Archive pour le Tag 'vacances'

35 millions d’Européens seulement sans vacances ?

35 millions d’Européens seulement sans  vacances ?

D’après une étude de la confédération européenne des syndicats, seulement 35 millions d’Européens seraient privés de vacances faute de moyens financiers suffisants. Un curieux résultat en vérité car rien qu’en France 60 % depuis des années et des années ne partent pas en vacances pour cette raison. Rien qu’en France, il y a déjà environ 35 millions de personnes  qui ne partent pas en vacances. On peut s’interroger sur la pertinence de cette étude dans la mesure où c’est sans doute au bas mot 250 millions d’Européens qui ne peuvent partir en vacances.

 

Manifs anti passe : 200.000 manifestants en dépit des vacances

Manifs anti passe : 200.000 manifestants en dépit des vacances

Officiellement les pouvoirs publics tentent de minimiser l’importance des manifestations anti passe. Le problème c’est qu’à la surprise de beaucoup,  la participation se maintient et même se développe. La question qui se pose est de savoir si cette participation va encore se prolonger tout le mois d’août à fin de permettre une amplification qui politiquement sera difficile à gérer en septembre. Certes ces protestations agrègent des mécontentements de différentes natures même si le dénominateur commun est l’opposition au passe sanitaire. À la rentrée, pourraient s’y ajouter d’autres motifs d’opposition au pouvoir comme par exemple la vague de hausses fiscales dans le cadre de la stratégie climat.

204.090 personnes (selon les chiffres du ministère de l’Intérieur) ont défilé samedi dans 186 villes de France pour protester, dans une ambiance souvent virulente, contre l’extension du passe sanitaire. Ils étaient plus nombreux que les 161.000 opposants rassemblés le samedi précédent, et que les 110.000 réunis une semaine plus tôt.

En province, on a aussi constaté une amplification des manifestations : 5.500 à Bordeaux, plus de 1.200 à Lyon, 3.200 à Strasbourg, plus de 2.000 à Lille, un peu moins de 4.000 à Nantes… Dans le Sud-Est, pas moins de 38 000 personnes se sont jointes aux différentes marches. À Montpellier, la manifestation a réuni 10.000 personnes, un chiffre bien plus élevé que la semaine passée.

Avec l’extension du passe sanitaire aux cafés et trains prévue le 9 août, la contestation pourrait se renforcer  de nouveaux manifestants.

COVID-19: LE TAUX D’INCIDENCE EXPLOSE DANS LES GRANDS LIEUX DE VACANCES

COVID-19: LE TAUX D’INCIDENCE EXPLOSE DANS LES GRANDS LIEUX  DE VACANCES

Le taux moyen d’incidence (taux de contamination par rapport à la population) était récemment de  85 pour l’ensemble de la population. Mais il pouvait exploser par exemple à la Martinique 574 cas pour 100.000 habitants. À La Réunion, la situation épidémiologique est également préoccupante, avec une incidence à 177. Les Pyrénées-Orientales affichent ainsi un taux d’incidence de 345 (5,1% taux de positivité), avec 205 cas positifs quotidiens entre le 9 et 15 juillet.

Dans le sud, sur la Côte d’Azur et le pays basque, lieux hautement prisés des touristes pendant les congés estivaux, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 explose également.

Dans l’Hérault, l’incidence a dépassé ce lundi la barre des 200, et se situe désormais à 201,4, Même chose en Haute-Corse, qui n’est pas épargnée par cette flambée avec désormais 266 cas pour 100.000 habitants.

De nombreux autres départements ont dépassé la barre des 100, comme les Alpes-Maritimes (163), la Haute-Garonne (144), les Bouches-du-Rhône (135), l’Aude (131), l’Ariège (129), la Gironde (112), les Pyrénées-Atlantique (101).

En Île-de-France, l’une des régions les plus touristiques du pays, tous les départements dépassent largement le seuil d’alerte, Paris étant en tête avec 127 cas pour 100.000 habitants.

Vacances d’été : déjà remises en cause

Vacances d’été : déjà remises en cause

Le ministre Clément Beaune prépare déjà le terrain en annonçant qu’il n’est pas du tout certain que les vacances d’été se déroulent normalement. Pourtant le gouvernement avait bien indiqué que les mesures restrictives seraient limitées à quatre semaines, qu’elles devaient donc se terminer avant fin mai.

La vérité sans doute ce qu’elles seront prolongées au moins d’un mois en juin puis a nouveau déclarées encore nécessaires au cours de l’été. Par exemple, le ministre a indiqué que les déplacements à l’étranger pourraient être strictement limités

Ce qu’a déclaré dimanche le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune.

« Moi, aujourd’hui, je ne sais pas vous dire à partir de quand on pourra reprendre des voyages en Europe », a expliqué Clément Beaune sur RTL et LCI. « J’espère qu’on pourra le faire cet été. »

 

Clément Beaune a souligné qu’un éventuel assouplissement de ces mesures devait être coordonné à l’échelle européenne. « On est le premier pays touristique au monde, il faut qu’on puisse, le moment venu, ré-accueillir des gens mais on ne le fera pas si ça met en risque notre situation sanitaire », a-t-il dit. « On fait tout pour que les déplacements d’abord entre régions françaises, puis en Europe j’espère avant l’été, et puis plus largement au cours de l’été puissent reprendre, mais je ne peux pas vous donner aujourd’hui un calendrier précis ».

Vacances scolaires : une durée d’un mois ?

Vacances scolaires : une durée d’un mois ?

 

Parmi les différentes hypothèses qui vont alimenter le plan de reconfinement qui sera rapidement maintenant décidé par les pouvoirs publics figure en particulier la délicate question l’école. Il paraît en effet peu probable qu’on procède à des mesures plus riches fictives pour des secteurs d’activité économique déjà plombés par les limitations d’ouverture et de mobilité.

 

Du coup, il reste la sphère privée pourrait être un peu plus contrainte encore qu’on voit mal pourrait militer en matière de mobilité puisque le couvre-feu interdit déjà de se déplacer après 18 heures. Mais il serait peut-être possible de prendre des mesures plus draconiennes pour les week-ends. La grande question est celle de l’ouverture ou non des établissements d’enseignement.

 

Or si on maintient l’enseignement primaire ouvert ses sans doute pour des questions pédagogiques et d’intérêts scolaires mais tout autant et peut-être davantage pour des questions économiques afin que les parents puissent continuer de travailler. Compte tenu certitudes sur la crise sanitaire qui risque de s’emballer, les pouvoirs publics pourraient être tentés de faire quelque sorte une expérience de fermeture des établissements scolaires en prolongeant les vacances d’hiver jusqu’à un mois.

« Avoir un enfant scolarisé augmente votre risque d’être contaminé, s’il est en lycée ou collège », rappelait le professeur Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, la semaine dernière sur France Inter. Il citait l’exemple de l’Irlande, qui avait gardé les écoles ouvertes et a dû les refermer au moment de l’arrivée du variant anglais.

La chercheuse Vittoria Colizza, directrice d’un laboratoire spécialisé dans la modélisation des épidémies à l’Inserm, affirme aussi, au « Monde », que l’ouverture des collèges et des lycées « a un effet significatif sur la circulation du virus et sur le nombre d’hospitalisations ».

Vacances : 87% des Français iront en France

Vacances : 87% des Français iront en France

. Selon une enquête* réalisée par BVA pour Les entreprises du voyage (qui fédère les entreprises du secteur), 59% des Français interrogés comptent voyager cet été, contre 55% en 2019. Parmi eux, 87% projettent un séjour dans l’Hexagone, alors qu’ils étaient environ deux tiers les années précédentes.

« La période particulière vécue actuellement par les Français ne semble pas freiner fortement les intentions de départ en vacances pour cet été, la période estivale étant sûrement vue comme la possibilité de se ressourcer après la phase de confinement », estiment Les entreprises du voyage, mais « le contexte conduit à un recentrage du choix des destinations au sein de l’Hexagone ».

Les intentions de départ sont néanmoins plus prononcées chez certaines catégories de le population. Par exemple, les deux tiers des Franciliens (67%) prévoient effectivement de mettre les voiles ainsi que 74% des 18-24 ans, 66% des familles et 71% des catégories socio-professionnelles plus élevées.

Vacances d’été : vers la suppression? (Djebbari)

Vacances d’été : vers la suppression? (Djebbari)

 

Le gouvernement n’ose encore pas dire que la crise économique provoquée par le confinement pourrait aboutir à la quasi suppression des congés d’été. En effet, si le confinement devait durer jusqu’en mai, l’activité pourrait avoir un effet de réduction de l’ordre de 15 % du PIB annuel. Du coup, on voit mal comment le pays pourrait se payer des vacances après avoir été  mis en grande partie au chômage partiel. Aujourd’hui un quart de la population est en chômage partiel et l’économie est paralysée à hauteur de 50 %.

Du coup, il y aura nécessairement un effet de rattrapage lorsque le des confinements sera autorisé. Un des confinements précisément qui pourraient intervenir de manière significative qu’à partir de l’été. Déjà des accords d’entreprise prévoient de convertir des jours de chômage partiel congés. « Trop tôt pour se projeter dans les vacances d’été. Il faut attendre avant de réserver ». C’est ce qu’a indiqué ce mardi sur France Info le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari en conseillant aux Français d’ »attendre » avant de réserver pour les vacances d’été, la situation liée à l’épidémie de Covid-19 étant « encore trop incertaine ».

« Il y aura un après-coronavirus. Mais pour l’instant (…) je conseille aux Français la plus grande prudence sur la préparation de leurs voyages car la situation aujourd’hui est encore trop incertaine », a indiqué Jean-Baptiste Djebbari sur Franceinfo. « Je leur dis d’attendre. »

« Bien malin celui qui sait décrire demain l’offre de transport et qui sait décrire exactement le moment où nous allons commencer à déconfiner », a-t-il expliqué, alors que le trafic ferroviaire et aérien est pour l’instant très fortement réduit.

« Nous travaillons, notamment au ministère des Transports, sur différents scénarios pour préparer la reprise de l’activité » à la fin du confinement de la population, a-t-il dit.

Mais « je rappelle que la priorité absolue du moment c’est l’effort collectif que nous faisons de rester chez nous pour empêcher la propagation de ce virus », a insisté Jean-Baptiste Djebbari.

Notons aussi que le besoin de mobilité sera affecté par la crainte persistance du virus ou le maintien de certaines restrictions aux voyages dans certains pays, mais aussi par la baisse du pouvoir d’achat liée au chômage partiel et aux licenciements et, d’une manière générale, au sentiment d’insécurité économique dans un monde en récession.

Élisabeth Borne, la ministre en vacances qui gère la crise sociale depuis Marrakech !

Élisabeth Borne, la ministre en vacances  qui gère la crise sociale depuis Marrakech !

Le Parisien a révélé qu’ Élisabeth borne qui multiplie les mises en garde par rapport à la situation sociale était en  fait en vacances à Marrakech. Une erreur de communication disent ceux  qui veulent l’excuser. sans doute plutôt une grave erreur politique car cela témoigne à l’évidence que certains membres du gouvernement entretiennent des relations assez ésotériques avec les réalités sociales et économiques.. En effet, Élisabeth Borne n’est pas la seule à avoir déserté son bureau ministériel. Comme si on voulait afficher officiellement la stratégie du gouvernement qui a choisi le pourrissement pour  gérer le conflit en cours. Une stratégie à risque car sur les actions  en cours pourraient se greffer d’autres motifs de mécontentement et d’autres actions de protestation. On notera également le grand silence d’Édouard Philippe pendant la trêve des fêtes, la gestion gouvernementale était en grève. Une curieuse conception de la gestion de l’intérêt général. Finement pourtant Matignon avait souhaité que les ministres les plus concernés par la crise actuelle ne s’éloignent pas.

Avant Noël, Matignon avait donné pour consigne aux ministres de rester « joignables » et de « pourvoir se rendre disponible rapidement selon leur portefeuille » : « De fait, les ministres les plus concernés par les retraites et la grève sont sur le pont pour des questions évidentes de suivi et de gestion », expliquait-on du côté du Premier ministre. Le cabinet d’Élisabeth Borne assure que la ministre respecte « ce cadre », « le reste relève de la vie privée ». Élisabeth Borne a ainsi « décalé son départ et raccourci son séjour pour être à Paris ce week-end et suivre le week-end de grands départs et les intempéries », précise son cabinet à BFMTV. « Elle était dimanche d’ailleurs en salle de crise chez Enedis ».

« Il n’y a pas de règle kilométrique ou d’interdiction de sortie du territoire pour les ministres », poursuit le cabinet d’Élisabeth Borne, qui insiste sur le fait que la ministre est « totalement joignable et mobilisable » et « peut être de retour à Paris en quelques heures ». Alors que les Français peinent à rejoindre leurs familles pour les fêtes de fin d’année, faute de trains disponibles, les vacances de la ministre au Maroc passent mal. « C’est un peu choquant », a notamment réagi Claude Goasguen, député Les Républicains de la 14e circonscription de Paris le 25 décembre sur France Info.  »J’avais cru comprendre qu’il (Emmanuel Macron, NDLR) avait demandé à ses ministres de rester tout près, c’est vrai que Marrakech n’est pas si loin en avion mais franchement c’est un peu choquant de voir un ministre important du gouvernement qui va prendre des petites vacances dorées à Marrakech » a ajouté Claude Goasguen sur France Info.

Le secrétaire fédéral du syndicat Sud Rail, Eric Meyer, a de son côté dénoncé sur France Info une « stratégie du pourrissement » des négociations. »Si aujourd’hui on était face à un gouvernement qui voulait sortir du conflit, tous les jours on serait en négociations, on serait face au secrétaire d’État des transports, face à la ministre de l’Écologie, mais on voit bien qu’aujourd’hui, consigne a été donnée de couper court à toute discussion, de renvoyer ça mi-janvier », a ainsi déclaré le secrétaire de Sud Rail.

Grands médias : L’information en vacances pendant deux mois !

Grands médias : L’information en vacances pendant deux mois !

 

Comme d’habitude, l’information des grands médias est en vacances pendant environ deux mois. Cela vaut pour la presse écrite, les sites Internet ou encore la télé. Pour s’en persuader, il suffit de lire les sommaires à peu près tous identiques pour la simple raison que la ligne éditoriale se compose essentiellement des principales pages des agences de presse. Peu d’analyses, pas de travail d’investigation et surtout la place centrale aux faits divers. Certains grands sites ne changent même pas une ligne pendant les week-ends. On comprend évidemment que les grands médias vivent une grave crise économique. L’enjeu c’est la baisse du lectorat avec la rentabilité qui s’écroule. Du coup,  la qualité de l ‘information se réduit mais c’est un cercle vicieux qui fait encore diminuer l’audience. Dans la grande presse écrite ou à la télévision,  pour remplacer les vedettes en vacances pendant deux mois, on a recours aux deuxièmes ou troisièmes couteaux. Il est clair que ces intervenants ne veulent pas trop se mouiller pour ne pas fragiliser un peu plus leur fragile position dans les rédactions. Du coup, encore davantage que l’habitude,  par exemple dans les télés, on assiste à de véritables discussions de bistrot, pas celle du café de Flore mais celle du troquet du quartier d’autant plus que les intervenants habituels sont également en congé. Même médiocrité pour les articles de la presse écrite, les sites Internet. La France à cette particularité de s’arrêter presque totalement au mois d’août sur le plan économique et d’être au ralenti en juillet. Une différence de taille avec la plupart des autres pays où les congés sont distribués sur six mois voire sur l’année. C’est tellement vrai que nombre d’entreprises sont complètement fermées en août, cela en plus en raison de la fermeture aussi de réseaux de transport de fret. Une situation qui sans doute coûteux de l’ordre de 0,3 à 0,5 % du PIB car on ne rattrape pas certaines absences de production pendant l’été.

 

Grands médias: L’information en vacances pendant deux mois

 

Grands médias: L’information  en vacances pendant deux mois  

 

Comme d’habitude, l’information des grands médias est en vacances pendant environ deux mois. Cela vaut pour la presse écrite, les sites Internet ou encore la télé. Pour s’en persuader, il suffit de lire les sommaires à peu près tous identiques pour la simple raison que la ligne éditoriale se compose essentiellement des principales pages des agences de presse. Peu d’analyses, pas de travail d’investigation et surtout la place centrale aux faits divers. Certains grands sites ne changent même pas une ligne pendant les week-ends. On comprend évidemment que les grands médias vivent une grave crise économique. L’enjeu c’est la baisse du lectorat avec la rentabilité qui s’écroule. Du coup,  la qualité de l ‘information se réduit mais c’est un cercle vicieux qui fait encore diminuer l’audience. Dans la grande presse écrite ou à la télévision,  pour remplacer les vedettes en vacances pendant deux mois, on a recours aux deuxièmes ou troisièmes couteaux. Il est clair que ces intervenants ne veulent pas trop se mouiller pour ne pas fragiliser un peu plus leur fragile position dans les rédactions. Du coup, encore davantage que l’habitude par exemple dans les télés on assiste à de véritables discussions de bistrot, pas celle du café de Flore mais celle du troquet du quartier d’autant plus que les intervenants habituels sont également en congé. Même médiocrité pour les articles de la presse écrite, les sites Internet. La France à cette particularité de s’arrêter presque totalement au mois d’août sur le plan économique et d’être au ralenti en juillet. Une différence de taille avec la plupart des autres pays où les congés distribués sur six mois voire sur l’année. C’est tellement vrai que nombre d’entreprises sont complètement fermés en août, cela en plus en raison de la fermeture aussi de réseaux de transport. Une situation qui sans doute coûteux de l’ordre de 0,3 à 0,5 % du PIB car on ne rattrape pas certaines absences de production pendant l’été.

L’info des grands médias en vacances pendant deux mois

L’info des  grands médias en vacances pendant deux mois  

 

Comme d’habitude, l’information des grands médias est en vacances pendant environ deux mois. Cela vaut pour la presse écrite, les sites Internet ou encore la télé. Pour s’en persuader, il suffit de lire les sommaires à peu près tous identiques pour la simple raison que la ligne éditoriale se compose essentiellement des principales pages des agences de presse. Peu d’analyses, pas de travail d’investigation et surtout la place centrale aux faits divers. Certains grands sites ne changent même pas une ligne pendant les week-ends. On comprend évidemment que les grands médias vivent une grave crise économique. L’enjeu c’est la baisse du lectorat avec la rentabilité qui s’écroule. Du coup,  la qualité de l ‘information se réduit mais c’est un cercle vicieux qui fait encore diminuer l’audience. Dans la grande presse écrite ou à la télévision,  pour remplacer les vedettes en vacances pendant deux mois, on a recours aux deuxièmes ou troisièmes couteaux. Il est clair que ces intervenants ne veulent pas trop se mouiller pour ne pas fragiliser un peu plus leur fragile position dans les rédactions. Du coup, encore davantage que l’habitude par exemple dans les télés on assiste à de véritables discussions de bistrot, pas celle du café de Flore mais celle du troquet du quartier d’autant plus que les intervenants habituels sont également en congé. Même médiocrité pour les articles de la presse écrite, les sites Internet. La France à cette particularité de s’arrêter presque totalement au mois d’août sur le plan économique et d’être au ralenti en juillet. Une différence de taille avec la plupart des autres pays où les congés distribués sur six mois voire sur l’année. C’est tellement vrai que nombre d’entreprises sont complètement fermés en août, cela en plus en raison de la fermeture aussi de réseaux de transport. Une situation qui sans doute coûteux de l’ordre de 0,3 à 0,5 % du PIB car on ne rattrape pas certaines absences de production pendant l’été.

Vacances : 40 % ne partent pas

Vacances : 40 % ne partent pas

Environ  »40% de la population ne part pas en vacances chaque année. Ce n’est pas négligeable. C’est un phénomène qu’on observe depuis une quarantaine d’années, «  indique le Credoc. Le taux est nettement plus élevé dans les couches défavorisées. Ces dernières années, on a une diminution du taux de départs en vacances. Aujourd’hui, on est à 55% des Français qui partent en vacances, probablement en liaison avec les évolutions du marché du travail, et notamment des formes de travail qui sont plus souples, qui laissent moins de visibilité pour choisir ses dates, pour savoir si on va vraiment pouvoir partir, avec le développement des plateformes en ligne ou du travail ubérisé », poursuit-elle. :  »70% des voyages se font en France métropolitaine, avec quand même une augmentation des voyages à l’étranger, mais qui ne concernent qu’une partie de la population, celle qui part souvent et qui part loin. 60% des vacances se font dans de l’hébergement non-marchand, même si ces dernières années, on a quand même une progression des modes d’hébergement marchand, comme les hôtels, le camping, la location ». Dans 7 cas sur 10, on prend la voiture. Et on part beaucoup chez de la famille ou des amis. Sandra Hoibianà franceinfo

Les grands médias : en vacances du vendredi au lundi !

Les grands médias : en vacances du vendredi au lundi !

 Ceux qui suivent régulièrement les grands médias constatent que les contenus s’appauvrissent de plus en plus du vendredi au lundi. Certains médias conservent même les mêmes une. Un effet sans doute de la réduction du temps de travail qui s’applique aux salariés y compris aux journalistes. On pourrait penser que cette lacune est comblée par les sites de leurs  médias sur Internet. Or les sites sont souvent des copier coller du support écrit, des sortes de versions allégées concernant les textes mais encombrés de photos et de vidéos qui meublent les vides. Les médias ne sont que le reflet de la société. Les grandes émissions, les grands enquêtes,  les grands éditos s’arrêtent le vendredi à midi et ne reprennent que le lundi. Plutôt bizarre dans la mesure où on peut supposer que la demande est plus forte lors des week-ends et  que les lecteurs sont davantage disponibles. Pour donner l’impression que les une change,  on reprend la maquette du vendredi en y ajoutant quelques dépêches d’agence relatives notamment au sport. Pas étonnant dans ces conditions que les grands médias et des difficultés à trouver leur équilibre économique. Certes ce n’est pas la seule raison, il y a surtout la concurrence de centaines et de milliers de sites qui apportent une autre information plus indépendante, plus approfondie,  même s’il faut parfois chercher dans cette vaste auberge espagnole que constitue Internet. Notons enfin que pendant les périodes de vacances d’été la plupart des grandes émissions télé et des grandes rubriques de la presse écrite disparaissent pendant au moins deux mois. Là encore,  la preuve que la valeur travail a été bien affectée y compris chez ceux dont la mission est d’éclairer la société

« Les vacances de monsieur Hulot »

« Les vacances de monsieur Hulot »

 Ce n’est pas un remake célèbre film de Jacques Tati mais un titre qui résume les  vraies vacances de Nicolas Hulot qui d’un coup se rappelle  à l’opinion publique. Non pas tellement à partit de ses propres décisions  mais sur celle de la justice américaine, qui elle, a condamné le RoundUp de Monsanto. Nicolas Hulot n’a pas pour autant interrompu ses vacances mais comme tout homme politique, il a utilisé les tweets pour montrer qu’il existait. Et de déclarer que la France doit agir com

me les États-Unis pour condamner le désherbant de Monsanto. Dommage que Hulot est dû avaler la couleuvre du gouvernement qui n’est pas très clair sur le sujet. En même temps Nicolas Hulot déclare la guerre générale à tous les pesticides. Une guerre qu’il fera sans doute seul car jusqu’à leur le gouvernement n’a guère pris de décision significative sur le sujet qui met pourtant en cause la santé des consommateurs mais aussi des agriculteurs. Dernier motif de guerre pour Hulot : la bataille des plastiques. Non pas tellement supprimer les plastiques inutiles dangereux pour la santé et l’environnement mais pour en faciliter le recyclage. Or la vraie bataille serait de supprimer au moins la moitié des plastiques destinés en particulier aux emballages et non de les recycler. Bref Nicolas Hulot fait sa révolution à coup de tweets pendant que le président de la république lui passe des vacances au fort de Brégançon. Dernière preuve de l’im puissance du ministre de l’environnement cet appel à l’union sacrée de tous les acteurs, citoyens compris, pour se mobiliser contre la hausse du climat. Une mobilisation bien dérisoire quand on sait que concrètement la France affiche des taux de pollution supérieure à ceux de la moyenne européenne. Bref une révolution bien virtuelle de la part de Nicolas Hulot qui a au moins le mérite de montrer qu’il existe

 

Les grands médias en vacances pour 2 mois au moins

Les grands médias en vacances pour 2 mois au moins

 

C’est une tradition en France la vie économique, sociale et sociétale est un demi-sommeil en juillet et août Les grands médias n’échappent pas à cette tradition. Dès fin juin la grille d’information est notoirement allégée et cela jusqu’en début septembre. Ceci vaut pour la presse écrite, la télévision, la radio et même les grands sites sur Internet. L’information se réduit comme peau de chagrin et se résume le plus souvent encore davantage que d’habitude à une synthèse  des dépêches d’agence sans autre analyse ou commentaires. Quelques exceptions toutefois mais bien rares. C’est souvent aussi l’occasion pour les gouvernements pour faire passer en douce certaines orientations peu populaires concernant notamment la fiscalité ou les réductions budgétaires. Exemple cette année le débat assez sournois sur les conditions de financement de la suppression de la taxe d’habitation. On laisse en effet entendre que le manque à gagner fiscal des communes serait financé par une taxe par l’impôt foncier augmentée des départements. Ces derniers recevant en compensation une part d’impôt national non chiffré essentiellement financé par l’impôt l’emprunt. Il faut faire  avaler aux collectivités locales la perte d’une partie de leurs ressources, en même temps déroger aux principes sacrés de l’équilibre budgétaire. Dans le même ordre d’idées se diffuse l’idée gouvernementale de réduire une partie de la protection sociale et de la privatiser via les mutuelles et autres sociétés d’assurances. Pourtant les éléments d’information ne manquent pas car la donne économique va certainement évoluer de manière moins favorable du fait du tassement déjà constaté de la croissance internationale, des les incertitudes quant au début de guerre commerciale conduite par les États-Unis ou encore par les menaces conflictuelles qui risquent de découler des relations entre l’Iran et les États-Unis. De ce point de vue,  l’été pourrait constituer un tournant dans l’évolution géo politique et même remettre en cause les politiques budgétaires restrictives. Les événements sportifs comme la coupe du monde de football écrasent ces infos. Cette mise entre parenthèses des grands médias constitue une certaine particularité française comme les grandes vacances d’été d’ailleurs lesquelles sont plus  fractionnées dans la plupart des autres pays.

Grèves SNCF : des conséquences pour les vacances et le tourisme

Grèves SNCF : des conséquences pour les vacances et le  tourisme

Alors que les vacances commencent vendredi soir pour les académies de Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, et Poitiers, la grève à la SCNF doit reprendre samedi soir. D’ importantes perturbations sont donc à prévoir dimanche, mais également dans la journée de samedi où un important afflux de voyageurs est à prévoir.  Les vacanciers de la zone C, des académies de Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, et Versailles seront les plus impactés. Les vacances s’y étendent du samedi 14 au dimanche 29 avril, or les jours de départs, les 13 et 14, sont des jours de grève, tout comme les samedis et dimanche de retour, les 28 et 29 avril. . Si les perturbations à prévoir inquiètent les Français, dont 33% d’interrogés se disent pénalisés par la grève que ce soit pour aller au travail ou pour préparer leur départ en vacances, dans un sondage de Franceinfo, il en va de même pour les professionnels du secteur du tourisme.  « Rien qu’au mois d’avril, nous avons déjà observé un recul de 10% du taux d’occupation de nos établissements », s’alarme dans La Croix Rolland Héguy, président de l’Union des métiers et de l’industrie de l’hôtellerie (UMIH), avant d’évaluer les pertes du secteur hôtelier à 150 millions d’euros rien que pour le mois d’avril. Toujours dans ce quotidien, Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme, évoque quant à lui 500 millions d’euros de manque à gagner » dans la restauration, les transports, et l’hôtellerie, sur les trois mois.

Vacances : 320 € par personne pour les Français

Vacances : 320 € par personne pour les Français

 

Avec 36 jours de repos, dont cinq semaines de congés payés, les congés en France se situent dans le haut de la fourchette, tout comme la Suède. L’Espagne atteint les même niveaux, mais avec davantage de jours fériés (14 sur l’année). La performance de la Grande-Bretagne est en trompe l’œil puisqu’un employeur anglais peut inclure les 8 jours fériés dans les 28 jours de congés.  Si les Européens ont dépensé en moyenne 320,17 euros par personne pour un séjour en 2015, tous n’y consacrent pas le même budget selon leur pays d’origine, rapporte Eurostat. Au sein de l’Union Européenne, les Luxembourgeois sont ceux qui rechignent le moins à la dépense pour partir en voyage puisqu’ils déboursent en moyenne 743,91 euros. Viennent ensuite l’Autriche (609,51 euros) et Malte (593,93 euros). Avec une dépense moyenne de 341,17 euros par séjour, les Français se classent dixièmes, loin derrière les Belges (5e avec 564,86 euros), les Allemands (7e avec 427,59 euros), ou encore les Italiens (8e avec 358,44 euros). Les Lettons sont quant à eux ceux qui consacrent le plus faible budget aux vacances (116,83 euros), derrière les Roumains (116,98 euros) et les Tchèques (125,93 euros).

Dépenses consacrées aux vacances par séjour par personne en 2015 (en euros)

1. Luxembourg: 743,91

2. Autriche: 609,51

3. Malte: 593,93

4. Belgique: 564,86

5. Irlande: 476,68

6. Chypre: 448,14

7. Allemagne: 427,59

8. Italie: 358,44

9. Pays-Bas: 347,32

10. France: 341,17

11. Finlande: 311,57

12. Danemark: 306,69

13. Grèce: 287,35

14. Slovaquie: 266,45

15. Suède: 246,85

16. Croatie: 238,72

17. Espagne: 221,6

18. Slovénie: 212,61

19. Estonie: 203,8

20. Lituanie: 201,1

21. Pologne: 189,83

22. Bulgarie: 160,62

23. Portugal: 156,27

24. Hongrie: 129,8

25. République Tchèque: 125,93

26. Roumanie: 116,98

27. Lettonie: 116,83

Sondage vacances : moins de départs en 2015

Sondage vacances : moins de départs en 2015

Les Français ont été un peu moins nombreux à partir en séjours de loisir l’année passée, à en croire le baromètre annuel Opodo-Raffour, publié ce mardi. Ainsi, le taux de départ global est de 60,1%, contre 61,8% en 2014. Cela représente une perte de 700 000 vacanciers. Une évolution que Guy Raffour, président du cabinet Raffour Interactif, explique par une baisse du budget des Français. Dans le détail, les catégories socio-professionnelles favorisées sont parties à 88%, contre 60% des employés, ouvriers et professions intermédiaires. Quant à la catégorie regroupant les commerçants et agriculteurs, seule la moitié est partie en vacances. La raison? «Cette baisse s’explique essentiellement par des raisons budgétaires», explique Guy Raffour. «Les contrats précaires se sont multipliés, ce qui n’incite pas les Français à partir, car ils ne sont pas sereins». Résultat, le budget moyen consacré par foyer à son principal séjour payant de l’année est ainsi passé de 2014 à 1747 euros, en un an. Soit une baisse de 13%. «En conséquence, 79% de ceux qui sont partis en vacances sont restés en France métropolitaine en 2015», soutient le président du cabinet Raffour Interactif. Malgré un contexte économique défavorable, les Français semblent éprouver un «besoin vital» de partir en vacances, poursuit Guy Raffour. 70% de ceux qui partent prévoient ainsi un budget serré pour y répondre. «Les Français font des efforts pour partir, et font attention à tout, en comparant les différentes offres de transports low-cost et d’hébergement moins onéreux», argue Guy Raffour. Parallèlement, les vacanciers ont également multiplié et alterné les séjours de courte et de longue durée. Les courts séjours marchands, qui représentent une à trois nuits consécutives dans un hébergement payant, ont connu une année record, avec 1,2 million de Français supplémentaires. Au total, près de 20 millions de Français ont donc effectué un séjour de courte durée. En 2015, les Français ont en effet pu bénéficier d’une année particulièrement faste en week-ends prolongés et ponts. Le mois de mai comptait à lui seul quatre jours fériés. Autre avantage, la météo favorable, avec un ensoleillement plus important. Enfin, les cours du pétrole ont fortement baissé. «Tous ces facteurs ont incité les Français à se faire plaisir, et à partir notamment dans les capitales européennes comme Berlin et Lisbonne», conclut Guy Raffour.

L’info en vacances jusqu’au 4 janvier

L’info en vacances jusqu’au 4 janvier

 

Ceux qui s’intéressent à l’information économique, politique, sociétale  ont pu constater que les grands médias s’étaient mis en vacances bien avant Noël et la trêve informative risque de durer jusqu’au 4 janvier. Une habitude bien française.  Pendant l’été,  les médias sont pratiquement en congé pendant deux mois,  s’y ajoutent la période de Noël et celle  de Pâques ;  bref les journalistes font comme la plupart des Français : ils récupèrent ! C’est la culture RTT. Une sorte de phénomène de société auquel l’économie doit bien s’adapter.  Pour parler clair depuis la mise en œuvre des 35 heures, la France se paye environ un mois de congé supplémentaire. Et les journalistes 2 à 3 mois ! On peut vérifier l’ampleur de la catastrophe par exemple en prenant connaissance des grands sites de grands médias dont la Une  d’»actu» comporte des événements datant de 15 jours ou d’un mois. On pourrait imaginer que les Français disposant de davantage de temps libre font émerger une demande d’information supplémentaire. La demande est sans doute là mais  malheureusement l’offre est absente De ce point de vue,  la Une de Libé,  du Nouvel Obs., de la Tribune, des Echos,  du JDD,  de BFM, du Figaro  et autres se ressemblent étrangement. Pendant la trêve des confiseurs et des journalistes,  elle  se compose comme les journaux télévisés des 10 mêmes nouvelles reprises partout. On s’étonne ensuite après que l’économie de l’information notamment de la presse écrite soit mise en péril du fait de la perte d’audience. Encore faudrait-il pour qu’il y ait consommation de l’info qu’une offre de production soit offerte et pas simplement quelques brèves à peine développées,  entrelardées, décorées, assaisonnées de moult pubs. Ah si quand même,  une nouvelle de portée  internationale reprise par de nombreux journaux aussi par plusieurs chaînes d’infos : un curé a surpris en pleine nuit un voleur en train de s’approprier un billet de 20 €. Peut-être cependant un reportage publicitaire sponsorisé par l’industrie du confessionnal (ou s’était dissimulé le prêtre pour surprendre le criminel) !.

Vacances des Français : plus court, moins loin, moins cher

Vacances des Français : plus court, moins loin, moins cher

Conséquence de la crise les Français adaptent leurs vacances. Pour résumer ils font des séjours plus courts choisissent des résidences moins loin et le budget vacances est plus serré :- 4,8 % par rapport à l’an passé, soit désormais 1 979 € par foyer, d’après Protourisme. La progression du nombre de vacanciers et leur choix massif de l’Hexagone s’illustrent par exemple avec les achats de billets de trains effectués par des Français auprès de voyage-sncf.com: Nice, + 11 % ; Aix-en-Provence, + 6 % ; Cannes, + 6 % ; Bordeaux, + 5 % ; Paris, + 4,3 %, etc. Ces chiffres sont corroborés par les données recueillies sous la houlette de MKG Hospitality. Elles concernent la fréquentation hôtelière du mois de juillet: les établissements de la Côte d’Azur affichent un taux d’occupation en progression de + 6 % par rapport à 2014, pendant que ceux du bord de Manche enregistrent + 3,2 %, ceux de l’Atlantique, + 2,1 %, etc.  Les pays du sud de la Méditerranée, où les séjours touristiques étaient nombreux, Égypte, Tunisie et désormais Turquie, victimes des troubles politiques, n’enregistrent pratiquement plus aucune réservation Noter par ailleurs que ces chiffres positifs s’accompagnent d’une hausse significative de la recette (+27,2% sur la Côte d’Azur), il est vrai largement liée à la clientèle étrangère.  Les départs à l’étranger touchent un peu plus de 10 millions de Français cet été. Comme d’habitude, l’Espagne et l’Italie accaparent la très grande majorité des séjours. Mais la Grèce s’impose sur la troisième marche du podium avec la perspective d’accueillir plus de 1,5 million de nos compatriotes dans l’année dont plus de la moitié cet été. Comme s’ils voulaient montrer leur solidarité dans les difficultés que traverse le pays. Les autres grandes destinations touristiques internationales, États-Unis, Canada, Thaïlande, Chine et pays d’Asie du Sud-est enregistrant des résultats plus modestes.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol