Archive pour le Tag 'trésorerie'

Plan d’aide pour la trésorerie des PME ?

Plan  d’aide  pour la trésorerie des PME ?

 

Un plan qui va profiter aux PME (enfin !) et essentiellement destiné à soutenir la trésorerie de ces sociétés. C’est ce qu’a annoncé Hollande. Il y avait effectivement urgence du fait en particulier de l’attitude très restrictive des banques vis-à-vis des petites et moyennes entreprises. Reste à vérifier les conditions d’application car la BPI a toujours affirmé que son rôle n’était pas de soutenir ce qu’elle appelle  « les canard boiteux ». .  La Banque publique d’investissement (BpiFrance) mettra donc en place le 1er janvier 2015 un fonds de garantie des crédits de trésorerie jusqu’à 50.000 euros pour 10.000 très petites entreprises (TPE), a dit le chef de l’Etat à l’issue d’assises de l’investissement à l’Elysée. Il a également confirmé que la BPI expérimenterait la transformation des créances bancaires sur les petites et moyennes entreprises (PME) et les sociétés de taille intermédiaires (ETI) en titres cessibles (titrisation).Cette expérience sera menée dans un premier temps sur un portefeuille de crédits bancaires pouvant aller jusqu’à trois milliards d’euros. L’Etat et la BPI comptent sur les compagnies d’assurance pour racheter ces titres.  L’idée est de permettre un refinancement des encours de crédits aux PME et ETI et de réduire ainsi la consommation en fonds propres des banques commerciales engagées dans le financement de ce type de sociétés, a expliqué le directeur général de la BPI, Nicolas Dufourcq. « La BPI organisera le rachat de crédits que les banques ont faits aux PME en offrant sa garantie », a précisé François Hollande. « Les banques pourront, avec ce mécanisme encadré, augmenter largement leur capacité de prêts ».  Selon Nicolas Dufourcq, d’autres institutions que la BPI travaillent sur la « titrisation » des crédits immobiliers. Le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, qui a participé à l’une des tables rondes, s’est montré satisfait des annonces présidentielles : « Ça nous permet de rassurer les chefs d’entreprise sur l’évolution des investissements. » Il voit notamment dans le fonds de garantie des crédits de trésorerie un moyen de « sauver de la mort » des milliers de TPE. François Hollande a également annoncé le lancement dans les trois mois d’une campagne sur le respect de la loi en matière de délais de paiement – un mal dont souffrent TPE et PME. « Si la loi était respectée, 10 milliards d’euros de trésorerie seraient rendus aux entreprises », a-t-il fait valoir. Selon l’Insee, l’investissement des sociétés non financières a baissé en France de 0,7% au premier trimestre et de 0,8% au deuxième. Les patrons de l’industrie manufacturière anticipent une quasi stabilité sur l’ensemble de 2014 (+1,0%). Or les économistes estiment que l’investissement est l’un des principaux moteurs qui manquent à l’économie française. François Hollande a pour sa part rappelé que 60.000 PME disparaissaient chaque année faute de trésorerie. Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, avait déploré auparavant que les entreprises françaises financent en France leurs investissements essentiellement par l’endettement. Parmi d’autres mesures annoncées par François Hollande figure le financement par l’Etat et la Caisse des dépôts et consignations à hauteur de 1,9 milliard d’euros de 25.000 logements intermédiaires supplémentaires sur cinq ans.  Les fonds investis par l’Etat (un milliard d’euros) proviendront de cessions de participations de l’Etat dans les entreprises, a-t-il précisé.

 

BPI : demande record de trésorerie

BPI : demande record de trésorerie

 

Nicolas Dufourcq  sur BFM a déclaré : « notre but est d’apporter du soutien à la trésorerie des PME. On injecte en ce moment beaucoup de cash dans l’économie française. Depuis le début de l’année, environ 650 millions d’euros ont été injectés. La demande de trésorerie n’a jamais été aussi forte ». « La BPI peut aller beaucoup plus loin« , a-t-il estimé. « La taille du bilan est de 30 milliards d’euros aujourd’hui, nous pouvons la porter à 40 milliards d’euros. Nous avons les moyens de fournir la trésorerie aux PME qui le souhaitent ». L’un des critères pour bénéficier de l’aide de la BPI est l’implantation à l’international. « Nous soutiendront tous les entrepreneurs qui portent la France à l’international parce que la grande bataille du moment, la grande cause nationale, c’est quand même le déficit commercial de 74 milliards d’euros ». Concernant la polémique avec Ségolène Royal à propos du rôle de la BPI, le directeur général s’est voulu conciliant. « Essayez donc de trouver une différence entre nous« , a-t-il lancé. « Tout est vrai dans ce qu’a dit chacun, mais maintenant la page est tournée« .

 

Mesures de soutien à la trésorerie des entreprises, surtout les délais de paiement

Mesures de soutien à la trésorerie des entreprises, surtout les délais de paiement

 

 

Le problème des délais de paiement est au centre des mesures envisagées. Il y aura aussi un déblocage de 500 millions d’euros pour les TPE et les PME par la Banque publique d’investissement, préfinancement du crédit d’impôt compétitivité, amélioration de l’assurance-crédit et de l’affacturage, solutions alternatives de financement et réduction des délais de paiement pour soutenir les entreprises, notamment les PME qui sont les premières créatrices d’emplois. Certaines de ces mesures sont déjà en vigueur. Le ministère du Commerce extérieur a parallèlement annoncé la mise en place d’une enveloppe de 150 millions d’euros « qui sera consacrée à des prises de participations dans des fonds dédiés au soutien des PME qui vont à l’international ». « Je suis à l’écoute de vos préoccupations », a dit Pierre Moscovici lors d’un discours au Salon des entrepreneurs. « Parce que, tout simplement, c’est en répondant à ces préoccupations que nous parviendrons redresser notre économie, à créer des emplois, à rendre confiance à notre pays. » Ces annonces ont été saluées par la CGPME. « Le plan présenté par Pierre Moscovici doit être mis en œuvre rapidement. Il y a urgence », a réagi l’organisation patronale dans un communiqué. Selon Guillaume Cairou, président du Club des entrepreneurs, « notre gouvernement a enfin compris que l’assainissement de la trésorerie des entreprises est un facteur clé pour améliorer sensiblement la compétitivité des entreprises françaises ». « Les délais de paiement sont un levier de compétitivité qui a trop longtemps été sous-estimé. Il en va de la survie de nos entreprises », ajoute-t-il dans un communiqué. Pierre Moscovici s’est donné pour objectif de poursuivre la réduction des délais de paiement de l’Etat pour les faire passer sous 20 jours d’ici 2017. L’Observatoire des délais de  paiement fait état d’une baisse de 35% du délai global de paiement de l’Etat l’an dernier, à 23 jours. Pour réduire les délais de paiement du secteur privé, le gouvernement promet d’augmenter le nombre de contrôles, à 2.000 cette année. Sur les quelque 1.850 entreprises contrôlées l’an dernier, le taux d’anomalie a été de 29%. L’efficacité des sanctions pour ces infractions sera renforcée par la création d’une amende administrative dans la future loi sur la consommation prévue au printemps. Actuellement, une entreprise victime d’un retard de paiement doit poursuivre son client devant un tribunal de commerce.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol