Archive pour le Tag 'va'

Le seul fabricant de jantes automobiles en France va disparaître

Le seul  fabricant de jantes automobiles en France va disparaître

 

Filiale du méga-groupe minier anglo-indien Gupta Family Group (GFG) Alliance (17 milliards d’euros de recettes et 35 000 salariés dans le monde),  Alvance aluminium Wheels, l’usine de Dios qui fabrique des jantes automobiles en aluminium .risque de disparaître. Une procédure de conciliation auprès du tribunal de commerce avait été ouverte début avril par Liberty Alvance, laissant augurer une possible déclaration de cessation de paiement de la part de cette dernière. En cause, des pertes de l’ordre de 12 millions d’euros pour 85 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020 que GFG Alliance n’a pas pu éponger en raison de la liquidation de Greensill début mars. La société financière britannique était le principal bailleur de fonds du conglomérat.

La politique industrielle des constructeurs automobiles expliquerait en partie les difficultés récurrentes des trois fonderies, notamment le site de Diors.

« Renault et PSA, les deux principaux donneurs d’ordre de la société, se sont engagés sur des volumes de commandes qu’ils ne tiennent pas, déplore un élu de la métropole castelroussine. Au lieu des 120 000 roues promises, ils en ont acheté seulement 40 000 l’année dernière. Le reste est produit par les sites ultra-modernes de sous-traitants installés à côté de leurs usines, notamment au Maghreb ou en Europe de l’Est ».

PL : La suppression de l’ avantage fiscal sur le gazole va favoriser les pavillons étrangers

PL : La suppression de l’ avantage fiscal sur le gazole va favoriser les pavillons étrangers

 

 

Les députés avaient déjà voté la suppression de la vente des poids-lourds à énergies fossiles en 2040. Dès 2030 , ils vont supprimer l’avantage fiscal spécifique sur le gasoil. Résultat comme c’est une mesure franco-française, ce sont surtout les pavillons étrangers notamment de l’Est de l’Europe qui seront les grands bénéficiaires de ces mesures. En effet le marché routier est européen et permet notamment à tous les pavillons étrangers via le cabotage d’intervenir massivement sur le marché français. Le pavillon français est tellement en  position délicate qu’il a pratiquement disparu du champ international. Les députés ont donc  programmé samedi 10 avril la suppression d’un avantage fiscal sur le gazole routier à l’horizon 2030, malgré les mises en garde de la droite sur ses conséquences sur le secteur du transport routier, lors de l’examen du projet de loi « climat ».

L’Assemblée nationale a largement adopté cette mesure par 73 votes pour, six contre et neuf abstentions. La majorité souhaite ainsi donner un coup d’accélérateur au renouvellement des flottes de poids lourds au bénéfice de camions roulant à l’hydrogène, au bio-gaz ou au bio-diesel. Avec un horizon: la fin de la vente des poids lourds à « énergie fossile » en 2040 voté dans l’hémicycle.

Pour la droite, cet objectif pour 2030 relève du voeu pieux et risque d’avoir de sérieuses conséquences tant sociales qu’économiques sur un pavillon français déjà fragilisé par le dumping issu très majoritairement des pays de l’Est.

Brune Poirson va pantoufler chez Accor

 

 

Brune Poirson grâce à son passage en politique va pouvoir faire augmenter de manière substantielle sa rémunération. En allant pantoufler chez Accor. Alors que son salaire comme élue ne pouvait sans doute pas dépasser 10 000 € elle va passer brusquement sans doute à 100 000 € par mois..

 

L’intéressée, c’est le terme qui convient, anticipe sans doute aussi la défaite possible de Macron et son reclassement n’est peut-être pas étranger un éventuel échec de Macron aux présidentielles. Secrétaire d’État à la Transition écologique de 2017 à juillet 2020, Brune Poirson a principalement porté la loi contre le gaspillage et pour l’économie circulaire, adoptée début 2020. Le monde de l’entreprise lui est familier. Diplômée de la London School of Economics et de la Kennedy School de Harvard, elle a travaillé plusieurs années en Inde, en cabinet ministériel, puis pour l’Agence française de développement et pour le groupe Veolia.

 

Elle devrait s’impliquer dans l’environnement et en particulier dans le suivi d’un accord stratégique noué le mois dernier entre Accor, la plateforme Expedia et l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), pour étendre davantage l’Engagement de l’Unesco en faveur du tourisme durable. Cet accord stratégique tripartite verra le regroupement de 3.358 hôtels Accor dans le monde entier pour promouvoir la durabilité environnementale et le tourisme durable aux quatre coins de la planète.

Leader mondial de l’hôtellerie, Accor occupe 260 000 collaborateurs et compte quelque 5.100 hôtels et 10.000 espaces de restauration et bars dans 110 pays. En 2020 il a réalisé un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros.

2022, Marine Le Pen va gagner (Montebourg)

2022, Marine Le Pen «va gagner» (Montebourg)

Dans une interview accordée au Financial Times, Arnaud Montebourg estime c’est Marine Le Pen qui «gagnera» l’élection présidentielle de 2022. «C’est la même chose que le phénomène Trump ou le Brexit», estime Arnaud Montebourg. Cela en raison du fait majeur que Macon est surtout détestée par l’opinion publique

 

Cette victoire de Marine Le Pen surviendra selon lui à cause du président de la République qui mène des politiques pour «l’oligarchie» tout en se posant comme «le rempart à l’extrême droite».

Cette intervention du chantre du «made in France» intervient alors qu’il s’était fait beaucoup moins présent dans les médias depuis plusieurs semaines. Selon Le Parisien, Arnaud Montebourg serait par ailleurs en train de s’atteler à la rédaction d’un petit manifeste sur le modèle d’«Indignez-vous !» de Stéphane Hessel, afin d’inciter les jeunes à s’intéresser à la politique.

Covid: la France va enfin produire des vaccins sur son sol !

Covid:  la France va enfin produire des vaccins sur son sol !

Les pouvoirs publics avaient déclaré l’état de guerre contre le virus, mais une sorte de guerre en dentelle si on s’en tient à la modestie des moyens mis en œuvre. Par exemple jusqu’à maintenant aucun vaccin n’était produit sur le territoire. Un peu comme si en cas de guerre militaire il fallait attendre les munitions de l’étranger voire de l’adversaire !

 

Opérationnelle depuis quelques jours, l’usine du sous-traitant ­Delpharm de Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir), ­entrera en production mercredi. Les premières doses du tout premier vaccin made in France, celui à ARN messager du duo Pfizer-BioNTech, sortiront des chaînes d’embouteillage .

Ce lancement n’est que le premier d’une série d’opérations ­industrielles ambitieuses qui, d’ici à la fin 2021, doivent permettre à la France de produire 250 millions de doses. Il est aussi très attendu par toute l’Europe. Les doses fabriquées dans l’Eure-et-Loir alimenteront les stocks destinés à tous les pays de l’Union. De Saint-Rémy, elles seront acheminées vers les plateformes logistiques européennes, puis dispatchées selon le vaste plan de vaccination élaboré par Bruxelles. Impossible de dire dans quels pays seront injectés les flacons de Delpharm.

Dans l’urgence, les services de Bercy ont commencé à tracer il y a un an une cartographie précise des industriels susceptibles de participer à l’effort collectif, à une grande échelle. Une vingtaine de groupes seulement – sociétés de biotechnologies, conditionneurs, grands laboratoires – ont ainsi été identifiés et se sont portés candidats. Pour la production de vaccins, la France ne peut compter que sur une demi-douzaine de sites de « remplissage » comme celui de Delpharm. L’un d’entre eux appartient à Sanofi, géant mondial réduit pour l’instant au rang de sous-traitant.

 

En France, après celui de Pfizer-BioNTech, le vaccin du labo allemand CureVac devrait être le prochain disponible. Une fois obtenue une autorisation de mise sur le marché européen de ce sérum, la production pourrait démarrer début juin, chez le façonnier Fareva, sur le site de ­Val-de-Reuil (Eure), taillé pour devenir le plus gros site de conditionnement du pays.

Pour viser l’indépendance ­vaccinale, la marche pour la France reste haute : il faudrait qu’elle soit en mesure de produire dans l’Hexagone la substance active des produits à ARN messager, qui ont déjà révolutionné la médecine. « L’ARN messager ouvre aussi des voies thérapeutiques encore à explorer, notamment dans l’oncologie, mais les compétences sont là, ­reconnaît Agnès Pannier-­Runacher. Cela nécessite un basculement technologique qu’aucun Français ne maîtrise encore. »

« La Chine va gagner »

« La Chine va gagner »

Dans son essai, le Singapourien Kishore Mahbubani, ancien ambassadeur à Washington, blâme largement l’absence de véritable stratégie américaine face à la Chine. Moins la politique chinoise…

Analyse du livre dans le Monde. 

 

L’universitaire et diplomate singapourien Kishore Mahbubani récidive. Deux ans après la publication de L’Occident (s’)est-il perdu ? (Fayard), sous-titré : Une provocation, l’ancien ambassadeur de son pays aux Nations unies franchit un pas supplémentaire avec Has China Won ?, traduit en français par un prédictif Le Jour où la Chine va gagner.

Pour lui, la domination de l’Occident sur le monde durant deux siècles est une « aberration » qui prend fin sous nos yeux. En 1950, le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis représentait 27 % du PIB mondial. Il en représente 15 % aujourd’hui. Dans le même temps, celui de la Chine est passé de 4,5 % à 18,6 % (en parité de pouvoir d’achat). Comment croire un instant que cela n’a aucune conséquence sur l’équilibre du monde ?

La domination chinoise est d’autant plus certaine, selon cet ancien ambassadeur à Washington, que les Etats-Unis n’ont jamais pris la peine d’élaborer une véritable stratégie face à la Chine – une idée qu’il affirme emprunter à l’ancien diplomate américain Henry Kissinger – et qu’ils sont incapables de se penser en challenger et non plus en leader. Pourtant, dit-il, les Etats-Unis sont bel et bien faillibles. Leur talon d’Achille : le dollar. « La chose la plus dangereuse que Trump ait faite a été d’inciter les autres pays à cesser de compter sur la devise américaine comme monnaie de réserve mondiale », écrit-ilLe développement à grande vitesse d’un yuan numérique ne peut que renforcer cette analyse.

Pour cet habitué des forums économiques de Davos, la Chine, elle, n’a commis qu’une erreur : s’être mis à dos les hommes d’affaires américains en n’offrant pas aux entreprises étrangères des conditions de concurrence équitables. Résultat, quand Trump est parti en guerre contre la Chine, aucune voix ne s’est vraiment élevée contre lui aux Etats-Unis.

L’intérêt principal du livre est d’être écrit par un spécialiste des relations sino-américaines qui ne soit ni chinois ni américain. Marié à une Américaine, parfaitement à l’aise dans les arcanes de Washington, Kishore Mahbubani n’en est pas moins très critique à l’égard des Etats-Unis, notamment de leur budget militaire extravagant, qui s’explique davantage par des raisons électoralistes que stratégiques. Sa dénonciation du « China bashing » des centres de réflexion, qui rend politiquement incorrecte toute tentative de compréhension de la Chine, est également plutôt convaincante.

L’alerte à la hausse des contaminations va concerner d’autres régions (L’épidémiologiste Arnaud Fontanet)

 

L’alerte à la hausse des contaminations va concerner d’autres régions (L’épidémiologiste Arnaud Fontanet)

 

 

L’épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique, estime que l’alerte à la hausse des contaminations va concerner d’autres régions que celles soumises aux récents confinements.( Interview dans le JDD)

 

Comment comprendre ce « confinement » ouvert, dont Emmanuel Macron réfute le nom?
Le gouvernement choisit une approche rationnelle qui s’appuie sur un double constat. D’une part, l’impact très lourd du confinement sur la santé mentale des Français. D’autre part, la physiologie de la transmission du Sars-CoV-2. La très grande majorité des contaminations se produit en espaces clos – repas, bureaux partagés, covoiturage… –, lorsque les mesures barrière ne sont pas respectées. La stratégie consiste donc à dire : avec le retour des beaux jours, sortez, promenez-vous, faites du sport, tout en évitant les regroupements. Mais en contrepartie – et il faut insister –, limitez au maximum vos rencontres en intérieur, et si vous en avez, appliquez strictement les gestes barrière.

Les mesures annoncées suffiront-elles à freiner l’épidémie?
La question est de savoir si, avec la lassitude ambiante, les gens vont comprendre et se saisir de ces consignes. Mais en Île-de-France, dans les Hauts-de-France et en Paca, on n’a pas le droit à l’erreur. On frôle déjà les 100% de saturation en réanimation. Quoi qu’il arrive, on a devant nous deux à trois semaines avant que les mesures prises aient un effet sur les admissions en réanimation, pendant lesquelles le variant anglais va achever d’occuper l’espace. La pression sur l’incidence sera d’autant plus forte qu’il représentera 90% des cas fin mars et 100% courant avril, sachant qu’il est 60% plus transmissible que le virus historique.

Fallait-il laisser les écoles ouvertes?
Une fois que l’on est, comme aujourd’hui, dans une situation où le virus circule fortement, maintenir les établissements ouverts revient à prendre un risque. L’école n’est pas un amplificateur mais un reflet de la circulation du virus dans la communauté. Si l’immense majorité des enfants ne fait pas de complications cliniques, ils exposent leurs proches ayant des comorbidités ou leurs grands-parents. Dans l’étude ComCor que nous avons menée à l’Institut Pasteur, avoir un collégien ou un lycéen chez soi accroît de 30% le risque d’être infecté. On n’a pas observé d’augmentation de risque avec un enfant en primaire, mais c’était avant l’arrivée du variant anglais. Le dédoublement des classes de lycée par groupes va donc dans le bon sens. Mais il faut vraiment y réfléchir pour les collèges.

Une fermeture prochaine est-elle envisagée?
La question se pose. L’école est le talon d’Achille assumé du dispositif actuel. Mais garder les établissements ouverts le plus longtemps possible est important : il faut être strict sur les mesures sanitaires, notamment pendant les repas, éviter les regroupements aux alentours et y intensifier le dépistage. En Autriche, les élèves de primaire font deux autotests par semaine, ceux du secondaire, un seul. La France a l’une des plus fortes capacités de dépistage d’Europe : inspirons-nous de nos voisins!

 

Le conseil scientifique réclamait une stratégie précoce, régionale et ciblée pour anticiper la saturation hospitalière. Emmanuel Macron ne vous a pas entendus?
Le gouvernement y réfléchit, mais il prend aussi en compte les enjeux économiques et la santé mentale des Français. Pour nous, le maître mot demeure l’anticipation. C’est maintenant qu’il faut agir et tester ailleurs l’impact de nouvelles mesures pour voir si elles marchent, avant d’arriver au stade où l’on n’a plus d’autre choix que de tout fermer. Hormis la façade atlantique (Bretagne, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine) et peut-être la Corse qui ont toujours mieux résisté, on peut redouter que les autres Régions basculent bientôt dans une situation très difficile avec la poussée du variant anglais. Si les mesures proposées pour l’Île-de-France et les Hauts-de-France, sans doute allégées pour les commerces, étaient mises en place précocement dans ces autres Régions, on aurait le temps d’évaluer leur efficacité pour n’avoir à les durcir qu’en cas de nécessité.

Une réouverture des lieux culturels est-elle envisageable dans les zones peu touchées?
Il y a peut-être un peu de marge. Les données dont on dispose sur ces lieux quand ils étaient ouverts en octobre étaient rassurantes mais datent d’avant l’arrivée du variant anglais. Une fois la pleine mesure de l’intensité de l’épidémie connue quand le variant anglais occupera tout l’espace, on pourra voir si des allègements sont possibles dans les Régions où la circulation du virus est la mieux contrôlée.

Les Français seront-ils libérés avant l’été, grâce à la vaccination?
D’ici mai ou juin, on attend une réduction de 50% des hospitalisations par rapport à une situation sans vaccin. Mais tout dépend du contrôle de l’épidémie : diviser par deux, c’est très bien, mais cela ne nous mènera pas loin si les courbes s’envolent! L’impact réel de la campagne se fera sentir à l’été, si la population accepte de se faire très largement vacciner. Pour autant, il est crucial de ne pas aborder cette période estivale avec une circulation trop élevée du virus. Le variant anglais pourrait se révéler très déstabilisant lorsque les gens vont se relâcher, même si les plus fragiles sont protégés.

Vous aviez été le premier à parler des effets secondaires graves potentiels des vaccins. Que vous inspire le cas AstraZeneca?
C’est une bonne illustration d’une pharmacovigilance réactive. Sur 20 millions de vaccinés en Europe et en Grande-Bretagne, on a détecté 18 cas de ces thrombophlébites cérébrales avec troubles de la coagulation. Seize concernent des femmes, presque toutes âgées de moins de 50 ans. Le risque est faible mais suffisant pour recommander de basculer les injections au-delà de cet âge. La transparence est cruciale. Il faut s’adapter, et ne pas enterrer un vaccin parce qu’il y a un jour eu un signal. Et les nouvelles données du Royaume-Uni montrent que le produit d’Astra Zeneca est très efficace chez les personnes âgées contre les hospitalisations, déjà quinze jours après la première dose.

Les variants peuvent-ils compromettre la campagne vaccinale?
Ma réserve, c’est l’efficacité des vaccins contre les mutants du type sud-africain ou d’autres qui pourraient émerger. Cet « échappement » se produit quand la circulation du virus reste élevée et qu’une part importante de la population est immunisée, naturellement ou par vaccin. En Inde, au Brésil, en Afrique du Sud ou au Mexique, le risque d’apparition de nouveaux variants est important. Il faudrait une campagne de vaccination massive dans ces pays pour éteindre cette étincelle potentielle.

Faut-il avoir peur du mutant breton?
Il nous inquiète dans la mesure où il est plus difficile à détecter par prélèvement nasopharyngé et peut donc passer inaperçu. Cela rend le dépistage et l’isolement des malades difficile. Des enquêtes sont en cours par séquençage et par sérologie pour estimer l’étendue de sa diffusion. Mais il est trop tôt pour déterminer l’ampleur et la gravité qui y sont associées.

Une quinzaine de « recombinants » ont été détectés au Royaume-Uni. Est-ce préoccupant? 
La recombinaison est un phénomène courant avec les coronavirus. Il s’agit d’un échange de matériel génétique entre deux virus infectant la même personne. Il est difficile à détecter sauf quand un variant avec une séquence génétique suffisamment distincte apparaît, comme cela a été le cas avec le variant anglais. Il est encore trop tôt pour dire si ces recombinants représentent une nouvelle menace dans le cours de cette épidémie qui nous a déjà réservé bien des surprises.

Situation sanitaire : les deux tiers des Français ne font pas confiance au gouvernement

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD, Il n’y a guère que les proches de la République en marche (91%) et les électeurs d’Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 (70%) pour garder une confiance majoritaire dans la capacité du gouvernement à lutter efficacement contre le coronavirus. Ce chiffre est au plus bas depuis de le début de la crise sanitaire (34%).

Les Français interrogés par l’Ifop pour le JDD font confiance au gouvernement pour aider les entreprises en difficultés ( à vérifier !  NDLR) , mais seuls 34% (-4 points par rapport au 4-5 mars) l’estiment capable de lutter contre le coronavirus et 41% (+3 points par rapport au 4-5 mars) de mener à bien la campagne de vaccination. Les plus sceptiques sur ce dernier sujet : les 18-24 ans (30%). Les moins confiants : les 35-49 ans (48 %).

« La confiance économique est toujours là, bien incarnée par Bruno Le Maire, observe Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Mais jamais la confiance à l’égard de la gestion sanitaire n’a été aussi faible. » Mi-avril 2020, alors que le gouvernement annonçait le déconfinement du pays, ils étaient près de 46% à croire en la capacité du gouvernement à faire face au Covid-19. Un an plus tard, ils sont dix points de moins. Les artisans ou commerçants (31%), les ouvriers (29%) et les professions intermédiaires (28%) sont particulièrement sévères. Le Rassemblement national (13%) et les sympathisants de gauche également (33%).

Vaccination : changer de rythme et vite !

La présidente du Comité vaccin, Marie-Paule Kieny, estime qu’il faut « très vite changer d’échelle » pour la campagne vaccinale alors que le nombre de doses disponibles devrait fortement augmenter en avril. Elle incite à « créer des centres de vaccination comme les Etats-Unis l’ont fait depuis l’élection de Joe Biden avec des gymnases ouverts parfois 24 heures sur 24″.(Interview dans le JDD)

 

 

La France limite l’emploi du vaccin d’AstraZeneca aux plus de 55 ans. Est-ce justifié, alors que l’Agence européenne du médicament l’estime « sûr et efficace »?
Les autorités européennes ont pris le temps d’analyser les données et c’est très rassurant : on a trouvé un nombre inférieur de cas de thromboses parmi les personnes vaccinées par rapport à ce qui est attendu en population générale. Cela penche clairement en faveur de la poursuite de la campagne. On va cependant continuer à acquérir des informations sur une forme particulière inattendue et grave, et analyser de près son éventuel lien de causalité avec le vaccin. Dans l’attente, ces épisodes ayant été rapportés chez des personnes de moins de 55 ans, la Haute autorité de santé a recommandé d’utiliser plutôt d’autres vaccins dans cette tranche d’âge. C’est une position raisonnable.

Sa suspension temporaire n’a-t-elle pas accru la défiance des Français?
C’était une décision difficile. Dans une situation où les annonces inquiétantes se multipliaient, avec sept cas déclarés en Allemagne, il paraissait raisonnable de chercher à comprendre et de marquer une pause. Le début de la confiance, c’est la transparence. Cette prudence des pouvoirs publics doit justement donner confiance à nos concitoyens.

Pourquoi cet effet n’est-il pas apparu lors des essais cliniques, ou en Grande-Bretagne, où ce sérum a été massivement administré?
Pour l’instant, le lien de causalité n’a pas été démontré, ni la plausibilité biologique, c’est-à-dire, si le vaccin est en cause, quels mécanismes sont en jeu. S’il était établi, cet effet indésirable ne toucherait que quelques personnes sur un million environ. Les essais cliniques les plus importants portaient sur 40.000 volontaires, dont la moitié ont reçu un placebo, et n’auraient pas permis d’identifier un phénomène aussi rare. En Grande-Bretagne, le produit d’AstraZeneca a été administré en majorité à des plus de 65 ans. Une tranche d’âge dans laquelle cette forme de thrombose cérébrale n’a pas été non plus été détectée dans le reste de l’Europe.

La campagne française avance-t-elle assez vite?
Bien sûr que non. Mais son rythme est contraint par l’approvisionnement, pas par notre capacité à injecter les doses. Grâce aux week-ends de vaccination intensive, on n’avait plus de flacons « dormants ». Avec l’interruption d’AstraZeneca on a à nouveau du stock à écouler. A partir d’avril on espère avoir bien plus de doses disponibles. Il faut donc très vite changer d’échelle, créer des centres de vaccination comme les Etats-Unis l’ont fait depuis l’élection de Joe Biden avec des gymnases ouverts parfois 24 heures sur 24. En France, on a peut-être péché par excès de prudence. Les « vaccinodromes » souffrent d’une image négative. Mais si la campagne ne repose que sur les hôpitaux, les généralistes et les pharmaciens, on n’ira pas assez vite pour mener à bien cette phase « 2.0″ où l’on va essayer de vacciner tout le monde.

Le vaccin unidose de Johnson&Johnson, attendu mi-avril, peut-il changer la donne?
Un produit de plus, une seule injection, c’est une excellente nouvelle! Cela augmentera le nombre de doses disponibles mais ne révolutionnera pas la stratégie de vaccination, car les capacités de production de ce fabriquant sont inférieures à celles de Pfizer/BioNTech. Mais notre arsenal va bientôt s’enrichir. On attend l’enregistrement par les autorités européennes du produit de Novavax, dont l’atout est d’être très bien toléré. On espère que celui de Curevac, qui livrera ses résultats en avril-mai, sera aussi efficace que les deux vaccins à ARN messager déjà disponibles. L’Europe a aussi débuté l’examen du russe Spoutnik. Les résultats d’efficacité présentés à Moscou, en novembre, nous avaient convaincus. Quant à celui que Sanofi développe avec GSK, malgré son retard, il semble extrêmement prometteur. On attend en principe son autorisation avant la fin de l’année.

Les variants chamboulent-ils la stratégie?
Pour l’instant non. Les vaccins développés sur la base de la souche historique génèrent des anticorps qui neutralisent le mutant britannique, aujourd’hui dominant en France. On ne sait pas encore si ce dernier aura un avantage compétitif sur le variant dit sud-africain dans sa capacité à infecter, ou si ce sera le contraire. Il faudra aussi suivre de près la capacité de la population générale à neutraliser les variants qui apparaissent à divers endroits, que ce soit par l’immunité conférée par le vaccin ou par une infection passée. La plupart des producteurs se préparent pour, le moment venu, remplacer ces vaccins par des formules monovalentes, contre un variant, ou bivalentes, associant dans la même seringue un produit contre la souche historique et contre le variant.

Connaît-on l’impact de la vaccination sur la transmission du virus?
D’après l’expérience d’Israël, qui n’a injecté que Pfizer/BioNTech, elle semble bien réduire la transmissibilité et donc protéger contre l’infection. Ces données récentes sont compatibles avec les essais menés sur les animaux pour différents vaccins. Les hamsters et les primates vaccinés ont beaucoup moins de virus dans la sphère respiratoire supérieure que les non-vaccinés, et celui-ci disparait plus vite. On attend donc une réduction de la transmission chez l’homme, peut-être pas de la même intensité selon les vaccins.

Faudra-t-il vacciner les enfants?
Il faut d’abord démontrer la tolérance et la sécurité chez les jeunes. Pfizer/BioNTech a déjà des données pour les adolescents à partir de 16 ans et démarre des essais cliniques en descendant dans les tranches d’âge, comme AstraZeneca et Moderna, qui ira jusqu’aux bébés de 6 mois. On attend des résultats avant l’été. Si on veut empêcher la circulation du virus, il n’y a pas photo : il faudra vacciner les adolescents et les enfants.

● Déplacements dans un rayon de 10km : la police va mesurer les distances ?

● Déplacements dans un rayon de 10km : la police va mesurer les distances ?

 

 

Il est probable que la police va être dotée de décamètres pour mesurer la distance autorisée dans les départements où les habitants auront leur mobilité personnelle limitée à 10 km sans indication de durée.

 

Sur le fond, la mesure n’est pas idiote dans les grandes métropoles  où les surfaces d’habitation sont comptées. Par contre, c’est un véritable trou dans la raquette du confinement. D’autant qu’il sera complètement impossible de vérifier quoi que ce soit.

 

On objectera que le gouvernement a prévu de maintenir une attestation pour justifier chaque sortie avec le motif. Précédemment  la règle était une heure 1 km maintenant c’est 10 km sans durée. On peut souhaiter bon courage aux forces de police pour contrôler une mesure aussi invérifiable.

Environnement « Macron va perdre le référendum !»

Environnement « Macron va perdre le référendum !»

 

 

Le député LR du Vaucluse, Julien Aubert , explique pourquoi il a décidé, avec ses collègues, de s’abstenir sur le projet de loi inscrivant le climat à l’article 1er de la Constitution

La semaine dernière s’est discuté à l’Assemblée nationale le projet de loi portant réforme constitutionnelle afin de modifier l’article premier de la Constitution en y inscrivant que la France « garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique ».

Une telle formulation est inutile, car la charte de l’environnement annexée à la Constitution a déjà hissé dans notre « bloc de constitutionnalité » les préceptes environnementaux. Certes, la lutte contre le réchauffement climatique n’y est pas explicitement mentionnée mais une adjonction à la charte suffirait. C’est d’ailleurs ce qui a été proposé en séance… mais rejeté par la majorité !

Cette formulation est surtout potentiellement dangereuse. En effet, le Conseil d’Etat a spécifié dans son avis sur le texte que le mot « garantir » induisait une responsabilité de l’Etat sur l’atteinte des objectifs, la porte ouverte à une judiciarisation supplémentaire de la société, sur le modèle de l’« affaire du Siècle ». Le ministre de la Justice a dit « assumer » ces dix-sept mots supplémentaires, car il revendique la nécessité de graver dans le marbre une « quasi » obligation de résultat.

En réalité, toute la subtilité est dans le « quasi » car par sa formulation, le gouvernement s’est bien gardé de garantir une baisse des émissions de Co: la garantie ne porte que sur la préservation environnementale, la partie « réchauffement » n’étant concernée que par une obligation de moyens (la France « lutte contre le dérèglement climatique »). Emmanuel Macron prend donc pour des imbéciles tous ceux qui croient qu’il y aura un grand pas en avant vers des résultats. Il n’y aura au contraire qu’une augmentation des contentieux portés par des groupes de pression qui pourront jouer sur l’ambiguïté de la formulation requise.

«Notre choix est clair: nous ne nous mettrons pas entre le peuple et ce texte, en faisant dérailler le processus référendaire, ce qui permettrait au Président de sortir de cette affaire comme Ponce Pilate»

Fort cyniquement, le gouvernement a refusé d’amender son texte – rejetant les 400 amendements présentés – au motif qu’il fallait respecter « l’engagement » pris à l’égard des 150 « conventionnels du climat ». Eux-aussi sont pris pour des imbéciles car dès 2019, un projet de loi constitutionnelle prévoyait cette modification de l’article 1er, quasiment dans les mêmes termes. La seule différence entre 2019 et 2021 est le verbe « garantir », dont on a vu les limites juridiques. Les 150 citoyens ont donc avalisé ce que le gouvernement avait déjà rédigé, une preuve éclatante de la manipulation de cette instance ad hoc.

Piège. Emmanuel Macron espère à bon compte se verdir avec une réforme mal calibrée et ceux qui pointeraient la faiblesse juridique du texte seraient ainsi caricaturés en adversaires de la lutte contre le réchauffement climatique. Nous ne tomberons pas dans ce piège. Même si nous sommes convaincus que ce texte est mauvais, la question est de savoir qui doit trancher : le Parlement ou le peuple. Notre choix est clair : nous ne nous mettrons pas entre le peuple et ce texte, en faisant dérailler le processus référendaire, ce qui permettrait au Président de sortir de cette affaire comme Ponce Pilate.

En nous abstenant, nous ne bloquerons donc pas ce texte et le laisserons aller au référendum, si le Sénat l’accepte également. En revanche, si référendum il y a, nous ferons ardemment campagne pour le « non » en dénonçant ces manœuvres politiciennes qui instrumentalisent la cause environnementale.

Président Macron, vous qui aimez « garantir », irez-vous jusqu’à engager votre responsabilité sur ce texte, en cas d’échec référendaire ?

Julien Aubert est député LR du Vaucluse. Cette tribune est cosignée par Emmanuelle Anthoine, députée LR de la Drôme, Jean Bacci, sénateur LR du Var, Thibault Bazin, député LR de Meurthe-et-Moselle, Valérie Bazin-Malgras, députée LR de l’Aube, Bernard Bouley, député LR de l’Essonne, Valérie Boyer, sénatrice LR des Bouches-du-Rhône, Jacques Cattin, député LR du Haut-Rhin, Dino Cinieri, député LR de la Loire, Pierre Cordier, député LR des Ardennes, Bernard Deflesselles, député LR des Bouches-du-Rhône, Pierre-Henri Dumont, député LR du Pas-de-Calais, Yves Hemedinger, député LR du Haut-Rhin, Else Joseph, sénatrice LR des Ardennes, Henri Leroy, sénateur LR des Alpes-Maritimes, Emmanuel Maquet, député LR de la Somme, Gérard Menuel, député LR de l’Aube, Sébastien Meurant, sénateur LR du Val-d’Oise, Louis-Jean de Nicolaÿ, sénateur LR de la Sarthe, Bérengère Poletti, députée LR des Ardennes, Didier Quentin, député LR de Charente-Maritime, Stéphane Sautarel, sénateur LR du Cantal, Laurence Trastour-Isnart, députée LR des Alpes-Maritimes et Arnaud Viala, député LR de l’Aveyron.

«Marine Le Pen va gagner contre Macron », avertit Julien Bayou

«Marine Lepen va gagner contre Macron », avertit Julien Bayou

Le secrétaire national d’Europe écologie les Verts prévoient dans une interview au Point Que le phénomène de rejet de Macon sera plus fort que celui du rejet de Marine Le Pen et que cette dernière a toutes les chances de gagner leur des présidentielles de 2022. Dans les conditions actuelles effectivement, il est probable que la dynamique principale qui va peser pour l’élection présidentielle sera le rejet du plus détesté en tout cas le moins aimé. De ce point de vue,  Macon accumule les motifs de détestation non seulement du fait de ses contradictions mais aussi de sa position jupitérienne condescendante voire méprisante.

 

«Aujourd’hui, il n’y a que deux forces qui peuvent gagner contre [la présidente du RN] : la droite et nous, les écologistes». Alors que tous les sondages montrent que, si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, le duel de 2017 se rejouerait (alors même que, selon ces mêmes sondages, les Français ne veulent pas d’une telle répétition). Les sondages font apparaître que 70 % environ des Français ne souhaitent pas un nouveau duel macro Le Pen mais ils sentent aussi nombreux à penser qu’il se reproduira en 2022.

 

L’écologiste fonde également sa prédiction sur les récents sondages politiques : «Avec [Emmanuel Macron], l’écart avec Marine Le Pen s’est considérablement réduit à cause de lui. On est à 48 contre 52 % en moyenne. Si ça, ce n’est pas un signal d’alerte…» Julien Bayou fait référence ici à un sondage de Louis Harris Interactive publié fin janvier qui ne donnait en effet qu’une courte avance de 4 points à Emmanuel Macron – autrement dit, dans la marge d’erreur – en cas d’un nouveau duel présidentiel avec la candidate du RN. Des résultats tout à fait inédits pour Marine Le Pen, qui n’avait obtenu que 33,9% des voix à l’élection présidentielle de 2017, ce qui était déjà près de deux fois plus que son père, Jean-Marie Le Pen, à l’élection présidentielle de 2002 (17,8%). «Il suffirait que la majorité remette sur le tapis la réforme des retraites pour que Marine Le Pen redevienne favorite à l’élection présidentielle», prédit encore Julien Bayou, évoquant la retraite souhaitée par Emmanuel Macron mais repoussée sine die à cause du Covid, et qui pourrait devenir l’un des enjeux centraux de l’élection présidentielle de 2022.

 

Cette interview dans Le Point est publiée le même jour qu’une enquête de Libération titrée : «Le barrage mal barré». «Un nombre grandissant d’électeurs de gauche l’affirment : même au second tour, ils n’iront pas voter pour le chef de l’État, de plus en plus ancré à droite», avance le quotidien lui-même marqué à gauche, qui a reçu des «centaines de lettres» de ces électeurs qui ne veulent «plus faire barrage.

 

 

Birmanie : la lutte des opposants va continuer

Birmanie : la lutte des opposants va continuer

.

Il est vraisemblable que la junte militaire qui a pris le pouvoir en Birmanie a sans doute sous-estimé le crédit dont jouissait le gouvernement civil. Du coup, se développent des protestations, des manifestations et même des phénomènes de désobéissance civile. Théoriquement le putsch doit être limité à un an et la junte militaire promet des élections libres.

«Nous continuerons à nous battre», a déclaré un communiqué de la jeune militante Maung Saungkha, appelant à la libération des prisonniers politiques et à «l’effondrement complet de la dictature» ainsi qu’à l’abolition d’une constitution qui donnait à l’armée un veto au parlement et pour fédéralisme dans un Myanmar divisé ethniquement.

Une génération plus âgée d’activistes formée lors de manifestations réprimées dans le sang en 1988 a appelé à la poursuite de la grève des fonctionnaires pendant encore trois semaines.

«Nous demandons également aux manifestants de toute la nation de s’unir et de s’entraider systématiquement», a déclaré le communiqué de Min Ko Naing au nom du groupe 88 Generation.

Après que des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues du Myanmar, des ordres locaux interdisant les rassemblements de plus de quatre personnes ont été imposés. L’ambassade des États-Unis a déclaré avoir reçu des informations faisant état d’un couvre-feu de 20 heures à 4 heures, heure locale, dans les deux plus grandes villes, Yangon et Mandalay.

Dans son premier discours télévisé en tant que chef de la junte lundi, Min Aung Hlaing a déclaré que la junte formerait une «démocratie vraie et disciplinée», différente des époques précédentes de régime militaire qui laissaient le Myanmar dans l’isolement et la pauvreté.

«Nous aurons une élection multipartite et nous donnerons le pouvoir à celui qui remportera cette élection, selon les règles de la démocratie», a-t-il déclaré. La commission électorale avait rejeté ses accusations de fraude lors du scrutin de l’année dernière.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU tiendra une session spéciale vendredi pour discuter de la crise à la demande de la Grande-Bretagne et de l’Union européenne.

L’administration du président américain Joe Biden a déclaré qu’elle envisageait des sanctions ciblées.

Suu Kyi reste extrêmement populaire chez elle, malgré les dommages causés à sa réputation internationale face au sort de la minorité musulmane Rohingya.

Croissance : ça va repartir !…. Un jour ! (Lagarde)

Croissance : ça va repartir !…. Un jour !  (Lagarde)

 

 

 

Comme d’habitude, Christine Lagarde remplit avec un grand sérieux ses fonctions économiques et financières en lisant scrupuleusement les notes qui lui sont préparées. Ce qu’elle faisait déjà lorsqu’elle était ministre des finances en France quand elle lisait les notes du trésor ensuite au Fonds monétaire international où elle procédait de la même manière. Maintenant à la tête de la banque centrale européenne, elle suit  à la lettre  les indications des experts qui l’entourent et la contrôlent.

Ainsi sa dernière récente mission a été d’insuffler un peu d’optimisme atteint par la résurgence de la pandémie. – Christine Lagarde reconnaît que la croissance espérée en 2021 a été affectée par la hausse souvent incontrôlée de la pandémie. Mais pour la patronne de la banque centrale européenne l’économie devrait repartir plus tard. Peut-être vers le milieu de l’année.

Elle n’en sait évidemment strictement rien , encore moins  que les experts qui l’entourent mais il faut redonner un peu de moral et de perspectives aux acteurs économiques. Christine Lagarde prend cependant même des précautions oratoires pour indiquer que la vraie reprise n’interviendra sans doute pas avant le milieu de l’année 2022. Quant au connaît le décalage entre les prévisions optimistes et les perspectives plus réalistes, on peut conclure que la reprise n’est pas prévue avant 2023.

Alors que les pays de la zone euro bloquent leurs économies pour ralentir la propagation du nouveau coronavirus, l’économie du bloc s’est contractée au dernier trimestre et une contraction au cours des trois premiers mois de 2021 est une possibilité .

«Nous nous attendons à ce que la reprise s’accélère vers le milieu de l’année, même si les incertitudes persistent», a déclaré Lagarde au Journal du Dimanche dans une interview. «Soyons clairs: nous ne verrons pas un retour aux niveaux d’activité économique pré-pandémique avant la mi-2022.»

La politique monétaire étant déjà tendue, la politique budgétaire doit prendre le relais et Lagarde a appelé les dirigeants politiques européens à enfin ratifier un fonds de relance sans précédent de 750 milliards d’euros (903 milliards de dollars).

«Le plan doit être ratifié à temps pour que la Commission européenne emprunte comme prévu en juin prochain et distribue ensuite les fonds», a-t-elle déclaré.

Lagarde n’a offert aucune nouvelle indication sur la politique monétaire et a simplement répété les indications de la BCE selon lesquelles elle pourrait encore augmenter son quota d’achat d’actifs, si nécessaire, mais pourrait également sous-acheter ce quota si les conditions de marché restent

Chine – Etats-Unis : une guerre technologique qui va durer

 Chine – Etats-Unis : une guerre technologique qui va durer

L’expert de l’industrie chinoise Jean-François Dufour montre, dans une tribune au « Monde », comment Washington s’efforce de bloquer l’accès de Pékin aux semi-conducteurs, composants incontournables pour le développement industriel chinois.

Tribune.

 

 Le gouvernement chinois voit partir avec Donald Trump un adversaire qui faisait beaucoup de bruit. Mais Pékin sait que son véritable problème va rester : la politique d’endiguement technologique menée par Washington, fruit d’une évolution de plus long terme et plus discrète, a passé un cap décisif en 2020.

La guerre commerciale contre la Chine, lancée en 2018 par le président sortant des Etats-Unis, a des chances de s’apaiser avec son successeur. Mais elle est restée un problème marginal pour les autorités chinoises : elle a été inefficace, et leur a même permis de remobiliser les troupes en démontrant le bien-fondé de leur politique d’indépendance économique nationale.

Le souci bien plus important de Pékin est que la guerre technologique, beaucoup plus décisive, a toutes les chances de se poursuivre. Elle n’est en effet pas le résultat d’un mouvement d’humeur ni de la décision d’un homme. Elle a commencé bien avant Donald Trump : on peut dater son premier épisode important du premier veto à une acquisition du groupe chinois Huawei, en 2008 ; surtout, elle est l’aboutissement d’une réflexion stratégique de l’administration américaine.

Action américaine

Son objectif est d’endiguer l’émergence technologique accélérée de la Chine. Elle est devenue une urgence aux yeux de Washington en 2015, lorsque la Chine de Xi Jinping, en publiant son plan « Made in China 2025 », n’a plus caché ses ambitions.

Cinq ans plus tard, en 2020, cette stratégie a trouvé son moyen le plus minuscule – il se mesure en nanomètres –, mais aussi le plus efficace : les semi-conducteurs sont au cœur de tous les projets technologiques de la Chine. Depuis les véhicules autonomes jusqu’aux réseaux électriques intelligents, en passant par l’usine du futur qui doit les fabriquer et les équipements de télécommunications qui doivent les faire fonctionner, ces composants électroniques sont incontournables. Et ils sont aussi le talon d’Achille de l’industrie chinoise, qui en consomme cinq fois plus qu’elle n’en produit.

L’exploitation américaine de cette faiblesse s’est concentrée dans un premier temps sur Huawei, le premier équipementier de télécommunications au monde, devenu en quelques années le symbole de la progression technologique chinoise en tant que pionnier de la 5G. Elle s’est faite en deux étapes.

La première, inscrite en 2019 dans le contrôle des ventes de semi-conducteurs américains au groupe chinois, s’est avérée relativement inefficace. Huawei a en effet démontré une capacité de réaction d’une rapidité inattendue, avec la conception de ses propres

 

 

La pieuvre chinoise va continuer de se déployer y compris en Europe

 

La chercheuse Ni Gao observe, dans une tribune au « Monde », que les investissements chinois à l’étranger, contrariés par la pandémie et les tensions internationales, pourraient se redéployer dans les pays plus proches de la Chine. Mais un déploiement qui pourrait affecter aussi l’Europe surtout depuis qu’un accord de principe a été conclu entre la Chine et l’union européenne sur les investissements réciproques

Tribune.

 

 La Chine est devenue, au cours des dix dernières années, un acteur important des investissements directs étrangers (IDE), c’est-à-dire des investissements destinés à créer, développer ou maintenir une filiale à l’étranger, ou encore à prendre une part significative, voire le contrôle, d’une entreprise étrangère. Fin 2019, plus de 27 500 entreprises chinoises avaient investi dans 188 pays du monde. L’Asie, l’Europe et l’Amérique latine sont les destinations principales de ces investissements. Les secteurs comme la finance, l’industrie manufacturière, la vente en gros et au détail et les services aux entreprises représentaient plus de 70 % de l’ensemble de ces investissements, avec la création de 44 000 entreprises à l’étranger.

La recherche de ressources, de marchés et de gains de productivité sont les trois motivations principales des IDE des pays développés dans les pays en développement. Les entreprises occidentales ont généralement des avantages monopolistiques ou spécifiques qui leur permettent de maintenir leur compétitivité sur le marché international. En revanche, les entreprises des pays émergents comme la Chine ne possèdent pas, pour la plupart d’entre elles, ces types d’avantages lorsqu’elles souhaitent se développer à l’étranger. Elles utilisent donc l’expansion internationale comme un moyen d’accéder à des ressources qui seraient inaccessibles autrement.

Elles cherchent en particulier une mise à niveau de leur technologie à travers le processus d’internationalisation. Un nombre important d’IDE chinois en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord est réalisé dans ce but. L’amélioration des compétences est leur objectif sur le long terme, et la fusion-acquisition est le mode d’entrée privilégié des entreprises chinoises. Cela leur permet d’accéder rapidement au marché local et d’élargir leurs parts de marché à l’international, tout en utilisant une multitude de ressources existantes dans l’entreprise cible, telles que leurs réseaux de vente, les brevets, les technologies ou encore les marques.

Nouvel ordre économique

La recherche de nouveaux marchés est également une motivation importante pour les entreprises chinoises. Elles ont adopté une stratégie de proximité, en privilégiant les manageurs locaux dans des pays de culture différente, afin de s’adapter aux besoins des consommateurs. En 2019, les entreprises chinoises travaillaient avec plus de 2,266 millions d’employés non chinois à l’international, soit 60,5 % du nombre total d’employés des entreprises chinoises à l’international.

 

 

Sibeth Ndiaye va pantoufler comme secrétaire générale du groupe Adecco

Sibeth Ndiaye va pantoufler comme secrétaire générale du groupe Adecco

Le gros lot pour l’ancienne porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye . L’intéressée n’aura exercé ses fonctions politiques que pendant un peu plus d’un an et pour aller pantoufler comme secrétaire général du groupe Adecco.  

 

Celle qui n’a obtenu qu’un vague DESS en sciences politiques se voit donc propulsée comme dirigeante d’un des plus grands groupes français avec évidemment paye et avantages correspondants.

 

Une vraie promotion pour celle qui n’a adopté la nationalité française qu’en 2016. On objectera à  juste titre qu’elle n’est pas la seule responsable à atterrir dans les pantoufles grassement rémunérées d’entreprises après avoir effectué un petit tour ( ou un grand tour) en politique.

 

L’intéressée garde quand même une place au sein de la république en marche plus précisément dans la commission nationale dite des talents. Elle le mérite car elle a au moins le talent pour servir son itinéraire personnel.

 

À quand une régulation du pantouflage des politiques et autres conseillers dans les grandes entreprises. Notons qu’à gauche le phénomène existe aussi, on se reclasse dans les grandes entreprises mais aussi dans les grandes organisations.

Bourse: le yo-yo va continuer

 

 

Sur les marchés boursiers le yo-yo continu alternant les périodes d’optimisme avec des périodes de grandes incertitudes notamment liées à l’évolution de la situation sanitaire. Un jour, des lobbys imaginent un net redressement de la croissance en 2021. Un autre jour, il prévoit le contraire avec un redressement pas avant 2022 voire 2023. Il est évident que toute perspective peut être mise en question tant que la crise sanitaire ne sera pas mieux maîtrisée. Pire certains variants du Coronavirus en particulier en provenance du Royaume-Uni ou d’Afrique du Sud font craindre le pire notamment des formes de reconfinementsplus ou moins généralisés. Cette alternance d’espérance et d’incertitude permet cependant de faire bouger la cote et rend possible pour les gros opérateurs des prises de bénéfices au bon moment. Mais pour 2021 au moins pendant six mois, il faudra s’habituer à ces mouvements de yo-yo d’autant que les résultats d’entreprises ne seront pas à la hauteur.

L’incertitude politique a dominé les échanges alors que les démocrates de la Chambre ont présenté une résolution visant à destituer le président américain Donald Trump, l’accusant d’incitation à l’insurrection à la suite d’une violente attaque contre le Capitole la semaine dernière.

Le Nikkei du Japon a glissé de 0,48%, le KOSPI de la Corée du Sud a chuté de 0,91% et les contrats à terme sur l’indice Hang Seng de Hong Kong ont perdu 0,54%.

Défiant la vente plus large, le S & P / ASX 200 australien a augmenté de 0,24%.

À Wall Street, le Dow Jones Industrial Average a chuté de 0,29%, le S&P 500 a perdu 0,66% et le Nasdaq Composite a baissé de 1,25%.

Les investisseurs attendent des indications sur la mesure dans laquelle les dirigeants voient un rebond des résultats 2021 et de l’économie à la suite des résultats et des conférences téléphoniques de JP Morgan, Citi et Wells Fargo vendredi.

Pendant ce temps, les rendements des bons du Trésor à plus long terme étaient à leur plus haut depuis mars avant qu’une nouvelle offre à long terme n’arrive cette semaine et sur la spéculation d’une plus grande relance budgétaire américaine alors que les démocrates auront le contrôle du Congrès et de la Maison Blanche.

«Les gens sont optimistes de voir la courbe des taux se pentifier et cela pourrait aider les spreads et les marges d’intérêt nettes pour les banques», a déclaré Hayes.

Les billets de référence à 10 ans ont chuté pour la dernière fois de 11/32 pour un rendement de 1,1443%, contre 1,107% vendredi soir.

L’écart entre les rendements des bons du Trésor à deux ans et à 10 ans a frôlé les 100 points de base pour atteindre son niveau le plus élevé depuis juillet 2017.

La hausse des taux a à son tour offert un certain soutien au dollar, qui a atteint son plus haut niveau en plus de deux semaines contre un panier de devises.

L’indice du dollar américain a augmenté de 0,256%, l’euro ayant reculé de 0,54% à 1,2152 $. Le yen japonais s’est affaibli de 0,24% par rapport au billet vert à 104,20 pour un dollar, tandis que la livre sterling s’échangeait pour la dernière fois à 1,3516 $, en baisse de 0,35% sur la journée.

Les prix du pétrole brut ont chuté, touchés par les inquiétudes renouvelées concernant la demande mondiale de carburant dans un contexte de blocage des coronavirus à travers le monde, ainsi que par l’appréciation du dollar.

Le brut américain a récemment baissé de 0,1% à 52,19 $ le baril et le Brent était à 55,61 $, en baisse de 0,68% sur la journée.

L’or au comptant sécurisé a chuté de 0,2% à 1 844,27 $ l’once. L’argent a chuté de 1,70% à 24,94 $.

Football français : un modèle qui va s’écrouler

Football français : un modèle qui va s’écrouler

Après l’échec financier de Mediapro et les effets délétères de la pandémie, le football traverse une crise économique durable et doit de toute urgence se réinventer, estime l’ancien président de club de Lens et de Nantes, Luc Dayan, dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune.

 

Evoluant au sein d’un univers législatif et politique inadapté, encadré par un supposé contrôle des comptes bien inefficace, le football français n’a pas su, voulu ou pu penser son développement. L’échec de Mediapro et la pandémie de Covid-19 ne font que révéler plus rapidement que prévu les grandes faiblesses de notre football national.

Sans les multiples prêts garantis par l’Etat (PGE) contractés par la plupart des clubs, obtenus en s’appuyant sur des chiffres d’affaires gonflés par les ventes d’actifs – les joueurs –, le sinistre serait majeur. L’endettement de nos clubs est massif et ne date pas d’hier. Quelques actionnaires aux reins solides soutiennent la trésorerie de leurs clubs, mais pour combien de temps encore ? Quant aux autres, ils jonglent comme ils le peuvent…

Depuis vingt ans, le désordre, l’instabilité, la permissivité financière, voire morale, des instances, les comportements et les déclarations de certains footballeurs ou entraîneurs ont donné une mauvaise image de notre football. L’affaire du bus de Knysna, les litiges dont se sont estimés victimes certains clubs (Entente SSG, Luzenac, etc.), en raison de règlements interprétés « à la tête du client », les dépôts de bilan de clubs historiques comme Sedan, Strasbourg ou Bastia, le procès des affaires du PSG, celui des transferts à l’OM, les élections à la tête de la Ligue de football professionnel (LFP), reflet des conflits d’intérêts entre dirigeants de club également décideurs dans les instances, les conséquences de l’arrêt brutal du championnat 2019-2020, sans oublier les récurrentes affaires de mœurs ou les problèmes de gouvernance à la Fédération française de football (FFF) révélés récemment, la liste est longue. Et la justice, qui agit peu, et souvent avec retard.

Quant à certains journalistes, qui vivent de la bête, ils l’entretiennent pour mieux la tuer quand c’est leur intérêt. Il est plus facile pour eux de clouer au pilori joueurs ou dirigeants quand ils chutent, alors qu’ils les encensent quand ils gagnent, faisant vendre leurs journaux.

L’illusion collective qui a démarré après la Coupe du monde 1998 est désormais avérée. Les joueurs de l’équipe de France évoluant quasiment tous à l’étranger, le football de club est resté très faible en comparaison avec l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne et même l’Italie. La formation française, qui est une des meilleures du monde, a profité de l’arrêt Bosman et a permis de rentrer de l’argent dans le système national, mais aux dépens de la qualité du jeu fourni. Le transfert de joueur est devenu l’outil d’une cavalerie salariale inflationniste entre clubs du monde entier. Ces transferts étant payés de façon étalée dans le temps, les créances que détiennent les clubs français seront en conséquence de moins en moins certaines.

VARIANT BRITANNIQUE : la menace qui va imposer le reconfinement

VARIANT BRITANNIQUE : la menace qui va imposer le reconfinement

Le  virus premier importé de Chine était déjà difficile à contrôler. Mais la situation devient hors contrôle quand le virus britannique et où le virus sud-africain prend le dessus. Ce qui est inévitable car c’est toujours le virus le plus dynamique qui remplace les autres.

Ainsi le généticien, Axel Kahn, aussi président Ligue contre le cancer affirme dans: « Il y a eu énormément de dégâts collatéraux pour les personnes atteintes de cancer ». Il a notamment mis en garde contre l’arrivée des deux « mutants », dont « le V1, l’anglais » qui présente une grande « capacité d’invasivité ».

À Marseille par exemple , les analyses à la suite de la découverte d’un probable « cluster » de la souche anglaise du Covid-19 à Marseille se poursuivent. Sur les 23 contaminations examinées, le maire Benoît Payan annonce ce dimanche soir que 8 correspondent au variant anglais.

L’enquête n’est pas terminée à Marseille, mais la situation virale est déjà jugée « inquiétante ». Benoît Payan, le maire socialiste de la ville, s’est exprimé à deux reprises pour évoquer le cluster du variant anglais du Covid-19, détecté dans la cité phocéenne.

Avant cette prise de parole, Benoît Payan et Michèle Rubirola se sont exprimés plus tôt, ce dimanche à 15 heures, lors d’un point presse organisé dans une caserne des marins-pompiers.

« Désormais chaque minute compte pour endiguer la propagation de la souche anglaise », a alors prévenu l’édile: « Il nous faut réagir immédiatement, nous souhaitons que l’on sorte des schémas habituels de la crise et tout faire pour tracer, tester et isoler en urgence tous les porteurs potentiels de la souche britannique. »

 

Le problème c’est qu’on est bien incapable de quantifier le nombre de personnes atteintes par le virus britannique voir sud-africain.

 

Stabilité financière : pour la Banque de France, tout va bien….. pour l’instant !

Stabilité financière : pour la Banque de France, tout va bien….. pour l’instant !

 

La Banque de France, évidemment sous tutelle de l’État, se veut rassurante quant au risque financier qui pourrait découler de non-remboursement de crédits accordés. La Banque de France diffuse donc un air d’optimisme mais en prenant de solides précautions oratoires pour ne pas évacuer une vague d’insolvabilité.

 « Selon la durée de la crise sanitaire, nous avons des situations actuellement sous contrôle qui pourraient passer à des situations d’insolvabilité », note Sylvie Goulard, sous-gouverneure de la Banque de France. Mais, à la fin de l’année 2020, la matrice des risques apparaît globalement stable d’un semestre à l’autre.

 

Sans surprise, le principal point d’inquiétude concerne la hausse de l’endettement brut des sociétés non financières, en partie liée aux mesures de soutien des pouvoirs publics. La dette brute des entreprises a augmenté de 175 milliards d’euros entre mars et septembre 2020 (soit 2,5 fois plus vite que sur la même période en 2019), dont 121 milliards pour les seuls prêts garantis par l’Etat (PGE), .

Le prêt garanti par l’Etat est un prêt de trésorerie d’un an. Ce prêt de trésorerie pourra couvrir jusqu’à trois mois de chiffre d’affaires, soit un quart du chiffre d’affaires annuel. « Ce dispositif s’inscrit dans le pont aérien de cash que nous avons déployé pour que l’entrepreneur puisse avoir, en prêt, l’équivalent de trois mois de chiffre d’affaires, qu’il n’a pas pu réaliser », résume Nicolas Dufourcq, le patron de Bpifrance. Les entreprises souhaitant emprunter moins que trois mois de chiffre d’affaires en auront la possibilité.

Pour les jeunes pousses innovantes, qui n’ont souvent pas, ou très peu, de chiffre d’affaires, un autre critère est retenu. Le prêt pourra ainsi couvrir jusqu’à deux années de masse salariale, hors cotisations patronales. « Les start-up ne sont pas les oubliées du système », a ainsi souligné Nicolas Dufourcq. Ce plafond est également retenu pour les entreprises créées depuis le 1er janvier 2019.

Le prêt bénéficie d’une garantie de l’Etat à hauteur de 70 à 90%, selon la taille de l’entreprise. Les banques conservent ainsi une part du risque associé, mais celle-ci est minimisée pour les inciter à prêter. Dans les détails, les entreprises ayant moins de 5.000 salariés et faisant moins de 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires bénéficieront d’une garantie de l’Etat de 90%.

Celles qui comptent plus de 5.000 salariés et qui réalisent plus d’1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires pourront bénéficier d’une garantie publique de 80%. Ce pourcentage descend à 70% pour les entreprises ayant un chiffre d’affaires supérieur à 5 milliards d’euros. La garantie est donc plus faible pour les plus grandes entreprises.

Le système se veut le plus accommodant possible pour les entreprises. Aucun remboursement ne sera exigé la première année. Ensuite, l’entreprise pourra décider, à l’issue des douze premiers mois, d’amortir le prêt sur une durée de 1, 2, 3, 4 ou 5 années supplémentaires. « Pas question de créer un autre mur pour l’entreprise », a souligné Sébastien Raspiller, à la direction générale du Trésor.

Nissan va progressivement quitter l’Europe

Nissan  va progressivement quitter l’Europe

Le constructeur automobile japonais a prévu de délocaliser ses activités européennes et de concentrer ses efforts sur la Chine, les États-Unis et le Japon.

Dans le cadre de son plan de redressement, Nissan prévoit de réduire son réseau commercial dans 30 pays, principalement en Europe de l’Est, et de fermer son usine espagnole d’Avila, qui sera transformée en entrepôt, selon le quotidien.

12345...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol