité au règlement mais sur la pertinence des initiatives. Le respect scrupuleux et hors de propos des modes de fonctionnement ne serait plus une clause absolutoire mais une circonstance aggravante.

L’introduction dans notre droit administratif de ce double mode de fonctionnement soulève de nombreuses difficultés juridiques. Raison de plus pour la lancer sans attendre. Toute la fonction publique doit désormais savoir qu’en situation d’urgence, le respect du règlement ne la protège plus mais peut au contraire la condamner. Seule l’action au service des Français peut rendre à l’administration sa raison d’être, aux fonctionnaires leur dignité.

François de Closets est journaliste et essayiste. Dernier ouvrage paru : Les guerres d’Albert Einstein, tome II (Robinson Editions)

Macron : l’espoir ….. en attendant le vaccin !

Macron :  l’espoir ….. en attendant le vaccin !

 

Un discours d’espoir de la part du chef de l’État qui a insisté sur la perspective du vaccin contre le Coronavirus. Le problème c’est qu’en même temps le chef de l’État faisait l’éloge de la lenteur. En justifiant les carences françaises par de supposées sûretés vis-à-vis des bonnes conditions dans lesquelles la vaccination doit se faire.

Au total, un discours assez fade et peu crédible avec des propos assez généraux “Les épreuves que nous avons affrontées auraient pu émousser notre enthousiasme, désaltérer l’espoir. Il n’en est rien. L’espoir est là. Dans ce vaccin que le génie humain a fait venir en un an seulement, c’était impensable il y a encore quelques mois”, a-t-il dit.

À noter toujours le fameux en même temps qui caractérise le président : “Je vous le dis avec beaucoup de détermination ce soir, je ne laisserai personne jouer avec la sureté et les bonnes conditions (…) dans lesquelles la vaccination doit se faire”, a assuré Emmanuel Macron.

Mais en même temps “Et je ne laisserai pas davantage, pour de mauvaises raisons, une lenteur injustifiée s’installer”, a-t-il ajouté.

“Chaque Français qui le souhaite doit pouvoir se faire vacciner”. Le problème, c’est quand ? En effet la vaccination massive ne pourra avoir lieu réellement qu’à partir du second trimestre. Aujourd’hui la France vaccine 300 à 400 personnes tandis que les États-Unis en ont vacciné plusieurs millions. La Russie 1 million, l’Allemagne près de 100 000, la Grande-Bretagne environ 200 000.

“Au moins jusqu’au printemps, l’épidémie pèsera encore beaucoup sur la vie de notre pays”, a-t-il dit. Mais “l’espoir grandit chaque jour dans cette relance qui déjà frémit en France plus qu’ailleurs et qui va nous permettre dès le printemps d’inventer une économie plus forte”.

Emmanuel Macron a également plaidé l’espoir “dans la liberté que nous retrouverons” alors que le pays est toujours soumis à un couvre-feu à partir de 20h00, limitant les festivités des Français pour le réveillon du Nouvel An.

“En 2020, nous avons su conduire les transformations nécessaires et renforcer notre crédibilité. Nous avons su convaincre l’Allemagne, puis les autres membres de l’Union européenne, de concevoir un plan de relance unique, de décider d’un endettement commun et solidaire pour mieux préparer notre avenir”, a-t-il rappelé.

Le couplet unitaire sonne assez faux quand le président affirme “Notre nation a traversé cette année avec une telle unité et une telle résilience, rien ne peut lui résister (…) En 2021, quoiqu’il arrive, nous saurons donc faire face aux crises »

Vaccin : la France «championne du monde» des « anti », pourquoi ?

Vaccin : la France «championne du monde» des « anti », pourquoi ?

40% seulement des Français accepteraient de se faire vacciner contre le Covid, selon une étude Ipsos Global Advisor en partenariat avec le Forum économique mondial. Un pourcentage en plus en nette diminution par rapport à août près de 60 % se disaient favorable à la vaccination. En cause, les nombreuses interrogations voire les contradictions non seulement des pouvoirs politiques mais aussi des autorités sanitaires depuis le début de la crise.

Plus fondamentalement, c’est la crédibilité des autorités qui est en cause non seulement à propos de la stratégie sanitaire mais dans tous les autres champs de la politique. D’un point de vue global sur toute les questions ou presque,  il y a une opposition de 60 à 70 % des Français au gouvernement. La problématique n’est donc pas seulement sanitaire mais politique.

Les autorités se sont trop contredites, elles se sont en plus noyés dans des bavardages inutiles et incompréhensibles. Le chef de l’État lui-même est tombé dans le piège du verbiage permanent en se transformant en expert médical lui-même. De la même manière qu’il endosse le rôle de premier ministre, de ministre et de directeurs d’administration. Sans parler de ses digressions philosophiques à prétention intellectuelle qui avec ce le fameux en même temps le conduit à dire tout et le contraire par opportunisme politique.

La France n’est pas le seul pays où les intentions vaccinales sont relativement basses. Ainsi, selon l’étude Ipsos Global Advisor, seuls 43% des Russes sont prêts à se faire vacciner, et 53% des Sud-Africains. Arrivent ensuite le Japon (60%), l’Italie et l’Espagne (62%), puis l’Allemagne (65%).

À l’opposé, la Chine est en tête des pays où les personnes interrogées sont les plus enclines à se faire vacciner (80%), devant le Brésil (78%) et le Royaume-Uni (77%), premier à avoir commencé les vaccinations le 8 décembre. Les États-Unis, où une immense campagne de vaccination a également commencé, sont le seul pays où les intentions de vaccination sont en hausse (69% aujourd’hui, 64% en octobre).

Vaccin AstraZeneca : autorisation retardée

Vaccin AstraZeneca : autorisation retardée

“Ils n’ont même pas encore déposé de demande”,  a déclaré mardi le  directeur exécutif adjoint de l’agence européenne du médicament, Noël Wathion, dans une interview publiée par le quotidien belge Het Nieuwsblad. A ce jour, ajoute-t-il, l’agence européenne n’a reçu que certaines informations à propos du vaccin. “Même pas assez pour justifier une licence de commercialisation sous condition”, précise-t-il.

“Il nous faut des données additionnelles sur la qualité du vaccin. Et ensuite, la compagnie devra déposer une demande formelle.”Dans ces conditions, poursuit-il, il est “improbable” que l’Agence européenne des médicaments puisse autoriser le mois prochain ce candidat vaccin contre le coronavirus.

A ce jour, seul le vaccin développé par Pfizer et BioNTech a été validé par l’agence européenne, et les campagnes de vaccination ont débuté ce week-end sur le territoire de l’Union européenne. En plus de Pfizer/BioNTech, les Etats-Unis et le Canada ont également approuvé le vaccin mis au point par Moderna

Covid Espagne : un registre national des récalcitrants au vaccin

Covid Espagne : un registre national des récalcitrants au vaccin

Alors que plusieurs pays dont la France envisagent de délivrer une sorte de passeport pour les personnes vaccinées, l’Espagne, elle, se veut beaucoup plus radicale en envisageant la création d’un registre des personnes . Comme en France, le vaccin contre la Covid-19 ne sera pas rendu obligatoire en Espagne ; en revanche, le gouvernement va tenir un registre des personnes qui refusent de se faire vacciner.

« Ce qu’on va faire, c’est un registre qui sera partagé avec d’autres pays européens« , a-t-il été déclaré, précisant qu’il se référait « aux personnes auxquelles on l’aura proposé et qui, tout simplement, l’auront refusé« . « Il ne s’agit pas d’un document qui sera rendu public », a-t-on assuré, ajoutant que ce fichier serait élaboré « avec le plus grand respect pour la protection des données« . On voit mal le Conseil d’État le conseil constitutionnel accepter en France la tenue d’un tel registre.

ASTRAZENECA: le vaccin gagnant ?

ASTRAZENECA: le vaccin gagnant ?

« Nous avons trouvé la formule gagnante et comment arriver à une efficacité, qui, avec deux doses, est élevée comme celle des autres », a déclaré le directeur général Pascal Soriot dans le Sunday Times, assurant que son vaccin assurait une « protection de 100% » contre les formes sévères du Covid-19.

Le vaccin Oxford/AstraZeneca est très attendu car il est relativement peu coûteux et n’a pas besoin d’être conservé à une température aussi froide que celui de Pfizer/BioNTech par exemple, conservé à -70 degrés. Cela rend plus aisé une vaccination à grande échelle ainsi que dans les maisons de retraites.. Le gouvernement britannique a annoncé mercredi avoir soumis les données complètes du vaccin Oxford/AstraZeneca au régulateur britannique, la MHRA. Selon la presse britannique, cette dernière doit se prononcer dans les tous prochains jours en vue d’injection à partir du 4 janvier.

 

Vaccin Pfizer-BioNTech : autorisé en France

Vaccin Pfizer-BioNTech : autorisé en France

Un premier vaccin autorisé en France mais qui ne sera pas forcément le plus utilisé compte tenu de certains effets néfastes notamment vis-à-vis des personnes allergiques.

« L’utilisation du vaccin chez les personnes présentant des antécédents d’allergies graves de type anaphylactique, compte-tenu des cas rapportés en Grande-Bretagne et en attente de données complémentaires, n’est pas recommandée. »

 

La Haute Autorité décourage encore ceux qui auraient dans l’idée de doubler leur vaccin avec d’autres inoculations: « En l’absence de données disponibles à ce jour, la co-administration du vaccin BNT162b2 avec d’autres vaccins n’est pas recommandée ». “Le vaccin BNT162b2 peut être utilisé chez les personnes de 16 ans et plus et y compris les plus âgées du fait de son efficacité et de son profil de tolérance satisfaisant”, estime la HAS dans un avis sur la stratégie de vaccination. Mais “Cet avis sera revu en fonction de l’évolution des connaissances, notamment au regard des résultats complets des essais de phase 3”, précise la HAS. Une précaution oratoire sans doute utile !

Vaccins : des prix de 1,78 et 14,70 euros par vaccin !

 

Vaccins : des prix de 1,78 et 14,70 euros par vaccin !

Le prix des vaccins varie de 1,78 euro pour le vaccin du groupe suédo-britannique AstraZeneca, à 14,70 euros pour celui de l’américain Moderna. Une information qui devait rester secrète mais qui a été divulgué maladroitement par Eva de Bleeker, la secrétaire d’Etat belge au Budget « Je voulais être transparente, peut-être un peu trop transparente », a déclaré la gaffeuse en admettant sa bourde devant les députés belges. Mais cela « ne met en rien en péril » les livraisons des vaccins à la Belgique, a-t-elle assuré.

La communication de ce tableau censé rester confidentiel a eu lieu lors d’un débat budgétaire intense, alors que Mme De Bleeker se voyait reprocher par des députés de l’opposition le manque des moyens dégagés par l’Etat belge pour l’achat de vaccins.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol