Archive pour le Tag 'va'

Page 4 sur 33

L’énergie va plomber l’inflation

L’énergie va plomber l’inflation

La remontée des prix de l’énergie pourrait bien à nouveau plomber l’inflation et inciter les banques centrales à relever encore les taux. Bref la hausse des prix tant de la production que de la consommation va se poursuivre au lieu de se stabiliser comme espéré. Ce vendredi, le prix du baril de Brent évoluait autour de 86 dollars, soit une hausse de plus de 9% en un mois. Même tendance pour le gaz. En cause notamment, des perspectives économiques plus favorables que dans les prévisions précédentes sauf en Chine. Le prix du gaz naturel en Europe s’envolait ce mercredi 9 août jusqu’à un plus haut depuis mi-juin. Le contrat à terme du TTF s’envole autour de 40 euros euros le mégawattheure (MWh), peu après avoir culminé à 43,545 euros le MWh, un plus haut en près de deux mois . Le prix du gaz aura évidemment des conséquences sur les tarifs de l’électricité. Le prix du MWh d’électricité en France sur le marché Spot est aujourd’hui de 88,78 € le MWh . Il y a un mois, le 14/07/2023 , le prix de l’électricité Spot était de 80,69 €.

En cause aussi dans cette augmentation, une demande qui ne faiblit pas autant que prévu car la croissance mondiale semble mieux résister qu’attendu.

L’Arabie saoudite va prolonger d’un mois la réduction de sa production de pétrole d’un million de barils par jour entamée en juillet, ce qui menace logiquement de faire grimper encore plus les prix du pétrole. Cette mesure pourrait encore être « prolongée » au-delà de cette période, voire « prolongée et renforcée », selon le ministère saoudien de l’Energie dans un communiqué. En cause notamment les restrictions de production de l’Arabie Saoudite.

L’Arabie saoudite a annoncé la semaine dernière la prolongation de ses réductions volontaires de production d’un million de barils par jour jusqu’à septembre. La Russie a divulgué dans la foulée une réduction de ses exportations de pétrole de 300.000 barils par jour. Les cours du pétrole profitaient aussi du retour de l’appétit pour le risque des investisseurs et du repli du dollar, après qu’un responsable de la Réserve fédérale américaine a estimé mardi que les taux de l’institution pourraient rester stables lors de la prochaine réunion, en septembre. Les achats de pétrole, libellés en dollar, sont en effet plus attractifs pour les investisseurs utilisant des devises étrangères, la dépréciation du billet vert augmentant leur pouvoir d’achat.

La hausse du prix de l’énergie va plomber l’inflation

La hausse du prix de l’énergie va plomber l’inflation

La remontée des prix de l’énergie pourrait bien à nouveau plomber l’inflation et inciter les banques centrales à relever encore les taux. Bref la hausse des prix tant de la production que de la consommation va se poursuivre au lieu de se stabiliser comme espéré. Ce vendredi, le prix du baril de Brent évoluait autour de 86 dollars, soit une hausse de plus de 9% en un mois. Même tendance pour le gaz. En cause notamment, des perspectives économiques plus favorables que dans les prévisions précédentes sauf en Chine. Le prix du gaz naturel en Europe s’envolait ce mercredi 9 août jusqu’à un plus haut depuis mi-juin. Le contrat à terme du TTF s’envole autour de 40 euros euros le mégawattheure (MWh), peu après avoir culminé à 43,545 euros le MWh, un plus haut en près de deux mois . Le prix du gaz aura évidemment des conséquences sur les tarifs de l’électricité. Le prix du MWh d’électricité en France sur le marché Spot est aujourd’hui de 88,78 € le MWh . Il y a un mois, le 14/07/2023 , le prix de l’électricité Spot était de 80,69 €.

En cause aussi dans cette augmentation, une demande qui ne faiblit pas autant que prévu car la croissance mondiale semble mieux résister qu’attendu.

L’Arabie saoudite va prolonger d’un mois la réduction de sa production de pétrole d’un million de barils par jour entamée en juillet, ce qui menace logiquement de faire grimper encore plus les prix du pétrole. Cette mesure pourrait encore être « prolongée » au-delà de cette période, voire « prolongée et renforcée », selon le ministère saoudien de l’Energie dans un communiqué. En cause notamment les restrictions de production de l’Arabie Saoudite.

L’Arabie saoudite a annoncé la semaine dernière la prolongation de ses réductions volontaires de production d’un million de barils par jour jusqu’à septembre. La Russie a divulgué dans la foulée une réduction de ses exportations de pétrole de 300.000 barils par jour. Les cours du pétrole profitaient aussi du retour de l’appétit pour le risque des investisseurs et du repli du dollar, après qu’un responsable de la Réserve fédérale américaine a estimé mardi que les taux de l’institution pourraient rester stables lors de la prochaine réunion, en septembre. Les achats de pétrole, libellés en dollar, sont en effet plus attractifs pour les investisseurs utilisant des devises étrangères, la dépréciation du billet vert augmentant leur pouvoir d’achat.

Putschs Sahel : une conjoncture qui va favoriser la poussée migratoire

Putschs Sahel : une conjoncture qui va favoriser la poussée migratoire

Les putschs , le réchauffement climatique et l’explosion démographique dans ces pays, risquent de déboucher sur une hausse de l’immigration subsaharienne en Europe, analyse l’ancien secrétaire général du ministère de l’Immigration dans le Figaro.

Patrick Stefanini est l’ancien secrétaire général du ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire de 2008 à 2009. Ancien préfet, il est actuellement conseiller départemental des Yvelines. Dernier ouvrage paru: Immigration. Ces réalités qu’on nous cache (Robert Laffont, 2020)

Patrick STEFANINI considère que l’environnement politique, la situation économique et la sécurité vont inciternombre d’habitants de ces pays à émigrer en particulier vers l’Europe.
C es dictatures en ce repliant sur elle-même vont affecter gravement une conjoncture économique déjà très fragile. Une fois l’enthousiasme des dictatures un peu refroidi, il faudra en effet faire face aux impératifs de gestion économique et sociale.

Nombre d’investisseurs et d’acteurs économiques européens vont quitter ses pays faute de stabilité politique. La conséquence sera une augmentation sensible d’un chômage qui affecte déjà de l’ordre de 30 à 40% de la jeunesse. Des candidats potentiels à une immigration vers l’Europe pour trouver un travail et nourrir la famille. En France, à peu près la moitié des immigrés viennent de l’Afrique.

Combien va durer l’inflation ?

Combien va durer l’inflation ?

« L’inflation dure autant de temps que les causes qui la déclenchent »

par
Michel-Pierre Chelini

Professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Artois

L’historien Michel-Pierre Chelini analyse, dans une tribune au « Monde », les différents types d’inflation qui ont touché les économies contemporaines, et en tire quelques déductions concernant l’inflation actuelle

L’inflation est réapparue à l’échelle mondiale depuis l’automne 2021 et s’est stabilisée, en 2023, autour de 7 %. Va-t-elle refluer jusqu’à disparaître, ou bien le coût de la transition écologique et énergétique va-t-il la maintenir à un niveau élevé ?

Revenir à un taux d’inflation de 0 % ne serait pas souhaitable, car ce sont alors la déflation et la récession qui menacent ; il convient donc de viser plutôt un taux de 2 % à 3 %. Or un des outils performants pour juguler l’inflation est de relever les taux d’intérêt, c’est-à-dire le prix de l’argent prêté, afin de freiner le recours des entreprises, des ménages et des Etats au crédit.

Comme l’économie emprunte en dernier recours aux banques centrales, ce sont les taux d’intérêt directeurs de ces banques qui doivent cibler le taux d’inflation souhaitable.
Cette cible est de 2 % en Europe et aux Etats-Unis, et de 3 % en Inde et en Chine, aux économies plus axées sur la croissance.

La relation entre inflation et croissance, entendue comme la combinaison entre amélioration de productivité de la force de travail, augmentation du capital et poussée de l’innovation, s’apparente à la relation entre la vitesse et le risque d’accident pour un conducteur de véhicule : à petite vitesse, le conducteur risque de somnoler ; à vitesse soutenue, il est plus attentif ; à grande vitesse, il court de grands risques.

Peu d’inflation tend à ralentir la croissance, car, si les prix ou les salaires n’augmentent pas, les entreprises sont peu motivées à innover et les salariés à travailler. Avec entre 2 % et 5 % d’inflation, ils sont incités à maintenir une activité soutenue, facteur de croissance stable. Mais, au-delà de 10 % à 20 %, la paix sociale et donc la croissance sont déstabilisées. Conclusion : la bonne inflation n’est pas l’absence d’inflation, mais son maintien autour de 2 % à 4 %.

Prix de l’Électricité: la hausse va se poursuivre

Prix de l’Électricité: la hausse va se poursuivre

Une nouvelle augmentation des prix de l’électricité de 10 % au 1er août, des hausses qui s’additionnent et les prix auront donc augmenté de 25 % sur un an. En cause les prix qui flambent au plan international et la situation financière particulièrement grave d’EDF.

20 millions de foyers français sont concernés par la hausse de 10 % du tarif réglementé de l’électricité au 1er août. VOISIN/Phanie via AFP
DÉCRYPTAGE – Ils ont bondi de 25 % depuis janvier. Le gouvernement prépare l’abandon du bouclier tarifaire fin 2024. Pas sûr que les prix de marché baissent assez d’ici là.

EDF a pourtant enregistre 5,8 milliards d’euros de bénéfices au premier semestre mais il faut tenir compte de son énorme déficit de 65 milliards et de ses besoins de financement à hauteur de 150 milliards (25 milliards par an) notamment pour prolonger la vie du parc existant, financer les nouvelles centrales. En clair les tarifs EDF ne sont pas près de diminuer et on prévoit au moins un doublement de leur niveau en quelques années.

En 2022, l’énergéticien avait accusé une perte record de 5,3 milliards d’euros au premier semestre, et totalisait 17,9 milliards d’euros de perte à la fin de l’année, avec une dette de 64,5 milliards d’euros. La crise énergétique liée à la guerre en Ukraine, le bouclier tarifaire imposé par l’Etat et les problèmes de corrosion sur certains réacteurs qui avaient limité la disponibilité du parc nucléaire font partie des facteurs qui expliquaient cette débâcle.. Sa dette, à hauteur de 64,5 milliards d’euros fin 2022, a encore légèrement augmenté, pour atteindre les 64,8 milliards.
Dans ce contexte, la question du prix de l’énergie est au cœur de toutes les préoccupations. Après 2025, la régulation actuelle, l’Arenh, va disparaître alors qu’elle assure des quotas d’électricité nucléaire à prix cassés (42 euros le MWh). Pressés par les industriels et les autres fournisseurs d’énergie, l’Etat et EDF sont toujours en discussion pour s’accorder sur un remplacement.

Bras de fer d’autant plus tendu que l’Etat est redevenu en juin 2023 le seul actionnaire de l’énergéticien, et que Luc Rémont le patron de l’entreprise , a récemment assuré que les investissements d’EDF devraient passer à 25 milliards d’euros par an pour relever les nombreux défis qui l’attendent. Selon lui, « pour soutenir cet effort, il faut être capable de dégager des revenus du même ordre de grandeur ». Le PDG aimerait qu’EDF puisse fixer plus librement ses prix, mais n’est pas contre un plafond.

La facture va être douloureuse pour les Français. Ce mardi 1er août, les prix des tarifs réglementés d’électricité (TRVE), qui concernent plus de 20 millions de foyers, augmentent de 10 %. Ce n’est pas la première hausse de l’année: ils avaient déjà grimpé de 15 % le 1er février. L’inflation est donc désormais de 25 % sur un an. Pour un ménage utilisant l’électricité pour se chauffer, l’impact est loin d’être négligeable. La facture moyenne avant les hausses atteignait 1600 euros annuels. Ces deux augmentations représentent un surcoût de 400 euros en base annuelle.

Ces évolutions sont la concrétisation tardive de la crise énergétique qui secoue l’Europe depuis début 2022. Le gouvernement avait fait le choix d’en protéger très largement les Français. Mais désoramis il faut concilier les intérêts des Français et ceux d’EDF.

Combien de temps va durer l’inflation ?

Combien de temps va durer l’inflation ?

« L’inflation dure autant de temps que les causes qui la déclenchent »

par
Michel-Pierre Chelini

Professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Artois

L’historien Michel-Pierre Chelini analyse, dans une tribune au « Monde », les différents types d’inflation qui ont touché les économies contemporaines, et en tire quelques déductions concernant l’inflation actuelle

L’inflation est réapparue à l’échelle mondiale depuis l’automne 2021 et s’est stabilisée, en 2023, autour de 7 %. Va-t-elle refluer jusqu’à disparaître, ou bien le coût de la transition écologique et énergétique va-t-il la maintenir à un niveau élevé ?

Revenir à un taux d’inflation de 0 % ne serait pas souhaitable, car ce sont alors la déflation et la récession qui menacent ; il convient donc de viser plutôt un taux de 2 % à 3 %. Or un des outils performants pour juguler l’inflation est de relever les taux d’intérêt, c’est-à-dire le prix de l’argent prêté, afin de freiner le recours des entreprises, des ménages et des Etats au crédit.

Comme l’économie emprunte en dernier recours aux banques centrales, ce sont les taux d’intérêt directeurs de ces banques qui doivent cibler le taux d’inflation souhaitable.
Cette cible est de 2 % en Europe et aux Etats-Unis, et de 3 % en Inde et en Chine, aux économies plus axées sur la croissance.

La relation entre inflation et croissance, entendue comme la combinaison entre amélioration de productivité de la force de travail, augmentation du capital et poussée de l’innovation, s’apparente à la relation entre la vitesse et le risque d’accident pour un conducteur de véhicule : à petite vitesse, le conducteur risque de somnoler ; à vitesse soutenue, il est plus attentif ; à grande vitesse, il court de grands risques.

Peu d’inflation tend à ralentir la croissance, car, si les prix ou les salaires n’augmentent pas, les entreprises sont peu motivées à innover et les salariés à travailler. Avec entre 2 % et 5 % d’inflation, ils sont incités à maintenir une activité soutenue, facteur de croissance stable. Mais, au-delà de 10 % à 20 %, la paix sociale et donc la croissance sont déstabilisées. Conclusion : la bonne inflation n’est pas l’absence d’inflation, mais son maintien autour de 2 % à 4 %.

Hôpital public »: la crise va s’amplifier selon le porte-parole des urgentistes de France

Hôpital public »: la crise va s’amplifier selon le porte-parole des urgentistes de France

« On risque d’avoir une accélération de la politique de destruction de l’hôpital public », avec la nomination annoncée d’Aurélien Rousseau au ministère de la Santé, indique ce jeudi sur franceinfo, Christophe Prudhomme urgentiste et porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF). « Nous sommes très inquiets de la nomination d’Aurélien Rousseau qui lors de son passage à l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France n’a rien fait pour développer le secteur public ».


franceinfo : Quelle est votre réaction à l’arrivée annoncée d’Aurélien Rousseau au ministère de la Santé ?

Christophe Prudhomme : Il fait partie des ultralibéraux, il n’est plus du tout à gauche. On a bien vu que quand il a été directeur de l’ARS d’Ile-de-France, il a largement favorisé la fermeture de lits, les restructurations qui aboutissent au fait qu’en plein été nous ne savons quoi faire des malades parce qu’il y a énormément de lits de fermés. Il a favorisé le développement du secteur privé, les consultations sans rendez-vous du secteur privé avec le scandale du Cosem.

Pour vous rien ne va changer ?

Je pense que ça va être pire parce qu’à la différence de François Braun qui était de la société civile, un médecin, Aurélien Rousseau est un vrai politique très proche d’Emmanuel Macron. On risque d’avoir une accélération de la politique de destruction de l’hôpital public.

Quels sont les dossiers prioritaires d’Aurélien Rousseau ?

Le dossier prioritaire d’Aurélien Rousseau, ce serait de faire en sorte d’appliquer la Constitution pour le système de santé, c’est que tout citoyen puisse avoir un médecin traitant, et que tout citoyen soit à trente minutes d’un hôpital dont le service d’urgence est ouvert. Le système de santé est en train de s’effondrer et face au gouvernement que l’on a aujourd’hui, la santé doit être un service public dans le cadre de l’aménagement du territoire avec un financement à 100% de la Sécurité sociale. Nous sommes très inquiets de la nomination d’Aurélien Rousseau qui lors de son passage à l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France n’a rien fait pour développer le secteur public. On change les têtes mais on ne change pas de politique.

La loi «Plein emploi» va augmenter mécaniquement le chômage

La loi «Plein emploi» va augmenter mécaniquement le chômage

Paradoxalement la nouvelle loi plein-emploi va faire mécaniquement augmenter le chômage puisque désormais les 2 millions de bénéficiaires du RSA non-inscrit figureront désormais dans les statistiques des chômeurs saufs exception.

La nouvelle loi en effet mécaniquement prévoit d’intégrer tous les bénéficiaires du RSA dans les statistiques de chômeurs.( Sauf exception). Le problème c’est que cette inscription de tous les bénéficiaires du RSA va coïncider avec la baisse de la croissance et donc de l’emploi à partir du début de l’année prochaine. Conséquence directe la forte détérioration des statistiques de l’emploi et un éventuel impact sur le moral économique.

Ce mouvement massif pourrait résulter de la loi plein-emploi qui est passée en examen cette semaine au Sénat avant d’être présentée aux députés à l’automne. Le texte prévoit notamment la création d’un nouvel opérateur national de l’emploi à partir du 1er janvier 2024. Ce dernier, dénommé France Travail, viendrait remplacer Pôle emploi.

En réalité une fausse réforme car pour l’essentiel,  » France travail » effectuera les mêmes missions que pôle emploi avec d’ailleurs aussi peu de succès pour des questions de méconnaissance du marché du travail.

Politique: 14 juillet :Macron va se taire….. enfin !

Politique: 14 juillet : Macron va se taire….. enfin !


Macron ne va pas se soumettre à la causerie rituelle du 14 juillet qui lui permettait de parler de tout et surtout de rien afin de maintenir surtout sa présence monarchique dans l’opinion.

Il ne souhaite évidemment pas être interrogé sur le bilan de la Première ministre à laquelle il avait donné 100 jours pour modifier le contexte politique. Il ne souhaite pas davantage répondre à la question d’un éventuel changement de gouvernement. Macron ne veut pas être interrogé sur les questions qui fâchent comme les retraites dont la réforme est déjà obsolète ou encore moins sur la crise des banlieues.

Il craint par-dessus surtout la moindre étincelle sociale en particulier dans les banlieues à propos desquelles il a été particulièrement discret. Et pour cause ,il faut se rappeler qu’en mai 2018 il avait envoyé balader Borloo et son grand plan concernant les quartiers. D’une façon générale, Macron constate enfin qu’à chaque fois qu’il parle, son audience diminue encore dans une opinion publique complètement lassée; fatiguée par des propos faussement disruptifs d’un chef d’État en réalité paralysé et ne disposant plus d’une réelle autorité dans le pays et pas davantage à l’échelle internationale.

Et ne parlons pas de la politique de défense qui aboutit aujourd’hui au constat d’une micro armée et d’une France qui ne peut se situer qu’en 29 ème positions pour soutenir l’Ukraine.

Bref, un président enfin silencieux, peut-être le profil qu’il faut à la France en ce moment quand le vacarme des mots creux se brise sur les réalités.

Pour preuve, chaque fois que Macon parle depuis plusieurs interventions, il ne cesse de perdre encore davantage d’audience dans l’opinion publique.

14 juillet : Macron va se taire….. enfin !

14 juillet : macron va se taire….. enfin !


Macron ne va pas se soumettre à la causerie rituelle du 14 juillet qui lui permettait de parler de tout et surtout de rien afin de maintenir surtout sa présence monarchique dans l’opinion.

Il ne souhaite évidemment pas être interrogé sur le bilan de la Première ministre à laquelle il avait donné 100 jours pour modifier le contexte politique. Il ne souhaite pas davantage répondre à la question d’un éventuel changement de gouvernement. Macron ne veut pas être interrogé sur les questions qui fâchent comme les retraites dont la réforme est déjà obsolète ou encore moins sur la crise des banlieues.

Il craint par-dessus surtout la moindre étincelle sociale en particulier dans les banlieues à propos desquelles il a été particulièrement discret. Et pour cause ,il faut se rappeler qu’en mai 2018 il avait envoyé balader Borloo et son grand plan concernant les quartiers. D’une façon générale, Macron constate enfin qu’à chaque fois qu’il parle, son audience diminue encore dans une opinion publique complètement lassée; fatiguée par des propos faussement disruptifs d’un chef d’État en réalité paralysé et ne disposant plus d’une réelle autorité dans le pays et pas davantage à l’échelle internationale.

Et ne parlons pas de la politique de défense qui aboutit aujourd’hui au constat d’une micro armée et d’une France qui ne peut se situer qu’en 29 ème positions pour soutenir l’Ukraine.

Bref, un président enfin silencieux, peut-être le profil qu’il faut à la France en ce moment quand le vacarme des mots creux se brise sur les réalités.

Pour preuve, chaque fois que Macon parle depuis plusieurs interventions, il ne cesse de perdre encore davantage d’audience dans l’opinion publique.

Automobiles : « Le moteur thermique va durer encore 70 ans « 

Automobiles : « Le moteur thermique va durer encore 70 ans  »

Ce samedi, Jean-Dominique Senard, président du conseil d’administration du groupe Renault, a rappelé la volonté du constructeur de poursuivre la transition vers l’électrique. Il estime toutefois que le moteur thermique a, encore, de longues années devant lui, grâce notamment aux carburants alternatifs dont le prix tomber à 1 euro-1,50 euro le litre d’ici 3 ou 4 ans. ( dans la Tribune).


Jean-Dominique Senard n’anticipe pas la disparition de sitôt.

« Nous allons [vers la fin du moteur thermique] avec détermination : vous le savez, Renault sera électrique en 2030, on sait le faire, a-t-il martelé. (…) Ce que nous faisons aussi, c’est que nous gardons aussi [les voitures thermiques], car je pense, que l’on le veuille ou non, que le moteur thermique va continuer à vivre dans le monde entier pendant au moins 70 ans, nous voulons garder la capacité de fournir ce marché dans les meilleures conditions possibles environnementales. »

Le président du conseil d’administration du groupe Renault explique ainsi avoir conservé l’hybride et le thermique, et amorcer une phase de recherche et développement « sur les carburants alternatifs » avec des partenaires, sur l’hydrogène notamment, afin de répondre aux consommateurs qui seront encore équipés de véhicules hybrides ou à moteur thermique. Jean-Dominique Senard s’est, d’ores et déjà montré, très optimiste sur le sujet.


Production d’hydrogène vert : « Tout le monde est en retard » (Valérie Ruiz-Domingo, Engie)

« Technologiquement, on sait très bien que les progrès arrivent, affirme-t-il. (…) La question, c’est à quel prix ? La victoire sera de pouvoir ramener le prix du carburant alternatif à l’équivalent de 1 euro, 1,50 euros le litre. Les grands experts qui nous accompagnent disent que c’est possible. Cela va arriver plus tôt qu’on ne le croit : peut-être que dans quatre, cinq, six ans, on y sera ».

Soit donc en 2027 ou 2028.

Le tout-électrique, un mauvais pari pour l’avenir ?

De quoi relativiser la transition du secteur automobile vers le tout-électrique ? « Cela signifie qu’en 2035, ce ne sera pas la voiture électrique en Europe », a aussitôt réagi l’économiste Jean Pisani-Ferry, également présent ce samedi au micro de La Tribune.

« En tant qu’industriel, Renault est obligé de préparer l’avenir, parce que si l’on part dans une seule direction, sans être certain de pouvoir l’achever, il faut que l’on prévoit des alternatives : il s’agit de l’avenir de nos entreprises, s’est défendu Jean-Dominique Senard. Si nous avons le moindre doute sur le fait d’avoir toute l’énergie nécessaire, abordable et en quantité, sur les matériaux, les crises géopolitiques, il est de notre responsabilité de faire attention aux salariés du groupe et aux consommateurs. »

Automobiles : « Le moteur thermique va vivre au moins 70 ans » (Jean-Dominique Senard, Renault)

Automobiles : « Le moteur thermique va vivre au moins 70 ans » (Jean-Dominique Senard, Renault)

Ce samedi, Jean-Dominique Senard, président du conseil d’administration du groupe Renault, a rappelé la volonté du constructeur de poursuivre la transition vers l’électrique. Il estime toutefois que le moteur thermique a, encore, de longues années devant lui, grâce notamment aux carburants alternatifs dont le prix tomber à 1 euro-1,50 euro le litre d’ici 3 ou 4 ans. ( dans la Tribune).


Jean-Dominique Senard n’anticipe pas la disparition de sitôt.

« Nous allons [vers la fin du moteur thermique] avec détermination : vous le savez, Renault sera électrique en 2030, on sait le faire, a-t-il martelé. (…) Ce que nous faisons aussi, c’est que nous gardons aussi [les voitures thermiques], car je pense, que l’on le veuille ou non, que le moteur thermique va continuer à vivre dans le monde entier pendant au moins 70 ans, nous voulons garder la capacité de fournir ce marché dans les meilleures conditions possibles environnementales. »

Le président du conseil d’administration du groupe Renault explique ainsi avoir conservé l’hybride et le thermique, et amorcer une phase de recherche et développement « sur les carburants alternatifs » avec des partenaires, sur l’hydrogène notamment, afin de répondre aux consommateurs qui seront encore équipés de véhicules hybrides ou à moteur thermique. Jean-Dominique Senard s’est, d’ores et déjà montré, très optimiste sur le sujet.


Production d’hydrogène vert : « Tout le monde est en retard » (Valérie Ruiz-Domingo, Engie)

« Technologiquement, on sait très bien que les progrès arrivent, affirme-t-il. (…) La question, c’est à quel prix ? La victoire sera de pouvoir ramener le prix du carburant alternatif à l’équivalent de 1 euro, 1,50 euros le litre. Les grands experts qui nous accompagnent disent que c’est possible. Cela va arriver plus tôt qu’on ne le croit : peut-être que dans quatre, cinq, six ans, on y sera ».

Soit donc en 2027 ou 2028.

Le tout-électrique, un mauvais pari pour l’avenir ?

De quoi relativiser la transition du secteur automobile vers le tout-électrique ? « Cela signifie qu’en 2035, ce ne sera pas la voiture électrique en Europe », a aussitôt réagi l’économiste Jean Pisani-Ferry, également présent ce samedi au micro de La Tribune.

« En tant qu’industriel, Renault est obligé de préparer l’avenir, parce que si l’on part dans une seule direction, sans être certain de pouvoir l’achever, il faut que l’on prévoit des alternatives : il s’agit de l’avenir de nos entreprises, s’est défendu Jean-Dominique Senard. Si nous avons le moindre doute sur le fait d’avoir toute l’énergie nécessaire, abordable et en quantité, sur les matériaux, les crises géopolitiques, il est de notre responsabilité de faire attention aux salariés du groupe et aux consommateurs. »

Sciences-La-baisse-du-nombre-de-doctorants-va-affecter la recherche

sciences-La-baisse-du-nombre-de-doctorants-va-affecter la recherche


Boris Gralak, secrétaire général du Syndicat national des chercheurs scientifiques, estime, dans une tribune au « Monde », que ceux-ci sont maltraités par l’Etat en ce qui concerne leur rémunération et leur carrière, et que les conséquences sont à terme dangereuses pour la recherche française.

Quels que soient les domaines du savoir, la recherche est indispensable pour repousser les limites de la connaissance. Et il va de soi que nos sociétés ont besoin plus que jamais d’apporter des réponses aux questions considérables que posent la démocratie, la santé, la transition socio-écologique, l’innovation responsable… Et pourtant, malgré leur rôle essentiel pour la société et surtout pour son avenir, la recherche publique et les scientifiques sont particulièrement maltraités par l’Etat, et ce depuis plus de vingt ans.

La France s’était engagée sur le plan européen à consacrer, dès 2010, au moins 1 % de son produit intérieur brut (PIB) à la recherche publique. Or, non seulement les gouvernements successifs n’ont pas tenu cet engagement, mais, pire encore, ils ont imposé toute une série de réformes à contresens qui auront particulièrement dégradé les conditions de travail des scientifiques.

La dernière d’entre elles, la loi de programmation de la recherche du 24 décembre 2020, promettait – encore une fois – le respect de cet engagement : prenant acte du décrochage de la recherche, le fameux « 1 % du PIB » pour la recherche publique était enfin « programmé » ! Cependant, dès l’examen du projet de loi de programmation de la recherche, le Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS-FSU) et d’autres organisations avaient montré que cette programmation pluriannuelle du budget de la recherche était insincère. La preuve hélas est là.

Outre le handicap que représente pour la recherche publique la dégradation des moyens de travail des scientifiques – il s’agit des femmes et des hommes chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens de recherche ou en soutien à la recherche, qu’ils soient fonctionnaires ou contractuels –, nous voulons noter ici un aspect rarement évoqué : à savoir le fait que le sous-investissement chronique dans la recherche publique se traduit aussi par des rémunérations et des carrières indignes au regard des responsabilités, formations et diplômes de ces scientifiques.

Climat : la Banque mondiale va aider davantage les pays les plus pauvres, enfin ?

Climat : la Banque mondiale va aider davantage les pays les plus pauvres, enfin ?

On pourrait être surpris que le nouveau président de la Banque mondiale annonce solennellement que l’institution va désormais aider davantage les pays les plus pauvres. C’est en effet la mission principale normale de cette institution qui comme beaucoup d’autres s’est engluée dans les problématiques administratives et politiques. Aujourd’hui les banques de développement de tous ordres ne manquent pas, pas davantage que les crédits potentiels. Il manque surtout une cohérence de l’aide concrète et de nombreux trous dans la gouvernance des pays .

Tout ne peut se résumer à l’épaisseur des enveloppes, il faut aussi considérer la manière dont ces enveloppes sont utilisées afin que les aides ne se perdent pas dans les sables administratifs et ou de corruption .Moins de trois semaines après sa prise de fonction, le nouveau président de la Banque mondiale , Ajay Banga, n’est pas venu au sommet de Paris les mains vides. Lors de la réunion qui a rassemblé, jeudi au Palais Brongniart, une cinquantaine de chefs d’Etat pour évoquer un choc de financement destiné aux pays du Sud, Ajay Banga a d’abord annoncé que son institution allait élargir sa « boîte à outils » de l’aide internationale avec de nouveaux instruments.

Suspension de remboursement
L’une des mesures phares consiste à « offrir une pause dans le remboursement de la dette, pour que les pays puissent se focaliser sur ce qui compte […] lorsqu’une crise survient, et ne pas s’inquiéter de la facture qui va tomber », a-t-il indiqué.

Lorsqu’un pays fait face à une catastrophe, à l’instar de la République dominicaine qui en quelques heures a perdu plus de 220 % de son PIB en 2016 en raison d’un ouragan, l’heure n’est pas au remboursement de sa dette mais à la reconstruction du pays. « Il s’agit de permettre aux pays de se concentrer sur les besoins urgents de leur population et non sur le service de la dette. Nous commencerons ces nouvelles clauses de dette de crise avec les pays les plus vulnérables » avant de l’étendre à d’autres, indique la Banque dans son communiqué.

Redéploiement de fonds
La Banque va aussi instaurer de nouvelles possibilités d’utilisation de ses prêts. Les pays pourront réaffecter immédiatement une partie de leur portefeuille de prêts de la Banque aux besoins d’urgence en cas de désastres liés au réchauffement climatique. Par exemple, des fonds non décaissés dans le cadre de projets d’infrastructures à long terme pourraient être utilisés pour faire face aux conséquences immédiates d’une catastrophe.

LIRE AUSSI :
Ajay Banga, gage du futur verdissement de la Banque mondiale

Sommet de Paris : la réforme du FMI et de la Banque mondiale en débat

« Désormais, nous cherchons à intégrer l’assurance contre les catastrophes dans nos produits de prêt – avec l’intention de couvrir les primes d’assurance et les intérêts grâce à la générosité des autres. Cela donnerait finalement aux pays des ressources de redressement sans alourdir leur dette », a commenté Ajay Banga.

Une autre mesure, révélée lors d’une table ronde, jeudi matin, aux côtés de la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, et du ministre français des Finances, Bruno Le Maire, consiste à offrir des assurances aux Etats pour des projets de développement en y intégrant plus clairement les questions de financement face au réchauffement climatique.

Création d’un laboratoire
Afin d’attirer plus d’investisseurs privés dans les projets de développement des pays du Sud, un « laboratoire » a été lancé. Ses travaux vont porter sur le financement de la transition énergétique, en se concentrant dans un premier temps sur les énergies renouvelables et les infrastructures énergétiques. Ce « labo » devra générer de nouvelles approches et recommandations.

Il sera dirigé par Ajay Banga. Ce dernier sera épaulé par deux coprésidents. L’un est Mark Carney, envoyé spécial des Nations unies pour le financement de l’action climatique mais également coprésident de la Glasgow Financial Alliance for Net Zero, (Gfanz) qui rassemble environ 500 entreprises du secteur privé de plus de 50 pays. L’autre est la présidente de Prudential, Shriti Vadera.

Inflation-Prix Immobilier: la baisse des prix va se répandre en France

Inflation-Prix Immobilier: la baisse des prix va se répandre en France

Comme c’était visible, l’immobilier risque de connaître une crise particulièrement grave à la fois dans le domaine du neuf comme de l’occasion. Les candidats à l’accession à la propriété sont coincés entre des prix complètement excessifs, des taux d’intérêt qui montent est une solvabilité atteinte par la baisse du pouvoir d’achat. Dans la location la situation et neutraliser du fait des coûts exorbitants nécessaires pour la mise aux normes des appartements et autres logements ( en moyenne 30 à 40 000 euros). Conséquence la baisse des prix se répand un peu partout en France mais ce n’est qu’un début. Certains pensent qu’elle pourrait atteindre jusqu’à 20 % ici un an ou deux ans.

Pour la première fois depuis 2015, les prix immobiliers ont reculé pour les ventes dans le logement ancien. Après Paris, les régions sont désormais touchées par le phénomène.

«L’immobilier est entré dans une nouvelle ère.» Fini les crédits qui se décrochent aisément et les logements qui se vendent en quelques jours. Sauf pour ceux qui sont exceptionnels. Mais tout le monde n’a pas les moyens de s’en offrir un. En effet, la plupart des ménages n’arrivent plus à acquérir un logement: à cause de la hausse des taux, leur capacité d’emprunt moyenne est passée, en dix-huit mois, de 200.000 euros sur 20 ans à 150.000 euros, selon le courtier Meilleurtaux.

Conséquence: les ventes immobilières ont chuté de plus de 10% en un an et demi. À cette allure-là, la barre symbolique du million de transactions, dépassée ces 4 dernières années, sera franchie à la baisse. «On a l’habitude de dire que l’année (immobilière) se fait au printemps. Ce principe est à reconsidérer», analyse Me Élodie Frémont, présidente de la commission statistique des notaires du Grand Paris.

123456...33