Archive pour le Tag 'urgent'

Sahel : un renforcement militaire urgent pas à la hauteur

Sahel : un renforcement militaire urgent pas à la hauteur

Un renforcement est en cours mais il risque de ne pas être à la hauteur de l’enjeu. La France va déployer 600 soldats supplémentaires dans la bande sahélo-saharienne, portant les effectifs de l’opération Barkhane à 5.100 hommes, annonce dimanche la ministre des Armées.

L’essentiel des renforts sera déployé dans la zone dite des « trois frontières » entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, précise Florence Parly dans un communiqué. Des effectifs nécessaires mais sans doute insuffisant avec une menace d’enlisement de l’armée française comme le craint  Serge Michailof, chercheur à l’Iris et enseignant à Sciences Po, ancien  directeur des opérations à l’Agence française de développement (AFD). Ce spécialiste de l’Afrique, et plus précisément du Sahel, s’ explique dans une interview à France info.

L’armée française risque-t-elle un enlisement au Sahel ?

Serge Michailof : L’armée française se trouve dans une impasse. Elle a brillamment arrêté le rezzou (l’attaque NDLR) inorganisé lancé en janvier 2013, par trois groupements armés qui ont alors menacé le sud du pays et en particulier Bamako; elle a alors détruit une série de bases logistiques des jihadistes au nord du Mali. L’armée française a empêché la constitution de katibas (cellule armée NDLR) structurées susceptibles de menacer les centres urbains.

Mais la guerre s’est déplacée, comme on pouvait le craindre, vers le centre, puis le sud du pays, régions très peuplées. A cet égard, le terme de « terroriste » pour désigner l’ennemi est parfaitement inapproprié, puisque nous n’avons pas en face de nous des fous de Dieu exclusivement soucieux de semer le chaos, mais des hommes réfléchis qui ont arrêté une stratégie asymétrique classique assez proche de celle adoptée en Afghanistan par les Taliban. Or il suffit de regarder les cartes des incidents et actions conduites par les jihadistes de 2017 à 2019, pour constater l’expansion géographique et la multiplication de ces actions.

Nous constatons ainsi que l’ennemi déroule sa stratégie et que Barkhane, quelles que soient les victoires tactiques qu’elle remporte, n’a pas pu arrêter la dégradation de la situation sécuritaire. En outre, l’armée malienne subit défaite sur défaite. Elle a perdu 150 hommes en deux mois. Les jihadistes ont récemment fait une démonstration de leurs capacités en prenant le poste de Indelimane, à proximité de la frontière avec le Niger et en tuant 40 soldats. Défendant un pays très fragile, aux institutions gangrénées par le népotisme et la corruption, nous sommes en train de perdre la guerre même si Barkhane gagne toutes les batailles.

Comme en Afghanistan, la géographie du Sahel est-elle un obstacle au rétablissement de la sécurité ?

C’est plus l’immensité de l’espace et le mauvais état des routes qui pose problème, plutôt que la géographie par elle-même. Les pays du G5 Sahel représentent environ 6 à 7 fois la superficie de la France. Il n’y a pas de zones montagneuses comparables réellement à l’Indu Kush d’Afghanistan, même si l’Aïr, que j’ai souvent parcouru et l’Adrar des Ifoghas, sont des zones difficiles. Ceci dit maintenant que la guerre s’est aussi déplacée au Burkina et y prend une coloration ethnique : agriculteurs Mossis contre pasteurs Peuls, elle devient extrêmement difficile, car l’enjeu est le contrôle des populations dans un contexte où les deux Etats sont défaillants. La guerre se déplace donc vers les villages dans un contexte de mosaïque ethnique très complexe, de crise environnementale, de tensions et conflits anciens qui sont ravivés délibérément par les jihadistes.

 

Pourquoi les armées africaines ne semblent-elles pas à la hauteur du défi ?

 

Il y a de grandes différences entre les armées du G5-Sahel. La Mauritanie a découragé les jihadistes qui ont pris la peignée à chaque fois qu’ils sont intervenus dans ce pays, qui se rouvre même au tourisme (!). L’armée tchadienne a considérablement aidé Serval en 2013 et est d’ailleurs très redoutée dans la sous-région. Mais elle est au four et au moulin, combattant les jihadistes de Boko Haram repliés dans le bassin du Lac Tchad, intervenant en Centrafrique, et répondant aux menaces multiples provenant du Darfour et de Libye.

L’armée nigérienne bien commandée “fait le boulot” et tient le coup pour l’instant, mais elle manque cruellement de moyens. Il suffirait que la France ou l’Union Européenne acceptent de mettre le paquet en formation, équipement, financement etc. pour en faire une armée capable de tenir le pays, Si le Niger recevait le tiers du milliard de dollars que coûte la force des Nations unies, la Minusma, en dotation annuelle pour sa sécurité, le Niger serait fort capable de se défendre.

Le vrai problème, ce sont les armées du Mali et du Burkina. Le problème est ici avant tout politique. Vous connaissez le dicton chinois ”le poisson pourrit par la tête”. En fait, il ne sert à rien d’entraîner ces deux armées et de les équiper si en particulier une gestion des ressources humaine rénovée ne permet pas de réintroduire un système méritocratique dans les chaînes de commandement et de sortir du népotisme.

 

Comme l’Afghanistan, le Sahel est-il gangréné par les trafics en tous genres et notamment armes et drogue ?

 

De tout temps le Sahel et le Sahara ont été des zones de trafic historiquement d’esclaves, d’or, d’ivoire et de sel. Aujourd’hui c’est plutôt la cocaïne, les armes et les migrants avec aussi un peu de gasoil et de produits alimentaires pour profiter des différences de prix avec l’Algérie. Ces trafics ont eu un impact désastreux au Mali en gangrénant une partie des élites dirigeantes dès la fin des années 1990 et le début des années 2000.

Maintenant ces trafics sont pour partie entre les mains des différents groupes djihadistes et contribuent à leur financement. Les ressources financières de ces groupes viennent aussi du contrôle des mines d’or artisanales, qui sont très importantes au Mali et au Burkina et de la taxation du coton, qui est l’une des richesses de ces pays et le racket sur les marchandises et les voyageurs sur les routes qu’ils contrôlent.

Comment expliquer la montée du jihad et la force de l’islam politique dans cette région autrefois réputée pour une certaine tolérance ?

 

L’islam soufi, historiquement propre à cette région, était extrêmement tolérant. Le salafisme n’est toutefois pas arrivé hier. Son implantation méthodique est l’œuvre de l’Arabie Saoudite, qui est très active au Sahel depuis la fin des années 70 et l’enrichissement des pays pétroliers. Depuis cette époque, on a vu surgir dans tout le Sahel francophone des mosquées financées par des fondations saoudiennes et cet effort méthodique sur plus de 40 ans a entraîné une modification radicale des comportements religieux. Pour ceux qui, comme moi, suivent le Sahel depuis 50 ans, on a vu apparaître les voiles des femmes depuis la fin des années 1990.

A ceci s’est conjugué un effondrement des systèmes d’éducation publique en zone rurale, ceci pour des raisons multiples : crises budgétaires, programme économique du FMI mal construit, mais surtout le choc démographique et la focalisation des donateurs sur les constructions d’écoles, alors que la formation et l’encadrement des enseignants ont été largement oubliés. Résultat, les écoles coraniques ont fréquemment été le seul lieu d’apprentissage des enfants et ces écoles ont été tenues par des convertis au salafisme. Ce n’est pas sans rappeler le rôle des madrassas du Pakistan dans la formation du mouvement Taliban.

Pourquoi ces états n’arrivent-ils pas à répondre aux besoins sociaux, éducatifs, de leur population ?

 

Ces pays sahéliens ont une population extrêmement pauvre et le taux de fiscalisation qui est de l’ordre de 20 % du PIB ne leur laisse pas de marges budgétaires bien conséquentes. Or ils sont soumis à un double choc : un choc démographique colossal avec des taux de croissance de la population supérieurs à 3%, 4% pour le Niger dont la population est passée de 3 millions à l’indépendance à 20 millions actuellement et dépassera 60 millions en 2050. Le deuxième choc est un choc sécuritaire, car les dépenses de sécurité qui atteignent ou dépassent 6% des PIB sont en train d’évincer les dépenses de développement et les dépenses sociales. Ces pays ne peuvent pas acheter des hélicoptères de combat et apporter une éducation de qualité à leurs enfants.

 

Réforme Retraites: ce n’est pas le sujet urgent

Réforme Retraites: ce n’est pas le sujet urgent

 

 

 

Macron vient de commettre une erreur stratégique fondamentale en se trompant de réforme. L’urgence n’est pas  de définir ce que seront les retraites de ceux qui aujourd’hui ont 47 ou 57 ans et moins ( donc avec application en 2025 ou 2035). Ce n’est pas l’âge de la retraite qu’il faut reculer mais le temps de travail qu’il faut augmenter. Notons que la France a la durée de travail annuelle la plus faible de l’Europe.  1646 heures travaillées, soit 434 heures de moins que la Roumanie !

 

 La solution, c’est de travailler plus longtemps tout au long de sa vie pour partir plus tôt, à 62 ans. Au lieu de travailler 35 heures, il faut travailler 37 ou 40 heures  et cela équilibrera les retraites et la balance commerciale qui accuse régulièrement un déficit de 50 à 60 milliards par an.

 Pour des questions démographiques et de justice, une réforme des retraites est indiscutablement nécessaire. Mais l’urgence n’est sans doute pas de retarder de manière uniforme l’âge de la retraite mais de travailler davantage tout au long de sa vie en tenant compte des spécificités du métier.  Le problème, c’est que la France a pris l’habitude d’enfiler les réformettes tous les cinq ans en moyenne sans s’attaquer aux questions de fond. Il y a forcément l’équilibre financier à trouver entre les actifs et les retraités.

 

 De ce point de vue, la France souffre d’un taux d’inactivité trop important ( 6 à 8 millions de personnes ) comparé aux autres pays . Ce sont en effet  les cotisations d’actifs qui permettent d’assurer le financement des pensions ( principe de la répartition). Jusqu’alors,  on a surtout raisonné en termes de catégories professionnelles, d’entreprises et de secteurs. De sorte qu’on a fait l’amalgame entre les conditions de vie d’un employé dont le travail ne comporte pas de sujétion particulière avec celui d’un autre  salarié soumis à des conditions de travail difficiles ( charge physique, charge mentale, cadence, horaires, travail des dimanches et jours de fête etc.).

 

 Si une véritable réforme égalitaire devait intervenir, elle devrait prendre en compte les conditions individuelles de chaque salarié et non son appartenance à un secteur à une entreprise. À l’hôpital, tous les salariés sont loin d’être soumis aux contraintes d’un service d’urgence; à la SNCF nombre de postes ne justifient nullement une retraite anticipée par rapport à la norme;  chez les fonctionnaire en général s’ajoutent des conditions de travail généreuses à des sureffectifs. Certes, certains métiers, dans certaines fonctions et dans certaines circonstances subissent des contraintes qui justifient un départ en retraite anticipé. Cette réalité ne doit toutefois pas servir d’alibi pour justifier la généralisation de cet avantage a la masse des autres salariés concernés.

 

On objectera qu’un salarié peut au  cours de sa carrière changer de poste, certains plus difficiles que d’autres. Ce sont précisément ces sujétions particulières qui doivent être évaluées, prises en compte pour justifier un niveau de retraite particulier.

 

 C’est l’approche globale qui rend la réforme actuelle complètement confuse en même temps qu’injuste. Pour preuve , il y a une différence d’espérance de vie de 10 ans environ  entre certains ouvriers et des cadres. C’est la philosophie même du régime des retraites qui doit être mise en cause. L’approche méthodologique par secteur, statut, grande entreprise est complètement obsolète et nourrit l’inefficacité et l’ injustice. Enfin pour éviter d’avoir à engager une réforme tous les cinq ans, il convient de prendre le temps d’organiser les inévitables transitions car on ne passe pas d’un système aujourd’hui particulièrement incohérent et inégalitaire à un système universel.

 

Bref, comme sur beaucoup d’autres sujets, l’approche du gouvernement se caractérise par une grande incompétence technique et sociale. Enfin et peut-être surtout l’ urgence n’est sans doute pas le report uniforme de l’âge de la retraite mais l’augmentation du temps de travail tout au long de la vie. Ce qui permettrait de maintenir un âge de départ réel autour de 62 ans.

 

Grand débat : urgent de « conclure », sinon …. (Gérard Collomb)

 

Grand débat : urgent de « conclure », sinon  …. (Gérard Collomb)

Ce n’est pas un avertissement mais ça y ressemble fortement. L’ancien ministre de l’intérieur, maire de Lyon met en garde le pouvoir à propos de la sortie du débat national. D’abord Gérard Collomb note que le mécontentement se maintient à un haut niveau. Deuxièmement qu’il faut éviter de tergiverser et répondre rapidement à cette demande de justice sociale et fiscale. Enfin que pour sortir par le haut il importe de prendre des décisions fortes et non d’essayer de s’en tirer  avec quelques mesures gadgets ou accessoires. On ne peut pas dire que l’ancien ministre de l’intérieur se situe franchement dans une forme d’opposition mais pour le moins il adapte une position d’observateur critique vis-à-vis de la gestion de la crise sociale actuelle. En outre à propos de l’Europe il s’interroge sur la cohérence de la liste en marche. En effet, la diversité de la composition de cette liste interroge pour lui sur le cap à suivre. Il rappelle que le même temps ça marche pendant les campagnes électorales mais que ça dysfonctionne après les élections quand il s’agit de prendre des décisions cohérentes.

« Il faut pouvoir sortir à un moment du grand débat, le conclure, et donc faire des annonces fortes », a déclaré Gérard Collomb, invité dimanche soir de l’émission politique « En toute franchise » sur LCI. « Je pense que ce sont ces annonces qu’attendent aujourd’hui les Français », a-t-il ajouté, jugeant qu’il y a urgence à le faire « parce qu’on ne peut pas continuer de semaine en semaine » avec les manifestations des « gilets jaunes ». « On voit que le mouvement continue. Cela montre la profondeur sans doute du malaise (…) On ne peut nier qu’il y ait une véritable crise dans le pays », a ajouté celui qui avait quitté le gouvernement à l’automne pour redevenir maire de Lyon.

Interrogé sur d’autres récents départs de ministres ou de proches du chef de l’État, Gérard Collomb a répondu que celui-ci devait reconstituer une équipe et assurer « un véritable renouveau » pour « réussir la deuxième partie du quinquennat ». « Il faut tenir compte des leçons de ce qui s’est passé récemment et faire en sorte qu’on n’ait pas l’impression que les mesures sont pour les uns mais qu’elles sont pour toutes et pour tous », a-t-il dit en déconseillant la voie du référendum. À l’approche des élections européennes, celui qui fut très proche d’Emmanuel Macron a assuré qu’il voterait pour la liste LREM « malgré les divergences » qu’il peut avoir « sur certains points ». « Pour être diverse, elle l’est puisqu’il y a des gens d’opinions sensiblement différentes sur cette liste. Le problème est de savoir après quel est le cap », a critiqué Gérard Collomb. « Toujours dans les périodes pré-électorales le ‘en même temps’ marche très bien, on l’a vu. Le problème après c’est qu’il faut trancher, en particulier pour l’Europe où la situation va être extrêmement complexe », a-t-il poursuivi. Il considère aussi que la tête de liste, Nathalie Loiseau, devra s’affirmer « comme une femme politique capable de peser en Europe ».

BCE : il est urgent d’attendre

BCE : il est urgent d’attendre

C’est en substance ce que dit la BCE après sa dernière réunion. Certes la banque centrale européenne constate bien des risques importants de ralentissement économique mais en même temps mesure tout autant les limites d’une politique monétaire. Pour parler plus clair les experts de la banque centrale européenne sont dans le potage et ne savent plus quel moyen employé pour tenter d’influencer à la fois l’inflation et la croissance La Banque centrale européenne a donc jugé prématuré d’agir lors de sa réunion de politique monétaire de juillet, la première après le vote des Britanniques en faveur d’une sortie de l’Union européenne, montre le compte-rendu de cette réunion publié jeudi. En dépit de la politique accommodante de la banque centrale européenne, l’union économique ne parvient pas à relancer la croissance et l’inflation. Pour la croissance,  il faudra sans doute s’habituer à une croissance molle pendant de nombreux mois voir plusieurs années, sans doute autour de à 1,3 % pour la croissance et de 0,3 % pour l’inflation annuelle. Cela démontre à l’évidence les limites d’une politique monétaire qui n’est pas articulée avec une politique budgétaire dynamique et avec des réformes structurelles. Toute la problématique tourne autour de la faiblesse de la demande. La banque centrale européenne a beau se montrer accommodante cela ne relance pas pour autant la demande de crédit destiné au seul investissement. Aussi bien des entreprises que des ménages.  La Banque centrale européenne semble donc avoir épuisé son arsenal pour relancer l’inflation dans la zone euro, montre une enquête Reuters publiée jeudi. La BCE a gonflé ses achats d’actifs pour les porter à 80 milliards d’euros mensuels, a offert aux banques des refinancements à bas coûts et a réduit son taux de facilité de dépôt à -0,4%. Malgré tout cela, les 60 économistes interrogés par Reuters s’attendent à voir l’inflation dans l’union monétaire plafonner à 0,3% cette année et 1,3% l’an prochain. L’objectif de la BCE d’une hausse des prix très légèrement inférieure à 2% ne devrait pas, selon eux, être atteint avant 2019, au plus tôt. Après un bon début d’année, la croissance en zone euro ralentit et devrait, selon l’enquête Reuters, se situer autour de 0,3% par trimestre jusqu’à la fin de l’année et de 0,4%, toujours par trimestre, l’an prochain. « Nos prévisions indiquent que la morosité de l’économie de la zone euro, qui paraissait s’estomper, va persister plus longtemps que ce à quoi nous nous attendions, ainsi que la BCE », écrit dans une note Paul Mortimer-Lee, économiste de marché chez BNP Paribas. « Plutôt qu’au Brexit, cela est dû à l’érosion de certains des facteurs temporaires qui ont stimulé la croissance cette année », ajoute-t-il. Face à cette situation la banque centrale a décidé qu’il était urgent d’attendre :

« forward guidance » de la BCE : urgent d’attendre !

« forward guidance » de la BCE : urgent d’attendre !

 

À l’occasion de la réunion du Conseil des gouverneurs de jeudi 21 mars, la BCE ne devrait pas annoncer grand-chose de nouveau. Elle devrait ce contenter de répéter ce qui a déjà été dit le 10 mars avec la promesse de maintenir les taux et le rachat de dettes y compris privées mais sans modalités ni dates.  Pour les taux c’est comme le temps nécessaire pour refroidir le temps du canon : un certain temps ! Quant au rachat de dettes nouvelles en demeurera encore dans le flou. Pourtant la situation économique supposerait des mesures plus radicales dans la mesure où les perspectives de croissance sont moins bonnes encore que prévu à l’intérieur de l’union européenne (autour de 1,5 % pour la progression du PIB) et il ne faut guère attendre de soutien de l’extérieur en l’état actuel de l’environnement international lui aussi assez mollasson comme en témoignent les prévisions en baisse élaborées  par le FMI. Au sein de la BCE certains sont persuadés qu’il faudrait des mesures beaucoup plus radicales pour relancer la croissance mais ils se heurtent évidemment à l’opposition de certains pays notamment de l’Allemagne qui ne veut pas en entendre parler. Une Allemagne qui conteste de plus en plus la stratégie de la banque centrale européenne et dont  certains représentants demandent même que le président actuel soit remplacé par un Allemand ! La réunion du 21 avril Devrait donc n’être qu’un point d’étape pour la BCE. Six semaines après l’annonce, le 10 mars dernier, d’une nouvelle série de mesures dont certaines restent à préciser dans leurs modalités et à mettre en place, Mario Draghi devrait donc demeurer immobile, cette fois. Pas de baisse de taux, ni de nouvelles décisions majeures à attendre, donc. Et ce pourrait être le cas pendant plusieurs mois, si l’on en croit Frédérik Ducrozet, économiste chez Pictet Wealth Management à Genève et fin observateur de la BCE. « Les signaux récents envoyés par la BCE suggèrent qu’il faudrait un choc significatif pour aller au-delà de l’ajustement des outils existants et pour considérer plus de mesures radicales », écrit-il ce lundi dans une note. La BCE s’est, il est vrai, beaucoup avancé le 10 mars. Pour l’instant, la priorité est donc d’achever la construction de ces mesures, ce qui n’est pas une tâche minime. Un point reste encore assez obscur : le rachat d’obligations d’entreprises non-financières de la zone euro qui doit commencer « vers la fin du deuxième trimestre ». Quel sera la taille des achats de la BCE sur le marché de la dette privée ? Comment ces achats se répartiront-ils selon les pays, les secteurs et les degrés de risque ? Quelle est la définition des « entreprises non financière qu’appliquera la BCE ? Un des éléments les plus attendus de ce 21 avril concerne ces modalités, mais aussi les moyens que la BCE se donnera pour contourner un des écueils les plus importants de ce programme : le manque de liquidités de ce marché et la possibilité d’une « dépendance » du marché vis-à-vis de ces rachats. Si Mario Draghi se montre clair sur ces points, le marché pourrait réagir positivement. Mais c’est une vraie gageure pour la BCE qui, sans doute, préférera rester dans le flou comme elle l’a été dans le cas des rachats de prêts titrisés (ABS) afin de ne pas se lier les mains et maintenir un difficile équilibre entre l’incitation des investisseurs à venir sur ce marché et la « subvention » pure et simple à ce même marché. Le prix de cette prudence pourrait être une certaine déception des investisseurs à court terme. Le Conseil des gouverneurs préférera également sans doute attendre de voir quel sera en juin le résultat du premier « TLTRO II », acronyme barbare désignant des prêts de quatre ans accordés aux banques et incluant une subvention aux prêts à l’économie réelle sous forme de « remise » de la différence entre le taux demandé, qui est la taux de référence de la BCE, soit 0 %, et le taux de dépôt, actuellement à -0,4 %. Autrement dit, une banque qui empruntera auprès de la BCE et remplira les critères demandés de distributions de crédit, pourrait avoir à rembourser moins que la somme empruntée.

Evolution des taux : il est urgent d’attendre (la FED)

Evolution des taux : il est urgent d’attendre (la FED)

 

 

Pour résumer la position de la FE :, la situation économique et l’emploi aux États-Unis justifierait une hausse des taux mais celle-ci n’aura pas lieu en ce moment du fait des incertitudes concernant la situation mondiale. En bref il est urgent d’attendre ;  la hausse   des taux interviendra mais on ne sait pas quand, avant la fin de l’année ou en 2016 ? Ce qui fait que la menace va planer encore sans doute pendant des mois rajoutant encore des incertitudes au sein incertitude. En réalité tout dépendra de l’évolution de la croissance mondiale est particulièrement de celle de la Chine. La Réserve fédérale américaine a laissé jeudi ses taux d’intérêt inchangés, cédant aux inquiétudes suscitées par l’économie mondiale, la volatilité des marchés financiers et la faiblesse de l’inflation aux Etats-Unis, sans exclure toutefois la possibilité d’un durcissement de sa politique monétaire d’ici la fin de l’année.  Pour justifier ce qui s’apparente à un retrait tactique, sa présidente, Janet Yellen, a reconnu lors d’une conférence de presse que l’évolution récente de la situation économique internationale avait forcé la main de la banque centrale la plus puissante du monde.  L’économie américaine se porte suffisamment bien pour supporter et justifier une hausse de taux, a-t-elle expliqué, « et nous prévoyons que cela restera le cas ». Mais elle a ajouté que « les perspectives à l’international semblent être devenues plus incertaines », avec pour conséquences récentes une baisse de Wall Street, une hausse du dollar et un resserrement des conditions de financement susceptibles de freiner la croissance américaine.   »A la lumière de l’incertitude accrue à l’étranger, (…) le comité a jugé approprié d’attendre », a poursuivi Janet Yellen. « Etant donné l’interdépendance économique et financière élevée entre les Etats-Unis et le reste du monde, la situation à l’étranger mérite une surveillance attentive. » Le communiqué publié à l’issue de la réunion du comité de politique monétaire mentionne lui aussi l’impact de la situation internationale, devenue une variable clé de la réflexion de la Fed au-delà des seuls données économiques américaines.   »Les récents développements de l’économie et des marchés financiers mondiaux pourraient peser quelque peu sur l’activité économique et sont susceptibles d’exercer une pression baissière supplémentaire sur l’inflation à moyen terme », explique-t-il.  La prochaine réunion de politique monétaire aura lieu les 27 et 28 octobre, la dernière de l’année les 15 et 16 décembre. Mais il est peu probable finalement que cette hausse des taux intervienne d’ici fin 2015.

Areva : il est urgent d’attendre ! (Macron)

Areva : il est urgent d’attendre ! (Macron)

 

 

Il n’est guère plus compétent  en matière de politique énergétique  que plus généralement qu’en matière d’économie, du coup Macron décide d’attendre pour la fusion de certaines activités entre EDF et Areva. La bonne vieille méthode de l’énarchie, on attend ! En fait on va perdre encore au moins deux à trois mois alors que la réponse devient urgente pour rassurer les clients étrangers . Pourquoi de tels atermoiements ? A cause des luttes internes au sein de l’oligarchie d’Etat ( les deux entreprises appartiennent à l‘Etat. En faiat Il faut céder pour 2 milliards environ les réacteurs nucléaires d’Areva à EDF. Ce n’es t pas assez argumente Areva alors que de toute façon c’est l’argent de l’Etat et du contribuable ! L’Etat ne prendra de décision définitive sur la restructuration d’Areva qu’en juillet, a déclaré vendredi aux syndicats du groupe le ministre de l’Economie. « Nous n’avons pas aujourd’hui de réponse établie a priori(…) Le gouvernement n’a pas arrêté une option », a expliqué Emmanuel Macron à des journalistes après la rencontre.  Une réunion prévue le 3 juin autour du chef de l’Etat, François Hollande, « sera un moment important pour déterminer les grands axes stratégiques », a-t-il ajouté. Mais les syndicats du groupe nucléaire ont retiré de leurs discussions avec le gouvernement le sentiment que rien de définitif ne serait annoncé à cette occasion concernant le sort de leur entreprise, en grave difficulté financière. « C’est un échange fructueux (…) mais on n’a rien réglé », a déclaré Jean-Pierre Bachmann, de la CFDT. « La réponse n’arrivera qu’au mois de juillet. » D’autres représentants syndicaux ont confirmé qu’Emmanuel Macron leur avait dit que l’Etat n’avait toujours pas pris de décision quant à un éventuel rapprochement avec EDF. « Il attend des propositions de la part des industriels mais la position du gouvernement n’est pas arrêtée », a dit l’un d’eux à Reuters. Selon ces représentants, Emmanuel Macron a précisé que la décision serait arrêtée lors d’une réunion du Conseil supérieur de la filière nucléaire, qui doit se réunir à la mi-juillet.

 

Gouvernement « Le remaniement pas urgent »’ (Valls )

Gouvernement   »Le remaniement pas urgent »’ (Valls )

Valls essaye de se rassurer en déclarant que le remaniement n’est pas urgent ; en fait il l’est car Valls ne dispose plus de majorité au parlement. Au minimum il lui faudra intégrer des écolos et sans doute aussi quelques frondeurs. Pas un changement radical de composition mais sans doute la pédale douce sur les réformes. Valls a beau affirmer le contraire, il devra composer avec son nouveau gouvernement même remanié à la marge. Curieux d’ailleurs cette déclaration de Valls vis-à-vis des écolos qu’il a fusillé lors du congrès de la FNSEA. Le signe sans doute que ce brusque changement d’attitude vient de l’Elysée. Valls mangera sans doute son chapeau mais il restera, sans doute jusqu’aux régionales. A deux jours de son anniversaire à Matignon, Manuel Valls affiche donc  son « immense détermination » à poursuivre les réformes et à faire voter des « lois de gauche ».   »La campagne d’entre-deux-tours a viré plus à une confrontation entre la droite et la gauche, l’UMP et le PS, Nicolas Sarkozy et moi. » Manuel Valls se réjouit auprès du JDD à paraître dimanche après la campagne des élections départementales. Le Premier ministre estime que les socialistes ont plutôt bien résisté et même qu’ils ont réalisé une « performance » au premier tour. Manuel Valls se focalise en fait désormais sur l’après. Un remaniement, comme annoncé auparavant? Non, juste un ajustement technique. Il prévient :  »Il n’y aura pas de zigzag. Le remaniement n’est pas l’urgence. Le cap sera maintenu. » « Peut-on s’ouvrir à d’autres et notamment aux écologistes? C’est à eux d’en décider », affirme le Premier ministre. Pas de changement de ligne, donc, mais de légères réorientations : « La cohérence et la cohésion sont essentielles. Des débats peuvent être ouverts. Il faut soutenir davantage l’investissement public et privé, donner des signes de confiance pour les PME, être à l’écoute de la France qui souffre. De grandes lois de gauche seront votées », annonce-t-il.

 

Actu, économie, politique, société: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Changer de Premier ministre : urgent pour 63%

 

Changer de Premier ministre : urgent pour  63%

 

63% des personnes interrogées (53% chez les sympathisants de gauche, 72% chez ceux de droite) sont favorables à ce que François Hollande change de Premier ministre, 29% y sont opposées et 8% ne se prononcent pas(sondage BVA pour i>TELE et Le Parisien)  Mais quasiment la même proportion (64%) pense que ce changement n’améliorerait pas la situation, contre 32% qui pensent l’inverse. 4% ne se prononcent pas.  Quant à une dissolution de l’Assemblée nationale et l’organisation de législatives anticipées, 52% s’y disent favorables (11% chez les sympathisants de gauche, 86% chez ceux de droite) 42% des personnes interrogées y sont opposées et 6% ne se prononcent pas.  Elles sont aussi nombreuses à estimer que cette décision n’améliorerait pas la situation (52%). 45% considèrent à l’inverse qu’une dissolution aurait un effet bénéfique. 3% ne se prononcent pas.

Immobilier : urgent d’attendre pour acheter

Immobilier : urgent d’attendre pour acheter

Selon  l’indice du moral immobilier Logic-Immo/TNS Sofres, les Français  sont 51 % à penser que la période est propice aux projets immobiliers (seulement 15 % d’avis défavorables), le meilleur score depuis janvier 2011, mais ne bougent pas quand il s’agit de passer à l’acte. Ils sont d’ailleurs 58 % à estimer que les taux d’intérêt sont attractifs contre seulement 24 % en début d’année. Mais c‘est surtout la mauvaise perception du climat économique qui pousse les acheteurs potentiels à attendre: 72 % des personnes interrogées prévoient une dégradation du niveau de vie général dans les six prochains mois. Une situation qui selon eux doit déboucher sur une baisse des prix plus perceptible. Ils sont désormais 51 % à penser que les maisons et appartements seront moins chers dans les six prochains mois et 37 % à estimer qu’ils resteront stables (contre 45 % et 36 % en début d’année). Il est donc urgent d’attendre. Pour cette enquête d’octobre les habitants d’Ile-de-France ont été interrogés de façon spécifique. Ils ne sont pas si différents du reste de la population. Il sont légèrement plus optimistes puisque seuls 68 % d’entre eux (contre 72 %) pensent que le niveau de vie futur va se dégrader. Côté prix, leur attente de baisse est un peu moins marquée: 46 % estiment qu’elle viendra tandis que 16 % pensent qu’ils augmenteront encore.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol