Archive pour le Tag 'Textile'

Industrie textile « planter les arbres ne suffit pas »

Industrie textile « planter les arbres ne suffit pas »

Le problème de l’écologie de la filière textile mérite mieux que des mesures marginales, estiment Guillaume Carton et Julia Parigot, professeurs de stratégie, dans une tribune au « Monde ».

Tribune. Faguo, De Fursac, Timberland… de plus en plus de marques de prêt-à-porter plantent des arbres pour afficher leur conscience écologique ! Alors que ces marques se préparent à brader des tonnes de vêtements invendus lors des traditionnels soldes d’hiver, l’impact environnemental de cette pratique située bien en dehors du cœur de métier de l’industrie textile est susceptible d’être questionné.

Planter des arbres fait partie des nombreuses initiatives du prêt-à-porter qui se sont démultipliées depuis plusieurs années déjà pour relever les défis écologiques du XXIe siècle. En tête, de plus en plus de marques intègrent des matériaux recyclés dans leurs produits, à l’instar de l’équipementier Adidas, qui a lancé en 2016 une chaussure fabriquée à partir des plastiques issus des filets de pêche abandonnés dans les fonds marins.

L’initiative est louable. Plutôt que d’utiliser de nouvelles ressources, il s’agit ici de réutiliser des déchets par le recours aux matériaux recyclés comme le fait Adidas ou par la récupération des chutes de tissus des maisons de haute couture.

Afin de diminuer la consommation de nouvelles ressources, les marques et les distributeurs cherchent aussi à donner une seconde vie aux produits. Profitant de l’essor de Vinted, la plate-forme leader en France de la vente entre particuliers de vêtements et accessoires de mode d’occasion, ils lancent leurs propres plates-formes du marché de l’occasion ou de partage, favorisent la réparation, etc.

Enfin, des marques plantent des arbres pour compenser leurs émissions carbone. Pour réellement les compenser, il faudrait cependant planter près de trois fois plus d’arbres que les 80 millions plantés chaque année en France…

Surproduction et destruction

Alors que les marques de prêt-à-porter semblent multiplier les initiatives vertueuses pour l’environnement, elles s’apprêtent cependant à brader leurs vêtements lors des soldes d’hiver. La survie des soldes montre qu’aucune de ces initiatives ne résout le principal problème de cette industrie : la surproduction de vêtements qui, en bonne partie, ne seront pas vendus mais purement et simplement détruits.

Le ministère de la transition écologique estime que, chaque année, en France, entre 10 000 et 20 000 tonnes de vêtements partent en fumée. Pour faire face aux défis climatiques, plutôt que de planter des arbres (ou utiliser des matériaux recyclés ou se lancer dans la seconde main), c’est l’industrie du prêt-à-porter qui est à réinventer.

 

 

G7: « coalition d’action pour le textile » ?

G7: « coalition d’action pour le textile » ?

 Macron qui n’économise pas sa parole a proposé le lancement « d’une coalition d’action pour le textile, [...] le deuxième secteur le plus polluant au monde, après les hydrocarbures ». Et d’ajouter:

« En émissions de Co2, c’est 8% de la pollution mondiale », tandis qu’ »un tiers de la pollution des océans est dû au secteur textile. » Le problème se Macron comme toujours, c’est le décalage entre les intentions et la pratique. En effet, il invite les industriels à modifier leurs processus de production mais finalement concrètement propose seulement de réduire la vitesse des bateaux qui transportent la production. Voire de modifier les routes maritimes. la question ne se pose pas en ces termes. D’abord il y a la nature des matières premières utilisées dans le textile qui utilise s notamment le pétrole. Ensuite il y a la question de la sous tarification du transport qui permet de commercialiser des vêtements confectionnés en Asie pour les consommateurs français ou américains. En cause,  le fait que le transport ne coûte rien pour des marchandises à relative haute valeur ajoutée. Ainsi un container de Hong Kong ou Shanghai en direction de Rotterdam coûtera autour de 1000 $ c’est-à-dire le même prix que le transport du même container de Paris à Marseille. Le prix du transport ne coûte rien. Mais là,  c’est remettre en cause le rôle du marché dans les processus de production et surtout de distribution. De ce point de vue, les grands accords commerciaux déjà signés à l’étude participent au gâchis du transport et de la logistique. Du coup,  le discours de Macron paraît surréaliste en tout cas nettement théorique. Macron quand il dit :

« Qu’il engage les grandes marques à réduire leur impact sur le climat, la biodiversité et les océans. Elles vont complètement modifier leurs pratiques pour avoir des pratiques responsables et réduire la pollution », a assuré le président de la République.

De leur côté, les grands transporteurs maritimes vont également « s’engager à réduire la vitesse », la façon la « plus efficace pour moins émettre », selon le chef de l’État. Enfin, ces mêmes transporteurs ont promis de « ne pas utiliser la route du Nord » qui s’ouvre avec la fonte des glaces. « Cette route, elle nous tuera à terme. Elle est la conséquence de notre responsabilité passée », a conclu Emmanuel Macron.

Textile – habillement : chute de 10% en mai

Textile – habillement : chute de 10% en mai

 

Effet de la crise et de la météo, les ventes de textile-habillement ont chuté de 10% en France au mois de mai, plombées par une conjoncture dégradée et une météo exécrable, selon les chiffres provisoires établis par l’Institut français de la mode (IFM). Sur les cinq premiers mois de l’année, le recul pourrait atteindre environ 4%, a précisé à Reuters Gildas Minvielle, responsable de l’observatoire économique de l’IFM. Tous les circuits de distribution ont été touchés, allant d’une baisse de 14% en valeur pour les magasins dits « populaires » (chaînes à la périphérie des grandes villes comme Kiabi ou La Halle aux Vêtements) à un recul de 7% pour les grands magasins, qui avaient jusqu’ici bien résisté grâce à la clientèle touristique. « Le printemps a été pourri dans tous les sens du terme (…) Le facteur météo a été d’autant plus pénalisant que nous sommes dans un contexte de crise assez aigu », a-t-il précisé. Le marasme qui frappe les ventes de mode pourrait conduire l’IFM à revoir en baisse ses prévisions pour l’ensemble de l’année. « Il se peut que notre prévision ait été un peu optimiste », a précisé Gildas Minvielle.L’IFM avait tablé, en novembre dernier, sur un recul du marché de l’ordre de 2% en 2013.

Textile Bangladesh : les Américains refusent l’accord sur la sécurité

Textile Bangladesh : les   Américains refusent l’accord sur la sécurité

Gap et d’autres grandes marques américaines ont refusé lundi d’approuver un accord sur les conditions de sécurité dans les usines textiles du Bangladesh validé par les deux leaders mondiaux du prêt-à-porter, le suédois H&M et l’espagnol Inditex. Cet accord, soutenu par l’Organisation internationale du travail, des syndicats et d’autres groupes d’influence, était en négociation depuis le 24 avril, date de l’effondrement d’un immeuble abritant des ateliers de sous-traitance travaillant pour des grandes marques occidentales, qui a coûté la vie à 1.127 personnes. Le syndicat IndustriALL, qui a conduit les négociations, a salué l’engagement de H&M et a souhaité que d’autres marques suivent son exemple avant une date-butoir fixée au 15 mai. Le groupe espagnol Inditex, propriétaire de l’enseigne Zara, a fait savoir qu’il soutenait cet accord. « L’accord n’est pas publié mais, comme vous le savez, nous avons joué une part très active dans son développement », a précisé un porte-parole. Un porte-parole d’IndustriALL a dit que l’Américain PVH, qui possède Calvin Klein, et l’Allemand Tchibo, déjà signataire d’un programme existant au Bangladesh, avaient exprimé leur soutien à l’accord. Gap, partie prenante des négociations, a dit être prêt à valider l’accord « aujourd’hui » mais réclame au préalable un changement dans la clause relative aux règlements des contentieux devant la justice. « Grâce à ce simple changement, cet accord mondial historique pourra avancer avec l’ensemble des distributeurs, pas seulement ceux qui sont basés en Europe », a déclaré Eva Sage-Gavin, une cadre de Gap, dans un communiqué.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol