Archive pour le Tag 'télévision'

Télévision: L’information de CNews mise en cause par le Conseil d’État

Télévision: L’information de CNews mise en cause par le Conseil d’État

La chaîne contrôlée par Bolloré se comporte le plus souvent comme une chaîne politique d’extrême droite. La plupart des intervenants réguliers sont d’ailleurs très marqués politiquement. On objectera peut-être que France Télévisions au contraire penche à gauche mais plus discrètement. C’est surtout l’excès qui est reproché à la chaîne Cnews mais aussi la médiocrité avec assez souvent des propos proches de télé bistrot après trois ou quatre tournées d’apéritif. Surtout des intervenants qui ne sont pas à la hauteur et qui déraillent par incompétence autant que par conviction partisane. L’exemple de Pascal Praud, étant sans doute le plus caricatural. En permanence il invective, interrompt, prend parti et ridiculise ceux qui le contestent. Il gère l’information politique et sociétale comme on commente un match de football, la mauvaise foi en plus et avec un manque évident de culture générale et de déontologie journalistique.

Un ordre du Conseil d’État. L’Arcom a été sommée, mardi, de renforcer son contrôle de CNews, rapporte franceinfo. Après avoir reçu un recours de l’ONG Reporters sans frontières, qui juge que la chaîne d’information « est devenue un média d’opinion », la plus haute juridiction administrative en France demande au régulateur, dans un communiqué, de s’assurer « dans un délai de six mois », que CNews respecte bien ses obligations « en matière de pluralisme et d’indépendance de l’information ».

Dans sa décision, le Conseil d’État explique que le régulateur ne devra plus seulement décompter le temps de parole des personnalités politiques invitées sur la chaîne. Désormais, l’Arcom devra faire preuve de vigilance et opérer un contrôle « à l’échelle de l’ensemble des conditions de fonctionnement » de CNews, et « des caractéristiques de sa programmation ».

Pour le pluralisme à la télévision

Pour le pluralisme à la télévision

Dans une tribune au « Monde », l’économiste spécialiste des médias Julia Cagé
salue la décision du Conseil d’Etat contraignant l’Arcom à mettre en place un contrôle plus strict du pluralisme de l’information sur toutes les chaînes, notamment CNews. Et propose quelques pistes pour relever ce défi démocratique.

Le 13 février, le Conseil d’Etat a rendu une décision qui fera date dans l’histoire du pluralisme des médias en France. Saisi par Reporters sans frontières, à la suite d’un refus de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) d’agir contre les manquements de CNews en matière de pluralisme de l’information, le Conseil d’Etat a jugé que, pour apprécier le respect par une chaîne de télévision du pluralisme de l’information, le régulateur devait prendre en compte la diversité des courants de pensée et d’opinions représentés par « l’ensemble » des participants aux programmes diffusés – c’est-à-dire par tous les chroniqueurs, animateurs et invités –, et pas uniquement le temps d’intervention des personnalités politiques.

C’est un changement majeur par rapport aux pratiques actuelles de l’Arcom. Et ce changement est essentiel, car il va – enfin – permettre d’assurer en France le respect du pluralisme politique par les chaînes de télévision.

Rappelons pour commencer que le pluralisme des médias a aujourd’hui un rang d’objectif à valeur constitutionnelle. A la télévision, il s’agit d’assurer que les citoyens soient correctement informés et puissent faire des choix démocratiques pleinement éclairés. Ce qui suppose une juste représentation des différents courants d’expression socioculturels (ce que l’on appelle le « pluralisme interne ») ; malgré tous les progrès technologiques et la multiplication des supports, nombreux sont encore, en effet, les téléspectateurs qui ne regardent qu’une seule chaîne pour s’informer.

Or comment ce pluralisme était-il mesuré jusqu’à présent ? En ne prenant en compte que les temps d’intervention des personnalités politiques, c’est-à-dire pour l’essentiel des élus et des candidats à des élections. Ce qui, très concrètement, impliquait par exemple que, jusqu’en septembre 2021, le temps de parole d’un Eric Zemmour n’était pas comptabilisé. Ce qui a pu également conduire Roch-Olivier Maistre, président de l’Arcom, à dire tout à la fois lors d’une conférence il y a un an que CNews respecte « strictement le pluralisme politique » et « se rapproche d’une chaîne d’opinion ».

Comment peut-on respecter – qui plus est « strictement » – le pluralisme politique et être une chaîne d’opinion ? De toute évidence, le thermomètre était depuis longtemps cassé, et l’Arcom se refusait à le réparer. Il suffisait pourtant de regarder la réalité de ce que CNews diffusait. Comme nous l’avons montré dans nos travaux de recherche avec Camille Urvoy, Nicolas Hervé et Moritz Hengel, la reprise en main du groupe Canal+ par Vincent Bolloré a en effet conduit, d’une part, sur CNews (pourtant supposément chaîne d’information), à la hausse du temps d’antenne consacré aux talk-shows, au détriment des programmes d’information, et, d’autre part, à une augmentation du nombre d’invités prétendument « non politiques » – c’est-à-dire dont la parole n’était pas décomptée – et qui tenaient pourtant ouvertement des propos au service de la croisade idéologique de Vincent Bolloré. Avec, en particulier, une hausse sans précédent du temps de parole des invités à la droite de la droite. Une pratique parfaitement assumée qui permettait ainsi à la chaîne de devenir d’opinion tout en s’en tenant – du point de vue de l’Arcom – à son cahier des charges …

L’avenir de la télévision classique menacé

L’avenir de la télévision classique menacé

Le modèle économique de la télé classique est menacé depuis longtemps mais maintenant il pourrait même être marginalisé par les autres moyens notamment transitant sur Internet. Ainsi les ressources de publicité qui financent les télés privées et une partie des télés publiques sont fléchées aujourd’hui majoritairement vers Internet.

Causes et conséquences : la baisse de fréquentation des chaînes de télévision au bénéfice du Net. Difficile de distinguer les conséquences des causes qui en quelque sorte interagissent. D’une manière générale, l’économie des chaînes classiques contraint à des baisses de qualité qui elle-même génère moins de fréquentation et moins de recettes de publicité. Une sorte de système très pervers qui fait privilégier les longues séquences de bavardage d’experts plus ou moins qualifiés mais qui ont l’avantage de ne pas coûter très cher ( politique en recherche de popularité, militaire en retraite, expert proclamé, représentant d’organisations plus ou moins fantôme, ancienne gloire etc.). Et pendant des heures on rabâche les mêmes informations et sur les chaînes généralistes, on répète assez bêtement les dépêches des agences de presse et les communiqués officiels des institutions et des grandes organisations. Dans tous les domaines, les tables rondes sur tous les sujets ou presque remplacent le travail d’investigation. Et les séries américaines rabâchées comblent les vides.

Bref le vrai travail d’investigation et d’analyse est sacrifiée car il demande talent, tant est moyen.

Les télévisions classiques en général sont devenues un peu comme les McDo. C’est de l’info courante pas chère est finalement assez indigeste en tout cas sans véritablement de qualité.

Même les jeux sont bâtis sur le même modèle, les télés réalité et les interviews aussi. Les téléspectateurs un peu exigeant veulent évidemment des informations un peu plus pertinente, un peu plus pointues.

On vit une sorte de révolution indique Roch-Olivier Maistre, le président de l’Arcom, lors de son audition par la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale.

En premier lieu, la sacro-sainte durée d’écoute de la télévision (DEI) est « en diminution structurelle », a-t-il rappelé. Celle-ci reste « encore très élevée » dans l’Hexagone (environ 3 heures 30 par jour), mais a dégringolé de près de 20% depuis 2020. En parallèle, ceux qui regardent la télévision sont de plus en plus vieux. L’âge moyen du téléspectateur est désormais de 57 ans. « Il a augmenté de 10 ans en 10 ans ! », résume Roch-Olivier Maistre. Les jeunes désertent progressivement les chaînes traditionnelles au profit des services de vidéo à la demande (Amazon, Disney ou Netflix) comme des réseaux sociaux (Tiktok, Snapchat et Instagram).

L’essor des grandes plateformes vient bousculer les chaînes. « Elles constituent pour nos groupes nationaux une concurrence croissante sur l’acquisition, les coûts et la diffusion de programmes inédits, en audiovisuel comme en cinéma, et sur l’accès aux talents », poursuit le président de l’Arcom. Surtout, elles se taillent une part gigantesque du marché de la publicité, qui est le carburant des chaînes privées classiques.

« Les acteurs numériques absorbent à eux-seuls plus de la moitié des ressources publicitaires consacrées au médias, détaille Roch-Olivier Maistre. En 2022, nos médias traditionnels tiraient seulement 12% de leurs recettes publicitaires totales de leurs offres numériques. La même année, 66% des recettes de la publicité numérique en France était captée par trois acteurs extra-européens : Google, Meta et Amazon. »

. La distribution directe via Internet (OTT) vient bousculer le modèle historique de la box. » La télévision se mue « en véritable magasin d’applications, à l’image de nos smartphones », renchérit le président de l’Arcom. Elle est, en résumé, de moins en moins la chasse gardée des chaînes.

Télévision : un outil bientôt obsolète ?

Télévision : un outil bientôt obsolète ?

Avec l’évolution des mentalités et la multiplication des outils numériques permettant l’accès à l’information et aus divertissements, la télévision prend un sérieux coup de vieux. Toutes les catégories d’âge regardent de moins en moins le petit écran. En cause, l’uniformité des programmes aussi bien concernant l’information que les programmes de distraction.

Pour l’information, on se contente de reprendre 5à 10 gros titres des grandes agences de presse. Parfois avec un radio trottoir portant sur trois interviewés. Et toujours ensuite une discussion en plateau- qui ne coûte pas cher–de supposés experts.

Pour les jeux télévisés c’est à peu près la même recette : quelques candidats, des questions dimensionnées en fonction du niveau culturel des téléspectateurs et le suspense pour savoir qui sera le gagnant du jour.

On n’y ajoute évidemment les films rediffusés 25 fois, le plus souvent des navets. Et parfois miracle, un reportage ou enquête de terrain intéressant. Bref, le rapport temp_ enrichissement est trop faible par rapport aux autres nouveaux médias mêmes s’il faut convenir que la fréquentation de ce qu’on appelle les réseaux sociaux ne contribue pas forcément à l’élévation culturelle générale.

Même les plus de 50 ans ont réduit de 15 minutes leur temps TV entre 2021 et 2022. Cette cible demeure toutefois une exception culturelle télévisuelle. Elle est en effet la seule à voir sa consommation progresser de 20 minutes en une décennie, à 5 h 23.

Face à cette bascule des usages télévisuels, «les groupes audiovisuels ne restent pas inactifs et accélèrent tous dans le streaming, chacun avec leurs spécificités éditoriales», poursuit-il. Il s’agit de faire pivoter le modèle en se «plateformisant». «Aujourd’hui, pour les chaînes de télévision, la partie se joue aussi bien en linéaire qu’à partir de leur plateforme. Le problème, c’est que la mesure d’audience actuelle de Médiamétrie n’étant pas encore unifiée, il est difficile d’avoir une vision complète de la puissance de chaque groupe, en particulier sur le digital», constate Philippe Bailly, le président de NPA Conseil.

Dans son bilan annuel des audiences, M6 met ainsi l’accent sur «6play, dont la couverture ne cesse de progresser, avec 45 millions de personnes passées sur la plateforme en 2022». Du côté de TF1, on revendique «26 millions de catch-uppers mensuels, 1 milliard d’heures de visionnage et 2 milliards de vidéos vues en 2022 sur MYTF1». Le service public, lui, assure que «49 millions de Français font le choix de France Télévisions, sur ses chaînes et ses plateformes à la demande». Les diffuseurs ne se privent pas de communiquer sur leurs audiences digitales. Mais en ordre encore très dispersé.

Nouvelle baisse de fréquentation de la télévision

Nouvelle baisse de fréquentation de la télévision

 

 

En avril, le temps passé devant le petit écran a sévèrement décroché. Il s’est élevé à 3h27 en moyenne par jour, selon les chiffres de Médiamétrie. Soit 32 minutes de moins qu’il y a un an et 13 minutes de moins qu’en avril 2019, avant la pandémie. Simple trou d’air passager? Pas tout à fait. En mars, la baisse a atteint 22 minutes sur un an et 10 minutes en comparaison avec 2019.

À la rentrée, les audiences avaient eu un coup de mou encore plus sérieux. Au mois d’octobre, les téléspectateurs passaient en moyenne 3h22 devant leur poste. Soit 34 minutes de moins qu’à la même période en 2020.

Observons cependant que le relatifs hau niveau d’audience de la télévision est surtout assuré par la fidélité des téléspectateurs les plus anciens.

Sécurité routière : des incivilités qui augmentent

Sécurité routière : des incivilités qui augmentent

 

Des comportements de plus en plus dangereux et violent indique une enquête menée par l’association Prévention Routière et l’assureur Wakam. Des scènes vont être jouées par des acteurs de théatre de rue à Paris, Lyon, Marseille et Bordeaux pour sensibiliser le public.

Plus de 80% des Français ont déjà vécu une situation désagréable lors d’un trajet et 57% reconnaissent avoir peur de faire face à de telles situations sur la route ou dans la rue, d’après une étude OpinionWay* pour l’association Prévention Routière et l’assureur Wakam.

Parmi les incivilités les plus fréquentes « 45% des Français citent principalement des comportements intentionnellement dangereux (queue de poisson, refus de priorité, non-respect des distances de sécurité…) puis des gestes d’impatience manifestes (34%) ou encore des gestes obscènes (29%) et des insultes (20%). Pire, 6% d’entre eux déclarent avoir été incités à se battre et 10% des femmes déclarent avoir été victimes de propos misogynes ou sexistes », note le communiqué relayant cette enquête.

 

 

 

Afghanistan : des talibans armés à la télévision !

Afghanistan : des talibans armés à la télévision !

 

D’après une info du Figaro, un présentateur est apparu ce week-end à la télévision afghane entouré d’hommes armés, encourageant les téléspectateurs à «coopérer» avec les talibans. Quelques jours plus tôt, une femme journaliste déclarait être interdite d’accès à la chaîne publique.

Ces deux actes contrastent étrangement avec les annonces officielles des talibans, qui promettaient, dès leur prise de pouvoir, de respecter les droits des femmes, y compris l’accès à toutes les professions.

 

Le manque de diversité à la télévision d’après le CSA

Le manque de diversité à la télévision d’après le CSA

Une analyse du conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) confirme les raisons d’une certaine désaffection des médias classiques. Globalement ce qu’on constate, c’est la présence dans les programmes d’une vingtaine de chaînes étudiées des catégories aisées et qui véhiculent à peu près tous la même culture et le même mode de vie. Les autres catégories notamment les plus défavorisés sont très mal traitées et apparaissent peu sur le petit écran donnant ainsi une image relativement déformée de la société et de ce qu’elle pense Comme chaque année depuis 2009, le CSA a décortiqué les programmes (tous genres confondus) d’une vingtaine de chaînes (celles de la TNT gratuite et Canal+) durant deux semaines. Et sur les 1 450 heures étudiées, il s’est intéressé aux 37 100 personnes qui apparaissaient à l’écran. Franceinfo vous résume ses conclusions. Parmi les principales conclusions, le CSA note un « effort » des chaînes en ce qui concerne la représentation de la diversité des origines. La part des personnes « perçues comme non blanches » a ainsi progressé à 17%, contre 16% en 2016 et 14% en 2012.Mais cette progression est tirée par la fiction, une catégorie de programmes où le taux de personnes « non blanches » grimpe à 20%. Et cet effet est lié aux séries et films américains : le taux tombe à 14% dans les fictions françaises, et même à 10% si on exclut la chaîne ultramarine France Ô. En outre, dans les émissions de télévision, ces personnes sont surreprésentées dès qu’il est question d’activités  »marginales » ou illégales (43%) ou de personnes précaires (42%), observe le CSA.

Télévision publique : les Français pour une redevance universelle

Télévision publique : les Français  pour une redevance universelle

 

La télé publique et d’une façon plus générale l’audiovisuel public semblent faire particulièrement satisfaire l’auditoire âgé.  Selon une étude Ifop pour le JDD  59% s’en disent satisfaits, quand 41% la critiquent. Dans le détail, ce sont les 25-35 ans qui sont les plus critiques (47% seulement en sont satisfaits), alors que les plus de 65 ans plébiscitent ces programmes (à hauteur de 72%). Aujourd’hui, l’audiovisuel public est en grande partie financé par une contribution – la fameuse « redevance télé » -, actuellement payée par les personnes imposables à la taxe d’habitation occupant un logement équipé d’un téléviseur ou dispositif assimilé. L’idée, notamment défendue par le patron de Radio France Mathieu Gallet, d’une redevance universelle, payée par tous les contribuables, est sur la table.

Selon le  sondage Ifop, 65% des Français sont favorables à ce principe. Seuls 35% sont contre. Sans surprise, une majorité (68%) de ceux qui s’opposent à cet impôt pour tous ne paye pas aujourd’hui de « redevance télé ». Et inversement, 70% des personnes interrogées qui veulent d’une redevance universelle paient déjà la contribution à l’audiovisuel public.

La télévision: obsolète pour les jeunes

La télévision: obsolète pour les jeunes

 

 

Dans la dernière édition de son Ericsson Mobility Report, l’équipementier télécoms suédois passe au crible les nouveaux usages du numérique. D’après cette étude, la consommation de données et notamment de vidéos sur le téléphone mobile continue d’exploser. Sur ce point, rien de neuf. Beaucoup de professionnels et de cabinets d’étude soulignent depuis longtemps cette tendance, apparue avec les premiers smartphones, en 2007.  Celle-ci concerne toutes les tranches d’âge, et vient grignoter le temps passé devant la télévision. Mais d’après l’étude d’Ericsson, cette tendance est particulièrement marquée chez les ados. C’est peu dire ! En l’espace de quatre ans, de 2011 à 2015, les ados ont accru de 85% leur temps de consommation de vidéos et contenus télévisuels sur smartphone à la maison. Cette progression s’avère beaucoup plus importante que pour les populations plus âgées. Dans le même temps, le nombre d’heures passées devant la bonne vieille télé du salon s’est effondré, passant de plus de 10 heures par semaine à un peu plus de 5 heures chez les ados. C’est-à-dire, à la louche, moitié moins que pour leurs aînés, toujours attachés au téléviseur du salon. « Par exemple, les 30-35 ans ont passé 4 heures de plus que les ados devant leur poste de télé en 2011, et c’est toujours le cas en 2015 », observent les auteurs de l’étude. Là où les populations les plus âgées ont parfois gardé le réflexe des grands rendez-vous télévisuels (comme le journal du 20h ou le film du dimanche soir), l’étude constate que la consommation de vidéos est très étalée dans la journée chez les plus jeunes. En d’autres termes, ils ont beaucoup moins le réflexe de regarder un contenu à une heure donnée. Un grand nombre d’ados, par exemple, regardent des vidéos au lit, avant de se coucher. Au contraire de leurs aînés, dont la plupart délaissent leur mobile une fois sous la couette. Toutefois, les plus jeunes regardent beaucoup plus de vidéos hors de chez eux que leurs parents. Et, pour ce faire, ils utilisent davantage la 3G ou la 4G. Ainsi, en quinze mois, de juin 2014 à octobre dernier, les moins de 20 ans ont vu leur consommation progresser de près 200 mégabits à environ 400 mégabits par mois sur les réseaux cellulaires. Personne n’est dupe : cette observation est franchement heureuse pour Ericsson. Le groupe suédois en déduit forcément que les réseaux cellulaires ont encore de beaux jours devant eux. Ce qui lui permettra, suivant son raisonnement, de continuer à vendre ses infrastructures de télécommunications aux opérateurs mobiles du monde entier… Toutefois, en parallèle, les projets visant à déployer des bornes WiFi gratuites se multiplient. A l’instar de la ville de New York, qui songe à transformer ses vieilles cabines téléphones en hot-spots en libre accès. Il n’est donc pas dit que sur le long terme, les réseaux cellulaires soient les premiers – et encore moins les seuls – à bénéficier de cette consommation exponentielle de données.  Reste qu’Ericsson révèle « un changement de comportement majeur » des ados vis-à-vis du visionnage de vidéos. Dans son étude, il les perçoit ainsi comme des « streaming natives », ainsi rompus depuis le berceau à la consommation de contenus audiovisuels en continu, partout et tout le temps. Ce qui plaiderait, d’après cette enquête, en faveur d’un basculement de la télé traditionnelle vers le smartphone comme premier écran dans les années à venir. Voilà, dans tous les cas, de quoi nourrir les réflexions des chaînes de télévision traditionnelles sur leur « transition numérique ».

 

(‘La Tribune)

Télévision : Sarkozy refuse d’être affronté à Macron

Télévision : Sarkozy refuse d’être affronté à Macron

 

 

Nicolas Sarkozy devait notamment être affronté à Macron  lors de l’émission des paroles et des actes de France 2  mais il semble bien que Sarkozy ait  décidé de ne pas engager le débat avec l’intéressé. Face au moderniste Macron ( dont on peet cependant discuter certaines orientations), à sa jeunesse Sarkozy risquait d’apparaître comme un homme du passé. Du côté de l’Élysée il semble bien qu’on n’est pas été très favorable à l’affrontement entre Sarkozy et Macron. L’Élysée en effet n’a pas intérêt à trop ringardiser Sarkozy car Hollande espère bien que Sarkozy sera le candidat de la droite pour 2017. Un candidat bien plus facile que Juppé à affronter. Une curieuse conception de l’organisation d’une émission de télévision ou l’invité impose le choix de ses interlocuteurs. On avait connu le même phénomène avec Marine Le Pen qui avait décliné l’invitation précisément en raison de la personnalité de ses interlocuteurs. Du coup pour ne pas trop gêner Sarkozy, le parti socialiste a choisi un second couteau pour croiser le fer avec l’ancien président de la république. C’est sans doute Jean-Marie le Guen qui représentera la majorité et sera confronté à Sarkozy. Pas vraiment de quoi gêner l’ancien président de la république car Jean-Marie le Guen a le charisme d’un notaire de province. La complicité tacite de l’Élysée avec Sarkozy commence à poser des problèmes en effet l’obsession électorale de François Hollande c’est la crainte d’avoir à affronter Juppé considéré comme beaucoup moins clivant pour les électeurs de gauche. Un Juppé qui pour l’instant caracole en tête des sondages pour l’élection de 1017 mais aussi pour les primaires de la droite. Enfin l’Élysée craint aussi quelques sorties  inédites de Macron qui seraient susceptibles de contrarier la gauche de la gauche déjà bien affectée par cette question de la déchéance de nationalité mais aussi par la réorientation libérale de la politique économique. Macron sera donc privée de dessert, il l’a déjà été quand  on lui a refusé de présenter la le second volet de la loi de modernisation économique au profit de la ministre du travail et maintenant il est privé de petits écran.

Orange : un super groupe télécom télévision banque ?

Orange : un super groupe télécom télévision banque ?

Orange vient à peine de terminer le premier round  des négociations avec Bouygues TF1 qu’un nouvel accord est annoncé entre l’opérateur télécom est la filiale bancaire de l’assureur Groupama. L’objectif étend cette fois de mettre en place une énorme banque en ligne. L’accord passé entre Bouygues et Orange va modifier de façon assez fondamentale tant  le paysage des télécoms que celui de l’audiovisuel. Cette restructuration a été peu analysée par les grands médias puisque la plupart des journalistes étaient  vacances pendant la trêve des confiseurs. Première conséquence,  le rachat de Bouygues Telecom par Orange va permettre à Bouygues de sortir d’une situation commercialement et surtout financièrement très délicate pour l’opérateur télécom. Cela risque aussi de freiner la concurrence acharnée que se livrent  les quatre opérateurs français et la régulation va s’en trouver largement modifiée.  Seconde conséquence, TF1 (qui va devenir actionnaire d’Orange) va pouvoir sortir la tête de l’eau en termes d’audience en accédant à un réseau beaucoup plus large d’auditeurs (nombre d’émissions télévisées sont regardés sur des iPhones et autres tablettes). Cette opération se produit aussi au moment où LCI propriétaire de propriété de TF1 va être diffusé sur la TNT ouvrant ainsi sur une cible beaucoup plus large. Il s’agit d’une première coopération qui pourrait ouvrir sur une intégration beaucoup plus importante. Mais le projet d’Orange de racheter Groupama banque pourrait provoquer des conséquences encore plus importants sur le paysage bancaire ( et de lassurance). En effet Orange peut s’appuyer sur un énorme fichier de clients : 30 millions environ en France (250 millions au plan international). Or on sait que la très grande majorité des clients des banques ce satisfont de prestations relativement élémentaires (, dépôt, retrait.) si l’on ajoute à cela la possibilité qui sera offerte du paiement par mobile la venue dOrange  dans le secteur financier pourrait donner un sérieux coup de pied dans la fourmilière bancaire qui se gave un peu trop de la gestion des dépôts. Le groupe de télécoms projette d’acquérir 65% du capital de Groupama Banque, la filiale bancaire du groupe d’assurance. Le lancement de la banque mobile d’Orange interviendra début 2017.  Le groupe de télécoms Orange a annoncé lundi, dans un communiqué, être entré en négociations exclusives avec l’assureur Groupama en vue de l’acquisition de 65% du capital de Groupama Banque, la filiale bancaire du groupe d’assurance. L’opération doit permettre à Orange, qui avait annoncé le lancement d’Orange Banque lors de la présentation de son plan stratégique « Essentiels 2020″, en mars dernier, de « bénéficier d’une infrastructure déjà opérationnelle et rodée » pour le lancement de son nouveau service, début 2017. « Il s’agit d’une brique essentielle pour nous afin de finaliser le projet Orange Banque pour 2017. Nous disposerons d’un outil qui fonctionne, un parc de clients et tout l’aspect réglementaire déjà en place, cela nous permettra de gagner beaucoup de temps », a déclaré à l’AFP le PDG d’Orange, Stéphane Richard. « Nous apportons nos 28 millions de clients dans le mobile, Groupama de son côté a un outil qui fonctionne mais qui n’a pas encore atteint sa taille critique », a ajouté M. Richard qui s’est par ailleurs déclaré « très optimiste » quant à une conclusion positive de ces négociations.

 

France télévision : 10 000 personnes !

France télévision : 10 000 personnes !

 

 

Près de 10 000 personnes à France télévision, des déficit imputable pour 35% à ces sureffectifs et pourtant ce groupe financé essentiellement par la redevance est dans le rouge. pas moyen de réduire le personnel. l’effectif de France Télévisions est même  reparti à la hausse.    Quant aux charges de personnel, qui devaient reculer de -0,2% selon le budget, elles ont finalement augmenté de +1,9%. Et leur poids dans les dépenses totales a encore augmenté. Ces hausses sont paradoxales. Car le service public a pourtant lancé l’an dernier avec tambour et trompettes un plan de départs volontaires de 340 postes! Toutefois, seulement un cinquième de ces départs ont eu lieu l’an dernier, l’essentiel s’effectuant sur l’exercice 2015.   la promesse du contrat d’objectifs et de moyens signé en 2013 -à savoir tomber à 9.750 équivalents temps plein en 2015- ne sera pas tenue, et a été discrètement repoussée à 2016, selon un document distribué à la presse début avril. Toutefois, l’effectif diminue enfin depuis début 2015, les départs volontaires devenant enfin effectifs. Grâce à cela, le PDG Rémy Pflimlin devrait rendre en août 2015 les clés de France Télévisions avec un peu moins de salariés qu’à son arrivée. Mais avec des charges de personnel plus lourdes, car ces charges n’ont cessé d’augmenter sous son magistère (+10% entre 2010 et 2014).  Reste que ce n’est pas la première fois qu’un tel paradoxe se produit. Sous le PDG précédent Patrick de Carolis, deux plans de départs en préretraite ont été menés en 2007 puis 2009 portant sur près de 900 postes, et coûtant 58 millions d’euros. Mais en réalité, ces plans ont été « sans impact sur les effectifs », a déploré la députée PS Martine Martinel, qualifiant leur bilan de « financièrement désastreux ». De même, la Cour des comptes avait fustigé le plan de 2007, où 60% des départs avaient finalement été remplacés.

 

Révélation de blanchiment d’argent en Algérie : la télévision sanctionnée

Révélation de blanchiment d’argent  en Algérie : la télévision sanctionnée

Le 17 avril dernier, le journaliste algérien, Abdou Semmar évoque à l’antenne de l’émission satirique le patrimoine immobilier parisien de la fille du Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal. Celle-ci a acquis un luxueux appartement parisien à 860.000 euros, selon le livre Alger-Paris : une histoire passionnelle, écrit par Christophe Dubois de TF1 et Marie-Christine Tabet du Journal du Dimanche. « Tout le monde en Algérie se doutait que la classe dirigeante, les militaires, les hommes politiques blanchissaient leur argent en France. Jusqu’à présent il y avait peu de choses concrètes. Cette information a été totalement explosive », explicite au JDD.fr Marie-Christine Tabet, co-auteure du livre. Si cette révélation a été évoquée par quelques médias écrits ou sur Internet, elle est abordée pour la première fois le 17 avril à la télévision algérienne. Ce qui a eu le don d’agacer très fortement les autorités du pays. Selon Abdou Semmar, le Premier ministre algérien et le ministre de la Communication ont appelé les dirigeants de la chaîne pour les encourager à se débarrasser de lui. L’équivalent algérien du CSA a même publié un communiqué le 19 avril pour se plaindre du contenu de l’émission satirique et des « dérives ‘répétitives’ de l’émission Week-end qui verse dans le sarcasme et le persiflage à l’encontre de personnes, dont des symboles de l’Etat et de hauts responsables de différentes institutions de l’Etat », indique le communiqué. Finalement, l’émission satirique a préféré se saborder plutôt que d’accepter de changer le contenu de l’émission.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol