Archive pour le Tag 'territoire'

Société-Désertification du territoire : une dizaine de métropoles et le vide ailleurs

Société-Désertification du territoire : une dizaine de métropoles et le vide ailleurs

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques.

Les créations d’emplois en effet se concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres – au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013.

C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.

La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une aberration environnementale) tandis que certaines petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup, les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations, les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services.

La réactivation des villes moyennes, des zones rurales défavorisées passe d’abord par une analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB, population, services etc.) ; aussi par une prise en compte des typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà, il convient d’agir sur les leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel de sa responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un Français sur trois aura plus de 60 ans).

L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

Société-Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

Société-Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie.

 

Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre.

 

Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin.

Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois.

 

Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient.

 

Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

Désertification : le résultat de l’abandon de l’ aménagement du territoire

Désertification : le résultat de l’abandon de l’ aménagement du territoire

 

Les deux anciens ministres Dominique Bussereau et Jean-Pierre Jouyet, et le maire de Châteaudun (Eure-et-Loir) Fabien Verdier invitent les pouvoirs publics, dans une tribune au « Monde », à soutenir les 233 sous-préfectures qui constituent la colonne vertébrale de la France, en aidant à relocaliser la production et à rénover les services publics.

 

Des moins peuplées – Château-Chinon (Nièvre), Jonzac (Charente-Maritime), Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), Confolens (Charente), Aubusson (Creuse), Le Marin (Martinique) – aux plus importantes – Lorient (Morbihan), Calais (Pas-de-Calais), Béziers (Hérault), Le Havre (Seine-Maritime), Mulhouse (Haut-Rhin) –, les villes sous-préfectures forment des pôles de centralité vitaux.

Ces villes, petites et moyennes (avec leurs intercommunalités), maillent la France ; et avec elles, ses habitants appartenant aux classes moyennes. Ce sont elles qui accueillent les lycées et collèges, les équipements culturels ou sportifs. Elles jouent un rôle fondamental dans l’accès aux services publics et privés, aux soins, aux commerces et aux loisirs. Ce sont elles qui, aujourd’hui, divergent vers les extrêmes.

Ce qui reste du maillage territorial de l’Etat s’organise le plus souvent à leur échelle. Depuis plus de vingt ans, la construction et la montée en puissance des intercommunalités les ont confortées dans un rôle d’animation de leur bassin de vie. Elles constituent et doivent constituer « les masses de granit » (terme qui à l’origine désigne les institutions mises en place sous le Consulat par Bonaparte) – avec leurs sous-préfectures – sur le sol de France.

Nombre d’entre elles ont été durement touchées, depuis de nombreuses années, par la désindustrialisation. Globalement, elles se sont paupérisées au gré des délocalisations d’activités économiques, du retrait de services publics de l’Etat, intégrant – au mieux – la sphère d’attraction des métropoles.

Ce sont en effet les plus grandes villes qui ont porté la croissance française depuis la fin du XXe siècle, concentrant les sièges d’entreprises, l’offre de services et de formations, de façon plus large les activités à forte valeur ajoutée. Le terme même de « métropole » est vécu comme un facteur d’attractivité par les grandes agglomérations qui peuvent en acquérir le statut.

L’armature des villes sous-préfectures est apparue dans la période récente comme celle de la France périphérique.

L’abandon de la politique d’aménagement du territoire, la métropolisation – vue comme une condition de la compétitivité de « l’entreprise France » dans la mondialisation – semblaient inéluctables, aller dans un sens de l’histoire où les villes petites et moyennes pourraient tout au plus profiter d’une position d’arrière-pays résidentiel des métropoles ou, pour celles qui avaient la chance de disposer d’atouts touristiques, de lieux de villégiature.

Sobriété énergétique : réduire la mobilité et réaménager le territoire

Sobriété énergétique : réduire la mobilité et réaménager le territoire

 

Les experts de la mobilité Christophe Gay et Sylvie Landriève proposent, dans une tribune au « Monde », de réorganiser les territoires pour réduire les distances de déplacement liés au travail, aux loisirs, au commerce.

Du fait de l’aménagement du territoire qui concentre de plus en plus les activités, les ménages sont sont de plus en plus prisonnier de l’automobile avec laquelle ils effectuent en moyenne 60 km par jour. Cette dépendance à l’automobile est évidemment coûteuse mais c’est aussi l’un des principaux facteurs explicatifs des émissions polluantes et des gaspillages d’énergie NDLR

 

Elisabeth Borne, Christophe Béchu et Agnès Pannier-Runacher, respectivement première ministre chargée de la planification écologique et énergétique, ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires et ministre de la transition énergétique, ont un chantier historique devant eux pour réduire les émissions de CO2 du pays.

Mais ce chantier ne peut aboutir que s’ils tirent les conséquences de ces dernières années marquées par les crises sociale « gilets jaunes », sanitaire avec le Covid-19, et écologique. Ces crises ont conforté et mis en lumière une aspiration à vivre autrement identifiée depuis longtemps : en 2016 déjà, huit Français sur dix déclaraient aspirer à ralentir au quotidien et à vivre en plus grande proximité (Enquête internationale sur les aspirations liées à la mobilité et aux modes de vieForum Vies Mobiles, 2016).

Un appel qui est aussi une opportunité pour réussir la transition écologique et sociale, les Français parcourant en moyenne 60 kilomètres par jour. Très peu d’entre eux peuvent réellement se passer de voiture. Cette dépendance a été renforcée depuis des décennies par un aménagement qui sépare et éloigne les lieux à rejoindre au quotidien avec les logements d’un côté, les zones industrielles ou de bureaux d’un autre et les centres commerciaux ailleurs encore.

Les transports : 30 % des émissions nationales de CO2

Mais la moyenne masque de fortes inégalités : les temps de déplacement des Français varient dans une proportion de 1 à 30 et les distances qu’ils parcourent de 1 à 60. Ainsi, si 30 % des Français pratiquent déjà l’essentiel de leurs activités en proximité, ce n’est pas le cas des autres, en particulier de tous ceux dont le travail nécessite des déplacements au quotidien qu’ils soient conducteurs, livreurs, aides à domicile, artisans, ou agents d’entretien …

Aménagement du territoire : mettre fin au modèle métropolitain

Aménagement du territoire : mettre fin au  modèle métropolitain 

Pr Jean Rottner, président LR de la région Grand Est dans l’Opinion.

 

Les heures graves que nous traversons mettent de nouveau en lumière le formidable élan de solidarité dont sont capables nos territoires lorsqu’ils sont portés par nos collectivités. Dans le même temps, l’Europe, qu’on avait pensé endormie, n’est jamais autant elle-même que lorsque le bruit de la guerre se fait entendre à ses frontières. Quarante ans après les lois de décentralisation, ce sont ces deux faces d’une même réalité que le Sommet européen des régions et des villes, réuni à Marseille, vient de nous rappeler.

Mais de quoi la décentralisation est-elle le nom ? Le mot en soi dresse un constat tout autant qu’il indique une perspective : centralisée, la France a besoin d’un mouvement décentralisateur pour poursuivre son développement. Le dire ainsi, c’est néanmoins affirmer que la centralisation reste au cœur du débat, faisant de la « dé » centralisation sa forme atavique.

Si nos collectivités ne sont qu’une forme déclinée de l’organisation centrale de l’Etat, comment échapper à cette confrontation stérile qui a été la marque du dialogue Etat-collectivités des deux dernières décennies ? Si la décentralisation se résume au seul enjeu de l’organisation administrative « des « compétences », comment pourrons nous résoudre la question essentielle qui la sous-tend : celle de réduire les inégalités entre les territoires et optimiser le potentiel de la mosaïque territoriale française ?

De fait, la France, qui s’est construite sur l’affirmation d’un pouvoir central, a-t-elle jamais consenti à redonner aux pouvoirs locaux les moyens et surtout la confiance qui leur permettrait de démultiplier leurs potentiels ? Poser la question, c’est déjà y répondre et l’histoire de la décentralisation en France ressemble beaucoup plus à un abandon, rarement spontané, de l’Etat aux collectivités, des politiques publiques sur lesquelles il entend cependant garder le contrôle. De la lente érosion de l’autonomie fiscale de nos collectivités, aux négociations interminables des transferts de compétences, dont nous sortons rarement satisfaits, jusqu’aux jeux d’opposition entre strates territoriales, le sentiment général au terme de ces quarante années est celui d’une réforme inachevée et donc perpétuellement recommencée.

Les réussites pourtant ne manquent pas. Et la région que je préside peut se féliciter d’avoir ouvert des perspectives singulières qui sont devenues des normes pour tous : régionalisation du transport ferroviaire ou gestion des fonds européens pour ne citer que ces deux exemples emblématiques. Plus globalement, l’autonomie des collectivités territoriales s’est concrètement traduite en amélioration du service public, en accroissement de l’investissement public ou en optimisation de l’efficacité budgétaire. Mais ce sujet de l’efficience publique, s’il est nécessaire, ne peut, à lui seul, donner tout son sens à la décentralisation.

« Les régions peuvent organiser aux côtés des autres collectivités ce maillage du territoire alliant puissance et proximité. C’est ainsi que nous pourrons accompagner efficacement les mutations à l’œuvre et les besoins qu’expriment nos concitoyens »

La crise a constitué, de ce point de vue, un révélateur en exprimant avec force le besoin d’enracinement local de nos concitoyens. Le grand confinement du printemps 2020, les nouvelles habitudes de travail à distance, la redécouverte des liens de proximité, tout cela concourt à un changement complet de paradigme. Il se traduit dans la vie économique par le défi de relocaliser une partie de notre production. Il se prolonge avec l’urgence de faire baisser notre empreinte carbone. Il nous appelle à répondre, sans délai, à l’enjeu énergétique. Autant de phénomènes profonds qui doivent contribuer à l’émergence d’une nouvelle ère dans nos politiques d’aménagement du territoire. La crise nous a ainsi fait entrer dans l’ère de l’aménagement régional.

Le modèle métropolitain qui dominait jusqu’alors ne peut plus être notre modèle exclusif d’aménagement. Il doit désormais se décliner dans un schéma qui s’articule plus étroitement avec les Départements, les villes moyennes mais aussi les centralités rurales.

Les régions peuvent organiser aux côtés des autres collectivités ce maillage du territoire alliant puissance et proximité. C’est ainsi que nous pourrons accompagner efficacement les mutations à l’œuvre et les besoins qu’expriment nos concitoyens. C’est ainsi que nous pourrons véritablement répondre à cette France qui se sent exclue et dont les scrutins successifs nous redisent le sentiment d’abandon.

En divisant la France en départements, l’Assemblée constituante de 1790 avait volontairement démembré les provinces d’Ancien régime. Depuis, l’évolution économique et technique a suggéré de nouvelles circonscriptions plus vastes : les régions. La construction européenne les a confirmées en fondant sur elles sa politique d’intégration, réduisant ainsi les inégalités au sein du continent tout en créant une puissance géopolitique unique au monde.

A l’interface des territoires et des politiques européennes, les régions ont ainsi vocation à constituer un espace de dialogue entre l’Etat et les collectivités. C’est ce que la crise nous a appris en faisant du tandem Etat-région l’un des plus puissants leviers de la relance.

L’intuition du général de Gaulle, qui voyait dans la régionalisation le plus sûr moyen d’adapter géographiquement l’action publique, se trouve ainsi confirmée. En associant les forces économiques et sociales à la politique d’aménagement du territoire, De Gaulle voulait maîtriser les grandes mutations à venir. Cette idée reste une idée neuve. Tout comme l’aménagement du territoire reste une urgence dans une France soumise à des inégalités encore trop fortes et pour répondre aux immenses défis des transitions énergétiques, environnementales et sociales.

Forts de nos 329 régions européennes, construisons ensemble, Etat et collectivités, l’Europe des régions et l’Europe des nations. L’une ne saurait exister sans l’autre.

Jean Rottner est président LR de la région Grand Est.

Transports : l’aménagement du territoire et la voiture

Transports : l’aménagement du territoire et   la voiture 

 

 

 

Face à l’éloignement des transports, la voiture est arrivée comme une solution, alors qu’elle est aussi l’une des plus importantes sources d’émissions de gaz à effet de serre.

. Un article intéressant de France info sur la problématique de la mobilité. Avec notamment rappel historique qui explique largement que l’utilisation de la voiture est liée à une certaine conception de l’aménagement du territoire écartant notamment de plus en plus le lieu de travail et l’habitat. NDLR

 

Selon le ministère de la Transition écologique, 80,8% des kilomètres parcourus par des voyageurs en France le sont avec ce mode de transport. Pourtant, son empreinte sur le climat est considérable. « Le transport est l’activité qui contribue le plus aux émissions de gaz à effet de serre de la France. En 2019, il représentait 31% des émissions françaises », note le gouvernement dans son rapport sur l’état de l’environnement. Et parmi ces émissions, plus de la moitié (51%) est due aux déplacements en voiture.

Alors pour lutter contre le changement climatique, conséquence de ces émissions de CO2, « une nouvelle mobilité est à inventer, plus écologique et accessible à tous », assure l’Agence de la transition écologique (Ademe). Mais en pleine campagne présidentielle, le sujet semble boudé par les prétendants à l’Elysée.  »C’est compliqué, indéniablement. ‘Bonnets rouges‘, ‘gilets jaunes‘, ‘convois de la liberté‘… La mobilité est intrinsèquement liée à la liberté des individus depuis le XIXe siècle », justifie Arnaud Passalacqua, professeur à l’Ecole d’urbanisme de Paris.

La voiture serait donc devenue indispensable aux yeux des Français. Pour le comprendre, Mathieu Flonneau, historien spécialiste d’histoire urbaine, des mobilités et de l’automobilisme, propose de revenir un siècle en arrière, quand ce n’était pas la voiture qui transportait les Français, mais le train. L’Hexagone était alors maillé de lignes ferroviaires.

« L’érosion du réseau ferroviaire commence dès les années 1920 avec l’abandon progressif de nombreuses petites lignes. »

D’un réseau de train très dense, on efface peu à peu les nervures, comme le montre la carte ci-dessous. Résultat : « Des zones se retrouvent enclavées. Ça a souvent été la même problématique pour tous les services publics (maternité, postes, hôpitaux…) », remarque l’historien. Il cite les exemples du Centre, des départements du Limousin ou encore des Ardennes.

Face à cette « érosion », la voiture est apparue comme une solution. Bénéficiant déjà d’un fort réseau routier, l’automobilisme s’est démocratisé pendant les Trente Glorieuses. « La voiture a joué un grand rôle dans le quotidien, c’était un véritable progrès social, un droit à la mobilité. Si l’auto est parvenue à cette position, c’est parce qu’elle a résolu des problèmes et qu’elle était très désirée », affirme Mathieu Flonneau. En attestent ces témoignages, recueillis à Paris par l’émission « Cinq colonnes à la une » en octobre 1959. A la question « Etes-vous plus heureux depuis que vous avez une voiture ? », un conducteur répond : « Oui, parce que ça me permet de me déplacer et d’emmener mes enfants et ma femme à la campagne le dimanche. »

Près de soixante ans plus tard, on retrouve presque les mêmes témoignages dans un article de franceinfo : un père de famille vivant à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) y expliquait par exemple son « casse-tête entre désir d’écologie et réalité du quotidien » alors qu’il est contraint d’utiliser sa voiture pour se rendre sur son lieu de travail et, au passage, déposer ses deux enfants à l’école.

Ces vingt dernières années, cette préférence pour la voiture s’est en effet confirmée. Comme le montre l’infographie ci-dessous, le réseau routier a augmenté de 14,7% entre 1995 (avec 962 407 km de routes) et 2019 (1 104 093 km), selon les chiffres du ministère de la Transition écologique. Le réseau ferroviaire, lui, a diminué de 13,9% sur la même période (passant de 31 940 à 27 483 km de voies ferrées). David Zambon, directeur chargé des infrastructures au sein du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), l’explique principalement par l’étalement des villes : « L’urbanisation, la construction de lotissements, de zones d’activités, s’est accompagné par la création de routes. Car c’est bien par la route qu’on accède au pas de la porte. »

Bruno Marzloff, sociologue spécialiste des mobilités, abonde :  »Le domicile s’est éloigné du travail. Et aujourd’hui, la desserte du travail se fait largement par la voiture. Les commerces ont aussi déserté tout ce tissu rural et périurbain au bénéfice des grandes surfaces. » Il n’hésite pas à qualifier la population de « captive », malgré elle, de la voiture. Une étude sur l’année 2020 relayée par L’Express va dans le même sens : « Le taux de motorisation en France, à 86%, est en hausse sur l’année précédente. Et il s’établit même à 95% dans les zones rurales. A l’inverse, à Paris [intra-muros], 34% seulement des ménages ont une voiture. » Ce dernier chiffre s’explique notamment par l’offre foisonnante de transports en commun dont la capitale et les grandes métropoles bénéficient. Et qui s’amenuisent plus on s’en écarte.

« Le propre des dynamiques d’aménagement, c’est le temps long. Aujourd’hui, on voit encore les conséquences dans beaucoup d’endroits des choix des années 1960″, souligne toutefois David Zambon. Si nous héritons donc aujourd’hui des constructions d’il y a plusieurs décennies, les logiques ont changé depuis peu, d’après ce spécialiste. Il cite d’abord la loi  »Climat et résilience »votée en 2020, fixant notamment l’objectif d’atteindre en 2050  »l’absence de toute artificialisation nette des sols », c’est-à-dire la construction sur un sol anciennement à l’état naturel. 

 

La voiture électrique fait aussi partie des solutions envisagées. Avec des émissions de gaz à effet de serre « deux à six fois moins » élevées que sa cousine thermique, selon l’Ademe, elle a vu ses ventes grimper ces dernières années. « Le marché des véhicules électriques a été très dynamique en 2020 avec une augmentation des ventes de 259% par rapport à 2019″, rapporte l’Agence de la transition écologique.

Le directeur adjoint du Cerema évoque également les autres usages de plus en plus développés sur les routes : « On parle de voiture, mais les bus, les vélos et les tramways y passent aussi ! » Ces transports plus propres ont vu leur nombre de voyageurs-kilomètre, l’unité de mesure qui étudie le transport d’un voyageur sur un kilomètre, croître de 24% entre 2002 (48,8 milliards de kilomètres) et 2019 (60,7 milliards), toujours selon le ministère de la Transition écologique. Les véloroutes et voies vertes sont quant à elle passées de 6 900 km en 2011 à 17 515 km en 2019.

Pour le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou, la réponse passe aussi par le train.  »Sans un report modal fort de la route vers le train, l’objectif de l’accord de Paris sera inatteignable », a-t-il plaidé le 10 février auprès de la Fondation Jean-Jaurès, militant pour « doubler la place du train pour une vraie transition climatique ».

Autant de transformations qui vont dans le bon sens, d’après David Zambon. « La loi d’orientation des mobilités [en vigueur depuis décembre 2019] a inscrit ces orientations dans les politiques publiques. En France, cela faisait plus de trente ans qu’on n’avait pas eu de loi sur les enjeux transports et mobilité », depuis la Loi d’orientation des transports intérieurs en 1982, se réjouit-il.

Mais tous ces spécialistes invitent à ce que la réflexion aille plus loin. Il faut « changer de modèle d’aménagement du territoire » et mettre en marche un « retour des services de proximité » pour Bruno Marzloff. Camionnettes de boulangers, unités de soins ambulants, retour des commerces de ville… « L’enjeu est d’irriguer le territoire pour rendre les services prioritaires accessibles », défend-il. Le spécialiste des mobilités et des politiques urbaines Arnaud Passalacqua milite aussi pour un changement de mode de pensée.

« On se focalise peu sur les imaginaires liés à la voiture : vitesse, immédiateté, liberté… Face aux limites du monde que nous atteignons, mais que nous n’acceptons pas, cela reste tabou. »

Tous ces travaux et ces réflexions en cours suffiront-ils à infléchir la tendance et réduire de 2% le trafic de voitures particulières entre 2015 et 2050, comme le réclame la Stratégie nationale bas carbone ? « Le mouvement de fond est là. Je ne sais pas si on est à la hauteur des enjeux, mais on y travaille », conclut le directeur du Cerema chargé des infrastructures.

Aménagement du territoire– La cohésion territoriale passe par l’économie

Aménagement du territoire– La cohésion territoriale passe par l’économie

 

 

Associé du cabinet de conseil PwC Strategy&, et ancien délégué aux Territoires d’industrie/2019-2020, ancien délégué aux Territoires d’industrie, le consultant Olivier Lluansi souligne, dans une tribune au « Monde », l’importance des dynamiques locales, au-delà des choix sectoriels de l’Etat central

 

Tribune

 

Entre 2009 et 2015, quand le pays détruisait massivement de l’emploi industriel, une cinquantaine de zones d’emplois ont continué à créer de l’emploi industriel. Il n’y a donc pas de fatalité. L’effet local – les caractéristiques et les dynamiques propres à un territoire donné – a été longtemps sous-estimé par nos politiques industrielles.

Il représente pourtant 38 % de la dynamique de l’emploi industriel d’un territoire, contre 52 % pour les conditions macroéconomiques (sur lesquelles, dans un contexte de mondialisation, les marges de manœuvre des gouvernants sont limitées), et seulement 10 % pour l’effet de spécialisation sectorielle (Denis Carré, Philippe Frocrain et Nadine Levratto, L’Etonnante Disparité des territoires industriels. Comprendre la performance et le déclin, Fabrique de l’industrie, 2019).


L’impératif de réindustrialisation, renforcé par la crise sanitaire, est une occasion unique de raccrocher nos territoires, ruraux et villes moyennes, au récit économique national. Il en va de notre cohésion nationale. 75 % des emplois industriels français sont situés en dehors des métropoles ; 71 % des projets d’investissements industriels étrangers se réalisent dans des communes de moins de 20 000 habitants.

Plusieurs défis à relever

La mise en place du programme Territoires d’industrie est une première réponse. Il a permis la sélection de 146 territoires fin 2018. En trois ans, ces territoires animés par un binôme élu local-industriel ont porté plus de 3 200 projets industriels. C’est le fruit d’un partenariat inédit entre les industriels, l’Etat, les régions, les intercommunalités et les opérateurs publics.

Pendant quarante ans, ces territoires ont été écartés des politiques publiques de développement économique, comme si seuls comptaient les métropoles et leurs services à valeur ajoutée. Ils ont démontré que leur dynamique et leur envie d’industrie dans notre pays étaient toujours là.


Évidemment, plusieurs défis restent encore à relever : le foncier productif, dont la rareté va être croissante dans les prochaines années et sans lequel les projets de relocalisation et de réindustrialisation ne pourront se réaliser ; la disponibilité des compétences, qui constitue un nœud criant du développement de notre outil productif depuis des années ; et enfin l’acceptabilité sociale de l’industrie : nombre de projets industriels sont bloqués par des contentieux.

Refaire cohésion par l’économie

Ce dernier point doit guider la réflexion collective. Le succès de la réindustrialisation reposera sur un constat simple : une industrie puissante est un élément essentiel pour répondre à certains grands défis de ce siècle (environnement, souveraineté, cohésion).

Pas de transition écologique sans révolution de l’aménagement du territoire

Pas de transition écologique sans révolution de l’aménagement du territoire

 

 

Selon les deux économistes Marie Defay et Edouard Dequeker et l’expert en prospective Julien Villalongue, il n’y a pas de transition écologique sans une révolution dans l’aménagement des territoires, observent-ils, dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune.

 

La transition écologique est, de loin, le plus grand défi posé à notre génération, et les collectivités territoriales sont en première ligne dans cette lutte. L’urgence à agir est grande, et les mandatures qui se sont ouvertes lors des dernières élections municipales et régionales seront décisives. La sensibilité à ces enjeux environnementaux continue incontestablement à se développer au sein du monde politique et de la société dans son ensemble.

Et pourtant, la nécessaire transformation des territoires est balbutiante. Si l’on voit se multiplier des pistes cyclables, des initiatives souvent réussies de végétalisation ou de piétonnisation, l’échelle et le rythme du changement sont très loin d’être suffisants. Alors, que se passe-t-il ? Manquons-nous, comme on pourrait le croire, de solutions techniques pour apporter des réponses concrètes aux enjeux des villes et territoires ? La question est-elle uniquement financière ?

En réalité, pas du tout. Une étude conduite par la chaire d’économie urbaine de l’Essec, en partenariat avec Leonard, montre que les vrais blocages sont en fait plus profonds. Essentiellement organisationnels et socio-culturels, ils se situent au cœur même de l’organisation territoriale française et dans la persistance de pratiques trop rigides en matière d’aménagement. Notre étude montre que, sans une mutation vigoureuse dans ces pratiques, aucune transition écologique ne pourra véritablement s’opérer.

Nous le voyons quotidiennement : les territoires font face à des enjeux d’une complexité et d’une diversité exceptionnelles, de l’impact carbone à la biodiversité, en passant par la gestion des ressources naturelles, l’équité socio-spatiale, la qualité du cadre de vie, ou encore la gestion des événements météo extrêmes…

Or, ce que l’on constate, c’est que, reposant sur des ingénieries parfois importantes mais trop peu agiles et travaillant trop souvent « en silos », les services techniques des collectivités ne sont la plupart du temps pas en mesure de piloter de véritables programmes de transition écologique.

Aménagement des territoires : la folie de la métropolisation

 Aménagement des  territoires : la folie de la métropolisation

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

 

Aménagement du territoire et zones « vides »

Aménagement du territoire et  zones « vides » 

 

 

 

Un article intéressant sur l’aménagement du territoire de Mériadec Raffray  dans l’Opinion qui compare les zones pleines ( dynamiques) aux zones vides ( sans développement économique, sans équipement et services collectifs, condamnées au déclin économique, social et démographique

En économie, le pire n’est jamais certain, rappelait fin août Geoffroy Roux de Bézieux lors de « La Rencontre des entrepreneurs de France (« La Ref) ». Annoncée difficile, la rentrée s’effectuait finalement sous de meilleurs auspices. Le moteur français tourne « à 99% de ses capacités de 2019 », confirmait Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, en annonçant la fin progressive des mesures d’urgence. Ce n’est pas une raison pour tomber dans l’euphorie, conseillait cependant le patron des patrons français. Pragmatique, le président du Medef sillonne l’hexagone et a sans doute lu la mise en garde formulée en mars par le rapport intitulé « Rééquilibrer le développement de nos territoires » de l’institut Montaigne : « La crise économique et sociale actuelle pénalise davantage les territoires épars, qui souffrent pourtant déjà de fragilités structurelles face aux grandes métropoles du territoire ». En ne répondant « pas pleinement à ces enjeux de territorialisation de la relance », le plan de relance dévoilé le 3 septembre 2020 « emporte le risque d’une aggravation des écarts, au profit des métropoles ».

D’orientation libérale, proche du patronat et de la macronie, le think tank souscrit en partie aux constats des récents travaux de chercheurs sur la fracture territoriale. Le problème, explique-t-il, est que la France est « le pays le plus polarisé de l’OCDE ». Dans ce club des pays développés, les aires métropolitaines représentent, en moyenne et sur une longue période, 51% de la croissance du PIB par habitant. Par comparaison, en France, les quinze plus grandes métropoles génèrent 81% de la croissance du pays. Partout ailleurs, dans ce « reste » totalisant 98% de la superficie et 70% de la population, que ce rapport nomme les « territoires épars », la croissance et le niveau de vie économique « stagnent, voire déclinent ».

Cette France-là avait déjà souffert de la dernière crise financière. Entre 2008 et 2015, le nombre des emplois y a stagné alors qu’il augmentait de 3,4% dans les métropoles. À peine avait-elle pansé ses plaies, voilà que surgit la crise sanitaire. L’agriculture, qui s’y déploie quasi-exclusivement, a été peu impactée par le confinement dur du printemps 2020. Mais cela ne suffira pas à préserver un tissu économique. Le choc a été très rude pour son commerce de proximité et ses filières très exposées, comme le tourisme, le loisir ou l’aéronautique ; les territoires très spécialisés étant particulièrement affectés.

De surcroît, ces territoires épars présentent une fragilité structurelle. Ils hébergent la plupart des petites et moyennes entreprises du pays. Or, les TPE et PME encaissent moins bien les secousses systémiques que les plus grosses sociétés ; « la diversification des activités, la trésorerie disponible et la capacité à solliciter des dispositifs publics de soutien sont autant d’atouts qui permettent de résister », rappelle l’Institut Montaigne, chiffres à l’appui. En mars 2020, 19% des entreprises ont stoppé leur activité. Ce taux a grimpé à 29% pour celles employant de 20 à 49 salariés et à 39% pour la tranche des 10 à 19 salariés. En avril, les pourcentages ont diminué, mais les écarts demeuraient.

Facteur aggravant, lorsque surgissent les difficultés dans un groupe, les gestionnaires des centres de décisions ont tendance à sacrifier en priorité les filiales et les sous-traitants « excentrés ». Depuis leurs tours de contrôle le plus souvent implantées au cœur des grands aires urbaines, ils ne verront, ni ne vivront en direct les conséquences de leurs choix, souligne le rapport. C’était vrai pour les délocalisations, qui se concrétisent par des transferts ou des fermetures de sites. Cela se vérifie pour les restructurations et leurs lots de plans sociaux (en janvier 2021, 763 avaient été initiés depuis le début de la crise, soit 353 de plus en un an).

A la reprise, la mécanique économique désavantage à nouveau les zones « vides » par rapport aux aires « pleines ». Naturellement, les jeunes pousses ou les opérations de croissance fleurissent surtout à proximité des grandes infrastructures, des bassins de main d’œuvre et de services. Cette tendance est amplifiée par les failles des « territoires épars » dont la population est plus âgée et réputée moins mobile que celle des métropoles. Entre l’ex-région Limousin, dont un quart des habitants a plus de 65 ans – le record national -, et l’Ile-de-France, la plus jeune avec seulement 14,6% de 65 ans et plus, l’écart est de 11 points.

Ces territoires sont moins bien équipés, les alternatives à la voiture y sont moins nombreuses, les écosystèmes d’entreprises et d’investisseurs (banques et fond régionaux) atrophiés, les pôles universitaires et de formation continue rares, la pénétration des réseaux à très haut débit lente, égrène le rapport, à la lumière des comparaisons avec la Bavière allemande et la Lombardie italienne, « deux exemples d’intégration réussie des villes moyennes et des territoires épars dans le tissu économique ».

Bien sûr, les cas de Beauvais, 60 000 habitants, et Compiègne, 40 000 habitants, qui subissent l’influence directe de Paris, ne peuvent être comparés à celui d’Aubenas, le plus grand pôle urbain de l’Ardèche (57 000 habitants), siège d’une quinzaine de grandes entreprises. En revanche, toutes ces villes moyennes partagent un même sentiment d’abandon au regard de la politique de rationalisation uniforme des services publics dont le point d’orgue fut la création des grandes régions en 2015. Le regroupement de l’offre de soins dans les métropoles avait cristallisé la colère des perdants, qui espèrent que la crise sanitaire aura enterré cette stratégie. Moins médiatisée est l’évolution de la carte des trésoreries publiques. Entre 2013 et 2020, 535 d’entre elles ont été fermées sur les 4 000 existantes. Et c’est sans compter les suppressions en cours. Cet abandon de la France des interstices justifié par les progrès de la téléadministration pèse lourd dans les territoires qui survivent grâce à la dépense publique et donc aux déficits.

Maison individuelle et aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

Maison individuelle et aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. En outre des les habitants concentrés dans des buildings de plus en plus nombreux, de plus en plus hauts , de plus en plus serrés puisque la ministre du logement vient de condamner le concept de maison individuelle. Ou la résurgence d’un modèle d’urbanisme totalitaire à la mode chinoise.

 

Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

Aménagement du territoire et Internet : La 5G fixe à la place de la fibre

Aménagement du territoire et Internet : La 5G fixe à la place de la fibre

 

il se pourrait bien que la 5G fixe sois une solution transitoire voire définitive à la place de la fibre dans certains territoires. La fibre atteint de manière privilégiée les zones agglomérées. Pour l’habitat plus diffus, la connexion prendra du retard. En attendant la 5G fixe pourrait être utilisé de manière temporaire voire définitive pour l’Internet. La 5G fixe, qui permet un accès Internet à très haut débit grâce à une box connectée au réseau mobile, concrétisera le premier vrai cas d’usage de la nouvelle génération de communication, estime une étude du cabinet BearingPoint. Cette technologie constitue une solution de qualité dans les territoires où la fibre ne sera pas – ou pas tout de suite – déployée. Notons d’ailleurs que le gouvernement lui-même avait averti que certaines zones pourraient n’être pas desservies par la fibre et que l’accès à l’Internet de Treo débit pourrait être assuré selon les cas par la fibre, la 5G ou le satellite.

C’est ce que souligne le cabinet de conseil BearingPoint dans une étude récente, à laquelle La Tribune a eu accès. Son intitulé : « Accès sans fil : la 5G va bouleverser le paradigme Internet fixe/mobile. » Selon les auteurs, cette 5G fixe pourrait avoir le vent en poupe ces prochaines années. Dans leurs travaux, les auteurs jugent que celle-ci sera « le premier usage réel et avéré de la 5G ». Celui-ci « va permettre le marché du haut débit fixe au niveau mondial, et de réduire la fracture numérique », ajoutent-ils.

« En termes techniques, la 5G fixe peut proposer des débits plus importants que l’ADSL et le VDSL [un ADSL boosté, Ndlr], voire même la fibre (au-delà de 80 Mbits) », note BearingPoint.

D’ici deux ans, cette technologie pourrait représenter 8% des connexions Internet fixe à haut débit. Enfin et surtout, les pays émergents ne seront pas les seuls intéressés : « 44% des connexions 5G fixe seront situées dans les pays développés, contre 52% dans les pays émergents. » 

Covid: La Chine refuse l’enquête de l’OMS sur son territoire

Lors de la première enquête, l’OMS avait été très critiquée pour sa complaisance vis-à-vis de la Chine. L »organisation internationale s’était en effet contenté des déplacements autorisés par la Chine et des informations très parcellaires fournies. Devant les protestations, une seconde enquête est donc envisagée.

De fait, le premier rapport de l’OMS (le « rapport conjoint Chine-OMS ») contentait les autorités chinoises. Car malgré les entraves qu’ils avaient subi, les enquêteurs de l’OMS avait accepté de rendre un rapport dans lequel ils ne formulaient certes pas de conclusions définitives mais avançaient néanmoins des hypothèses qu’ils estimaient pouvoir classer dans des catégories telles que « probable » et « improbable »:  dans ce rapport les experts de l’OMS estimaient« extrêmement improbable » que le virus provienne d’un laboratoire (notamment le fameux laboratoire P4 de Wuhan). Une version qui avait satisfait la Chine qui refuse maintenant une seconde enquête.

Aménagement du territoire–Zones peu denses : la fibre, c’est pas pour demain

Aménagement du territoire–Zones peu denses : la fibre, c’est pas pour demain

Comme c’était prévisible, , les difficultés commencent avec l’installation de la fibre dans la zone « moyennement dense », qui concerne environ 3.500 communes et 40% de la population française;  il s’agit en effet d’  apporter la fibre à de nombreuses habitations et entreprises, parmi les plus isolées ou difficiles d’accès.  Comme c’était prévisible les grands opérateurs se sont concentrés dans les zones très agglomérées et ne sont guère disposés à satisfaire les équipements des zones peu denses.

Pourtant Orange par exemple a pris des engagements au titre de l’article L33-13 du code des postes et communications électroniques. L’opérateur s’est engagé à rendre raccordable 92% de la zone moyennement dense en 2020, puis 100% à la fin 2022. Si Orange sort des clous, il risque une amende pouvant s’élever jusqu’à 3% de son chiffre d’affaires ! Or le premier objectif n’a pas été atteint. L’an dernier, le régulateur l’a férocement reproché à l’opérateur. Selon lui, Orange, qui justifiait ce retard par la crise sanitaire, n’en avait malgré tout pas fait assez. Une solution consisterait à équiper sur demande des usagers cette fibre dans un délai maximal de six mois ; seul problème : il n’y a pas d’offre des les opérateurs.

Tout cela pourrait bien se terminer avec des raccordements individuels sur demande mais à des conditions financières insupportables pour les utilisateurs. Une hypothèse prévue dès le départ car aucun opérateur n’est intéressé par les desserts des zones à faible densité humaine. Témoin l’État lamentable du réseau de cuivre du téléphone fixe dans nombre de régions.

Économie et aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

Économie et aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

 

Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

 

 

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

 

Aménagement du territoire : des inégalités de plus en plus criantes

Aménagement du territoire : des inégalités de plus en plus criantes

 

Ce que confirme une étude de l’IFOP réalisée pour le Medef, que dévoile La Tribune en exclusivité;  80% des Français continuent de penser que plusieurs pays cohabitent sur un seul et même territoire national.

 

Le Medef relève que quinze métropoles concentrent 81% de la croissance économique alors qu’elles ne représentent que 30% de la population française. Les 70% restants vivent dans des « territoires épars » où le niveau de niveau stagne voire décline.

Des réalités et des ressentis qui se retrouvent dans l’étude commandée à l’IFOP (dont le directeur « opinion et stratégies d’entreprise » n’est autre Jérôme Fourquet) que La Tribune dévoile en exclusivité. Il ressort en effet de cette enquête réalisée auprès de 1.515 personnes, que 8 Français sur 10 estiment que la France est un pays qui recouvre des inégalités au sein de ses territoires. Une enquête révélée ce mercredi 5 mai dans le cadre de la REF (Rencontre des entrepreneurs de France) thématique consacrée aux territoires.

 

Évidemment les visions du é aménagements du territoire diffèrent . Selon 25% des habitants de l’agglomération parisienne par exemple jugent la France comme un pays territorialement équilibré, contre 20% au niveau national. De la même manière, « seulement » 57% des Franciliens estiment que ces inégalités se sont aggravées au cours de la dernière décennie, contre 64% personnes habitant la province. Ceci s’explique sans doute par le fait que selon des données de l’Insee de juin 2020, la région-capitale concentre 31% du PIB, 23% des emplois nationaux – et même 34% des cadres – alors qu’elle ne représente que 2% du territoire national.

En tout cas, moins de la majorité – 42% – des sondés considèrent qu’il est facile de trouver un emploi dans sa commune ou les communes environnantes. D’ailleurs, 34% et 20% d’entre eux citent en tête de leurs priorités la création d’emplois et l’implantation d’entreprises pour améliorer l’attractivité de l’endroit dans lequel ils vivent. Dans ces deux domaines, l’attente se révèle beaucoup plus forte dans les petites communes que dans les grandes villes : 36% versus 29%, et 23% contre 13%.

Économie et territoire : une dizaine de métropoles et la désertification ailleurs

Économie et  territoire : une dizaine de métropoles et la désertification ailleurs

 

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnemental et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  Un exemple dans la région Pays de Loire globalement relativement dynamique . En réalité le développement est surtout concentré autour de Nantes, la ville d’Angers par exemple enregistre plutôt un tassement économique ,  la ville de Saumur recule et voit sa démographie s’écrouler ( une des rares villes où la population diminue). Au-delà dans le nord est de la région, c’est le grand désert, là où on propose d’épandre les boues urbaines des grandes villes ou d’implanter encore les inutiles éoliennes. Le  coût du foncier déjà très bas s’écroule. Par exemple on trouve un pavillon typeF4 avec jardin pour 60 000 € ( à Nantes compter quatre à 10 fois plus ). ! Mais  la mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

Économie et territoire : une dizaine de métropoles et la désertification ailleurs

 

Économie et  territoire : une dizaine de métropoles et la désertification ailleurs

 

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnemental et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  Un exemple dans la région Pays de Loire globalement relativement dynamique . En réalité le développement est surtout concentré autour de Nantes, la ville d’Angers par exemple enregistre plutôt un tassement économique ,  la ville de Saumur recule et voit sa démographie s’écrouler ( une des rares villes où la population diminue). Au-delà dans le nord est de la région, c’est le grand désert, là où on propose d’épandre les boues urbaines des grandes villes ou d’implanter encore les inutiles éoliennes. Le  coût du foncier déjà très bas s’écroule. Par exemple on trouve un pavillon typeF4 avec jardin pour 60 000 € ( à Nantes compter quatre à 10 fois plus ). ! Mais  la mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol