Archive pour le Tag 'un'

Page 2 sur 122

« »Eviter l’effondrement de l’économie par un transfert des ressources ? »

« »Eviter l’effondrement de l’économie par un transfert des ressources ? »

 

L’économiste Antoine Monserand propose, dans une tribune au « Monde », un programme de transferts de revenus des ménages et des entreprises dont l’épargne ou l’activité a augmenté, vers ceux qui ont au contraire l’ont vu fortement réduite

Tribune.

 

Réticent à l’idée de perturber de nouveau l’économie après l’été 2020, l’exécutif a pris des mesures au compte-gouttes et trop tardives. Il a ainsi rendu le reconfinement inévitable, mené le pays droit à la saturation des services de réanimation, obligé les soignants à devoir bientôt choisir de nouveau à qui ils sauveront (ou non) la vie. Même lors de son allocution, le président de la République Emmanuel Macron a maintenu ce mot d’ordre : « L’économie ne doit ni s’arrêter ni s’effondrer ».

Pourtant, il existe une solution pour que l’économie s’arrête momentanément sans s’effondrer, sans augmenter ni les faillites, ni la pauvreté, ni le déficit. Pour le comprendre, il faut cesser de considérer l’économie comme une abstraction faisant magiquement apparaître – ou disparaître – des revenus et des emplois, mais plutôt examiner les flux et les stocks de monnaie.

Les revenus des uns ne sont rien d’autre que les dépenses des autres, et vice versa. Si les revenus de certains diminuent ou disparaissent pendant un confinement, ce n’est pas qu’ils se sont « évaporés », comme les centaines de milliards de dollars de valorisation boursière lors de la crise de 2008. C’est simplement que cet argent n’est pas passé d’un compte à un autre en échange de biens et services comme il l’aurait fait en temps normal.

Une grande solidarité nationale de crise

Lorsque la circulation de l’argent est bloquée, une partie du corps social est asséchée, pendant qu’une autre accumule les liquidités. Les inégalités explosent. En témoignent les chiffres de la Banque de France : entre mars et août 2020, les 20 % des Français les plus pauvres se sont endettés pendant que le reste des Français accumulait 86,6 milliards d’euros, dont environ 54 % pour les 10 % les plus riches.

Depuis septembre, le gouvernement n’a cessé d’envoyer des signaux et injonctions contradictoires. Il aurait été de la responsabilité – et même du devoir – de chacun de réduire les contacts au minimum… tout en consommant un maximum. Il fallait à tout prix « relancer la machine ». Mais n’y avait-il pas d’option moins absurde que de demander aux Français de se ruer dans les magasins, d’aller au restaurant trois fois par jour et en escapade en avion tous les week-ends ?

Qu’il s’agisse de la période de l’entre-deux confinements ou des confinements eux-mêmes, il faut faire circuler l’argent pour éviter que les inégalités et la crise sociale empirent. Le canal de la consommation est obstrué ? Utilisons celui de la fiscalité pour organiser une grande solidarité nationale de crise.

 

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

Un probable déconfinement progressif

Un probable déconfinement progressif

Comme l’avait déjà laissé entendre le premier ministre, le déconfinement sera très progressif et pourrait durer jusqu’à l’été. Le gouvernement aura quand même de la peine à contenir la grogne des commerçants dits non essentiels. Il pourrait ouvrir la porte à des réouvertures à partir du 27 novembre.

Un protocole sanitaire renforcé pourrait s’appliquer à tous les commerces. Des activités de sport pourront être reprises en début de janvier mais pas forcément toutes. On a un peu de mal à comprendre la logique du dé confinement et ce ne sont pas les vérités de Lapalisse de Castex qui permettent d’éclairer la question : “Mieux la phase actuelle de confinement produira ses effets, plus nous pourrons évoluer et passer à l’étape suivante qui ne sera pas le retour à l’ante confinement”, a dit Jean Castex, alors que la France est reconfinée depuis le 30 octobre.

“Il y aura des dispositions de freinage, qui sont en cours de calage, qui perdureront (…) parce que la situation se sera améliorée mais pas suffisamment, et puis surtout pour éviter qu’il y ait trop d’écart entre une période de confinement et une période de déconfinement”, a-t-il expliqué. Bref le gouvernement ne sachant pas trop où il va se laisse des marges de manœuvre pour changer de position éventuellement, accélérer le des confinements ou le ralentir.

A la veille d’un nouveau conseil de défense à l’Elysée, le Premier ministre s’est montré prudent quant à une éventuelle réouverture des commerces dits non essentiels, que des professionnels réclament pour le 27 novembre.

“Si les indicateurs épidémiologiques suivent la tendance qui est la leur aujourd’hui, alors, autour du 1er décembre (…) avec des protocoles améliorés (…) on pourra effectivement envisager de rouvrir les commerces qui ne sont pas de première nécessité”, a-t-il dit.

Un changement radical de nos sociétés

Un changement radical de nos sociétés

Emmanuel François, président de la Smart building alliance explique de la tribune que la crise sanitaire va provoquer bouleversements de nos organisations . Il propose de à des fondamentaux et de remettre la proximité, la mixité, la solidarité, la justice sociale, la sobriété et la durabilité au programme de toutes nos actions, à toutes les échelles (chronique dans la tribune)

 

Tribune

Travail, enseignement, santé, commerce mais aussi culture et divertissements : toutes nos activités sont concernées et impactées par ces mutations. Les crises actuelles, par leur imbrication, ne peuvent qu’accélérer le phénomène. Déjà, certaines formes d’économies émergent – collaborative, partagée – modifiant notre relation à la propriété au profit de l’usage.

Collectivement, nous voilà sommés de repenser fondamentalement nos repères. On pense à ceux de l’entreprise, qui, avec l’essor du télétravail, et parce qu’elle fera de plus en plus appel à des compétences partagées, ne pourra bientôt plus se prévaloir d’un capital humain exclusif occupant un espace donné. Et ceux de la famille : avec l’élargissement de la cellule traditionnelle, les générations interagissent différemment, avec des besoins en termes de configuration d’espaces multiples et susceptibles d’évoluer dans le temps.
Comment les infrastructures sur lesquelles reposent nos sociétés s’adaptent-elles à ces nouveaux paradigmes ? On voit par exemple émerger des lieux et bâtiments « pluriels », multi-usages, évolutifs, associant espaces privatifs et partagés. Au-delà, ce sont tous nos piliers économiques, comme nos réseaux physiques, qui vont s’hybrider : apparaissent pour l’énergie des productions et stockages décentralisés, et une distribution en courant continu en complément d’un réseau centralisé en alternatif.

Pour l’eau, des infrastructures de proximité pour la production ou et le retraitement se développent. Idem pour les déchets, avec des approches de plus en plus fines, différenciées et locales, pour la collecte et les différents types de valorisation et retraitements. Le tout faisant intervenir une multitude d’acteurs, privés, publics et associatifs. Les mutations concernent également la production industrielle avec l’essor du « fabless », les sites d’assemblages décentralisés à proximité des lieux de consommation, la construction hors-site, la production alimentaire de proximité, l’agriculture urbaine ou/ hors-sol, la distribution avec des circuits courts portés par des plateformes numériques et places de marché, etc.

 

Pour porter toutes ces évolutions, notre rapport à la monnaie va continuer à évoluer, avec le développement de l’économie de monnaies et crypto-monnaies locales, peut-être basées sur d’autres indicateurs, comme les comportements éco-citoyens, en complément et en parallèle de monnaies nationales ou fédérales, sans convertibilité manifeste voire même souhaitée. Le sujet de la monnaie, devenant de plus en plus sensible et de moins en moins étatique, s’appuyant tant sur la confiance que sur la technologie pour émerger.

Ces hybridations économiques et sociétales, interconnectées, conduisent à une mutation civilisationnelle majeure. Au-delà de nous obliger à repenser au plus vite les cadres normatifs et juridiques, elles nous poussent à revoir notre gouvernance et la répartition des pouvoirs, en entreprise comme dans la sphère publique. Nous avons d’ores et déjà besoin d’instances de prises de décisions moins centralisées, plus neuronales (ou en réseau) que pyramidales et surtout plus inclusives.

Parce qu’on n’en avait pas anticipé les puissances cumulées du numérique, des bouleversements climatiques et environnementaux, et de la crise sanitaire, le sujet de l’accompagnement du citoyen est devenu prioritaire. De plus en plus et de mieux en mieux informé, il veut, à juste titre, se voir impliqué dans ces choix de société. Ce sujet doit passer au premier plan de l’agenda politique et économique, sous peine d’aggraver encore les crises, qui dès lors seront alimentées par le rejet et la peur.

Ne nous laissons pas aveugler par la vitesse des transformations, que certains appellent de leurs vœux, avec des injonctions à l’accélération : la destination est plus importante que le chiffre au compteur ! Oui, nous devons repenser nos cadres de vie. Revenons à des fondamentaux, remettons la proximité, la mixité, la solidarité, la justice sociale, la sobriété et la durabilité au programme de toutes nos actions, à toutes les échelles. Voilà un chantier digne du XXIème siècle.

Crise sanitaire : un plan de relance surtout favorable aux grandes entreprises

Crise  sanitaire : un plan de relance surtout favorable aux grandes entreprises

Selon une étude de l’Institut des politiques publiques (IPP), publiée lundi et diffusée par le Figaro, le plan de relance va surtout aider les grandes entreprises notamment industrielles.

Ce plan profitera dans une moindre mesure aux commerces, et beaucoup moins aux entreprises de l’hôtellerie-restauration ou des services.

Les auteurs jugent donc «optimiste» la prévision du gouvernement sur l’impact positif de cette mesure sur la croissance à moyen terme, d’autant plus que son financement «n’a pas été pris en compte».

En revanche, l’étude constate que les mesures d’urgence prises depuis mars (chômage partiel, prêt garanti, exonérations de charges, fonds de solidarité) ont bien rempli leur rôle, en ciblant les entreprises les plus fragiles financièrement, celles qui ont pu le moins maintenir leurs salariés en emploi et qui ont subi les plus fortes baisses de chiffre d’affaires.

Par secteur, l’hôtellerie-restauration, les services, les transports et les commerces sont ainsi les plus aidés. En revanche, les auteurs soulignent que ces dispositifs ont aussi «surtout aidé les entreprises petites, peu capitalistiques et peu productives dès avant la crise».

Enfin, selon l’étude, le choc de l’épidémie a eu un impact très inégal sur les revenus des ménages: les plus modestes, parce qu’ils sont notamment les plus susceptibles de travailler dans des secteurs touchés par le Covid-19, ont ainsi été les plus pénalisés. Ils sont aussi moins susceptibles de faire du télétravail et ont les contrats de travail les moins protecteurs (CDD, intérim, etc.)

De ce point de vue, les aides exceptionnelles aux bénéficiaires d’aide sociale et l’allocation de rentrée scolaire, qui ont atteint 173 euros pour les 20% de ménages les plus modestes, ou encore celles pour les indépendants et les petits entrepreneurs, ont permis de compenser en partie leurs baisses de revenus, note l’étude.

Les ménages du milieu de la distribution des revenus ont eux enregistré les pertes les plus importantes (jusqu’à 0,4%), l’indemnité de chômage partiel ne couvrant pas l’intégralité de leur salaire habituel. À l’inverse, les ménages les plus aisés, plus susceptibles de faire du télétravail et donc de conserver leur salaire complet, ont été moins pénalisés par la crise.

Pérou : encore un président provisoire, Francisco Sagasti

Pérou : encore un président provisoire, Francisco Sagasti

Le parlement péruvien a finalement choisi Francisco Sagasti pour occuper le poste de président pour remplacer l’autre président intérimaire Manuel Mérino. Le Pérou,  un pays qui se caractérise par une corruption généralisée chez une majorité de députés et de candidats à la présidence. Depuis 30 ans, tous les présidents successifs ont été destitués pour corruption. Ce fut encore le cas pour le dernier régulièrement élu Martin Vizcarra.

Martín Vizcarra, vient à son tour de quitter la Maison de Pizarro à Lima;  lundi, le Congrès a voté sa destitution en l’accusant d’avoir reçu des dessous-de-table en 2014, quand il était gouverneur d’un département. Mais le cas de Vizcarra n’est pas comparable à ceux de ses prédécesseurs : c’est sa croisade anticorruption qui lui vaut l’acharnement des députés, dont 69 sur 130 font l’objet de poursuites judiciaires. Depuis lundi, les mobilisations se multiplient dans le pays, en défense d’un président au taux de popularité record. Les manifestants dénoncent le «congrès putschiste» et dénient toute légitimité au chef de l’Etat par intérim, le président du Parlement, Manuel Merino, qui prend les rênes du gouvernement jusqu’à la prochaine présidentielle, prévue en avril.

Mais ce président par intérim du Pérou, Manuel Merino, a démissionné dimanche, moins d’une semaine après avoir pris ses fonctions, après des manifestations hostiles qui ont provoqué la mort de deux personnes et fait des dizaines de blessés au cours d’une des plus graves crises politiques que le pays ait connue depuis une vingtaine d’années.

Il vient donc d’être remplacé par un autre président intérimaire Francisco Sagasti. Jusqu’à quand ?

«Eoliennes : un scandale environnemental»

«Eoliennes :  un scandale environnemental»

Jean-Louis Butré, expert en énergie dénonce dans le Figaro le scandale environnemental que constituent les éoliennes.

 

Jean-Louis Butré est membre du groupe d’experts «Energie et vérité».


Plus de 2 000 associations se sont créées dans le pays pour protester contre l’implantation d’éoliennes, symbole d’un scandale environnemental et financier malheureusement couvert par les pouvoirs publics, tandis que chaque semaine de nouvelles manifestations apparaissent. Le rassemblement de toutes ses associations est en cours, nous attendons avant 2 ans les inscriptions de plus de 4 000 associations capables désormais de réunir plus de 500 000 citoyens.

Depuis des décennies la politique énergétique de notre pays a été un exemple de réussite qui nous a permis d’avoir l’une des électricités les moins chères d’Europe, nous procurant ainsi un avantage compétitif. Ce succès de nos ingénieurs et de nos responsables politiques risque sous peu de n’être plus qu’un souvenir tant les efforts du lobby écologiste détruit avec constance cet atout national. Le prix du KW au rythme actuel doublera en moins de 10 ans, sans lien avec l’effort nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique!

Ces centaines de milliers de Français, non écoutés, ne s’opposent pas aux énergies renouvelables, pourvu qu’elles soient efficaces, compétitives et qu’elles contribuent à notre prospérité tout en étant socialement acceptables ; or ce n‘est pas actuellement le cas pour l’éolien terrestre, d’une agressivité inacceptable envers les populations.

Les atteintes connues à la biodiversité ne semblent pas émouvoir les habituels défenseurs de l’environnement qui se mobilisaient naguère pour la sauvegarde d’une espèce particulière d’escargot

Scandale financier, oui c’en est un. D’un côté nos taxes visibles sur notre facture d’électricité sont en forte hausse, pour financer 41 milliards d’euros sur 9 ans prévus pour les éoliennes, appuyé sur le seul argent des contribuables et des consommateurs. Ces financements transitent par l’opérateur national EDF pour qu’il rachète aux promoteurs le courant produit par leurs éoliennes à 91 euros le kwh, cela pendant 15 ans. Rappelons que le coût marginal du kwh produit par les centrales nucléaires est de 33 euros le kwh. C’est donc à EDF d’assurer les pertes malgré ses difficultés financières. Qu’importe pour le lobby écologiste!

Le scandale environnemental n’est pas moins stupéfiant. La dévastation de nos paysages suscite auprès des populations un rejet croissant, et les atteintes connues à la biodiversité ne semblent pas émouvoir les habituels défenseurs de l’environnement qui se mobilisaient naguère pour la sauvegarde d’une espèce particulière d’escargot. Fort heureusement, pour la démocratie on voit désormais aux quatre coins de la France des défilés de mécontents.

Quelle agression que ces engins métalliques qui peuvent atteindre désormais 200m de hauteur et surgir à 500m d’une habitation! L’expérience montre que toutes les habitations perdent alors dans un rayon de quelques kms entre 30 et 40 % de leur valeur quand elles trouvent un acheteur, comme l’ont vérifié les notaires dans ces zones. En effet, qui acceptera d’acheter une maison à l’ombre de ces engins dont on mesure actuellement les multiples nuisances.

Aujourd’hui, pour faire tenir ces monstres il faut, autre atteinte à l’environnement, environ 2 500 m3 de béton, de nouveaux «blockhaus» qui vont parsemer nos champs. Leur démantèlement pose le problème de qui paiera dans 15 ou 20 ans quand les promoteurs auront sans doute disparu, alors que la réserve prévue de 50 000 euros est ridiculement faible au regard des premières expériences estimées à 450 000 euros?

 

Ce sont probablement les communes qui verront revenir vers elles à long terme les coûts pharamineux des travaux de remise en état des terrains

Comment seront recyclés les «terres rares» aujourd’hui nécessaires à leur fonctionnement? Que faire aussi des «pales» et des «mâts»? Ces questions auraient dû préoccuper les écologistes, il n’en est rien. Ce sont probablement les communes qui verront revenir vers elles à long terme les coûts pharamineux des travaux de remise en état des terrains.

L’éolien est devenu le plus prospère de nos secteurs économiques et pourtant le plus destructeur de valeur! Il ne fonctionne que grâce à l’État qui multiplie les avantages en faveur des promoteurs: garantie des recettes sur 15 ans, priorité d’accès au réseau électrique, difficultés accrus des recours des citoyens, impuissance des préfets et des élus. Ce qui attirent évidemment les multiples questionnaires de fonds et les personnalités à la recherche de hauts rendements garantis pour leurs placements.

Cette chaîne du silence et de la compromission sous le parrainage du lobby écologiste, et du ministère doit être dénoncée. Il faut faire savoir à l’opinion que ces éoliennes n’ont aucune influence dans la lutte contre le réchauffement climatique. De plus, leur développement entraînera, à cause de leur intermittence (24% d’efficacité), la construction de nouvelles centrales à gaz évidemment polluantes, accentuant notre dépendance à des pouvoirs étrangers.

Tous les éléments de ces engins métalliques sont fabriqués hors de France ce qui nous rend, là aussi, dépendants. De surcroit, c’est une filière qui ne créée que très peu d’emplois. Tous ces inconvénients méritent que se lèvent à travers nos territoires ces milliers d’associations représentant les centaines de milliers de citoyens pour protester contre l’alliance fallacieuse de l’écologie et de l’affairisme aux dépends de la prospérité de notre pays.

Double meurtre à Cholet : un déséquilibré de plus !

Double meurtre à Cholet : un déséquilibré de plus !

D’une certaine façon, les actes barbares de  l’islamisme autorisent n’importent quel déséquilibré à commettre l’irréparable. Les actes criminels se banalisent puisque chaque jour maintenant il faut compter un drame supplémentaire soit avec l’assassinat de personnes innocentes, soit encore avec des agressions souvent mortelles contre les policiers. 48 heures après le drame qui a coûté la vie à deux personnes samedi 14 novembre à Cholet, l’émotion reste vive dans cette commune du Maine-et-Loire. De nombreuses questions subsistent, notamment sur la personnalité complexe du principal suspect, un homme de 35 ans aux multiples antécédents psychiatriques. Un individu qui a commis ces crimes « au nom de Dieu « qui se revendique catholique. En fait un cinglé, délinquant. Un marginal qui voulait donner un sens à sa vie lamentable.

Le mis en cause était connu des services de police pour des délits de droit commun, notamment pour port d’arme illégal. Il était également connu par ses voisins comme «étant quelqu’un d’un peu perturbé» rapporte le procureur. Il avait d’ailleurs été hospitalisé sous contrainte en 2018 dans un établissement psychiatrique sur demande d’un membre de sa famille.

Malheureusement deux personnes d’environ 80 ans ont été sauvagement tuées par un illuminé qui sollicite Dieu pour commettre son crime. Tous les auteurs d’actes aussi odieux ne sont pas psychiquement aussi atteints mais tous présentent des caractéristiques semblables à savoir des ratés, des délinquants qui tuent au nom de Dieu !

Un nouveau partenariat Europe États-Unis ?

Un nouveau partenariat Europe États-Unis ?

 

Manfred Weber est député allemand au Parlement européen, président du groupe Parti populaire européen (PPE) espère un nouveau partenariat entre les États-Unis et l’union européenne. (Chronique dans l’opinion)     Tribune   Comme beaucoup, j’ai accueilli avec soulagement l’annonce de la victoire de Joe Biden et de Kamala Harris à l’élection présidentielle américaine. Après quatre années de présidence Trump, la restauration d’un climat de confiance entre l’Europe et les Etats-Unis est indispensable, tant les défis communs sont nombreux. Aussi devons-nous, d’ici à la prise de fonction du Président-élu, proposer aux Américains un partenariat transatlantique refondé, couvrant l’ensemble des domaines stratégiques majeurs pour le XXIe siècle. Qu’il s’agisse de la gestion de la crise du coronavirus, de la lutte contre le changement climatique, des menaces pour notre sécurité, de la politique agressive de la Russie, ou encore du domaine du numérique, nous avons absolument besoin de nous mettre d’accord sur une approche commune. Pour moi la priorité absolue doit aller à la définition d’une stratégie transatlantique commune vis-à-vis de la Chine, qui sort renforcée économiquement de la crise du coronavirus, et dont les valeurs communistes sont plus que jamais à l’opposé de celles de nos pays démocratiques. Bloc sociétal. Au-delà de nos différences, je suis en effet convaincu que ce qui nous lie aux Etats-Unis reste plus fort que ce qui nous sépare, et que dans un monde de plus en plus hostile, l’Europe et les Etats-Unis ont tout intérêt à s’affirmer comme un bloc sociétal, construit sur des valeurs fondamentales communes. Ensemble, l’UE et les Etats-Unis représentent 50 % du PIB mondial. Avec nos partenaires américains, nous devons nous assurer que les normes et standards en vigueur dans le monde dans les décennies qui viennent soient fixés par nous, et non par la Chine. Nous avons le pouvoir de le faire, alors faisons-le ! Dans ce partenariat renouvelé, l’Union européenne devra pouvoir discuter d’égal à égal avec les Etats-Unis. Cela signifie que l’élection de Joe Biden ne peut pas nous servir d’excuse pour ne pas « faire nos devoirs », notamment en matière de sécurité régionale. La Russie, la Turquie, la Libye et le Haut-Karabakh sont à nos portes, pas dans le voisinage des Etats-Unis. Indépendamment de qui occupe le Bureau Ovale, nous devons prendre notre destin en main et renforcer la Défense européenne commune. N’oublions pas non plus que la défaite de Donald Trump ne signifie pas, loin s’en faut, la fin du « Trumpisme » : ces quatre années vont laisser des traces, chez nous aussi. Le style de Trump, construit sur la recherche du conflit, l’agression permanente et la diffusion massive de « fake news » comme outil de pouvoir, a profondément divisé la société américaine. Il a aussi fait beaucoup d’émules. Les dirigeants populistes d’Europe et du monde entier ont certes perdu leur héros, mais le « Trumpisme » continuera à prospérer, avec tout ce que cela implique en termes de polarisation à l’extrême de nos sociétés, d’absence de dialogue et de remise en cause des vérités scientifiques. En Europe aussi, la montée de la colère, alimentée par les algorithmes des réseaux sociaux, nous guette. Soyons attentifs et vigilants pour éviter que Trump parti, d’autres « Trump », européens cette fois, ne reprennent le flambeau. Manfred Weber est député allemand au Parlement européen, président du groupe Parti populaire européen (PPE). Retrouvez sa chronique le dimanche sur lopinion.fr et le lundi dans l’Opinion, en alternance avec celle de Dacian Ciolos, président du groupe Renew Europe.

Autriche : un futur délit «d’islam politique»

Autriche : un futur délit «d’islam politique»

D’après une information de l’opinion suite aux attentats islamistes, l’Autriche envisage l’introduction d’une infraction pénale pour «  islam politique  ». Un délit qui viserait ceux qui favorisent l’islamisme sans être pour autant des terroristes

Il reviendrait au juriste de  définir des «  critères clairs  » afin d’établir l’appartenance à une organisation relevant de «  l’islam politique : «  une idéologie autoritaire qui veut transformer la société selon des valeurs considérées comme islamiques par ses sympathisants mais qui sont en contradiction avec l’ordre démocratique.  »

D’après le pouvoir, les Frères musulmans, visés par de multiples perquisitions la semaine dernière, constituent l’exemple parfait des organisations dans le collimateur de Vienne. «  Les Frères musulmans se distancient en Europe de la violence afin d’obtenir plus d’espace dans la société pour agir. Ce n’est qu’une stratégie. Pour se distancier de la violence en tant que Frère musulman, il faut rompre avec toute l’idéologie de la confrérie, avec ses pères fondateurs, avec sa symbolique

Sebastian Kurz, le président autrichien, se positionne stratégiquement depuis longtemps contre «  l’islam politique  ». Pour les responsables de la communauté musulmane, il reprend sous un terme plus policé l’islamophobie de l’extrême droite, avec qui il a gouverné de 2018 à 2019. L’écho au sein de la population est garanti : 70 % des Autrichiens considèrent que l’islam n’est pas compatible avec le monde occidental.

Urgent : «Pour un ministre de la Transition numérique»

Urgent : «Pour  un ministre de la Transition numérique»

 

Ce que demande Godefroy de Bentzmann , co-PDG de Devoteam, une entreprise de services du numérique présente dans toute l’Europe. Il a pris la tête de Syntec Numérique en juin.

Cette organisation regroupe près de 2000 entreprises, soit 80 % du chiffre d’affaires d’un secteur qui pèse 52 milliards. Il alerte sur l’urgence d’entreprendre une transformation numérique profonde en Europe pour faire de la révolution qui se profile une opportunité. (Interview dans l’opinion)

Syntec Numérique a publié un cahier dédié à l’industrie du futur. Il insiste sur l’impératif de transformer les entreprises en France. Est-ce si urgent ?

La France a besoin d’un électrochoc. La révolution numérique modifie profondément nos usages personnels et professionnels. L’impact sera encore plus grand dans les process de production industrielle. Ce qui se profile est un tsunami. La vague du numérique va modifier et déplacer des millions d’emplois. Il faut se demander plus vite que les autres, comment recréer en France et en Europe les emplois pour compenser ceux qui seront détruits. Je ne crois pas en une société avec 80 % de chômeurs, comme certains Nostradamus alarmistes la prédisent mais nos modèles vont être bouleversés. Il y a 100 ans, 1 % des emplois touchaient à l’art et à la création, c’est 30 % aujourd’hui. 70 % des jobs de 2030 n’existent pas encore aujourd’hui.

Le sujet est absent de la campagne présidentielle…

Il devrait être au cœur des débats ! Le personnel politique n’a, à de rares exceptions, pas pris conscience des changements qui nous attendent. Il est vrai qu’ils recèlent d’immenses possibilités, ils sont anxiogènes. Ce n’est pas un thème porteur. À l’exception d’une poignée de députés, et peut-être, parmi les candidats à la prochaine présidentielle, François Fillon et Emmanuel Macron, nos politiques ne comprennent pas les enjeux. Au mieux certains voient l’opportunité de faire mieux et moins cher les tâches de l’administration, mais ils sont loin de percevoir le pivot radical que va faire le marché de l’emploi. Cela serait dommage que nos voisins européens ou plus lointains s’approprient les bénéfices de cette révolution.

La France n’a-t-elle pas pris à l’envers le sujet numérique ?

L’obsession de la sauvegarde de l’ancienne économie et la gestion de la transition nuisent à l’émergence de la nouvelle économie. Les industries traditionnelles pensent, comme les politiques, qu’il faut leur laisser le temps de se transformer… Mais personne ne nous attend ! L’Allemagne a pris les devants en accueillant les data centers de Google. N’ayons pas peur de nous approprier les meilleures technologies du marché pour bâtir les prochaines évolutions. La France doit avoir un plan ambitieux pour ses entreprises, avec des « zones franches virtuelles », des dérogations sociales et fiscales dont bénéficieraient les sociétés qui s’engagent dans des plans de transformation en profondeur impliquant l’entreprise, ses salariés et pourquoi pas des financiers privés.

Pour vous, l’État doit aussi faire sa mue…

Il nous faut un ministre de la Transition numérique et dans chaque ministère un CDO (Chief Digital Officer), comme dans les grandes entreprises. Une « conscience numérique » pour aiguillonner les ministres et veiller à ce que chaque réforme intègre la thématique. Il y a des sujets sur lesquels la France pourrait tirer son épingle du jeu. Dans le domaine de la santé, nous avons la chance d’avoir un atout unique avec les immenses bases de données d’ordonnances de la CNAM. Même Google qui a lancé un programme ambitieux est loin d’avoir constitué une réserve de données aussi riche que celle que nous détenons. Avec une volonté politique, nous pourrions en tirer des services aux patients, des améliorations, des diagnostics, des économies, un enseignement pour la recherche.

Ces sujets numériques ne devraient-ils pas se traiter au niveau européen ?

Si la France se contente d’édicter seule, comme en ce moment, des lois pour contrer les GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon], la seule chose qu’elle obtiendra sera d’être contournée par eux. Ils iront s’installer ailleurs en Europe. La France doit plutôt tempêter à Bruxelles pour que des règles communes soient mises en place sur la fiscalité, comme sur la protection des données. Mais au-delà, elle doit prendre conscience qu’il faut élargir à un espace global de 500 millions d’Européens notre économie du futur. Il y a tant de sujets numériques encore inexploités dont le continent peut se saisir, comme l’identité numérique, la blockchain ou le paiement. Il faut créer des champions européens, des Airbus du numérique à l’ombre desquels nos entreprises européennes du web pourront se développer. Ne laissons pas ces batailles aux GAFA.

Il y a de très importants enjeux de formation. Comment le Syntec Numérique les aborde-t-il ?

La France est un bon terreau pour le numérique, avec des ingénieurs excellents que l’on s’arrache dans la Silicon Valley. Cela dit, nous avons du mal à attirer des informaticiens en nombre suffisant. Nos entreprises créent en moyenne 11 000 emplois nets par an et recrutent 40 000 cadres. Pourtant, il manque au moins 5 000 ingénieurs chaque année. Même si nous représentons 25 % de la croissance du PIB de la France et que nous proposons des salaires supérieurs à ceux des autres secteurs, nous devons travailler notre attractivité.

Maine-et-Loire : un lycéen de 16 ans poignardé

Maine-et-Loire : un lycéen de 16 ans poignardé

 

 

Sans doute encore une affaire de drogue avec cet adolescent de 16 ans a été grièvement blessé, après avoir été poignardé à plusieurs reprises à Avrillé, près d’Angers (Maine-et-Loire) vendredi 13 novembre au matin, a appris franceinfo de sources policières. L’agression s’est produite vers 11h30, en pleine rue à la sortie du lycée professionnel Paul-Emile Victor. Les pompiers ont été alertés, indiquent-ils, pour intervenir « à la suite d’une rixe avec un adolescent qui a reçu des coups de couteau.

La victime a été transportée au CHU d’Angers et est en urgence absolue. Trois suspects sont en fuite et ils sont actuellement recherchés par les policiers de la sûreté départementale. Pour le moment, les motifs de cette agression ne sont pas connus. Selon les information de franceinfo, l’adolescent poignardé n’est pas connu des services de police.

C’est donc la police judiciaire qui est chargée de l’enquête qui ne fait que débuter. Contacté par franceinfo, le parquet  d’Angers n’a pas souhaité communiquer d’éléments pour le moment.

Royaume-Uni : départ du brexiter Cummings, un signe ?

Royaume-Uni : départ du brexiter  Cummings, un signe ?

Le départ du brexiter Cummings  , prévu pour mi-décembre, pourrait être un signe en faveur d’un accord entre l’union économique et la Grande-Bretagne. Ce conseiller de Boris Johnson était en effet considéré comme l’un des plus grands partisans de la rupture avec l’union européenne. Il était le conseiller spécial de Boris Johnson concernant le brexit.

L’hypothèse d’un accord entre l’union économique et le Royaume-Uni n’est pas totalement exclu. En effet, le monde économique et les conservateurs eux-mêmes s’inquiètent de la dégradation économique actuelle et encore davantage des perspectives en cas de rupture sans accord avec l’union économique. Du coup, plusieurs responsables de l’entourage du premier ministre ont dû être changés pour faire plaisir au camp des conservateurs critiques de la politique de Boris Johnson.

Dans la coulisse aussi il faut prendre en compte le fait que si la France milite toujours pour une rupture claire et nette avec le Royaume-Uni par contre  l’Allemagne discrètement mise sur l’hypothèse d’un accord de dernière minute qui sauverait les échanges réciproques notamment entre l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Par ailleurs Boris Johnson est aussi affaibli par une crise sanitaire encore plus grave que dans la plupart des autres pays et pour faire taire les critiques sur ce terrain, il est sans doute contraint à lâcher sur certains aspects économiques.

Un retour douteux de la croissance au niveau d’avant crise en 2022 ( Lemaire)

Un retour douteux de la croissance au niveau d’avant crise en 2022 ( Lemaire)

 

Même les propos du ministre de l’économie font douter de la reprise en 2022 de la croissance quand il déclare «Il faudra attendre au moins 2022 pour revenir à un niveau d’activité comparable à 2019», a-t-il expliqué. Mais le défi reste immense: «la crise sera longue, dure (…) C’est une prévision très volontariste. Il faut en avoir conscience», a admis le ministre.

Pourtant les chiffres sont têtus; en effet, pour l’année 2020 la France fera partie des pays modernes les plus touchés par la baisse d’activité. La régression du produit intérieur brut va atteindre au moins 11 %. L’année prochaine, les institutions financières internationales prévoient seulement une croissance de 5 %. Il faudrait donc un taux de croissance assez exceptionnelle en 2022 pour revenir au niveau de 2019. Cela d’autant plus que si la crise sanitaire a affecté évidemment très fortement la conjoncture économique, déjà en  2019 s’amorçait une baisse tendancielle de la croissance en fin de cette année. En outre ,il faut aussi prendre en compte le fait que lorsque la crise sanitaire sera enfin maîtrisée peut-être précisément début 2022 commenceront les mises en œuvre de politiques budgétaires destinées à assainir les comptes financiers qui dérivent complètement actuellement. Ainsi par exemple la dette est-elle passée de 100 % du PIB  à 120 % en quelques mois. Les déficits sont énormes pour le budget comme pour les comptes sociaux, sans parler de ceux des entreprises notamment des secteurs très fragilisés. Il y au ra sans doute une reprise à partir de 2022 mais elle sera très progressive car il faudra absorber le choc thérapeutique de l’enflure de l’endettement.

Le remboursement de cette dette passera par «la croissance, la responsabilité et les reforme», selon le ministre. «Nous ferons de la croissance avec le plan de relance qui fonctionne déjà bien. Il faudra sans doute compléter encore des mesures de soutien. Nous mettons de l’argent pour investir. Il faut enfin des réformes de structure, la première étant celle des retraites. On n’a rien abandonné. C’est clairement le premier chantier», prévient-il. La vérité c’est que le gouvernement est certainement dans le brouillard quant à l’avenir économique et financier cela d’autant plus que la crise de l’endettement concerne une grande partie du monde et qu’il faudra bien un jour ou l’autre payait le prix de la prodigalité de la machine à billets.

« Pour un code de la mobilité mondiale »

 « Pour un code de la mobilité mondiale »

Une humanité en commun était en cours de construction par les voyages. Le virus a figé ce brassage mais l’après-Covid peut être l’occasion de réinventer le tourisme. Le voyage local peut être un vrai voyage, relève le sociologue Viard dans une tribune au « Monde ».

Tribune. 

 

Avant la grande pandémie, un humain sur cinq franchissait une frontière chaque année. Un milliard et demi de femmes, d’hommes et d’enfants ont ainsi parcouru le monde en 2019 pour la découverte, le loisir, le travail, l’amour, la culture, l’éducation… 10 % d’entre nous contribuons directement à ces voyages par notre emploi. Sans compter les fabricants de voitures, d’avions, de routes, de ponts, de musées, de festivals, de parcs…

L’humanité se construit là un commun, une culture partagée, une agora extraordinaire, des amours multiples. L’internationalisme triomphe enfin, à bas bruit. En 1968, 2 % seulement de l’humanité franchissait une frontière. 2 % ! 60 millions. Aujourd’hui 20 %, donc.

Récemment, dans mon village de Provence, un autocar de Chinois – que faisait-il là ? – s’est arrêté devant la boucherie de Raymond, en bas du bourg. Ils sont descendus du car, sont entrés dans la boucherie et ont, chacun, photographié tous ses saucissons – il les fait lui-même, ils sont beaux et bons. Ils sont repartis sans rien acheter. Libre à chacun d’imaginer « ce qu’ils ont vu ». Quand j’étais enfant, une telle scène était impensable. On parlait alors du « péril jaune » et de « nourrir les petits Chinois ». Anecdote ? Non, émotion et humanité. Révolution culturelle d’une extraordinaire puissance.

Rien n’est cassé dans les activités touristiques et culturelles

Une humanité est en cours de construction, au-delà de ses différentes cultures, nations, couleurs et croyances. Une humanité trop masquée par la mondialisation de l’économie des objets. La grande pandémie a figé tout cela. Certains y voient un bienfait écologique ou culturel. Ne peut-on enfin aller tranquillement au Louvre sans faire la queue ? Les propriétaires des Airbnb n’essaient-ils pas enfin de les louer à des étudiants ? Certes, les 10 % d’emplois touristiques sont en voie de disparition, les emplois culturels aussi, les étudiants n’ont pas de petits boulots pour payer leurs loyers…

Les compagnies aériennes sont au bord de la faillite, on supprime des trains, préférant la voiture et le vélo. Cette décroissance violente et brutale prépare-t-elle un avenir nouveau ? Ou une crise économique et sociale effroyable ?

Disons-le simplement : les activités touristiques et culturelles seront les plus faciles à remettre en route. Rien n’est cassé. En deux ou trois ans, on devrait retrouver la passion de se voir les uns les autres. De se visiter, de revenir aux pays de ses parents, de découvrir cette terre dont les hommes ont fait un monument de travail, de patrimoine, d’œuvres « naturelles », mémorielles ou artistiques. Avec certes pas mal d’horreur !

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

Un petit geste financier pour la médecine de ville

Un petit geste financier pour la médecine de ville

Dans le cadre du budget de la Sécurité sociale (PLFSS), actuellement examiné en première lecture au Sénat, Olivier Véran a donc accordé lundi 300 millions d’euros supplémentaires à la ville (sur les 12,5 milliards de dépenses supplémentaires prévues dans le budget. Les médecins vont percevoir 46 à 76 euros pour le prélèvement et l’analyse des tests antigéniques au cabinet ou au domicile du patient symptomatique.

Ils ont également obtenu la prolongation de plusieurs mesures dérogatoires, dont une majoration d’urgence accordée pour chaque visite en Ehpad et – mesure très prisée par la profession – la téléconsultation prise en charge intégralement par l’Assurance-maladie, en particulier par téléphone.

Mais d’après le Dr Jean-Paul Ortiz, président « amer et en colère » du syndicat médical CSMF : « Sur les 12,5 milliards de dépenses supplémentaires prévues dans le PLFSS pour l’année prochaine, 300 millions d’euros sont consacrés à la hausse de la rémunération de l’ensemble des professionnels de ville, soit 400 000 soignants. Comparé aux milliards octroyés à l’hôpital, c’est dire le degré de considération du gouvernement pour nous ! » La centrale syndicale a claqué mi-octobre la porte de la Caisse nationale d’assurance-maladie, sans l’intention de revenir sur ses pas.

 

Un propriétaire en prison après avoir viré des squatters !

  • Un propriétaire en prison après avoir viré des squatters  !
  • Un propriétaire en prison après avoir viré des squatters à Bondy (Seine-Saint-Denis) . Une maison occupée depuis une semaine grâce à un faux bail.. Le propriétaire a immédiatement déposé plainte en début de semaine dernière pour violation de domicile. La police n’a pas tardé à se rendre sur place mais l’occupante leur présente un bail, un faux bail dont elle a été elle-même victime.

.

Le  propriétaire et son fils sont sortis de garde à vue en fin de week-end, comme l’indique Le Parisien, et la locataire indésirable a depuis quitté les lieux.

Constitution Hongrie : «la mère est une femme, le père est un homme»

Constitution Hongrie : «la mère est une femme, le père est un homme» 

 

Là Hongrie prévoit d’amender sa constitution en indiquant concernant la question du genre : «la mère est une femme, le père est un homme» et définir le sexe comme étant uniquement celui de la naissance. «La Hongrie protège le droit des enfants à s’identifier en fonction de leur sexe», est-il écrit dans le projet de texte envoyé au parlement par la ministre de la justice Judit Varga. «L’éducation est assurée conformément aux valeurs fondées sur l’identité constitutionnelle de la Hongrie et la culture chrétienne», peut-on également lire.

Depuis le mois de mai, il est déjà légalement interdit d’inscrire un changement de sexe à l’état civil dans ce pays d’Europe centrale, membre de l’Union européenne (UE), dont le premier ministre Viktor Orban, au pouvoir depuis dix ans sans interruption, promeut «l’illibéralisme». Ce nouveau projet de modification de la constitution intervient alors que Budapest s’oppose à un projet de mécanisme conditionnant le versement des fonds européens notamment au respect de la charte européenne des droits fondamentaux, qui garanti entre autres les droits des minorités sexuelles et de genre.

Sahel : « pour un changement de gouvernance dans les Etats concernés »

Sahel : « pour un changement de gouvernance dans les Etats concernés »

Dans une tribune, deux responsables d’International Crisis Group appellent Bruxelles à revoir la hiérarchie de ses priorités, en aidant davantage les Etats à se réformer.

Tribune.

 Le constat est amer pour l’Union européenne (UE). Depuis le début de son intervention au Sahel, en 2013, elle mobilise chaque année plus de personnel et plus de ressources sur des territoires toujours plus grands, dans le but de stabiliser cette région d’Afrique gangrenée par une multiplicité de groupes armés, dont ceux se revendiquant du djihad. Pourtant, la stratégie européenne, une approche multidimensionnelle donnant dans les faits la primauté au sécuritaire, n’atteint pas ses objectifs : les groupes djihadistes continuent de s’étendre et un nombre croissant de civils fuient les combats. Le Mali, le Burkina Faso et le Niger, qui semblent toujours aussi fragiles, comme en atteste le récent putsch militaire à Bamako, sont en outre incapables de rétablir une présence significative sur des territoires où la compétition pour les ressources dresse de plus en plus les communautés les unes contre les autres.

Si l’UE ne porte évidemment pas seule la responsabilité de cet échec, elle devrait saisir l’opportunité de la révision actuelle de sa stratégie pour concevoir une approche plus efficace. Il ne s’agit pas d’abandonner l’approche multidimensionnelle, mais d’en réordonner les priorités. Les investissements dans la sécurité et le développement restent nécessaires, mais il convient de placer au centre des priorités un pilier politique aux objectifs revus, mieux définis et plus solidement arrimés à la réforme de la gouvernance. En effet, aucun progrès durable ne pourra être réalisé tant que les Etats sahéliens n’engageront pas les profondes réformes de gouvernance qui permettront de rendre l’Etat crédible aux yeux des citoyens, notamment les communautés rurales qui estiment qu’il est la cause de leur marginalisation économique et politique et dont certaines se sont dès lors rapprochées des djihadistes.

Le djihadisme perçu comme une menace

Les efforts internationaux en vue de stabiliser le Sahel central ont pris forme dans le sillage de l’opération militaire française « Serval », qui a repoussé en janvier 2013 les groupes djihadistes qui s’étaient emparés de la partie nord du Mali. L’UE s’est engagée parce que la France a requis son appui, au nom de la solidarité européenne, et parce qu’elle perçoit les groupes djihadistes du Sahel comme une menace pour l’Europe, soit par des risques d’attaques, soit par les vagues migratoires que l’insécurité au Sahel pourrait générer. Menaces qui, jusqu’ici, ne se sont guère matérialisées sur le territoire européen.

Entre 2014 et 2020, on estime à plus de 8 milliards d’euros le coût des interventions de l’UE au Sahel. Les Européens contribuent au financement de la force conjointe du G5 Sahel et fournissent des troupes à la Mission multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma). L’UE a déployé trois missions dans le cadre de sa politique de sécurité et défense commune (PSDC), tandis que l’Italie, la Suède, la France, la République tchèque et l’Estonie, notamment, contribuent au dispositif « Takuba », qui réunit des forces spéciales européennes appuyant les forces armées maliennes.

La stratégie de stabilisation de l’UE inclut aussi des programmes de soutien à une meilleure gouvernance et, surtout, d’aide en matière de développement. En mobilisation de fonds, l’UE a d’ailleurs probablement plus investi dans le développement que dans les projets strictement sécuritaires. Dès mai 2013 à Bruxelles, elle s’était portée en fer de lance de la conférence des donateurs qui avait mobilisé plus de 3 milliards d’euros pour appuyer le plan de relance durable adopté par les autorités maliennes. Elle a ensuite soutenu plusieurs initiatives d’envergure conjuguant efforts de stabilisation et projets de développement.

Des Etats en voie de forte délégitimation

Pourtant, sur le terrain, les interventions de nature sécuritaire ont largement pris le dessus et dictent souvent aux autres piliers de la stratégie à la fois leur agenda et leur calendrier. Une part significative des actions de développement servent à soutenir le redéploiement du dispositif sécuritaire de l’Etat et à consolider les gains des opérations militaires. Les pays européens, la France en tête, estiment en effet que le problème prioritaire à traiter au Sahel est la poussée des groupes djihadistes, alors que ce phénomène est le symptôme d’une crise plus profonde provenant d’une gouvernance à la dérive et d’Etats en voie de forte délégitimation.

Quant au pilier politique des stratégies de stabilisation, il se résume trop souvent à un appel vague à redéployer l’Etat, alors que les rares tentatives visant à stimuler ce redéploiement dans les zones rurales, notamment une initiative de l’UE dans la région malienne de Mopti, ont produit des résultats décevants, en partie en raison de la faiblesse des infrastructures publiques et du manque de partenaires publics crédibles.

Or, tant que les questions de gouvernance resteront secondaires et mal définies et tant que l’Etat restera perçu par une partie des populations comme la cause de leur souffrance et de leur marginalisation – une situation aggravée par les exactions des forces de sécurité sahéliennes contre les civils dans les zones d’insurrection –, les opérations militaires ne créeront pas les conditions du redéploiement de l’Etat. Par ailleurs, en consacrant l’essentiel des ressources aux zones de confrontation, on risque de négliger d’autres territoires qui ne sont pour le moment pas le théâtre d’insurrections.

Pour sortir de cette impasse, l’UE devrait revoir la hiérarchie de ses priorités au Sahel, en faisant de la gouvernance et de la réforme de l’Etat le cœur d’une stratégie de stabilisation à long terme. Certes, c’est aux Etats et aux sociétés du Sahel qu’il revient de définir la gouvernance dont ils veulent se doter et de mener les réformes idoines, mais l’UE peut les aider à se renforcer, notamment dans les services publics, la discipline fiscale et la médiation dans les conflits locaux relatifs aux ressources naturelles.

Reconstruire les services publics

Les groupes armés sahéliens, principalement djihadistes, concurrencent en effet l’Etat comme pourvoyeur de services, en matière de justice et de sécurité notamment. Au-delà des déclarations politiques de l’UE, la reconstruction des services publics doit donc redevenir un objectif en soi et non un accompagnement de la reconquête militaire, car c’est ainsi que le Mali, le Niger et le Burkina Faso pourront gagner du terrain sur les groupes djihadistes. On dit ces pays trop pauvres pour le faire, mais en réalité les groupes djihadistes fournissent des services aux populations sans avoir plus de moyens.

Le renforcement de la discipline fiscale, cruciale pour fournir des services publics, n’est pas qu’une injonction venue de l’extérieur mais correspond aussi à une demande des sociétés civiles du Sahel, comme en ont témoigné les manifestations contre la corruption organisées ces derniers mois à Bamako ou à Niamey. Au Mali, cette discipline fiscale pourrait par exemple prendre la forme d’un examen systématique par la justice des rapports annuels du vérificateur général sur les détournements des fonds publics.

Enfin, l’Etat gagnera également en crédibilité s’il recouvre sa capacité de médiation pacifique dans les conflits locaux autour des ressources naturelles. Sur ce point aussi, les djihadistes ont pris une longueur d’avance. Le groupe Katiba Macina, par exemple, a réorganisé les droits d’accès aux pâturages dans le riche delta intérieur du fleuve Niger en se posant comme arbitre entre les différentes communautés.

Le chantier de la réforme de la gouvernance est le plus compliqué, le plus long et le plus incertain, mais c’est aussi le seul par lequel les populations renoueront avec leur Etat autour de contrats politiques pacifiés. Pour aider à stabiliser le Sahel, l’UE a tout intérêt à articuler son action autour de ce pilier.

Comfort Ero est directrice du programme Afrique d’International Crisis Group, Jean-Hervé Jezequel est directeur du projet Sahel d’International Crisis Group

«Un vaccin qui va guérir l’économie américaine » (Gregori Volokhine)

«Un vaccin contre le coronavirus qui va guérir la pandémie et l’économie américaine » (Gregori Volokhine)

 

Gregori Volokhine, président de Meeschaert Financial Services, estime que l’annonce de Pfizer est plus importante que toutes les conjectures concernant la nouvelle administration (interview dans l’opinion

 

 La Bourse de New York a inscrit des records dès l’ouverture lundi, profitant d’un regain d’espoir sur le développement d’un vaccin efficace contre le COVID-19 et de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine. Pfizer a annoncé que son vaccin expérimental contre le COVID-19 était efficace à plus de 90% pour prévenir la maladie due au coronavirus, selon les premières données d’une vaste étude, marquant une avancée majeure dans la lutte contre la pandémie qui a été immédiatement saluée par une envolée des Bourses mondiales.

Gregori Volokhine est président de Meeschaert Financial Services, gérant par délégation de MAM Sustain USA.

Comment voyez-vous la situation ?

L’annonce de Pfizer est plus importante que toutes les conjectures sur la nouvelle administration Biden. Les marchés s’étaient positionnés sur la victoire de Joe Biden, mais ils n’attendaient pas si rapidement des résultats positifs sur un vaccin. On va moins s’inquiéter désormais de la manière dont le nouveau président va réussir à faire voter son programme. Les investisseurs vont se dire qu’ils peuvent se permettre de réinvestir.

Les électeurs de Biden ont voté pour lui en pensant qu’il allait contrôler le coronavirus. Ceux de Trump ont voté en sa faveur en pensant que laisser l’économie ouverte malgré la pandémie était la meilleure chose pour les Etats-Unis. Si Pfizer avait publié ses résultats il y a une semaine, Trump n’aurait-il pas gagné ? On peut se poser la question. Pfizer est un cadeau du ciel pour Biden. Cette promesse de vaccin enlève l’urgence d’un plan de soutien à l’économie. La relance est en marche mais on a besoin de soutenir les chômeurs et les petites entreprises en difficulté qui, sinon, ne pourront pas passer l’hiver.

Mais les Républicains ne veulent pas de plan de soutien…

Il y a un débat mais sur les chiffres. Prenons les versements aux chômeurs, les démocrates prônent 600 dollars de plus par semaine, les républicains 300. Biden étant un homme de consensus, on pourrait arriver à un accord autour de 400 dollars. Maintenant, avec la promesse d’un vaccin, une banque sollicitée par un commerçant se sentira plus à l’aise pour lui prêter de l’argent sachant que l’horizon économique s’éclaircit progressivement.

« Le programme de Joe Biden est précis, mais il est basé sur une majorité dans les deux chambres »

Que va-t-il se passer pour le reste de son programme ​?

Le programme de Joe Biden est précis, mais il est basé sur une majorité dans les deux chambres. Si ce n’est pas le cas au Sénat, il devra composer. Prenons l’environnement. Dès le 21 janvier, les Etats-Unis vont réintégrer les accords de Paris, c’est une promesse de campagne. Certes, la Maison Blanche pourra remettre en vigueur par décret, les normes de pollution automobile que Donald Trump avait suspendues ou annulées. Mais pour mettre en place un plan d’infrastructures afin de produire et distribuer les énergies nouvelles, elle va devoir négocier avec les républicains. Qui, sans doute, réclameront des normes pas trop sévères pour les compagnies pétrolières, ou pour empêcher les forages partout. Pour chaque programme il y aura une sorte de donnant-donnant. Joe Biden obtiendra moins que ce qu’il espérait.

Quid de la hausse du salaire minimum à 15 dollars de l’heure et de celle des impôts ​?

Beaucoup d’entreprises et d’Etat ont déjà voté des hausses de salaire minimum, Target, Cosco, WallMart, Amazon. Même l’Etat de Floride, qui a voté pour Trump. Je pense qu’au moment où cette mesure sera adoptée sur l’ensemble du pays, on y sera pratiquement déjà, sans avoir besoin de l’inflexion du président.

Quant aux hausses d’impôts pour ceux qui gagnent plus de 400 000 dollars par an, personne ne va s’y opposer. Pour ce qui est des entreprises, quand Trump a baissé l’IS à 21 %, la moyenne d’imposition des entreprises était déjà de 18 %. Si Biden monte ce taux à 28 % la moyenne s’établira vers 24 %. Il n’y a pas une entreprise aux Etats-Unis qui en souffrira.

Et la régulation de certains secteurs, style Gafa ​?

Cela va être un épouvantail. Je crois qu’au lieu de casser les Gafa, l’administration Biden va investir plus dans la protection des consommateurs. Elle devrait redonner vie au Consumer Financial Protection Bureau créé par Elizabeth Warren mais laissé en déshérence par Donald Trump. Le démantèlement d’Amazon ou de Google ne protégerait en rien le consommateur américain.

« Avant la pandémie, les choses allaient très bien. On peut donc penser que l’on retrouvera ce niveau une fois éloigné le spectre d’une économie qui se ferme tous les trois mois »

Quel est le sujet le plus sensible ​?

La chance qu’il a c’est que, d’un côté, la Réserve fédérale ne va pas changer sa façon d’agir et tout faire pour garder autant de liquidité dans le système et que de l’autre le contexte économique est très favorable. D’autant plus si un nouveau confinement semble exclu ! Joe Biden ne se trouve pas face à un pays exsangue. Le chômage a été réduit de moitié en l’espace de trois mois. Avant la pandémie, les choses allaient très bien. On peut donc penser que l’on retrouvera ce niveau une fois éloigné le spectre d’une économie qui se ferme tous les trois mois. L’économie a beaucoup moins besoin du programme de Biden depuis l’annonce de Pfizer. Il va se retrouver dans un cycle favorable qui n’aura pas besoin de mesures anticycliques. Au contraire, des hausses d’impôt ou une re-réglementation pourraient casser la reprise. Si mesures il y a, elles devraient être extrêmement modérées.

Qui est le favori des milieux d’affaires comme secrétaire au Trésor ​?

Cette nomination sera le signe le plus important et le plus symbolique que Biden va envoyer aux milieux économiques. On entend beaucoup circuler le nom de Lael Brennard, gouverneur de la Réserve fédérale très proche de Jerome Powell, son président. C’est quelqu’un d’extrêmement qualifiée ayant fait ses preuves dans l’administration Obama. Ce serait un signe de collaboration avec la banque centrale qui plairait aux marchés. L’autre nom évoqué est celui de Michael Bloomberg. Ce serait le signe d’une collaboration avec Wall Street mais sans que cela soit comparable à celle nouée par Goldman Sachs avec Donald Trump.

Elizabeth Warren, qui est candidate, serait donc hors jeu ​?

Pas pour les raisons auxquelles vous pensez. Sa nomination serait évidemment un signe négatif envoyé aux marchés mais enlever un membre du Sénat alors que les démocrates ne sont pas assurés d’y être majoritaire ne paraît pas très judicieux. S’il y avait eu un raz-de-marée démocrate aux élections générales avec d’importants gains de sièges au Congrès, elle aurait eu des chances de décrocher un poste proéminent dans l’administration mais là, on en est très loin ! Joe Biden a été plébiscité, cela n’a pas été le cas du parti démocrate. Ce qui va lui permettre de gouverner au centre et trouver une majorité avec une dizaine de sénateurs républicains.

Finalement, vous êtes plutôt optimiste…

Je l’étais déjà avant les élections. Il n’y a pas de raisons d’être pessimiste. On a vu la résilience de l’économie américaine pendant la pandémie même si certains secteurs comme le transport aérien et les loisirs ont particulièrement souffert mais d’autres se sont adaptés très rapidement avec le télétravail qui n’entraîne pas une perte de compétitivité.

Un joueur de foot BRYAN SOUMARÉ, finance une banque alimentaire pour les plus démunis

Un joueur de foot BRYAN SOUMARÉ, finance une banque alimentaire pour les plus démunis  

 

De quoi réconcilier certains avec le foot qui considèrent  les salaires de certaines stars COMME INDECENTS

 Le jeune milieu de terrain (21 ans), BRYAN SOUMARÉ,  prêté à Sochaux cette saison, s’est proposé de venir en aide aux gens dans le besoin, notamment d’offrir des denrées alimentaires aux plus démunis. Il explique son geste à RMC Sport. 

 

Bryan Soumaré, cette initiative d’aider les gens dans le besoin, d’où est-elle partie ?

En fait, j’étais sur Facebook. J’ai vu un post de mon ancien coéquipier et capitaine (ndlr, Rachid Mourabit, de l’Olympique Saint-Quentin) à l’époque où j’étais amateur. J’ai souhaité relayer son message sur Twitter et Facebook, lui montrer mon soutien. A partir de là, cette initiative a pris une ampleur énorme.

Vous ne vous y attendiez pas du tout ?

Je ne m’y attendais pas du tout, pas à ce niveau-là en tout cas. Je ne pensais pas que tout le monde allait me soutenir comme ça. Après, tant mieux, cela donne de la visibilité à la publication. Certains pourraient s’en inspirer. 

Vous êtes un joueur de football professionnel certes, mais qui n’a pas les émoluments les plus clinquants. Votre démarche est touchante de sincérité. C’est peut-être cela aussi qui a touché ?

C’est peut-être ça, surtout que je suis très sincère dans cette démarche, je tiens absolument à ce projet. C’est peut-être pour ça, aussi.

Si dans la situation où nous vivons tu ne peux pas travailler et que tu n’as pas à manger, n’hésite pas et n’aie pas honte de m’écrire en privé.
Pâtes, riz, oeufs, lait ou quelque chose comme ça je peux t’offrir…
Ne vas pas au lit et encore moins avec tes enfants, sans manger.

— Soumaré Bryan (@Bryan_Smr) November 9, 2020

De quelle manière cette démarche va-t-elle se concrétiser ?

Actuellement, je suis à Belfort, à côté de Sochaux. Celui qui est vraiment dans le besoin à côté de Sochaux, Belfort, voire les alentours, je serais prêt à lui donner ce dont il a besoin. Pour ceux qui sont un peu plus loin, parce que j’ai reçu énormément de messages, le but serait de créer une cagnotte pour récolter un maximum de fonds et ensuite se rapprocher d’une association qui vient en aide aux plus démunis.

C’est quelque chose que vous aviez déjà fait, aller au soutien des associations, aider les gens dans le besoin?

Pas à cette échelle. Je sais que j’ai déjà rendu beaucoup de services à des gens, des amis, mais pas à cette échelle, dans une initiative de cette ampleur. J’ai relayé le message de mon ami parce que ça me tenait à coeur. J’ai connu des galères aussi quand j’étais plus petit, je sais ce que c’est que de manquer de quelque chose. Voir des gens qui n’ont rien dans leur assiette en France, en 2020, ça me touche énormément.

Le contexte très particulier, très pesant, de la crise sanitaire, qui plonge certains de nos concitoyens dans la détresse, comment le vis-tu ?

Cela me touche énormément. Il y a des gens qui n’ont pas trop les moyens. Si en plus de cela, on les empêche de travailler… Je n’imagine même pas une famille de quatre enfants qui essaye tant bien que mal de les nourrir… Pour moi, c’est le pire du pire.

Les personnes qui ont choisi de t’écrire ce lundi soir, à la suite de ton message, sont-elles nombreuses ?

Quand je vous dis très, très nombreux, c’est vraiment très, très nombreux. Après, il n’y a pas que des appels à l’aide, il y aussi des messages de soutien, de footballeurs professionnels notamment. Des footballeurs très, très connus comme Jules Koundé, qui m’a envoyé un message. Hassane Kamara, Théo Sainte-Luce et Kévin Fortuné également. Ils m’ont proposé leur aide si j’en avais besoin, qu’ils seraient là pour moi. Ils m’ont dit qu’ils me soutenaient à fond dans cette démarche. Franchement, ça m’a vraiment touché de leur part.

12345...122



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol