Archive pour le Tag 'tu rigoles ?'

Croissance: « l’OCDE optimiste » pour la France, tu rigoles ?

Croissance: « l’OCDE optimiste » pour la France, tu rigoles ?

 

Curieux ces titres de la presse qui reprennent bêtement celui des dépêches. L’ OCDE serait optimiste pour la France ; Ah bon ? Voyons dans le détail les prévisions :  0.2% en 2013, 1% en 2014 et 1.5% en 2015. En fait au dixième près ce que disent les autres spécialistes donc en réalité une croissance très faiblarde et même pas sûre d’être atteinte.  L’organisation a publié, ce lundi 13 janvier, une mise à jour de ses indicateurs composites avancés. Dans le cas de la France, ces statistiques progressent, signalant une « possible » accélération de la croissance pour les prochains mois. Du mieux. C’est ce que laissent entrevoir les indicateurs composites avancés de l’OCDE, concernant la France. Ces statistiques, qui permettent de détecter un retournement de tendance de la conjoncture dans une zone géographique donnée, ont été mises à jour, ce lundi 13 janvier. Et dans le cas de l’Hexagone, elles signalent « une inflexion positive », c’est-à-dire une accélération de la croissance au cours des prochains mois. Pour le moment, l’organisation anticipe la trajectoire de croissance suivante pour la France: 0,2% pour 2013, 1% pour 2014 et 1,6% pour 2015, selon ses prévisions économiques datant de novembre dernier.  L’OCDE est par ailleurs plus optimiste pour l’Italie et pour l’ensemble de la zone euro. Elle souligne par ailleurs « une consolidation de la croissance » en Allemagne, au Japon, aux Etats-Unis et Au Royaume-Uni. Concernant les économies émergentes, les indicateurs de l’OCDE signalent une possible inflexion positive de la croissance en Chine, une croissance autour de la tendance au Brésil et en Russie et une croissance inférieure à son rythme tendanciel en Inde

Ayrault « Moscovici n’avait pas d’information» ; tu rigoles tout le monde était au courant

Ayrault « Moscovici n’avait pas d’information» ; tu rigoles tout le monde était au courant
Une affaire traitée directement dès décembre  par l’Elysée, la justice, l’intérieur,  Moscovici et pourtant personne n’était au courant (L’Elysée et le ministère des finances ont lancé des enquêtes dès décembre). On a sciemment posé les mauvaises questions à la Suisse. Pour avoir la réponse : « Cahuzac n’a pas de compte en Suisse ». Evidemment les comptes avaient été transférés. Pour un peu on affirmerait que non seulement on ne connaissait pas la fortune de Cahuzac mais qu’en plus, on ne le connaissait pas ! Et pourtant d’après Ayrault « c’était le  plus compétent pour occuper ce poste » ; ça donne évidemment froid dans le dos par rapport aux compétences des autres candidats potentiels à ce poste. Il est vrai qu’en matière d’incompétence, on ne peut contester Ayrault.  Le Premier ministre s’est défendu dans l’affaire Cahuzac, en volant au secours de Pierre Moscovici, sous pression depuis dix jours. Le ministre de l’Economie a-t-il demandé au fisc d’enquêter dés le mois de décembre, comme l’affirme Valeurs Actuelles? «A ma connaissance, non. J’ai demandé à Pierre Moscovici au mois de décembre quelles étaient les informations dont il disposait, il a dit exactement ce qu’il a dit à tout le monde : «Il n’avait pas d’information.»   Il ne «croit pas un seul instant », qu’il ait instrumentalisé l’administration fiscale, comme l’affirme Médiapart.  Et pas question de le sortir du gouvernement. «Faudrait-il encore qu’il ait fait des fautes et des erreurs.» Il a promis qu’une commission d’enquête verrait le jour et que les ministres concernés «viendront devant.»   Jean-Marc Ayrault, à qui il est reproché d’avoir choisi Cahuzac au Budget au moment de former le gouvernement alors que des rumeurs semblaient circuler déjà à l’époque sur ses finances personnelles, s’est défendu avec véhémence. Il n’y avait «aucune » rumeur», a-t-il assuré. «Tout le monde dit ça après». Le locataire de Matignon a justifié son choix, rappelant que Cahuzac était considéré, y compris à droite comme un «brillant» président de la commission des finances à l’Assemblée lors du précédent quinquennat. C’était «le plus compétent» alors pour occuper le poste de ministre du Budget.

 

Nucléaire franco-chinois, l’accord intégrera la propriété intellectuelle : tu rigoles ?

Nucléaire franco-chinois:,l’accord intégrera la propriété intellectuelle : tu rigoles ?

 

Les français sont naïfs, après l’accord controversé entre EDF et son équivalent chinois (qui écartait de faiat Areva), on précise qu’il y aura un texte complémentaire pour garantir la propriété intellectuelle. Comme si les chinois avaient pour habitude de respecter ce genre d’engagement ! »Ces craintes (sur des transferts de technologies, ndlr) sont infondées. Ce texte fera l’objet d’accords explicites complémentaires, sur la propriété intellectuelle, entre Areva et CGNPC », a déclaré à Aujourd’hui en France/Le Parisien le directeur de la production d’EDF, Hervé Machenaud.  Cet accord aux contours mystérieux passé fin 2012 est supposé permettre le développement d’un nouveau réacteur de 1.000 mégawatts commun aux trois signataires, selon EDF.  Le dossier est d’autant plus sensible que le patron du groupe public EDF, Henri Proglio, qui a eu des relations tendues avec le gouvernement, aurait dans un premier temps proposé en 2011 de nouer un accord incluant uniquement EDF et CGNPC, et que, selon certaines sources, ce projet d’accord initial, qui n’a finalement pas abouti, proposait des transferts de technologies encore plus importants.  De source non officielle, une enquête de l’Inspection générale des finances (IGF) est actuellement en cours sur ce point.  De plus, un « bilan des relations passées » avec la Chine est « en cours », selon le ministère de l’Energie.  M. Machenaud n’a pas fait de commentaires sur l’enquête de l’IGF et a rappelé que le projet de 2011 avait été bloqué par le gouvernement car il n’incluait pas Areva.   »Le contexte de l’époque était différent », rappelle-t-il, en référence aux relations difficiles entre les deux champions nucléaires français, EDF pour l’exploitation, Areva pour la construction.   »Ne pas signer cet accord nous faisait courir le risque de voir un certain nombre de contrats importants nous passer sous le nez », a estimé le responsable d’EDF, qui ajoute que de toute façon le groupe travaillait en parallèle à l’époque sur un projet d’accord incluant Areva.  Mis au parfum début avril, le comité de la stratégie d’EDF avait retoqué le projet de 2011. Selon le Canard Enchaîné, l’Agence des participations de l’Etat (APE) l’a également critiqué dans la foulée et le ministre de l’Economie de l’époque, François Baroin, l’avait bloqué le 18 avril, juste avant l’élection présidentielle.  Mais le recadrage s’est poursuivi avec l’arrivée de la gauche au pouvoir, jusqu’à l’accord tripartite de 2012, qui lui a reçu « l’accord explicite du gouvernement » socialiste, selon M. Machenaud.   »Cet accord a été signé en marge d’une grande réunion du C8 (bien C8, groupement d’industriels nucléaires, ndlr). C’est seulement à la suite du Comité de politique nucléaire (CPN) de fin septembre que nous avons eu l’accord explicite du gouvernement », a-t-il déclaré.   »Montrer du doigt nos partenaires chinois ne crée pas un environnement psychologique favorable », a estimé le directeur de la production d’EDF en réponse à une question sur les développements à venir du dossier.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol