Archive pour le Tag 'tués'

Mali : cent djihadistes tués

Mali : cent  djihadistes tués

 

 

Un peu ridiculisées depuis plusieurs semaines, les forces maliennes et la force Barkhane ont  réagi avec une grosse opération militaire qui a fait une centaine de morts chez les djihadistes . Une opération qui pourrait préfigurer la future stratégie. En effet la force Barkhane est parfois contestée au Mali comme en France. Du coup, la mission de sécurité courante pourrait être abandonnée au profit d’opérations militaires d’envergure moins coûteuse en hommes. Le président de la république a d’ailleurs annoncé une réduction des troupes françaises affectées à la force Barkhane.

“Une centaine de terroristes neutralisés, une vingtaine capturés et plusieurs motos et matériels de guerre saisis, c’est le bilan d’une grande opération dénommée “Eclipse”. Elle a été planifiée et exécutée du 02 au 20 janvier 2021 par les FAMa et la force Barkhane”, dit l’armée malienne dans un communiqué diffusé sur son site internet.

“Cette opération avait pour but de bouter l’ennemi hors de ses zones de refuge. Elle a concerné les localités de Serma, Boulkessi, Foulssaret et Doni”, ajoute l’armée malienne.

Grippe aviaire: 600.000 canards doivent être tués

Grippe aviaire: 600.000 canards doivent être tués

 

L’épidémie ne cesse de s’étendre avec notamment 61 foyers du virus. La France prévoit d’abattre au total quelque 600.000 canards pour contenir une épizootie de grippe aviaire dans le Sud-Ouest, a déclaré mardi le ministère de l’Agriculture.

Environ 200.000 volatiles ont déjà été euthanasiés, soit parce qu’ils étaient contaminés soit de manière préventive.

Le virus H5N8 de la grippe aviaire, non transmissible à l’être humain, se propage rapidement en ce moment en Europe via les migrations d’oiseaux sauvages, ce qui fait craindre au secteur de l’élevage de subir des abattages massifs comme lors de précédentes épizooties.

Au 1er janvier, la France comptait 61 foyers du virus H5N8, dont 48 dans les Landes, peut-on lire sur le site du ministère. Dans les autres départements, la propagation du virus paraît maîtrisée, précise-t-il.

Mali : encore deux soldats français tués

Mali : encore  deux soldats français tués

 

 

La question des conditions de la présence de l’armée française au Mali va se poser avec une plus grande acuité compte tenu  des victimes militaires qui s’accumulent. Deux soldats français ont été tués et un troisième blessé samedi dans le nord-est du Mali dans une attaque à l’engin explosif improvisé, après la mort de trois militaires français dans des circonstances similaires lundi, a annoncé la présidence française.

Le problème est surtout quantitatif. La vérité c’est que la France est relativement isolée ou contrôler un territoire 10 fois grand comme la France avec seulement 5000 militaires . A l’échelle d’un département français cela équivaut à cinq militaires par département ! Comment assurer la sécurité dans ces conditions.

La France porte le poids majeur de la présence des forces de sécurité dans cet immense zone du Sahel qui couvre plusieurs pays où se développe le terrorisme. L’Europe n’apporte qu’une aide très marginale. Le problème,  c’est que si la France se retire ,d’autres pays risquent d’être contaminés par l’islamisme et la situation deviendra alors impossible à gérer.

Yvonne Huynh, qui avait 33 ans, est la première femme de l’armée française tuée au Sahel depuis l’intervention Serval en 2013. Loïc Risser avait 24 ans. Tous deux étaient engagés dans un régiment spécialisé dans le renseignement. Ces deux décès portent à 57 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations antijihadistes Serval puis Barkhane.

«Leur véhicule a été l’objet d’une attaque à l’engin explosif improvisé lors d’une mission de renseignement», a précisé la présidence française. Les jours de leur camarade blessé ne sont pas en danger, a-t-elle ajouté. Emmanuel Macron a salué la mémoire des deux soldats, «morts pour la France dans l’accomplissement de leur devoir».

Mali : encore trois militaires français tués

Mali : encore trois militaires français tués

L’armée française a perdu encore trois militaires tués au Mali. En cause, surtout l’insuffisance des moyens face à djihadistes à peu près aussi nombreux et dispersés dans l’immense territoire du désert et du Sahel et qui connaissent parfaitement le terrain. Comme la plupart des rebelles, ils s’intègrent  à la population et sont difficiles à détecter.

La France est en réalité assez isolée car les renforts européens sont complètement anecdotiques. La France d’environ 5000 soldats là où il en faudrait 10 fois plus. Au commencement de l’opération Barkhane, les effectifs engagés étaient les suivants : 3 000 militaires, 200 véhicules logistiques, 200 blindés, 4 drones, 6 avions de combat, une dizaine d’avions de transport et une vingtaine d’hélicoptères. Le nombre des effectifs augmente par la suite : début 2018, 4 500 sont mobilisés dans l’opération Barkhane. En février 2020, les effectifs passent de 4 500 à 5 100 hommes.

Les estimations sur le nombre de djihadistes actifs au Sahel vont de 300 à 3 000 combattants7. Début août 2014, Mélanie Matarese, journaliste pour Le Figaro écrit que selon « un proche des mouvements islamistes », Ansar Dine compte encore 800 hommes au Mali et AQMI, 70038. En septembre 2014, Hannah Armstrong, chercheuse au New America’s International Security Program, estime que 3 000 djihadistes sont actifs au Sahel.

Mais les effectifs des rebelles ne cessent d’augmenter du fait de la faiblesse des régimes politiques des pays concernés où le pouvoir politique s’est surtout replié sur les capitales, abandonnant ainsi les zones éloignées. La présence de la France se pose mais le retrait de la France livrerait aux mains des rebelles de nombres de pays comme le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Libye et d’autres pays.

“Le Président de la République a appris avec une très grande émotion la mort au Mali ce matin de trois soldats français du 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse”, près de Verdun, dit un communiqué.

“Leur véhicule blindé a été atteint par un engin explosif improvisé alors qu’ils participaient à une opération dans la région de Hombori”, ajoute l’Elysée.

Selon le ministère des Armées, le brigadier-chef Tanerii Mauri, le chasseur de première classe Dorian Issakhanian et le chasseur de première classe Quentin Pauchet ont trouvé la mort “alors qu’ils étaient engagés dans une zone où des groupes terroristes attaquent les populations civiles et menacent la stabilité régionale, tout comme notre propre sécurité”.

Mali : 50 djihadistes tués par Barkhane

Mali : 50 djihadistes tués par Barkhane

 

Ce n’est sans doute pas par hasard si la force par Barkhane  a éliminé 50 djihadises précisément au moment où la junte militaire du Mali engage des négociations avec les islamistes contre la volonté de la France.

Ce n’est sans doute pas non plus par hasard si la ministre des armées a donné une certaine publicité à cette opération de maintien de l’ordre “Je voudrais révéler une opération de grande importance qui a été menée le 30 octobre au Mali par la force Barkhane et qui a permis de neutraliser plus de 50 djihadistes soit l’équivalent d’une katiba (brigade)”, a déclaré la ministre.

“Cette opération (…) porte un coup significatif à un groupe terroriste affilié à Al Qaïda, une katiba “Ansaro Islam” qui opère dans la région de Boulkessi près de la frontière avec le Burkina”, a-t-elle précisé.

La ministre de l’armée a cependant pris des précautions oratoires pour ne pas heurter la sensibilité des militaires maliens un peu pris à revers par la force Brakhane.

“Sur le terrain, les résultats opérationnels sont réels (…). Nous sommes déterminés à continuer à travailler avec nos amis maliens pour achever la lutte qui nous unit depuis des années contre les groupes terroristes”, a-t-elle poursuivi.

Sécurité routière : hausse des tués….sans explication

Sécurité routière : hausse des tués….sans explication

 

 

De mauvais chiffres en mars et de mauvais chiffres au premier trimestre pour la sécurité routière concernant le nombre de tués et toujours  sans aucune explication crédible. D’après la sécurité routière, à défaut des complications pertinentes, la responsabilité en incomberait aux gilets jaunes qui auraient détruit des radars sauf que sur l’ensemble du premier trimestre, l’insécurité  routière a augmenté en agglomération et sur les autoroutes et baissé hors agglomération. Les radars n’ont donc pas pu jouer un rôle fondamental. La vérité c’est que comme d’habitude en matière de sécurité routière, les pouvoirs publics ne disposent d’aucun organisme scientifique pour analyser sérieusement les facteurs explicatifs et leur évolution. Il en a toujours été ainsi. Du coup les pouvoirs publics en appellent  aux conséquences de la météo par exemple laissant entendre que le nombre de déplacements à augmenté, d’une part ce qui n’est pas prouvé d’autre part alors que ce nombre de déplacements est supposé avoir affecté les parcours hors agglomération où précisément la sécurité n’a pas augmenté. Bref le bla-bla habituel

La sécurité routière précise que 250 personnes sont mortes le mois dernier sur les routes, soit 17 de plus qu’en mars 2018, que le nombre d’accidents corporels a augmenté de 11,1% pour atteindre 4.416 et que le nombre de blessés a augmenté de 8,5%, à 5.432.“Comme en février 2019, la mortalité des cyclistes est à nouveau la plus forte relevée pour un mois de mars, depuis dix ans, avec 18 décès estimés”, poursuit le communiqué.“La météo printanière a favorisé les déplacements expliquant pour partie la hausse de la mortalité routière constatée durant le premier trimestre. Cette hausse est cependant atténuée sur les routes hors agglomération par l’impact de la baisse de la vitesse à 80 km/h”, déclare la Sécurité routière qui n’en sait évidemment strictement rien. Et de taper sur les gilets jaunes, ce qui ne mange pas de pain. “Le relâchement des comportements lié au vandalisme sur les radars, qui touche tous les réseaux routiers, est compensé hors agglomération par la nouvelle limitation de vitesse mais alimente la hausse globale de la mortalité observée en ce premier trimestre 2019”, ajoute-t-elle !

100 djihadistes français tués

100 djihadistes français tués

 

 

104 djihadistes français ont été tués en Syrie et en Irak, a déclaré samedi à Reuters le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet.Parmi eux figurent deux adolescents, âgés de 12 et 14 ans, que leur mère avait emmenés avec elle au Proche-Orient il y a deux ans, a-t-il précisé. « Cela montre bien qu’il est impératif de tout faire pour empêcher les candidats au djihad de partir », a-t-il fait valoir. Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, il y a actuellement « un peu moins de 450″ islamistes français en Syrie et en Irak aux côtés des combattants de l’Etat islamique. Mais 1.864 familles ont appelé en un an le numéro vert mis en place par les autorités françaises le 29 avril 2014 dans le cadre de la lutte contre la radicalisation islamiste, précise Pierre-Henry Brandet. « Cela a permis d’enclencher un suivi dans plusieurs centaines de cas », ajoute-t-il.

 

Sécurité routière : +3,8% en juin tués sur la route en juin

Sécurité routière : +3,8% en juin tués sur la route en juin

 

Comme d’habitude l’administration sort des chiffres de sécurité routière sans analyse. Cette fois encore on ne sait pas expliquer des chiffres en hausse (c’est la même chose quand ils sont en baisse). Difficile dans ces condition d’affiner la politiqué de sécurité routière. Une certitude toutefois les moyens coercitifs pour lutter en particulier contre l’alcool et la vitesse sont efficaces, de même que la prévention assuré par les forces de l’ordre ; encore faudrait-il qu’elles soient présentes sur les routes et bien plus souvent au lieu de sec contenter de sortir une heure par jour pour faire une rapide moisson de PV pour des fautes bénignes. .Les routes françaises ont tué 304 personnes le mois dernier, contre 293 en juin 2013. Le nombre de blessés est aussi en hausse, +5,4%. Le ministère de l’Intérieur annonce que 15.000 policiers et gendarmes seront déployés le week-end du 14 juillet. Déjà, en mai, la mortalité routière avait grimpé de 15% - 258 personnes avaient été tuées. En juin, selon les statistiques de l’Observatoire national interministériel de la Sécurité routière, la hausse a été de 3,8%. Mais le chiffre brut est plus important : 304 personnes ont trouvé la mort le mois dernier, contre 293 en juin 2013. C’est le quatrième mois consécutif de hausse : +28% en mars, +8% en avril, +15,2% en mai. Depuis le début de l’année, 112 personnes supplémentaires ont trouvé la mort sur les routes, soit une hausse de 7,9% par rapport à la même période de l’année précédente. « A l’occasion des prochains départs en vacances, il apparaît plus que jamais nécessaire d’inciter les usagers de la route à rester vigilants et prudents afin d’éviter que la pause estivale ne se transforme en drame pour eux et leur famille », estime le ministère de l’Intérieur. Celui-ci annonce « qu’à l’occasion du week-end prolongé du 14 juillet, près de 15.000 gendarmes et policiers seront présents, chaque jour, sur l’ensemble du réseau routier et autoroutier ». Et pendant l’été, « des opérations de contrôle seront par ailleurs organisées sur l’ensemble du territoire afin d’inciter les usagers de la route à rester vigilants ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol