Archive pour le Tag 'universités'

Le chaos raciste gagne des universités aux États-Unis

Le chaos raciste gagne des universités aux États-Unis

Nombre d’universités américaine tombe dans le gauchisme le plus absolu confirmant ainsi la dérive ou autiste. Mais le pire c’est que les responsables de ces universités refusent de sanctionner les atteintes racistes notamment antisémites. Bref un chaos total qui démontre l’anarchie idéologique qui règne actuellement aux États-Unis Et d’ailleurs qui commence à contaminer des grandes écoles françaises dont les élèves suivent la mode américaine avant de rejoindre l’élite bourgeoise et technocratique une fois adulte !

Appeler au génocide des juifs revient-il à violer le code de conduite ou les règles de votre université ? Sally Kornbluth du MIT, Liz Magill de l’université de Pennsylvanie et Claudine Gay de Harvard ont refusé de répondre par l’affirmative à cette question simple. La députée républicaine de New York, Elise Stefanik, l’a resservie plusieurs fois, exaspérée par leurs propos fuyants.


Il y a infraction « si des individus sont visés, pas s’il s’agit d’une déclaration publique », a expliqué Sally Kornbluth, en ajoutant ne pas avoir entendu d’appels au génocide au MIT, mais tout de même « des chants qui peuvent être antisémites en fonction du contexte quand ils appellent à l’élimination de juifs ». Pour que l’administration enquête au motif d’un « harcèlement », il faut que cela soit « propagé » ( « pervasive ») et « sévère », a-t-elle ajouté.

« Si le discours se transforme en conduite, cela peut être du harcèlement, oui », a répondu Liz Magill de U-Penn. « C’est-à-dire l’acte de commettre le génocide. C’est inacceptable », s’est scandalisée Elise Stefanik.

De même, Claudine Gay a jugé que la « rhétorique antisémite » sur le campus de Harvard devait être réprimée « lorsqu’elle se mêle à une conduite » et lorsqu’elle « cible un individu ».

Ces dirigeantes ont assuré qu’elles avaient l’antisémitisme en horreur, cependant elles se sont continûment retranchées derrière la liberté d’expression pour justifier leur inaction.

Elise Stefanik a sur le champ demandé aux trois présidentes de démissionner. Elles méritent d’être limogées pour leur « dépravation morale », a-t-elle défendu par la suite sur Fox News. « Si vous posiez la même question à trois collégiens à travers l’Amérique, ils répondraient correctement, ils diraient que c’est mal », a-t-elle comparé, en appelant à « supprimer les financements publics » des universités d’élite « corrompues ».

A la suite de ces auditions, la commission éducation de la Chambre, présidée par une républicaine, va lancer une commission d’enquête sur « l’environnement éducatif, les règles et les procédures disciplinaires » dans ces trois universités.

Les 28 universités françaises du classement de Shanghai 2022

Les 28 universités françaises du classement de Shanghai 2022


classement national dans l’ordre

Paris-Saclay Université
PSL Université
Sorbonne Université
Université de Paris
Aix Marseille Université
Université Grenoble Alpes
Université de Strasbourg
Université de Montpellier
Claude Bernard Université Lyon 1
Paul Sabatier Université (Toulouse 3)
Université de Bordeaux
Université de Lorraine
Ecole Normale Superieure – Lyon
Institut Polytechnique de Paris
Université de Lille
Université de Toulouse 1
Université de Bourgogne
Université de Clermont Auvergne
Université de Côte d’Azur
Université de Nantes
Université de Rennes 1
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
INSA Toulouse
École des hautes études en sciences sociales
Montpellier Business School
Université Paris-Est Créteil Val de Marne
Université de Savoie
Université de Tours

Classement de Shanghai 2023 : les 20 meilleures universités

Classement de Shanghai 2023 : les 20 meilleures universités

A la 15e place, l’université française de Paris-Saclay est le premier établissement de l’Europe continentale du classement, et gagne une place par rapport à l’édition 2022. La France conserve au total quatre établissements parmi les 100 meilleurs mondiaux, avec également l’université Paris Sciences Lettres (41e) – qui regroupe différents établissements du supérieur dont l’Ecole Normale Supérieure (ENS) -, Sorbonne Université (46e) et l’université Paris Cité (68e).


clasemeent mondial .

Rang 2023 Rang 2022 Institution Pays
1 1 Harvard University États-Unis
2 2 Stanford University États-Unis
3 3 Massachusetts Institute of Technology (MIT) États-Unis
4 4 University of Cambridge Royaume-Uni
5 5 University of California, Berkeley États-Unis
6 6 Princeton University États-Unis
7 7 University of Oxford Royaume-Uni
8 8 Columbia University États-Unis
9 9 California Institute of Technology États-Unis
10 10 University of Chicago États-Unis
11 11 Yale University États-Unis
12 12 Cornell University États-Unis
13 13 University of California, Los Angeles États-Unis
14 15 University of Pennsylvania États-Unis
15 16 Université Paris-Saclay France
16 14 Johns Hopkins University États-Unis
17 18 University College London Royaume-Uni
18 17 University of Washington États-Unis
19 21 University of California, San Diego États-Unis
20 20 ETH Zurich Suisse

Tableau: Le Figaro Étudiant Source: Source: ShanghaiRanking Consultancy

Classement universités Shanghai 2022:La France encore en recul

Classement universités Shanghai 2022:La France encore en  recul

 

Premier établissement non anglo-saxon avec sa 16e place, l’université Paris-Saclay perd trois places par rapport au classement 2021. L’université PSL (Paris Sciences et Lettres) figure au 40e rang, la Sorbonne au 43e et l’Université Paris Cité au 78e. Pour la vingtième année consécutive, l’organisation Shanghai Ranking Consultancy publie ce lundi 15 août son classement des 1000 meilleures universités du monde. Les États-Unis assoient davantage leur hégémonie en monopolisant le top 3. De son côté, la France connaît un léger déclin, avec des places perdues pour environ chaque école, après une progression en 2020 et une stagnation en 2021.

Au fil des éditions, Harvard demeure indétrônable. Mais le trio de tête présente cette année une particularité. Après l’américaine Stanford, éternelle deuxième, arrive le Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui ravit à Cambridge son habituelle médaille de bronze.

Avec sa rivale Oxford, 7ème, elles constituent les seules britanniques face à 13 étasuniennes dans ce top 15 exclusivement anglo-saxon. Pêle-mêle, s’y retrouvent Berkeley, Princeton, Columbia ou encore Yale.

À l’instar de ces dernières années, la première institution non anglo-saxonne du palmarès est française. Paris-Saclay arrive 16ème, malgré une perte de trois places. Le regroupement d’écoles telles CentraleSupélec ou AgroParisTech excellait pourtant dans le classement thématique de Shanghai, sorti en juillet, qui reconnaissait son département de mathématiques comme le meilleur au monde.

Trois autres tricolores figurent dans ce top 100, mais ils ont tous reculé dans la hiérarchie. PSL (Paris Sciences et Lettres), la fusion d’institutions telles l’ENS, Paris-Dauphine ou Mines ParisTech, chute de la 38ème à la 40ème place. Cela ne l’empêche pas de récupérer la deuxième marche du podium national, devant Sorbonne Université, qui accuse une baisse de 8 rangs, finissant au 43ème. De son côté, Paris-Cité, issu de la fusion des anciens Descartes et Diderot, perd cinq places. Quant au reste, les universités Aix-Marseille, Grenoble-Alpes et Strasbourg se maintiennent avant le 150ème rang.

 

Politique: Le réveil social dans les universités ?

Politique: Le réveil social dans les universités ?

 

 

Samedi, des dizaines de manifestations sont organisées dans plusieurs villes de France « contre l’extrême droite et ses idées », à l’appel de syndicats et d’associations, dont SOS Racisme. « Nous appelons très clairement à se saisir du bulletin de vote Emmanuel Macron, puisque c’est le seul à disposition pour que Marine Le Pen soit battue », assure au JDD le président de l’association, Dominique Sopo. À huit jours du second tour de l’élection présidentielle, il pointe également les différences entre le contexte du choc du 21 avril 2002 – après lequel il a manifesté dans la rue - et aujourd’hui, où « la question du vote blanc est plus présente dans le débat public ».

Quel est le mort d’ordre de la manifestation de ce samedi ?
Contre l’extrême droite et ses idées, pour la justice et l’égalité, pas de Marine Le Pen à l’Elysée. Le mot d’ordre, c’est de faire barrage, quelle que soit la façon dont on l’exprime, à l’extrême droite représentée par Marine Le Pen. Les participants auront des expressions différentes autour de ce commun. À SOS Racisme, nous appelons très clairement à se saisir du bulletin de vote Emmanuel Macron, puisque c’est le seul à disposition pour que Marine Le Pen soit battue.

 

Est-ce que vous attendez la même mobilisation qu’en 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen a accédé au second tour de l’élection présidentielle ?
La comparaison entre les manifestations de 2002 et de 2017 avaient déjà été faites et il n’y avait aucun rapport en termes de mobilisation, malheureusement. Demain, nous n’aurons pas non plus la même ampleur car deux phénomènes se sont passés. L’extrême droite est au second tour de l’élection présidentielle de façon récurrente : il n’y a plus le choc et l’inattendu. En 2022, comme c’était le cas en 2017, nous sommes face à des matches annoncés, connus de longue date si l’on en croit les sondages. L’extrême droite a aussi été dédiabolisée de façon active, par les efforts de Marine Le Pen, mais aussi par une forme de complaisance sidérante qui s’est traduite, sur le plan médiatique, politique et intellectuel, par un accompagnement de cette banalisation. Les gens perçoivent moins nettement qui est Marine Le Pen et en quoi elle est une singularité, en tant que candidate d’extrême droite, dans le champ politique français. Il y a eu très peu de débats sur son programme réel et elle a pu, assez tranquillement, aidée par les outrances d’Éric Zemmour, se faire passer pour un personnage modéré et quasiment sympathique.

Le contexte est-il différent aujourd’hui qu’en 2022 ?
L’extrême droite comptabilisait 18 % des votes en 2002, si l’on compte les scores de Jean-Marie Le Pen et de Bruno Mégret. Aujourd’hui, dès le premier tour, on est à 33 %, l’ambiance n’est pas la même. Ce qu’on appelle le « Front républicain » a pris du plomb dans l’aile, même si une série des forces politiques, syndicales et associatives sont claires sur le fait de battre Marine Le Pen dans les urnes. Il y a cependant une forme de gêne, de tension chez certains responsables à dire clairement qu’il faut la faire battre en se saisissant de l’autre bulletin de vote. C’est la différence majeure : en 2002, il n’y avait aucun doute sur la nécessité de voter Jacques Chirac pour minorer le score de Jean-Marie Le Pen. Aujourd’hui, cette question du vote blanc est beaucoup plus présente dans le débat public.

 

Pourquoi ?
A partir du moment où l’on ne perçoit pas la singularité de l’extrême droite, que Marine Le Pen n’est un pas un repoussoir suffisant pour voter Emmanuel Macron, voilà où l’on en est. Il y a un travail de clarification à faire sur ce qu’est le programme de la candidate du RN, la rupture que cela entraînerait sur le plan démocratique, sur les principes républicains, sur la sécurité physique des gens qui sont les cibles traditionnelles de l’extrême droite… Il y a aussi une forme de vide. En 2002, lorsqu’il a fallu faire barrage en votant Chirac, il n’y avait pas de doutes sur les combats sociaux qui allaient être menés ensuite. Aujourd’hui, il y a beaucoup plus de difficultés, pour les jeunes, à se projeter et une survalorisation du temps court, liée aux effets du néolibéralisme. L’idée de battre d’abord l’extrême droite puis de créer des rapports de force, est beaucoup moins audible.

D’autres mobilisations vont-elles s’organiser d’ici le 24 avril ?
Il y aura des rassemblements dans certaines villes la semaine prochaine, notamment autour de la date symbolique du 21 avril. Nous poursuivrons notre travail du quotidien : aller dans les facultés, dans les quartiers populaires pour sensibiliser sur l’importance du vote et rappeler ce qu’est l’extrême droite, son programme et son entourage. On voit bien qu’émerge doucement, soit volontairement, soit sous la pression des interrogations, le programme de Marine Le Pen, qui est la mise en œuvre, avec un habillage davantage social, du programme historique du Front national.

Classement des universités : la France à la traîne

Classement des universités : la France à la traîne

 

 

Schématiquement la France est à la traîne dans les matières réellement scientifiques et n’existe surtout que dans les disciplines sociales. La France manque de spécialistes en ingénierie et en informatique mais elle regorge par exemple de sociologues.

La France fait un peu mieux cette année qu’en 2021: 462 programmes français et 75 universités apparaissent dans le classement, contre 388 programmes et 71 universités l’an passé. Sorbonne-Université est une nouvelle fois en tête des universités hexagonales, avec en tout 26 apparitions dans les 51 top 100 recensés, soit 4 de plus qu’en 2021. Parmi celles-ci, quelques belles performances: Sorbonne Université se classe 7ème dans la catégorie Lettres classiques et Histoire ancienne, ou encore 14ème dans le domaine des Sciences naturelles. Suivent PSL (Paris Sciences et Lettres) avec 24 top 100 (+9) et Paris 1 Panthéon Sorbonne (12 top 100).

La société QS souligne dans son communiqué que «la France est particulièrement forte dans les domaines des arts, des sciences humaines et des sciences sociales». En témoigne la présence de deux écoles de commerce françaises dans le top 10 mondial pour la troisième année consécutive, l’INSEAD (2ème) et HEC (10ème).

En revanche, le communiqué note que «dans les disciplines scientifiques et technologiques, les universités françaises n’atteignent pas les mêmes sommets». La 12ème place de PSL dans la catégorie mathématiques ne masque pas le fait que la France ne compte pas une seule école ou université dans le top 20 du domaine Ingéniérie et technologie, se classant derrière la Suisse, les Pays-Bas ou encore l’Italie.

Le palmarès QS 2022 indique que «la France est le 9 ème meilleur système d’enseignement supérieur au monde», le 4 ème en Europe, avec 6 programmes universitaires classés parmi les 10 meilleurs au monde dans leur catégorie. Très loin du Royaume-Uni (132 programmes) et surtout des États-Unis (239 programmes).

O

Formation et compétitivité- Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage

Formation et compétitivité- Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage

 

L’enseignant  Erwan LE CORNEC agressé de toutes parts pour avoir dénoncé le niveau lamentable de son université en Bretagne occidentale explique dans le Figaro que le niveau de l’université ne cesse de diminuer surtout avec le bac [Covid. ] . Il dénonce l’orientation scolaire qui conduit nombre d’étudiants à rejoindre l’université sans en avoir les compétences au lieu de les orienter vers des métiers manuels dont la France manque cruellement.Ainsi en forme des hordes de sociologues, de psychologues, d’économistes et de diplômés d’instituts politiques quand on manque d’ingénieurs, de médecins, de techniciens et d’ouvriers qualifiés. Des hordes dont beaucoup finiront fonctionnaires, politiciens ou à pôle emploi

 

Dans votre courriel, vous décrivez l’UBO comme une université de «seconde zone». Qu’entendez-vous par là?

À l’université, le niveau est hélas devenu catastrophique. J’ai 25 ans de service public et je constate qu’il n’a fait que se dégrader. C’est un effet domino: à partir du moment où, à l’école primaire, on ne met pas suffisamment les moyens pour leur faire acquérir les fondamentaux, qu’on impose aux enseignants des méthodes pédagogiques idiotes et surtout dangereuses et qu’on fait croire aux jeunes que leur salut c’est l’université, alors forcément leur retard et leurs difficultés ne vont faire qu’augmenter.

Quelles solutions alors?

Leur place, à ces jeunes qui ont accumulé les insuffisances tout au long de leur circuit scolaire jusqu’à l’université, n’est précisément pas à l’université. Ils ont d’autres qualités mais pas celles qui permettent un parcours dans le supérieur. On a aujourd’hui besoin de boulangers, de plombiers, de tapissiers, de plaquistes, de charpentiers, de couvreurs, de peintres en bâtiment… Que ces gamins-là, au lieu d’être induits en erreur et encouragés à s’inscrire à l’université, s’inscrivent en CAP ou trouvent des contrats d’apprentissage.

Pour un nouveau contrat social avec les universités

Pour un nouveau contrat social avec les universités

 

Définir une identité, une signature pour une université est crucial pour faire coexister quelques établissements de recherche, en compétition mondiale, et tous les autres, estime, dans une tribune au « Monde », Jean-Luc Dubois-Randé, président de l’université Paris-Est-Créteil.

 

Tribune.

 

A quoi sert une université pour nos citoyens ? Cette question simple, absurde sans doute, est pourtant pertinente au moment où les universités entrent en compétition tant au niveau national qu’international. Définir différents modèles d’université avec une cohérence d’ensemble à l’échelle nationale est plus que jamais nécessaire alors que l’organisation imposée par les programmes d’investissements d’avenir très compétitifs – avec des jurys internationaux souvent très éloignés des modèles nationaux – est devenue la règle.

Au cours des vingt dernières années, les gouvernements du monde entier ont poussé leurs universités à devenir plus compétitives au niveau mondial. Ceci a profondément transformé les écosystèmes de l’enseignement supérieur et de la recherche de pays comme la France, en érodant les catégories nationales telles que la distinction entre les grandes écoles et les universités, tout en creusant l’écart entre les institutions à forte intensité de recherche et celles qui ne le sont pas.

Cela conduit à un système à deux vitesses dans lequel les universités étroitement liées à leurs communautés, relativement récentes pour la plupart, ont vocation à former des étudiants de premier cycle et répondre aux besoins du territoire local (dans de nombreux pays, elles sont connues sous le nom d’universités de sciences appliquées, aux Etats-Unis sous celui de community colleges). A l’opposé, les universités de recherche sont moins en phase avec les besoins de leurs territoires, précisément parce qu’elles sont en concurrence au niveau mondial.

Avantages comparatifs pour la recherche

Dans un monde professionnel où l’accès aux connaissances et le développement des compétences sont essentiels et où la recherche alimente l’ « économie de la connaissance », un tel phénomène exacerbe les inégalités : les établissements de pointe en recherche concentrent des financements conséquents, renforcent leurs avantages comparatifs et connaissent des processus de reproduction sociale des élites, alors que les catégories socio-économiques les plus défavorisées ont un moindre accès à un enseignement supérieur pleinement ouvert à la recherche.

Dans un environnement dont le caractère concurrentiel continue de se renforcer, le risque est majeur que des chercheurs de premier plan souhaitent en grand nombre être affectés dans les universités à forte intensité de recherche, où se dirigent les étudiants les plus performants, et que les autres universités deviennent progressivement, en grand nombre, des community colleges. Ce schéma est d’ailleurs proposé dans un récent rapport de la Cour des comptes.

 

Formation- Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage

Formation- Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage

 

L’enseignant  Erwan LE CORNEC agressé de toutes parts pour avoir dénoncé le niveau lamentable de son université en Bretagne occidentale explique dans le Figaro que le niveau de l’université ne cesse de diminuer surtout avec le bac [Covid. ] . Il dénonce l’orientation scolaire qui conduit nombre d’étudiants à rejoindre l’université sans en avoir les compétences au lieu de les orienter vers des métiers manuels dont la France manque cruellement.

 

Dans votre courriel, vous décrivez l’UBO comme une université de «seconde zone». Qu’entendez-vous par là?

À l’université, le niveau est hélas devenu catastrophique. J’ai 25 ans de service public et je constate qu’il n’a fait que se dégrader. C’est un effet domino: à partir du moment où, à l’école primaire, on ne met pas suffisamment les moyens pour leur faire acquérir les fondamentaux, qu’on impose aux enseignants des méthodes pédagogiques idiotes et surtout dangereuses et qu’on fait croire aux jeunes que leur salut c’est l’université, alors forcément leur retard et leurs difficultés ne vont faire qu’augmenter.

Quelles solutions alors?

Leur place, à ces jeunes qui ont accumulé les insuffisances tout au long de leur circuit scolaire jusqu’à l’université, n’est précisément pas à l’université. Ils ont d’autres qualités mais pas celles qui permettent un parcours dans le supérieur. On a aujourd’hui besoin de boulangers, de plombiers, de tapissiers, de plaquistes, de charpentiers, de couvreurs, de peintres en bâtiment… Que ces gamins-là, au lieu d’être induits en erreur et encouragés à s’inscrire à l’université, s’inscrivent en CAP ou trouvent des contrats d’apprentissage.

Société-Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage !

Société-Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage !

 

L’enseignant  Erwan LE CORNEC agressé de toutes parts pour avoir dénoncé le niveau lamentable de son université en Bretagne occidentale explique dans le Figaro que le niveau de l’université ne cesse de diminuer surtout avec le bac [Covid. ] . Il dénonce l’orientation scolaire qui conduit nombre d’étudiants à rejoindre l’université sans en avoir les compétences au lieu de les orienter vers des métiers manuels dont la France manque cruellement.

 

Dans votre courriel, vous décrivez l’UBO comme une université de «seconde zone». Qu’entendez-vous par là?

À l’université, le niveau est hélas devenu catastrophique. J’ai 25 ans de service public et je constate qu’il n’a fait que se dégrader. C’est un effet domino: à partir du moment où, à l’école primaire, on ne met pas suffisamment les moyens pour leur faire acquérir les fondamentaux, qu’on impose aux enseignants des méthodes pédagogiques idiotes et surtout dangereuses et qu’on fait croire aux jeunes que leur salut c’est l’université, alors forcément leur retard et leurs difficultés ne vont faire qu’augmenter.

Quelles solutions alors?

Leur place, à ces jeunes qui ont accumulé les insuffisances tout au long de leur circuit scolaire jusqu’à l’université, n’est précisément pas à l’université. Ils ont d’autres qualités mais pas celles qui permettent un parcours dans le supérieur. On a aujourd’hui besoin de boulangers, de plombiers, de tapissiers, de plaquistes, de charpentiers, de couvreurs, de peintres en bâtiment… Que ces gamins-là, au lieu d’être induits en erreur et encouragés à s’inscrire à l’université, s’inscrivent en CAP ou trouvent des contrats d’apprentissage.

Société- Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage

Société- Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage

 

L’enseignant  Erwan LE CORNEC agressé de toutes parts pour avoir dénoncé le niveau lamentable de son université en Bretagne occidentale explique dans le Figaro que le niveau de l’université ne cesse de diminuer surtout avec le bac [Covid. ] . Il dénonce l’orientation scolaire qui conduit nombre d’étudiants à rejoindre l’université sans en avoir les compétences au lieu de les orienter vers des métiers manuels dont la France manque cruellement.

 

Dans votre courriel, vous décrivez l’UBO comme une université de «seconde zone». Qu’entendez-vous par là?

À l’université, le niveau est hélas devenu catastrophique. J’ai 25 ans de service public et je constate qu’il n’a fait que se dégrader. C’est un effet domino: à partir du moment où, à l’école primaire, on ne met pas suffisamment les moyens pour leur faire acquérir les fondamentaux, qu’on impose aux enseignants des méthodes pédagogiques idiotes et surtout dangereuses et qu’on fait croire aux jeunes que leur salut c’est l’université, alors forcément leur retard et leurs difficultés ne vont faire qu’augmenter.

Quelles solutions alors?

Leur place, à ces jeunes qui ont accumulé les insuffisances tout au long de leur circuit scolaire jusqu’à l’université, n’est précisément pas à l’université. Ils ont d’autres qualités mais pas celles qui permettent un parcours dans le supérieur. On a aujourd’hui besoin de boulangers, de plombiers, de tapissiers, de plaquistes, de charpentiers, de couvreurs, de peintres en bâtiment… Que ces gamins-là, au lieu d’être induits en erreur et encouragés à s’inscrire à l’université, s’inscrivent en CAP ou trouvent des contrats d’apprentissage.

Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage

Trop d’élèves dans les universités pas assez en apprentissage

 

L’enseignant  Erwan LE CORNEC agressé de toutes parts pour avoir dénoncé le niveau lamentable de son université en Bretagne occidentale explique dans le Figaro que le niveau de l’université ne cesse de diminuer surtout avec le bac [Covid. ] . Il dénonce l’orientation scolaire qui conduit nombre d’étudiants à rejoindre l’université sans en avoir les compétences au lieu de les orienter vers des métiers manuels dont la France manque cruellement.

 

Dans votre courriel, vous décrivez l’UBO comme une université de «seconde zone». Qu’entendez-vous par là?

À l’université, le niveau est hélas devenu catastrophique. J’ai 25 ans de service public et je constate qu’il n’a fait que se dégrader. C’est un effet domino: à partir du moment où, à l’école primaire, on ne met pas suffisamment les moyens pour leur faire acquérir les fondamentaux, qu’on impose aux enseignants des méthodes pédagogiques idiotes et surtout dangereuses et qu’on fait croire aux jeunes que leur salut c’est l’université, alors forcément leur retard et leurs difficultés ne vont faire qu’augmenter.

Quelles solutions alors?

Leur place, à ces jeunes qui ont accumulé les insuffisances tout au long de leur circuit scolaire jusqu’à l’université, n’est précisément pas à l’université. Ils ont d’autres qualités mais pas celles qui permettent un parcours dans le supérieur. On a aujourd’hui besoin de boulangers, de plombiers, de tapissiers, de plaquistes, de charpentiers, de couvreurs, de peintres en bâtiment… Que ces gamins-là, au lieu d’être induits en erreur et encouragés à s’inscrire à l’université, s’inscrivent en CAP ou trouvent des contrats d’apprentissage.

La dictature du mouvement woke dénoncée dans les universités britanniques

La dictature du mouvement woke dénoncée dans les universités britanniques

 

 

 

Nombreux d’universitaires britanniques ne tolèrent plus cette espèce de dictature intellectuelle du mouvement woke. Un mouvement d’extrême gauche venu des États-Unis qui se caractérise notamment par une intolérance totale vis-à-vis des visions universalistes et qui exerce une sorte de terreur vis-à-vis de ceux qui le dénonce .

 

Apparu aux Etats-Unis dans les sphères militantes noires pour dénoncer le racisme et les violences policières, le terme woke connaît depuis plusieurs années une ascension fulgurante dans les débats publics en France. Dévoyé de son sens originel, le mot est raillé aujourd’hui comme étant un instrument de « censure » du militantisme antiraciste et intersectionnel.

Au début des années 2010, ce concept a permis aux minorités de s’unir autour d’une perception et d’une expérience partagées des discriminations. Une personne se définissant comme « éveillée » est consciente des inégalités sociales, par opposition aux personnes « endormies » face à l’oppression qui pèse sur les femmes, les personnes lesbiennes, gay, bi et trans, les populations d’origines étrangères, etc.

Indépendamment de la façon dont les attitudes individuelles ont pu changer, les personnes « woke » estiment que les sociétés à travers le monde demeurent inéquitables et parfois destructrices pour certaines minorités. Elles reconnaissent que l’on peut être traité différemment selon son milieu social, sa couleur de peau, sa religion, son handicap, son sexe ou son genre. Ainsi, s’attaquer aux inégalités structurelles rendra le monde plus sûr et meilleur, selon elles.

En France, on critique l’importation d’un débat sur la race made in USA au sein d’une société française portée par l’universalisme républicain. Les opposants à ce terme estiment que certaines idées populaires au sein de la gauche radicale américaine, telles que l’organisation de réunions non mixtes, l’intersectionnalité, les débats sur les questions de genre, viendraient saper l’idéal républicain français et menacer la cohésion du pays.

Le  ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, considère « que ces mouvements sont une profonde vague déstabilisatrice pour la civilisation. Ils remettent en cause l’humanisme, issu lui-même de longs siècles de maturation de notre société ».

Au Royaume-Uni 200 universitaires ont décidé de signer une tribune dans le Sunday Times pour dénoncer une «culture de la peur» et la complicité passive des universités. «Les universités créent un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant et offensant pour le personnel et les étudiants», écrivent les signataires qui affirment par ailleurs que les dirigeants universitaires «manquent de courage ou de capacité» pour défendre la liberté d’expression.

Selon les universitaires, 80 incidents relevant de l’intimidation, du harcèlement ou de la censure, ont été relevés depuis cinq ans dans les plus grandes universités du pays. Parmi les signataires, Jo Phoenix, une professeur de criminologie de 57 ans. Elle a récemment porté plainte contre son université pour ne pas avoir su la protéger contre une «campagne publique de harcèlement qui [lui a] rendu la vie professionnelle insupportable». L’universitaire avait été arrêtée pour cause de syndrome de stress post-traumatique après que 360 de ses collègues ont signé une pétition demandant de lui retirer son habilitation à la recherche, et qu’un courrier lui avait été adressé, lui intimant de «fermer sa putain de gueule», le tout illustré d’un dessin de pistolet.

«Quand je suis entré dans la vie universitaire [au début des années 1970], l’idée ne m’a jamais traversé l’esprit que certains sujets étaient interdits», confie au Sunday Times Partha Dasgupta, professeur d’économie à Cambridge. «Il y a aujourd’hui dans les universités britanniques une tentative de réguler la pensée, et pas seulement la parole et l’écrit. Et dire que nous critiquons ailleurs les régimes autoritaires pour avoir supprimé la pensée», ajoute-t-il.

Un mouvement comme déjà indiqué venu des universités américaines qui a aussi contaminé les  universités françaises et le mouvement politique extrémiste. Une sorte de régression intellectuelle qui pratique la terreur de la pensée.

Culture «woke»Universités: oui il faut chasser le grec, le latin des universités mais aussi aussi toutes les lettres et les sciences

Culture «woke»Universités: oui il faut chasser le grec, le latin des universités mais aussi aussi toutes les lettres et les sciences

 

La culture Woke ou Cancel  culture qui vise à déconstruire ce qui nous a précédé- à la méthode maoïste bien connue -devrait aller beaucoup plus loin que ce qui est envisagé à l’université de Colombia aux États-Unis. En effet dans cette université on propose tout simplement de supprimer l’étude du latin et du grec au motif de leurs dimensions racistes et misogynes.

 

De la même manière , il faudrait évidemment supprimer la totalité de l’histoire et de la géographie qui rendent compte aussi des discriminations sociétales . Les mathématiques elles-aussi ont été mises au service d’inventions scientifiques qui ont participé à des drames dont certaines dimensions sont également sociales et sociétales.

La science en général , globalement neutre évidemment, sert le progrès mais est également utilisée  contre certaines sociétés, certaines catégories, certaines origines. Dès lors,  pourquoi ne pas chasser de l’université la totalité des sciences en France y compris;  alors on pourrait s’adonner exclusivement aux matières islamogauchistes et de contre-culture Woke. Cela n’affecterait pas totalement la qualité des diplômes décernés car nombre de Masters par exemple dans certaines disciplines sont distribués comme des petits pains et servent surtout à nourrir les effectif des futurs fonctionnaires.

Culture «woke»: oui il faut chasser le grec, le latin des universités mais aussi l’étude des mathématiques, des lettres, de l’histoire, de la géographie et des sciences en général.

Culture «woke»: oui il faut chasser le grec, le latin des universités mais aussi l’étude des mathématiques, des lettres, de l’histoire, de la géographie et des sciences en général.

La culture Woke ou Cancel  culture qui vise à déconstruire ce qui nous a précédé- à la méthode maoïste bien connue -devrait aller beaucoup plus loin que ce qui est envisagé à l’université de Colombia aux États-Unis. En effet dans cette université on propose tout simplement de supprimer l’étude du latin et du grec au motif de leurs dimensions racistes et misogynes.

 

De la même manière , il faudrait évidemment supprimer la totalité de l’histoire et de la géographie qui rendent compte aussi des discriminations sociétales . Les mathématiques elles-aussi ont été mises au service d’inventions scientifiques qui ont participé à des drames dont certaines dimensions sont également sociales et sociétales.

La science en général , globalement neutre évidemment, sert le progrès mais est également utilisée  contre certaines sociétés, certaines catégories, certaines origines. Dès lors,  pourquoi ne pas chasser de l’université la totalité des sciences en France y compris;  alors on pourrait s’adonner exclusivement aux matières islamogauchistes et de contre-culture Woke. Cela n’affecterait pas totalement la qualité des diplômes décernés car nombre de Masters par exemple dans certaines disciplines sont distribués comme des petits pains et servent surtout à nourrir les effectif des futurs fonctionnaires.

 

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol