Archive pour le Tag 'Télétravail'

Le télétravail pour attirer les talents

 Le télétravail pour attirer les talents

 

Aux États-Unis notamment le télétravail permet de s’affranchir de la question de la localisation des salariés. C’est même devenu un argument pour recruter les meilleurs d’après un article du Wall Street Journal (extraits)

La pandémie a poussé les géants de la technologie à adopter le télétravail, la localisation pèse de moins en moins lourd dans le recrutement. Maintenant que les ingénieurs en informatique et autres gourous du marketing peuvent travailler depuis le bord de mer en conservant les très confortables salaires que leur versent FaceboLe télétravail pour attirer les talentsok ou Salesforce, les petites sociétés de l’intérieur des terres font la grimace.

Pour Havenly, recruter signifie désormais être en concurrence avec des entreprises de tout le pays. Embaucher n’a jamais été aussi difficile et la jeune pousse a même failli perdre plusieurs membres de son équipe dirigeante.

« Le directeur marketing et le directeur financier sont venus me voir en me disant qu’ils adoraient l’entreprise, mais qu’un ami leur avait proposé autre chose », raconte Lee Mayer, cofondatrice et directrice générale. A plusieurs reprises, certains de ses responsables ont hésité à accepter les offres de géants californiens qui leur proposaient des salaires 20 % plus élevés sans obligation de déménager. « Même moi, on a essayé de me recruter », plaisante-t-elle.

De fait, après avoir accepté que leurs salariés aillent habiter loin de la baie de San Francisco, les grands noms de la tech se mettent aujourd’hui à recruter des collaborateurs dans des endroits où ils n’avaient jamais mis les pieds. A la clé : un marché du travail qui, dans le secteur, n’a jamais été aussi diversifié du point de vue géographique. Et des nouvelles recrues aux salaires nettement supérieurs à ce qui se pratique dans la région dans laquelle elles vivent, ce qui force les entreprises locales à augmenter les salaires pour suivre le coût de la vie et empêcher leurs riches concurrentes de Californie, de Seattle ou de New York de subtiliser leur main-d’œuvre.

Pour Mark Muro, de la Brookings Institution, les gagnants de la pandémie semblent être les salariés et les entreprises des villes côtières bien desservies qui peuvent proposer des salaires moins élevés qu’à San Francisco, mais plus intéressants que ce qui se fait sur place.

« Si les entreprises veulent des compétences, elles peuvent désormais aller chercher tous les Einstein oubliés du pays, résume-t-il. Avec le télétravail, chaque embauche est devenue une compétition nationale. »

La démocratisation des emplois technologiques semble pour le moment élargir le rayonnement de la Silicon Valley. Les entreprises des villes de taille plus modeste espèrent tout de même qu’à terme (notamment si les géants finissent par revenir sur leurs politiques de télétravail), la tendance s’inversera et qu’elles pourront elles aussi avoir accès à ces nouveaux « migrants technologiques » qui dynamisent le secteur et amènent avec eux les dollars du capital-risque.

Pendant des décennies, pour décrocher l’un de ces postes si convoités, il fallait accepter un déménagement, un loyer exorbitant et des trajets quotidiens interminables. Pour les entreprises comme les salariés, la pandémie a permis de relâcher la pression

Si beaucoup de géants de la tech ont ouvert des bureaux loin des métropoles californiennes, l’essentiel des emplois et moyens financiers se concentre toujours sur la côte, San Francisco en tête. Entre 2010 et 2018, selon Brookings, la baie a représenté près de 18 % de la croissance de l’emploi dans le secteur des services numériques aux Etats-Unis.

Pendant des décennies, pour décrocher l’un de ces postes si convoités, il fallait accepter un déménagement, un loyer exorbitant et des trajets quotidiens interminables. Pour les entreprises comme les salariés, la pandémie a permis de relâcher la pression. Neuf sociétés technologiques ont transmis au Wall Street Journal des statistiques sur les déménagements de leurs salariés. Verdict : environ 9 % des collaborateurs ont quitté la baie de San Francisco pendant la pandémie sans intention d’y revenir. Ces entreprises, dont Twitter, Slack ou encore Dropbox, comptaient au total plus de 9 000 salariés dans la région début 2020.

Une partie de leurs effectifs est partie vers Sacramento ou Los Angeles, des villes certes californiennes, mais trop éloignées pour envisager une présence quotidienne au bureau, et d’autres ont même quitté l’Etat pour d’autres hubs technologiques comme Austin, au Texas. Rêve de vie dans les montagnes ou envie de se rapprocher de la famille : des plans que les salariés de la côte ouest espéraient concrétiser dans cinq à dix ans sont subitement devenus immédiatement réalisables.

Au premier trimestre 2021, à Austin, les acheteurs arrivant de San Francisco ont été plus nombreux que les gens qui vivaient déjà dans la capitale texane, selon le courtier en immobilier Atlasa. Selon lui, une cinquantaine de salariés de Google ont acheté une maison à Austin, contre 23 collaborateurs de Facebook, 17 d’Apple et 17 d’Amazon.

Sous l’impulsion de son patron Jack Dorsey, convaincu que le réseau social était trop concentré sur le plan géographique, Twitter a commencé dès 2018 à plancher sur une décentralisation de ses activités, raconte Jennifer Christie, directrice des ressources humaines.

Cette année, neuf fois plus de salariés ont formulé des demandes de télétravail (depuis là où ils vivent déjà ou depuis une autre ville) qu’en 2019.

« Les attentes des collaborateurs ont changé pour de bon, c’est indubitable, souligne Jennifer Christie. Aujourd’hui, la flexibilité est un enjeu capital. »

Ces douze derniers mois, environ 10 % des salariés de Twitter ont quitté San Francisco. Depuis début juillet, le réseau social a rouvert ses bureaux dans la ville, tout en s’installant aussi ailleurs dans la baie, notamment à San José. Il garde aussi un œil sur la situation à Austin, San Diego ou Portland pour savoir s’il serait pertinent d’y louer des espaces de travail.

Pour Twitter, ces évolutions permettent de recruter des profils plus divers : des talents venus d’Atlanta, ville qui compte le plus de diplômés noirs en science, en technologie, en ingénierie et en mathématiques, ou de Miami, riche en habitants latino-américains.

« L’idée, c’est d’avoir plusieurs hubs au lieu d’un seul. Nous encourageons nos collaborateurs à déménager »

L’idée de répartir l’activité entre plusieurs bureaux et des espaces de coworking dans tout le pays fait peu à peu son chemin chez les géants de la technologie. En avril dernier, Slack a ainsi lancé un projet pilote d’une durée de six mois : le groupe a offert à tous ses salariés un abonnement WeWork.

De son côté, Dropbox (qui compte 2 700 salariés) envisage de rebaptiser ses bureaux « studios » et d’ouvrir de nouveaux lieux de travail dans plusieurs villes d’ici 18 mois.

« L’idée, c’est d’avoir plusieurs hubs au lieu d’un seul, explique Melanie Collins, directrice des ressources humaines. Nous encourageons nos collaborateurs à déménager. »

Le spécialiste du stockage en ligne a ainsi proposé des primes au déménagement allant de 10 000 à 30 000 dollars (pour ceux qui acceptaient d’aller en Géorgie ou dans l’Idaho, par exemple), entre autres pour inciter ses salariés à aller vivre dans des zones dans lesquelles l’entreprise a l’intention de recruter ou dans lesquelles se trouvent les clients. Depuis le début de l’année, près de 60 % des embauches ont concerné des postes non basés à San Francisco, New York ou Seattle.

Les sociétés technologiques implantées dans d’autres grandes villes font le même constat : le principal changement observé par Zillow par rapport à l’an passé, c’est la décision de ses collaborateurs de déménager à au moins 80 kilomètres de Seattle, où se trouve le siège du spécialiste de l’immobilier en ligne.

« C’est plus qu’un trajet que l’on fait tous les jours, sans pour autant être vraiment loin », résume Dan Spalding, directeur des ressources humaines.

Depuis l’adoption de sa politique de télétravail, Zillow a recruté plusieurs dirigeants de l’autre côté du pays, dans le Minnesota, et compte désormais des salariés dans 49 Etats.

Pour certains observateurs, la diversification géographique de la Big Tech risque de pénaliser l’innovation. Selon Bhaskar Chakravorti, doyen en charge des échanges internationaux à la Fletcher School de l’université Tufts, des secteurs comme l’intelligence artificielle sont d’ores et déjà entre les mains d’un tout petit nombre d’entreprises.

« Imaginez que Google, Facebook, Apple, Amazon et Microsoft se mettent à recruter des spécialistes de l’IA à Philadelphie, Houston et ainsi de suite… Les petites start-up qui sont indispensables à l’écosystème de l’IA ne seront plus en capacité de recruter des talents », prévient-il.

La diaspora de la Silicon Valley pourrait aussi exporter ses problèmes sociaux. A Bozeman, le prix médian d’une maison a bondi de 50 % en juin par rapport à la même période un an plus tôt, selon l’association locale des agents immobiliers.

Mike Myer, cofondateur et directeur général de la messagerie commerciale Quiq, basée dans cette petite ville du Montana, raconte qu’il est victime de l’essor du télétravail et des stratégies de recrutement « tous horizons » : le coût de la vie a augmenté et il est désormais en concurrence avec des entreprises de New York ou San Francisco quand il veut embaucher.

Il a récemment perdu un candidat au profit d’une société cotée qui proposait un salaire plus élevé, et a dû augmenter ses collaborateurs en poste pour éviter une vague de départ. « Il va falloir continuer de faire des ajustements », soupire-t-il.

Clearwater Analytics, la plus grande société technologique de Boise, dans l’Idaho, affirme que 60 % des salariés qui ont démissionné ces six derniers mois ont accepté des emplois en télétravail, la moitié pour des entreprises de la baie de San Francisco ou de Seattle.

A Provo, dans l’Utah, la pandémie a plombé certains pans du marché du travail et en a fait exploser d’autres, estime Verl Allen, directeur général de Claravine, une start-up spécialisée dans les logiciels de marketing fondée en 2014. Elle compte aujourd’hui 40 salariés.

« Quand on a voulu recruter, notamment des ingénieurs, on a eu du mal à trouver des candidats, soupire-t-il. On n’arrive pas à étoffer les équipes assez vite. »

Il raconte que certains de ses amis installés dans l’Utah ont récemment été recrutés par Salesforce et Okta, deux sociétés installées à San Francisco, et n’ont pas été contraints de déménager. Il a en revanche trouvé des talents à Little Rock et à Portland.

« San Francisco va recruter à Salt Lake, donc Salt Lake va désormais recruter à Little Rock ou à Portland. Ça complique les choses pour nous, mais c’est encore pire pour les villes plus petites que nous, là ce sera probablement très difficile »

« San Francisco va recruter à Salt Lake, donc Salt Lake va désormais recruter à Little Rock ou à Portland, explique-t-il. Ça complique les choses pour nous, mais c’est encore pire pour les villes plus petites que nous, là ce sera probablement très difficile. »

Il y a plusieurs années, quand il travaillait encore chez Adobe, Bryson Webster, 33 ans, a quitté Walnut Creek, en Californie, pour Lehi, dans l’Utah, où la société possédait des bureaux. A l’époque, il avait peur que partir pour une région où la vie est moins chère ne lui coûte des opportunités professionnelles une fois son contrat chez Adobe terminé.

Quand il s’est mis en quête d’un nouvel emploi l’an passé, il n’a pas postulé auprès d’entreprises de l’Utah : il n’a passé des entretiens qu’avec des entreprises de San Francisco ou de New York qui acceptaient qu’il travaille à distance. Il a finalement été recruté par Okta sans avoir à faire ses valises.

« Ça m’a ouvert une immense palette de possibilités, raconte-t-il. Donc pourquoi me contenter du local ? »

Steve Case, cofondateur d’AOL et patron de Revolution, une société de capital-risque, estime que les salariés de la tech qui ont quitté la Californie pourraient finir par travailler pour des start-up locales : moins de paperasse, plus d’équité et plus de chances de participer aux premiers pas d’un projet. Après avoir compris comment fonctionnait leur région d’adoption, certains pourraient aussi monter leur propre boîte. Mais, pour d’autres, la réalité pourrait aussi être moins rose.

« Pas sûr qu’ils apprécient de ne pas physiquement être dans la pièce où les choses se décident. »

Lee Mayer a fini par recruter une société de conseil pour réaliser un audit de la rémunération des dirigeants, qu’elle a augmentés de 15 % à 20 %. Plusieurs salariés ont quitté la société pour télétravailler pour des acteurs de taille moyenne basés à San Francisco et New York ; l’un d’eux est parti chez Amazon et un autre, chez WhatsApp, la messagerie détenue par Facebook.

La patronne de Havenly espère en revanche pouvoir recruter l’un des cadres d’un spécialiste des VTC installé à San Francisco : il est actuellement en télétravail à Denver et ne veut pas retourner en Californie si son employeur demande à ses troupes de revenir au bureau.

Télétravail : un «chèque bureau» ou le retour de la bureaucratie socialiste

Télétravail : un «chèque bureau» ou le retour de la bureaucratie socialiste

 

 

Nouvelle grande idée bureaucratique du courant socialiste ( bobos socialiste) avec cette proposition d’un chèque bureau sur le modèle des chèques restaurant pour réguler le télétravail. Encore une sorte de cathédrale administrative et en plus à la clé évidemment des nouveaux moyens de financement assuré à la fois par l’État et les collectivités locales. Bref par l’impôt comme si déjà la France n’était pas écrasée par les prélèvements obligatoires.

 

Dans une tribune publiée par le JDD, des personnalités parmi lesquelles l’ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri ou Benoît Hamon (Générations), rappellent que «dans l’accord national du 26 novembre 2020, les partenaires sociaux ont défini le cadre du télétravail, précisant notamment qu’il pouvait aussi s’exercer dans un tiers-lieu, différent des locaux de l’entreprise».

 

 «L’accord évoque également pour la première fois la nécessité de prévenir l’isolement professionnel que peut engendrer un télétravail mal organisé. Appuyons-nous sur cette avancée pour construire un droit nouveau qui remédierait aux nuisances du télétravail sans amoindrir ses bienfaits», poursuivent les signataires, dont l’ancien secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly, l’actuel secrétaire général de l’Unsa Laurent Escure, ou encore Louis Gallois, ancien patron notamment d’EADS, la SNCF et PSA.

«À l’image des tickets-restaurants ou des chèques vacances, financés par l’employeur et utilisables par le salarié, nous proposons un “chèque bureau” universel avec lequel les salariés pourraient payer l’accès à un tiers-lieu ou un espace de coworking et utiliser ses installations», écrivent-ils.

Ils proposent que ce dispositif soit «cofinancé par l’État et les collectivités locales pour permettre au salarié de travailler dans le bureau de proximité de son choix», qu’il soit «émis directement par l’employeur ou par l’intermédiaire d’une société spécialisée» et que le comité social et économique (CSE) des entreprises puisse aussi participer au financement.

Le télétravail face au droit

Le télétravail face au droit

 

Si 58 % des cadres et des professions intermédiaires télétravaillaient fin 2020, contre 20 % chez les employés et 2 % chez les ouvriers, le télétravail reste l’occasion pour les syndicats de se renouveler, en capitalisant sur de nouveaux process, explique le juriste Jean-Emmanuel Ray, Professeur à l’école de droit de Paris-I-Panthéon-Sorbonne dans le Monde.

 

 

 Le développement du télétravail à domicile va t-il provoquer un chambardement de notre droit du travail, conçu sur le modèle militaro-industriel de l’usine automobile avec son unité de temps, de lieu et d’action générant naturellement du collectif ?

Il faut d’abord raison garder : si 58 % des cadres professions intermédiaires télétravaillaient fin 2020, ce n’était le cas que de 20 % des employés et 2 % des ouvriers, indique l’Insee. Les chaînes de production et les grands magasins existent encore. Mais une adaptation de notre droit est nécessaire.

Côté syndicats, on imagine les réticences face à la triple individualisation du lieu de travail, mais aussi des horaires et des conditions de travail, en pratique très dépendants de l’environnement familial et technique. Mais la Fédération syndicale européenne de l’industrie remarquait en avril 2021 que « les nouvelles formes de communication ont permis aux syndicats de s’engager auprès d’un plus grand nombre de travailleurs, d’écouter leurs préoccupations. C’est donc aussi une opportunité pour se renouveler, en capitalisant sur des nouvelles méthodes, en acquérant de nouvelles compétences de communication ».

C’est aussi pour eux une occasion de se reconnecter aux jeunes générations. La pandémie a en effet vu fleurir sur Facebook ou WhatsApp des collectifs très réactifs, ne faisant parfois pas de cadeaux aux syndicats en place.

Déjà entré dans les mœurs, le juridiquement complexe et fragile vote électronique va progresser. Mais contrairement à l’espoir qu’il avait suscité, il n’a pas réussi à freiner une abstention croissante des salariés aux élections professionnelles : le taux moyen de participation est passé de 63 % pour 2013-2016, à 57 % pour 2017-2020.

 

La communication syndicale ? Dans la vraie vie, l’essentiel passe encore par les tracts et les affiches ; et légalement, les syndicats n’ont droit qu’à un panneau d’affichage virtuel sur l’Intranet de l’entreprise, avec un succès très, très mitigé.

Leur accès à la messagerie professionnelle des salariés est un sujet sensible. Autrement plus efficace en termes de communication mais aussi de mobilisation, il est aujourd’hui conditionné à la signature d’un accord collectif, dans le respect de la sécurité informatique de l’entreprise… mais surtout de l’appétence de collaborateurs déjà submergés de courriels. A préserver, cet accord donnant-donnant permet d’en prévoir les modalités (pièces jointes, documents confidentiels), mais aussi, afin d’éviter d’interminables contentieux, d’édicter des sanctions conventionnelles en cas de dérapage (suspension provisoire de l’accès).

Télétravail : un «chèque bureau» ou le retour de la bureaucratie socialiste

Télétravail : un «chèque bureau» ou le retour de la bureaucratie socialiste

 

 

Nouvelle grande idée bureaucratique du courant socialiste ( bobos socialiste) avec cette proposition d’un chèque bureau sur le modèle des chèques restaurant pour réguler le télétravail. Encore une sorte de cathédrale administrative et en plus à la clé évidemment des nouveaux moyens de financement assuré à la fois par l’État et les collectivités locales. Bref par l’impôt comme si déjà la France n’était pas écrasée par les prélèvements obligatoires.

 

Dans une tribune publiée par le JDD, des personnalités parmi lesquelles l’ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri ou Benoît Hamon (Générations), rappellent que «dans l’accord national du 26 novembre 2020, les partenaires sociaux ont défini le cadre du télétravail, précisant notamment qu’il pouvait aussi s’exercer dans un tiers-lieu, différent des locaux de l’entreprise».

 

 «L’accord évoque également pour la première fois la nécessité de prévenir l’isolement professionnel que peut engendrer un télétravail mal organisé. Appuyons-nous sur cette avancée pour construire un droit nouveau qui remédierait aux nuisances du télétravail sans amoindrir ses bienfaits», poursuivent les signataires, dont l’ancien secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly, l’actuel secrétaire général de l’Unsa Laurent Escure, ou encore Louis Gallois, ancien patron notamment d’EADS, la SNCF et PSA.

«À l’image des tickets-restaurants ou des chèques vacances, financés par l’employeur et utilisables par le salarié, nous proposons un “chèque bureau” universel avec lequel les salariés pourraient payer l’accès à un tiers-lieu ou un espace de coworking et utiliser ses installations», écrivent-ils.

Ils proposent que ce dispositif soit «cofinancé par l’État et les collectivités locales pour permettre au salarié de travailler dans le bureau de proximité de son choix», qu’il soit «émis directement par l’employeur ou par l’intermédiaire d’une société spécialisée» et que le comité social et économique (CSE) des entreprises puisse aussi participer au financement.

Propagande des élections départementales

Le télétravail : en baisse

Le télétravail : en baisse

 

Signe sans doute du relâchement tout autant que du très douteux reconfinement, le télétravail est en baisse partout. Un quart seulement des salariés pouvant être concernés ont effectivement été en télétravail en février. Le pire que c’est que ce sont souvent les grandes entreprises qui sont les plus réticentes dans ce domaine. Notons quand même que la mise en télétravail ne peut concerner au mieux qu’environ un quart de la population de salariés.

La présence sur site, même ponctuelle, de personnes pouvant télétravailler est quasi généralisée dans les secteurs des activités financières et d’assurance, de la fabrication de matériels de transports et de l’information-communication. Cette présence s’explique d’abord par la réalisation de tâches qui ne peuvent être effectuées à distance. Dans 40% des cas, il s’agit d’une demande du salarié de revenir sur site et dans 27% des cas, la présence sur site a aussi pour but de soutenir les collectifs de travail et de prévenir des situations d’isolement. Le retour sur site pour améliorer la productivité n’est évoqué que dans 9% des cas.

Télétravail : productivité accrue de 22 %

Télétravail : productivité accrue de 22 % 

La révélation d’une hausse de productivité via le télétravail ne devrait pas être une surprise. En effet l’avantage du télétravail ces de permettre aux salariés de choisir les périodes où ils se sentent  le plus disposés à effectuer ses tâches. On peut davantage répartir son travail sur l’ensemble de la journée. Il évite aussi bien entendu les fatigues du transport et les réunions inutiles dévoreuses de temps.

Dans un rapport révélé par « Le Parisien »  le think tank l’Institut Sapiens  centré sur les évolutions liées à la révolution numérique affirme que le télétravail a entraîné, selon « une hypothèse basse », une hausse de la productivité des salariés de 22 %. Cela pourrait s’expliquer entre autres par une augmentation des temps de travail et de sommeil, une réduction des temps de trajet ou encore « une forte réduction des réunions inutiles et chronophages qui nuisent à la productivité ».

25 % seulement de personnes en télétravail

25 % seulement de personnes en télétravail

 

Alors que la ministre du travail avait indiqué un peu hâtivement que plus de la moitié des Français avait eu recours au télétravail pendant le confinement, une étude du ministère du travail constate que seulement 25 % ont été concernés par le télétravail au cours du deuxième confinement. Le confinement du mois de novembre n’aura décidément pas eu grand-chose en commun avec le premier opus au printemps. Certes, il a été moins long d’un mois, mais surtout l’activité ne s’est pas arrêtée, loin de là. Une nouvelle preuve en est donnée avec la 9e édition de l’enquête Acemo spéciale Covid réalisée la première quinzaine de décembre par le service statistique du ministère du Travail, la Dares, avec l’appui de l’Insee. 25 % seulement ont été concernés par le télétravail. 60 % étaient présents physiquement à leur poste. Environ 10 % étaient concernés par les fermetures d’entreprises.

Covid-Télétravail : la grande illusion

Covid-Télétravail : la grande illusion

 

D’après les pouvoirs publics, en tout cas d’après le gouvernement, le télétravail aurait concerné près de la moitié de la population. On peut se demander où le gouvernement a pris ces chiffres. En effet, le champ possible du  télétravail en France est au maximum de 25 à 30 %. Par ailleurs le télétravail dans la très grande majorité des cas ne peut être permanent.

Le télétravail est loin de concerner une majorité de la population active. Selon un récent baromètre Harris Interactive commandé par le ministère du Travail, seulement 18% des salariés déclarent qu’ils ont fait du télétravail à 100% et 18% ont répondu qu’ils alternaient entre travail à distance et travail en présentiel durant la semaine du 2 au 8 novembre.

À l’inverse, 52% des Français affirment qu’ils ont travaillé à 100% sur leur lieu de travail. Enfin, 4% ont répondu qu’ils étaient en chômage partiel.

« Le premier enseignement est que tout le monde ne peut pas télétravailler en France », rappelle Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique et opinion interrogé par « La Tribune ».

Télétravail : accord sauf avec la CGT

Télétravail : accord sauf avec la CGT

Pas vraiment une nouveauté mais un texte qui rappelle les différentes règles à respecter pour la mise en place du télétravail en cas de contexte exceptionnel. Le droit à la déconnexion est aussi réaffirmé.

Les partenaires sociaux se sont entendus pour rappeler la notion de double volontariat, c’est-à-dire qu’un salarié peut refuser le télétravail sans que cela ne constitue un motif de licenciement. Les syndicats souhaitaient en revanche que l’employeur ait l’obligation de motiver son refus par écrit pour éviter toute discrimination, ce que le patronat a refusé.

De manière plus générale, les organisations patronales n’ont pas voulu imposer à l’employeur de laisser une trace écrite en cas d’accord de gré à gré avec le salarié sur le télétravail.

Les obligations qui leur incombe sont néanmoins rappelées, qu’il existe dans l’entreprise un accord collectif sur ce mode d’organisation, une charte ou que le télétravail soit mis en place par simple accord verbal.

Ainsi, un salarié en télétravail, au même titre qu’un salarié sur site, bénéficie du droit à la déconnexion, du droit à la formation et ne peut travailler plus que la durée légale du travail. Les frais engendrés par son activité professionnelle doivent être pris en charge par l’employeur après validation.

des risques d’isolement liés au télétravail et de la nécessité de veiller au bien-être des salariés.

Pour la CFTC, un accord, même descriptif, était nécessaire pour clarifier les règles existantes, jusque-là “illisibles” pour les salariés et les entreprises.

La CFDT se félicite que l’accord détaille la marche à suivre, notamment, en cas de circonstance exceptionnelle, comme lors d’une pandémie.

“On n’est pas allé chercher le Graal. L’accord n’est ni normatif, ni prescriptif, on le savait précédemment. Mais on revient de loin”, a dit Catherine Pinchaut de la CFDT, évoquant la difficile mise en place du dialogue sur ce sujet avec les fédérations patronales.

Télétravail : la grande illusion

Télétravail : la grande illusion

 

D’après les pouvoirs publics, en tout cas d’après le gouvernement, le télétravail aurait concerné près de la moitié de la population. On peut se demander où le gouvernement a pris ces chiffres. En effet, le champ possible du  télétravail en France est au maximum de 25 à 30 %. Par ailleurs le télétravail dans la très grande majorité des cas ne peut être permanent.

Le télétravail est loin de concerner une majorité de la population active. Selon un récent baromètre Harris Interactive commandé par le ministère du Travail, seulement 18% des salariés déclarent qu’ils ont fait du télétravail à 100% et 18% ont répondu qu’ils alternaient entre travail à distance et travail en présentiel durant la semaine du 2 au 8 novembre.

À l’inverse, 52% des Français affirment qu’ils ont travaillé à 100% sur leur lieu de travail. Enfin, 4% ont répondu qu’ils étaient en chômage partiel.

« Le premier enseignement est que tout le monde ne peut pas télétravailler en France », rappelle Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique et opinion interrogé par « La Tribune ».

Télétravail : Borne et le ministère déraillent

Télétravail : Borne et le ministère déraillent

 

La ministre du travail Élisabeth borne ne cesse de militer le télétravail menaçant même les entreprises qui n’y recourent pas. Sans doute pour encourager des vocations tardives, le ministère du travail sort une étude bidon qui montrerait que 45 % des salariés affirment avoir travaillé à domicile entre le 4 et le 8 novembre.  C’est le genre d’étude dont les résultats doivent plaire à celui qui la commande. On peut en effet se demander comment presque la moitié des salariés ont pu être en télétravail en sachant que tout au plus 25 à 30 % du travail peuvent se faire à distance. Pour les autres la présence physique et le plus souvent indispensable.

 

En fait,  cette référence au télétravail caractérise une vision de salon de ce qu’est la réalité socio économique. Les technocrates et la ministre y compris estiment  sans doute que la moitié des Français travaillent dans des start-up ou des sociétés complètement numerisables . Cela expliquerait aussi la position du gouvernement sur le petit commerce considéré comme marginal et condamné à être confiné quand les clients se frôlent et se bousculent dans les grandes surfaces.

 

« Je suis consciente qu’on est en train de demander aux employeurs comme aux salariés des efforts sans doute au-delà de ce que chacun souhaiterait », a affirmé mercredi Elisabeth Borne dans une interview au « Parisien ». « L’idée que les employeurs ne joueraient pas le jeu est […] très majoritairement fausse », a-t-elle ajouté. Elle appuie son constat sur les résultats d’un sondage sur l’activité professionnelle pendant le confinement commandé par son ministère à Harris Interactive et publié mardi soir.

Il montre une nette extension du télétravail : 45 % des salariés affirment avoir travaillé à domicile entre le 4 et le 8 novembre, jours sur lesquels portait l’enquête, et pendant en moyenne 3,7 jours contre 2,7 la semaine précédente. En outre, près d’un salarié sur quatre dit avoir télétravaillé à 100 %. Sachant que si 39 % des salariés affirment ne pas pouvoir télétravailler, 36 % affirment pouvoir le faire « facilement » et 25 % « avec difficultés ». Quant à la responsabilité des employeurs dans l’absence de télétravail, elle est pointée du doigt par 15 % des salariés en présentiel la semaine dernière. Ce qui fait dire à Elisabeth Borne qu’il reste encore « une marge de progrès ». Surtout un progrès en matière d’analyse de la réalité des conditions et de la nature du travail en France !

Mythes et limites du télétravail

 

Mythes et limites du télétravail

Pour certains experts la gestion de la mobilité réduite pourrait passer par la quasi généralisation du télétravail. Or il faut bien mesurer les limites de cette possibilité. En effet en septembre à peu près 15 % des salariés utilisaient le télétravail. Un moyen qui pourrait concerner au mieux 30 % de la population concernée. En clair, 70 % des autres travailleurs ne peuvent effectuer leurs tâches uniquement par téléphone,  sur ordinateur et par Internet.

 

Certes, la France a vu son industrie grosse consommatrice de main-d’œuvre s’écrouler en une vingtaine d’années, certes le cœur de la croissance du pays repose sur le développement des services et du tourisme pour autant nombre de métiers exige une présence physique humaine près des lieux de production. Imaginez que la grande majorité des salariés pourrait recourir au télétravail relève du mythe. Un mythe cultivé dans les salons et les salles de rédaction des médias qui ont une vision très restrictive et très mondaine de la réalité sociale et économique. Il faut sans doute encourager compte tenu de la période le travail effectué depuis le domicile mais on ne remplacera pas l’intérêt de la présente humaine voire son caractère incontournable.

 

 

 

 

L’avenir du télétravail : limité

L’avenir du télétravail :limité

Bertrand Jacquillat vice-président du Cercle des économistes et senior advisor de J. de Demandolx Gestion estime  dans l’Opinion que le télé travail aura forcément des limites.

 

L’utilisation du télétravail a explosé à la suite de la pandémie de Covid-19 pour les salariés dont la nature de leur travail s’y prêtait. Elle a donné naissance à la fois à un rêve et à un cauchemar. Le cauchemar pour certains, confrontés à la fermeture des lieux de vie et de loisirs que sont notamment les bars, les cafés et les restaurants, et des lieux de production culturelle, mais aussi à la baisse des prix de l’immobilier de bureau et des logements dans les grandes villes à la suite de l’exode de certains de ses habitants. Car c’est le rêve pour d’autres de pouvoir s’installer à la campagne et d’y travailler en conservant la même rémunération, en même temps que de s’occuper de leur jardin, ou pour d’autres d’appeler leurs clients d’une station de ski. Et pour tous d’éviter la perte de temps et la fatigue des trajets journaliers du domicile au lieu de travail.

Pour de nombreux salariés et leurs dirigeants, mais aussi pour les travailleurs indépendants, le lieu de travail n’est plus tant un lieu physique qu’un espace virtuel. Le personnel ainsi déplacé a réussi à faire apparaître comme naturel que le bureau soit installé dans une pièce d’appartement, équipée d’ordinateur portable, de tablette ou de smartphone. Il y a longtemps que l’on rêve de déplacer les villes à la campagne et leur étiolement, voire leur disparition, a souvent été annoncé. La généralisation d’Internet a semblé rendre plausible une telle hypothèse, et le succès du télétravail n’a fait que renforcer cette conviction.

Mais la probabilité que celle-ci se réalise est nulle.

Les travailleurs apprennent davantage dans les villes car ils sont confrontés à d’autres individus plus qualifiés, avec qui ils coopèrent ou sont en concurrence, et qui les tirent vers le haut

Innovation. Force d’abord est de constater que la part de la population mondiale vivant dans les métropoles ne cesse de s’accroître, non sans raison. Outre les nombreux avantages extraprofessionnels que procure la ville, les travailleurs apprennent davantage dans les villes car ils sont confrontés à d’autres individus plus qualifiés, avec qui ils coopèrent ou sont en concurrence, et qui les tirent vers le haut, ce que Zoom ne peut accomplir.

Les entreprises aussi bénéficient de ce phénomène de cluster, quand bien même ce terme a été utilisé pour dénommer aussi un foyer d’infection pandémique. Ainsi, une étude récente a mis en évidence que l’installation d’une nouvelle usine sur un territoire augmentait la productivité des entreprises concurrentes de 12 % dans les cinq ans qui suivaient son installation. Dans le contexte de l’économie de l’innovation, il est convenu que ce qui a fait le succès, d’abord de la route 128 autour du MIT dans le Massachusetts puis de la Silicon Valley autour de San Francisco, ce sont les échanges fréquents entre individus que permet leur proximité et la circulation de l’information qui en résulte.

Ces bénéfices ne concernent pas les seules entreprises du même secteur des semi-conducteurs et des « technos », mais aussi des entreprises d’autres secteurs. Même dans un monde aussi connecté que le nôtre, les percées conceptuelles conduisant aux innovations traversent plus facilement un hall universitaire ou la rue, que les océans ou un continent. Cette intuition a été parfaitement résumée dans le Bûcher des vanités de Tom Wolfe (1983) : « Il y avait toujours un endroit, The wagon wheel, Chez Yvonne, Rickey’s, où les membres de cette fraternité ésotérique, des jeunes hommes et femmes de l’industrie des semi-conducteurs, se réunissaient tous les jours après leur travail pour prendre un verre et fanfaronner sur leurs dernières trouvailles, tout aussi ésotériques les unes que les autres. » Ce phénomène a été illustré en modèle réduit avec la métaphore de la machine à café dans les entreprises autour de laquelle se retrouvent les salariés qui peuvent ainsi échanger sur un tas de sujets, qui ne concernent pas seulement l’exploit réalisé par Rafael Nadal en remportant sa treizième victoire aux Internationaux de tennis de Roland-Garros.

Les gains de productivité et les avantages de rémunération qu’entraîne la ville ne peuvent être reproduits dans des organisations qui fonctionnent par télétravail

Productivité. Certains historiens prétendent que la plupart des innovations majeures se sont produites dans les villes. La concentration des individus, des occupations, des métiers, des entreprises de secteurs industriels divers et variés constitue un environnement propice à la propagation des idées, et donc à l’innovation et à la croissance. C’est ce que montre une récente étude d’Akin, Chen et Popov qui ont réussi à surmonter l’opacité de ces échanges informels entre les individus, due au fait que leur contenu est invisible, même dans une économie de surveillance telle que la Chine, et qu’aucune trace écrite de ces échanges n’est laissée dont le matériau pourrait être utilisé par les chercheurs. Grâce notamment aux données de géolocalisation fournies par leurs smartphones, l’intuition de Tom Wolfe a pu être confirmée. Les rencontres, même fortuites, des salariés dans les cafés situés à proximité de leur lieu de travail avaient pour conséquence une augmentation des brevets déposés par leurs entreprises. A l’inverse, les entreprises de vidéo conférences font tout pour protéger la totale discrétion, voire l’anonymat, des échanges effectués sur leur système.

Ainsi, les gains de productivité et les avantages de rémunération qu’entraîne la ville ne peuvent être reproduits dans des organisations qui fonctionnent par télétravail. En définitive, s’il est un fait bien établi de l’économie urbaine, c’est celui du surcroît de productivité que les villes procurent. Le doublement de la taille d’une ville entraîne une augmentation de la productivité comprise entre 3 % et 8 % selon les pays et la spécialisation sectorielle de leurs villes. Cette plus grande productivité entraîne une hausse des salaires, certes compensée en partie par un coût de la vie plus élevé.

Et pourtant la crise sanitaire du Covid 19 ne semble pas s’être traduite par une baisse de la productivité alors qu’une grande partie des salariés restait confinée chez eux. La ville ne serait-elle alors qu’une collection d’individus qualifiés et les bureaux de l’entreprise qu’un moyen de faciliter leur coordination ? Après tout si les dirigeants et cadres d’une entreprise peuvent se voir, discuter, partager des documents au travers de l’internet, est-il besoin de proximité physique ? La réponse est donc clairement oui. Certes, si la pandémie devait perdurer, le télétravail prendrait durablement de l’importance, et l’attractivité de la ville et la vie urbaine en seraient grandement affectées. Mais une fois la pandémie jugulée, d’une manière ou d’une autre, l’activité urbaine reprendra le dessus, même si le télétravail conserve une certaine place, justifiée par les avantages qu’il procure et que nous avons évoqués, notamment dans des professions et des activités dont l’efficacité ne dépend pas ou peu de l’interaction humaine. Souhaitons donc que l’avenir du télétravail soit limité.

Bertrand Jacquillat est vice-président du Cercle des économistes et senior advisor de J. de Demandolx Gestion

 

 

Le télétravail ne marchera pas !

 Le télétravail ne marchera pas !

Dans une chronique de la Tribune, Samir Ayoub, Professeur à l’ESSCA School of Management ne croit pas à la généralisation du système.

 

 »

Un point de vue qui mérite la lecture mais dont on peut discuter de la pertinence notamment quant au facteur explicatif du fait religieux .

 

« Nous souhaitons démontrer que la généralisation durable d’un tel dispositif ne pourra avoir lieu dans notre pays. En effet, au-delà des avantages avancés, tournant autour de l’équilibre de la vie privée/professionnelle, la liberté ou l’épanouissement personnel, le télétravail hors temps de crise se heurtera à des difficultés, trouvant leurs sources dans le droit, l’organisation sociale et l’héritage catholique de la France.

Déjà appliqué massivement par les multinationales de la Silicon Valley, le télétravail permet d’embaucher des ingénieurs ou développeurs aux quatre coins du monde sur la base d’un droit du travail qui prend ses sources dans la « Common Law ». Fondée sur des principes de droit qui découlent de la jurisprudence, celle-ci est sous-tendue par une inspiration aristotélicienne de la loi.  La Common Law se situe à l’opposé de la tradition platonicienne de la France, où les règles de droit sont écrites a priori et définissent un idéal que chacun doit tenter d’atteindre.

Ainsi, ces deux historiques juridiques impliquent des systèmes de pensée différentes du travail, l’un basé sur des principes, l’autre sur les règles.

Le télétravail devient, dès lors, sujet d’interprétation au sein de ces deux systèmes. Or la France, est historiquement adepte de la régulation et n’aime pas les principes qui prêtent à interprétation. Ce qui rend la généralisation du télétravail particulièrement difficile, dans un pays ayant plutôt tendance à se satisfaire de schémas ordonnés et immuables. Pour le télétravail, ceci se traduira inévitablement par une volonté du législateur de le normaliser davantage – bien que présent dans le droit de travail français – afin d’en limiter toute interprétation, rendant ainsi caduque la liberté initialement recherchée dans cette forme d’organisation.

L’héritage catholique de la France

L’implantation millénaire du catholicisme en France vient renforcer notre diagnostic, elle qui a également profondément ancré le respect de la discipline et des dogmes dans les mentalités et les traditions nationales.

Encore aujourd’hui, l’éthique des affaires provient directement de la pratique de la religion, bien plus que des codes élaborés et imposés par la société. Or, le souci de la forme est très prégnant dans la religion catholique. Les rituels de l’Eglise inculquent aux fidèles la manière dont les choses doivent être faites ou rejetées. Les pays du nord de l’Europe ou de culture anglo-saxonne ont à l’inverse mis l’accent sur le contenu et l’impartialité plutôt que sur la forme…et il est a contrario souvent d’usage de relier ces pratiques avec les origines protestantes et/ou anglicanes de ces pays. Cette confession met en effet beaucoup plus l’accent sur l’individu et sa relation personnelle avec Dieu, sans qu’il n’y ait de médiation nécessaire à travers les rites de l’Eglise.  Dans cet ancrage culturel, ce qui comptera dans le télétravail, c’est le résultat, la productivité !  Appliqué au télétravail, ce credo permet d’envisager sans crainte dans l’organisation, le fait qu’un salarié ne soit pas susceptible d’être contrôlé en permanence par sa hiérarchie ou par les ressources humaines. Tout le contraire de la profession de foi à la française…

En effet, la troisième explication rendant le télétravail inapplicable durablement en France, est à chercher du côté de l’entreprise. Celle-ci, par prudence, restera très réticente à se sentir « dépossédée » d’un salarié en lui permettant de travailler à distance. Face à une situation inédite, et dans le souci de préserver l’intérêt de l’entreprise, un manager ou un DRH ne pourra s’empêcher de penser qu’un salarié en télétravail a autant de probabilité de travailler que de ne pas le faire. Quel manager, aussi bienveillant soit-il, n’est-il pas traversé d’un tel doute, lorsque son employé chargé de famille sollicite une demande de télétravail le mercredi ?

Aussi, dans un pays où le CDI s’apparente au précieux sésame ouvrant à une sécurité de l’emploi, quelle que soit la situation conflictuelle entre le salarié et le patron, c’est à ce dernier qu’incombe la charge de la preuve. Or, il restera beaucoup plus facile pour lui de prouver une faute professionnelle en ayant le salarié sous la main qu’à plusieurs kilomètres du bureau.

Cette situation ne saurait qu’inciter les managers à la prudence voire au découragement vis-à-vis de toute demande allant dans le sens du télétravail.

En somme, au-delà des effets corollaires et largement développés du télétravail comme la baisse de créativité générée par l’isolement ou l’atteinte à l’unité de l’entreprise et à sa culture, nous estimons que la généralisation d’une telle pratique en France – hors temps de crise – restera durablement compliquée.  Même à la faveur de quelques semaines de confinement, le « monde d’après » ne saurait aller à l’encontre de la culture millénaire du « monde d’avant », dont les entreprises sont pétries. »

La montée du télétravail

La montée du  télétravail

 Le télétravail a progressé en 2018 dans le secteur privé, où 29% des salariés l’ont pratiqué de façon occasionnelle ou régulière, contre 25% en 2017, selon une étude Ifop pour Malakoff Médéric Humanis publiée mercredi. Le télétravail est une pratique de plus en plus courante dans le secteur privé. En moyenne, les salariés usant de cette pratique ont télétravaillé 7 jours par mois et « presque huit sur dix sont satisfaits ou très satisfaits de leur pratique du télétravail », a souligné Anne-Sophie Godon, directrice innovation de Malakoff Médéric Humanis. Le domicile « reste le lieu prépondérant » où s’exerce le télétravail (92% des télétravailleurs), a-t-elle précisé. Mais les salariés peuvent aussi le pratiquer dans « un tiers lieu » (21% y ont recours), comme un café ou un espace de travail partagé. Leur entreprise peut aussi leur permettre de télétravailler dans un « bureau satellite » (35%), c’est-à-dire dans un autre site de la même société. Le télétravail est développé « surtout dans les plus grandes entreprises », a relevé Mme Godon. Ainsi près de la moitié (49%) des télétravailleurs sont employés dans des sociétés de plus de 1.000 salariés. Les ordonnances de l’automne 2017, qui ont réformé le Code du travail et simplifié le recours au télétravail, « sont plutôt une incitation à étendre le télétravail » là où « il existait » déjà, a-t-elle ajouté.  Plus de cinq télétravailleurs sur dix (51%) sont des cadres, quasiment tous (97%) sont en CDI, 45% sont âgés de 35 à 49 ans, et plus de trois sur dix (34%) vivent en Ile-de-France. Pourquoi demander à télétravailler ? D’abord pour « réduire ou supprimer » les trajets entre le domicile et le lieu de travail, répondent plus de la moitié des télétravailleurs (54%). « Comme l’an dernier », le temps consacré au transport est le premier sujet de motivation, a souligné Mme Godon.

 

Grève SNCF : opportunité pour le télétravail ?

Grève SNCF : opportunité pour  le télétravail ?

 

La grève SNCF pourraiat bien constituer une  opportunité pour inciter au  télé travail. Ce serait aussi  une des solutions pour participer à un réaménagement territoire plus équilibré  et résoudre une partie de la congestion urbaine liée à l’automobile. Dans le secteur des services,  nombre  d’activités pourraient t relever du télétravail. Ce dernier présente des avantages tant pour les entreprises pour les salariés mais aussi quelques inconvénients D’une manière générale,  il est démontré que le salarié utilise les heures où il est le plus productif au service de l’entreprise mais il peut être amené aussi à dépasser assez largement la durée légale ou conventionnelle de la durée du travail. Certes ce télétravail ne peut pas être généralisé à toutes les productions notamment matérielles. Pour autant avec l’évolution des modes de production et des puissances quasi exponentielles des outils informatiques,  bon nombre de tâches pourrait être décentralisées dans le cadre du télétravail. Cela nécessitera fois de nouvelles méthodes de management. D’après un sondage réalisé par le site de petites annonces Vivastreet, 41% des salariés sondés veulent adopter ce mode d’organisation à plein temps, contre 38% en 2015. En outre, 31% des sondés souhaiteraient alterner télétravail et présence au bureau «pour ne pas se couper entièrement de la vie en entreprise», contre seulement 10% en 2015. Les exemples de ce type, dans le privé comme dans le public, se multiplient. Mais, d’après l’enquête Vivastreet, c’est dans l’immobilier que ce souhait est le plus marqué (63% des sondés), devant l’informatique, les métiers du web et des télécoms (62%), ou encore la comptabilité et la gestion (51%). Des secteurs particulièrement «éligibles» au télétravail. Tous ne le sont pas. Pour 15,4 millions d’actifs, cette organisation favorisée par l’utilisation des outils numériques n’est pas une option envisageable, selon une autre étude réalisée par la Fondation Concorde cette année. Leur emploi nécessite une présence physique, comme dans la restauration ou le commerce par exemple. Le think tank détaillait même le profil type des quelque 6,7 millions de Français «éligibles»: il s’agit d’un quadragénaire diplômé, aux revenus confortables, qui travaille dans une grande ville. Ce souhait de plus en plus assumé montre à quel point les Français ont soif de souplesse dans l’organisation de leur temps de travail, principalement pour mieux gérer leur vie de famille, selon 33% des personnes sondées par Vivastreet. Autres raisons principales invoquées: profiter d’un cadre de travail plus agréable (29%) et éviter de passer du temps dans les transports (26%). La réduction du temps moyen de trajet entre le domicile et le lieu de travail avait été estimée à 40 minutes, par le cabinet de conseil RH Kronos, qui mettait aussi en avant l’augmentation du temps de travail effectif et de la productivité, ainsi que du temps moyen de sommeil des salariés concernés.

 

Télétravail : 40% pour

Télétravail : 40% pour 

 

Le télétravail pourrait bien être une des solutions pour participer à un réaménagement territoire plus équilibré  et résoudre une partie de la congestion urbaine liée à l’automobile. Dans le secteur des services,  nombre  d’activités pourraient t relever du télétravail. Ce dernier présente des avantages tant pour les entreprises pour les salariés mais aussi quelques inconvénients D’une manière générale,  il est démontré que le salarié utilise les heures où il est le plus productif au service de l’entreprise mais il peut être amené aussi à dépasser assez largement la durée légale ou conventionnelle de la durée du travail. Certes ce télétravail ne peut pas être généralisé à toutes les productions notamment matérielles. Pour autant avec l’évolution des modes de production et des puissances quasi exponentielles des outils informatiques,  bon nombre de tâches pourrait être décentralisées dans le cadre du télétravail. Cela nécessitera fois de nouvelles méthodes de management. D’après un sondage réalisé par le site de petites annonces Vivastreet, 41% des salariés sondés veulent adopter ce mode d’organisation à plein temps, contre 38% en 2015. En outre, 31% des sondés souhaiteraient alterner télétravail et présence au bureau «pour ne pas se couper entièrement de la vie en entreprise», contre seulement 10% en 2015. Les exemples de ce type, dans le privé comme dans le public, se multiplient. Mais, d’après l’enquête Vivastreet, c’est dans l’immobilier que ce souhait est le plus marqué (63% des sondés), devant l’informatique, les métiers du web et des télécoms (62%), ou encore la comptabilité et la gestion (51%). Des secteurs particulièrement «éligibles» au télétravail. Tous ne le sont pas. Pour 15,4 millions d’actifs, cette organisation favorisée par l’utilisation des outils numériques n’est pas une option envisageable, selon une autre étude réalisée par la Fondation Concorde cette année. Leur emploi nécessite une présence physique, comme dans la restauration ou le commerce par exemple. Le think tank détaillait même le profil type des quelque 6,7 millions de Français «éligibles»: il s’agit d’un quadragénaire diplômé, aux revenus confortables, qui travaille dans une grande ville. Ce souhait de plus en plus assumé montre à quel point les Français ont soif de souplesse dans l’organisation de leur temps de travail, principalement pour mieux gérer leur vie de famille, selon 33% des personnes sondées par Vivastreet. Autres raisons principales invoquées: profiter d’un cadre de travail plus agréable (29%) et éviter de passer du temps dans les transports (26%). La réduction du temps moyen de trajet entre le domicile et le lieu de travail avait été estimé à 40 minutes, par le cabinet de conseil RH Kronos, qui mettait aussi en avant l’augmentation du temps de travail effectif et de la productivité, ainsi que du temps moyen de sommeil des salariés concernés.

Télétravail : 1 Français sur 2 pour

Télétravail : 1 Français sur 2 pour

peut-être que le télétravail pourrait constituer des éléments de réaménagement de l’urbanisme et plus généralement de l’aménagement du territoire. En tout cas un nombre non de Français se dise favorables à son développement. Selon un sondage  le Huffington Post par Yougov le télétravail séduirait,  52% des Français. 22% d’entre eux seraient prêts à abandonner définitivement leur bureau pour travailler à plein temps à leur domicile. Et 30% aimeraient alterner les journées chez eux et les journées avec les collègues.   La catégorie socioprofessionnelle n’a pas d’incidence sur ce choix. 55% des CSP+ aimeraient passer au télétravail et ils sont tout autant chez les CSP-. Seule différence : les cadres sont un peu plus nombreux à préférer le télétravail à temps partiel (32% contre 26%). En revanche, les Français ne pensent pas que le travail à distance puisse convenir à toutes les fonctions: quasiment 2 salariés sur 3 estiment que cela n’est pas compatible avec un poste à responsabilité. Pour ceux qui s’y sont essayés, le télétravail assure un meilleur équilibre entre la vie pro et perso, notamment parce qu’on ne perd plus de temps dans les transports et qu’on peut organiser sa journée à sa guise. C’est sans doute pourquoi le plus fort taux d’adeptes du télétravail se trouvent parmi les sondés qui ont charge d’âmes: 61% des salariés parents aimeraient bien travailler à domicile. Le taux de réfractaires le plus élevé se trouve parmi les célibataires: 51% ne voudraient pas rester chez eux, sans doute par crainte de l’isolement. La région parisienne est celle qui affiche le plus fort taux de salariés favorables au télétravail, avec 58% d’avis positifs. Les difficultés de déplacement en Ile-de-France (embouteillages et saturation des transports en commun) expliquent sans doute ce résultat. Le Sud-Est est le plus réfractaire, avec 51% de sondés qui ne préfèrent en aucun cas le télétravail.

(Agences)

Télétravail : 65% des Français pour

Télétravail : 65% des Français pour  

Une majorité de Français (65 %) travaillant dans un bureau se disent intéressés par le  télétravail ou le travail nomade, qu’ils le pratiquent déjà (24 %) ou pas, selon une enquête* Ipsos publiée jeudi réalisée pour Revolution@Work. Un mode d’exercice de l’activité professionnelle associé en premier lieu, par l’ensemble de la population, à un atout pour réduire les embouteillages (79 %). Selon les sondés, le télétravail permet aussi de « faciliter la décentralisation économique » en dehors de la capitale et des grandes villes (71 %) et pour le rythme de vie (70 %). Des atouts auxquels les habitants d’Ile-de-France sont encore plus sensibles, avec 83 % d’entre eux citant la réduction des embouteillages, 77 % le rythme de vie et 76 % la décentralisation. Ce mode de travail est aussi globalement considéré comme favorisant le bien être. Ainsi, 70 % des sondés estiment que le télétravail est une bonne chose pour le rythme de vie. Une perception renforcée chez les femmes (74 %) et les Franciliens (77 %). Et 62 % des sondés pensent que le télétravail favorise l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Une majorité de Français (51 %) trouve également que le télétravail est une bonne chose pour « l’efficacité au travail, la productivité ». En 2016 seule 2 % de la population française pratique le télétravail.

 

Télétravail : les fonctionnaires à la maison

Télétravail : les fonctionnaires à la maison

C’est la grande révolution, des fonctionnaires en pantoufles, chez eux sirotant une bière et jetant un œil distrait sur leur écran. Et les grands médias d’applaudir cette transformation structurelle. Pourtant la vraie réforme aurait été de supprimer le travail et de laisser les fonctionnaires sans rien faire ; cela afin d’éviter la bureaucratie qui tue la compétitivité et l’initiative. Certes certaines taches régaliennes doivent être assumées (beaucoup pourrait être encore bien davantage transférées au privé par voie de délégation de service public), d’autres sont inutiles et mortifères pour l’économie ; Les normes, les procédures, les contrôles assomment les entreprises surtout les petites qui n’ont pas de superstructure adaptée pour remplir la paperasse inutile. De ce point de vue le choc de simplification a seulement fait pschitt. Tant qu’on maintiendra autant de fonctionnaires inutiles, on multipliera les formalités de tous ordres, c’est une logique existentielle. A leur tour, les fonctionnaires devraient donc  bientôt avoir la possibilité de travailler de chez eux. Un décret d’application de la loi Sauvadet autorisant les fonctionnaires à télétravailler est en effet en cours de finalisation. Si tout se passe comme prévu, le texte entrera en vigueur à la fin de l’année, selon les informations de nos confrères des Echos. Certes de nombreux agents, surtout quand ils reçoivent le public, ne peuvent pas travailler à domicile. Mais pour des dizaines de milliers d’agents de la fonction publique d’Etat, des hôpitaux ou des collectivités (sur 5 millions), cette option est tout à fait envisageable. Voici, dans les grandes lignes, ce qui attend les fonctionnaires qui opteront pour le télétravail :

 3 jours de travail à domicile par semaine maximum, donc au moins 2 jours de présence physique au bureau
 50% du temps de travail à l’échelle du mois
 Le chef a son mot à dire : le supérieur de l’agent peut s’opposer au télétravail s’il l’estime incompatible avec la nature des fonctions exercées et l’intérêt du service. En cas de refus, un recours sera possible.
 Autorisation d’un an maximum et renouvelable trois fois. Celle-ci reste réversible à la demande de l’agent ou de son administration si les taches le nécessitent.
 L’employeur prend en charge les coûts, notamment les matériels (ordinateur par exemple) ou abonnements (connexion internet) nécessaires pour travailler de chez soi.

Et les grands médias de souligner les avantage de ce télétravail ; Mon voisin cantonnier du village rêve déjà d’une  pelle virtuelle pour ramasser les feuilles en automne au lieu d’être contraint de se cacher dans les bois pour roupiller. C’est ça la vraie révolution numérique. 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol