Archive pour le Tag 'théâtres'

Couvre feu -La fin des théâtres privés ?

Couvre feu -La fin des théâtres privés  ?

 

Pour respecter les horaires du couvre-feu en urgence maximale, les spectacles devraient commencer à 18h30 au lieu de 20h30 ou 21 heures. Une disposition qui pourrait conduire à la mort des théâtres privés dont depuis deux très nombreuses années l’équilibre financier est déjà très précaire. Le théâtre vivant était déjà fragilisé depuis longtemps et pour tenter de maintenir l’audience nombre d’établissements éliminent  des thématiques un peu trop élitiste pour choisir des sujets et des traitements plus populaires.

 Bref dans 80 % des cas le théâtre verse dans le populisme culturel et choisit plutôt le boulevard que les thèmes socio culturels.  Évidemment, avec un couvre-feu à 21 heures, la situation va encore se dégrader. «C’est comme si vous confiniez, mais comme on veut se battre, on va décaler tous nos spectacles, on jouera à 19 heures, le virus ne sera pas présent, à cette heure-là, jouer c’est notre vie et notre seul moyen de gagner de l’argent. Les aides qu’on a là sont des aides de compensation pour la billetterie, mais elles vont fermer. Je viens de l’annoncer à 300 spectateurs qui sont venus pour voir l’humoriste Florent Peyre que je viens de faire entrer, on a depuis le début respecté le protocole sanitaire, on a toujours respecté à la lettre ce que le gouvernement a demandé, je ne comprends pas ce qu’il veut. Des directeurs de théâtre vont péter les plombs. Qu’allons-nous faire, nous sommes aidés seulement jusqu’à fin mai. Il est en train de tuer les salles de spectacle», déplore Loïc Bonnet, président de l’association des Théâtres Privés en régions et directeur d’un théâtre à Rouen, ville concernée par le couvre-feu. 

« «Les annonces sont dingues, c’est un drame, on a un spectacle à 19h, on essaiera de le programmer à 18h30, mais ça va décourager le public. Déjà avec la jauge Covid qui permet d’accueillir 340 personnes au lieu de 626. Ce qui nous tue, ce sont les loyers très élevés voire prohibitifs, Hébertot appartient au groupe de parfums Madar, le loyer est de 200 000 euros par mois. On est obligé de proposer des places à des prix modiques, nous sommes à l’agonie. Si l’État ne nous aide pas et ne prévoit pas une loi sur les loyers, on ne peut pas tenir», réagit Francis Lombrail, directeur du théâtre Hébertot à Paris. 

La fin des théâtres privés ?

La fin des théâtres privés  ?

 

Pour respecter les horaires du couvre-feu en urgence maximale, les spectacles devraient commencer à 18h30 au lieu de 20h30 ou 21 heures. Une disposition qui pourrait conduire à la mort des théâtres privés dont depuis deux très nombreuses années l’équilibre financier est déjà très précaire. Le théâtre vivant était déjà fragilisé depuis longtemps et pour tenter de maintenir l’audience nombre d’établissements éliminent  des thématiques un peu trop élitiste pour choisir des sujets et des traitements plus populaires.

 Bref dans 80 % des cas le théâtre verse dans le populisme culturel, et choisit plutôt le boulevard que les thèmes socio culturels.  Évidemment, avec un couvre-feu à 21 heures, la situation va encore se dégrader. «C’est comme si vous confiniez, mais comme on veut se battre, on va décaler tous nos spectacles, on jouera à 19 heures, le virus ne sera pas présent, à cette heure-là, jouer c’est notre vie et notre seul moyen de gagner de l’argent. Les aides qu’on a là sont des aides de compensation pour la billetterie, mais elles vont fermer. Je viens de l’annoncer à 300 spectateurs qui sont venus pour voir l’humoriste Florent Peyre que je viens de faire entrer, on a depuis le début respecté le protocole sanitaire, on a toujours respecté à la lettre ce que le gouvernement a demandé, je ne comprends pas ce qu’il veut. Des directeurs de théâtre vont péter les plombs. Qu’allons-nous faire, nous sommes aidés seulement jusqu’à fin mai. Il est en train de tuer les salles de spectacle», déplore Loïc Bonnet, président de l’association des Théâtres Privés en régions et directeur d’un théâtre à Rouen, ville concernée par le couvre-feu. 

« «Les annonces sont dingues, c’est un drame, on a un spectacle à 19h, on essaiera de le programmer à 18h30, mais ça va décourager le public. Déjà avec la jauge Covid qui permet d’accueillir 340 personnes au lieu de 626. Ce qui nous tue, ce sont les loyers très élevés voire prohibitifs, Hébertot appartient au groupe de parfums Madar, le loyer est de 200 000 euros par mois. On est obligé de proposer des places à des prix modiques, nous sommes à l’agonie. Si l’État ne nous aide pas et ne prévoit pas une loi sur les loyers, on ne peut pas tenir», réagit Francis Lombrail, directeur du théâtre Hébertot à Paris. 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol