Archive pour le Tag 'Transition'

Page 8 sur 13

Trump enfin OK pour une transition du pouvoir

Trump enfin OK pour une transition du pouvoir

 

Il aura fallu attendre plus de deux semaines pour que Trump à demi-mots reconnaissent la victoire de Biden et accepte la transition du pouvoir. En attendant , il s’est enfoncé dans des procédures juridiques pathétiques et a entretenu un climat délétère de division chez les Américains. Il a pris aussi quelques décisions irresponsables tant en matière d’économie qu’en matière de géopolitique.

Bref il a tout fait pour rendre difficile la tâche de Biden. Sous la pression cependant de républicains qui le lâchent les uns après les autres, Donald Trump a fini par ordonner à son administration de commencer la transition avec Joe Biden. Par un message tordu sur son compte Twitter, et sans reconnaître formellement sa défaite, le président américain a « recommandé » à la responsable de l’administration générale des services, Emily Murphy de «faire le nécessaire conformément aux protocoles initiaux», «dans l’intérêt de notre pays ». «J’ai dit à mes équipes de faire de même», a conclu Trump.

Sans élégance ni cérémonie, le président a reconnu dans les faits, à défaut d’y mettre les formes, que son adversaire démocrate pourrait bien être son successeur en janvier prochain. «Notre lutte continue » tout de même écrit Trump, «nous continuons à faire valoir nos droits, et je pense que nous l’emporterons» .

La pression s’était accrue ces derniers jours sur Emily Murphy, un nombre croissant de républicains, d’experts en sécurité nationale et de chefs d’entreprise ayant déclaré qu’il était temps que le processus de transition commence.

L’enjeu de la transition numérique

L’enjeu de la transition numérique

 

Thibault Lanxade et Alexandre Zapolsky dirigeants de Jouve et de Linagora, insiste sur le caractère stratégique de la transition numérique (chronique dans l’Opinion)

 

Formulée noir sur blanc, comme telle, dans son programme de campagne pour la présidentielle de 2017, la promesse du candidat Emmanuel Macron était belle : « Par-delà la dématérialisation des services publics, l’Etat doit devenir un “Etat plateforme”, qui s’appuie sur les contributions de la multitude des usagers pour améliorer les services existants ou en créer de nouveaux. Cela permettra de fournir de nouveaux services plus simples, plus performants et mieux adaptés aux besoins. Nous créerons un compte citoyen en ligne (site et application), qui rassemblera sur une même interface tous les droits, notamment ceux liés à la santé, à la trajectoire professionnelle, à la formation, à la situation fiscale, aux droits civiques. Ce point d’entrée unique facilitera les relations avec l’administration, et permettra d’avoir plus facilement l’information. Nous créerons une banque de données numériques réutilisables. »

Les acteurs du secteur étaient alors unanimes : ce projet était astucieux, moderne. Il témoignait d’une véritable connaissance des enjeux et d’une volonté de rupture par rapport aux habitudes et aux réflexes du monde d’avant.

Vive la métaplateforme! Il s’agissait, alors, de créer au niveau de l’Etat une métaplateforme numérique, une « plateforme des plateformes » qui transforme les principes d’organisation et les modes d’action de l’État et qui, à l’image des grandes entreprises du numérique – principalement les GAFAM –, mette en place des dispositifs d’interface et d’intermédiation permettant de faciliter les échanges d’informations ainsi que la production de biens et services.

A cette métaplateforme, d’autres plateformes satellites innovantes, issues du monde bouillonnant du numérique allaient pouvoir s’agréger pour servir l’intérêt général. Ce type d’organisation avait été décrit par Nicolas Colin et Henri Verdier, deux entrepreneurs du numérique français, dans leur livre L’Age de la multitude, publié en 2012. L’objectif était double : d’une part, accélérer la révolution numérique en partant du principe que les flux d’intelligence et de créativité se situent désormais dans la « multitude », c’est-à-dire davantage à l’extérieur qu’à l’intérieur des organisations. Et d’autre part, de stimuler l’engagement citoyen qui favorise et utilise l’innovation du plus grand nombre et qui garantisse des ressources accessibles à tous.

En appliquant ce concept, l’Etat proposait de faire son aggiornamento numérique. La logique de silos ? Balayée ! Avec cette proposition, Emmanuel Macron portait une vision ambitieuse et innovante d’une organisation numérique transversale des services publics pour plus d’efficacité et de réactivité face aux attentes des concitoyens. Dans le même temps, cette révolution permettait à la France de se protéger des appétits des géants du numérique extra-européens dont les solutions, parce qu’elles règlent et facilitent une partie de notre quotidien, se substituent progressivement à l’Etat, contribuant ainsi à sa fragilisation.

L’histoire se répète… Plus de trois ans après ces déclarations, il faut convenir que le chemin reste encore long pour matérialiser cette ambition. Certes, la French Tech a pris son envol. Nos start-up témoignent aux quatre coins du monde de l’ingéniosité de nos talents, attirant les investisseurs, suscitant les fiertés nationales. Mais le montant des levées de fonds ne peut en aucun cas être un critère suffisant pour évaluer la réussite de la révolution numérique que la France doit impérativement mener pour rester compétitive face à ses concurrentes.

Malgré le rôle majeur joué par les innovations numériques au cours de cette crise de la COVID19, et notamment pendant le confinement, ayant contribué « à la résilience de la Nation ​» pour le président de République, force est de constater que le monde d’aujourd’hui ressemble étrangement à celui d’hier. A la place de la métaplateforme promise, ouverte et accessible sont apparues des « ​mégaplateformes ​» cloisonnées, fonctionnant en silos, avec pour leader technique les acteurs majeurs du secteur.

Les 7 milliards d’euros du plan de relance seront-ils mis au service de cette nouvelle ambition affichée de « ​bâtir ensemble la souveraineté numérique de la France ​» ​?

Un tel outil, en proposant des solutions agiles, plug and play, aurait facilité une digitalisation massive des TPE, PME et commerçants en leur permettant d’utiliser les briques technologiques adaptées à leurs besoins. Cette métaplateforme les aurait probablement aidés à mieux anticiper cette seconde vague…

On peut, à juste titre s’interroger sur la structuration du plan de relance, et notamment sur la répartition proposée de ces 7 milliards d’euros. Seront-ils véritablement mis au service de cette nouvelle ambition affichée de « ​bâtir ensemble la souveraineté numérique de la France ​» ​? Il suffit de regarder les derniers résultats des appels d’offres lancés par les structures gouvernementales pour être convaincu que le changement de paradigme n’a pas encore eu lieu. Nous sommes manifestement au cœur du sujet, fortement porté par le Président de la République, de l’accomplissement des « ​derniers mètres ​», ceux de la concrétisation effective d’une ambition politique.

Que ce soit au ministère de l’Intérieur, à la Justice, à Bercy, à la Défense, au ministère du Travail ou en interministériel, les grands référencements AMOA, MOE, TMA sont captés en très grande majorité par les entreprises de services numériques (ESN) françaises et internationales. Bien entendu, elles promettent d’associer l’ensemble des acteurs de cet écosystème et jouent la carte du « ​collaboratif ​». Mais tiendront-elles leur promesse ​? En France, historiquement, les relations entre les grandes entreprises numériques et les autres n’ont pas jamais été équilibrées. Les rapports de force ont toujours joué en faveur des premières et au détriment des secondes. Pour quelles raisons le cours de l’histoire changerait-il ​?

Est-il trop tard ​? Nous ne le pensons pas.

Face au risque de voir l’Etat se faire ubériser par des géants numériques basés hors d’Europe, une ambition à la petite semaine n’a aucun de sens

Revenons tout simplement à l’idée de départ ​: la révolution culturelle. Il s’agissait de structurer en profondeur l’armature numérique de l’Etat et des services publics en coconstruisant une plateforme ouverte, collaborative, réactive. Certains diront que cette révolution est trop ambitieuse. Mais, face au risque de voir l’Etat se faire ubériser par des géants numériques basés hors d’Europe, une ambition à la petite semaine n’a aucun de sens. La demi-mesure serait même dangereuse.

Par ailleurs, il faut bien avoir conscience que la difficulté de passer d’une architecture verticale à une architecture horizontale n’est pas d’ordre technique. Nos entreprises, et nous le précisons, toutes nos entreprises quelle que soit leur taille, sont en mesure de répondre aux défis technologiques posés par cette révolution que nous appelons de nos vœux. Mais la difficulté s’avère être d’ordre culturel… Si l’on veut réellement changer de système pour créer un Etat moderne, efficace, réactif, économe qui défende pleinement les intérêts des citoyens et protège notre souveraineté, le plus simple, mais peut-être aussi le plus difficile, est de changer de mentalité.

Thibault Lanxade est PDG du groupe Jouve et Alexandre Zapolsky est président de Linagora.

Urgent : «Pour un ministre de la Transition numérique»

Urgent : «Pour  un ministre de la Transition numérique»

 

Ce que demande Godefroy de Bentzmann , co-PDG de Devoteam, une entreprise de services du numérique présente dans toute l’Europe. Il a pris la tête de Syntec Numérique en juin.

Cette organisation regroupe près de 2000 entreprises, soit 80 % du chiffre d’affaires d’un secteur qui pèse 52 milliards. Il alerte sur l’urgence d’entreprendre une transformation numérique profonde en Europe pour faire de la révolution qui se profile une opportunité. (Interview dans l’opinion)

Syntec Numérique a publié un cahier dédié à l’industrie du futur. Il insiste sur l’impératif de transformer les entreprises en France. Est-ce si urgent ?

La France a besoin d’un électrochoc. La révolution numérique modifie profondément nos usages personnels et professionnels. L’impact sera encore plus grand dans les process de production industrielle. Ce qui se profile est un tsunami. La vague du numérique va modifier et déplacer des millions d’emplois. Il faut se demander plus vite que les autres, comment recréer en France et en Europe les emplois pour compenser ceux qui seront détruits. Je ne crois pas en une société avec 80 % de chômeurs, comme certains Nostradamus alarmistes la prédisent mais nos modèles vont être bouleversés. Il y a 100 ans, 1 % des emplois touchaient à l’art et à la création, c’est 30 % aujourd’hui. 70 % des jobs de 2030 n’existent pas encore aujourd’hui.

Le sujet est absent de la campagne présidentielle…

Il devrait être au cœur des débats ! Le personnel politique n’a, à de rares exceptions, pas pris conscience des changements qui nous attendent. Il est vrai qu’ils recèlent d’immenses possibilités, ils sont anxiogènes. Ce n’est pas un thème porteur. À l’exception d’une poignée de députés, et peut-être, parmi les candidats à la prochaine présidentielle, François Fillon et Emmanuel Macron, nos politiques ne comprennent pas les enjeux. Au mieux certains voient l’opportunité de faire mieux et moins cher les tâches de l’administration, mais ils sont loin de percevoir le pivot radical que va faire le marché de l’emploi. Cela serait dommage que nos voisins européens ou plus lointains s’approprient les bénéfices de cette révolution.

La France n’a-t-elle pas pris à l’envers le sujet numérique ?

L’obsession de la sauvegarde de l’ancienne économie et la gestion de la transition nuisent à l’émergence de la nouvelle économie. Les industries traditionnelles pensent, comme les politiques, qu’il faut leur laisser le temps de se transformer… Mais personne ne nous attend ! L’Allemagne a pris les devants en accueillant les data centers de Google. N’ayons pas peur de nous approprier les meilleures technologies du marché pour bâtir les prochaines évolutions. La France doit avoir un plan ambitieux pour ses entreprises, avec des « zones franches virtuelles », des dérogations sociales et fiscales dont bénéficieraient les sociétés qui s’engagent dans des plans de transformation en profondeur impliquant l’entreprise, ses salariés et pourquoi pas des financiers privés.

Pour vous, l’État doit aussi faire sa mue…

Il nous faut un ministre de la Transition numérique et dans chaque ministère un CDO (Chief Digital Officer), comme dans les grandes entreprises. Une « conscience numérique » pour aiguillonner les ministres et veiller à ce que chaque réforme intègre la thématique. Il y a des sujets sur lesquels la France pourrait tirer son épingle du jeu. Dans le domaine de la santé, nous avons la chance d’avoir un atout unique avec les immenses bases de données d’ordonnances de la CNAM. Même Google qui a lancé un programme ambitieux est loin d’avoir constitué une réserve de données aussi riche que celle que nous détenons. Avec une volonté politique, nous pourrions en tirer des services aux patients, des améliorations, des diagnostics, des économies, un enseignement pour la recherche.

Ces sujets numériques ne devraient-ils pas se traiter au niveau européen ?

Si la France se contente d’édicter seule, comme en ce moment, des lois pour contrer les GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon], la seule chose qu’elle obtiendra sera d’être contournée par eux. Ils iront s’installer ailleurs en Europe. La France doit plutôt tempêter à Bruxelles pour que des règles communes soient mises en place sur la fiscalité, comme sur la protection des données. Mais au-delà, elle doit prendre conscience qu’il faut élargir à un espace global de 500 millions d’Européens notre économie du futur. Il y a tant de sujets numériques encore inexploités dont le continent peut se saisir, comme l’identité numérique, la blockchain ou le paiement. Il faut créer des champions européens, des Airbus du numérique à l’ombre desquels nos entreprises européennes du web pourront se développer. Ne laissons pas ces batailles aux GAFA.

Il y a de très importants enjeux de formation. Comment le Syntec Numérique les aborde-t-il ?

La France est un bon terreau pour le numérique, avec des ingénieurs excellents que l’on s’arrache dans la Silicon Valley. Cela dit, nous avons du mal à attirer des informaticiens en nombre suffisant. Nos entreprises créent en moyenne 11 000 emplois nets par an et recrutent 40 000 cadres. Pourtant, il manque au moins 5 000 ingénieurs chaque année. Même si nous représentons 25 % de la croissance du PIB de la France et que nous proposons des salaires supérieurs à ceux des autres secteurs, nous devons travailler notre attractivité.

La stratégique transition numérique

La stratégique transition numérique

 

Thibault Lanxade et Alexandre Zapolsky dirigeants de Jouve et de Linagora, insiste sur le caractère stratégique de la transition numérique (chronique dans l’Opinion)

 

Formulée noir sur blanc, comme telle, dans son programme de campagne pour la présidentielle de 2017, la promesse du candidat Emmanuel Macron était belle : « Par-delà la dématérialisation des services publics, l’Etat doit devenir un “Etat plateforme”, qui s’appuie sur les contributions de la multitude des usagers pour améliorer les services existants ou en créer de nouveaux. Cela permettra de fournir de nouveaux services plus simples, plus performants et mieux adaptés aux besoins. Nous créerons un compte citoyen en ligne (site et application), qui rassemblera sur une même interface tous les droits, notamment ceux liés à la santé, à la trajectoire professionnelle, à la formation, à la situation fiscale, aux droits civiques. Ce point d’entrée unique facilitera les relations avec l’administration, et permettra d’avoir plus facilement l’information. Nous créerons une banque de données numériques réutilisables. »

Les acteurs du secteur étaient alors unanimes : ce projet était astucieux, moderne. Il témoignait d’une véritable connaissance des enjeux et d’une volonté de rupture par rapport aux habitudes et aux réflexes du monde d’avant.

Vive la métaplateforme! Il s’agissait, alors, de créer au niveau de l’Etat une métaplateforme numérique, une « plateforme des plateformes » qui transforme les principes d’organisation et les modes d’action de l’État et qui, à l’image des grandes entreprises du numérique – principalement les GAFAM –, mette en place des dispositifs d’interface et d’intermédiation permettant de faciliter les échanges d’informations ainsi que la production de biens et services.

A cette métaplateforme, d’autres plateformes satellites innovantes, issues du monde bouillonnant du numérique allaient pouvoir s’agréger pour servir l’intérêt général. Ce type d’organisation avait été décrit par Nicolas Colin et Henri Verdier, deux entrepreneurs du numérique français, dans leur livre L’Age de la multitude, publié en 2012. L’objectif était double : d’une part, accélérer la révolution numérique en partant du principe que les flux d’intelligence et de créativité se situent désormais dans la « multitude », c’est-à-dire davantage à l’extérieur qu’à l’intérieur des organisations. Et d’autre part, de stimuler l’engagement citoyen qui favorise et utilise l’innovation du plus grand nombre et qui garantisse des ressources accessibles à tous.

En appliquant ce concept, l’Etat proposait de faire son aggiornamento numérique. La logique de silos ? Balayée ! Avec cette proposition, Emmanuel Macron portait une vision ambitieuse et innovante d’une organisation numérique transversale des services publics pour plus d’efficacité et de réactivité face aux attentes des concitoyens. Dans le même temps, cette révolution permettait à la France de se protéger des appétits des géants du numérique extra-européens dont les solutions, parce qu’elles règlent et facilitent une partie de notre quotidien, se substituent progressivement à l’Etat, contribuant ainsi à sa fragilisation.

L’histoire se répète… Plus de trois ans après ces déclarations, il faut convenir que le chemin reste encore long pour matérialiser cette ambition. Certes, la French Tech a pris son envol. Nos start-up témoignent aux quatre coins du monde de l’ingéniosité de nos talents, attirant les investisseurs, suscitant les fiertés nationales. Mais le montant des levées de fonds ne peut en aucun cas être un critère suffisant pour évaluer la réussite de la révolution numérique que la France doit impérativement mener pour rester compétitive face à ses concurrentes.

Malgré le rôle majeur joué par les innovations numériques au cours de cette crise de la COVID19, et notamment pendant le confinement, ayant contribué « à la résilience de la Nation ​» pour le président de République, force est de constater que le monde d’aujourd’hui ressemble étrangement à celui d’hier. A la place de la métaplateforme promise, ouverte et accessible sont apparues des « ​mégaplateformes ​» cloisonnées, fonctionnant en silos, avec pour leader technique les acteurs majeurs du secteur.

Les 7 milliards d’euros du plan de relance seront-ils mis au service de cette nouvelle ambition affichée de « ​bâtir ensemble la souveraineté numérique de la France ​» ​?

Un tel outil, en proposant des solutions agiles, plug and play, aurait facilité une digitalisation massive des TPE, PME et commerçants en leur permettant d’utiliser les briques technologiques adaptées à leurs besoins. Cette métaplateforme les aurait probablement aidés à mieux anticiper cette seconde vague…

On peut, à juste titre s’interroger sur la structuration du plan de relance, et notamment sur la répartition proposée de ces 7 milliards d’euros. Seront-ils véritablement mis au service de cette nouvelle ambition affichée de « ​bâtir ensemble la souveraineté numérique de la France ​» ​? Il suffit de regarder les derniers résultats des appels d’offres lancés par les structures gouvernementales pour être convaincu que le changement de paradigme n’a pas encore eu lieu. Nous sommes manifestement au cœur du sujet, fortement porté par le Président de la République, de l’accomplissement des « ​derniers mètres ​», ceux de la concrétisation effective d’une ambition politique.

Que ce soit au ministère de l’Intérieur, à la Justice, à Bercy, à la Défense, au ministère du Travail ou en interministériel, les grands référencements AMOA, MOE, TMA sont captés en très grande majorité par les entreprises de services numériques (ESN) françaises et internationales. Bien entendu, elles promettent d’associer l’ensemble des acteurs de cet écosystème et jouent la carte du « ​collaboratif ​». Mais tiendront-elles leur promesse ​? En France, historiquement, les relations entre les grandes entreprises numériques et les autres n’ont pas jamais été équilibrées. Les rapports de force ont toujours joué en faveur des premières et au détriment des secondes. Pour quelles raisons le cours de l’histoire changerait-il ​?

Est-il trop tard ​? Nous ne le pensons pas.

Face au risque de voir l’Etat se faire ubériser par des géants numériques basés hors d’Europe, une ambition à la petite semaine n’a aucun de sens

Revenons tout simplement à l’idée de départ ​: la révolution culturelle. Il s’agissait de structurer en profondeur l’armature numérique de l’Etat et des services publics en coconstruisant une plateforme ouverte, collaborative, réactive. Certains diront que cette révolution est trop ambitieuse. Mais, face au risque de voir l’Etat se faire ubériser par des géants numériques basés hors d’Europe, une ambition à la petite semaine n’a aucun de sens. La demi-mesure serait même dangereuse.

Par ailleurs, il faut bien avoir conscience que la difficulté de passer d’une architecture verticale à une architecture horizontale n’est pas d’ordre technique. Nos entreprises, et nous le précisons, toutes nos entreprises quelle que soit leur taille, sont en mesure de répondre aux défis technologiques posés par cette révolution que nous appelons de nos vœux. Mais la difficulté s’avère être d’ordre culturel… Si l’on veut réellement changer de système pour créer un Etat moderne, efficace, réactif, économe qui défende pleinement les intérêts des citoyens et protège notre souveraineté, le plus simple, mais peut-être aussi le plus difficile, est de changer de mentalité.

Thibault Lanxade est PDG du groupe Jouve et Alexandre Zapolsky est président de Linagora.

Trump refuse la transition

Trump refuse la transition

La situation serait évidemment comique si elle n’avait pas d’éventuelles conséquences sur la sécurité du pays. En effet, il est de la plus haute importance dans les périodes de transition que l’ancien et le nouveau président partagent des informations stratégiques sur la sécurité interne et les enjeux géo stratégiques. C’est l’usage aux États-Unis mais aussi une nécessité pour éviter une rupture de gestion gouvernementale.

 Pourtant Trump n’entend pas concéder sa défaite tant qu’il n’aura pas épuisé les recours et que les résultats n’auront pas été officiellement certifiés. Les démocrates dénoncent cette obstruction systématique comme une dangereuse dérive autoritaire du président, et déplorent l’effet de ce précédent, mettant en garde contre les dégâts potentiels causés à la crédibilité de l’élection.

Du coup cette situation de blocage empêche Biden de prendre connaissance du  ultraconfidentiel, synthèse des rapports des services secrets américains, présenté quotidiennement au président et préparé par le directeur du renseignement national.

Depuis les années 1950, la pratique veut que le président élu devienne destinataire de ce point de situation après sa victoire, afin d’être mis au courant des dossiers stratégiques. Les négociations en cours avec les talibans en Afghanistan, la situation des troupes américaines en Syrie ou en Irak, ou bien celle des négociations avec la Russie sur l’accord sur les armes nucléaires qui expire le 16 février 2021.

L’ancien directeur de cabinet de Trump, John Kelly, a critiqué l’attitude du président dans un entretien au site Politico: «Le président est en droit de ne pas reconnaître sa défaite avant la fin du processus électoral, mais rien n’empêche de commencer la transition en mettant au courant les responsables de la sécurité nationale, évidemment le président élu et le vice-président élu, s’ils sont finalement élus», a dit Kelly, lui-même un ancien général des Marines.

Quelle politique de transition démographique face au vieillissement de la population ?

  • Quelle  politique de transition démographique face au vieillissement de la population ?

 

Gabrielle Halpern, philosophe, s’inquiète de l’absence de politique de transition démographique liée en particulier au vieillissement de la population (chronique dans la Tribune)

En 2035, un tiers de la population française aura plus de 60 ans. C’est une véritable révolution qui nous attend et, pourtant, personne n’en parle. Silence de mort des politiques et de leurs programmes électoraux ou plans d’action, inaction du monde économique, qui préfère enfermer le sujet dans une case toute faite « silver economy », – comme s’il s’agissait d’un secteur d’activité -, alors que cette transition démographique concerne toutes les entreprises et tous les secteurs, ainsi que toutes les politiques publiques, sans exception. Comment expliquer un tel aveuglement ?

Le même processus que pour la transition numérique

En fait, si l’on étudie la situation de près, il semble se jouer le même processus que pour la transition numérique ; au départ, seuls quelques acteurs prenaient le sujet au sérieux, tandis que de nombreux autres secteurs d’activité pensaient qu’ils n’avaient absolument rien à voir avec tout cela et qu’il ne leur était par conséquent pas nécessaire de se poser la question du numérique. On pense à l’industrie lourde ou encore au BTP, mais aussi à l’édition et à l’éducation. De ce point de vue, il aura fallu une crise sanitaire pour les convaincre de s’interroger sur la manière dont ils pouvaient se réinventer à l’aune de cette transition et en tirer parti.

Progressivement, à tous les échelons de l’entreprise, chacun s’est rendu compte que le numérique ne devait plus être considéré comme un « département » ou un « service », mais qu’il devait irriguer toute l’entreprise : de l’administratif aux ressources humaines, en passant par la R&D, le marketing, la communication et le commercial. Ce n’est pas encore gagné, mais les choses avancent, de même que dans les politiques publiques.

Le signe « RSE » bien pratique

La transition écologique n’a pas suivi un chemin si différent. De nombreux secteurs ne se sentaient absolument pas concernés par le sujet ; elle devait être la préoccupation de certaines industries par exemple. Puis, elle est entrée progressivement au sein des entreprises, en étant enfermée dans une case bien pratique, en forme de sigle « RSE ».

Nous assistons aujourd’hui à la prise de conscience, à tous les échelons de l’entreprise, que cette transition ne peut pas se contenter d’une case, mais qu’elle doit emporter dans son sillage toute l’organisation. Il est à prévoir (et à espérer) que cette prise de conscience se fera également en matière de politiques publiques qui hybrideront la question écologique à tous les volets de leurs actions.

 Pas de « case » au sein des entreprises

La transition démographique, elle, est en retard : elle ne bénéficie pas encore d’une véritable « case » au sein des entreprises ni au sein des politiques publiques et le moment où elle irriguera tous nos plans d’action, à la manière des transitions numérique et écologique, n’est pas encore arrivé.

 

Et pourtant, il y a urgence : cette transition arrive à grands pas et elle va nous obliger à repenser les villes, les mobilités, les services, les produits, les usages, l’immobilier ; nous devrons tout réinventer pour permettre aux personnes plus âgées de continuer à faire partie de notre société. Le travail n’y échappera pas et il faudra inventer l’entreprise intergénérationnelle.

 

On entend sans cesse parler de mixité sociale, – alors que très souvent, malheureusement, ce qui est fait en ce sens relève plutôt de la « juxtaposition sociale », c’est-à-dire que les individus coexistent, mais ne se rencontrent pas -, il est grand temps de mettre également sur la table le sujet de l’hybridation générationnelle.

Il faudra redéfinir la notion de développement durable pour qu’elle englobe également les personnes âgées, sans quoi nous nous rendrons coupables, en ne préparant pas notre société pour elles, de les condamner à l’obsolescence programmée.

 

____

Auteure de Tous centaures ! Eloge de l’hybridation, Le Pommier, 2020.

Mali : une transition de 18 mois ?

Mali : une transition de 18 mois ?

 

 

L’organisation africaine CEDEAO a fortement incité les militaires du Mali à transmettre rapidement pouvoir, la. France de son côté a demandé que le délai de cette transmission ne dépasse pas 1 an. Finalement les militaires se sont résolus à déterminer une période de 18 mois avant le retour des civils au pouvoir.

 

Reste à savoir cette parole sera respectée d’une part parce que la situation Mali est très complexe politiquement, que l’environnement de guerre contre les terroristes se dégrade enfin parce qu’il faut dire la communauté internationale notamment européenne ne fait pas du Mali une priorité. De ce point de vue la France demeure bien seul dans cette espèce de bourbier.

 Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, s’est donc engagé samedi à instituer un gouvernement pour rétablir un pouvoir civil dans les 18 mois, après l’adoption d’une « charte» de transition.

Le rôle important de la pub dans la transition

Le rôle important de la pub dans la transition

Par son poids sur les imaginaires, la publicité pourrait constituer un levier majeur dans la lutte contre le dérèglement climatique, estime l’universitaire Thierry Libaert. A condition d’opérer sa révolution. (Tribune dans le monde)

Tribune. 

 

Tout, ou presque, aura été essayé en matière de lutte contre le dérèglement climatique. Des mécanismes de financement innovants ont été créés, des innovations technologiques ont été encouragées, de nouveaux circuits basés sur l’économie circulaire ont été mis en place. Tous les leviers semblent avoir été actionnés. Tous sauf sans doute le plus important ; celui qui prend racine dans notre cerveau, notre imaginaire.

Lors de la première session de la convention citoyenne pour le climat, en octobre 2019, la climatologue Valérie Masson-Delmotte, saisie d’une question relative aux priorités d’action en matière de lutte contre le dérèglement climatique, évoquait la question publicitaire en secteur prioritaire. Les préconisations de la convention, présentées le 21 juin 2020, firent l’effet d’une bombe dans le milieu publicitaire, habitué aux critiques de greenwashing et à quelques actions contre les panneaux publicitaires.

Ici, c’était le cœur même du métier qui était attaqué. La convention citoyenne demande l’interdiction des produits les plus émetteurs de gaz à effet de serre, des panneaux publicitaires dans les espaces publics, et l’apposition d’une mention sur toutes les publicités : « En avez-vous vraiment besoin ? La surconsommation nuit à la planète. » Elément nouveau, la remise en cause ne provenait pas d’un mouvement antipublicitaire, mais d’une représentation de la population française.

L’attaque est forte, et sans doute excessive : il est paradoxal de demander à la fonction publicitaire de remplir sa mission de promotion des produits et services, et, dans le même temps et sur le même support, de demander au consommateur potentiel d’y réfléchir à deux fois avant son éventuel achat. La question de fond est posée en termes simples : la lutte contre le dérèglement climatique, et au-delà la transition écologique, est-elle compatible avec un modèle publicitaire dont la fonction est l’incitation permanente à la consommation ?

La critique est double. Elle s’adresse d’abord, et logiquement, au cœur même de la fonction publicitaire, c’est-à-dire l’incitation à la vente. Imparable sur le fond, puisqu’il s’agit de la mission même de la publicité, dont la rémunération s’effectue de plus en plus sur la base d’indicateurs de résultats des ventes réalisées à la suite des opérations menées. Elle est toutefois plus insidieuse lorsqu’elle porte sur les effets indirects, ceux qui touchent précisément à notre imaginaire.

Nucléaire et transition énergétique

Nucléaire et  transition énergétique

 

Par Maxence Cordiez, ingénieur dans le secteur de l’énergie dans le mode ( le Monde)

 

La transition énergétique occupe aujourd’hui de l’espace dans le débat public, sans pour autant que ses objectifs (lutte contre le changement climatique et anticipation de l’épuisement des combustibles fossiles) soient toujours clairement établis. Ainsi, la réduction de la production nucléaire apparaît souvent comme l’un des « objectifs » affichés de cette transition, alors que la part du nucléaire (comme des énergies renouvelables) dans le bouquet énergétique n’est qu’un moyen et pas une fin en soi. « Moyen » contreproductif, en l’occurrence, puisque la diminution de la part du nucléaire contribuerait à s’éloigner des objectifs de la transition énergétique.

Au début des années 1970, les extractions françaises de charbon déclinent et les constructions de barrages hydrauliques s’achèvent. Le nucléaire est alors la seule énergie non fossile présentant un potentiel significatif de déploiement pour la production électrique, d’autant que la France possède depuis les années 1950 des compétences dans ce domaine.

 

Le premier choc pétrolier va accélérer le mouvement en quadruplant le prix du pétrole entre octobre 1973 et mars 1974, incitant le gouvernement à hâter le déploiement de l’énergie nucléaire en France. Le plan Messmer de 1973 prévoit ainsi d’initier la construction de 13 gigawatts (GW) de nouvelles capacités nucléaires sous deux ans, puis à raison de 6 à 7 réacteurs par an pour atteindre 50 GW en 1980.

Le programme électronucléaire, qui aboutit à la fin du XXe siècle à 58 réacteurs répartis sur 19 sites, totalisant une capacité de 63,2 GW, était lancé. Il répondait en premier lieu à des enjeux de sécurité énergétique, face à l’absence de ressources fossiles significatives en France.

Notons que si l’uranium consommé en France est aujourd’hui également importé, une différence majeure avec les combustibles fossiles réside dans sa densité énergétique particulièrement élevée (une pastille de 7 grammes d’uranium délivre autant d’énergie que 1 tonne de charbon). Celle-ci permet de constituer des stocks stratégiques de plusieurs années (contre une centaine de jours pour le gaz et le pétrole). En outre, du fait de cette haute densité énergétique, le coût de l’uranium compte peu dans celui de production de l’électricité nucléaire - moins de 10 % (1) -, lequel est donc peu sensible aux fluctuations des marchés de l’uranium.

Si le changement climatique était globalement absent du débat public lorsque le parc nucléaire français a été construit, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le déploiement du parc électronucléaire dans les années 1970 répondait à une exigence de sécurité énergétique (enjeu qui reste plus que jamais d’actualité). La transition énergétique actuelle doit répondre à l’urgence climatique.

Point positif pour la France, l’atome est l’une des sources d’énergie les plus faiblement carbonées dont on dispose. Ainsi, même s’il n’a pas été opéré pour cette raison, le choix de l’électronucléaire est en phase avec l’enjeu climatique. C’est d’ailleurs un choix dans lequel s’engagent ou se réengagent plusieurs pays aujourd’hui (Royaume-Uni, Finlande, République tchèque…) pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Malgré l’ampleur de sa production électronucléaire et contrairement à une idée répandue, la France n’est pas un pays particulièrement vertueux sur le plan climatique, loin s’en faut : près de 40 % de l’énergie finale provient de produits pétroliers raffinés et 20 % de gaz fossile… que l’on peut mettre en regard des 18 % d’énergie finale d’origine nucléaire. La France est moins un pays « tout nucléaire » que « principalement fossile, pétrole en tête ». N’oublions pas que si l’énergie nucléaire fournit 75 % de notre électricité, l’électricité ne compte que pour un quart environ de l’énergie finale consommée en France. De fait, en supposant que les puits de carbone restent inchangés, la France devrait diviser ses émissions d’un facteur 15 pour atteindre la neutralité carbone (2) - c’est-à-dire l’égalité entre les gaz à effet de serre émis et absorbés sur le territoire…

Avec plus de 60 % de son énergie finale provenant de combustibles fossiles, la France ne peut pas s’offrir le luxe de réduire la part du nucléaire ou de toute autre énergie bas carbone dans son bouquet, en particulier celles disponibles indépendamment des conditions extérieures (vent et soleil). Cela nécessiterait des efforts encore plus conséquents par ailleurs pour sortir des combustibles fossiles, efforts que nous sommes loin d’entreprendre aujourd’hui. La réduction de la part du nucléaire est donc contre-productive sur le plan climatique.

Cet « objectif » est également néfaste en termes de sécurité énergétique car les raisons qui ont prévalu à la construction du parc nucléaire il y a une quarantaine d’années sont plus que jamais d’actualité. La France n’a toujours pas de pétrole ni de charbon, et l’extraction de gaz de Lacq en Aquitaine a cessé. Parallèlement, les alertes se multiplient quant à un risque de pénurie pétrolière mondiale dans les prochaines années (3).

Pour que la transition énergétique puisse être un succès, il est essentiel de ne pas en confondre les objectifs (décarbonation, sécurité énergétique…) et les moyens de les atteindre (notamment la part de chaque source d’énergie dans le bouquet). Sans cela, la décarbonation restera un vœu pieu, condamné à ne se réaliser que lorsque l’effritement de notre sécurité énergétique nous y contraindra.

 

1. Cour des Comptes, « Le coût de production de l’électricité nucléaire », 2014.

2. Commissariat général au développement durable, « Chiffres clés du climat, France, Europe et Monde », édition 2020.

3. The Shift Project, « L’Union européenne risque de subir des contraintes fortes sur les approvisionnements pétroliers d’ici à 2030 », 2020.

Pour une transition agricole plus végétale

Pour une transition agricole plus végétale  

Une  alimentation plus végétale permettra progressivement d’atteindre les objectifs fixés par les accords de Paris sur le climat et de maintenir notre consommation dans les limites des ressources de la planète, relève, dans une tribune au « Monde », un collectif de quatorze chercheurs.

Tribune.

 

Le plan de relance économique annoncé lundi 20 juillet par Bruno Le Maire [le ministre de l’économie, des finances et de la relance], qui sera présenté le 25 août en conseil des ministres, prévoit de répartir 100 milliards d’euros d’aides aux secteurs touchés par la crise sanitaire, dont 30 milliards à la transition écologique. Dans ce contexte, le secteur agricole est triplement stratégique : il conditionne notre autonomie alimentaire et a une influence majeure sur l’environnement ainsi que sur la santé publique.

En ce qui concerne l’environnement, un consensus se dessine sur l’importance d’opérer une transition vers une alimentation plus végétale pour atteindre les objectifs fixés par les accords de Paris sur le climat et pour maintenir notre consommation dans les limites des ressources de la planète.

 

Ce changement de cap est primordial : dans un article scientifique paru en mai, le chercheur Brent Kim et son équipe prévoyaient que, si les 140 pays dont l’alimentation a été modélisée adoptaient conjointement celle des pays les plus riches, l’empreinte climatique et d’eau de leur production alimentaire se détériorerait respectivement de 135 % et 47 %. Au contraire, la végétalisation de l’alimentation permet de diviser par plus de trois l’impact climatique de la production alimentaire, si bien que le régime végétalien est celui qui émet le moins de gaz à effet de serre dans 97 % des pays étudiés. 

Une seconde étude parue elle aussi en mai, publiée par Marco Springmann et son équipe dans la prestigieuse revue de médecine The British Medical Journal, a étudié, dans 85 pays, les implications sanitaires et environnementales de l’adoption de directives alimentaires nationales.

Le recueil de données sur l’alimentation et la santé de centaines de milliers de personnes au travers d’études menées sur des décennies tout autour du globe a permis d’estimer l’impact de l’alimentation sur un ensemble de maladies non transmissibles (maladies coronariennes, AVC, diabète de type 2, cancers du côlon et du rectum, et maladies respiratoires liées au surpoids).

 

En France, l’adoption des recommandations alimentaires nationales permettrait d’éviter 9,2 % des morts prématurées (de 30 ans à 69 ans) et de réduire de 35 % l’impact climatique de la production de l’alimentation française. L’adoption d’un régime flexitarien, correspondant à la consommation moyenne de 300 grammes de viande par semaine, permet quant à lui d’éviter 18,9 % des morts prématurées et de réduire l’impact climatique de 74 %. Enfin, contrairement à la croyance bien ancrée selon laquelle il serait nécessairement à risque, un régime végétalien bien équilibré aurait un impact positif drastique sur les maladies liées à l’alimentation, évitant 22 % des morts prématurées et réduisant de 91 % l’impact climatique. » 

 

 

 

 

«L’épargne immobilière au service sa transition écologique et sociale ? – ( Frédéric Bôl*)

 «L’épargne immobilière au service  sa transition écologique et sociale ? – ( Frédéric Bôl*)

Frédéric Bôl , président de l’ASpim milite pour le développement des placements dans  durable ; si la dimension durable paraît indiscutable l’aspect social semble beaucoup moins visible. (Chronique dans l’opinion)

 

«  Ces dernières années, un mouvement de fond en faveur d’investissements responsables et vertueux s’est imposé au secteur de la gestion d’actifs face à la demande croissante des épargnants. Cette demande s’inscrit dans le cadre d’une prise de conscience générale sur la nécessité pour le monde économique de prendre en compte son impact sur le climat et la société pour répondre aux grands défis du XXIe siècle. Il y a fort à parier que la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 contribue à renforcer cette aspiration des Français à donner du sens à leur épargne.

Pour répondre à cette demande, de nombreuses sociétés de gestion de portefeuille se sont engagées dans une démarche de transparence extra-financière et de prise en compte grandissante des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur politique d’investissement. Pour accroître la visibilité des produits d’investissement socialement responsable (ISR), les pouvoirs publics ont mis en place en 2016 un label ISR pour les valeurs mobilières. Les fonds contribuant à financer les entreprises dont l’activité bénéficie à la société par leur impact social et environnemental sont ainsi récompensés. Ce label offre un engagement aux épargnants que leur capital sera alloué de façon à concilier performance économique et développement durable.

Ce sont des chiffres connus, le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie en France et produit plus du quart des émissions de gaz à effet de serre. Cela fait de nombreuses années que les acteurs multiplient les initiatives pour améliorer leur impact social et environnemental. L’absence de label ISR adapté aux fonds immobiliers a pu être à ce titre perçue comme une lacune par les acteurs les plus engagés comme par les épargnants qui souhaitent bénéficier des avantages des produits d’épargne en immobilier tout en s’assurant de financer des actifs vertueux.

C’est fort de ce constat que les professionnels de l’investissement immobilier se sont réunis pour élaborer un projet de référentiel permettant d’étendre le champ du label ISR aux fonds qui investissent dans la classe d’actifs préférée des Français. Après plus de trois années de travail et d’échanges avec les autorités publiques, il voit enfin le jour. C’est une avancée considérable qui incitera, je l’espère, les gestionnaires à redoubler d’efforts pour relever le défi climatique et les évolutions sociétales au cœur desquelles se trouve plus que jamais aujourd’hui le bâtiment. A côté de la recherche de rendement, elle contribuera également à sensibiliser les épargnants sur la possibilité qui leur est offerte d’arbitrer leurs placements en pierre-papier selon des critères sociaux et environnementaux. »

*Frédéric Bôl, Président de l’ASPIM, association française des sociétés de placement immobilier

L’Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM) promeut, représente et défend

Trente milliards pour la transition écologique ?

Trente milliards pour la transition écologique ?

 

 

D’après le ministre de l’économie, 30 milliards seraient consacrés à l’écologie sur les 100 milliards du plan de relance. Le problème,  c’est que l’action de l’écologie est tellement large et vague à la fois qu’il est bien difficile de quantifier ce qui relève des investissements réellement environnementaux. Un seul exemple celui de l’automobile. D’une part on a apporté une aide financière significative à Renault pour éviter que cette entreprise ne disparaisse. Quelle est la part écologique de cette aide ? Ensuite le gouvernement a lancé un grand plan de soutien pour que les ménages renouvellent le parc auto. La dimension écologique était assez relative puisque la réalité pour l’essentiel on a surtout vidé les stocks de l’industrie automobile. On objectera que le véhicule remplacé consomme peut-être 1 l de carburant en moins. On pourra aussi préciser qu’on achète davantage de petites voitures mais le phénomène était déjà lancé en 2019.

Cette enveloppe de 30 milliards annoncés par le ministre de l’économie paraît très floue. À noter d’ailleurs que le premier ministre récemment avait parlé de seulement 20 milliards de lors de sa présentation de politique générale à l’assemblée nationale, c’était le 15 juillet.

On pourrait tout aussi bien parler de 10 milliards ou de 50 milliards. Selon qu’on veut minimiser la problématique écologique ou au contraire la survaloriser,  l’évaluation financière va varier de façon considérable. Le problème du caractère écologique d’une action c’est de savoir il s’agit seulement d’un coup de peinture verte ou d’une prise en compte de la problématique environnementale dans l’organisation systémique de la production, de la distribution et de la consommation de biens comme de services. “Avec (la ministre de la Transition écologique) Barbara Pompili, nous proposons de consacrer 30  milliards d’euros sur les 100  milliards prévus aux investissements dans la transition écologique”, précise le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance.

“Nous veillerons à ce que toutes les décisions de relance favorisent un nouveau modèle de croissance fondé sur la décarbonation, la sobriété énergétique et les innovations vertes. Le plan de relance sera un plan vert”, assure-t-il.

Dans son discours de politique générale prononcé devant l’Assemblée nationale le 15 juillet dernier, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé une somme de 20 milliards pour l’écologie.

VL 110km-h: le pour et le contre et surtout quelle transition

VL 110km-h: le pour et le contre et surtout quelle transition

 

 

On sait que plusieurs sondages ont démontré que 90 % des français sont actuellement contre la limitation à 110 km/h de la vitesse des voitures sur autoroute. Pour autant le, JDD s’efforce de faire l’inventaire des avantages et des inconvénients de cette éventuelle mesure  pour limiter les gaz à effet de serre.

« Sur les 149 propositions formulées par la Convention citoyenne pour le climat, c’est celle qui a fait le plus polémique. Les 150 Français tirés au sort l’été dernier pour définir des mesures permettant de réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 ont proposé dimanche un abaissement de la vitesse maximale sur l’autoroute. Cette réduction de la vitesse, de 130 km/h à 110km/h, n’a été adoptée qu’à 60% des voix, contre environ 90% pour le reste des autres mesures.

Déjà évoquée lors du Grenelle de l’environnement en 2007 mais jamais retenue, la limitation de la vitesse sur l’autoroute agite à nouveau les débats. Si pour certains, à l’image du député européen EELV Yannick Jadot, elle permet « d’avoir un impact substantiel, significatif, sur les émissions de gaz à effet de serre », d’autres, comme l’association 40 Millions d’automobilistes, dénoncent une « proposition malvenue et purement idéologique ». Coûts, effets sur la mortalité routière, pollution : voici les avantages et les inconvénients de la mesure.

En France, les transports sont le secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre (GES). Ils représentaient en 2017 29,4% de l’ensemble des émissions de GES du pays. Plus que les poids lourds, les voitures particulières sont responsables de 53% des émissions du secteur et 16% des émissions totales de l’Hexagone. Or, d’après la majorité des chercheurs, plus la vitesse d’une voiture est importante, plus elle émet de gaz à effet de serre. Les membres de la Convention citoyenne pour le climat avancent qu’une réduction de 20 km/h pourrait réduire de 20% en moyenne les émissions de GES sur l’autoroute. 75% des études recensées par l’Ademe (l’Agence de la transition énergétique) affirment que « la limitation de vitesse sur les routes et les autoroutes entraîne une diminution des émissions et/ou des concentrations de polluants ».

La pollution de l’air provoque chaque année 48.000 décès dans le pays. Un abaissement de la vitesse maximale autorisée sur l’autoroute permettrait d’améliorer la qualité de l’air grâce à une baisse des émissions de particules fines et d’ozone, et donc de réduire le nombre de décès prématurés.

Autre argument en faveur du passage aux 110km/h mais qui ne relève pas de l’écologie : la baisse de la mortalité routière. Selon une étude du Commissariat général au développement durable (sous l’égide du ministère de la Transition écologique et solidaire) réalisée en mars 2018, sa mise en place permettrait d’éviter 22 morts, 198 blessés graves hospitalisés et 1.852 blessés légers par an sur l’autoroute.

Si l’on tient compte du report de certains automobilistes sur les routes secondaires, lié à cette baisse de la limitation de vitesse, et du nombre d’accidents supplémentaires sur celles-ci, la mesure empêcherait 13 personnes de mourir chaque année sur les routes. Ce qui représente un bénéfice économique de 149 millions d’euros par an, selon l’étude. Un impact qui demeure cependant limité car le taux d’accidents mortels est déjà très faible sur les autoroutes.

Rouler plus lentement, c’est aussi consommer moins. D’après les conventionnaires, la limitation de la vitesse sur l’autoroute permettrait « d’économiser 1,40 euros par 100 km » sur le coût du carburant. Toujours selon le Commissariat général au développement durable, 20 km/h en moins sur l’autoroute représentent une économie totale de 360 millions d’euros, mais aussi une baisse de 5,12% de la consommation de carburant, soit 1,45 million de tonnes de CO2 en moins par an. Pas non plus de quoi révolutionner le secteur, qui en rejette environ 135 millions par an.

Un abaissement de la vitesse permettrait de fluidifier le trafic autoroutier, ce qui éviterait des surémissions de polluants provoquées par des bouchons. Par ailleurs, selon le rapport de l’Adema, les nuisances sonores seraient moins importantes si la proposition venait à être appliquée.

Si les membres de la Convention citoyenne pour le climat jugent leur préconisation « relativement aisée à appliquer » puisqu’elle consiste essentiellement à modifier le Code de la route, celle-ci entraînerait des dépenses significatives pour changer la signalétique. En considérant qu’un nouveau panneau vaut 200 euros et qu’en placer 20 par jour représente 1.200 euros de coût salarial, le Commissariat général au développement durable estime le montant du remplacement à 1,6 million d’euros sur dix ans. La Convention, elle, table plutôt sur une installation « d’au moins un an, pour une application début 2021″. Le report d’une partie du trafic vers les routes départementales et nationales se solderait lui par une perte de 76 millions d’euros pour les concessionnaires d’autoroutes.

 

Inévitablement, le passage à 110km/h augmenterait les temps de trajets des automobilistes. Selon la Convention citoyenne pour le climat, ces derniers ne perdraient qu’entre 4 à 8 minutes par heure. Un laps de temps qui paraît insignifiant à première vue, mais qui a en réalité un véritable coût économique et social, notamment pour les personnes empruntant l’autoroute pour rejoindre leur lieu de travail.

 

Le Commissariat général au développement durable évalue même cette perte à près de 1,15 milliard d’euros. Selon lui, les recettes induites par la mesure (moindre accidentalité, moindre pollution, gain de carburant) seraient bien inférieures aux coûts, avec un bilan négatif de 554 millions d’euros. Le rapport conclut donc que la réduction de la vitesse sur l’autoroute a « peu d’intérêt à être mis[e] en œuvre (ou a minima pas de manière globale au niveau national) ».

Alors même qu’elle a été instituée par Emmanuel Macron à la fin du grand débat post-Gilets jaunes, une crise en partie déclenchée par l’abaissement à 80 km/h, la Convention citoyenne pour le climat s’attaque elle aussi à l’épineux sujet des limitations de vitesse. Elle reconnaît d’ailleurs qu’une telle mesure sera « complexe à mettre en place » du point de vue de son « acceptabilité ». Pour preuve, la pétition lancée par l’association 40 Millions d’automobilistes, qui revendique déjà plus de 400.000 signataires.

D’après la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne, qui s’est dit favorable à la mesure « à titre personnel », le gouvernement est « conscient de la sensibilité du sujet ». Elle a par ailleurs indiqué mercredi que l’Ademe est en train de réaliser un « bilan global » des conséquences d’une limitation à 110 km/h sur l’autoroute.

 

Dans ce bilan il faudra sans doute distinguer le volume de circulation sur autoroute urbaine où se déroule l’essentiel du trafic d’autoroutes. On sait en effet que 80 % de la population environ est maintenant concentrée auprès des grandes zones urbaines et le trafic aussi ( NDLR). Le débat tout cas est ouvert et il est loin d’être refermé pour des questions écologiques bien sûr mais aussi technologiques et économiques .L’urbanisme conditionne aussi une grande partie de la mobilité 

 

Transition écologique agricole : comment en finir avec la chimie ?

Transition écologique agricole : comment en finir avec la chimie ?

 

Justine Lipuma, CEO & Cofondatrice de Mycophyto.  start-up basée à Sophia Antipolis commercialise une technique unique au monde. Associés aux tomates ou à la lavande, des champignons microscopiques permettent d’accroître la production tout en protégeant la plante. (chronique la Tribune)

 

« A l’occasion de la remise des prix du concours d’innovation i-Lab, le 4 juillet dernier, Justine Lipuma était sur un petit nuage. Non seulement Mycophyto, la start-up deeptech qu’elle a lancée en 2017 pour commercialiser le résultat de ses recherches était reconnue, mais en plus, le prix lui était remis par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. « Elle a été l’une des enseignantes qui a le plus compté dans le choix de mon parcours universitaire », confie Justine Lipuma. Et surtout, « elle a souligné dans son discours l’importance du retour de la science à la société. C’est exactement ma vision ».

Avec, pour la jeune scientifique, une passion particulière, celle de la vulgarisation. « J’ai toujours aimé rallier des partenaires sur des projets, et pour cela, il faut faire beaucoup de pédagogie », dit-elle. Que ce soit pendant son parcours de thèse, à l’occasion des recherches collectives qu’elle a ensuite menées à l’université de Turin, ou en tant que présidente de l’association des doctorants de l’université Nice-Sophia-Antipolis, et même lorsqu’elle participait, toute jeune, à des fêtes de la science, Justine Lipuma aime parler, en termes simples, de la science, des recherches qui y sont associées et de leurs implications pour le monde. Un exercice qui lui a bien servi lorsqu’il s’est agi de convaincre des investisseurs…

 

Son parcours, d’abord

 

Une fois sa thèse de doctorat en biologie sur les interactions entre les bactéries fixatrices d’azote et les légumineuses fourragères, de type luzerne, soutenue à l’INRA, en 2015, Justine Lipuma cherche, pour son travail post-doctoral, « à trouver de vraies solutions, accessibles à tous », insiste-t-elle.

En sélectionnant la meilleure association possible de plantes et de champignons microscopiques, elle découvre qu’il est possible d’augmenter la surface d’échange des plantes, ce qui maximise la production tout en protégeant les végétaux. Un concept qu’elle a validé sur la tomate, grâce à un programme de pré-maturation à l’Université Côte-d’Azur, dont elle a été lauréate, après son passage à l’université de Turin.

 

Les implications, ensuite

Il s’agit ni plus ni moins « d’en finir avec la chimie et de donner les outils aux producteurs agricoles pour effectuer la transition vers une activité durable. Nos solutions s’appuient sur la biodiversité augmentée », dit-elle. Elles sont actuellement disponibles pour les tomates et les plantes médicinales et odorantes, comme la lavande.

 

Les enjeux, enfin

« La méthode fonctionne bien en zones arides », souligne Justine Lipuma. Alors que le réchauffement climatique menace le pourtour méditerranéen, il s’agit donc, en l’appliquant, de préserver le gagne-pain des producteurs et de dynamiser l’économie territoriale. Se greffent donc sur la transition agricole des enjeux sociaux et sociétaux.

 

La création de la start-up deeptech, maintenant

Une fois le concept d’interaction plante et champignons validé, Justine Lipuma trouve en Christine Poncet, de l’Unité Inra Institut Sophia Agrobiotech, l’associée idéale. Et pour cause, « Christine est spécialiste de recherche appliquée et planchait sur la conception de systèmes agricoles plus durables », dit-elle. Le transfert de la recherche vers une structure, incubée pendant 18 mois à l’incubateur public Paca-Est, et qui commercialisera à terme la technique d’association plantes et champignons, se fait donc naturellement. Par le biais d’une bourse French Tech Emergence, Bpifrance l’épaule également. Et Mycophyto voit le jour en 2017.

Premiers contrats et première levée de fonds

Les premiers contrats sont signés dans la foulée avec des coopératives et des industriels qui utilisent les plantes comme matière première. Grâce à l’intégration de la filière, les méthodes de Mycophyto devraient progressivement se diffuser aux producteurs. Cet automne, pour poursuivre la R&D, Mycophyto a levé 1,4 million d’euros auprès de Créazur (Crédit Agricole), deux family offices, Olbia et Obsidian, ainsi que Région Sud Investissement. La jeune pousse a déjà pu embaucher quatre personnes, dont une responsable R&D, une responsable de production, une assistante technique de serre et un technicien de laboratoire. « Les femmes sont en majorité chez nous ! », rit la dirigeante de Mycophyto. Les recrutements suivants porteront sur des commerciaux. De fait, une deuxième levée de fonds servira à industrialiser la méthode et à la vendre en masse. Rompue à l’exercice qui consiste à expliquer ce qu’elle fait, et surtout, pourquoi, il est évident que Justine Lipuma saura, une fois de plus, embarquer talents et financiers avec elle, afin d’apporter sa contribution à la révolution agricole.

25 milliards dans la transition écologique, pour quoi faire ?

25 milliards dans la transition écologique, pour quoi faire ?

Comme dans chaque secteur d’activité économique, social et sociétal, des responsables lancent l’idée de plan financé à coup de milliards en fait fiancé  par la dette compte tenu d’une part du déséquilibre budgétaire et de l’endettement précédent. Peut-être en mal existentiel Ancien ministre EELV du quinquennat Hollande et directeur de WWF France, avant de passer l’an dernier sous le pavillon En marche pour les élections européennes, Pascal Canfin appelle dans le JDD un plan de 25 milliards d’euros dédié la transition écologique pour relancer l’économie post-pandémie. L’eurodéputé demande un plan spécifique. Pas forcément la meilleure méthode pour obtenir des effets systémiques bénéfiques intégrant les différentes problématiques d’environnement bien sûr mais aussi la dimension sociale, la dimension économique et sociétale . Le plan présenté dans le JDD ressemble curieusement au cahier revendicatif classique  d’Europe écologie les Verts un peu coupé des réalités sociaux économiques et des transitions réalistes possibles.

 

Vous prônez une relance verte de l’économie. Comment la mettre en œuvre?
Je souhaite qu’Emmanuel Macron lance le premier plan de relance aligné avec l’accord de Paris. Les décisions du gouvernement vont dans la bonne direction. Mais il manque le paquet global : il faut que 25 milliards d’euros, dans les deux prochaines années, soient dédiés à la transition écologique. Cet argent public viendra entre autres du plan de relance européen.

 

Qu’entendez-vous par « paquet global »?
Les décisions déjà prises s’imposent par leur urgence, mais je pense que le Président gagnerait, avant l’été, à en expliquer la vision d’ensemble en disant que pour la première fois de l’histoire économique française, notre plan d’investissement s’inscrit dans la trajectoire de la neutralité carbone. Et que nous pouvons le financer, grâce aux avancées au niveau européen.

À quoi serviraient ces 25 milliards?
Par exemple, les Français ne sont pas encore tous de retour dans les transports en commun par crainte du virus. C’est le moment d’avoir un choc d’offre et de demande sur le vélo. Le gouvernement a déjà mobilisé 60 millions d’euros pour soutenir la réparation des vélos. En parallèle, il faut créer des pistes cyclables, donc aider les collectivités territoriales. Je propose que le plan de relance européen finance 25 000 kilomètres dédiés au vélo sur le continent. La demande des Français est là, et cela permettra de créer des emplois.

 

Mais la priorité française semble être le soutien au secteur automobile. Pour les associations environnementales, le gouvernement « fait fausse route »… 
Je ne suis pas d’accord. L’essentiel des aides au secteur automobile se concentrent sur la transition vers l’électrique et l’hydrogène. Le plan de relance va clairement accélérer la transition industrielle du secteur. Pour un consommateur, cela veut dire que, sur l’ensemble de sa vie, une voiture électrique est maintenant au même prix qu’une thermique. La prime à la conversion pour les voitures diesel et essence est limitée aux 200.000 premiers véhicules achetés : cela ne durera que quelques semaines. Toutefois, je suis favorable à ce qu’elle soit conditionnée à la puissance du véhicule, pour qu’elle ne puisse pas bénéficier aux acheteurs de SUV, plus polluants. Il faut aussi investir dans le train.

C’est-à-dire?
Comme pour Renault et Air France, l’État doit combler le trou financier de la SNCF, et que l’entreprise, en contrepartie, investisse dans les petites lignes ferroviaires.

 

Quels autres secteurs doit-on soutenir?
Le BTP. Mais le plan de relance va-t-il aider à construire des équipements du passé comme des autoroutes ou va-t-il soutenir un grand plan d’isolation thermique des bâtiments? On a les technologies et le savoir-faire pour lancer ces investissements, et ce sont les mêmes grandes entreprises et artisans qui en bénéficieront. Le même euro d’argent public dépensé aura le même impact économique et social dans les deux cas, mais un effet environnemental complètement différent.

Comment rendre l’agriculture française plus verte?
La Commission européenne va renforcer de 15 milliards d’euros le budget alloué à la transition agroécologique. C’est l’occasion pour la France d’utiliser sa part – près de deux milliards – pour diminuer les pesticides pour de vrai. Parce que nos objectifs ne sont pas atteints, notamment sur le glyphosate : on doit en sortir fin 2020 et, dans la plupart des cas, on n’y est pas. Pour la crédibilité de l’engagement d’Emmanuel Macron, il faut que l’État prenne en charge les alternatives au glyphosate, comme le matériel de désherbage mécanique. On doit pouvoir dire à tous les viticulteurs, par exemple, que la solution qui leur permettra de sortir du glyphosate sera financée.

 

Avez-vous eu un retour du gouvernement sur vos propositions?
J’ai donné ces éléments au Président et aux ministres de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, et de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne. Le contrat de transition écologique avec Air France est directement issu de mes discussions avec Bruno Le Maire.

Est-ce une offre de service?
Pas du tout! Je ne suis demandeur de rien, à part de faire avancer la cause, et c’est exactement ce que je fais avec mon rôle au Parlement européen. Il y aura toujours des esprits chagrins, mais la France est clairement moteur dans la mise en place du Green Deal européen…. sur le plan des textes en tout cas(NDLR)

1...678910...13



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol