Archive pour le Tag 'truquée'

Trump : une élection truquée par l’informatique ?

Trump : une élection truquée par l’informatique ?

D’après un article de l’Obs l’élection de Trump pourrait être remise en cause suite à d’éventuels piratages informatiques au profit de Trump notamment dans des Etats clés. un collectif d’experts informatiques et de juristes appelle à un nouveau décompte des voix dans les Etats du Wisconsin (10 grands électeurs), du Michigan (16) et de Pennsylvanie (20), trois swing states remportés d’un cheveu par Donald Trump et décisifs dans sa victoire : si ces 46 grands électeurs avaient basculé dans le camp Clinton, celle-ci aurait remporté l’élection.

Voici les différences de voix dans les trois Etats en question :

  • Wisconsin : 22.500 voix d’avance pour Trump (0,8 point)
  • Michigan : 10.700 voix d’avance pour Trump (0,2 point)
  • Pennsylvanie : 70.000 voix d’avance pour Trump (1,2 point)

Le « Center for Computer Security and Society » de l’Université du Michigan, dirigé par le professeur d’ingénierie informatique Alex Halderman, estime qu’il y a une possibilité que les votes électroniques, particulièrement dans le Wisconsin, aient été piratés. Ce dernier se fonde notamment sur les performances anormalement mauvaises de Hillary Clinton dans les comtés où prévaut le vote électronique, par rapport à ceux votant avec des bulletins papiers (« la meilleure technologie existante pour un vote démocratique », selon lui) : une sous-performance de 7%, qui pourrait l’avoir lésée de 30.000 voix… justement celles qui lui auraient manqué pour remporter l’Etat.  « Je pense que l’explication la plus plausible est que les sondages se sont tous trompés », tempère Alex Halderman sur le site « Medium ». « Mais pas au point que l’hypothèse du piratage soit totalement improbable. Le seul moyen de savoir, c’est d’examiner les preuves », ajoute-t-il, en décrivant la façon dont il a lui-même « hacké » des machines de vote dans le cadre d’une expérience. « Les machines de vote électronique américaines présentent de graves problèmes de cybersécurité, comme cela a été documenté à de nombreuses reprises depuis 10 ans », accuse-t-il. Le collectif, auquel se sont joints des juristes, a informé l’équipe de campagne de Hillary Clinton, John Podesta en tête, de cette anomalie, tout en soulignant qu’il n’y avait aucune preuve concrète de piratage. Mardi, ils publiaient un appel au recomptage dans le « New York Magazine ». Mais une telle procédure doit faire l’objet d’une demande d’ici à quelques jours par l’un des candidats : après le 25 novembre dans le Wisconsin, le 28 en Pennsylvanie et le 30 dans le Michigan, il sera trop tard pour contester la répartition des voix.

(L’obs.)

Chômage : une baisse truquée

Chômage : une baisse truquée 

 

 

 

 

Il y aurait une baisse de 25 000 chômeurs sur 3.5 millions, une variation inférieure à 1% déjà insignifiante. On ne peut évidemment que se réjouir de la baisse du chômage à condition cependant que cette baisse ne soit l’aboutissement d’un bricolage méthodologique. Or si effectivement les chiffres font apparaitre une baise d’environ 25 000 chômeurs. Il  ne faut surtout pas oublier que Pôle emploi a changé de méthode pour comptabiliser les chômeurs depuis juin. En gros pour schématiser on ne compte plus comme chômeurs c eux qui sont par exemple en formation ou en stage. Et comme on a multiplié les contrats jeunes, par définition précaires, mécaniquement les statistiques du chômage baissent.  Du coup  le nombre de demandeurs d’emplois inscrits en catégorie A à Pôle emploi a fortement reculé en septembre: précisément de 24.700 en France entière (dom compris) et de 23.800 dans la seule métropole. Cette baisse, la sixième en 41 mois de présidence Hollande et la troisième en 2015, ramène à un peu plus de 3,81 millions le nombre de chômeurs en catégorie A en France entière (et 3,55 millions dans la seule métropole). Il s’agit surtout de la plus forte baisse enregistrée en catégorie A (hors bug SFR d’aout 2013) depuis… novembre 2007. Soit près de 8 ans, ce qui n’est pas rien! «La tendance est donc orientée à la baisse puisque, pour la première fois depuis début 2011, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A a reculé sur 4 mois», se contente de se féliciter par communiqué Myriam El Khomri, la nouvelle ministre du Travail. Et ce, même si sur un an, les totaux affichent encore une hausse de près de 110.000 chômeurs. Le satisfecit gouvernemental ne s’arrête pas là. Il se poursuit avec le nombre de demandeurs d’emplois de moins de 25 ans, qui a reculé de 2,6% en France métropolitaine sur un mois en septembre. «La tendance est claire, juge alors Myriam El Khomri: il s’agit du quatrième mois consécutif de baisse, ce qui porte à 24.700 le recul du nombre de jeunes inscrits depuis fin mai. Cela prouve l’efficacité de nos dispositifs en faveur de l’emploi des jeunes (emplois d’avenir, Garantie jeunes, contrats de génération, relance de l’apprentissage)». «Le mouvement de réforme engagé par le gouvernement va se poursuivre» Myriam El-Khomri  La ministre du Travail ne dit en revanche pas un mot de la très légère hausse enregistrée en tenant compte des chômeurs en activité réduite (catégories B et C): +1800 en France métropolitaine et +1000 dom inclus. Une hausse portant à près de 5,73 millions le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B et C en France entière, un nouveau record. Elle ne dit rien non plus de la nouvelle très forte progression du nombre de chômeurs de longue durée enregistrée en septembre (+1%, soit +23.800 chômeurs), portant à 44,8% la part des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an en métropole. Là encore, un record! Pis, le nombre de demandeurs d’emploi pointant à Pôle emploi depuis plus de 3 ans, les vrais exclus de la politique de lutte contre le chômage, a une nouvelle fois explosé de 1,2% pour désormais frôler les 800.000 inscrits…

 

Inversion du chômage truquée

Inversion du chômage truquée

Pôle emploi a constaté des baisses du chômage mais pas l’INSEE qui prévoit au contraire une montée en 2014. La raison : Pôle emploi ne prend en compte que les inscrits tandis que que l’INSEE compte les radiés (qui peuvent atteindre jusqu’à 200 000 comme en juillet 2013 ! ) et les non inscrits. Une différence de taille qui incite évidemment Pôle emploi à « nettoyer » les listes. En tout état de cause on comprend mal comment le chômage peut diminuer quand la croissance est à plat (0.1 ou 0.2% en 2013) alors qu’il faudrait de l’ordre de 0.8% pour le stabiliser et environ 1.5ù pour recommencer à en créer de nouveau.  Les chiffres mensuels que donne le gouvernement sont ceux des demandeurs d’emploi, comptabilisés par Pôle emploi et la Dares, le service statistique du ministère du Travail. Ils mesurent la variation d’un mois sur l’autre du nombre d’inscrits sur les fichiers de Pôle emploi. Les demandeurs d’emploi sont répartis en cinq catégories. La catégorie A, la plus importante, concerne les personnes qui n’ont exercé aucune activité dans le mois. C’est celle sur laquelle communiquent les médias et le gouvernement. Les catégories B et C regroupent ceux qui ont travaillé moins de 78 heures sur la période. Et les catégories D et E ceux dispensés de rechercher activement un emploi, pour des raisons telles qu’une maladie ou le suivi d’une formation.  Pour sa part, l’Insee procède à une enquête auprès de 100.000 personne pour calculer le taux de chômage, en se basant sur la définition du demandeur d’emploi du Bureau international du Travail (BIT). Soit toute personne de plus de 15 ans, immédiatement disponible, cherchant activement un emploi et n’ayant pas travaillé, qu’elle soit ou non inscrite à Pôle emploi. Contrairement aux données ministérielles, celles de l’Institut prennent en compte les radiés et les non-inscrits à Pôle emploi. Malgré des divergences ponctuelles, ces deux indices ont tendance à converger. Mais il encore une façon de mesurer le chômage en France: celle d’Eurostat, l’institut de statistique européen. Chaque mois, il publie un taux de chômage prenant en compte à la fois les chiffres de la Darès et ceux de l’Insee. Eurostat comptabilise en outre les demandeurs d’emplois des DOM, quand l’Insee publie un taux pour la métropole et un autre pour l’Outre-mer. Quand le gouvernement s’engage à inverser la courbe du chômage d’ici la fin 2013, il parle de celle établie par la Dares à partir des chiffres de Pôle emploi. Attention, la publication d’aujourd’hui n’est pas la dernière concernant l’année 2013, puisque le nombre de nouveau demandeurs d’emploi en décembre ne sera annoncé, lui, que fin janvier

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol