Archive pour le Tag 'toujours'

États-Unis : Trump toujours très présent !

États-Unis : Trump toujours très présent !

 

Le sursaut politique créé par les auditions de la commission parlementaire sur les émeutes au Capitole du 6 janvier 2021 est menacé par un risque d’affaiblissement des démocrates aux élections de mi-mandat et par la révolution conservatrice de la Cour suprême, expliqueAlain Salles,  du « Monde ».

 

 

La mise en scène par le Congrès américain des auditions sur la tragédie du 6 janvier 2021, quand des émeutiers, chauffés à blanc par l’encore président Donald Trump, ont pris d’assaut le Capitole, est à la fois spectaculaire et surannée. Derrière ce rite solennel, on assiste à une survivance d’une espèce menacée : l’espace démocratique, où la raison essaie de saisir ce moment de folie qui a saisi l’Amérique, pour l’acmé des années Trump.

La Commission refait défiler ces moments et de ces images, cent fois montrées, mais en leur apportant un éclairage cru pour établir la responsabilité du milliardaire et l’impuissance (et l’aveuglement) de son entourage. La commission a enquêté pendant plus d’un an, prenant le temps de convaincre les témoins de parler, pour essayer d’établir une chronologie minutieuse de l’engrenage politique et meurtrier du 6 janvier. L’état d’esprit est très différent des deux procédures d’impeachment lancées sans succès contre l’ancien président, où les élus étaient pressés par le temps et davantage soucieux de l’affichage politique que du résultat.

Le premier procès en 2019 – éclairé d’une étrange lumière rétrospective depuis l’invasion de la Russie par l’Ukraine – concernait les pressions présumées de Donald Trump sur le tout nouveau président Volodymyr Zelensky pour mettre en cause le fils de Joe Biden, Hunter, qui avait fait des affaires dans la région. Mais la proximité des primaires démocrates, puis des élections de novembre, et la résistance des républicains empêchaient la sérénité des débats.

 

Ce fut encore plus flagrant avec la seconde procédure pour incitation à la rébellion, une semaine après le 6 janvier 2021, dont l’objectif était d’agir avant la fin officielle du mandat du président battu, pour l’empêcher de se représenter. La justice, même parlementaire, ne se rend pas dans l’immédiateté.

Ce qui apparaît aujourd’hui au Congrès, c’est précisément le lent travail de fourmi de la commission qui a pu interroger à l’abri des regards publics une grande partie des protagonistes. La grande force de la restitution des deux premiers jours, les 9 et 13 juin, tient à la variété de ces personnalités qui ont soutenu Donald Trump et accepté de témoigner.

Pendant quatre ans, ils ont avalé sans broncher de nombreuses couleuvres, mais ont calé devant celle qui faisait vaciller la démocratie américaine : la mise en cause du résultat des élections et l’organisation de ce qui est qualifié de « sédition », avec de fortes présomptions pour penser qu’elle était l’œuvre de celui qui avait juré, en 2017, de respecter la Constitution.

« Parcoursup » : Toujours la grande pagaille

« Parcoursup » : Toujours la grande pagaille

 

En l’absence d’harmonisation nationale des critères de classement, il est impossible de prédire quelle place auront les lycéens sur les listes d’attente, dénonce l’enseignant en classe de terminale Emmanuel Zemmour, dans une tribune au « Monde ».

 

Le 2 juin est de ces dates que l’on ne risque pas d’oublier : entourée en rouge dans tous les agendas – parfois des smartphones – des élèves des classes de terminale depuis des semaines. Le jeudi 2 juin, à partir de 19 heures, sont « tombés » les résultats de Parcoursup. Et pour plusieurs centaines de milliers d’élèves et de familles, il faut ajouter « comme un coup de massue ».

Car, à la place de l’orientation attendue, il faut très souvent se contenter de deux mots : « En attente ». Deux mots accompagnés d’un chiffre que les élèves auront d’abord du mal à comprendre. Un chiffre effrayant qui leur indique une place au milieu d’une file d’attente virtuelle qui leur barre pour l’instant la route vers les études supérieures.

Parcoursup n’est pas une procédure d’affectation, c’est un système de classement. Peu importent les préférences des élèves, peu importe leur motivation ou leur projet personnel. Seuls celles et ceux qui auront été bien classés auront le droit de choisir l’orientation qui leur convient le mieux. Les autres devront se contenter de prendre ce qu’on leur aura laissé.

Alors les élèves refont le fil des deux années passées pour chercher à comprendre. « Pourquoi suis-je 2 156e dans cette formation alors que j’avais les mêmes notes cette année que cet autre, qui lui est 132e ? » Ils font des conjectures. « Peut-être est-ce que c’est mon 9/20 en EPS [éducation physique et sportive] qui m’a pénalisé… Ou alors je n’étais pas dans le bon lycée… » Ils peuvent continuer de chercher longtemps, personne ne leur donnera d’explication. Au fond, rien ne peut justifier le numéro qui leur a été attribué.

Depuis quatre ans, tous les enseignants en auront fait l’expérience : en l’absence d’harmonisation nationale des critères de classement, il est impossible de prédire quelle place auront les lycéens sur les listes d’attente. Les élèves ont été évalués différemment, par des enseignants différents, en suivant des matières différentes dans des établissements différents.

Vouloir à tout prix les départager sur la foi d’un dossier composite est une absurdité qui transforme l’orientation dans le supérieur en une grande loterie nationale, et qui laisse les familles démunies face au rang attribué à leur enfant.

Le fait d’être obligés de participer à cette entreprise de fabrication des « bons » et des « mauvais », en contribuant à une grande partie des dossiers scolaires, est peut-être ce qui rend les enseignants le plus furieux. Nous savons très bien que ces classements n’apportent rien, si ce n’est la possibilité de dire à nos jeunes que s’ils n’ont pas été pris dans la formation de leur choix, c’est d’abord de leur faute.

Union des gauches : Toujours les mêmes contradictions

Union des gauches : Toujours les mêmes contradictions

Avec l’union des gauches sous la banderole de la NUPES (Nouvelle Union populaire écologique et sociale) assiste-t-on à une nouvelle étape dans la restructuration du paysage politique français ? Par Christophe Sente, Université Libre de Bruxelles (ULB)

 

En 2022, le printemps des gauches françaises a des allures de tempête. Si cette saison est difficile pour une partie de la classe politique, elle s’inscrit cependant à l’intérieur d’un cycle et la tempête n’a rien d’accidentel.

Les origines en sont connues. Vu la violence de l’orage, l’issue reste toutefois indéterminée et un naufrage toujours possible.

Alors que des coalitions se forment avant les législatives sans savoir ce que cela préfigure sur le long terme, quatre temps peuvent être distingués à l’intérieur de l’histoire de la gauche française au cours des cinquante dernières années.

 

Le premier temps fut celui de l’union de ses principales organisations politiques traditionnelles, socialiste, communiste et radicale. François Mitterrand et Georges Marchais mais aussi Robert Fabre, en furent les artisans en tant que signataires, en 1972, d’un « programme commun ». Les formations d’extrême gauche de même que la mouvance écologiste incarnée par René Dumont restaient exclues de cette association fragile qui permit à la descendance de la SFIO, Le Parti socialiste, de s’imposer sur ses partenaires comme parti à vocation présidentielle entre 1974 et 1995.

Le deuxième temps fut celui de la reconnaissance de l’irréductibilité du caractère pluriel de la gauche française. Les différentes composantes de celle-ci se rejoignent à la fin du siècle dernier a minima dans un attachement à des politiques redistributives et la recherche de la définition d’une qualité de vie en Europe que la seule liberté économique de produire et de consommer ne garantit pas.

La notion de « gauche plurielle » occupe alors une place centrale dans le vocabulaire de Lionel Jospin entre 1997 et 2002. Le gouvernement dont il est le Premier ministre, alors que Jacques Chirac a accédé à la présidence de la république en 1995, ne bénéficie pas au Parlement que du soutien des partis socialiste et communiste ainsi que des radicaux de gauche. Il peut également s’appuyer sur les écologistes et le « mouvement des citoyens » inspiré par Jean-Pierre Chevènement.

L’alliance des composantes de la « gauche plurielle » ne résiste pas en 2002 à la consolidation, patiemment réalisée par Jean-Marie Le Pen, de l’implantation du Front national dans la plupart des régions du pays. La séduction d’un discours nationaliste, devenu également social, l’emporte sur une rhétorique progressiste, traditionnelle et essoufflée.

Bâtie comme un cartel d’organisations politiques, la « gauche plurielle » néglige la construction d’une assise sociologique, c’est-à-dire les catégories sociales et professionnelles dont elle vise la représentation. Selon les termes du politologue Laurent Bouvet, elle tend à perdre le « sens du peuple ».

En outre, le Parti socialiste qui en demeurait le pôle principal échoue à convaincre que la méthode européenne est le seul choix politique réaliste pour réguler et dynamiser une économie de marché qui était minée par la stagflation avant la relance continentale favorisée par l’Acte unique en 1983 et le Traité de Maastricht en 1991.

Le néo gaullisme de Jacques Chirac auquel succède Nicolas Sarkozy en 2007 rassure en même temps qu’il peut paraître plus cohérent dans l’articulation qu’il propose entre libéralisme et européisme. Le mandat de François Hollande est un sursaut entre 2012 et 2017, mais il n’inverse pas une tendance. La gauche plurielle se délite et le PS se divise.

Le troisième temps de la valse des gauches est donc celui de la fracture. Entre 2017 et avril 2022, les gauches françaises ne sont plus définies par leur pluralité mais par une double rupture. D’une part, Jean-Luc Mélenchon a confirmé son ambition d’incarner une stratégie alternative à l’européisme social-démocrate en bâtissant, à partir d’un Front de Gauche, le mouvement dit de la France Insoumise qui deviendra celui de l’Union populaire.

D’autre part, le ministre de l’Économie de François Hollande a misé sur l’obsolescence du parti socialiste pour lancer une entreprise social-libérale qui comprend l’avenir du pays dans les termes d’une modernisation fondée sur des politiques de l’offre et d’une participation à une Union européenne renforcée. En 2017, la victoire d’Emmanuel Macron est totale. À gauche, le Parti socialiste et la France Insoumise totalisent moins de 10 % des sièges de l’Assemblée nationale dans laquelle aucun élu d’une liste écologiste n’est présent.

Les tractations lancées en avril 2022 laissent présager un quatrième temps, celui d’une composition. Reste à voir, au fil du second mandat d’Emmanuel Macron, s’il s’agira d’une recomposition ou d’une décomposition.

À la veille des élections législatives du mois de juin, les débats au sein d’une gauche nationale fragmentée sont le produit d’une histoire d’au moins cinquante ans et non d’accidents récents.

La faiblesse, en avril, du mouvement écologiste dans lequel Olivier Faure voyait l’avenir du Parti socialiste confirme à la fois la centralité conservée par les préoccupations matérielles des citoyens et le peu de crédibilité depuis les années 1970, hormis en Allemagne, des Verts pour assurer la transition énergétique. Ce déficit de crédibilité et de représentation à l’échelle nationale contraste avec le statut de force politique de premier plan dans plusieurs grandes villes depuis les élections municipales de 2020. Dans la nuit du 1er au 2 mai, EELV a pourtant misé sur une alliance avec la France Insoumise dans une « Nouvelle union populaire écologique et sociale » plutôt que sur une lente conquête nationale basée sur ses bilans municipaux et la stimulation d’une « économie sociale » post-capitaliste dans les territoires.

Ensuite, les débats internes du PS rendent compte de la permanence d’un attachement à la contestation du bien-fondé du projet européen jalonné par les traités de Rome, Paris et Lisbonne. D’essence jacobine et notamment défendue par Jean-Luc Mélenchon avant qu’il ne quitte le parti, ses tenants prétendent pouvoir négocier d’autres traités que ceux qui ont été conclus.

Enfin, une partie des orientations de la République en Marche reproduit les contenus du « socialisme de l’offre », dont il existe des variantes germaniques, anglo-saxonnes et scandinaves qui avaient déjà séduit une partie de l’électorat du PS en 2017. La question ouverte est de savoir dans quelle mesure Emmanuel Macron réussira en juin à conserver cet électorat, voire à l’étendre dans l’hypothèse d’une fédération de gauches par Jean-Luc Mélenchon. Le ralliement au Président de la République de Jean-Pierre Chevènement est un indice. Le choix des électeurs est toutefois plus incertain que celui des leaders. Et cette incertitude concerne notamment la proportion dans laquelle Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon réussiront respectivement à canaliser le mécontentement social. Car, de l’opposition à l’extension aux couples homosexuels du droit au mariage aux manifestations des « gilets jaunes », ce mécontentement frappe par son caractère pluriel.

Quoi qu’il en soit, les élections législatives de juin 2022 ne seront qu’une étape dans la restructuration du paysage politique français et européen.

_______

Par Christophe Sente, Chercheur en sciences politiques, Université Libre de Bruxelles (ULB).

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Sondage Débat Macron-Le Pen : Évaluation plus serrée mais toujours aussi nulle

 Sondage Débat Macron-Le Pen : Évaluation plus serrée mais toujours aussi nulle

 

 Indiscutablement d’après la presse des financiers, Macron a remporté sans discussion le débat face à une Le Pen effectivement très insuffisante même si elle est en léger progrès. L’évaluation de ces débats est plus serrée qu’en 2017. Mais il faut tenir compte que seulement 15 millions de personnes ont suivi la confrontation. Autant dire que la grande majorité des Français n’attendait pas grand-chose du débat pas plus d’ailleurs sans doute que de l’élection ; les abstentionnistes et les non-inscrits vont constituer nettement le parti majoritaire en France.

D’après une enquête Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, Emmanuel Macron remporte le duel de l’entre-deux-tours d’une très courte tête : il a convaincu 56% des sondés, contre 72% en 2017.Un sondage qui porte cependant sur une audience assez faible et qui forcément ne tient pas compte de ceux qui n’ont pas regardé la télévision.

Pas de vainqueur par KO. C’est le principal enseignement tiré par l’institut Odoxa et Backbone Consulting après une enquête réalisée pour Le Figaro à l’issue du débat de l’entre-deux-tours. Selon le sondage, Emmanuel Macron est, d’une courte tête, le candidat qui s’est montré le plus convaincant aux yeux des Français mercredi soir. Près d’un tiers d’entre eux partage cet avis (30%) contre 23% pour Marine Le Pen, tandis que près d’un Français sur deux (47%) ne distingue aucun gagnant ou a ignoré le débat. Le président sortant ne devance son adversaire que de 7%, alors que l’écart était de près de 30 points en 2017.

À

Si on se concentre sur les Français ayant choisi entre l’un ou l’autre des deux candidats, 56% estiment que le président candidat a été le plus convaincant, contre 44% pour Marine Le Pen. Il y a cinq ans, le même sondage réalisé à l’issue du débat d’entre-deux-tours donnait le candidat En Marche vainqueur à 72%, contre 28% pour la candidate RN. Dans le détail des treize grands thèmes abordés lors du débat, le match s’avère encore plus serré : en moyenne, 48% des Français jugent qu’Emmanuel Macron a été le plus convaincant, contre 47% qui donnent l’avantage à Marine Le Pen.

 

Les domaines dans lesquels le président sortant a pris le dessus sont la place de la France à l’international (62%), la manière de gouverner et le fonctionnement des institutions (57%), ainsi que la croissance et la compétitivité de l’économie (55%). La candidate RN s’est en revanche montrée meilleure aux yeux des sondés sur les questions liées à l’immigration (57%), la sécurité (57%), les retraites (56%) et le pouvoir d’achat (54%).

 

Sur le fond, c’est Emmanuel Macron qui l’a emporté : 62% des Français qui ont regardé le débat estiment qu’il a montré qu’il maîtrisait le plus ses dossiers, 61% jugent qu’il a le plus montré la stature d’un président et 57% trouvent qu’il a plus montré qu’il savait où il allait. En revanche, sur la forme, c’est Marine Le Pen qui a davantage gardé son sang-froid aux yeux des Français : 57% estiment qu’elle a été la plus calme et qu’elle s’est le mieux maîtrisée.

 

Parmi les électeurs ayant voté pour un autre candidat au premier tour, ceux de Fabien Roussel, Anne Hidalgo, Yannick Jadot ont été les plus convaincus par la performance d’Emmanuel Macron (40% contre 10% pour Marine Le Pen), suivis par les électeurs de Valérie Pécresse (36% contre 16%). Côté Marine Le Pen, 52% des électeurs d’Eric Zemmour ont jugé qu’elle était la plus convaincante. Ils ne sont que 7% à avoir préféré la prestation du président candidat. Les électeurs insoumis, qui disposent d’un rôle clé pour le second tour, sont plus partagés : 29% ont trouvé Emmanuel Macron plus convaincant, contre 21% pour Marine Le Pen.

Les sondés se sont montrés relativement satisfaits de ce débat d’entre-deux-tours. Près de 6 sur 10 estiment qu’il a abordé les principales préoccupations des Français (66%) et l’ont trouvé intéressant (58%). Pour autant, 3 électeurs sur 4 (76%) affirment qu’il ne changera pas l’issue de leur vote.

Ségolène Royal, toujours opportuniste, se reconvertit chez Mélenchon !

Ségolène Royal, toujours opportuniste, se reconvertit chez Mélenchon !

 

Ségolène Royal toujours aussi traumatisée de n’avoir pas était choisie par le parti socialiste pour se présenter aux élections présidentielles de 2022 et continue d’assassiner son parti. Elle considère même que le parti socialiste n’est plus le parti de gauche. Elle oublie sans doute qu’il ne l’a jamais été et qu’elle-même a largement contribué à le discréditer.

 

L’ancienne ministre de l’Environnement avait déjà appelé en décembre dernier Anne Hidalgo à se désister au profit de Jean-Luc Mélenchon (LFI) ou Yannick Jadot (EELV). En février elle avait déclaré que Jean-Luc Mélenchon était le « vote utile » à gauche.

« Si les jeunes ont voté Jean-Luc Mélenchon, c’est bien le signal qu’il y a une aspiration profonde de changer de modèle, et la gauche n’a pas été capable de s’unir », a lancé Ségolène Royal.

Elle souligne qu’Anne Hidalgo, Fabien Roussel (PC) et Yannick Jadot ont obtenu moins de 5% pour le premier tour, « leur frais de campagne ne seront même pas remboursés. Aujourd’hui ils se seraient retirés on aurait Jean-Luc Mélenchon au second tour », selon elle.

Pour Ségolène Royal, cette non-union est un manque de « sens du devoir », car « quand on est candidat à une élection présidentielle pour un courant politique, on est au service de cette histoire, ce n’est pas l’histoire qui est au service de votre petit égo ».

Ségolène Royal qui paiera sur la relativisation de l’ego, de quoi sourire c’est celle qui a toujours privilégié sa carrière politique par rapport aux intérêts collectifs !

Peut-être Ségolène Royal attend tel que Mélenchon prenne du recul chez les Insoumis pour tenter de récupérer un siège ou un strapontin en politique

Covid France 5 avril 2022 : hospitalisation, toujours haut niveau

Covid France 5 avril 2022 : hospitalisation toujours haut niveau

 

Lundi 4 avril 2022 on enregistre seulement 27 648 cas en 24 heures mais toujours un haut niveau d’hospitalisés.

On compte ce lundi 4 avril 2022 142.655 morts au total, +149 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.524 (+3) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 114.131 (+146 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,35 le taux d’incidence à 1.445,85 et la tension hospitalière à 30,5 %. Le taux de positivité est à 28,1 %.

La France compte actuellement 22.835 (+584) personnes hospitalisées et 1.541 (+2) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 4.596 (+40) hospitalisées, 355 (-13) en réanimation et +21 décès en 24h
  • Grand Est : 2.108 (+127) hospitalisés, 142 (+5) en réanimation et +23 décès en 24h
  • Hauts de France : 2.266 (+31) hospitalisés, 146 (+1) en réanimation et +22 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.308 (+12) hospitalisés, 136 (-23) en réanimation et +15 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.261 (+91) hospitalisé, 173 (+10) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Bretagne: 1.161 (+37) hospitalisés, 51 (0) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Normandie : 1.500 (+33) hospitalisés, 70 (-5) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.477 (+9) hospitalisés, 106 (0) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 835 (+40) hospitalisés, 52 (+3) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Occitanie: 1.798 (+42) hospitalisés, , 134 (+9) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 877 (+13) hospitalisés, 64 (+8) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 988 (+86) hospitalisés, 61 (+4) en réanimation et +8 décès en 24h

Prix du pétrole: Toujours le yo-yo

Prix du pétrole: Toujours le yo-yo

Alors que le prix à la pompe du carburant n’a jamais été aussi élevé paradoxalement en apparence le prix du Brent était en recul de presque 7 % à 105 $ le baril hier.

En fait il s’agit de mouvements de yo-yo mais qui s’inscrivent sur une tendance haussière. Le prix moyens est en effet particulièrement élevé et ne paraît pas prêt de redescendre en raison de la guerre en Ukraine même si des signes de ralentissement économique pourraient se faire sentir en Chine après de nouvelles mesures anti Covid qui paralysent  l’activité.En tout cas les baisses éventuelles n’interviendront pas avant l’été et à l’automne la demande va repartir

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a clôturé lundi en chute de 6,77 % à 112,48 dollars, plombé par la crainte que les confinements en Chine ne dépriment la demande d’or noir. A New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour le contrat à échéance en mai, a perdu 6,97 % à 105,96 dollars.

Changement d’heure d’été : toujours le même rituel ridicule

Changement d’heure d’été : toujours le même rituel ridicule

 

 

 

Ce week-end, il  va falloir se soumettre à nouveau au rituel ridicule de changement d’heure ; Non seulement le changement d’heure ne permet pratiquement aucune économie d’énergie mais il est néfaste pour la santé. Il faut être un technocrate pour penser le contraire. En matière d’énergie, ce qui est économisé  le matin est dépensé le soir et inversement. C’est un peu comme si on décidait de raccourcir les mois d’une journée pour réduire la consommation mensuelle ! Des études récentes montrent que l’avancement de l’heure au printemps (qui retarde la sécrétion de la mélatonine – l’hormone du sommeil) peut réduire le temps de sommeil de façon transitoire, et ainsi augmenter le nombre et la gravité des accidents cardiaques pendant au moins 7 jours après le changement d’heure  et augmenter la fréquence des accidents du travail et de la circulation. Selon le Dr Marc Schwob: « Changer d’heure provoque entre autres des troubles du sommeil et de l’attention. Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement touchés et mettent environ une semaine pour s’adapter aux nouveaux horaires ».

Au-delà de la phase transitoire d’adaptation au nouvel horaire, le coucher du soleil tardif en été peut rendre l’endormissement plus difficile.  54 % Selon un sondage Opinion Way pour Comprendre Choisir, les Français seraient majoritairement contre cette pratique du changement d’heure (54 %), contre un peu moins d’un sur cinq favorables (19 %) et un peu plus d’un sur quatre indifférents (27 %). (59 %) mettent en avant un impact négatif sur « le sommeil, l’alimentation ou l’humeur » (75 %). Ce dernier constat est régulièrement appuyé par des études sur l’impact du changement d’heure dont une  réalisée par la Commission européenne, qui écrit que « la santé peut être affectée par le changement de biorythme du corps, avec de possibles troubles du sommeil et de l’humeur ». En 2008, une étude suédoise publiée dans le New England Journal of Medicine, s’appuyant sur des statistiques du pays entre 1987 et 2006, constatait elle « une augmentation statistiquement significative du risque de crise cardiaque » dans la semaine suivant le changement d’heure, notamment celui d’été. La baisse de consommation d’éclairage pourrait être compensée par l’augmentation des besoins de chauffage le matin au début du printemps. Un rapport de l’École des Mines de 1992 concluait cependant à un effet minime (< 0,1 TWh pour la France). La généralisation des lampes plus économes en énergie (les lampes fluocompactes et plus récemment les lampes à LED) réduit l’économie d’énergie permise par le passage à l’heure d’été.

Une étude portant sur l’État de l’Indiana conclut que la faible économie d’énergie réalisée sur l’éclairage est très largement compensée par une utilisation accrue de la climatisation. Le supplément d’énergie consommée est estimé dans ce rapport d’environ 2 à 4 %.  Un rapport remis au Sénat français en 1997

concluait : « Il ressort de l’ensemble de cette étude que les avantages annoncés ou attendus du changement semestriel de l’heure ne sont pas suffisamment importants pour compenser les inconvénients ressentis par les populations », en particulier en ce qui concerne la santé publique, les conditions de travail et les modes de vie, l’agriculture, la protection de l’environnement et la sécurité routière.

Présidentielle : Toujours peu d’intérêt des Français

Présidentielle : Toujours peu d’intérêt  des Français

Une élection qui pourrait se dérouler sans véritable campagne électorale. Une échéance qui suscite toujours aussi peu d’intérêt, il est vrai un peu écrasée d’abord par la situation sanitaire ensuite par la conjoncture géostratégique en Ukraine.

. Selon le dernier baromètre OpinionWay-Kéa Partners pour « Les Echos » et Radio classique, publié ce jeudi, un tiers des Français (34 %) ne s’y « intéressent pas encore », quand 64 %, à l’inverse, affirment « suivre attentivement la campagne et ce que disent les candidats ». Soit très exactement le même niveau qu’au début du mois de février.

« On reste à des niveaux de mobilisation très faibles », souligne Bruno Jeanbart, le vice-président d‘OpinionWay. Le record d’abstention au premier tour d’une présidentielle (28,4 % en 2002) pourrait être battu, au risque d’affaiblir la légitimité du vainqueur, comme l’a récemment pointé le président LR du Sénat, Gérard Larcher, suscitant une vive polémique. Cela serait une nouvelle manifestation de la crise démocratique qui s’accroît. En 2017, 77,77 % des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes. Contre 79,48 % en 2012 et 83,77 % en 2007.

Tout est en place, cette fois-ci, pour éloigner les Français de la campagne de ce qui reste l’élection clef de la Ve République. La guerre en Ukraine occupe toujours les esprits. Le sortant, Emmanuel Macron, s’expose peu et a exclu de participer à des débats avant celui de l’entre-deux-tours. Et le scrutin paraît pour beaucoup déjà joué, au regard des sondages.

 

Ukraine : La guerre toujours d’actualité en Europe

 Ukraine : La guerre toujours d’actualité en Europe

 

L’invasion russe de l’Ukraine rappelle que la guerre en Europe ne se conjugue pas seulement au passé. Un choc pour les générations nées après la chute du Mur, note l’écrivain, dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune.

 

Il y a des symboles que l’on ne peut ignorer. Trois jours avant l’invasion de l’Ukraine par l’armée poutinienne s’éteignait mon grand-père, à 99 ans. Matricule 39986 du camp de Flossenbürg, il répéta toute sa vie qu’il avait été déporté comme résistant, non « seulement » comme juif. Il avait choisi de se battre pour un idéal ; contre une idéologie infernale.

Dans mon premier roman, La Synthèse du camphre (Gallimard, 2010), écrit à l’âge de sa déportation, il m’avait semblé évident de raconter sa guerre, et surtout comment il avait retrouvé par miracle, au début des années 2000, le GI qui l’avait pris dans ses bras un matin d’avril 1945. Dans le dernier chapitre, je citais le discours de Claude Simon recevant son Nobel : « Je suis maintenant un vieil homme, et, comme beaucoup d’habitants de notre vieille Europe, la première partie de ma vie a été assez mouvementée. J’ai été témoin d’une révolution, j’ai fait la guerre dans des conditions particulièrement meurtrières (…), j’ai été fait prisonnier, j’ai connu la faim, le travail physique jusqu’à l’épuisement, je me suis évadé, j’ai été gravement malade, plusieurs fois au bord de la mort, (…) et cependant, je n’ai jamais encore, à 72 ans, découvert aucun sens à tout cela, si ce n’est, comme l’a dit, je crois, [Roland] Barthes après Shakespeare, que “si le monde signifie quelque chose, c’est qu’il ne signifie rien” – sauf qu’il est. »

Il n’empêche : le monde ne signifiait peut-être rien, mais en écrivant le dernier mot de mon livre, j’étais convaincu que ma génération – européenne – serait la première à ne plus envisager la guerre comme un péril authentique.

Parce que la seconde guerre mondiale n’avait été que l’occurrence ultime d’une série de conflits fatalement répétitifs. Jusque-là, il ne s’était pas passé six mois sans que deux pays de notre continent entendent s’envahir ou s’exterminer. Au-delà du conflit franco-allemand de 1870 ou de la boucherie de la Grande Guerre, pensons à la guerre de Trente Ans, démarrée en 1618, qui lamina l’Europe, à la guerre anglo-espagnole de 1727, aux trois guerres de Silésie, à la guerre de Sept Ans (qui opposa dès 1756 la France et l’Autriche à la Grande-Bretagne et à la Prusse), à la guerre suédo-norvégienne de 1814, à la guerre austro-prussienne de 1866, à la guerre polono-lituanienne de 1920… Sans parler des guerres dites « de Coalitions », dont Napoléon fit son miel puis les frais, qui installèrent l’idée d’une conscription massive, et de conflits plus technologiques où l’artillerie deviendrait reine.

Covid France 24 mars 2022 : toujours très haut niveau avec eux 145 560 nouveaux

Covid France 23 mars 2022 : toujours très haut niveau avec eux 145 560 nouveaux

On enregistre mercredi 23 mars 2022 un  toujours très haut niveau avec eux 145 560 nouveaux en 24 heures.

ce mercredi 23 mars 2022 141.319 morts au total, +101 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.385 (+10) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 112.934 (+91 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,29 le taux d’incidence à 937,11 et la tension hospitalière à 30,9 %. Le taux de positivité est à 23,2 %.

La France compte actuellement 20.653 (-89) personnes hospitalisées et 1.564 (-40) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 4.166 (+6) hospitalisées, 356 (-21) en réanimation et +14 décès en 24h
  • Grand Est : 1.766 (+20) hospitalisés, 153 (+8) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Hauts de France : 2.059 (-24) hospitalisés, 150 (-9) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.105 (+5) hospitalisés, 147 (-7) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.199 (-13) hospitalisé, 178 (+2) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Bretagne: 938 (0) hospitalisés, 50 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Normandie : 1.289 (-28) hospitalisés, 85 (0) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.483 (-2) hospitalisés, 108 (+5) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 595 (+17) hospitalisés, 41 (-5) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Occitanie: 1.762 (-46) hospitalisés, , 125 (-10) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 779 (-4) hospitalisés, 57 (0) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 870 (-9) hospitalisés, 60 (-2) en réanimation et +7 décès en 24h

 

Covid France 12 mars 2022 : toujours haut niveau avec 72 443 cas en 24 h

Covid France 12 mars 2022 : toujours haut niveau avec 72 443 cas en 24 h

 

 

Samedi 12 mars toujours haut niveau avec 72 443 cas en 24 h

 

On compte  ce samedi 12 mars 2022 140.080 morts au total, +51 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.285 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 111.795 (+51 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,81 le taux d’incidence à 606,72 et la tension hospitalière à 36,7 %. Le taux de positivité est à 22,5 %.

La France compte actuellement 20.860 (-164) personnes hospitalisées et 1.857 (-18) malades en réanimation.

le bilan des régions:

  • Ile-de-France : 4.158 (-5) hospitalisées, 437 (0) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Grand Est : 1.794 (-19) hospitalisés, 159 (-4) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.929 (0) hospitalisés, 162 (-2) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.199 (+13) hospitalisés, 195 (-2) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.219 (-22) hospitalisé, 193 (-4) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Bretagne: 899 (+2) hospitalisés, 67 (+3) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Normandie : 1.243 (-10) hospitalisés, 89 (+1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.602 (-44) hospitalisés, 131 (0) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 604 (-18) hospitalisés, 53 (0) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Occitanie: 1.882 (-41) hospitalisés, , 169 (-5) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 793 (-5) hospitalisés, 64 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 806 (-5) hospitalisés, 59 (-3) en réanimation et 0 décès en 24h

 

Ukraine: L’apocalypse nucléaire toujours possible

Ukraine: L’apocalypse nucléaire toujours  possible 

L’usage de l’arme atomique par les démocraties est impensable « sérieusement » face à une attaque « classique » estime, dans une tribune au « Monde », l’ancien eurodéputé écologiste Alain Lipietz, qui explique pourquoi les écologistes sont « déterminés » à engager la France dans le processus du traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

 

Tribune. 

Voici l’Europe replongée dans son vieux cauchemar : une guerre majeure sur son sol. La France pensait depuis De Gaulle sa défense assurée par la dissuasion nucléaire. Si « la crise ukrainienne a aussi une dimension nucléaire », comme le rappelait dans Le Monde la chercheuse en relations internationales Mélanie Rosselet le 2 février, elle semble cependant évoluer par les méthodes classiques (mobilisation, frappes, pressions économiques, diplomatie), sans que la dissuasion n’ait pesé.

A vrai dire, « l’équilibre de la terreur » n’a jamais empêché les guerres « classiques », de la Corée au Vietnam et à l’Afghanistan. Chine, URSS, et Etats-Unis y engagèrent des centaines de milliers de soldats sans que l’imminence de la défaite ne les pousse à déclencher le feu nucléaire. Il y a donc une faille dans la « dissuasion ».

Pourtant, le consensus français sur l’efficacité de la dissuasion nucléaire est encore rappelé, dans ces colonnes, par Fabien Gouttefarde pour La République en marche (31 décembre 2021), par Jean-Luc Mélenchon et Bastien Lachaud pour La France insoumise (11 janvier). Les auteurs LFI, craignant de voir nos sous-marins nucléaires bientôt repérables, prévoient de leur ajouter une menace aussi dissuasive : une militarisation de l’espace permettant la paralysie électronique de l’adversaire.

Sans entrer dans ce débat technique, c’est le consensus même LRM-LFI pour la dissuasion nucléaire que nous, écologistes, rejetons. La dissuasion repose sur la théorie des jeux. Imaginons un pays A (la France) disposant de l’arme nucléaire, attaqué « classiquement » dans ses intérêts vitaux par un pays B (la Russie). Il peut riposter en annihilant les principales villes du pays B : Moscou, Saint-Pétersbourg, etc.

Donc B, le sachant, n’attaquera pas A. On l’a vu : ce raisonnement n’a jamais empêché les guerres classiques, car, si B a lui aussi l’arme nucléaire, il ne manquerait pas de détruire en rétorsion les villes de A (Paris, Lyon, etc.). A ne ripostera donc pas à une attaque classique par une frappe nucléaire. B est donc libre d’attaquer A, mais par des moyens exclusivement classiques.

En somme, le nucléaire dissuade du nucléaire, mais ne dissuade que du nucléaire. Le passage à l’acte de la dissuasion nucléaire ne serait pas « un » crime contre l’humanité, mais, en déclenchant l’apocalypse, « le » crime final contre l’humanité et le vivant sur la Terre.

C’est pourtant de tels crimes qu’envisagent sérieusement nos trois auteurs, invoquant la menace sur « l’existence même de notre nation » comme circonstance atténuante. Mais, autre nuance : Jean-Luc Mélenchon et Bastien Lachaud n’évoquent pas « nos alliés », nous ne sommes pas concernés par « les vieilles querelles frontalières » entre la Russie, l’Ukraine et la Lituanie. Et certes l’Ukraine n’est pas liée par un traité avec l’Union européenne ni les Etats-Unis.

L’apocalypse nucléaire toujours possible

 L’apocalypse nucléaire toujours  possible 

L’usage de l’arme atomique par les démocraties est impensable « sérieusement » face à une attaque « classique » estime, dans une tribune au « Monde », l’ancien eurodéputé écologiste Alain Lipietz, qui explique pourquoi les écologistes sont « déterminés » à engager la France dans le processus du traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

 

Tribune. 

Voici l’Europe replongée dans son vieux cauchemar : une guerre majeure sur son sol. La France pensait depuis De Gaulle sa défense assurée par la dissuasion nucléaire. Si « la crise ukrainienne a aussi une dimension nucléaire », comme le rappelait dans Le Monde la chercheuse en relations internationales Mélanie Rosselet le 2 février, elle semble cependant évoluer par les méthodes classiques (mobilisation, frappes, pressions économiques, diplomatie), sans que la dissuasion n’ait pesé.

A vrai dire, « l’équilibre de la terreur » n’a jamais empêché les guerres « classiques », de la Corée au Vietnam et à l’Afghanistan. Chine, URSS, et Etats-Unis y engagèrent des centaines de milliers de soldats sans que l’imminence de la défaite ne les pousse à déclencher le feu nucléaire. Il y a donc une faille dans la « dissuasion ».

Pourtant, le consensus français sur l’efficacité de la dissuasion nucléaire est encore rappelé, dans ces colonnes, par Fabien Gouttefarde pour La République en marche (31 décembre 2021), par Jean-Luc Mélenchon et Bastien Lachaud pour La France insoumise (11 janvier). Les auteurs LFI, craignant de voir nos sous-marins nucléaires bientôt repérables, prévoient de leur ajouter une menace aussi dissuasive : une militarisation de l’espace permettant la paralysie électronique de l’adversaire.

Sans entrer dans ce débat technique, c’est le consensus même LRM-LFI pour la dissuasion nucléaire que nous, écologistes, rejetons. La dissuasion repose sur la théorie des jeux. Imaginons un pays A (la France) disposant de l’arme nucléaire, attaqué « classiquement » dans ses intérêts vitaux par un pays B (la Russie). Il peut riposter en annihilant les principales villes du pays B : Moscou, Saint-Pétersbourg, etc.

Donc B, le sachant, n’attaquera pas A. On l’a vu : ce raisonnement n’a jamais empêché les guerres classiques, car, si B a lui aussi l’arme nucléaire, il ne manquerait pas de détruire en rétorsion les villes de A (Paris, Lyon, etc.). A ne ripostera donc pas à une attaque classique par une frappe nucléaire. B est donc libre d’attaquer A, mais par des moyens exclusivement classiques.

En somme, le nucléaire dissuade du nucléaire, mais ne dissuade que du nucléaire. Le passage à l’acte de la dissuasion nucléaire ne serait pas « un » crime contre l’humanité, mais, en déclenchant l’apocalypse, « le » crime final contre l’humanité et le vivant sur la Terre.

C’est pourtant de tels crimes qu’envisagent sérieusement nos trois auteurs, invoquant la menace sur « l’existence même de notre nation » comme circonstance atténuante. Mais, autre nuance : Jean-Luc Mélenchon et Bastien Lachaud n’évoquent pas « nos alliés », nous ne sommes pas concernés par « les vieilles querelles frontalières » entre la Russie, l’Ukraine et la Lituanie. Et certes l’Ukraine n’est pas liée par un traité avec l’Union européenne ni les Etats-Unis.

Sondage intox : « Macron toujours largement en tête » !

Sondage intox : Macon toujours largement en tête !

 

Et encore un sondage qui confirme l’élection de Macron. Et qui souligne assez lourdement que tous les autres sont largués. Une affirmation quotidienne pour bien faire comprendre aux Français où est le vote utile. Ce mercredi, c’est sondage Opinion 2022 réalisé par l’institut Elabe qui explore les intentions de vote, à moins de deux mois de la présidentielle. L’avance d’Emmanuel Macron se tasse légèrement mais demeure confortable devant une droite déchirée par trois candidatures aux forces équivalentes. La cote de Jean-Luc Mélenchon grimpe encore à gauche.

Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote à moins de deux mois du premier tour de la présidentielle, devant une droite dont les représentants se tiennent dans un mouchoir de poche, tandis que Jean-Luc Mélenchon confirme sa progression à gauche. Voici les enseignements essentiels de notre sondage Opinion 2022, réalisé par Elabe pour BFMTV et L’Express avec notre partenaire SFR .

 

Le président de la République sortant semble indéboulonnable en tête des intentions de vote en vue du premier tour de la présidentielle. Toutefois, à 53 jours du scrutin, sa cote se tasse légèrement au sein de l’électorat. Pointée à 24% dans ces projections, elle perd deux points en l’espace d’une semaine.

 

Mais le matelas de son avance demeure confortable. Car derrière lui, Marine Le Pen, en deuxième position, ne rassemble que 15% du panel autour d’elle, en recul de 0,5 point.

Valérie Pécresse, sacrée par la droite pour la représenter à l’élection suprême, chute d’un point, pour récolter 14% de ces intentions.

Et Eric Zemmour dans tout ça? Tandis que son entourage se renforce au gré des ralliements glanés dans la famille politique de sa rivale Marine Le Pen, il reprend son ascension sondagière. Il apparaît ici à 13,5% gagnant 0,5 point.

Inflation France : toujours en hausse menace les revenus

 

 

Inflation France  : toujours en hausse menace les revenus

 

Contrairement aux affirmations des pouvoirs publics et de nombre d’experts,  l’inflation n’est nullement temporaire. Elle tend même à s’installer dans l’économie et même à progresser au cours de l’année 2022. De quoi nourrir évidemment la préoccupation du pouvoir d’achat qui est est de loin le premier souci de l’opinion publique en général.

 

Les prix à la consommation, qui ont progressé de 2,9% en janvier sur un an, devraient en effet s’élever à plus de 3% en février avant de s’établir entre 3% et 3,5% ces prochains mois, indique l’Insee dans une note publiée mardi. Ce qui représente une progression plus forte que les premières estimations de l’institut, qui tablait, en décembre dernier, sur une inflation supérieure à 2,5% au premier semestre 2022. Cette révision est principalement liée à la hausse des cours du pétrole en janvier, poussant les experts à retenir un prix du baril de Brent à 90 dollars jusqu’à juin 2022 au lieu de 75 dollars.La répercussion a la pompe est immédiate avec une tendance du prix du litre  de carburant qui se dirige tout droit vers les deux euros.

La question de l’inflation devient centrale dans les préoccupations des Français qui voient leur pouvoir d’achat grignoté d’au moins 2 % en moyenne en 2022 en l’état des augmentations de revenus. En effet pour les salaires, les pensions, la rémunération du livret A par exemple, il n’est prévu qu’une révision à 1 % pour l’instant en 2022.
La situation risque d’être particulièrement catastrophique pour les moins favorisés qui parallèlement voient leurs dépenses contraintes s’envoler et atteindre le chiffre de près de 40 % en moyenne.

À noter qu’aux États-Unis cette inflation s’envole encore davantage avec 7,5 % sur un an en janvier. De quoi contaminer évidemment les taux d’intérêt et de nourrir encore la hausse des prix.

 

 

Inflation : Tendance toujours haussière

Inflation : Tendance toujours haussière

Contrairement aux affirmations des pouvoirs publics et de nombre d’experts l’inflation n’est nullement temporaire. Elle tend même à s’installer dans l’économie et même à progresser au cours de l’année 2022. De quoi nourrir évidemment la préoccupation du pouvoir d’achat qui est est de loin le premier souci de l’opinion publique en général.

Les prix à la consommation, qui ont progressé de 2,9% en janvier sur un an, devraient en effet s’élever à plus de 3% en février avant de s’établir entre 3% et 3,5% ces prochains mois, indique l’Insee dans une note publiée mardi. Ce qui représente une progression plus forte que les premières estimations de l’institut, qui tablait, en décembre dernier, sur une inflation supérieure à 2,5% au premier semestre 2022. Cette révision est principalement liée à la hausse des cours du pétrole en janvier, poussant les experts à retenir un prix du baril de Brent à 90 dollars jusqu’à juin 2022 au lieu de 75 dollars.La répercussion a la pompe st immédiate avec une tendance du prix du litre  de carburant qui se dirige tout droit vers les deux euros.

 

 

Inflation : toujours en hausse, à 2,9% sur un an, selon l’Insee

Inflation : toujours en hausse, à 2,9% sur un an, selon l’Insee

 

Contrairement aux affirmations du gouvernement et de certains experts l’inflation ne recule pas en France après la flambée de 2021 mais continue sur le même chemin de hausse. Une Inflation mal évalueé en France du fait de la sous-estimation chronique par l’INSEE des dépenses contraintes qui ne cessent de progresser dans le budget des ménages. Ainsi L’inflation est repartie à la hausse en janvier, à 2,9% sur un an, après être restée stable à 2,8% en décembre, a rapporté mardi 1er février l’Insee dans une première estimation provisoire. Cette accélération s’explique essentiellement par une hausse des prix de l’énergie (+19,7%, après +18,5% en décembre) et des services (+2%, après +1,8% le mois précédent), a détaillé l’institut national de la statistique.

Les prix alimentaires ont eux aussi progressé de 1,5% (après +1,4% en décembre), tirés par les produits frais (+3,6% après +3,3% en décembre). En revanche, la hausse des prix des produits manufacturés a ralenti à +0,6% après +1,2% en décembre.Sur un mois, l’inflation augmente de 0,3%, après 0,2% en décembre.

 

Covid France 1er février 2022 : hospitalisation France toujours en hausse

Lundi 31 janvier, 82.657 nouveaux cas ont été enregistrées en 24 heures selon Santé Publique France. A noter que le nombre de contaminations est toujours moins élevé en raison du week-end.

Les hospitalisations pour Covid poursuivent leur hausse avec un total de 32.374 patients actuellement à l’hôpital avec un diagnostic Covid (contre 29.748 il y a sept jours et 31.536 la veille).

 Dans les services de soins critiques, la situation est stable. On comptait ce lundi 3.700 patients hospitalisés dans ces services, un peu plus que la veille (3.641 patients), mais moins que lundi dernier (3.776).

348 personnes sont décédées à l’hôpital ces dernières 24 heures, contre 127 la veille. Depuis le début de l’épidémie, 130.931 personnes sont décédées du Covid.

53.986.046 personnes ont reçu au moins une injection (80,1% de la population totale) et 52.720.676 sont complètement vaccinées (78,2% de la population). Et 35.523.188 personnes ont reçu une dose de rappel.

 

Covid France : hospitalisations toujours en hausse

Covid France : hospitalisations toujours en hausse

Si on constate une légère baisse du nombre de contaminations en moyenne sur une semaine par contre,  le nombre d’hospitalisés continue d’être important. Certes globalement les conséquences de la pandémie sont moins graves en moyenne mais compte tenu de la masse de contaminations, il faudra encore des jours et des semaines pour faire descendre la courbe des malades hospitalisés.

Lors des dernières 24 heures, 178 personnes diagnostiquées au Covid sont mortes à l’hôpital, une légère hausse par rapport à une semaine plus tôt (167 morts le 22 janvier). L’ensemble des hospitalisations continue à progresser, avec un total de 31.282 patients actuellement à l’hôpital avec un diagnostic Covid (contre 28.515 il y a sept jours).

En revanche, la baisse, certes lente, se poursuit dans les services de soins critiques, dont les réanimations, qui accueillent en ce moment 3634 patients Covid (3746 sept jours auparavant).

12345...21



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol