Archive pour le Tag 'un curé'

Affaire Fillon : Le déontologue de l’Assemblée, un curé privatif !

Affaire Fillon : Le déontologue de l’Assemblée, un curé privatif !

 

Un objet juridique non identifié ce déontologue de l’assemblée, un peu comme la cour de justice de la république.  Une sorte de confesseur dont se dotait les grands de l’antien régime pour absoudre les dérives un peu trop scandaleuse ; Bref une  sorte de curé privatif. Peu le savent  mais l’assemblée s’est dotée de son propre déontologue lequel vient de déclarer que juridiquement et déontologiquement Fillon n’avait rien à se reprocher dans le cadre de l’activité très sulfureuse de sa société de conseil 2 F conseil. Notons quand même que cette déontologue relativise son avis en reconnaissant qu’il ne dispose d’aucun pouvoir d’investigation. Théoriquement sur le plan juridique on ne peut reprocher à Fillon d’avoir créé sa société de conseil. Reste cependant à savoir s’il n’y a pas conflit d’intérêts voir abus de biens sociaux. Il faudrait pour cela identifier les clients de cette société de conseil et la nature des relations et contrats. Le déontologue de service n’en sait strictement rien. Ce curieux objet juridique non identifié ressemble bizarrement à cette autre institution qu’est la cour de justice de la république, justice d’exception pour traiter notamment des affaires politiques des ministres et autres présidents. Une cour de justice d’exception composée pour l’essentiel de politiques qui jugent  des politiques, cela avec beaucoup de clémence puisque rares ont été les sanctions prononcées. Bref Fillon a reçu l’absolution du curé parlementaire qui d’ailleurs ne dévoilera pas le secret de sa confession …. Par déontologie sans doute !  Pour le déontologue, la société de conseil que François Fillon a créée en juin 2012 ne pose aucun problème juridique et le candidat de la droite n’est pas intervenu en faveur d’un de ses clients, le groupe d’assurances Axa, lors des débats au Parlement, peut-on lire dans un courrier du déontologue de l’Assemblée nationale. Saisi par des députés de la majorité, Ferdinand Mélin-Soucramanien estime que, « sur le plan juridique, les activités de M. François Fillon au sein de la société 2F Conseil sont en conformité avec l’article (…) du Code pénal » dans la mesure où elles ont été entamées avant le début de son mandat. Sur le plan de la déontologie, il ajoute que le député LR de Paris « n’a pris aucune position, ni signé aucun amendement » et qu’en outre il n’est intervenu « à aucun moment » dans le débat sur la transposition en droit national de la directive européenne relative aux activités d’assurance, poursuit ce texte obtenu par Reuters et dévoilé par Le Monde. Lors de sa conférence de presse début février, François Fillon avait confirmé qu’il avait exercé une activité de conseil de 2012 à 2016 avec sa société 2F Conseil, et que l’assureur Axa figurait parmi ses clients. Un porte-parole du groupe Axa a confirmé à Reuters que le groupe avait eu recours aux services de 2F Conseil « de mi-2012 à mi-2014″ « pour des missions de conseil stratégique sur les réformes structurelles aux niveaux européen et international ». Une mission dont l’objet est tellement vague qu’elle peut couvrir n’importe quoi ou même rien du tout.

 

Hollande : les vœux d’un curé de campagne

Hollande : les vœux d’un curé de campagne

 

Hollande s’apprêtait pour ses vœux à surfer encore sur la vague de l’émotion nationale  suscitée par les attentats de novembre. Une large place sera donc faite aux préoccupations relatives à la lutte contre le terrorisme tant en France que sur les théâtres de guerre. Sur cette problématique Hollande sait  qu’il est suivi largement par l’opinion et il saura  jouer de cette contradiction entre l’avis  des Français et la posture protestataire des indignés professionnels y compris du parti socialiste.  un second volet devrait être inévitablement abordé à savoir la situation économique et sociale. De ce point de vue l’exercice sera beaucoup plus périlleux car la France est toujours engluée dans la croissance molle, plus maolle encore que celle de la zone euro et l’inversion  du chômage relève de la chimère. Pire les dernières prévisions du FMI laissent entendre que l’année 2016 risque d’être décevante sur le plan économique, du coup même la prévision de 1, 4 % de croissance n’est pas certaine pour la France en 2016. Dès leur une heure lui restera plus que la recette de la formation des chômeurs pour influencer les statistiques officielles du pôle emploi. Un sondage vient de démontrer que la question de l’emploi apparaît comme la préoccupation prioritaire des Français est la seule proposition de formation des chômeurs n’apparaîtra sans doute pas suffisante pour assurer l’opinion dans ce domaine. Hollande risque donc sur cette question essentielle de faire preuve de sobriété contrainte sans doute là aussi comme pour le terrorisme en sollicitant davantage d’union de la part des différents acteurs politiques économiques et sociaux.  Bien entends il aura aussi à cœur de souligner  a ses yeux une victoire internationale : celle obtenue dans le cadre COP  21 sur le climat. Une thématique qui vient malheureusement en dernière position dans les préoccupations des Français. Hollande va donc choisir une tonalité œcuménique mais une tonalité de curé de campagne très éloignée sur le fond comme sur la forme de l’envolée gaullienne. François Hollande devrait tenter de rester dans l’esprit du discours prononcé à Versailles après les attentats. La déchéance de nationalité, qui consterne jusqu’à ses plus proches amis, il l’évoquera bien sûr. Mais attention, il s’adresse aux Français, pas aux parlementaires. L’opinion publique contre les élus, c’est le hiatus qu’on se plaît à souligner à l’Elysée, sondages à l’appui. Et ces mêmes sondages voient le regain de popularité présidentiel s’essouffler. Les députés PS espèrent que François Hollande va trouver les mots pour couper court à la polémique sur la déchéance de nationalité  Sur le plan économique, François Hollande va préciser le plan chômage annoncé après les régionales : apprentissage, formation des chômeurs, il pourrait fixer un chiffre de 200.000 à 300.000 demandeurs d’emploi concernés en 2016. Mais pas question d’ouvrir la boîte à outils, ça, ce sera le travail du gouvernement. Les annonces concrètes viendront plus tard, lors des vœux présidentiels aux acteurs économiques mi-janvier. Bref pas vraiment de quoi s’envoler à travers des vœux qu’on peut prévoir assez convenus et ennuyeux.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol