Archive pour le Tag 'Ubisoft)'

Pour l’indépendance d’Ubisoft et de Gameloft face au crocodile Vivendi (Axelle Lemaire)

Pour  l’indépendance d’Ubisoft et de Gameloft face  au crocodile  Vivendi (Axelle Lemaire)

A la hussarde comme d’habitude, Bolloré continue sa marche forcée de Vivendi dans l’audiovisuel, la musique et les jeux. Pas forcément avec la même réussite que dans les autres activités de groupe Bolloré (dont la rentabilité est en fait surtout assurée par les activités africaines et de transport). Pourtant le relatif échec avec Canal plus-qui ne cesse de perdre des parts de marché-  devrait rendre l’insatiable industriel plus prudent, Il faut aussi se rappeler  le syndrome de diversification tous azimuts avait couté cher à Vivendi du temps de Messier car on ne gère pas de la même manière des activités de autre industrielle et des activités de nature culturelle et artistique. Des activités qui supportent mal d’être dirigées à coup de sabre. Ce que pense aussi la secrétaire d’Etat Axelle Lemaire, secrétaire d’Eta t au numérique).

(Interview dans challenges)  Que pensez-vous de la volonté de Vincent Bolloré de racheter Gameloft et Ubisoft avec Vivendi?

Ce qui fait la force d’Ubisoft et de Gameloft sont leur indépendance créative. On peut croire qu’économiquement les jeux vidéo, c’est un secteur comme les autres. Mais en réalité c’est très différent car c’est un domaine culturel et artistique. Un domaine dans lequel les interventions extérieures sont mal vécues et peuvent avoir un impact sur l’attractivité économique de l’entreprise et de ses résultats. Cette indépendance doit à tout prix être préservée. Ce sujet a le mérite de poser la question de la place des entreprises du jeu vidéo dans la compétition internationale. Ce dossier interpelle les pouvoirs publics sur l’efficacité des dispositifs mis en place, même si les crédits d’impôt sur les jeux vidéo ne sont entrés en vigueur que l’année dernière. La question est: à quel point nous ne souhaitons pas qu’un fleuron de l’industrie française du jeu vidéo puisse être déclassé par d’autres concurrents?

A l’occasion de la remise du pré-rapport parlementaire sur le développement du sport électroniqueAxelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargé du Numérique entend développer l’attractivité de la France en la matière. Elle plaide également pour l’indépendance de Gameloft et d’Ubisoft face aux volontés de rachat de Vincent Bolloré pour Vivendi.

Que pensez-vous de la nature des 11 propositions faites dans ce rapport parlementaire?

Je trouve que l’approche globale est très positive et fait tomber certains clichés et stéréotypes qui peuvent être véhiculés sur les jeux vidéo et l’e-sport car ils restent assez méconnus du grand public. C’est paradoxal  car ils concernent un grand nombre de joueurs et contiennent un potentiel économique formidable. Pourtant le sujet suscite encore des résistances et bien souvent de la prudence.

L’approche des parlementaires a été très positive car elle ne vise pas à sur-réguler le sport électronique mais à accompagner l’essor du secteur. Plusieurs des propositions qui ont été faites pourront atterrir dans le projet de loi  » Pour une République numérique ». D’autres mesures non législatives seront proposées d’ici le mois de juin et la remise du rapport final. Il reste notamment en question le statut de joueurs étrangers afin d’améliorer l’attractivité des équipes françaises.

Quels sont les clichés et les stéréotypes qui perdurent autour du jeu vidéo et du sport électronique?

Dans ces stéréotypes, les jeux vidéo ne concernent que des jeunes face à des phénomènes d’addiction. La réalité que l’on découvre lorsque l’on s’immerge au sein de la communauté des gamers est bien différente. Ce sont des gens très sympathiques, très enthousiastes, avec une concentration, une rigueur ainsi qu’une forme physique et intellectuelle qui les font plus ressembler à des sportifs de haut niveau qu’à des drogués. Ils sont loin de cela sauf abus bien sûr. Le sport électronique est aussi très loin du régime juridique des loteries et des jeux en ligne. Il reste peu de place pour le hasard en réalité.

Quel est l’objectif de la France sur le développement du sport électronique?

Faire de la France, un pays leader dans ce domaine. Le secteur des jeux vidéo en France se porte bien. Il pourrait se porter mieux encore (7èmeniveau mondial). L’e-sport est un phénomène émergent avec une forte croissance (30% par an). Nous sommes l’un des premiers pays dans lequel les pouvoirs publics travaillent main dans la main avec les joueurs, les organisateurs de compétitions ainsi que les éditeurs de jeux. Le rôle du gouvernement est d’anticiper les évolutions à venir plutôt que de se réveiller trop tard. Il faut rattraper la Corée du sud, la Chine, les Etats-Unis et la Suède car il existe des créations d’emplois derrière.

La France a comme force un réseau de petits studios indépendants qui se développe. Il faut que la France accueille un grand événement d’e-sport. J’aimerais que la candidature de Paris pour les JO de 2024 soit celle de l’innovation.

Que pensez-vous de la volonté de Vincent Bolloré de racheter Gameloft et Ubisoft avec Vivendi?

Ce qui fait la force d’Ubisoft et de Gameloft sont leur indépendance créative. On peut croire qu’économiquement les jeux vidéo, c’est un secteur comme les autres. Mais en réalité c’est très différent car c’est un domaine culturel et artistique. Un domaine dans lequel les interventions extérieures sont mal vécues et peuvent avoir un impact sur l’attractivité économique de l’entreprise et de ses résultats. Cette indépendance doit à tout prix être préservée. Ce sujet a le mérite de poser la question de la place des entreprises du jeu vidéo dans la compétition internationale. Ce dossier interpelle les pouvoirs publics sur l’efficacité des dispositifs mis en place, même si les crédits d’impôt sur les jeux vidéo ne sont entrés en vigueur que l’année dernière. La question est: à quel point nous ne souhaitons pas qu’un fleuron de l’industrie française du jeu vidéo puisse être déclassé par d’autres concurrents?

Bolloré a des méthodes d’activiste « (Ubisoft)

 Bolloré a des méthodes d’activiste « (Ubisoft)

 

Bolloré ne s’embarrasse pas de procédures pour satisfaire son appétit de tout bouffer et d’imposer sa loi. La méthode : le coup de pied au cul.  . A canal il a simplement viré l’émission phare les Guignols. Cette fois il prend la plus grosse part du capital d’Ubisoft en oubliant den parler à son propriétaire ; Du coup Yves Guillemot, le cofondateur de l’éditeur français de jeu vidéo Ubisoft, a expliqué mercredi avoir ressenti comme une « agression » l’irruption du groupe Vivendi dans le capital de son entreprise, et fustige l’attitude de son dirigeant Vincent Bolloré, dans un entretien au quotidien Les Echos.   »Nous avons le sentiment d’avoir vécu une agression. J’ai reçu un appel de Vincent Bolloré deux heures avant l’annonce de son entrée dans le capital d’Ubisoft. Il ne m’en a même pas parlé ! », a déploré l’entrepreneur.   »Prendre un pourcentage dans notre société sans discuter avec nous au préalable, ce sont des méthodes d’un autre temps. On n’entre pas dans une société en cassant la porte ! », a-t-il encore dénoncé, fustigeant des méthodes « d’activiste ». Après être entré au capital des éditeurs de jeux vidéo Ubisoft et Gameloft il y a deux semaines à hauteur respectivement de 6,6% et 6,2%, Vivendi a augmenté sa participation au capital des deux entreprises, pour la porter à 10,39% et 10,20%.  Le groupe est ainsi devenu le premier actionnaire d’Ubisoft, devant le fonds FMR LLC et la famille Guillemot, qui en détiennent plus de 9% chacun. Décidément le fric et le capitalisme ne sont pas très compatibles la bien séance, al courtoisie ou même avec. Avec l’humour. Bolloré, le propriétaire de Canal, considère qu’il y a trop de dérision sur Canal et qu’il faut supprimer «  les guignols ». Pas étonnant Bolloré n’apprécie pas la critique permanente du fric roi, de l’exploitation, de la domination, de l’aliénation par les multinationales dont il faut partie. Alors il va changer les équipes, s’orienter vers des programmes lisses et nuls comme ceux de TF1.  C’est la grande question qui enflamme ces dernières heures les internautes qui, autour du hashtag #TouchePasAuxGuignols, propulsé tout en haut des tendances de Twitter ce mercredi soir, s’inquiètent du sort du programme culte de Canal+. Ils sont raison de dénoncer la mainmise de l’argent sur les médias d’info. L’idéal sans doute pour Bolloré serait une chaine diffusant uniquement les pubs des multinationales  avec de temps en temps (une minute par heure) la lecture d’une dépêche officielle de l’AFP. Bref l’info comme les aiment les grands « capitaines d’industrie » : bâillonnée. En réponse une réplique possible se désabonner de canal. Fouiller aussi un peu dans les mécanismes d’enrichissement de Bolloré et l’africanisation de son ingénierie financière.  Si inquiétude il y a, elle trouve sa source dans de nombreux articles de nos confrères avançant l’idée que Vincent Bolloré, patron de Vivendi, à qui appartient la chaîne, aurait décidé de mettre un terme à l’aventure, en tout cas sous sa forme quotidienne actuelle (un passage en hebdomadaire serait envisagé). Un grand ménage serait en vue, tant dans la hiérarchie que dans les programmes de Canal+, et les Guignols feraient partie du remaniement, au grand désespoir du web, où ils trouvent de fidèles supporters, célèbres ou anonymes.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol