Archive pour le Tag 'totalitaire »'

La tentation totalitaire partout

La tentation totalitaire partout

 

 

Le coup d’Etat au Soudan intervenu ces derniers jours est le troisième sur le continent africain en quelques mois. Et les attaques contre la démocratie se multiplient ailleurs dans le monde. Cette dérive invite à la lucidité et à la vigilance. ( (Extrait du Monde)

. Il est tentant d’accueillir avec fatalisme l’annonce d’un coup d’Etat au Soudan. L’histoire de ce grand pays en est malheureusement riche. La répétition de scènes trop familières à Khartoum, malgré la détermination admirable de ceux qui refusent de courber l’échine, est par ailleurs la troisième du genre sur le continent africain au cours des derniers mois, après les coups de force survenus au Mali et en Guinée. Cette succession tragique est également de nature à alimenter la résignation. S’il faut évidemment faire la part des mécanismes particuliers qui en sont à l’origine, ces reculs soulignent combien la démocratie va mal dans les pays où elle est fragile.

 

Mais ce phénomène délétère ne se limite pas à l’Afrique, loin de là. En mars, l’un des greffiers de l’état de la démocratie libérale dans le monde, la Freedom House, une organisation financée par l’Etat fédéral des Etats-Unis, a rendu un rapport une nouvelle fois alarmant sur son érosion. Elle y est apparue en recul pour la quinzième année d’affilée, avec un nombre record (73) de pays ayant enregistré un déclin. En septembre, le rapport annuel de la même organisation concernant les libertés sur Internet a également enregistré une régression, une tendance observée depuis 2010. La Chine trône pour la septième année de suite en tête de ce palmarès sinistre de la censure en ligne et de l’emprisonnement des voix dissidentes.

Répression transnationale

La « viralité autocratique » pointée, par ailleurs, par l’institut V-Dem, un autre observatoire rattaché à l’université de Göteborg, en Suède, financé notamment par la Banque mondiale, ne concerne pas que les démocraties les plus jeunes, dont le Myanmar, la Birmanie, est un cruel exemple. Les militaires ont en effet mis fin dans le sang, en février, à un apprentissage difficile, pourtant soutenu massivement par le peuple birman dans les urnes. Cette lame de fond autoritaire ébranle aussi des nations pourtant fortes d’une longue tradition de démocratie représentative et de pluralisme politique comme l’Inde, rangée par V-Dem dans la catégorie des « autocraties électorales », du fait de la pratique du pouvoir de Narendra Modi, ou bien Hongkong, mis au pas sans ménagement par Pékin.

La mondialisation des échanges, longtemps présentée comme un adjuvant à une germination démocratique sur des terres rétives, semble jouer désormais au bénéfice des régimes autoritaires, avec la dissémination des moyens de cybersurveillance. S’y ajoute le développement d’une répression transnationale exercée par la Chine, la Russie, l’Iran, la Turquie ou encore l’Arabie saoudite, y compris dans des havres traditionnels pour dissidents comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni, ou le Canada.

Ce dérèglement n’épargne pas non plus les piliers les plus anciens de la démocratie libérale. La multiplication des offensives contre les indispensables contre-pouvoirs, qui sont pourtant les garants de son bon fonctionnement, en Europe comme aux Etats-Unis, en témoigne, sans compter les effets dévastateurs de réseaux sociaux qui y attisent les haines.

 

A l’épreuve d’une crise de l’ampleur de la pandémie qui a frappé le monde, le principal argument des régimes autoritaires, celui de l’efficacité, n’a pourtant pas convaincu face aux résultats des démocraties représentatives. La dérive actuelle invite donc à la vigilance comme à la lucidité. La démocratie n’est pas un acquis. Elle demeure, plus que jamais, un combat. Elle n’est pourtant pas sans répondant pour peu qu’on veuille bien la défendre.

État d’urgence sanitaire prolongée : vers une société totalitaire ?

,la crise sanitaire a ouvert la porte un contrôle des comportements. Des mesures d’exception qu’on peut comprendre en cas de crise grave mais plus difficile à admettre quand elles sont longues et prolongées. Ainsi le concept d’état d’urgence sanitaire (vigilance sanitaire) a été prolongé jusqu’en juillet 2022. Une échéance bien trop lointaine. Une prolongation jusqu’à la fin de l’année 2021 aurait été préférable quitte à la réexaminer en cas d’évolution négative de la pandémie.

En outre sur le plan politique, cela ouvre un champ d’intervention et d’expression au gouvernement qui risque d’écraser les autres préoccupations qui doivent se manifester dans le cadre d’un débat présidentiel.

Député La République en marche (LREM) de Paris, Pacôme Rupin estime dans le Figaro que «nous ne devons pas nous habituer à des mesures d’exception».

 « Je crains une société de contrôle sanitaire. Une société où la santé primerait sur les libertés. C’est ce qui est en jeu avec la prolongation du passe. Quand le gouvernement parle de «vigilance sanitaire», ce n’est pas approprié. Jusqu’à quand doit-on rester vigilant? Quand il parle simplement de se doter d’une «boîte à outils», il oublie que ce sont des outils dérogatoires. Nous ne devons pas nous habituer à des mesures d’exception. ».

Le débat sur cette question a été particulièrement houleux au sein de l’assemblée nationale. Le vote a été acquis de justesse.

Le projet de loi dans son intégralité a été adopté dans la nuit de jeudi avec seulement 10 voix d’écart par 135 voix pour et 125. Le texte sera examiné au Sénat dès le 28 octobre.

Société- Pegasus : La dérive totalitaire (Le Monde)

Société- Pegasus  : La dérive totalitaire (Le Monde)

 

Les révélations publiées au long de cette semaine par « Le Monde » et seize rédactions associées au sein du « Projet Pegasus » prouvent, de manière incontestable, qu’en matière de cybersurveillance l’abus est la règle, et non l’exception ‘ (édito du monde).

 

Depuis des années, des réponses invariablement lénifiantes sont opposées aux nombreuses inquiétudes sur les dérives potentiellement liberticides rendues possibles par les outils créés par l’industrie de la surveillance numérique. Les entreprises de ce secteur, comme les Etats qui font appel à leurs services, assurent que les risques sont infimes, les usages encadrés, les engagements respectés. Depuis des années, les doutes sont balayés au nom de l’intérêt supérieur des sécurités nationales, et de la lutte contre le terrorisme ou le crime organisé.

Cette négation de l’évidence sera désormais beaucoup plus compliquée. Les révélations publiées au long de cette semaine par Le Monde et seize rédactions associées au sein du « Projet Pegasus », coordonnées par l’organisation Forbidden Stories, en partenariat avec Amnesty International, prouvent, de manière incontestable, qu’en matière de cybersurveillance l’abus est la règle, et non l’exception.


Cette démonstration provient de l’examen approfondi d’une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone visés depuis 2016 – sans que tous aient été infectés – par les clients d’un puissant logiciel espion, baptisé « Pegasus », développé par l’entreprise israélienne NSO Group pour le compte d’une dizaine de gouvernements. Ce travail dévoile l’ampleur du dévoiement de cette arme informatique, si puissante qu’elle peut aspirer toutes les données d’un smartphone en toute discrétion, et ce, jusqu’à présent, en toute impunité. Car ce ne sont pas des groupes terroristes ou criminels qui apparaissent principalement dans cette liste, dûment authentifiée par des mois d’enquête. Dans les faits, Pegasus est couramment utilisé contre des journalistes, des avocats, des militants des droits de l’homme, des opposants politiques, des médecins, théoriquement protégés par la convention de Genève.


Comment aurait-il pu en être autrement ? Comment pouvait-on sérieusement faire mine de croire une entreprise qui vend son outil de surveillance numérique à des régimes autoritaires, tels que l’Azerbaïdjan, tout en affirmant, la main sur le cœur, qu’elle est très attentive au respect des droits de l’homme ? Le coût modique de Pegasus place cet outil à la portée de tous les Etats et permet à des pays comme le Maroc ou la Hongrie, dont les capacités « cyber » en propre sont faibles, d’avoir instantanément accès à de très puissantes capacités d’espionnage, et à toutes les tentations qu’elles permettent.

Selon NSO, une quarantaine de pays ont fait l’acquisition de ce système. Combien d’entre eux s’en servent pour contourner l’Etat de droit et se livrer à des surveillances contraires au droit international ? Les enquêtes du « Projet Pegasus » conduisent à répondre « tous ou presque », démocraties comprises. Le gouvernement israélien, qui valide chacune des ventes opérées par NSO, fait d’ailleurs l’aveu indirect de sa connaissance des abus permis par cet outil, puisqu’il bloque les tentatives de surveillance en Chine, aux Etats-Unis ou encore en Russie.

 

Car, contrairement à ce qu’affirment NSO comme ses clients, il n’existe quasiment aucune forme de contrôle sur l’utilisation qui est faite de Pegasus, une fois le dispositif déployé. Les opérateurs pris en flagrant délit voient, au pire, suspendre leur accès, quand leurs actions ont déclenché un scandale mondial, comme dans le dossier de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. La vente de ces armes numériques, pudiquement appelées « biens à double usage » dans le jargon technique, est régie par l’arrangement de Wassenaar, un accord très peu contraignant qui n’interdit rien et oblige simplement ses signataires – Israël n’en fait pas partie – à un peu de transparence.


Les logiciels espions sont pourtant bien plus intrusifs que les écoutes téléphoniques, strictement encadrées au moins dans nos démocraties. Et, à la différence de la plupart des autres armes, elles sont à 99 % utilisées contre des civils. Il est grand temps de prendre conscience de ce scandale, de constater les abus que nos révélations portent à la connaissance de tous, et de lancer le débat sur un contrôle réel et efficace de ces techniques.

La sécurité de nos concitoyens peut certes rendre nécessaires des opérations de surveillance drastiquement délimitées. Mais cet impératif ne saurait en rien justifier la violation massive et systématique du secret de nos vies et de nos échanges privés, comme de la confidentialité de nos opinions.

Pegasus : La dérive totalitaire

Pegasus  : La dérive totalitaire (Le Monde)

 

Les révélations publiées au long de cette semaine par « Le Monde » et seize rédactions associées au sein du « Projet Pegasus » prouvent, de manière incontestable, qu’en matière de cybersurveillance l’abus est la règle, et non l’exception ‘ (édito du monde).

 

Depuis des années, des réponses invariablement lénifiantes sont opposées aux nombreuses inquiétudes sur les dérives potentiellement liberticides rendues possibles par les outils créés par l’industrie de la surveillance numérique. Les entreprises de ce secteur, comme les Etats qui font appel à leurs services, assurent que les risques sont infimes, les usages encadrés, les engagements respectés. Depuis des années, les doutes sont balayés au nom de l’intérêt supérieur des sécurités nationales, et de la lutte contre le terrorisme ou le crime organisé.

Cette négation de l’évidence sera désormais beaucoup plus compliquée. Les révélations publiées au long de cette semaine par Le Monde et seize rédactions associées au sein du « Projet Pegasus », coordonnées par l’organisation Forbidden Stories, en partenariat avec Amnesty International, prouvent, de manière incontestable, qu’en matière de cybersurveillance l’abus est la règle, et non l’exception.


Cette démonstration provient de l’examen approfondi d’une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone visés depuis 2016 – sans que tous aient été infectés – par les clients d’un puissant logiciel espion, baptisé « Pegasus », développé par l’entreprise israélienne NSO Group pour le compte d’une dizaine de gouvernements. Ce travail dévoile l’ampleur du dévoiement de cette arme informatique, si puissante qu’elle peut aspirer toutes les données d’un smartphone en toute discrétion, et ce, jusqu’à présent, en toute impunité. Car ce ne sont pas des groupes terroristes ou criminels qui apparaissent principalement dans cette liste, dûment authentifiée par des mois d’enquête. Dans les faits, Pegasus est couramment utilisé contre des journalistes, des avocats, des militants des droits de l’homme, des opposants politiques, des médecins, théoriquement protégés par la convention de Genève.


Comment aurait-il pu en être autrement ? Comment pouvait-on sérieusement faire mine de croire une entreprise qui vend son outil de surveillance numérique à des régimes autoritaires, tels que l’Azerbaïdjan, tout en affirmant, la main sur le cœur, qu’elle est très attentive au respect des droits de l’homme ? Le coût modique de Pegasus place cet outil à la portée de tous les Etats et permet à des pays comme le Maroc ou la Hongrie, dont les capacités « cyber » en propre sont faibles, d’avoir instantanément accès à de très puissantes capacités d’espionnage, et à toutes les tentations qu’elles permettent.

Selon NSO, une quarantaine de pays ont fait l’acquisition de ce système. Combien d’entre eux s’en servent pour contourner l’Etat de droit et se livrer à des surveillances contraires au droit international ? Les enquêtes du « Projet Pegasus » conduisent à répondre « tous ou presque », démocraties comprises. Le gouvernement israélien, qui valide chacune des ventes opérées par NSO, fait d’ailleurs l’aveu indirect de sa connaissance des abus permis par cet outil, puisqu’il bloque les tentatives de surveillance en Chine, aux Etats-Unis ou encore en Russie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage

Car, contrairement à ce qu’affirment NSO comme ses clients, il n’existe quasiment aucune forme de contrôle sur l’utilisation qui est faite de Pegasus, une fois le dispositif déployé. Les opérateurs pris en flagrant délit voient, au pire, suspendre leur accès, quand leurs actions ont déclenché un scandale mondial, comme dans le dossier de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. La vente de ces armes numériques, pudiquement appelées « biens à double usage » dans le jargon technique, est régie par l’arrangement de Wassenaar, un accord très peu contraignant qui n’interdit rien et oblige simplement ses signataires – Israël n’en fait pas partie – à un peu de transparence.


Les logiciels espions sont pourtant bien plus intrusifs que les écoutes téléphoniques, strictement encadrées au moins dans nos démocraties. Et, à la différence de la plupart des autres armes, elles sont à 99 % utilisées contre des civils. Il est grand temps de prendre conscience de ce scandale, de constater les abus que nos révélations portent à la connaissance de tous, et de lancer le débat sur un contrôle réel et efficace de ces techniques.

La sécurité de nos concitoyens peut certes rendre nécessaires des opérations de surveillance drastiquement délimitées. Mais cet impératif ne saurait en rien justifier la violation massive et systématique du secret de nos vies et de nos échanges privés, comme de la confidentialité de nos opinions.

La folle dérive totalitaire de la Chine

La folle dérive totalitaire de la Chine

 

Les dirigeants chinois sont convaincus que l’équilibre du pouvoir sur la scène internationale penche maintenant en leur faveur par Alain Frachon, éditorialiste au « Monde »

 

Chronique.

 

Comment dit-on « hubris » en mandarin ? La Chine officielle traverse une épidémie d’autosatisfaction aiguë. Oublieuse des mérites de l’autocritique, elle exulte de joie, toute à la contemplation narcissique de sa puissance retrouvée. La Chine pense qu’elle gagne la course à la prépondérance mondiale et ce sentiment commande son comportement. A l’intérieur de ses frontières comme sur la scène internationale.

Vous n’avez pas de leçon de morale à nous donner, nous parlons d’égal à égal, votre système de gouvernement ne suscite plus l’envie du monde. Tout était dit dans la réplique des Chinois, jeudi 18 mars, à Anchorage (Alaska), aux reproches que formulaient leurs hôtes américains : Ouïgours, Hongkong, Taïwan, cyberespionnage, mer de Chine et autres manifestations d’une Chine répressive à l’intérieur et agressive à l’extérieur.

Le même sentiment de superpuissance assumée explique les sanctions prises par Pékin à l’encontre de parlementaires et d’essayistes européens. Ils sont visés non pour ce qu’ils ont fait – ce ne sont pas des acteurs gouvernementaux – mais pour ce qu’ils disent de la Chine.

L’Orient est en phase ascendante et l’Occident sur la pente du déclin. Le jugement serait du président Xi Jinping, cité sur un site gouvernemental, rapporte le New York Times, le 5 mars. Devant la session de l’Assemblée populaire début mars, Xi aurait confié : « La Chine peut maintenant regarder le monde dans les yeux. » Pékin ne le dit pas encore mais les dirigeants chinois sont convaincus que l’équilibre du pouvoir sur la scène internationale penche maintenant en leur faveur. Aux dépens des Etats-Unis.

Pour assurer sa suprématie, la Chine compte sur la puissance de son économie et sur sa créativité technologique – les voies du pouvoir au XXIe siècle. Elle n’entend pas rivaliser avec le réseau d’alliances militaires des Etats-Unis ni avec le budget du Pentagone. Selon les conseillers de Joe Biden, Pékin développe une diplomatie de la dépendance : établir des situations plaçant nombre de ses partenaires sous tutelle économique ou technologique.

L’objectif est la conquête d’une influence politique par le biais des réseaux chinois. Toute la puissance des entreprises de high-tech du pays, massivement subventionnées par l’Etat, est au service d’une stratégie d’expansion politique. Créer dans le monde entier de la dépendance aux technologies et à l’économie chinoises doit permettre à Pékin d’accroître son leadership. A un moment ou à un autre, un pays en affaires avec la Chine ne peut sans conséquence se brouiller politiquement avec elle. L’Australie paie cher – le boycottage de ses exportations – d’avoir osé demander une enquête sur les origines du Covid-19.

 

Dérive totalitaire au SNPL

Dérive totalitaire au SNPL

 

Les membres du bureau exécutif du SNPL national du SNPL ont démissionné ce jeudi. L’enjeu :  le SNPL d’Air France veut mettre la main sur le SNPL national en même temps freiné le développement de nouvelles compagnies.  Cette décision traduit les querelles internes au sein du syndicat depuis de longs mois l’élément déclencheur a été le traitement l’affaire des pilotes du SNPL de HOP,  la filiale régionale d’Air France, soupçonnés en début d’année, après une plainte déposée en interne, de s’être fait payer des heures supplémentaires en utilisant des jours de délégation syndicale. Un conseil de discipline, interne au SNPL (mais indépendant du bureau et du conseil du syndicat) avait prononcé des sanctions à l’encontre de cette  quinzaine de syndicalistes, en excluant notamment plusieurs membres du bureau du SNPL de HOP, dont le président et le vice-président. Des sanctions remises en cause en appel par le conseil national du SNPL le 5 avril dernier, qui, en classant cette histoire sans suite, désavouait complètement le conseil de discipline. Tous les syndicalistes soupçonnés ont été blanchis, et le président du SNPL de HOP a reçu un simple avertissement. Pour le bureau du SNPL qui s’est exprimé dans un tract, « ce fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », le poussant à démissionner aujourd’hui. Cette histoire de HOP n’est que le point culminant d’une lutte interne entre le bureau du SNPL Air France, présidé par Philippe Evain (rejoint par le bureau de HOP) et le bureau national, présidé par Erick Derivry. L’an dernier, en juillet, Philippe Evain et d’autres membres du bureau Air France avait déjà tenté d’avoir sa tête. Pour certains pilotes, au-delà des rivalités personnelles, cette guerre ouverte cachait différentes conceptions du rôle du SNPL national. Pour Philippe Evain, expliquent-ils, le bureau national doit travailler main dans la main avec Air France, le membre le plus influent du SNPL dans l’Hexagone (50% des pilotes et 70% des cotisations), voire être à son service. Le bureau Air France n’a cessé de déplorer en effet que le bureau du SNPL national et plus particulièrement Erick Derivry ne suivait pas sa ligne politique, voire d’agir contre le bureau Air France.

Mélenchon : « une vision totalitaire » (CFDT)

Mélenchon : « une vision totalitaire » (CFDT)

 

On le sait le courant ne passe pas bien entre Mélenchon et la CFDT. Il faut dire que Mélenchon est son équipe ont souvent condamné la politique moderniste de la CFDT préférant soutenir les syndicats gauchistes, la CGT et autre syndicats corporatistes. Très centraliste, Mélenchon n’a guère apprécié que le débat sur les conditions de travail puisse désormais être décentralisé au niveau des entreprises. La référence encore réitérée à la mouvance bolivarienne et en particulier au président Chavez du Venezuela a fait bondir Laurent Berger cela d’autant plus que le Venezuela est en pleine décomposition économique et sociale. La CFDT  a exprimé sa colère lors d’une interview donnée sur France Inter, mettant au passage en garde contre les idées que portent le candidat de La France insoumise avec qui il a indiqué ne partager « quasiment aucune » position. « J’ai été choqué qu’il y ait une forme de révérence qui soit faite à ce qui se passe au Venezuela », a déclaré le syndicaliste, dont la centrale soutient un « syndicat libre vénézuélien ». Ajoutant : « Aujourd’hui, on a un pouvoir qui, depuis Chavez, a saigné le pays » et « une population extrêmement pauvre qui vit sous un régime totalitaire ». « Il y a aussi un risque en termes d’une vision assez totalitaire », a-t-il ajouté, citant comme exemple des propos du directeur de campagne du candidat, Manuel Bompard. Ce dernier avait assuré mercredi sur LCP que l’ancien président « Hugo Chavez [avait] largement fait baisser la grande pauvreté dans son pays ». Se défendant de toute  »comparaison hâtive », il a pointé le  »risque d’une vision assez brutale des rapports humains, des rapports sociaux et des rapports politiques que porte parfois Jean-Luc Mélenchon». Laurent Berger a aussi déploré « les comportements et les attaques » contre son syndicat « de la part de gens qui sont autour de Jean-Luc Mélenchon »« Parfois, a-t-il ajouté, il y a des discours qui donnent à penser qu’il y aurait des ennemis, ceux qui ne penseraient pas comme lui. C’est dangereux. »Interpellé par un auditeur, délégué syndical CFDT et électeur de Jean-Luc Mélenchon, il a répondu que, malgré ses critiques, son syndicat n’appellerait pas à battre le candidat de La France insoumise. « La seule consigne de vote, quelles que soient les configurations du second tour, c’est qu’il faut battre le Front national », a répété Laurent Berger.

(Avec AFP)

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol