Archive pour le Tag 'Total'

Service national universel: fiasco total

 Service national universel: fiasco total 

 

Le secrétaire d’État à la Jeunesse Gabriel Attal  enisage maintenant de l’ intégrer au parcours scolaire.

Le service national universel ( SNU ) est un projet de société qui a pour finalités d’ affirmer les valeurs de la République pour renforcer la cohésion sociale et nationale et de  susciter une culture de l’engagement. Le problème est que ce service n’est ni national, ni universel, encore moins militaire. Pour preuve c’est un petit stage d’un mois , un forme très temporaire de scoutisme,; il n’a concerné que quelques milliers de jeunes et on  ne prévoit qu’une participation de 30 000 en 2022 alors qu’une classe d’âge représente 800 000 personnes. En outre ce service n’a rien de militaire. Et pour cause les militaires de carrière s’y sont toujours opposées. Bref,  c’est un sorte de colonie de vacances. qui ne sert à rien et qui ne pourrait même pas être financé par l’Etat s’il devait devenir universel , c’est à dire concerner 800 000 personnes chaque année.

Alors que, selon une étude indépendante publiée en septembre par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), 94% des jeunes volontaires disent être ressortis « satisfaits » de cette expérience, Gabriel Attal note que  »leurs motifs de satisfaction correspondent bien à nos objectifs : mixité sociale, envie de s’engager, formation aux premiers secours, savoir réagir en cas de crise ».

Cependant, note-t-il,  »les jeunes ont parfois eu le sentiment de se retrouver en classe ». Ainsi, pour 2020, le secrétaire d’État estime que « nous devons vraiment éviter la théorie et favoriser la participation des jeunes ». Concernant les critiques faites sur les emplois du temps trop chargés des adolescents pendant le SNU, le membre du gouvernement reconnaît des plannings « parfois denses ». « Il faut trouver le juste équilibre. Le SNU n’est ni une colonie de vacances, ni le bagne », ajoute-t-il. « Nous ne toucherons pas aux horaires », prévient-il, « mais il faudra mieux répartir les activités sur les deux semaines ».

Pour 2020, autour de 30.000 jeunes seront accueillis « en fonction des capacités d’hébergement, que les départements sont en train d’évaluer », avance Gabriel Attal, selon lequel le gouvernement consacrera 30 millions d’euros au SNU en 2020. « La campagne pour recruter des volontaires sera lancée en janvier », précise-t-il. Pour les années à venir, trois pistes sont imaginées à ce stade pour compléter les effectifs : « un tirage au sort national des jeunes appelés, le tirage au sort de départements ou de régions où tous les jeunes seraient appelés, et le mois de naissance (les jeunes nés un mois pair feraient le SNU, les autres non) ».

Concernant une future généralisation du dispositif, le secrétaire d’État explique que le SNU « pourra concerner 200.000 à 300.000 jeunes dès 2022 (…) et être généralisé en 2023 ou 2024. Et au niveau financier, assure-t-il, « le budget du SNU généralisé sera inférieur à 1,5 milliard d’euros ».

Alors qu’à terme, un SNU généralisé concernerait 800.000 jeunes chaque année, Gabriel Attal convient qu’il « ne sera pas possible de les accueillir tous en même temps sur une seule période ». Aussi, le gouvernement étudie la possibilité, « scénario privilégié », d’organiser le SNU « pendant les congés d’été et les petites vacances scolaires », à l’exception de la période de Noël et du 15 juillet au 15 août. Autre possibilité, ajoute Gabriel Attal, « l’envisager sur le temps scolaire ». En clair, on revient à une idée simple de départ qui consiste à insérer la dimension civique dans le temps scolaire. Au départ Macron avait prévu le rétablissement du service militaire sur plusieurs mois et on finit avec un petit stage de 4 semaine, ni militaire, ni national, ni universel.

rappel du discours d’Emmanuel Macron du  18 mars 2017 – #MacronDéfense

 

 La situation stratégique que j’ai décrite, les menaces qui pèsent sur notre pays nous commandent aussi de renforcer le lien armées-nation, en permettant à l’ensemble de notre jeunesse de faire l’expérience de la vie militaire et d’être des acteurs à part entière de l’esprit de défense. Je souhaite donc, pour ce faire, que chaque jeune Français ait l’occasion d’une expérience, même brève, de la vie militaire. Un service national de durée courte, obligatoire et universel, sera donc instauré. C’est là un projet de société majeur, un véritable projet républicain, qui doit permettre à notre démocratie d’être plus unie et d’accroître la résilience de notre société. C’est aussi ancrer en profondeur la relation entre la Défense et le pays. J’ai pris cette décision compte-tenu du défi qui est aujourd’hui le nôtre. C’est un défi de sécurité, d’éducation, un défi économique et social mais c’est aussi un défi moral et de civilisation, et le relever passera par notre capacité à refonder le lien armée-Nation. Ce service national universel, encadré par les armées et la Gendarmerie nationale, s’adressera aux jeunes femmes et hommes aptes de toute une classe d’âge – soit environ 600000 jeunes par an. Au travers d’une expérience directe de la vie militaire, de ses savoir-faire et de ses exigences, chaque jeune Français ira ainsi à la rencontre de ses concitoyens, fera l’expérience de la mixité sociale et de la cohésion républicaine, durant un mois. Ce temps de service militaire universel devra intervenir dans les 3 ans suivant le dix-huitième anniversaire de chacun. A l’issue de cette période, l’accès des jeunes aux métiers de la Défense en tant que militaire d’active ou dans la Garde nationale sera facilité. Ce service militaire universel permettra aussi de disposer, en cas de crise, d’un réservoir mobilisable, complémentaire de la Garde nationale. Le service militaire universel permettra également de détecter les difficultés, notamment l’illettrisme, et proposera une remise à niveau scolaire des appelés lorsque cela sera nécessaire. Il aidera ainsi les jeunes à préparer leur entrée dans la vie professionnelle comme dans leur vie de citoyens.

« Il faut écouter Greta Thunberg » (PDG de Total)

« Il faut écouter Greta Thunberg » (PDG de Total)

 

 

Les  zélateurs serviteurs des grands intérêts financiers sont pris à revers par celui même qu’ils pensaient  penser servir. En effet, le patron le plus important de France à savoir Patrick Pouyanné dirigeant en plus d’une entreprise qui produit du carburant déclare qu’il faut savoir écouter la jeune militante Greta Thunberg et tous les jeunes qui manifestent pour une meilleure protection de la planète. Dans le même temps et à juste titre d’ailleurs, le président de Total insiste les délais nécessaires à la mise en œuvre d’une nouvelle politique énergétique. Il ne faut pas être naïf, bien sûr cette déclaration habile sert l’image de Total qui n’entend pas se désengager brutalement de son cœur d’activité mais qui parallèlement opère une mutation vers des énergies alternatives. Cette déclaration est toutefois beaucoup plus intelligente que la condamnation prononcée par les suppôts du productivisme sans contrainte, par les serviteurs des grands intérêts économiques aussi par le clergé négationniste des primates climatosceptiques . Sans parler des vieux cons  a prétention plus ou moins intellectuelle qui n’admettent pas les leçons de la jeunesse. Le président de Total a raison de dire que la transition énergétique doit s’inscrire dans la durée car à court et moyen terme un changement brutal est impossible aussi bien pour la production d’électricité que pour l’énergie nécessaire au transport routier. Par ailleurs de grandes inquiétudes demeurent quant à la réussite possible des voitures électriques qui pourraient être mises en cause par le développement de la filière à hydrogène. Une filière pourrait être utilisée pour produire de l’énergie dans d’autres secteurs ou de la chaleur ( comme la géothermie). Pour l’instant les énergies alternatives sont encore loin d’être compétitives tant d’un point de vue énergétique qu’  économique. Il faudra encore des progrès techniques et une diminution notable des couts de productions.

Le PDG de l’entreprise énergétique Total voit donc d’un bon œil les manifestations des jeunes pour la planète, incarnées par la militante suédoise Greta Thunberg. « Il faut les écouter », insiste même Patrick Pouyanné Interrogé à ce titre par le JDD dans son édition de ce dimanche.

Mais il nuance immédiatement: « Il ne faut pas non plus tomber dans l’alarmisme: annoncer la fin du monde ça n’incite pas à agir, ça fait peur. » Plus que de les écouter, le président de l’entreprise française propose alors un dialogue, où il dirait à ces jeunes « que ce serait une erreur de croire qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour trouver la solution ».

 Ce « bouton », le patron le chiffre à des investissements de l’ordre de trillions de dollars. « On ne change pas un système énergétique d’un coup de baguette magique. On parle d’investissements extrêmement lourds qui vont prendre du temps. »

Total dépense ainsi plus de 1,5 milliard de dollars par an dans l’électricité bas carbone, annonce Patrick Pouyanné. « C’est plus que pour l’exploration de pétrole et de gaz », fait-il remarquer. L’entreprise en vend à 4 millions de Français et de Belges, chiffre qu’elle veut doubler d’ici 2025. Elle investit également dans les centrales solaires et les éoliennes, ainsi que dans le gaz et l’hydrogène pour faire rouler les camions.

Mais, nuance l’interviewé toujours dans le JDD, « Total ne peut pas s’adapter plus vite que ses clients à moins de se mettre hors du marché », rappelant que les énergies renouvelables sont plus chères que les énergies classiques. Pour accompagner la transition du chauffage au fioul à un chauffage au gaz ou à l’électricité, Total vient par exemple de mettre en place des prêts à taux zéro. Il renvoie maintenant la balle dans le camp de l’Etat.

Les «gilets jaunes» : jusqu’au bout de l’épuisement total des troupes

Les «gilets jaunes» : jusqu’au bout de l’épuisement total des troupes

 En dépit de l’écroulement de la participation, les gilets jaunes continuent d’épuiser les quelques forces qui leur restent. Cette gestion du mouvement est assez pathétique puisqu’on est passé d’une participation de plusieurs centaines de milliers de manifestants à quelques milliers au point qu’il n’y a même pas une ligne dans la plupart des médias pour rendre compte de manifestations de plus en plus anecdotiques. En cause, évidemment l’incapacité totale à structurer le mouvement par des leaders gauchistes et populistes complètement irresponsables. Une évolution bien connue dans les mouvements sociaux traditionnels. Plus la participation diminue et plus les mots d’ordre gauchiste durcissent  l’action jusqu’à l’épuisement total. On voudrait discréditer l’action qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Il est à craindre cependant que les leaders gauchistes s’enferment un peu plus chaque samedi dans leur entêtement mortifère et le mouvement des gilets jaunes finira  avec quelques centaines de protestataires. D’une certaine manière,  l’étiolement de la participation rend service pouvoir qui peut d’autant mieux critiquer un mouvement qui au départ avait un certain  un sens mais qui de dérive en dérive a perdu toute notion d’objectif et de stratégie. Pour parler clair, on est passé de la contestation sociale à la protestation politique sans la moindre perspective d’aboutir. L’objectif annoncé des «gilets jaunes»: obtenir «un septembre noir» traduit bien le ridicule et l’inconséquence des leaders gauchistes.

Mais ce mouvement imprévisible, qui a bien longtemps pris de court le pouvoir et qui a surpris par son ampleur, reste sous étroite surveillance. «Même si on n’est pas aujourd’hui sur des niveaux de mobilisation importants, ces rassemblements peuvent être l’occasion de voir s’agréger les mouvances radicales d’ultragauche, lesquelles souhaitent que tout bascule dans la violence», signale un expert.

«Cela va repartir de plus belle», assure un manifestant qui mise sur une rentrée sociale difficile pour de nouveau faire descendre les Français dans la rue. Les quelques figures historiques du mouvement, qui jouent encore un rôle de mobilisation, vont aussi tout faire pour maintenir la pression. De nouveau condamné, mercredi, pour avoir précédemment manifesté avec une matraque, Éric Drouet a ainsi annoncé sa présence ce samedi à Paris. Comme d’autres, celui-ci invite les manifestants à ne plus revêtir le gilet jaune. Afin de ne pas être repéré par la police… bref mouvement des gilets jaunes va se terminer sans gilet et sans manifestant. L’irresponsabilité aura tué un mouvement qui aurait pu avoir du sens de manière durable.

Jeux Olympiques : Macron soutient le sponsoring de Total !

Jeux Olympiques : Macron soutient le sponsoring de Total !

 

 

On se demande bien de quoi se mêle Macron en soutenant le sponsoring de Total pour les jeux olympiques. La réponse est simple : il se mêle de tout. Les JO de 2024 sont de la responsabilité de la ville de Paris et la maire Anne Hidalgo-, qui veut des JO écologiquement exemplaires a refusé le soutien financier de Total pour des motifs écologiques. On peut évidemment discuter du lien fait entre la préoccupation environnementale et la perspective des jeux olympiques car le rapport n’est pas évident. Mais on peut s’interroger autant sur le fait que Macron mette  son nez dans cette affaire avec d’ailleurs une argumentation aussi spécieuse que celle d’Anne Hidalgo concernant le supposé lien entre les JO et l’écologie. La préoccupation de Macron est peut-être moins écologique que politique car Total fait partie de ces grandes entreprises qui ont soutenu sa candidature. En outre, Macron en profite pour régler son compte à Anne Hidalgo dans la perspective des municipales. Une Anne Hidalgo, surtout victime de son intégrisme et en grande difficulté. En tout état de cause,  ce n’est pas au président de la république d’intervenir pour savoir quelle marque pourrait figurer sur les maillots des sportifs. Pourtant Macron ne s’en prive pas : “Ce n’est pas une bonne idée”, a dit le chef de l’Etat interrogé par France Info sur ce renoncement, tout en renvoyant dos à dos le groupe pétrolier et la maire de Paris. “Qu’il y ait des entreprises qui polluent, c’est le cas. Mais enfin, je ne vais pas expliquer à tous les salariés de Total en France qu’ils ont un travail qui n’est pas digne”, a-t-il poursuivi. S’il a lui aussi dit que ces jeux devaient être exemplaires sur le plan environnemental, Emmanuel Macron a fait également valoir qu’il était plus facile d’écarter des sponsors “en donnant des leçons de morale” que de trouver de l’argent.“Et si Total peut mettre de l’argent pour financer, aider à financer des jeux verts, si Total peut mettre de l’argent pour aider à financer la transition, c’est une bonne chose”, a-t-il ajouté. “Donc maintenant on doit mobiliser collectivement tous les financeurs français (…) Ils sont tous les bienvenus.” “Mais pas avec leur cahier des charges, avec le nôtre”, a cependant averti le chef de l’Etat. Une précaution oratoire qui ne mange pas de pain pour se mettre à l’abri des contradictions, en tout cas faire semblant

Sondage Élections européennes : désintérêt total pour 42 % des Français

Sondage Élections européennes : désintérêt total pour 42 % des Français

Selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour La Tribune, Europe 1 et Orange, 42% des Français expriment un désintérêt pour ce scrutin contre 36% au mois de mars et 35% en février. À l’opposé, 56% des Français se disent intéressés contre 62% en février et mars. Il n’y a donc pas eu de regain d’intérêt après le débat organisé par l’audiovisuel public marqué par la cacophonie entre les douze têtes de listes invitées le 4 avril à débattre. À quelques semaines de l’échéance, l’effritement de l’attrait des électeurs pour le renouvellement du Parlement européen n’annonce pas de bonnes nouvelles. L’institut de sondage estime que la participation pourrait se situer entre 44% et 50% sachant qu’il y a une grand part d’incertitude. Si 57% des personnes interrogées ont exprimé une intention de vote et se disent sûres de leur choix, 32% ont la volonté d’aller glisser un bulletin dans l’urne mais peuvent encore changer d’avis. Enfin, 11% ont exprimé un vote blanc ou nul. Face à cette importante volatilité du corps électoral, il reste moins de deux mois aux forces politiques en présence pour convaincre les électeurs de se rendre aux urnes. Depuis les premières élections européennes, le taux de participation n’a cessé de se dégrader passant de 61% en 1979 à 42,6% en 2014.

Sur l’échiquier politique, la droite avance ses pions progressivement. La tête de liste aux européennes pour les Républicains, François Xavier Bellamy remporte 1,5 point d’intentions de vote en avril pour atteindre 13,5% contre 12% en mars. C’est la progression la plus importante par rapport au dernier sondage réalisé par BVA. L’ancienne ministre chargée des Affaires européenne Nathalie Loiseau stagne à 24% pour la liste de la République en marche tout en restant en tête des intentions. Elle est suivie de la liste du Rassemblement national (RN) menée par Jordan Bardella qui atteint 20%, en recul d’un point. En quatrièmes position arrive la liste de la France Insoumise (LFI) emmenée par Manon Aubry. Elle gagne 0,5 point à 8%. La liste du Parti socialiste (PS) dirigée Raphaël Glucksmann gagne un peu de terrain (0,5 point) à 5,5%. Le recul le plus marqué concerne la liste Europe-Ecologie-les-Verts conduite par Yannick Jadot (-1,5 point à 7%).

____

Méthodologie : étude réalisée par l’institut BVA auprès d’un échantillon interrogé par Internet du 10 au 11 avril 2019. L’enquête est réalisée à partir d’un échantillon de 1.402 inscrits sur les listes électorales, identifiés au sein d’un échantillon de 1.504 Français, représentatif de la population nationale âgée de 18 ans et plus. Les intentions de vote qui figurent dans le rapport de BVA reposent sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales, certaines d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote, soit 679 individus.

La justice découvre les pots de vin de Total !

La justice découvre les pots de vin de Total !

il y a quelque chose de merveilleux dans la naïveté de la justice française qui découvre l’existence de pots-de-vin dans le business international. En l’occurrence, il s’agit de Total, l’un des plus grands groupes pétroliers mondiaux, qui aurait versé une trentaine de millions en Iran notamment pour obtenir l’exploitation  d’un gisement. Le problème c’est que toutes les sociétés internationales ou presque utilisent les mêmes procédés pour leurs débouchés commerciaux. C’est notamment valable dans l’industrie de l’armement mais dans beaucoup de branches.  inutile de tourner autour du pot, pour les contrats internationaux, il est souvent nécessaire d’arroser d’une manière ou d’une autre les décideurs. Le ministère public a cependant requis vendredi la confiscation de 250 millions d’euros à l’encontre du groupe pétrolier Total, jugé pour corruption d’agents publics étrangers en marge de la conclusion de contrats en Iran en 1997. Total est soupçonné d’avoir versé quelque 30 millions de dollars de pots-de-vin entre 2000 et 2004 sous couvert d’un contrat de consultance visant à faciliter la conclusion d’un accord concernant l’immense gisement gazier de South Pars. Pour le procureur, ce contrat avec la société Baston Associated LTD “recouvrait en réalité des paiements corruptifs” dont une grande partie destinée à un fils de l’ancien président iranien Hachemi Rafsanjani (1989-1997), Mehdi.

Les Jeunes avec Macron, les JAM, ou le vide idéologique total

Les Jeunes avec Macron, les JAM, ou le vide idéologique total

 

Le nom de la formation des jeunes macronistes témoigne à lui seul du vide idéologique total. Le mouvement s’intitule en effet JAM, c’est-à-dire les jeunes avec Macron. Finalement la confirmation que le parti en marche n’est réellement qu’un club de supporters, une sorte de club de fans comme dans le foot. En mal sans doute aussi de slogans, les jeunes avec Macron ont choisit un slogan de type soixante-huitard qui ne leur ressemble guère à savoir : soyez progressistes demandez l’impossible. Sûrement un slogan conseillé par les boîtes de com. qui entoure le pouvoir et qui considère la politique comme un produit ordinaire ù  l’argumentation commerciale prend le pas sur le contenu. On se demande bien comment le mouvement en marche pourrait structurer une organisation des jeunes alors que le parti n’a aucune existence, ni réalité sociale sur le terrain. Pour preuve lors des prochaines municipales faute d’implantation locale, le parti en marche va ratisser large des vieux crocodiles de la politique de la gauche et de la droite. En effet cette fois l’étiquette Macron ne sera pas suffisante pour qu’une chèvre puisse être élue. Cela d’autant plus que la popularité de l’intéressé connaît une chute brutale dans l’opinion publique et que la référence à Jupiter ne sera pas forcément vendeur auprès des électeurs qui jugent surtout sur des critères de proximité. Comme pour le parti en marche,  les responsables des jeunes avec Macron ont été désignés par le niveau central. De quoi s’interroger sur le caractère démocratique de l’organisation de Macron surtout quand les jeunes choisissent cet autre slogan : la révolution continue ! Une vraie communication de marque de lessive pour tenter de laver plus blanc la grisaille des résultats du gouvernement. Sans parler de la reprise des formules ésotériques de Ségolène Royal à savoir : être acteur de son avenir qui ressemble curieusement à désir d’avenir.

 

Total fait le dos rond pour fabriquer du carburant avec de l ‘huile de palme importée

Total fait le dos rond pour fabriquer du carburant avec de l ‘huile de palme importée

 

Face aux protestations contre  l’usage d’huile de palme dans les biocarburants, Total annonce s’engager pour une diversification responsable des approvisionnements de sa bioraffinerie de La Mède.  En calait on va diversifier l’origine des huile mais sans supprimer l’huile de palme.  Avec son projet de biocarburant, la raffinerie de Total, près de Marseille, consommerait chaque année, 550.000 tonnes d’huiles de palme. De quoi faire bondir les importations françaises de cette huile végétale tant décriée. De quoi faire bondir aussi les ONG.  Pour Greenpeace et les Amis de la Terre, cette huile produite en Malaisie et en Indonésie entraîne une déforestation et fragilise l’écosystème. Ce qui menace les populations de rhinocéros, d’orangs-outans et de tigres et affecte des populations locales.  Face aux critiques, Total s’engage à se fournir en huiles de palme « labellisées ». Ces systèmes de certification sont toutefois jugée insuffisants par des ONG et des industriels.  Total a dit auparavant vouloir utiliser 60 à 70% d’huiles végétales, de l’huile de palme mais aussi de colza, de soja ou encore de tournesol et de 30 à 40% d’huiles alimentaires usagées et d’huiles résiduelles. La bioraffinerie de Total à la Mède (Bouches-du-Rhône) doit ouvrir à l’été 2018 pour produire 500000 tonnes par an de biodiesel En 2015, cela paraissait une bonne idée pour Total de reconvertir la raffinerie de La Mède dans les Bouches-du-Rhône, en bioraffinerie. Dans un contexte de surcapacité du raffinage pétrolier en Europe, Total décidait donc d’investir 275 millions d’euros sur le site, au lieu de le fermer, pour y produire jusqu’à 500 000 tonnes de HVO (Hydrotreated Vegetable Oil) à partir de 650 000 tonnes de matières premières végétales. Le HVO est ce biodiesel incorporé à hauteur de 5 à 10% dans le diesel d’origine pétrolier pour le verdir un peu. A la clé, le maintien de 250 emplois sur le site, qui accueille aussi une centrale photovoltaïque de 8MW, un centre de formation, un dépôt pétrolier et une unité de fabrication d’un additif réduisant les émissions d’oxyde d’azote des poids lourds.

 

Bénéfice Total : un bond de hausse 83% grâce aux hausses du pétrole au deuxième trimestre

Bénéfice Total : un bond de hausse 83% grâce aux hausses du pétrole au deuxième trimestre

 

 Total peut dire merci à la hausse du pétrole. Le bénéfice net du groupe publié ce 26 juillet a bondi de 83% à 3,72 milliards de dollars et son bénéfice net ajusté, qui exclut des éléments volatils et exceptionnels, a progressé pour sa part de 44% à 3,55 milliards, un niveau cependant en-dessous des attentes des analystes qui tablaient sur 3,67 milliards de dollars. Le groupe a une nouvelle fois bénéficié de la remontée du prix du baril depuis la fin de l’année dernière – le baril de brut valant en moyenne 74,4 dollars au deuxième trimestre contre 49,9 dollars un an plus tôt. Au premier trimestre, il ne valait encore que 66,8 dollars. Les résultats de Total ont également été tirés par l’activité d’exploration et de production d’hydrocarbures : le groupe a produit 2,717 millions de barils équivalent pétrole en moyenne par jour, soit une hausse de 8,7%. 

 

Grève SNCF: Jusqu’à l’épuisement total des troupes ?

Grève SNCF: Jusqu’à l’épuisement total des troupes ?

On peut se demander si la CGT et Sud n’ont pas décidé la mobilisation à la SNCF jusqu’à l’épuisement des troupes. En effet avec l’intersyndicale, le mouvement sollicitait encore près de 50% des conducteurs (mais déjà seulement 36% lors de la dernière grève commune). . Depuis que Sud et la CGT sont seuls, la mobilisation est tombée à 20%. Pourtant il y aura d’autres arrêts pendant les vacances et même à la rentrée d’après la CGT. Le taux global de grévistes à la SNCF s’élevait à 6,5% vendredi matin, avec 22,4% des conducteurs en grève lors de cette journée de mobilisation contre la réforme ferroviaire à l’appel de la CGT et SUD, a annoncé la direction. Parmi les personnels indispensables à la circulation des trains, 22,3% des contrôleurs et 10,2% des aiguilleurs étaient en grève en milieu de matinée. Lors de la dernière journée de mobilisation à quatre syndicats – avec l’Unsa et la CFDT -, le 28 juin, le taux global de grévistes avait atteint 10,26%, avec 36,2% des conducteurs en grève. Avec 20% chez les conducteurs, 6 à 7% dans l’ensemble du personnel, la grève ressemble de plus en plus à une opération suicide.

G7: désaccord total

G7: désaccord total

 

Etats unis excepté évidemment, tous les autres membres du G7  sont en désaccord total avec les mesures prise par Trump concernant l’augmentation des droits de douane sur l’acier et l’aluminium.  Le Canada, qui est particulièrement touché par cette instauration de droits de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium, a exprimé sa désapprobation par la voix de son ministre des Finances Bill Morneau. “Concernant le commerce, au cours des deux derniers jours, est apparue une importante divergence d’opinion”, a déclaré Morneau devant la presse après la réunion. “De notre point de vue, les Américains ont décidé d’adopter une attitude qui n’est pas du tout constructive et qui pénalise notre capacité à arranger les choses concernant les droits sur l’acier et l’aluminium”, a-t-il dit. Le ministre français des Finances Bruno Lemaire a tenu un langage tout aussi ferme à l’adresse des Américains, mettant à nouveau en garde contre le risque d’une guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’Union européenne. “Nous avons encore quelques jours pour prendre les mesures nécessaires afin d’éviter une guerre commerciale entre l’UE et les Etats-Unis, pour éviter une guerre commerciale entre les membres du G7”, a-t-il dit. “La balle est dans le camp des Etats-Unis, il appartient à l’administration américaine de prendre les bonnes décisions pour apaiser la situation et alléger les difficultés”, a-t-il poursuivi.  Face aux doléances de ses homologues, Steven Mnuchin a déclaré avoir transmis à Donald Trump certains des commentaires prononcés lors de cette réunion. Il a précisé que le président des Etats-Unis avait clairement exposé son point de vue concernant un équilibre des échanges commerciaux et que les Etats-Unis ne renonçaient pas à leurs places de numéro un de l’économie mondiale.

Palmarès total voitures vendues : Clio et françaises en tête

Palmarès total voitures vendues : Clio et françaises en tête

 

L’année 2017 signe une nouvelle progression du marché automobile français (+ 4,74%) avec plus de deux millions de voitures neuves écoulées. Et les constructeurs français ont dans l’ensemble plus progressé que les marques étrangères, selon les chiffres publiés lundi 1er janvier par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Assez logiquement, ce sont donc des voitures de marques françaises qui sont le plus achetées par les Français. La seule légère « ombre » au tableau est la présence de Dacia à la huitième place avec la Sandero, mais ce constructeur d’origine roumaine est une filiale de Renault depuis 1999. Les voitures Renault, Peugeot et Citroën sont de loin les préférées des Français. On y trouve la Renault Twingo III, la Renault Mégane IV, ou encore la Renault Captur, mais aussi la Citroën C3 II ainsi que les Peugeot 2008 et 308 II. Mais les Peugeot 208 et Renault Clio IV sont, de loin, les préférées des Français avec respectivement, 97 663 et 117 441 exemplaires écoulés, contre 74 297 pour la Peugeot 3008 II qui occupe la troisième place du podium.

L’abrogation de l’Obamacare : échec total de Trump

L’abrogation de l’Obamacare : échec total de Trump

 

C’est un grave échec que vient de subir une nouvelle fois le président américain qui n’a pas réussi à obtenir une majorité pour abolir l’Obamacare. Faute d’arguments le président américain a simplement pronostiqué que le système de protection de la santé s’écroulerait de lui-même. . Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Sénat américain a en effet rejeté l’abrogation partielle de l’Obamacare. Les républicains sont majoritaires à la chambre haute du Congrès mais ils ne disposent que de 52 sièges sur 100, ce qui rend toute défection quasi-fatale. Or trois sénateurs républicains – John McCain, Susan Collins et Lisa Murkowski – ont joint leurs voix à ceux des démocrates pour voter vers 01h30 du matin contre ce texte d’«abrogation a minima», rejeté par 51 voix contre 49. Le document de huit pages constituait un compromis, les sénateurs ayant déjà rejeté cette semaine une abrogation pure et simple sans remplacement de la loi existante, que réclament les conservateurs mais auquel s’opposait l’aile modérée du Parti républicain. Dans la foulée, le Sénat s’était toutefois prononcé en faveur de la réouverture d’un débat sur la réforme de la loi santé.

 

Chômage : hausse en mars et échec total de Hollande

Chômage : hausse en mars et échec total de Hollande

 

 

 

Le miracle ne s’est pas produit pendant le mandat de François Hollande, le mythe de l’inversion du chômage a définitivement éclaté,  Le chômage est même reparti en  nette hausse en mars, repassant au-dessus du seuil de 3,5 millions d’inscrits A. Au total on aura enregistré environ 800 000 chômeurs supplémentaires pendant la présidence de François Hollande.  Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) a enregistré le mois dernier sa plus forte hausse mensuelle depuis septembre 2013 et progressé de 1,3%, soit 43.700 personnes supplémentaires. Les effectifs dans cette catégorie ont ainsi atteint 3.508.100 inscrits, soit 585.500 personnes de plus qu’en mai 2012, au début du quinquennat de François Hollande. Il s’agit de leur plus haut niveau depuis août 2016, alors qu’ils n’avaient que peu évolué au cours des deux premiers mois de l’année. En ajoutant les catégories B et C (personnes exerçant une activité réduite), le nombre d’inscrits à Pôle emploi a en revanche reflué par rapport à son record de 5.515.200 atteint en février. Le cumul de ces trois catégories, qui représente l’ensemble des inscrits tenus de rechercher un emploi, a diminué de 0,2% en mars, soit 11.400 personnes de moins en un mois, à 5.503.800 (5.805.200 en incluant les départements d’Outre-mer, également en baisse de 0,2% sur un mois). Pour ces trois catégories, le nombre total d’inscrits avait progressé de plus de 50.000 personnes sur les deux premiers mois de l’année. Globalement, sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A recule de 0,9% tandis que le total des inscrits dans les catégories A, B et C affiche une progression de 0,9%. Les effectifs de la catégorie D – notamment soutenus par plan de 500.000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi annoncé par François Hollande début 2016 et qui a depuis été prolongé jusqu’à mi-2017 – ont diminué de 4,2% le mois dernier et bondissent de 13,2% sur un an.

Pas de loi sur les rémunérations (président de Total)….tu m’étonnes !

Pas de loi sur les rémunérations (président de Total)….tu m’étonnes !

 

Normal cette réaction du président de la première entreprise française. Elle reflète bien la mentalité des principaux grands patrons qui la plupart sont d’ailleurs d’anciens fonctionnaires passés  ensuite dans les cabinets ministériels pour aller pantoufler dans les grandes entreprises et se gaver de rémunération extravagante. Au mieux dans l’administration ils auraient gagné 100 000 à 200 000 € par an alors que dans les entreprises ils peuvent émarger à plusieurs millions. C’est le cas du patron de Total. L’argument de l’efficacité fonction du niveau de salaire des patrons est complètement éculé car il est évident qu’il y a en France des centaines de responsables qui seraient par exemple susceptibles de gérer aussi bien qu’en ce moment l’entreprise Total (X mines ou autres). Tout aussi éculé et l’argument international qui montre que les grands patrons mondiaux sont encore davantage payés que les patrons français. Là encore aucune étude sérieuse n’a jamais été capable de montrer le rapport entre la rémunération et l’efficacité du management. En outre l’argumentaire patronal est particulièrement irresponsable en terme managérial car cet argumentaire concernant justifiant le haut niveau de rémunération des patrons coexiste au même moment avec un discours sur la nécessité d’encadrer de manière très rigoureuse les revenus des salariés. Alors fous ou irresponsables ces grands patrons ? Sans doute un peu les deux et surtout ivres du parfum de louange diffusée par leur entourage courtisan qui espère en retour de lucratives faveurs. Bref l’ivresse classique du pouvoir et du fric. Des entreprises basées en France délocaliseront leur siège si le pays légifère sur les rémunérations des dirigeants, a estimé mercredi le PDG de Total, Patrick Pouyanné. Patrick Pouyanné a toutefois ajouté que les conseils d’administration des sociétés devaient suivre l’avis des actionnaires lorsque ces derniers s’opposent aux rémunérations sur lesquelles ils sont consultés. « Si l’assemblée générale de Total disait ‘non’ aux éléments que le conseil d’administration propose pour Patrick Pouyanné, je demanderais au conseil d’administration de les réviser », a-t-il dit lors d’une audition devant la commission des affaires économiques du Sénat. « Je pense que c’est juste et qu’on n’a pas besoin de loi pour nous l’imposer (…). C’est un terrain extrêmement dangereux (…), les sièges quitteront la France si des lois de cette nature sont prises », a ajouté le PDG. « Ce n’est pas une menace, c’est juste ce qui va se passer, et je ne souhaite pas que le siège de Total quitte la France (…). Ce n’est pas la peine d’aller légiférer sur des sujets qui feront que le pays, une fois de plus, se mettrait en marge du mouvement mondial. » Début mai, les actionnaires de Renault ont rejeté à 54% la rémunération de Carlos Ghosn mais le conseil d’administration du constructeur a maintenu le montant de 7,2 millions d’euros attribué au PDG au titre de 2015, ce qui a conduit le ministre de l’Economie Emmanuel Macron à menacer de légiférer sur le sujet.

(Avec Reuters)

Total investit 1 milliard dans les batteries électriques

Total investit 1 milliard dans les batteries électriques

Total pétrolier a proposé lundi de racheter le fabricant français de batteries de haute technologie Saft pour 950 millions d’euros, dans le cadre d’une offre publique d’achat (OPA) amicale. Un projet de rachat approuvé à l’unanimité par le conseil de surveillance de Saft.  « Le XXIe siècle sera électrique », assurait il y a quelques semaines Patrick Pouyanné, dans une interview aux « Echos ». Le PDG de Total a officialisé mi-avril la création d’une nouvelle division, « gas renewables and power », qui viendra s’ajouter à ses activités traditionnelles dans le pétrole. Celle-ci regroupera les activités dans l’aval gaz, les énergies renouvelables et les activités d’efficacité énergétique. Pourquoi le groupe se lance-t-il dans ce nouveau métier ? « Il nous faut intégrer le défi du changement climatique, et l’évolution du mix énergétique qui va en découler : les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie montrent que la part du pétrole va baisser, au profit du gaz et des renouvelables », expliquait Patrick Pouyanné. « Notre objectif n’est pas de devenir électricien. [...] Mais nous devons comprendre les marchés électriques en nous positionnant sur certains éléments de la chaîne de valeur. » Total a déjà fait un pas dans le solaire depuis le rachat en 2011 de SunPower, l’un des leaders mondiaux dans la fabrication de panneaux solaires. Avec Saft, le groupe s’avance dans un autre domaine clé : le stockage de l’électricité, et notamment celle produite par les énergies solaire et éolienne. Puisque leur production est intermittente (quand le vent faiblit ou le soleil ne se montre pas), le défi est de stocker leur production pour la restituer ensuite en fonction de la demande. Une question sur laquelle planchent de nombreuses sociétés – Tesla, Schneider Electric, RWE, etc. – ainsi que plusieurs start-up, avec différentes pistes technologiques à l’étude. Total a d’ailleurs déjà investi dans une start-up américaine, LightSail Energy, qui travaille sur d’autres solutions que les batteries.

(Les Échos)

SNCF : grève totale le 9 mars

 

La grève à la SNCF décidée le 9 mars risque d’être massive voire totale. En effet elle a été décidée par des syndicats qui représentent près de 80 % des cheminots (CGT, Unsa, SUD et la CFDT).  Ce n’est pas tellement directement la loi travail qui est en cause mais la négociation en cours concernant le nouveau statut des cheminots. En vue de la libéralisation, un projet de décret est en effet en discussion pour redéfinir les conditions d’utilisation du personnel ferroviaire. En clair c’est la remise en cause du statut. À cela s’ajoute un environnement économique et surtout financier catastrophique pour l’entreprise. Avec un trafic qui stagne voire régresse et surtout une situation financière ingérable. Tellement ingérable qu’elle a entraîné récemment la démission du patron des infrastructures. La Situation est surtout caractérisée par un endettement abyssal de l’ordre de 45 milliards d’euros et qui pourrait encore augmenter de 11 milliards d’ici 2020. Selon le cabinet SECAFI,  Cette dette devrait atteindre 56,7 milliards en 2020, soit 11,7 milliards de plus par rapport à 2014. Or, les économies réalisées par le groupe SNCF ne devraient pas dépasser 4,8 milliards sur la période – 2,5 milliards issus de la fusion entre RFF et SNCF Infra et 2,3 milliards dans les coûts de production. Résultat, il manque, selon Secafi, de 1 à 1,5 milliard d’euros par an pour assurer la maintenance du réseau. A cela, il faut ajouter les intérêts de la dette qui coûtent 1,5 milliard d’euros par an au groupe public. Le rapport constate que la réforme « a omis de clarifier les grands principes du modèle économique du futur système ferroviaire » dans un contexte de restrictions budgétaires du côté de l’État comme des régions, et d’une libéralisation du marché de l’autocar. Une situation intenable qui ne permet ni d’assurer le financement des investissements, ni l’entretien pourtant urgent du réseau et ni la stabilisation de la dette. Une des variables d’ajustement consistera à supprimer au moins 10 000 emplois sur 150 000 actuels d’ici 2020. La protestation du 9 mars sera aussi justifiée par des revendications salariales pratiquement bloquées depuis plusieurs années du fait de l’inflation mais surtout en raison de la situation financière dramatique de l’entreprise. À noter aussi la décision dans le même temps d’une grève à la RATP qui ajoutée à celle de la SNCF pourrait provoquer un blocage total des transports collectifs
 

Intermarché, Dim, Total, La Halle : la poursuite des plans sociaux

Intermarché, Dim, Total, La Halle : la poursuite des plans sociaux

La reprise est là ! En faiat ça va un peu mieux mais c’est pas le Pérou ; une petite reprise qui malheureusement ne stoppe pas les plans sociaux ; des plans sociaux qui affectent de grandes marques connues mais surtout de  nombreuse PME en province. Du coup on pourrait effectivement assister à une petite reprise en 2015 autour de 1.2% mais sans emploi supplémentaire, bien au contraire.  Les défaillances d’entreprises (sauvegarde, redressement ou liquidation) ont augmenté de 7,6% sur un an au premier trimestre, selon une étude du cabinet Altares publiée jeudi. A la clé, plus de 66.000 emplois menacés, au plus haut depuis 2009. Le nombre de plans sociaux (PSE), obligatoires au delà de dix licenciements, n’a pas pour autant suivi cette tendance. Les derniers chiffres (provisoires) du ministère du Travail font état de 53 procédures de PSE lancées en janvier, un chiffre inférieur aux mois précédents. La part des licenciés économiques dans les entrées à Pôle emploi reste aussi très faible (moins de 3%), par rapport aux fins de CDD et fin de missions intérim (près de 30%). Les dernières données font état de 13.500 licenciés économiques inscrits en février et 12.900 en janvier, dans la moyenne des deux dernières années.

Le point sur les grandes entreprises qui ont récemment fait parler d’elles :

INTERMARCHÉ
Selon les syndicats, la filiale logistique du groupe va supprimer au moins 600 postes et fermer six bases d’ici 2018. L’entreprise a récusé jeudi ce chiffre, sans évaluer l’impact des mesures de son vaste plan de réorganisation lancé en 2012.

MORYGLOBAL
La liquidation fin mars de l’ex-Mory Ducros va entraîner dès la fin avril le licenciement des 2.138 salariés, après plus de 2.800 départs en 2014.

GEFCO
L’ancienne filiale logistique de PSA subit les difficultés du secteur automobile et de la messagerie et prévoit 486 suppressions de postes (+10% des effectifs).

TOTAL
Le groupe a annoncé jeudi la reconversion de la raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), notamment vers les carburants bio. Un plan qui implique la suppression de 180 postes sur 430. Total s’est engagé à reclasser tous les salariés.

DIM
Ce symbole du « made in France » va supprimer 265 postes (sur 1.500). Annoncés mercredi, ces chiffres ont été vécus comme un « coup de massue » à Autun, en Saône-et-Loire, berceau de la marque de collants et sous-vêtements depuis 1956.

VIVARTE
Le groupe de textile (17.000 employés) a annoncé début avril la fermeture de plus de 200 magasins. Sont touchés La Halle (environ 1.500 postes), André (une centaine) et Kookaï (une trentaine).

GALERIES LAFAYETTE
La direction a annoncé fin marsla fermeture des magasins de Thiais (Val-de-Marne) et Béziers, employant près de 180 personnes. L’avenir de celui de Lille (environ 150 salariés) reste incertain.

LA MARSEILLAISE
Le tribunal de commerce a validé cette semaine la seule offre de reprise du quotidien du Sud-Est. Mais le titre va perdre plus de 40% de ses effectifs, soit environ 90 postes.

AIM
La reprise partielle des abattoirs normands, entérinée fin mars par la justice, n’aura permis de sauver que 276 emplois sur 590.

RADIO FRANCE
Le récent conflit s’est cristallisé autour de plusieurs mesures du plan stratégique pour redresser les comptes: parmi elles, une « réduction nette d’effectifs de 250 à 330 équivalents temps plein » via des départs volontaires.

ALCATEL-LUCENT
Le Finlandais Nokia va absorber l’équipementier télécomL’annonce, faite mercredi, préoccupe « évidemment les syndicats » en France (8.000 salariés) en raison des redondances entre les activités des deux groupes.

AREVA
Le géant nucléaire envisage une cession totale ou partielle à EDF de sa filiale ingénierie et réacteurs Areva NP. Les pistes, présentées début avril, font craindre aux syndicats un « démantèlement ».

LAFARGE
Dans la série des fleurons français passant sous contrôle étranger, les syndicats du cimentier Lafarge ont manifesté en mars leur inquiétude pour l’emploi, lorsque les Suisses de Holcim ont renégocié à leur avantage l’accord de fusion.

 

Total va payer des impôts !

Total va payer des impôts !

« Nous allons payer des impôts sur les bénéfices en France dès 2015 » . ,En effet  l’impôt sur les sociétés prélève 33,33% des bénéfices réalisés en France par les entreprises y exerçant une activité commerciale habituelle. Une société n’est donc pas imposable sur les bénéfices qu’elle réalise à l’étranger par le biais de filiales, celles-ci étant déjà soumises à l’impôt dans les pays où elles opèrent. Total ne payait pas d’impôts depuis des années et pourtant c’est  le première société du CAC par ailleurs très bénéficiaire même si les résultats sont moins bons ces dernières années ( environ 12 milliards en 2012, 8 milliards en 2013 et 4 milliards en 2014 . Patrick Pouyanné, le directeur général de Total, a fait cette promesse dans une interview accordée à l’Usine Nouvelle. Le dirigeant a ajouté que le montant de cet impôt serait « bientôt public ». Total est l’objet de polémiques récurrentes sur le fait qu’en dépit de bénéfices records, il n’acquitte pas d’impôts sur les sociétés en France, où ses activités sont déficitaires depuis plusieurs années. « Depuis 2012, nous ne payons plus d’impôt sur les sociétés. » Patrick Pouyanné tient toutefois  à rappeler que le groupe paie « 950 millions d’impôts et de taxes diverses dans notre pays par an », rappelle son directeur général. Total compte faire des bénéfice grâce à la restructuration de ses deux raffineries déficitaires en France, avec la reconversion du site de La Mède (Bouches-du-Rhône) dans les biocarburants et un investissement de 400 millions d’euros à Donges (Loire-Atlantique) pour que le site redevienne rentable.

Total : arrêt du raffinage à la Mède

Total : arrêt du raffinage à la Mède

 

« Sur les cinq raffineries de Total en France, les trois raffineries de Gonfreville (Haute-Normandie), Grandpuits (Seine-et-Marne) et Feyzin (Rhône) ont démontré en 2013 et 2014 leur résistance face à un environnement économique dégradé et leur capacité à dégager des résultats positifs durables », a expliqué Total dans un communiqué, confirmant des informations syndicales obtenues par Reuters. « Deux autres, Donges et La Mède, sont confrontées à de réelles difficultés et sont devenues structurellement déficitaires. Ce plan vise à donner les moyens à chaque site de Total en France de résister aux aléas des marchés pour être durablement profitable. »Sur les 430 postes que compte le site de La Mède, où sont produits 153.000 barils par jour, 250 postes seront maintenus sur la plate-forme, a précisé Total. Le groupe compte aussi construire sur place une ferme photovoltaïque de 8 mégawatts. « La baisse des effectifs se fera progressivement par des départs anticipés à la retraite, des offres de postes sans mobilité géographique contrainte pour les salariés non cadres, principalement vers le groupe et ses filiales, et des mutations de cadres », a-t-il ajouté. Donges passera pour sa part d’un résultat négatif de 30 à 50 millions d’euros par an à un bénéfice d’environ 50 millions. « Cela représente pour nous une amélioration du résultat français, structurellement, de 250 millions d’euros (…) et grâce à cela, sans doute, Total paiera des impôts sur les sociétés », a souligné Patrick Pouyanné. Il faut préciser que Total n’a pas payé des impôts sur les sociétés pendant des années !

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol