Archive pour le Tag 'va'

Chine – Etats-Unis : une guerre technologique qui va durer

 Chine – Etats-Unis : une guerre technologique qui va durer

L’expert de l’industrie chinoise Jean-François Dufour montre, dans une tribune au « Monde », comment Washington s’efforce de bloquer l’accès de Pékin aux semi-conducteurs, composants incontournables pour le développement industriel chinois.

Tribune.

 

 Le gouvernement chinois voit partir avec Donald Trump un adversaire qui faisait beaucoup de bruit. Mais Pékin sait que son véritable problème va rester : la politique d’endiguement technologique menée par Washington, fruit d’une évolution de plus long terme et plus discrète, a passé un cap décisif en 2020.

La guerre commerciale contre la Chine, lancée en 2018 par le président sortant des Etats-Unis, a des chances de s’apaiser avec son successeur. Mais elle est restée un problème marginal pour les autorités chinoises : elle a été inefficace, et leur a même permis de remobiliser les troupes en démontrant le bien-fondé de leur politique d’indépendance économique nationale.

Le souci bien plus important de Pékin est que la guerre technologique, beaucoup plus décisive, a toutes les chances de se poursuivre. Elle n’est en effet pas le résultat d’un mouvement d’humeur ni de la décision d’un homme. Elle a commencé bien avant Donald Trump : on peut dater son premier épisode important du premier veto à une acquisition du groupe chinois Huawei, en 2008 ; surtout, elle est l’aboutissement d’une réflexion stratégique de l’administration américaine.

Action américaine

Son objectif est d’endiguer l’émergence technologique accélérée de la Chine. Elle est devenue une urgence aux yeux de Washington en 2015, lorsque la Chine de Xi Jinping, en publiant son plan « Made in China 2025 », n’a plus caché ses ambitions.

Cinq ans plus tard, en 2020, cette stratégie a trouvé son moyen le plus minuscule – il se mesure en nanomètres –, mais aussi le plus efficace : les semi-conducteurs sont au cœur de tous les projets technologiques de la Chine. Depuis les véhicules autonomes jusqu’aux réseaux électriques intelligents, en passant par l’usine du futur qui doit les fabriquer et les équipements de télécommunications qui doivent les faire fonctionner, ces composants électroniques sont incontournables. Et ils sont aussi le talon d’Achille de l’industrie chinoise, qui en consomme cinq fois plus qu’elle n’en produit.

L’exploitation américaine de cette faiblesse s’est concentrée dans un premier temps sur Huawei, le premier équipementier de télécommunications au monde, devenu en quelques années le symbole de la progression technologique chinoise en tant que pionnier de la 5G. Elle s’est faite en deux étapes.

La première, inscrite en 2019 dans le contrôle des ventes de semi-conducteurs américains au groupe chinois, s’est avérée relativement inefficace. Huawei a en effet démontré une capacité de réaction d’une rapidité inattendue, avec la conception de ses propres

 

 

La pieuvre chinoise va continuer de se déployer y compris en Europe

 

La chercheuse Ni Gao observe, dans une tribune au « Monde », que les investissements chinois à l’étranger, contrariés par la pandémie et les tensions internationales, pourraient se redéployer dans les pays plus proches de la Chine. Mais un déploiement qui pourrait affecter aussi l’Europe surtout depuis qu’un accord de principe a été conclu entre la Chine et l’union européenne sur les investissements réciproques

Tribune.

 

 La Chine est devenue, au cours des dix dernières années, un acteur important des investissements directs étrangers (IDE), c’est-à-dire des investissements destinés à créer, développer ou maintenir une filiale à l’étranger, ou encore à prendre une part significative, voire le contrôle, d’une entreprise étrangère. Fin 2019, plus de 27 500 entreprises chinoises avaient investi dans 188 pays du monde. L’Asie, l’Europe et l’Amérique latine sont les destinations principales de ces investissements. Les secteurs comme la finance, l’industrie manufacturière, la vente en gros et au détail et les services aux entreprises représentaient plus de 70 % de l’ensemble de ces investissements, avec la création de 44 000 entreprises à l’étranger.

La recherche de ressources, de marchés et de gains de productivité sont les trois motivations principales des IDE des pays développés dans les pays en développement. Les entreprises occidentales ont généralement des avantages monopolistiques ou spécifiques qui leur permettent de maintenir leur compétitivité sur le marché international. En revanche, les entreprises des pays émergents comme la Chine ne possèdent pas, pour la plupart d’entre elles, ces types d’avantages lorsqu’elles souhaitent se développer à l’étranger. Elles utilisent donc l’expansion internationale comme un moyen d’accéder à des ressources qui seraient inaccessibles autrement.

Elles cherchent en particulier une mise à niveau de leur technologie à travers le processus d’internationalisation. Un nombre important d’IDE chinois en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord est réalisé dans ce but. L’amélioration des compétences est leur objectif sur le long terme, et la fusion-acquisition est le mode d’entrée privilégié des entreprises chinoises. Cela leur permet d’accéder rapidement au marché local et d’élargir leurs parts de marché à l’international, tout en utilisant une multitude de ressources existantes dans l’entreprise cible, telles que leurs réseaux de vente, les brevets, les technologies ou encore les marques.

Nouvel ordre économique

La recherche de nouveaux marchés est également une motivation importante pour les entreprises chinoises. Elles ont adopté une stratégie de proximité, en privilégiant les manageurs locaux dans des pays de culture différente, afin de s’adapter aux besoins des consommateurs. En 2019, les entreprises chinoises travaillaient avec plus de 2,266 millions d’employés non chinois à l’international, soit 60,5 % du nombre total d’employés des entreprises chinoises à l’international.

 

 

Sibeth Ndiaye va pantoufler comme secrétaire générale du groupe Adecco

Sibeth Ndiaye va pantoufler comme secrétaire générale du groupe Adecco

Le gros lot pour l’ancienne porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye . L’intéressée n’aura exercé ses fonctions politiques que pendant un peu plus d’un an et pour aller pantoufler comme secrétaire général du groupe Adecco.  

 

Celle qui n’a obtenu qu’un vague DESS en sciences politiques se voit donc propulsée comme dirigeante d’un des plus grands groupes français avec évidemment paye et avantages correspondants.

 

Une vraie promotion pour celle qui n’a adopté la nationalité française qu’en 2016. On objectera à  juste titre qu’elle n’est pas la seule responsable à atterrir dans les pantoufles grassement rémunérées d’entreprises après avoir effectué un petit tour ( ou un grand tour) en politique.

 

L’intéressée garde quand même une place au sein de la république en marche plus précisément dans la commission nationale dite des talents. Elle le mérite car elle a au moins le talent pour servir son itinéraire personnel.

 

À quand une régulation du pantouflage des politiques et autres conseillers dans les grandes entreprises. Notons qu’à gauche le phénomène existe aussi, on se reclasse dans les grandes entreprises mais aussi dans les grandes organisations.

Bourse: le yo-yo va continuer

 

 

Sur les marchés boursiers le yo-yo continu alternant les périodes d’optimisme avec des périodes de grandes incertitudes notamment liées à l’évolution de la situation sanitaire. Un jour, des lobbys imaginent un net redressement de la croissance en 2021. Un autre jour, il prévoit le contraire avec un redressement pas avant 2022 voire 2023. Il est évident que toute perspective peut être mise en question tant que la crise sanitaire ne sera pas mieux maîtrisée. Pire certains variants du Coronavirus en particulier en provenance du Royaume-Uni ou d’Afrique du Sud font craindre le pire notamment des formes de reconfinementsplus ou moins généralisés. Cette alternance d’espérance et d’incertitude permet cependant de faire bouger la cote et rend possible pour les gros opérateurs des prises de bénéfices au bon moment. Mais pour 2021 au moins pendant six mois, il faudra s’habituer à ces mouvements de yo-yo d’autant que les résultats d’entreprises ne seront pas à la hauteur.

L’incertitude politique a dominé les échanges alors que les démocrates de la Chambre ont présenté une résolution visant à destituer le président américain Donald Trump, l’accusant d’incitation à l’insurrection à la suite d’une violente attaque contre le Capitole la semaine dernière.

Le Nikkei du Japon a glissé de 0,48%, le KOSPI de la Corée du Sud a chuté de 0,91% et les contrats à terme sur l’indice Hang Seng de Hong Kong ont perdu 0,54%.

Défiant la vente plus large, le S & P / ASX 200 australien a augmenté de 0,24%.

À Wall Street, le Dow Jones Industrial Average a chuté de 0,29%, le S&P 500 a perdu 0,66% et le Nasdaq Composite a baissé de 1,25%.

Les investisseurs attendent des indications sur la mesure dans laquelle les dirigeants voient un rebond des résultats 2021 et de l’économie à la suite des résultats et des conférences téléphoniques de JP Morgan, Citi et Wells Fargo vendredi.

Pendant ce temps, les rendements des bons du Trésor à plus long terme étaient à leur plus haut depuis mars avant qu’une nouvelle offre à long terme n’arrive cette semaine et sur la spéculation d’une plus grande relance budgétaire américaine alors que les démocrates auront le contrôle du Congrès et de la Maison Blanche.

«Les gens sont optimistes de voir la courbe des taux se pentifier et cela pourrait aider les spreads et les marges d’intérêt nettes pour les banques», a déclaré Hayes.

Les billets de référence à 10 ans ont chuté pour la dernière fois de 11/32 pour un rendement de 1,1443%, contre 1,107% vendredi soir.

L’écart entre les rendements des bons du Trésor à deux ans et à 10 ans a frôlé les 100 points de base pour atteindre son niveau le plus élevé depuis juillet 2017.

La hausse des taux a à son tour offert un certain soutien au dollar, qui a atteint son plus haut niveau en plus de deux semaines contre un panier de devises.

L’indice du dollar américain a augmenté de 0,256%, l’euro ayant reculé de 0,54% à 1,2152 $. Le yen japonais s’est affaibli de 0,24% par rapport au billet vert à 104,20 pour un dollar, tandis que la livre sterling s’échangeait pour la dernière fois à 1,3516 $, en baisse de 0,35% sur la journée.

Les prix du pétrole brut ont chuté, touchés par les inquiétudes renouvelées concernant la demande mondiale de carburant dans un contexte de blocage des coronavirus à travers le monde, ainsi que par l’appréciation du dollar.

Le brut américain a récemment baissé de 0,1% à 52,19 $ le baril et le Brent était à 55,61 $, en baisse de 0,68% sur la journée.

L’or au comptant sécurisé a chuté de 0,2% à 1 844,27 $ l’once. L’argent a chuté de 1,70% à 24,94 $.

Football français : un modèle qui va s’écrouler

Football français : un modèle qui va s’écrouler

Après l’échec financier de Mediapro et les effets délétères de la pandémie, le football traverse une crise économique durable et doit de toute urgence se réinventer, estime l’ancien président de club de Lens et de Nantes, Luc Dayan, dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune.

 

Evoluant au sein d’un univers législatif et politique inadapté, encadré par un supposé contrôle des comptes bien inefficace, le football français n’a pas su, voulu ou pu penser son développement. L’échec de Mediapro et la pandémie de Covid-19 ne font que révéler plus rapidement que prévu les grandes faiblesses de notre football national.

Sans les multiples prêts garantis par l’Etat (PGE) contractés par la plupart des clubs, obtenus en s’appuyant sur des chiffres d’affaires gonflés par les ventes d’actifs – les joueurs –, le sinistre serait majeur. L’endettement de nos clubs est massif et ne date pas d’hier. Quelques actionnaires aux reins solides soutiennent la trésorerie de leurs clubs, mais pour combien de temps encore ? Quant aux autres, ils jonglent comme ils le peuvent…

Depuis vingt ans, le désordre, l’instabilité, la permissivité financière, voire morale, des instances, les comportements et les déclarations de certains footballeurs ou entraîneurs ont donné une mauvaise image de notre football. L’affaire du bus de Knysna, les litiges dont se sont estimés victimes certains clubs (Entente SSG, Luzenac, etc.), en raison de règlements interprétés « à la tête du client », les dépôts de bilan de clubs historiques comme Sedan, Strasbourg ou Bastia, le procès des affaires du PSG, celui des transferts à l’OM, les élections à la tête de la Ligue de football professionnel (LFP), reflet des conflits d’intérêts entre dirigeants de club également décideurs dans les instances, les conséquences de l’arrêt brutal du championnat 2019-2020, sans oublier les récurrentes affaires de mœurs ou les problèmes de gouvernance à la Fédération française de football (FFF) révélés récemment, la liste est longue. Et la justice, qui agit peu, et souvent avec retard.

Quant à certains journalistes, qui vivent de la bête, ils l’entretiennent pour mieux la tuer quand c’est leur intérêt. Il est plus facile pour eux de clouer au pilori joueurs ou dirigeants quand ils chutent, alors qu’ils les encensent quand ils gagnent, faisant vendre leurs journaux.

L’illusion collective qui a démarré après la Coupe du monde 1998 est désormais avérée. Les joueurs de l’équipe de France évoluant quasiment tous à l’étranger, le football de club est resté très faible en comparaison avec l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne et même l’Italie. La formation française, qui est une des meilleures du monde, a profité de l’arrêt Bosman et a permis de rentrer de l’argent dans le système national, mais aux dépens de la qualité du jeu fourni. Le transfert de joueur est devenu l’outil d’une cavalerie salariale inflationniste entre clubs du monde entier. Ces transferts étant payés de façon étalée dans le temps, les créances que détiennent les clubs français seront en conséquence de moins en moins certaines.

VARIANT BRITANNIQUE : la menace qui va imposer le reconfinement

VARIANT BRITANNIQUE : la menace qui va imposer le reconfinement

Le  virus premier importé de Chine était déjà difficile à contrôler. Mais la situation devient hors contrôle quand le virus britannique et où le virus sud-africain prend le dessus. Ce qui est inévitable car c’est toujours le virus le plus dynamique qui remplace les autres.

Ainsi le généticien, Axel Kahn, aussi président Ligue contre le cancer affirme dans: « Il y a eu énormément de dégâts collatéraux pour les personnes atteintes de cancer ». Il a notamment mis en garde contre l’arrivée des deux « mutants », dont « le V1, l’anglais » qui présente une grande « capacité d’invasivité ».

À Marseille par exemple , les analyses à la suite de la découverte d’un probable « cluster » de la souche anglaise du Covid-19 à Marseille se poursuivent. Sur les 23 contaminations examinées, le maire Benoît Payan annonce ce dimanche soir que 8 correspondent au variant anglais.

L’enquête n’est pas terminée à Marseille, mais la situation virale est déjà jugée « inquiétante ». Benoît Payan, le maire socialiste de la ville, s’est exprimé à deux reprises pour évoquer le cluster du variant anglais du Covid-19, détecté dans la cité phocéenne.

Avant cette prise de parole, Benoît Payan et Michèle Rubirola se sont exprimés plus tôt, ce dimanche à 15 heures, lors d’un point presse organisé dans une caserne des marins-pompiers.

« Désormais chaque minute compte pour endiguer la propagation de la souche anglaise », a alors prévenu l’édile: « Il nous faut réagir immédiatement, nous souhaitons que l’on sorte des schémas habituels de la crise et tout faire pour tracer, tester et isoler en urgence tous les porteurs potentiels de la souche britannique. »

 

Le problème c’est qu’on est bien incapable de quantifier le nombre de personnes atteintes par le virus britannique voir sud-africain.

 

Stabilité financière : pour la Banque de France, tout va bien….. pour l’instant !

Stabilité financière : pour la Banque de France, tout va bien….. pour l’instant !

 

La Banque de France, évidemment sous tutelle de l’État, se veut rassurante quant au risque financier qui pourrait découler de non-remboursement de crédits accordés. La Banque de France diffuse donc un air d’optimisme mais en prenant de solides précautions oratoires pour ne pas évacuer une vague d’insolvabilité.

 « Selon la durée de la crise sanitaire, nous avons des situations actuellement sous contrôle qui pourraient passer à des situations d’insolvabilité », note Sylvie Goulard, sous-gouverneure de la Banque de France. Mais, à la fin de l’année 2020, la matrice des risques apparaît globalement stable d’un semestre à l’autre.

 

Sans surprise, le principal point d’inquiétude concerne la hausse de l’endettement brut des sociétés non financières, en partie liée aux mesures de soutien des pouvoirs publics. La dette brute des entreprises a augmenté de 175 milliards d’euros entre mars et septembre 2020 (soit 2,5 fois plus vite que sur la même période en 2019), dont 121 milliards pour les seuls prêts garantis par l’Etat (PGE), .

Le prêt garanti par l’Etat est un prêt de trésorerie d’un an. Ce prêt de trésorerie pourra couvrir jusqu’à trois mois de chiffre d’affaires, soit un quart du chiffre d’affaires annuel. « Ce dispositif s’inscrit dans le pont aérien de cash que nous avons déployé pour que l’entrepreneur puisse avoir, en prêt, l’équivalent de trois mois de chiffre d’affaires, qu’il n’a pas pu réaliser », résume Nicolas Dufourcq, le patron de Bpifrance. Les entreprises souhaitant emprunter moins que trois mois de chiffre d’affaires en auront la possibilité.

Pour les jeunes pousses innovantes, qui n’ont souvent pas, ou très peu, de chiffre d’affaires, un autre critère est retenu. Le prêt pourra ainsi couvrir jusqu’à deux années de masse salariale, hors cotisations patronales. « Les start-up ne sont pas les oubliées du système », a ainsi souligné Nicolas Dufourcq. Ce plafond est également retenu pour les entreprises créées depuis le 1er janvier 2019.

Le prêt bénéficie d’une garantie de l’Etat à hauteur de 70 à 90%, selon la taille de l’entreprise. Les banques conservent ainsi une part du risque associé, mais celle-ci est minimisée pour les inciter à prêter. Dans les détails, les entreprises ayant moins de 5.000 salariés et faisant moins de 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires bénéficieront d’une garantie de l’Etat de 90%.

Celles qui comptent plus de 5.000 salariés et qui réalisent plus d’1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires pourront bénéficier d’une garantie publique de 80%. Ce pourcentage descend à 70% pour les entreprises ayant un chiffre d’affaires supérieur à 5 milliards d’euros. La garantie est donc plus faible pour les plus grandes entreprises.

Le système se veut le plus accommodant possible pour les entreprises. Aucun remboursement ne sera exigé la première année. Ensuite, l’entreprise pourra décider, à l’issue des douze premiers mois, d’amortir le prêt sur une durée de 1, 2, 3, 4 ou 5 années supplémentaires. « Pas question de créer un autre mur pour l’entreprise », a souligné Sébastien Raspiller, à la direction générale du Trésor.

Nissan va progressivement quitter l’Europe

Nissan  va progressivement quitter l’Europe

Le constructeur automobile japonais a prévu de délocaliser ses activités européennes et de concentrer ses efforts sur la Chine, les États-Unis et le Japon.

Dans le cadre de son plan de redressement, Nissan prévoit de réduire son réseau commercial dans 30 pays, principalement en Europe de l’Est, et de fermer son usine espagnole d’Avila, qui sera transformée en entrepôt, selon le quotidien.

NICOLAS BOUZOU (économiste) : tout va très bien madame la marquise !

NICOLAS BOUZOU (économiste) : tout va très bien madame la marquise !

 

L’économiste Nicolas BOuzou reprend son refrain préféré « tout va très bien madame la marquise ; ça ira  encore mieux demain avec les nouvelles technologies »

« LES NOUVELLES TECHNOLOGIES NOUS PERMETTRONT DE RETROUVER LA CROISSANCE » déclare-t-il.

Il reprend sur BFM son discours simpliste sur les effets toujours bénéfiques du libéralisme et des nouvelles technologies mêlant des évidences avec un optimisme béat. « La France accusait un gros retard industriel dans la robotisation, elle est en train de le rattraper », affirme-t-il.

Selon lui, « c’est en s’équipant en imprimantes 3D, en robots etc. que nos entreprises feront des gains de productivité importants ». Et pour que ces technologies puissent communiquer entre elles « il faut la 5G, c’est urgent », lance-t-il.

Mais il peut aussi se comporter en Pythie approximative :

« On ne fera ni un google, ni un amazon européen. Ça me fait mal au cœur de le dire, mais c’est la cas ». L’issue, selon lui, est de se développer sur « des sujets qui ne sont pas préemptés par les Américains et par les Chinois ». Il cite l’exemple des ordinateurs quantiques, sur lesquels Thierry Breton, [le PDG d’Atos NDLR] travaille actuellement.

 

Bref un discours de bistrot où s’entremêlent évidences, propos à la mode et vision scientiste.

 

Informatique quantique : la Chine va concurrencer les États-Unis

Informatique quantique : la Chine va concurrencer les États-Unis

 

Une équipe de chercheurs de l’Université des sciences et technologies de Chine a en effet revendiqué vendredi avoir dépassé les précédents records des deux géants américains Google et IBM.

Selon l’article publié dans la revue Science, l’équipe chinoise affirme que son système, appelé Jiuzhang, a réalisé en trois minutes un calcul qui aurait pris deux milliards d’années à un puissant superordinateur.

A titre de comparaison, Google avait communiqué il y a un an environ sur son processeur Sycamore qui aurait mis, lui, environ 200 secondes à exécuter une tâche qui selon les chercheurs aurait « nécessité approximativement 10.000 années [de calcul] sur le meilleur supercalculateur au monde ».

Aéronautique : la crise va durer longtemps (Paolo del Noce), CEO France d’Akka)

Aéronautique : la crise va durer longtemps (Paolo del Noce), CEO France d’Akka)

Le patron du secteur aérien constate qu’à peu près la moitié de ses collaborateurs sont aujourd’hui inutilisés et convient dans la tribune  que la crise pourrait durer longtemps. Paolo del Noce, le CEO France d’Akka revient sur la menace d’un plan social massif sur son entreprise, à Toulouse, face à une « crise hors norme ». Le groupe avait choisi la Ville rose pour implanter son centre mondial dédié à l’aéronautique, mais aujourd’hui 1.150 collaborateurs (sur 2.200) sont sans mission et la majorité des effectifs restants sont en chômage partiel.

 

La Tribune a révélé le 3 novembre que votre groupe envisage un PSE à Toulouse alors que 1.150 collaborateurs sont aujourd’hui sans mission. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

PAOLO DEL NOCE - Le contexte économique dû à la Covid-19 a fait que lors du premier confinement pratiquement tous les secteurs ont subi une chute d’activité de 40 à 50% pendant deux mois. En revanche, à l’issue du confinement, nous avons vu le retour d’une dynamique positive dans tous les secteurs où nous intervenons… sauf dans l’aéronautique. Ce dernier a été plombé par l’arrêt du transport aérien. Aujourd’hui encore, près de 90% des avions sont cloués au sol en France. Toutes les entreprises qui opèrent dans le secteur aéronautique que ce soit les loueurs, les fabricants d’avions ou les sous-traitants se retrouvent à arrêter leurs projets en raison du manque de visibilité.

Airbus est notre plus gros client en France. Nous sommes aussi très présents chez Safran, Thales Avionics, Dassault Aviation, mais aussi Stelia ou Latécoère. Tous ces clients ont dû revoir leurs projets. Il n’y a plus de projet et nous nous retrouvons avec beaucoup de consultants qui n’ont pas d’activité. Mais le vrai problème que nous rencontrons, c’est surtout que nous ne voyons pas la fin de cette crise.

«Un vaccin qui va guérir l’économie américaine » (Gregori Volokhine)

«Un vaccin contre le coronavirus qui va guérir la pandémie et l’économie américaine » (Gregori Volokhine)

 

Gregori Volokhine, président de Meeschaert Financial Services, estime que l’annonce de Pfizer est plus importante que toutes les conjectures concernant la nouvelle administration (interview dans l’opinion

 

 La Bourse de New York a inscrit des records dès l’ouverture lundi, profitant d’un regain d’espoir sur le développement d’un vaccin efficace contre le COVID-19 et de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine. Pfizer a annoncé que son vaccin expérimental contre le COVID-19 était efficace à plus de 90% pour prévenir la maladie due au coronavirus, selon les premières données d’une vaste étude, marquant une avancée majeure dans la lutte contre la pandémie qui a été immédiatement saluée par une envolée des Bourses mondiales.

Gregori Volokhine est président de Meeschaert Financial Services, gérant par délégation de MAM Sustain USA.

Comment voyez-vous la situation ?

L’annonce de Pfizer est plus importante que toutes les conjectures sur la nouvelle administration Biden. Les marchés s’étaient positionnés sur la victoire de Joe Biden, mais ils n’attendaient pas si rapidement des résultats positifs sur un vaccin. On va moins s’inquiéter désormais de la manière dont le nouveau président va réussir à faire voter son programme. Les investisseurs vont se dire qu’ils peuvent se permettre de réinvestir.

Les électeurs de Biden ont voté pour lui en pensant qu’il allait contrôler le coronavirus. Ceux de Trump ont voté en sa faveur en pensant que laisser l’économie ouverte malgré la pandémie était la meilleure chose pour les Etats-Unis. Si Pfizer avait publié ses résultats il y a une semaine, Trump n’aurait-il pas gagné ? On peut se poser la question. Pfizer est un cadeau du ciel pour Biden. Cette promesse de vaccin enlève l’urgence d’un plan de soutien à l’économie. La relance est en marche mais on a besoin de soutenir les chômeurs et les petites entreprises en difficulté qui, sinon, ne pourront pas passer l’hiver.

Mais les Républicains ne veulent pas de plan de soutien…

Il y a un débat mais sur les chiffres. Prenons les versements aux chômeurs, les démocrates prônent 600 dollars de plus par semaine, les républicains 300. Biden étant un homme de consensus, on pourrait arriver à un accord autour de 400 dollars. Maintenant, avec la promesse d’un vaccin, une banque sollicitée par un commerçant se sentira plus à l’aise pour lui prêter de l’argent sachant que l’horizon économique s’éclaircit progressivement.

« Le programme de Joe Biden est précis, mais il est basé sur une majorité dans les deux chambres »

Que va-t-il se passer pour le reste de son programme ​?

Le programme de Joe Biden est précis, mais il est basé sur une majorité dans les deux chambres. Si ce n’est pas le cas au Sénat, il devra composer. Prenons l’environnement. Dès le 21 janvier, les Etats-Unis vont réintégrer les accords de Paris, c’est une promesse de campagne. Certes, la Maison Blanche pourra remettre en vigueur par décret, les normes de pollution automobile que Donald Trump avait suspendues ou annulées. Mais pour mettre en place un plan d’infrastructures afin de produire et distribuer les énergies nouvelles, elle va devoir négocier avec les républicains. Qui, sans doute, réclameront des normes pas trop sévères pour les compagnies pétrolières, ou pour empêcher les forages partout. Pour chaque programme il y aura une sorte de donnant-donnant. Joe Biden obtiendra moins que ce qu’il espérait.

Quid de la hausse du salaire minimum à 15 dollars de l’heure et de celle des impôts ​?

Beaucoup d’entreprises et d’Etat ont déjà voté des hausses de salaire minimum, Target, Cosco, WallMart, Amazon. Même l’Etat de Floride, qui a voté pour Trump. Je pense qu’au moment où cette mesure sera adoptée sur l’ensemble du pays, on y sera pratiquement déjà, sans avoir besoin de l’inflexion du président.

Quant aux hausses d’impôts pour ceux qui gagnent plus de 400 000 dollars par an, personne ne va s’y opposer. Pour ce qui est des entreprises, quand Trump a baissé l’IS à 21 %, la moyenne d’imposition des entreprises était déjà de 18 %. Si Biden monte ce taux à 28 % la moyenne s’établira vers 24 %. Il n’y a pas une entreprise aux Etats-Unis qui en souffrira.

Et la régulation de certains secteurs, style Gafa ​?

Cela va être un épouvantail. Je crois qu’au lieu de casser les Gafa, l’administration Biden va investir plus dans la protection des consommateurs. Elle devrait redonner vie au Consumer Financial Protection Bureau créé par Elizabeth Warren mais laissé en déshérence par Donald Trump. Le démantèlement d’Amazon ou de Google ne protégerait en rien le consommateur américain.

« Avant la pandémie, les choses allaient très bien. On peut donc penser que l’on retrouvera ce niveau une fois éloigné le spectre d’une économie qui se ferme tous les trois mois »

Quel est le sujet le plus sensible ​?

La chance qu’il a c’est que, d’un côté, la Réserve fédérale ne va pas changer sa façon d’agir et tout faire pour garder autant de liquidité dans le système et que de l’autre le contexte économique est très favorable. D’autant plus si un nouveau confinement semble exclu ! Joe Biden ne se trouve pas face à un pays exsangue. Le chômage a été réduit de moitié en l’espace de trois mois. Avant la pandémie, les choses allaient très bien. On peut donc penser que l’on retrouvera ce niveau une fois éloigné le spectre d’une économie qui se ferme tous les trois mois. L’économie a beaucoup moins besoin du programme de Biden depuis l’annonce de Pfizer. Il va se retrouver dans un cycle favorable qui n’aura pas besoin de mesures anticycliques. Au contraire, des hausses d’impôt ou une re-réglementation pourraient casser la reprise. Si mesures il y a, elles devraient être extrêmement modérées.

Qui est le favori des milieux d’affaires comme secrétaire au Trésor ​?

Cette nomination sera le signe le plus important et le plus symbolique que Biden va envoyer aux milieux économiques. On entend beaucoup circuler le nom de Lael Brennard, gouverneur de la Réserve fédérale très proche de Jerome Powell, son président. C’est quelqu’un d’extrêmement qualifiée ayant fait ses preuves dans l’administration Obama. Ce serait un signe de collaboration avec la banque centrale qui plairait aux marchés. L’autre nom évoqué est celui de Michael Bloomberg. Ce serait le signe d’une collaboration avec Wall Street mais sans que cela soit comparable à celle nouée par Goldman Sachs avec Donald Trump.

Elizabeth Warren, qui est candidate, serait donc hors jeu ​?

Pas pour les raisons auxquelles vous pensez. Sa nomination serait évidemment un signe négatif envoyé aux marchés mais enlever un membre du Sénat alors que les démocrates ne sont pas assurés d’y être majoritaire ne paraît pas très judicieux. S’il y avait eu un raz-de-marée démocrate aux élections générales avec d’importants gains de sièges au Congrès, elle aurait eu des chances de décrocher un poste proéminent dans l’administration mais là, on en est très loin ! Joe Biden a été plébiscité, cela n’a pas été le cas du parti démocrate. Ce qui va lui permettre de gouverner au centre et trouver une majorité avec une dizaine de sénateurs républicains.

Finalement, vous êtes plutôt optimiste…

Je l’étais déjà avant les élections. Il n’y a pas de raisons d’être pessimiste. On a vu la résilience de l’économie américaine pendant la pandémie même si certains secteurs comme le transport aérien et les loisirs ont particulièrement souffert mais d’autres se sont adaptés très rapidement avec le télétravail qui n’entraîne pas une perte de compétitivité.

Coronavirus : Le gouvernement va payer les influenceurs

Coronavirus : Le gouvernement va payer  les influenceurs

On sait que la mode chez les certains jeunes est aux influenceurs. En fait, des commerciaux indépendants qui vantent les  grandes marques et qui sont payés pour assurer la promotion des produits sous couvert de tendances branchées.

Finalement une activité qui n’est pas nouvelle mais qu’utilise évidemment la puissance des réseaux sociaux. Il faut vraiment que la communication du gouvernement soit peu pertinente pour recourir aux services d’individus dans l’activité n’est pas condamnable mais dont l’objectif est essentiellement de faire de l’argent en défendant tout et n’importe quoi.

Changement d’heure : ça va encore durer

Changement d’heure : ça va encore durer

La suppression du changement d’heure avait été promis; le problème, c’est que les pays de l’union européenne ne sont pas d’accord entre vis-à-vis de cette éventualité. Du coup pour ne pas ajouter un différend supplémentaire aux oppositions sur de nombreux autres sujets, on a décidé de mettre la question sous le tapis.

La question ne sera même pas évoquée et la conséquence c’est que sans doute le rituel idiot du changement d’heure va se poursuivre «La directive soulève de très nombreux désaccords au sein du Conseil», explique l’un des porte-paroles de la France à Bruxelles . «Vu les différends sur ce sujet, je pense que personne ne veut ouvrir à nouveau cette boîte de Pandore.» Même sans la crise du Covid-19, le changement d’heure n’aurait donc pas été pour avril 2021.

Au vu du retard pris par les institutions européennes sur les propositions à débattre suite à la crise sanitaire, on peut envisager que la question ne reviendra pas sur la table avant 2022. Encore faudra-t-il qu’à ce moment, les membres de l’UE parviennent à accorder leurs violons – et à synchroniser leurs montres.

Coronavirus : va dans le mur

Coronavirus : va dans le mur 

C’est à peu près le pronostic du conseil scientifique d’après papier du Monde

 

En présentant son dernier avis rendu public le 9 septembre, le conseil scientifique n’a pas cherché à édulcorer son discours. « C’est un constat d’échec », a-t-il admis, en parlant de la stratégie d’isolement destinée à lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Quatre mois après le déconfinement, ces experts chargés de conseiller l’exécutif dans sa gestion de l’épidémie, estiment que la quatorzaine s’avère peu respectée. Cela « fragilise notre capacité à maîtriser les chaînes de contamination » du coronavirus, a jugé l’anthropologue Laëtitia Atlani regrettant une stratégie « sans cahier des charges ni budget à l’échelle nationale ».

Pour corriger le tir, alors qu’on atteint les 50 000 nouveaux cas hebdomadaires, le conseil préconise d’écourter à sept jours, contre quatorze actuellement, la période d’isolement. Cette recommandation s’appuie sur des données scientifiques montrant que la plupart des cas sont contagieux une dizaine de jours seulement : quatre jours avant l’apparition des symptômes et six jours après. « Au-delà de sept à huit jours, on ne détecte quasiment plus de virus contagieux », a souligné Bruno Lina, virologue et membre du conseil, lors d’une conférence de presse.

La décision doit être prise lors d’un conseil de défense vendredi, mais le ministre de la santé, Olivier Véran, a déjà indiqué à plusieurs reprises y être favorable. « Certains pays choisissent de réduire la durée [d’isolement], mais en même temps ils acceptent probablement une part de risque un peu plus importante », décrypte Sylvie Briand, directrice du département « préparation mondiale aux risques infectieux » de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en précisant qu’une évolution des recommandations internationales n’est pas à l’ordre du jour. « Dans leurs décisions, les politiques doivent mettre en balance des éléments sociaux, culturels… La santé de la société, c’est plus que la santé de chaque individu », reconnaît-elle par ailleurs.

Huawei : Bouygues va démonter 3000 antennes

Huawei : Bouygues va démonter  3000 antennes

 

Bouygues va démonter 3000 antennes Huawei  à la demande du gouvernement pour des raisons de sécurité. «Nous n’aurons plus aucune antenne Huawei dans les zones très denses» d’ici à 2028, a expliqué Olivier Roussat, le président de Bouygues Telecom, lors d’une conférence téléphonique avec le patron de Bouygues Martin Bouygues. Cela implique de démonter 3.000 antennes, a-t-il expliqué.

Bouygues Telecom compte au total environ 21.500 antennes aujourd’hui sur le territoire national, selon les chiffres du groupe. «C’est un démontage qui va se traiter sur une période de huit ans» ce qui est «assez raisonnable en termes d’impact financier dans nos résultats opérationnels», a-t-il précisé. Bouygues est en train de négocier avec l’État une compensation financière pour l’obligation de démonter les antennes existantes Huawei dans les zones très denses.

Castex : un tour de France qui va user le Premier ministre

ron au premier degré concernant la communication gouvernementale. Il agit en effet comme un représentant de commerce qui  irait vendre sa politique chaque jour dans toute la France. Ainsi en un mois, il avait effectué déjà une vingtaine de déplacements.  Le risque, c’est effectivement qu’il finisse par lasser  l’opinion avec cette agitation médiatique un peu névrotique. Cela d’autant plus que le premier Ministre n’a pas encore marqué de son empreinte le contenu de son action et qu’il se  contente surtout de commenter les orientations décidées par l’Élysée.

Le message est clair, il faut montrer à tout prix que le gouvernement est près du terrain, des territoires, des événements quotidiens. Un exercice qui peut s’avérer dangereux quand en fait ces déplacements n’apportent aucune solution précise aux problématiques posées. C’est le cas notamment jusqu’à maintenant en matière de sécurité. À la rentrée, le contexte va encore se complexifier car on va assister à une vague de faillites et de licenciements. On sait ce que valent les promesses des responsables d’un gouvernement quand ils se rendent dans une entreprise en difficulté. Des promesses qui ne valent que l’instant médiatique mais qui six mois ou un an après sont oubliées.

D’une certaine façon, Castex remplace à lui tout seul l’événement du tour de France classique reporté à plus tard. Le problème c’est qu’apparaissent clairement ses limites. Il n’est pas l’homme de la théorisation, ni de la vision stratégique. Ils parle  de ce qu’il voit mais ne voit pas très loin. Son langage est simple, compréhensible mais souvent aussi proche du simplisme. Castex est un peu l’envers du miroir de Macron qui se perd lui dans les considérations ésotériques. Castex veut paraître concret et remplace peut-être le vide du contenu par un activisme de façade permanent. Le Premier ministre veut être  l’homme de terrain et des territoires. Deux concepts finalement assez vides de sens chez les politiques quand on sait que le terrain se limite souvent soit à une visite dans les préfectures, soit à une petite promenade rapide et très protégée ailleurs. Quant au mot territoire, c’est un subterfuge pour ne plus employer le mot province, pire rural. Bref, beaucoup d’agitations qui vont finir par fatiguer l’opinion publique avec l’émergence des vrais enjeux autour de la croissance et du chômage voire du pouvoir d’achat.

Climat : Greta Thunberg va distribuer le million d’euros du prix portugais

  • Climat : Greta Thunberg va distribuer le million d’euros du prix portugais
  • La militante suédoise et figure du mouvement pour le climat Greta Thunberg a annoncé qu’elle allait redistribuer à des associations de défense de l’environnement la dotation d’un million d’euros du prix portugais Gulbenkian qui lui a été décerné lundi.
  •  «C’est plus d’argent que je ne peux même pas commencer à imaginer, mais tout l’argent de ce prix sera donné via ma fondation à différentes organisations et différents projets, qui aident les gens sur le front de la crise climatique et écologique, notamment dans le sud de la planète», explique l’adolescente de 17 ans dans une vidéo diffusée sur son compte Twitter. Pour commencer, 100.000 euros seront versés à la campagne «SOS Amazonie» de la branche brésilienne de Fridays for Future pour répondre au Covid-19 sur ce vaste territoire. Et le même montant à la Fondation Stop Ecocide, qui vise à instaurer un crime d’«écocide» dans la législation internationale, a précisé la jeune femme.
  • La somme, supérieure à celle versée au lauréat d’un prix Nobel, est la plus importante qu’ait jamais reçue la militante suédoise, connue pour avoir popularisé depuis 2018 le mouvement de grève et de manifestations de jeunes pour le climat. Le «prix Gulbenkian pour l’humanité», remis chaque année, est le dernier-né et le plus richement doté des prix de la fondation portugaise Calouste Gulbenkian. Il vise à «reconnaître les personnes, groupes de personnes et ou organisations à travers le monde dont les contributions à l’atténuation du changement climatique et à l’adaptation (à celui-ci) se distinguent par leur nouveauté, leur innovation et leur impact», explique la fondation dans un communiqué. La leader écolo avait par ailleurs indiqué que l’écologie n’avait pas besoin de prix.

Macron va repeindre sa politique en vert pâle

Macron va repeindre sa politique en vert pâle

 

 

La proposition de Macron de débloquer 15 milliards sur deux ans pour  faciliter la conversion écologique n’a guère de sens. C’est à la fois trop peu et pas assez  en même temps. Le coût d’une reconversion du système de production et de consommation ne peut d’abord être réglé en deux ans. Cette problématique doit s’inscrire dans le temps. Il faudra des centaines de milliards pur  reconvertir progressivement certaines productions notamment de l’agriculture ou de l’industrie manufacturière. Il faudra sans doute autant de temps qui évolue tout aussi progressivement les modes de consommation et les comportements. Annoncer seulement 15 milliards sur deux ans, c’est-à-dire 7,5 milliards par an pour une telle mutation relève de la mascarade. Cela va se terminer par quelques millions par-ci par là. Rien que pour l’agriculture ou le transport faudrait plusieurs centaines de milliards. Toute façon des évaluations tout à fait approximative tant que n’aura pas été entamé une analyse fine et détaillée des transitions possibles par secteur et par zone géographique notamment, avec quelles modalités et dans quels temps.. Le chef de l’Etat, qui a reçu les membres de la Convention citoyenne sur le climat, a cependant annoncé le déblocage de 15 milliards d’euros supplémentaires sur deux ans pour la conversion écologique de l’économie française.

Un projet de loi reprenant la quasi-intégralité des 149 propositions de la Convention sera présenté d’ici la fin de l’été, a aussi annoncé le président, sans faire référence au scrutin de dimanche.

Lors d’une conférence de presse en fin de journée en Allemagne au côté de la chancelière Angela Merkel, Emmanuel Macron a dit ne pas vouloir tirer de conclusions “excessives de scrutins qui sont d’abord des scrutins locaux”.

Du côté des écologistes, on reste sceptique sur un éventuel virage présidentiel “vert”.

“Pour que les préconisations de la Convention soient mises en œuvre, il faut des maires écologistes”, a dit à Reuters Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV). “Si ça avançait avec Emmanuel Macron, j’applaudirais. Mais je n’ai pas vraiment l’occasion de m’abîmer les mains à trop l’applaudir.”

Plus tôt dans la journée sur Europe 1, le député européen EELV Yannick Jadot avait mis en garde contre tout “opportunisme écologique”. “Le sujet pour le président, c’est pas d’enrayer la montée des écologistes, c’est d’enrayer la montée des températures, du niveau de la mer, des inégalités, de la défiance dans notre pays”, a-t-il dit.

La contradiction la plus importante c’est sans doute de que l ’entourage d’Emmanuel Macron place quant à lui la période à venir sous le signe de la “continuité”, ce qui semble laisser peu de place à l’hypothèse d’un remaniement d’ampleur et d’une réelle prise en compte de la problématique environnementale.

Sogeclair va supprimer jusqu’à 245 postes en France

 Sogeclair va supprimer jusqu’à 245 postes en France

Après Derichebourg, c’est au tour d’une nouvelle entreprise toulousaine de lancer un plan social. La société d’ingénierie Sogeclair, dont le siège social est implanté à Blagnac, a annoncé le 22 juin un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) « qui pourrait toucher jusqu’à 245 personnes en France« .

Le groupe Sogeclair (185 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019) emploie près de 1 700 collaborateurs dans le monde. La société d’ingénierie intervient dans trois domaines d’activité :…

12345...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol