Archive pour le Tag 'toujours'

Page 4 sur 36

Greenpeace ,toujours, contre,le, nucléaire ,avec ,des ,calculs, de ,coin, de, table

Greenpeace toujours contre le nucléaire avec des calculs de coin de table

Comme d’habitude Greenpeace condamne le nucléaire français en considérant qu’avec l’éolien et le solaire il serait possible de produire trois fois plus d’électricité d’ici 12 ans.

Un calcul de coin de table en effet les comparaisons sont faites sur des périodes courtes en sachant qu’il faut nécessairement plus de temps pour construire un réacteur nucléaire. Cependant les réacteurs nucléaires ont des durées de vie jusqu’à 60 ou 80 ans tandis qu’éolien et solaires sont obsolètes au bout de 20 ans.

Greenpeace estime qu’investir dans des infrastructures panachant 60% d’éolien et 40% de solaire permettrait d’éviter 102 millions de tonnes de C02 (MtCO2) cumulées d’ici à 2050 contre 24 MtCO2 avec les EPR, pour trois fois plus d’électricité produite sur la période.

Greenpeace estime qu’investir dans des infrastructures panachant 60% d’éolien et 40% de solaire permettrait d’éviter 102 millions de tonnes de C02 (MtCO2) cumulées d’ici à 2050 contre 24 MtCO2 avec les EPR, pour trois fois plus d’électricité produite sur la période.

L’ONG estime qu’investir la même somme dans l’éolien et le photovoltaïque «permettrait d’éviter quatre fois plus d’émissions de CO2».

Greenpeace oublie également une chose importante à savoir que la très grosse majorité des éoliennes et du solaire est fabriqué en Chine. Un détail sans doute mais qui prive une bonne partie du pays de sa souveraineté énergétique. Voir par exemple les voitures électriques de toutes marques fabriquées en grande partie en Chine. Il y a aussi le problème de l’intermittence de l’éolien et du solaire incapable de faire face aux périodes de pointe.

D’autres experts considèrent que pour réellement atteindre des objectifs environnementaux en 2050 il faudrait tripler la puissance de production électrique du nucléaire.

Inflation : toujours au plus haut à près de 5 %

Inflation : toujours au plus haut à près de 5 %

À écouter le ministre de l’économie l’inflation devait nettement ralentir à partir de l’été. En réalité, l’inflation se maintient puisqu’elle atteint encore près de 5 % . Une inflation qui évidemment ce cumulent avec la précédente en 2022 qui étaient du même niveau.

Il y a plusieurs explicatifs évidemment à la persistance de prix exceptionnellement hauts: d’abord la crise de l’énergie qui se traduit notamment par un prix du carburant à près de deux euros le litre, une inflation plus générale qui impact les conditions de production (fournitures, logistique etc) enfin une inflation plus insidieuse qui relève de la spéculation avec quelques pour cent ajoutés sans raison qui ont d’ailleurs permis des profits records pour les grandes entreprises.

Macron à la télé : toujours inaudible

Macron à la télé : toujours inaudible

Sans doute alerté par la grogne des Français en général et en particulier à propos de la chute du pouvoir d’achat, l’Élysée a décidé brusquement d’une intervention à la télévision dimanche soir. Notons que deux sondages successifs montrent une nouvelle dégringolade du président de la république dans l’opinion. Il n’est pas certain que cette allocution soit très utile à la notoriété du président, les dernières interventions ont en effet été néfaste à sa popularité. Le président va sans doute surfer sur la vague de récents événements comme la réception du roi d’Angleterre, la coupe du monde du rugby et la venue du pape pour tenter de récupérer quelques bribes de bonne humeur.

Comme d’habitude , il a justifié son action et sa volonté réformatrice. La vérité, c’est que le pouvoir est actuellement prisonnier d’un attentisme dans beaucoup de domaines- peut-être école exceptée avec Attal même s’il se posent toujours de graves questions d’effectifs d’enseignants- . Ce président ne dispose plus d’aucune majorité ni dans le peuple où il n’est soutenu que par moins de 30 %, ni à l’assemblée nationale, ni même parfois dans son camp où on prépare déjà la succession (voir à cet égard les oppositions sur la loi immigration ou encore sur le budget).

Bref vraisemblablement encore une intervention inutile car le bla-bla macronien plein de contradictions et de vanité ne passe plus. Sur le fond c’est la politique qui est en cause mais aussi la personnalité même d’un monarque qui non seulement n’est pas aimé mais est littéralement haï par une partie de la population. De ce point de vue, le président aura bien du mal à terminer son quinquennat

Service national universel : toujours aussi ridicule

Service national universel : toujours aussi ridicule

Dans sa nature, dans son ampleur et dans ses modalités, le service national dit universel est toujours aussi ridicule. D’abord il ne concerne qu’une partie infime de la population ensuite la généralisation supposée paraît complètement illusoire notamment faute de moyens. Pourtant la secrétaire d’État à la jeunesse remet à l’ordre du jour le projet de généralisation.

Dans une interview au média Brut, la secrétaire d’État chargée de la jeunesse et du SNU Prisca Thévenot a reconfirmé cette volonté de Généralisation.

La généralisation et l’obligation tiennent cependant du serpent de mer. Dès 2020, le gouvernement annonçait la généralisation de son programme pour l’horizon 2024.

Le service national dit universel n’aura impliqué selon les années que 10 000 à 20 000 jeunes alors qu’il y a 800 000 jeunes concernés chaque année. Soit aussi un coût de 2 milliards par an. Et surtout un contenu qui relève davantage de la colonie de vacances ou du scoutisme que du service militaire

Le projet avait finalement été enterré par le gouvernement durant le mouvement contre la réforme des retraites, celui-ci souhaitant « rajouter un ingrédient dans un cocktail explosif » en plein mouvement social, comme l’expliquait un conseiller ministériel à BFMTV.com.

Pourtant la secrétaire d’État confirme l’objectif de la généralisation du dispositif mais ajoute-t-elle avec prudence: « Il n’y aurait rien de pire que de forcer un jeune à aller faire le SNU, ce serait contre-productif », assurait-elle le 4 août dernier.

Bref, le service ne sera donc pas obligatoire, ni national, ni universel et ni militaire !

Immigration: un Plan d’aide européen à l’Italie toujours pas à la hauteur

Immigration: un Plan d’aide européen à l’Italie toujours pas à la hauteur

On peut évidemment se féliciter que le gouvernement très adroite de l’Italie se rapproche de l’Europe pour réfléchir à la gestion de la difficile question de l’immigration. La présidente de la commission européenne s’est déplacée pour rencontrer la première ministre italienne. Des décisions ont été prises mais elles sont très loin des les enjeux car pour l’essentiel l’exile et nourrit par le déficit économique et démocratique de la plupart des pays d’Afrique.

Certes on va tenter d’empêcher l’immigration maritime en faisant bloquer les navires par des pays qu’on rémunère comme la Tunisie ou la Libye. Mais la masse des candidats à l’immigration ce nourrit de la faillite des gouvernances africaines, de l’inefficacité des politiques d’aide au développement. Aussi par le déficit démographique de l’Europe. Et tout autant par la perte de la valeur travail dans les pays développés qui contraint à embaucher du personnel étranger. Bref une question complexe et structurelle qui appelle des réponses à la hauteur des enjeux.

La présidente de la Commission européenne a présenté un plan d’aide en dix points. L’idée générale est de concilier la fermeté à l’encontre des passeurs et la simplification des voies légales d’entrée en Europe pour les candidats éligibles à l’asile politique.

Le plan prévoit également d’améliorer le dialogue avec les principaux pays d’émigration pour la réadmission de leurs citoyens qui ne rempliraient pas les conditions d’asile, en particulier la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Burkina Faso. Des accords pourraient être trouvés avec les pays d’origine et de transit pour freiner le nombre de départs, notamment la Tunisie avec lequel l’Union européenne a signé en juillet un partenariat pour faire baisser le nombre de départs vers l’Europe.

Enfin, la commission souhaite « accroître les campagnes de sensibilisation et de communication pour dissuader les traversées de la Méditerranée », tout en « continuant à travailler pour offrir des alternatives comme l’admission humanitaire et les voies légales » d’immigration.

Ces propositions sont avancées alors que la question de l’immigration illégale sera sans doute au cœur de la campagne pour les élections européennes l’an prochain. En France, le gouvernement prépare une loi sur l’immigration qui devra trouver un compromis entre les besoins en main d’œuvre de l’économie française et le rejet de plus en plus manifeste des Français à l’égard de l’immigration.

Mais le véritable enjeu n’a pas été abordé celui du sous-développement de l’Afrique dont se désintéressent les pays développés. Or pour l’essentiel, les migrations est justifiée par la misère et la faim.

Sondage popularité Macron : toujours plus bas

Sondage popularité Macron : toujours plus bas

En dépit de la multiplication de la parole depuis la rentrée sur à peu près tous les sujets, le président connaît encore une nouvelle baisse de popularité. Le président est pris dans ses contradictions notamment concernant l’inflation , le pouvoir d’achat et la fiscalité. Par ailleurs sa grande initiative politique a fait flop puisqu’il n’en est ressorti à peu près rien.

Selon le baromètre Elabe pour « Les Echos », la cote de confiance d’Emmanuel Macron perd 1 point en septembre, pour s’établir à 28 %. Après un net rebond après la réforme des retraites , elle est sur une pente glissante depuis le début de l’été. « L’activisme politique et médiatique d’Emmanuel Macron se heurte à l’inflation. Il est présent, mais cela n’a pas d’impact car une partie de l’opinion n’entend pas ses messages et attend des mesures pour lutter contre l’inflation », explique Bernard Sananès, le président d’Elabe.

Croissance Allemagne : toujours ans le rouge

Croissance Allemagne : toujours ans le rouge

L’Allemagne a effet connu une croissance nulle au deuxième trimestre 2023, après deux trimestres de repli de son PIB. La tendance devrait d’ailleurs se poursuivre. Le troisième trimestre devrait connaître une chute du PIB.

Comme en mai et en juin, la production industrielle a baissé en juillet en Allemagne. Elle a reculé de 0,8% sur un mois, en données corrigées des variations saisonnières et de calendrier, a indiqué l’office de statistique Destatis, dans un communiqué publié, ce jeudi 7 septembre.

Pilier de la première économie européenne, l’industrie allemande souffre depuis plusieurs mois. Elle est plombée par une nette chute de la demande intérieure, en raison de l’inflation toujours élevée (+6,1% sur un an en août), et par les hausses de taux d’intérêt menées tambour battant par la Banque centrale européenne (BCE).

Elle est aussi affectée par les prix de l’énergie qui restent relativement élevés. Certaines activités industrielles les plus énergivores, comme la chimie, peinent donc à retrouver leur niveau de production précédant la guerre en Ukraine. Les branches les plus consommatrices d’énergie ont ainsi produit 11,4% de moins en juillet sur un an, selon Destatis.

Les exportations, essentielles pour le secteur, sont moins dynamiques sur fond de ralentissement de la demande en produits allemands en Chine et aux États-Unis, deux marchés cruciaux pour le secteur.

Toujours dans l’attente du plan grand âge

Toujours dans l’attente du plan grand âge

Le gouvernement ne semble pas avoir pris la mesure du défi que représente l’explosion à venir du nombre de personnes âgées de plus de 75 ans, estime Luc Broussy, responsable du cercle de réflexion Matières grises, dans une tribune au « Monde ». Il prône des investissements massifs.

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs », s’exclamait Jacques Chirac au Sommet de la Terre à Johannesburg, en 2002. Vingt ans plus tard, il serait tout aussi légitime d’ajouter : « Notre maison vieillit et nous regardons ailleurs », tant la certitude du réchauffement climatique n’a d’égale que l’inéluctabilité du vieillissement de la population.

S’il est impossible de prévoir le niveau des taux d’intérêt à six mois ou la météo à huit jours, on connaît en revanche à la virgule près le nombre de personnes qui seront âgées de 85 ans et plus en 2050. Et pour cause : les baby-boomeurs nés entre 1945 et 1965 sont potentiellement les nonagénaires des années 2035-2055.

Mais tous les « vieux » ne le seront pas au même moment et dans les mêmes conditions. Alors que le nombre de « 85 ans et plus » stagne peu ou prou entre 2020 et 2030, il succédera à cette étape de plaine une véritable « Alpe-d’Huez » démographique, puisque les « 85 ans et plus » passeront brutalement entre 2030 et 2050 de 2,5 millions à 4,8 millions – soit une hausse de + 85 % en vingt ans. Du jamais-vu dans l’histoire humaine !

D’autant que durant l’actuelle décennie 2020-2030, un autre défi se joue : celui de l’explosion des « 75-84 ans », dont le nombre va croître de 4 millions à 6 millions d’ici à 2030 (+ 50 %). Là encore, un phénomène tout à fait inédit dans son ampleur.

A ces deux périodes – avant et après 2030 – et à ces deux phénomènes démographiques – explosion du nombre des « 75-84 ans », puis des « 85 ans et plus » – correspondent deux types de politiques publiques.

Horizon 2030

La première consiste à permettre aux « 75-84 ans » de conserver le plus longtemps possible leur autonomie en bénéficiant d’un logement adapté (10 000 seniors meurent chaque année de chutes domestiques, d’où la bonne nouvelle du lancement en janvier 2024 de MaPrimeAdapt’), en sauvegardant des liens sociaux (500 000 personnes âgées vivent dans une situation d’isolement et de « mort sociale »), en évoluant dans un environnement urbain bienveillant (transports et mobilier urbain adaptés, voirie sécurisée, accès aux commerces, aux résidences seniors ou à un habitat inclusif…).

La seconde nécessite d’anticiper à l’horizon 2030 les solutions permettant de faire face aux défis de la dépendance : création d’établissements et de services, embauche de personnels supplémentaires, meilleure solvabilisation des bénéficiaires et des aidants… Dans ce domaine, une loi de programmation – que le député (Parti socialiste) Jérôme Guedj a proposée récemment à.

Politique- Macron : Un président toujours paralysé !

Politique- Macron : Un président toujours paralysé !

À l’occasion d’un discours tenu hier à Bornes les Mimosas, on attendait que le président s’explique sur cette « initiative politique majeure » qu’il a annoncée. En fait, Macron n’a rien dit sans doute simplement parce qu’ils ne sait pas lui-même de quoi sera faite cette fameuse initiative. Une nouvelle preuve de sa paralysie .Ce qui caractérise la politique globale de Macron ces derniers mois, c’est surtout sa discrétion et surtout son immobilisme. Macron on est tellement conscient qu’il a annoncé une « grande initiative politique » pour la rentrée ; en réalité une simple rencontre avec les chefs des partis politiques et qui pourrait faire pchitt comme la nouvelle majorité qu’il avait souhaitée avec les Républicains. On aura évidemment remarqué d’abord que lors de la très forte mobilisation contre la réforme des retraites, Macron à chaque grande manifestation a choisi de s’éloigner voire de partir à l’étranger. Finalement, il s’est assez peu exprimé sur cette grande mobilisation laissant à la première ministre bien isolée le soin de boucher les trous de la contestation( avec quelques vaines concertations). Après quelques semaines, La réforme est déjà obsolète et il faut reprendre l’ouvrage et sans doute faire sauter le verrou idiot de la mesure d’âge qui bloque toute évolution. C’est-à-dire ne prendre en compte que la durée de cotisation modulée en fonction de la pénibilité et de la situation des femmes. Même discrétion de Macron lors de la crise des quartiers et du putsch au Niger.

À peine fini, le mouvement de protestation contre la réforme des retraites a débouché sur la crise très violente des quartiers. Pas seulement des quartiers connus mais dans la plupart des agglomérations françaises moyennes et même petites. Là aussi Macron s’est surtout caractérisé par son grand mutisme. Il aura fallu des semaines et des semaines pour qu’il dise quelques mots sur les facteurs explicatifs de cette explosion.

Même aujourd’hui, il minimise encore les causes renvoyant aux parents la seule responsabilité comme si la société et l’État notamment l’école pouvaient se dispenser d’une analyse de leur faillite.

Au plan international, après les bavardages inutiles et particulièrement longs et ridicules de Macron avec Poutine, c’est aussi la grande discrétion en particulier à propos de la faiblesse des moyens fournis par la France. Quant aux perspectives de négociations entre les parties, elles sont renvoyées aux calendes grecques et le rôle de Macron également.

Autre échec assez dramatique aussi, celui de la force Barkhane rejetée dans des différents pays du Sahel : Mali, Burkina et maintenant Niger. Pas seulement un échec militaire d’une force complètement sous dimensionnée par rapport aux enjeux mais surtout un échec de la politique diplomatique et de développement. On continue la bonne vieille politique de développement entre institutions officielles de sorte que nombre de financements se perdent dans les sables ou dans les poches alors qu’il faudrait une politique de développement fondé sur des contrats précis et suivis . Une politique de développement via des contrats concrets et régulièrement évalués.

Une nouvelle fois, on aura observé une ou deux interventions très dures du président de la république , puis progressivement une modération de ses propos pour enfin maintenant constater le grand silence face à la complexité de la situation au Niger, au Sahel et dans la sous région.

Bref, on ne peut qu’acter le fait que désormais le président se réfugie depuis sa dernière élection dans l’immobilisme.

Prix alimentaire: Toujours à un très haut

Prix alimentaire: Toujours à un très haut

Après être repassée en juin sous la barre symbolique des 5% pour la première fois depuis avril 2022, l’inflation a ralenti de nouveau en juillet, s’établissant à 4,3%, selon une première estimation de l’Insee. Par contre dans l’alimentaire les prix demeurent à un très haut niveau et explique en grande partie le tassement de la consommation.

Les prix alimentaires se tassent à un très haut niveau pour le quatrième mois consécutif, aussi bien du côté des produits frais (+10,4% sur un an après +11,2%) que des autres produits alimentaires (+13% après +14,1%). Les produits manufacturés ont également renchéri moins rapidement qu’en juin, notamment grâce aux soldes d’été. Leur coût a progressé de 3,4% sur un an contre 4,2% le mois précédent.

À l’inverse, les prix des services accélèrent légèrement (+3,1% sur un an après +3%) en cette période de vacances scolaires, tandis que ceux du tabac restent supérieurs de 9,8% à ceux pratiqués en juillet 2022, un pourcentage identique à celui de juin. «Sur un mois, les prix à la consommation seraient stables en juillet 2023, après +0,2% en juin», explique l’Insee.

De leur côté, la Banque de France comme l’Insee s’attendent à un ralentissement progressif de l’inflation d’ici la fin de l’année. Celle-ci atteindrait 4,4% sur un an en décembre».

Température : toujours de nouveaux records ?

Température : toujours de nouveaux records ?

par
Cathy Clerbaux
Directrice de recherche au CNRS (LATMOS/IPSL), professeure invitée Université libre de Bruxelles, Sorbonne Université dans the Conversation


Les phénomènes météorologiques locaux sont difficiles à prévoir car ils fluctuent rapidement sous l’influence de processus non linéaires et chaotiques, tandis que l’évolution du climat global sur le plus long terme repose sur des phénomènes physiques bien connus qui sont généralement prévisibles. Les prochains 12-18 mois devraient être assez exceptionnels en termes de températures, suite à un alignement de phénomènes locaux et globaux qui se combinent.

Avec mon équipe dont la spécialité est l’étude par satellites de l’évolution de l’atmosphère, j’analyse chaque jour des millions de données vues du ciel pour surveiller les températures sur terre comme sur la mer, partout autour du globe terrestre, et pour mesurer les concentrations des gaz présents dans l’atmosphère. Ces dernières semaines à partir des cartes satellites, nous avons aussi pu observer les records de chaleur qui ont été battus dans de nombreux pays, comme rapportés par les agences météorologiques et les médias.

Un marqueur important a fait les gros titres : il s’agit de l’augmentation de la température moyenne globale de 1,5 °C par rapport à l’époque préindustrielle. Une valeur repère dans l’accord de Paris sur le climat, qui a été dépassée plusieurs jours cet été. Serait-il possible que cette valeur soit également dépassée quand il s’agira de calculer la moyenne annuelle des températures globales pour l’année 2023 ?

Pour comprendre l’évolution des températures, il faut tenir compte du fait que notre climat est complexe : il dépend des interactions entre les activités humaines, l’atmosphère, la surface terrestre et la végétation, la neige et la glace, et les océans. Le système climatique évolue sous l’influence de sa propre dynamique interne, mais dépend également de facteurs externes, qu’on appelle les « forçages radiatifs », et qui sont exprimés en watts par mètres carrés (W/m2).

Le terme forçage est utilisé pour indiquer que l’équilibre radiatif de la Terre est déstabilisé, et le terme radiatif est lui convoqué car ces facteurs modifient l’équilibre entre le rayonnement solaire entrant et le rayonnement infrarouge sortant de l’atmosphère. Cet équilibre radiatif contrôle la température à différentes altitudes. Un forçage positif implique une augmentation de la température à la surface de la Terre, et à l’inverse un forçage négatif implique une diminution.

Les forçages externes sont à la fois causés par des phénomènes naturels tels que les éruptions volcaniques et les variations du rayonnement solaire, mais également par des modifications de la composition atmosphérique imputables à l’homme (les gaz à effet de serre et les particules liés aux activités humaines). Comprendre les changements climatiques observés depuis une trentaine d’années implique de pouvoir distinguer les modifications liées aux activités humaines de celles associées aux variations naturelles du climat. Les principaux forçages qui vont intervenir et s’additionner sont :

Le forçage lié aux variations de l’activité solaire, qui entraîne des changements du rayonnement solaire qui atteint la Terre. Lorsque le Soleil est plus actif (maximum solaire), il émet davantage de rayonnement. Ce forçage est faible (de + à -0,3 W/m2) mais dure assez longtemps. Son cycle principal est d’environ 11 ans. Il trouve son origine dans les changements du champ magnétique solaire qui se caractérisent par des variations dans le nombre de taches solaires et d’autres phénomènes solaires.

Le forçage lié aux éruptions volcaniques, qui peut être très intense et est en général négatif de -1 à -5 W/m2, mais de courte durée (un à deux ans). Les éruptions volcaniques peuvent avoir un impact significatif sur le climat en raison de l’injection de grandes quantités de cendres, de gaz et de particules dans l’atmosphère.
Tous les volcans n’ont pas un impact sur le climat global, cela dépend de la taille et de la puissance de l’éruption, de l’altitude/de la latitude auxquelles les gaz et les cendres sont éjectés, ainsi que des conditions météorologiques locales. L’étude des éruptions volcaniques passées nous a appris que l’impact le plus significatif est associé à des éruptions proches de l’équateur qui injectent du SO2 haut dans l’atmosphère, par exemple le Mont Pinatubo (Philippines) en 1991. Ce gaz se transforme en gouttelettes d’acide sulfurique (H2SO4) qui constituent un écran pour la radiation solaire traversant l’atmosphère.

Le forçage lié à l’excès de gaz à effet de serre, en particulier le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O) et les chlorofluorocarbures (CFC), qui sont transparents à la lumière solaire mais absorbent une partie du rayonnement thermique émis par la surface terrestre. Au fil du temps, les activités humaines, telles que la combustion de combustibles fossiles, la déforestation et l’agriculture, ont entraîné une augmentation significative des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’accumulation de ces gaz à effet de serre, qui absorbent davantage de rayonnement thermique émis par la Terre et piègent plus de chaleur dans l’atmosphère, entraîne un forçage radiatif positif, estimé à +3 W/m2. Il s’agit donc du forçage le plus important car il n’est pas transitoire comme celui associé aux volcans.

Le forçage négatif lié aux aérosols d’origine anthropique et naturelle. Les aérosols sont de petites particules en suspension dans l’atmosphère qui absorbent, diffusent ou réfléchissent la lumière solaire. Elles proviennent des écosystèmes (embruns marins, sables, poussières, cendres volcaniques, aérosols biogéniques) et d’activités humaines comme la combustion de fiouls fossiles, le brûlage de la biomasse et les feux de forêt, l’élevage des animaux et l’usage d’engrais. Toutes ces particules font écran à l’insolation mais cette fois dans les basses couches de l’atmosphère. Même si les incertitudes sur le total du forçage radiatif lié à la présence d’aérosols restent élevées, les estimations actuelles indiquent un forçage radiatif total négatif de -0,5 W/m2. Sans la pollution par les aérosols, la Terre serait donc encore plus chaude qu’elle ne l’est déjà !

En plus des forçages radiatifs, il faut aussi tenir compte de la variabilité naturelle du système couplé océan-atmosphère, et en particulier du phénomène ENSO (El Niño Southern Oscillation), avec sa composante chaude El Niño et sa composante froide La Niña. Ces phénomènes sont les principaux facteurs de variation d’une année sur l’autre, dont il faut tenir compte quand on analyse la tendance à long terme au réchauffement de la surface de la mer.

Ces événements climatiques périodiques sont des phénomènes naturels, qui se caractérisent par des fluctuations de température entre l’océan et l’atmosphère dans l’océan pacifique équatorial. En général, les vents alizés soufflent d’est en ouest le long de l’équateur, poussant les eaux chaudes de la surface de l’océan Pacifique vers l’ouest, où elles s’accumulent près de l’Indonésie et de l’Australie. L’eau froide remonte alors du fond de l’océan dans l’est du Pacifique, en remplaçant l’eau chaude, ce qui entraîne des eaux relativement fraîches à la surface des côtes sud-américaines.

Lorsque le phénomène El Niño survient, les alizés faiblissent ou s’inversent, ce qui réduit leur force ou les fait souffler d’ouest en est, ce qui permet à l’eau chaude accumulée dans l’ouest du Pacifique de se déplacer vers l’est en suivant l’équateur. Le réchauffement de la surface de la mer dans l’est du Pacifique provoque alors une augmentation de plusieurs degrés de la température de l’eau, avec de vastes répercussions sur les conditions météorologiques et climatiques à l’échelle mondiale.

Ces phénomènes peuvent durer plusieurs mois ou plusieurs années, et leur intensité est variable. Ils perturbent la météo localement (plus de pluies à certains endroits, plus de sécheresses à d’autres) et influencent le climat global, en particulier lors d’évènements El Niño intenses.

Quelles températures pour les prochains mois ?

Reprenons un à un les différents éléments décrits ci-dessus, et regardons ce qu’il en est en ce moment :

L’activité solaire approche de son maximum, du coup l’effet de réchauffement causé par une augmentation du rayonnement solaire est plus prononcé. Ceci conduit à une légère augmentation des températures moyennes, estimée à +0,1 °C.

Au niveau de l’activité volcanique, il s’est passé un évènement complètement exceptionnel : le volcan sous-marin Hunga Tonga qui a violemment érupté en janvier 2022 a envoyé environ 150 millions de tonnes (soit l’équivalent de 60 000 piscines olympiques…) de vapeur d’eau directement dans la stratosphère, qui s’est depuis répartie tout autour de la terre. Les simulations numériques montrent que ceci contribuera à réchauffer légèrement la surface terrestre (l’eau étant un puissant gaz à effet de serre), bien qu’il soit encore difficile de dire de combien et sur quelle durée.

Les gaz à effet de serre ont continué à s’accumuler, c’est le forçage radiatif qui domine tous les autres et conduirait déjà à une augmentation moyenne de +1,5 °C s’il n’y avait pas les aérosols pour tempérer un peu (-0,3 °C).

Pétrole: Prix toujours en hausse

Pétrole: Prix toujours en hausse

Les cours du pétrole continuent leur remontée du fait en particulier que l’Arabie Saoudite a prolongé sa diminution unilatérale jusqu’en septembre.

Le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en octobre, a pris 1,29% à 86,24 dollars.

Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison en septembre, a gagné 1,55% à 82,82 dollars.

En cause aussi dans cette augmentation une demande qui ne faiblit pas autant que prévu car la croissance mondiale semble mieux résister qu’attendu

L’Arabie saoudite va prolonger d’un mois la réduction de sa production de pétrole d’un million de barils par jour entamée en juillet, ce qui menace logiquement de faire grimper encore plus les prix du pétrole. Cette mesure pourrait encore être « prolongée » au-delà de cette période, voire « prolongée et renforcée », selon le ministère saoudien de l’Energie dans un communiqué.

SONDAGE Macron : toujours très bas

SONDAGE Macron : toujours très bas


La cote de confiance du chef de l’Etat stable au mois d’août mais elle se maintient un niveau très bas: à 29 % ( baromètre Elabe pour « Les Echos »)

La cote de confiance d’Emmanuel Macron semble plombée et ce maintien un niveau très bas le deuxième mois consécutif, à 29 % selon Elabe
« Il n’y a pas de rebond comme après la crise des ‘gilets jaunes’, souligne Bernard Sananès, le président d’Elabe. Le remaniement n’a pas eu d’impact dans l’opinion et l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron depuis la Nouvelle-Calédonie, qui a suivi, n’a pas marqué les esprits, constate-t-il. La parole du président porte peu auprès des Français. »

Pas de rebond non plus pour Elisabeth Borne.

Par contraste, les ministres les plus en vue, comme Gérald Darmanin, Bruno Le Maire ou Gabriel Attal, voient, eux, leur popularité sensiblement augmenter ce mois-ci. Ils gagnent respectivement 3, 2 et 3 points auprès de l’ensemble des Français.

Le chef de l’Etat recule, lui, ce mois-ci de 6 points dans son électorat de premier tour, à 75 %. Son indécision avant le remaniement, l’absence de grandes annonces ou d’orientations fortes dans la foulée, expliquent en partie cet effritement, indique Bernard Sananès.

Prix: Toujours à un très haut niveau dans l’alimentaire

Prix: Toujours à un très haut niveau dans l’alimentaire

Après être repassée en juin sous la barre symbolique des 5% pour la première fois depuis avril 2022, l’inflation a ralenti de nouveau en juillet, s’établissant à 4,3%, selon une première estimation de l’Insee. Par contre dans l’alimentaire les prix demeurent à un très haut niveau et explique en grande partie le tassement de la consommation.

Les prix alimentaires se tassent À un très haut niveau pour le quatrième mois consécutif, aussi bien du côté des produits frais (+10,4% sur un an après +11,2%) que des autres produits alimentaires (+13% après +14,1%). Les produits manufacturés ont également renchéri moins rapidement qu’en juin, notamment grâce aux soldes d’été. Leur coût a progressé de 3,4% sur un an contre 4,2% le mois précédent.

À l’inverse, les prix des services accélèrent légèrement (+3,1% sur un an après +3%) en cette période de vacances scolaires, tandis que ceux du tabac restent supérieurs de 9,8% à ceux pratiqués en juillet 2022, un pourcentage identique à celui de juin. «Sur un mois, les prix à la consommation seraient stables en juillet 2023, après +0,2% en juin», explique l’Insee.

De leur côté, la Banque de France comme l’Insee s’attendent à un ralentissement progressif de l’inflation d’ici la fin de l’année. Celle-ci atteindrait «4,4% sur un an en décembre».

Social-Inflation: Toujours à un très haut niveau dans l’alimentaire

Social-Inflation: Toujours à un très haut niveau dans l’alimentaire

Après être repassée en juin sous la barre symbolique des 5% pour la première fois depuis avril 2022, l’inflation a ralenti de nouveau en juillet, s’établissant à 4,3%, selon une première estimation de l’Insee. Par contre dans l’alimentaire les prix demeurent à un très haut niveau et explique en grande partie le tassement de la consommation.

Les prix alimentaires se tassent À un très haut niveau pour le quatrième mois consécutif, aussi bien du côté des produits frais (+10,4% sur un an après +11,2%) que des autres produits alimentaires (+13% après +14,1%). Les produits manufacturés ont également renchéri moins rapidement qu’en juin, notamment grâce aux soldes d’été. Leur coût a progressé de 3,4% sur un an contre 4,2% le mois précédent.

À l’inverse, les prix des services accélèrent légèrement (+3,1% sur un an après +3%) en cette période de vacances scolaires, tandis que ceux du tabac restent supérieurs de 9,8% à ceux pratiqués en juillet 2022, un pourcentage identique à celui de juin. «Sur un mois, les prix à la consommation seraient stables en juillet 2023, après +0,2% en juin», explique l’Insee.

De leur côté, la Banque de France comme l’Insee s’attendent à un ralentissement progressif de l’inflation d’ici la fin de l’année. Celle-ci atteindrait «4,4% sur un an en décembre».

123456...36



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol